Flux RSS

Archives de Catégorie: Histoire et culture juives

Antisémitisme et islamisation de la France. 3 000 Français juifs émigrent vers Israël en 2014. 4 000 français chrétiens se convertissent à L’Islam chaque année. Des milliers d’immigrés musulmans s’installent en France chaque année.

  • Les dernières manifestations pro palestiniennes ont démontré qu’il y avait une corrélation indiscutable entre l’antisémitisme et l’islamisation de la France. Au cours de ces manifestations, on a pu entendre "mort aux Juifs", Allah Akhbar ou "nous sommes tous des Mohamed Merah". Dans le même temps des synagogues et des commerces juifs étaient attaqués et détruits. Le drapeau israélien était brûlé, drapeaux palestiniens, marocains, algériens et tunisiens flottaient au vent. Aucun drapeau français ne se dressait. Femmes voilées, femmes en niqab et barbus en robe exhibaient ostentatoirement leur religion.
  • Au fur et à mesure de l’islamisation de la France, l’antisémitisme historique des Français se réveille et celui des Musulmans s’affirme sans honte. Des milliers de familles juives émigrent vers Israël ou d’autres pays comme les USA, le Canada ou l’Australie.
  • A l’étranger, les Juifs s’inquiètent du sort de leurs coreligionnaires français et les soutiennent dans leur projet de quitter une France qu’ils jugent antisémite.
  • En France, de nombreux jeunes Français juifs n’imaginent pas avoir un avenir radieux en France et se sentent plus proches d’Isaraël qu’ils considèrent comme leur véritable patrie. Certains d’entre eux s’organisent en groupe d’auto-défense comme la Ligue de défense juive (LDJ) sur les agissements de laquelle les adultes ferment les yeux car ils ne peuvent pas compter sur la police pour les défendre. Les antisémites vilipendent la LDJ qui n’est que la conséquence de l’antisémitisme et non sa cause.

Tandis que des milliers de juifs quittent chaque année la France où ils sont agressés, critiqués, accusés de complot, dénigrés et insultés, plusieurs centaines de milliers d’immigrants, pour la majorité musulmans s’installent en France pour y vivre d’allocations sociales aux frais du contribuable français, chrétien en majorité. En effet, on estime à 45 millions le nombre de Français se déclarant catholiques; très loin devant les Musulmans  avec une estimation de 4 à 6 millions de personnes. Et pourtant on ne cesse de présenter officiellement l’islam comme la "deuxième religion de France". En réalité, la véritable "deuxième religion de France" serait plutôt celle des républicains non croyants …

Les Juifs ne représenteraient qu’environ 800 000 sujets mais, selon les complotistes de tous bords, avec un fort pouvoir de nuisance. Ils seraient "partout".

Tandis que 3 000 Français juifs quittent chaque année la France qu’ils ont contribué à construire depuis des siècles, des centaines de milliers de musulmans étrangers arrivent dans notre pays qu’ils disent ouvertement vouloir "niquer", soumettre à la charia et au djihad, exigeant de changer nos coutumes, nos lois et même notre alimentation. A cette immigration mono confessionnelle, il faut ajouter les 3 000 conversions annuelles de Français à l’Islam.

Malgré l’hémorragie de population juive, le traditionnel antisémitisme des catholiques (peuple déïcide, les Juifs ont tué le petit Jésus) quoique latent et passif se trouve renforcé par l’antisémitisme guerrier et revendiqué des Musulmans.

Difficile de croire que le succès des manifestations antisionistes-pro hamas-pro gaza, pro palestinienness ne repose pas essentiellement sur l’antisémétisme, la haine du juif ravivé par le triomphe de l’Islam en France.

Comme peuvent l’observer les gens qui souhaitent s’informer, pourquoi tant de manifestations contre l’offensive israélienne pour se défendre des milliers de roquettes que le pays reçoit en permanence et pas de manifestation en hommage aux victimes civiles de l’avion de ligne abattu par les missiles sol-air russes en Ukraine, pourquoi ce silence sur l’enlèvement de centaines de jeunes filles par Boko haram, la persécution des chrétiens en Syrie, en Egypte et en Irak, les attentats contre les chrétiens au Pakistan et, sur notre propre sol les crimes commis contre les femmes comme les viols et les égorgements ?

Si les pro-palestiniens voulaient vraiment sauver le peuple palestinien, ils manifesteraient contre le Hamas, Al Qaïda qui utilisent les fonds de la communauté internationale pour construire des sous terrains pour infiltrer Israël au lieu de construire des bunkers et autres abris, comme le font les Israéliens pour protéger la population. Ils exigeraient que le Hamas respecte les propositions de cessez-le-feu.

En réalité tous les pro-palestiniens, sans exception, souhaitent plus la mort des juifs que la vie des Palestiniens. Toutes les élucubrations savantes sur le conflit israélo-musulman ne sont que des sornettes destinées à "finir le travail d’Hitler" comme le crient les manifestants pro-palestiniens.

Vous pourrez lire ci-dessous un document statistique sur la délivrance de titres de séjour en 2013 avec une hausse non négligeable par rapport à 2014, par exemple 6.9% pour l’immigration familiale.

Vous pourrez lire également l’interview édifiante de la démocrate Michèle Tribalat ainsi qu’un article sur la conversion à l’islam de citoyens et citoyennes françaises.

La Connectrice

J’ai pu filmer la manifestation palestinienne, puis rentrer dans la synagogue attaquée

Notre ami Guy Sauvage, auteur de nombreux reportages pour Riposte Laïque,  a filmé, ce dimanche, la manifestation pro-palestinienne, puis ensuite, a pu rentrer dans la synagogue de la rue de la Roquette. Il ramène, complété par d’autres prises de vue, un reportage exclusif sur le climat haineux de la manifestation, et sur le témoignage de juifs qui étaient à l’intérieur de la synagogue.

 

Communiqué de presse : Diffusion des informations statistiques annuelles sur la délivrance des titres de séjour

Communiqué de presse : Diffusion des informations statistiques annuelles  sur la délivrance des titres de séjour
10 juillet 2014

Conformément au code de bonnes pratiques de la statistique européenne, la Direction générale des étrangers en France (DGEF) du ministère de l’intérieur a mis en place un calendrier de publication des statistiques annuelles entrant dans le champ de la migration et de la protection internationale.

Dans le respect des règles de la statistique publique, sont diffusées ce jeudi 10 juillet 2014 les données provisoires pour l’année 2013 relatives à l’admission au séjour. Une première estimation de la primo-délivrance des titres de séjour avait été diffusée le 10 avril 2014. Les informations données ce jour affinent et confirment les grandes tendances et estimations déjà indiquées lors de cette première diffusion.

Ainsi la primo-délivrance des titres de séjour progresse en 2013 par rapport à l’année précédente, avec un total de 203 996 titres de séjour délivrés.

L’immigration étudiante, deuxième source d’immigration, a augmenté de 6,4 %. Cette progression s’explique par un regain d’attractivité de la France, après l’abrogation de la circulaire du 31 mai 2011 relative à la maîtrise de l’immigration professionnelle et conforme aux orientations du Gouvernement rappelées notamment lors du débat sans vote sur l’immigration professionnelle et étudiante.

L’immigration professionnelle est aussi en nette augmentation (+11,4 %), ce qui reflète également une amélioration de l’attractivité, en particulier pour les scientifiques (+12,6 %).

L’immigration familiale, qui représente la plus grande part du flux migratoire, est en hausse de 6,9 %. Cette progression tient essentiellement à l’effet sur les régularisations, en année pleine, de la circulaire du 28  novembre 2012 portant admission exceptionnelle au séjour et non à une augmentation des arrivées nouvelles  depuis des pays étrangers.

Au sein de l’ensemble des titres de séjour, les cartes de résidents et titres assimilés de plus de 10 ans représentent 1.828.142 titres, soit 70,1 % du total des titres détenus par des ressortissants de pays tiers.

Les données sur la primo-délivrance des titres de séjour concernant l’année 2013 correspondent aux titres enregistrés dans l’application de gestion des dossiers des ressortissants étrangers en France (AGDREF) au 30 juin 2014. Compte tenu des délais entre le dépôt d’une demande et la délivrance d’un titre, certains titres de l’année 2013 ne sont pas encore enregistrés dans la base de gestion nationale des titres de séjour. Ils seront comptabilisés ultérieurement, lors de la publication des données définitives au printemps 2015.

Selon une étude américaine, la proportion de musulmans est à la hausse dans le monde. En France, elle pourrait dépasser10 % en 2030. 

Les musulmans pourraient représenter plus de 10 % de la population française d’ici à 2030. Avec la Belgique, la France serait donc le pays d’Europe où, pour la première fois, la proportion des fidèles de l’islam dépasserait ce pourcentage symbolique. Estimés actuellement à 7,5 % de la population française (4,7 millions) les musulmans de l’Hexagone passeraient ainsi à 6,86 millions, soit 10,3 %. La communauté musulmane française confirmerait ainsi sa première place parmi les pays européens.

4000 conversions par an soit entre 80 000 et 100 000 convertis en France

Les chiffres concernant le nombre de conversions à l’Islam en France cités par le journal

En France, entre 80000 et 100000 hommes et femmes qui, le plus souvent, ont été élevés dans le culte chrétien, ont choisi d’embrasser la religion musulmane. « Il y a chaque année environ 4000 conversions. L’augmentation est constante, mais ce n’est pas un phénomène exponentiel », précise l’islamologue Bernard Godard, consultant au service des cultes du ministère de l’Intérieur.

 A titre de comparaison, quelque 3000 adultes ont fait leurs premiers pas cette année dans le catholicisme, dont 120 avaient grandi dans la tradition musulmane. Des chiffres loin de l’engouement suscité par le culte d’Allah : chaque jour, environ dix Français deviennent musulmans.

Ces chiffres sont intéressants mais ils ne sont la que pour nous donner une idée de l’étendue des conversions en France. Puisqu’en réalité ils sont difficilement vérifiables comme c’est le cas  également pour le nombre de musulmans en France.

Pour comparaison, près de 5.200 Britanniques dont 75% de femmes, se seraient convertis à l’Islam en en Angleterre pour l’année 2011 selon une étude réalisée par des chercheurs.

...

ème religion de France attirerait le plus, avec 3 600 conversions par an selon le « Monsieur Islam » du ministère de l’Intérieur, Bernard Godard. « C’est un phénomène important. On parle surtout des convertis français “de souche” mais il y a beaucoup de Français d’origine congolaise, camerounaise, antillaise, italienne ou portugaise qui deviennent musulmans… Je ne sais pas s’il faut voir par là une sorte de rassemblement des “damnés de la terre”, ceux qui se sentent rejetés par la République dans leur quartier populaire, mais cela y ressemble », précise l’ancien policier aux renseignements généraux. 

Quatre types de conversion à l’islam

En France, la loi interdit tout chiffre officiel sur les religions, mais les observateurs avisés confirment que l’islam est la religion qui interroge le plus. Elle attire notamment car elle se voit. Dans les mosquées, les nouveaux convertis sont mis en valeur et félicités. L’accueil est chaleureux, même si les nouveaux musulmans doivent redoubler d’efforts pour être totalement acceptés. Chez les catholiques, la politique est différente. On est plus discret sur ses nouveaux adeptes. « C’est une ancienne tradition venue du Moyen-Orient et dans les pays du Maghreb, on n’affiche pas forcément les convertis au catholicisme, notamment s’ils sont d’origine musulmane… Une façon de les protéger, dit-on », ajoute Bernard Godard. 

Car l’apostasie est considérée comme un pêché passible de mort dans certains pays. Pour le chercheur à l’EHESS, on peut classer les conversions à la religion musulmane à travers quatre entrées. La plus courante est la conversion « instrumentale ». « Elle correspond le plus souvent à un mariage avec un musulman. On se convertit pour se faciliter la vie mais aussi comme une preuve d’amour pour l’autre », explique Loïc Le Pape. 

Puis il y a la conversion « de proximité ». On connaît des musulmans avec lesquels on a grandi ; on apprécie leur mode de vie et leurs pratiques ; et on y adhère peu à peu. Puis il y a la conversion « mystique ». Elle attire davantage les intellectuels, notamment à travers le côté spirituel du soufisme. 

Enfin, le chercheur a étudié la conversion « radicale », la plus rare. « Il s’agit d’une réaction politique. On se convertit pour défendre une communauté. Par exemple, on a enregistré beaucoup de conversions de ce type après les révélations sur la torture à la prison d’Abou Ghraib, en Irak, par des soldats américains », conclut-il…

 
À partir de l’enquête Trajectoires et origines réalisée par l’Ined et l’Insee en 2008, j’ai estimé à 4 millions le nombre de musulmans déclarés (soit 6,8 % de la population de France métropolitaine) et à 4,8 millions le nombre de personnes dont au moins un parent est musulman, soit respectivement 34 % et 41 % de l’ensemble de la population d’origine étrangère sur deux générations.
’ai estimé la fécondité des femmes musulmanes en France, toujours d’après l’enquête Trajectoires et origines réalisée en 2008. À 40 ans, les femmes musulmanes nées dans les années 1958-1968 avaient 2,8 enfants en moyenne, contre, 1,9 chez les catholiques et 1,7 chez les femmes sans religion. Quant aux naissances, toujours d’après l’enquête Trajectoires et origines, pour les enfants nés en 2006-2008, un peu moins de 20 % d’entre eux auraient au moins un parent musulman.

Le Pew Forum, aidé de l’IIASA (International Institute for Applied System Analysis) a réalisé des projections de populations musulmanes dans le monde (2010-2030). En 2030, la population musulmane attendue en France métropolitaine serait légèrement inférieure à 7 millions, soit 10,3 % de la population totale. En 2030 comme en 2010, c’est en France que la population musulmane serait la plus importante, en nombre et en proportion, dans l’Union européenne des 15.

Michele Tribalat est démographe et a publié de nombreux ouvrages http://www.atlantico.fr/fiche/michele-tribalat-1500070

http://www.islamisation.fr/c_immigration/

Voilà la transcription d’un enregistrement révélé par la presse ce matin entre le publicitaire Jean-Michel Goudard qui participa à la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 et Patrick Buisson l’ex conseiller spécial :

M. Goudard : Il est gentil, euh, Nicolas… Quand il a discours bouclé, il veut encore rajouter un truc qui rassemble, le rassemblement etc. Entre toi et moi… ça n’a rien à foutre là…

M. Buisson : Mais rien à foutre, et l’intégration non plus. Au moment où il en arrive cinq cent mille de plus et on n’a pas intégré les six millions qu’on a.

M. Goudard : C’est un vrai euh… giscardien.

M. Buisson : Oui !

Il ne s’agit pas des visas court séjour de tourisme, qui sont au nombre de 470 000 simplement pour les trois pays du Maghreb + Turquie (voir chiffres officiels ministériel des visas permettant de connaître ce chiffre).

Non Buisson évoque les immigrés qui resteront en France définitivement. Ce chiffre s’obtient par l’addition des chiffres officiels suivant à l’époque:

Titres long séjour > 200 000 titres long séjours (10 ans automatiquement renouvelables dont seulement 7% au titre du travail), chiffre que Claude Guéant évoqua dans une interview sur RMC avec Jean-Claude Bourdin c’est l’équivalent de la ville de Rennes tous les ans Mr Bourdin" s’alarma-t-il.

Clandestins > Un rapport commandé par le ministère de l’Intérieur en 2002 à Anne-Marie Escoffier réalisé par l’Inspection générale de l’administration (IGA),  faisait état de 150 000 à 200 0000 clandestins pénétrant en France chaque année. Le Quai d’Orsay, de son côté, estimait le flux d’irréguliers à 140 000 par an. Les rapports ministériels les plus optimistes parlent de 100 000. Il s’agit le plus souvent de détenteurs de visas de tourisme expirés. Un rapport du Sénat sur la question de la présence des illégaux en France ( série 2005-2006, rapporteur Georges Othily) faisait état de 600 000 entrées de clandestins chaque année en France + Dom Tom !

Asile > 60 000 demandeurs d’asile par an, dont les déboutés restent sur le territoire faute d’éloignement. 24000 chambres d’hôtels sont payés chaque nuit en région parisienne pour les loger.

Droit du sol > 55 000 naissances de bébés nés de deux parents étrangers par an , qui permettent à ces parents de rester sur le territoire à cause du droit du sol.

On comprend mieux la petite phrase de Nicolas Sarkozy à Philippe de Villiers lors d’une visite à l’Elysée:

"Philippe tu as les bonnes intuitions, nous on a les chiffres"

Le Rapport annuel de la direction de la population et des migrations 2006 publié par la Documentation française faisait état de 40% de naissances d’origine étrangère en Ile-de-France. Mais suivant le dépistage de la drépanocytose, maladie inconnue chez les populations blanches européennes, on déduit que 60% des nouveau nés nécessitant un dépistage sont extra européen.

Pour une synthèse de tous les chiffres officiels de l’immigration lors du passage de la droite aux affaires, lire notre Dossier complet à imprimer.

Les Français de souche doivent se préparer psychologiquement à devenir une minorité sur leur propre territoire.

Lire aussi
  • La cause palestinienne est le fonds de commerce des antisémites sur Riposte Laïque

israelssPourquoi dit-on manifestations pro palestiniennes alors que c’est le Hamas qui a déclenché les hostilités contre l’avis de la majorité des palestiniens. L’auteur d’un crime engage normalement sa propre responsabilité et non pas celle des siens. Ses avocats ne le défendent pas au nom des siens non plus.

Par conséquent les manifestants-casseurs du juif à Paris ne soutiennent pas le peuple palestinien tout particulièrement ghazaoui qui est l’otage du Hamas, ils soutiennent le Hamas et sa politique criminelle et terroriste qui se sert des enfants comme un bouclier humain et à des fins de marketing politique dans le sens de la manipulation de l’opinion publique occidentale. Ce n’est pourtant un secret pour personne sauf pour ses partisans qui ne s’indignent jamais des horreurs abominables de la nébuleuse islamiste dont fait partie leur enfant chéri le Hamas, ni non plus des crimes contre la petite enfance à Gaza.

Ils devraient la prochaine fois organiser leurs manifestations en Iran et au Qatar, connus pour être les amis des peuples avec leur ennemie intime l’Arabie Saoudite.en leur qualité de bailleurs de fonds de cette organisation mafieuse. Pourquoi les mêmes ont gardé le silence sur l’enlèvement suivi du meurtre crapuleux des 3 adolescents israéliens ? Qui ne condamne pas souscrit.

Que connaissent-ils à la Palestine et à son histoire avant de prendre faits et cause pour une cause qui n’est pas la leur et qu’ils sont les premiers à la salir par leurs débordements de violence ? La Palestine ne leur demande rien, elle leur demande juste par la bouche de Mahmoud Abbas, Chef de l’Autorité palestinienne, de laisser la Palestine aux palestiniens. Conscient des dérapages antisémites qui sous-tendent aux manifestation pro palestiniennes et sa récupération par les régimes arabes pour exalter l’antisémitisme et détourner l’attention de leurs peuples des vrais problèmes de fond de leurs pays, devenus la risée de l’humanité.

La Palestine est en définitive devenu un trait d’union entre la faucille et le glaive. Toutes les alliances impossibles en théorie deviennent envisageables et réalisables quand il s’agit de construire des ententes sur le dos du juif.

Le N.P.A. qui prône des idées égalitaires, de justice sociale, de refus de la fatalité, d’une meilleure répartition de richesse, hostile dogmatique à l’ulra-libéralisme économique, n’hésite plus à apporter sa caution politique aux mouvements islamistes qui sont l’antithèse de son idéologie politique.

Ce parti supposé être matérialiste n’est plus à une contradiction près après avoir accueilli en son sein au cours de la dernière décennie une voilée au nom de l’antiracisme et de la lutte contre l’exclusion.

Le N.P.A. en manque d’audience politique ne se rend pas compte qu’il se ridiculise et trahit Trotsky et Marx, juifs irréligieux, comme l’a fait naguère Staline en pactisant dans un premier temps avec l’homme qui aurait pu être le vrai Calife de l’islam A. Hitler. La 3 e figure Sainte chez les musulmans, sur le même podium qu’Allah et Mahomet, comme en témoigne la popularité de son oeuvre.

Dès qu’il s’agit des juifs, le monde sait taire ses querelles intestines et ses guerres pour crier au loup d’une même voix.

Salem Ben Ammar

La haine des chrétiens et des juifs est inscrite dans le coran

coran continu ou alternatifSelon les agences de presse, le calife de l’état islamique de l’Irak et du Levant, Abu-Baker-Al-Baghdadi, vient de décréter une fatwa concernant les chrétiens de Mossoul, la ville irakienne contrôlée par ses sbires. Cette fatwa intime l’ordre aux pauvres chrétiens les vrais habitants de cette ville plusieurs fois millénaires, soit de se convertir à l’islam, soit de payer un impôt de capitation (Jizya) conformément au verset coranique 29 de la sourate 9 (le répentir) ou bien de quitter leurs maisons qui deviennent des biens des djihadistes en tant que butin de guerre. Il est écrit dans ce verset : « Combattez ceux qui ne croient ni en Allah, ni au Jour dernier, qui n’interdissent pas ce qu’Allah et son Messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, en état d’humiliation. »

Il n’y a rien de nouveau dans le comportement des djihadistes qui ne font que perpétuer la tradition que Mahomet avait instauré notamment à Médine (Yathrib) contre les juifs qui l’avaient pourtant bien accueilli quand il s’était enfui de la Mecque en 622 de l’ère chrétienne. Par la voix du porte-parole du département d’état Mme Jennifer Psaki, les Etats Unis condamnent dans des termes les plus forts la persécution systématique des minorités ethniques et religieuses par l’EIIL ( état islamique de l’Irak et du Levant). « Ces actions abominables ne font que souligner la mission que se sont donnée les djihadistes de diviser l’Irak et d’aller à l’encontre de l’esprit de tolérance et de coexistence de l’islam » a écrit Mme Jennifer Psaki. Un communiqué qui passe sous silence énormément de choses où la vérité est occultée et qui dédouane l’islam djihadiste et ses riches sponsors des monarchies pétrolières arabes. Face au drame que vivent les Chrétiens de Mossoul, l’Occident et notamment les Américains sont atteints de cécité et surtout doués d’un cynisme sans pareil, car ils oublient de désigner les vrais coupables de cette tragédie qui logent à la Mecque et à Médine.

Les Chrétiens d’Orient sont victimes de la politique des puissants de ce monde et dont l’islam est le carburant.
Le calife Abu-Baker-Al-Baghdadi suit pas à pas l’Envoyé d’Allah qui avait en son temps utilisé les mêmes méthodes pour chasser d’Arabie des Juifs et des Chrétiens qui s’y trouvaient.

Les occidentaux n’ont qu’à lire la biographie de Mahomet écrite par Ibn Hicham pour se rendre compte que l’actuel calife est sur la voie tracée par son ancêtre Mahomet et s’apercevoir qu’à l’est, il n’y a rien de nouveau : on est encore au VII siècle.
Mahomet n’avait-il pas banni la tribu juive des Banu de Qaynuqa de Médine en la forçant à émigrer vers la Syrie ? N’avait-il pas agi pareillement avec la tribu juive des Nadir en sommant ses membres d’aller s’installer plus au nord dans l’oasis de Khaybar pour la massacrer deux ans plus tard? N’avait-il pas déclaré à ses adeptes: « Tuez les juifs qui tombent entre vos mains ! » Quelle étrange coïncidence avec ce qui se passe ces derniers jours dans les rues de Paris où certains salafistes ont lancé le même slogan? N’avait-il pas exterminé tous les hommes adultes de la tribu juive des Banu Qurayza, vendu leurs femmes et leurs enfants comme esclaves tout en s’accaparant leurs biens ? Pour justifier cette purification ethnique contre les juifs, une révélation descendit du Ciel. Dans le verset 26 de la sourate 33 ( les coalisés), il est écrit : « Et, il a fait descendre de leurs forteresses ceux des gens du livre qui les avaient soutenus ( les coalisés), et il a jeté l’effroi dans leurs rangs ; un groupe d’entre eux vous tuiez, et un groupe vous faisiez prisonniers. »

Les agissements du calife Abu-Baker-Al-Baghdadi sont le prolongement de ce qu’avait fait Mahomet à son époque à Médine, car l’islam dès sa naissance, était criminogène et continue à l’être malgré les efforts fournis par les marchands du mensonge et de la takkia pour camoufler la triste réalité sur cette religion qu’ils commercialisent comme étant de paix, d’amour et de tolérance.

La cruauté de Mahomet envers les juifs se manifesta une fois encore quand il attaqua l’oasis de Khaybar en criant : « Ô vous qui avez reçu la victoire, tuez, tuez ! »
La haine des musulmans envers les juifs ne date pas depuis 1948, lors de la création de l’état d’Israël, mais à partir de 622 de l’ère chrétienne ( Hégire).
Les chrétiens et les juifs furent et demeurent les ennemis de l’islam et c’est écrit noir sur blanc dans le coran (sourate 9 versets 30, 31, 32,33 et 34).
La vérité sur l’islam doit être dite maintenant et pas demain, car il y va de l’avenir de la France.

Hamdane Ammar

Pauvres palestiniens qui lancent des roquettes. Salauds d’Israéliens qui se défendent.

Les médias français pleurent unanimement sur le sort des Palestiniens victimes des Israéliens qui ont lancé des raids de défense contre les bases de lancement des roquettes palestiniennes qui pleuvent comme la grêle sur le Sud du pays et jusque sur Tel-Aviv.

Mais que nous rapportent ces hauts-parleurs idéologiques sur le harcèlement des populations israéliennes qui passent leur temps à rentrer et sortir de leurs abris anti-missiles ? Que nous disent-ils de la terreur des enfants qui doivent quitter leur école plusieurs fois par jour pour se mettre à l’abri ? Que nous disent-ils de la peur, de la misère, de la désorganisation des activités et de la destruction des biens publics ?

Les médias français ont adopté une position idéologique avec des oeillères inamovibles : les Israéliens sont des occupants qui ont chassé les Palestiniens de leurs terres (en réalité vendues aux organisations juives par leurs propriétaires bédoins ou libanais bien avant 1948), des racistes qui pratiquent l’apartheid, des criminels de guerre, des fachos et d’épouvantables sionistes.

Les médias français ne se sont pas trop étendus sur l’enlèvement et l’exécution de jeunes garçons israéliens et le fait que le Hamas et l’autorité palestinienne ne nous tienne pas au courant de leur investigations pour trouver et juger les coupables. Par contre ces médias n’ont cessé de se répandre sur l’assassinat d’un jeune palestinien, insisté sur le fait qu’il avait vraisemblablement été brûlé vivant et que les coupables étaient des fachos israéliens extrémistes d’extrême droite. Ils ne se sont pas par contre trop étendus sur la diligence des autorités israéliennes à retrouver les coupables et les déclarations des ministres et autorités morales dénonçant ce meurtre ainsi que leur témoignage de condoléances aux parents de la victime. Les assassins sont en prison et risquent d’y rester toute leur vie. Une fois de plus Israël a montré qu’il était le seul pays démocratique de cette partie du monde.

Les médias français repris par tous les collabos de l’islamisation de la France sont prolixes sur les crimes d’Israël, lancent des appels permanents au boycott des produits israéliens et interdisent aux étudiants israéliens de donner des conférences dans les universités qui sont , par définition, forcément politiquement correctes donc antisionistes.

Quand on est antisioniste, on n’a que faire de la réalité, on s’accroche à une vérité immuable : les Israéliens sont des criminels et les Palestiniens leurs victimes.

Houria Bouteldja relaxée, Anne-Sophie FN 9 mois fermes et 30 MF. Il vaut mieux insulter et menacer le peuple français que Taubira

Comparer un individu de couleur, quel qu’il soit, à un singe est indiscutablement raciste. C’est vil et indéfendable.

Traiter les Français de "souschiens" et les menacer de destruction, c’est inquiétant pour la sécurité de nous toutes et tous qui sommes blancs, de culture judéo-chrétienne, de nationalité française, de culture française et républicains.

Il me semble que menacer de représailles et insulter tout un peuple est plus grave et constitue une menace ouverte à notre sécurité. Et pourtant, dame Bouteldja a été relaxée et soutenue par le gouvernement socialiste et ce qui fut autrefois l’intelligentsia française.

Anne-Sophie FN qui a fait une blague raciste de très mauvais goût mais ne menaçant en rien la sécurité d’une seule personne, fut-elle Ministre de la Justice, vient d’être condamnée à 9 mois de prison ferme et 30 000 euros d’amende.

Ce jugement politique et donc forcément inique démontre s’il en était besoin que nous vivons dans une monarchie et qu’un crime de lèse-majesté mérite la Bastille.

Je me demande quelle sera la condamnation des courageux antisionistes qui ont envahi deux synagogues parisiennes, terrorisé physiquement deux à trois cents pratiquants paisibles et blessé quelques-uns…

J’observe que dans ce pays France qui est de moins en moins le mien, immigrés criminels et délinquants bénéficient généralement d’une indulgence injuste et que le corollaire est qu’une insulte raciste vis à vis d’une ministre de la Justice de couleur, guyanaise indépendantiste est plus grave que les atteintes matérielles et physiques au peuple de France.

Shoah. Sir Nicholas Winton vient de fêter ses 105 ans. Il a sauvé 669 enfants de l’extermination nazie

Publié le

La bonté est-elle un élixir de longue vie ?

Sir Nicholas Winton vient de fêter ses 105 ans à l’ambassade tchèque de Londres, entouré d’une centaine de personnes, parmi lesquelles des enfants qu’il avait sauvés et de leurs descendants, environ 6 000 personnes aujourd’hui dans le monde .http://www.theguardian.com/world/2014/may/20/nicholas-winton-birthday-man-saved-children-nazis

Avertis des projets d’Hitler d’exterminer tous les Juifs, il organisa, fin décembre 1938, des convois d’enfants réfugiés à Prague vers Londres où la Chambre des communes avait avait approuvé un décret permettant aux réfugiés de moins de dix-sept ans de pouvoir s’installer dans le pays à la condition d’y trouver un lieu d’accueil et de déposer cinquante livres en garantie pour un éventuel billet de retour chez eux. Il s’organisa, notamment en publiant des petites annonces dans la presse pour trouver des familles d’accueil pour ces enfants.

Aussi efficace que modeste, Nicholas Winton resta silencieux sur son acte de bravoure jusqu’à ce que son épouse trouva des notes reléguées dans le grenier de la maison familiale au début des années 80. Dès lors des hommages lui furent rendus et les médias racontèrent son histoire, en particulier une émission de la BBC en 1988. Les notes de Winton ont été confiées à Yad Vashem.

Sur la vidéo ci-dessous, on peut voir Sir Nicholas Winton assis à côté d’une femme survivante. Le journaliste demande alors aux autres survivants présents de se lever …

Lire en anglais "the power of good" (le pouvoir de la bonté" publié en 2006 par Gelman Educational Foundation, le récit de l’histoire de Nicholas Winton http://www.powerofgood.net/story.php

Des associations chrétiennes et juives avaient organisé l’évacuation des enfants juifs d’Allemagne et d’Autriche (OPERATION KINDERTRANSPORT)) mais personne ne s’était soucié des enfants tchèques qui avaient fui les Sudètes pour se réfugier à Prague après les accords de Munich entre Hitler, la France, l’Italie et la Grande-Bretagne.

Alerté par un ami, Nicholas Winton se rendit alors à Prague pour organiser l’évacuation des enfants réfugiés.

Il put trouver le moyen d’évacuer 669 enfants par avion puis par train. Malheureusement, le dernier train qui transportait 250 enfants fut bloqué à Prague par l’Anschluss et on n’entendit plus jamais parler des petits passagers qui furent exterminés par les nazis, un drame que Nicholas Winton ne put jamais oublier. Peut-être est-ce pour cette raison que le Schindler britannique garda le silence sur cette entreprise qu’il n’avait pu mener totalement à bien comme il l’avait prévu.

Un film a été tiré de l’histoire de Winton, "la famille de Nicky"

Un autre reportage avec des documents photo

Documentaire sur les Kinder transports avec beaucoup d’images sur le contexte

Les dirigeants français fabriquent les djihadistes

Publié le

Officiellement, plusieurs centaines de musulmans français -500 selon Fabius- mèneraient le Djihad, la guerre sainte, en Syrie.

Des jeunes filles et des jeunes gens nés musulmans ou convertis récents à l’Islam auraient quitté la France pour "sauver" les musulmans syriens et étrangers qui ont trouvé dans ce pays en proie au chaos la plate-forme idéale pour se faire tuer au nom de l’Islam afin de rejoindre le paradis.

300 Français combattent dans le nord de la Syrie. À leurs côtés, 200 Belges, une centaine de Néerlandais, 300 à 400 Britanniques, des dizaines d’Allemands, et entre 50 et 100 Américains… Au total, plus de 15.000 étrangers venus de près de 70 pays. Et dans l’immense majorité des cas, pour lutter avec les groupes islamistes les plus radicaux: le Front al-Nosra, branche locale d’al-Qaida, et l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), auteur des pires atrocités, qui détenait les journalistes français.http://www.lefigaro.fr/international/2014/05/07/01003-20140507ARTFIG00396-l-europe-se-mobilise-contre-les-djihadistes.php

Dans l’article ci-dessous, Elisseievna explique comment ces fous de Dieu appliquent le Coran.

LC

LES JIHADISTES MADE IN FRANCE APPLIQUENT LE CORAN, PAR ELISSEIEVNA

djihadistes-lumiere-2012-08-18-FR Tant que l’islam bénéficiera d’une forme de statut de religion reconnue seront fabriqués en France de jeunes jihadistes.

Les livres du juge Trévidic et du journaliste Daniel Thomson sur les « jihadistes  individuels » et ces centaines de jeunes nés en France en partance pour le jihad en Syrie, passent à côté de la vraie cause de ces engagements.

Les hormones mâles donnant envie de combattre, les jeux vidéos, les réseaux sociaux parlant de jihad disent-ils… Facteurs secondaires ou accessoires. On ne (se) tue parce que l’on a trouvé un poison, on cherche un poison pour (se) tuer parce que l’on pense que l’on doit (se) tuer.

La vraie cause est dans la reconnaissance par la France, de l’idéologie islamique comme une idéologie respectable. La loi islamique, c’est-à-dire l’ensemble des normes édictées par le coran, normes à la foi juridiques et « divines » comporte l’obligation au jihad sous peine d’enfer et la promesse aux martyrs d’échapper à l’enfer malgré leurs péchés.

 Une personne croyant aux textes sacrés de l’islam vit dans la terreur de l’enfer. L’enfer n’est pas un vestige du moyen-âge, l’enfer est une terreur pour les croyants d’aujourd’hui, pour énormément de musulmans, et plus rarement d’autres monothéistes.

En France, les librairies islamiques et Internet proposent toutes des livres sur l’enfer et les « tourments de la tombe », qui attendent les pêcheurs, et un des pires péchés en islam est de se détourner du jihad. Jihad par la personne ( le combat personnel) ou par l’argent (pour armer des combattants), ou simplement par la langue, mais précise le coran, les combattants valent mieux.

La terreur de l’enfer est donnée comme motif par un jeune interviewé par Thomson pour partir au jihad. L’assassin du DJ juif Sébastien Sélam se réjouissait d’avoir tué un juif : ainsi disait-il, il allait entrer au Paradis.

Folie ? Non, stricte reprise des termes des textes sacrés. Interprétation folle et isolée ? Point du tout : là encore, livres islamiques et Internet enseignent explicitement ces textes : le Paradis est à l’ombre des épées, le martyr verra ses péchés lavés …

Mahomet a donné l’exemple, souhaitant mourir, être ressuscité et mourir à nouveau dans le combat dans le sentier d’Allah.  Il n’y a aucune ambiguïté dans les textes …

Dès lors la cause première de ces engagements tragiques et de ces crimes, est d’admettre les textes sacrés de l’islam comme un référentiel respectable, alors qu’ils édictent une loi incitant à la haine, la guerre, les tortures et l’extermination des juifs, ennemis d’Allah, frères des singes et des porcs…

L’Etat français a une politique de reconnaissance de la doctrine de l’islam, de sa respectabilité, de son droit à être enseignée ou promue sans mise en garde, institutionnalisée, inscrite dans le paysage avec mosquées et minarets.

Cette politique le rend responsable des résultats de l’exposition à cette doctrine mortifère de jeunes éduqués en France.

Elisseievna

Avril 2014

Israël/Palestine. Mahmoud Abbas: la Shoah, un crime "odieux"

Publié le

A la veille de Yom Hashoah, jour de deuil en mémoire de l’holocauste, le leader palestinien a fait savoir qu’il pensait que cette tragédie était le crime le plus odieux de l’histoire.

Cette déclaration constitue une révolution dans la guerre idéologique que mènent les Palestiniens contre les Juifs. En effet ils n’ont jamais reconnu la Shoah de crainte de voir minimiser leur propre souffrance.

Mahmoud Abbas lui-même avait choisi comme lignes directrices de son doctorat, la collaboration entre Hitler et les sionistes et l’évaluation du nombre de victimes, beaucoup moins de 6 millions et certainement moins d’un million. Interpellé sur ses thèses, il a répondu qu’il les avait développées parce qu’il était "en guerre avec Israël". Cette réponse laisse songeur sur la rigueur scientifique des universitaires, élèves et professeurs confondus.

Ce qui est grave est que ce type de production nourrit le négationnisme, l’antisémitisme et l’antisionisme en servant de caution à tous les terroristes de la terre et les millions de groupes et associations qui les utilisent pour justifier un antisémitisme viscéral véhiculé par le christianisme et l’islam depuis leur invention.

Le premier ministre israélien a réagi avec un certain scepticisme à la déclaration d’Abbas "Au lieu d’essayer d’apaiser l’opinion publique internationale, Abbas devrait annuler l’accord réconciliation avec le Hamas", a renchéri le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou à la révélation dimanche, par le quotidien Haaretz, du message que délivrera Mahmoud Abbas.

Lire toute l’histoire de cette déclaration lire, un excellent article d’I24 news

La Connectrice

Mahmoud Abbas: la Shoah, un crime "odieux"

Netanyahou conseille à Abbas d’annuler l’accord de réconciliation avec le Hamas, au lieu de parler de la Shoah

Abbas Momani (AFP)La Shoah est "le crime le plus odieux qui a eu lieu contre l’humanité à l’ère moderne", a écrit le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas dans le brouillon du message spécial qu’il adressera au Peuple juif à l’occasion de la Journée de l’Holocauste (Yom Hashoah).

"Au lieu d’essayer d’apaiser l’opinion publique internationale, Abbas devrait annuler l’accord réconciliation avec le Hamas", a renchéri le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou à la révélation dimanche, par le quotidien Haaretz, du message que délivrera Mahmoud Abbas.

Si ce message était effectivement délivré, il s’agirait d’une première historique de la part de la direction palestinienne.

Dans le discours, Abbas offre son soutien aux "familles des victimes et aux innocents qui ont été tués par les nazis".

La déclaration devrait être adressée plus tard dimanche et publiée sur le site de l’agence de nouvelles officielle palestinienne WAFA.

Le président de l’Autorité palestinienne appelle également la communauté internationale à faire tout son possible pour lutter contre le racisme et l’injustice dans le but "d’apporter la justice et l’équité pour les peuples opprimés partout dans le monde".

"Le peuple palestinien souffre de l’injustice, de l’oppression et est privé de sa liberté et de la paix, nous sommes les premiers à demander de lever l’injustice et le racisme qui se sont abattus sur les personnes soumises à de tels crimes," devrait déclarer Abbas, selon le brouillon dévoilé.

La semaine dernière, le journal israélien Haaretz citait l’ancien vice-président du Congrès juif mondial et directeur de la Fondation pour l’Entente interethnique, le rabbin Marc Schneier, qui a rencontré Mahmoud Abbas dimanche à Ramallah et se disait "surpris" de l’engagement éthique du leader palestinien. Abbas a, à cette occasion, promis de délivrer le discours.

La plus grande tragédie de l’Histoire moderne

Le rabbin Schneier a confié avoir évoqué avec le chef de l’Autorité les différentes voies pour rapprocher Juifs et Musulmans, un objectif qui est au cœur de la mission de sa Fondation.

Schneier a souligné que bien que les pourparlers de paix n’étaient pas au menu de la rencontre, Mahmoud Abbas a exprimé sa profonde déception quant à l’impasse actuelle et a également condamné l’attaque terroriste de Hébron du 14 avril dernier au cours de laquelle l’officier de police Baruch Mizrahi a été assassiné.

Lorsque le rabbin Schneier a évoqué avec le président de l’Autorité palestinienne le Yom HaShoah, il affirme avoir été surpris de sa réaction.Janek Skarzynski (AFP)

"Le président Abbas m’a interrompu et a affirmé que l’Holocauste était la plus grande tragédie de l’Histoire moderne", confie Schneier au journal Haaretz et il poursuit: "Il m’a alors fait part de son intention d’effectuer une déclaration spéciale cette année à l’occasion du Yom HaShoah dans laquelle il présentera ses condoléances pour les victimes innocentes assassinées par les Nazis".

Abbas a également révélé au rabbin Schneier avoir donné des instructions il y a déjà plusieurs années aux représentants palestiniens en Pologne, en Russie ainsi que dans d’autres pays de participer à toutes les cérémonies commémorant l’Holocauste auxquelles ils seraient invités.

"Je lui ai dit que c’était bien, mais que ce que nous avons besoin d’entendre, c’est sa position personnelle sur la Shoah, mais j’ai été frappé par la clarté qu’il a manifestée sur ce sujet", a dit le rabbin américain.

Au début des années 1980, Mahmoud Abbas a soutenu une thèse de doctorat à l’université de Moscou consacrée à la Shoah dans laquelle il avait choisi d’en examiner un aspect très particulier sur, selon lui, les relations secrètes entre les nazis et le mouvement sioniste. Des contacts auraient eu lieu en 1933, lors de l’arrivée de Hitler au pouvoir en Allemagne permettant un accord qui aurait sauvé la vie à près de 50.000 Juifs allemands.

Mais le livre de Mahmoud Abbas remet en cause le nombre de victimes de la Shoah."Le nombre de victimes juives pourrait être de 6 millions, mais pourrait également être de moins d’un million", écrit Abbas.

Une position qui lui vaut d’être qualifié de négationniste par de nombreux responsables israéliens dont le dernier en date Avigdor Lieberman.

Ne pouvant nier les écrits, Abbas a à plusieurs reprises tenté de se justifier en affirmant qu’à cette époque il était en guerre contre Israël.

L’appareil politique et les médias palestiniens se sont souvent fait le relais des thèses négationnistes remettant en cause la Shoah.

En 2011, un journal pour la jeunesse financé par l’Autorité palestinienne a publié un article dans lequel Hitler raconte à une petite palestinienne qu’il "les a tués [les Juifs] car il faut savoir qu’ils sont une nation qui sème la destruction partout dans le monde".

Pas plus tard que la semaine dernière, l’université palestinienne Al-Quds, située à Jérusalem-Est, s’est démarquée de l’initiative d’un professeur qui avait emmené 27 étudiants à Auschwitz. La direction de l’université avait tenu à préciser que cet professeur n’était en aucun cas lié à l’institution académique.

Israël se figera pour le Yom Hashoah lundi prochain 28 avril à la mémoire des 6 millions de Juifs assassinés par les nazis et leurs collaborateurs durant la Deuxième guerre mondiale.

 

Ilan Halimi. un film d’Alexandre Arcady sur son martyr

Publié le

chanson de Frédéric Lerner en hommage à Ilan Halimi : ça fait mal

L’affaire Ilan Halimi est l’une des plus épouvantables parmi les plus épouvantables.

Je vous la raconte comme elle est douloureusement gravée dans ma mémoire.

Les faits

Ilan Halimi, originaire d’une famille juive modeste était vendeur dans une boutique de téléphones mobiles du côté de la place de la République. IL avait été repéré en janvier 2006 par le "gang des barbares" au seul motif qu’il était juif, par définition "riche" selon un préjugé antisémite millénaire..

Séduit par l’appât  Emma, une jolie fille paumée dressée par le gang -elle séduira plus tard le directeur de la prison dans laquelle elle sera incarcérée-, il tomba dans un traquenard prémédité et fut séquestré dans une cave de banlieue grâce à la complicité du gardien et de nombreuses personnes, une trentaine d’après l’enquête de police.

Le chef du gang, Youssouf Fofana était un personnage haineux qui semait la terreur autour de lui au nom d’Allah. Il exerçait un ascendant impitoyable sur des gens jeunes et moins jeunes, pour la plupart sans éducation ni instruction. Ilan Halimi fut séquestré et torturé pendant 24 jours interminables sans qu’aucune de la trentaine de personnes qui étaient au courant n’interviennent d’une manière ou d’une autre pour mettre fin à ses tortures et le libérer.

Au 24ème jour, Youssouf Fofana cru achever le jeune homme puis jeta son corps mutilé dans le fossé d’une voie ferrée avec l’intention de le brûler. Ilan respirait à peine lorsqu’il fut retrouvé mais il décéda rapidement après son transport à l’hôpital.

Ilan aurait pu être sauvé

Ce crime crapuleux fait d’autant plus mal que nous savons qu’Ilan aurait pu être sauvé si une seule de la trentaine des personnes qui étaient au courant avait appelé la police, les parents ou même les médias.

La peur de Youssouf Fofana n’explique pas tout. Il est toujours possible de passer un coup de fil anonyme ou même de déposer un mot dans une boite aux lettres, surtout quand on a 24 jours pour se décider à le faire.

Bien que les protagonistes n’aient pas été tous musulmans, leur comportement reflète l’islamisation des esprits : haine du juif, cohésion du groupe à l’image de l’oumma islamiya, soumission totale au chef qui détient le savoir divin (Fofana), effacement de l’individu au profit de la protection du groupe, pratique de la violence pour faire valoir ses intérêts, désir de se venger par n’importe quel moyen sur celles et ceux qui sont différents, haine de la France, de ses valeurs et des lois de la République. etc..

Les inculpés

source

  • youssouf fofana
  •  emma l’appât
  • Christophe Martin-Vallet : Christophe Martin-Vallet, dit « Moko », féru d’informatique, aurait suggéré l’idée des rapts et aurait organisé les opérations de séduction des rabatteuses. Il aurait également amené Emma à son rendez-vous avec la victime et l’aurait reconduite une fois la victime capturée19,20. Il est également accusé de viol avec Fofana, par un des « appâts ». Il aurait participé à six tentatives d’enlèvement.
  • Jean-Christophe G. : Jean-Christophe G., « JC », « Zigo », mineur au moment des faits, violent, ce serait lui qui aurait torturé Ilan Halimi, lui aurait écrasé un joint sur le front et lui aurait donné des gifles et des coups de manche à balai. Il fut exclu en classe de quatrième du collège Béranger à Paris, et avait déjà été interpellé pour vol de lecteur MP3 et possession de cannabis. Il aurait acheté quelques provisions (protéines liquides, pailles et ciseaux). Il témoigne : « La victime a sans doute fait du bruit ou gémi, et comme je fumais un joint, j’ai appuyé un court instant ma cigarette au milieu de son front. J’ai ensuite écrasé mon mégot au sol. »[réf. nécessaire]
  • Samir Aït Abdelmalek : Samir Aït Abdelmalek, dit « Smiler », père de trois enfants, déjà condamné pour des affaires de drogue et de vol de voiture, aurait fourni l’appartement de la séquestration à Bagneux, avant qu’Ilan Halimi ne soit séquestré dans la chaufferie de l’immeuble[réf. nécessaire]. Samir est aussi considéré comme le bras droit de Youssouf Fofana qu’il connaissait depuis dix ans. Il aurait fourni l’acide et donné un coup de cutter à la victime. Il était prévu qu’il touche 1 500 euros pour ses prestations. Dans le procès-verbal du 18 février 2006 de son interrogatoire par la brigade criminelle de Paris, Samir Aït Abdelmalek, déclare à propos d’un des actes de torture (destiné à produire une image) : « J’ai sorti la lame de cutter et après qu’il a mangé et bu, j’ai cherché un endroit où lui mettre un coup de cutter pour que ça saigne sans lui faire trop mal. Je ne voulais pas toucher à l’adhésif qui l’empêchait de hurler. Sans prévenir Ilan pour qu’il ne stresse pas, je lui ai mis un coup de cutter sur cinq ou six centimètres sur la joue gauche. Malgré le sparadrap, cela a saigné vite dans sa barbe qui n’avait pas été rasée. » À propos de la mort d’Ilan Halimi sur le bord d’une ligne de chemin de fer, le policier qui interroge le jeune homme poursuit : « À ce moment, m’a-t-il expliqué, Ilan avait réussi à relever son bandage sur les yeux. Du coup, Youssouf avec un couteau lui a mis un coup dans la gorge vers la carotide puis un coup de l’autre côté de la gorge. Ensuite il a essayé de lui couper le bas de la nuque. Puis il lui a mis un coup de couteau dans le flanc. Il avait sûrement dû revenir avec un bidon d’essence car il m’a dit qu’il avait utilisé un bidon pour asperger Ilan avec ce combustible et l’a incendié sur place. À ce moment il m’a dit : ‘Cela a fait une grande flamme et je suis parti.’ »
  • Yahia Touré Kaba : Yahia Touré Kaba, alias « Yaks », analphabète, aurait été geôlier deux semaines et demie. Il aurait coupé les cheveux de la victime et fourni deux autres amis pour sa relève, « Fabrice » et « Baba ». Il a témoigné en expliquant à propos de l’otage : « Il pissait dans une bouteille et faisait caca dans un sac en plastique. »[réf. nécessaire] Il serait impliqué dans une précédente tentative d’enlèvement.
  • Fabrice Polygone : Étudiant en BTS, il aurait été geôlier pendant toute la séquestration, et aurait aussi aidé à couper les cheveux de la victime. Il explique ce qui s’est passé la veille de la mort d’Ilan Halimi : « Dos contre le mur, jambes un peu repliées vers le torse, il était en peignoir. J’ai vu nettement des traces d’éraflure ou de frottement sur le côté gauche de son torse, un peu partout, vers les côtes, le cou, la poitrine. Ça ne saignait pas. »« Nabil, Zigo et moi, on devait le laver avec de l’eau, du gel douche qui se trouvait sur place et des gants de toilette. Je lui ai coupé les cheveux. Zigo et Nabil ont trouvé que ce n’était pas assez court et ils ont essayé de lui raser les cheveux avec un rasoir mécanique à deux lames, noir ou bleu. »
  • Jérôme Ribeiro : Jérôme Ribeiro, alias « Coup de Tête », issu d’une famille de six frères et sœurs, n’avait plus de travail depuis la mi-décembre 2005. Il était manutentionnaire intérimaire. Soupçonné d’avoir participé à l’élaboration du projet d’enlèvement et « Il était plus qu’un geôlier », selon une source judiciaire. Son témoignage aurait permis aux enquêteurs de remonter à d’autres membres du gang. Il a quitté le groupe à la fin du mois de janvier 2006. Des autocollants antisémites et des documents à la gloire des nazis ont été découverts dans l’appartement où il avait vécu. Il déclare : « Il [Fofana] m’a demandé si je voulais me faire beaucoup d’argent, j’ai répondu oui. Il m’a indiqué qu’il suffirait de garder trois jours un homme. »[réf. nécessaire] Il a été impliqué dans une autre tentative d’enlèvement : chargé de brûler un véhicule pour faire diversion, il se brûlera au cou et au visage.
  • Giri Oussivo N’Gazi : Ami de Jérôme, il aurait été geôlier.
  • Francis Oussivo N’Gazi : Francis N’Gazi aurait lui aussi été geôlier, et aurait fourni son appartement pour les réunions de groupe. Il est voisin de l’appartement des Fofana. Il aurait également fourni d’autres « filles-appâts » à Youssouf Fofana dans une autre affaire.
  • Nabil Moustafa : Nabil Moustafa, alias « Bilna », livreur de pizzas et footballeur, aurait été geôlier et aurait amené Cédric dans le groupe. Il témoigne : « Lorsque j’ai soulevé sa couverture, j’ai vu des taches de sang sur son pyjama avec des trous, au niveau des jambes et du ventre. Quand on l’a déshabillé, j’ai vu des plaques rouges sur son ventre (…), ça ressemblait un peu à des brûlures. »[réf. nécessaire] « On a dit qu’on en avait assez. Le boss a réfléchi et il a décidé qu’il n’y avait plus que ce soir-là, que l’autre devait dégager. »[réf. nécessaire] Il serait également impliqué dans une autre tentative d’enlèvement.
  • Cédric Birot Saint-Yves : Cédric Birot Saint-Yves, alias « Babas », ami de Nabil, aurait été geôlier. Il déclare : « Dès le premier jour, j’ai pu constater que l’otage présentait des traces de brûlure par mégots au niveau des côtes et du dos. » Les coups auraient débuté après un premier échec de remise de rançon. « Tous les quatre, Nabil, Yahia, Jérôme et moi, nous lui avons mis des tartes quand il gémissait pour avoir des cigarettes (…) Il m’est arrivé aussi de lui mettre de petits coups de balai sur les jambes, cuisses ou mollets. » Il est mis en examen pour séquestration, actes de torture et de barbarie. Le 5 janvier 2009, il est condamné par le tribunal deCréteil à cinq mois de détention ferme pour avoir utilisé un téléphone portable dans l’enceinte de la prison de Fresnes (Val-de-Marne) où il était incarcéré. Sa sœur cadette s’est vu infliger une peine de deux mois avec sursis pour lui avoir fait passer la puce électronique.
  • Gilles Serrurier : Âgé de 39 ans au moment des faits, il était le gardien de l’immeuble où fut séquestré Ilan Halimi. Il aurait prêté à ses bourreaux l’appartement, ou du moins la chaufferie où ils l’ont torturé. Ancien enfant de la DDASS, endetté par un divorce selon un locataire21, père de deux enfants, il aurait notamment remis les clefs de la chaufferie à Samir. Il est incarcéré pour « complicité de séquestration en bande organisée ».
  • Jean-Christophe Soumbou : Jean-Christophe Soumbou, alias « Marc », alias « Crim », alias « Craps » : ancien codétenu de Youssouf Fofana, il fait un séjour à la prison de Nanterre, où il était incarcéré pour vol avec violence. De corpulence musclée, il se rendra le 10 avril 2006 sous la pression exercée par la police sur son entourage. Il reconnaît avoir recruté deux hommes de main et fourni la voiture utilisée pour enlever la victime. Refusant de dévoiler le nom de ses deux complices, au motif que cela le mettrait en danger lui et sa famille, ceux-ci ne seront pas arrêtés. Il a été placé en garde à vue après sa déposition. Il est également impliqué dans d’autres tentatives d’enlèvement.
  • Franco Louise : Franco Louise22, ancien champion de France de boxe thaïlandaise à 23 ans. Il n’est pas poursuivi dans l’affaire Halimi à proprement parler.
  • Almane Diallo : Almane Diallo ou Alhassane, prêteur sur gages, soupçonné d’avoir pu servir d’intermédiaire dans le cas où une remise d’argent aurait été organisée. Il a été une des premières personnes arrêtées et mises en détention provisoire dans l’affaire.
  • Jérémy Pastisson : Il aurait participé à plusieurs tentatives d’enlèvement — dont une échouera grâce à l’intervention des voisins : le 5 janvier 2006, Mickael Douïeb est menotté et attaqué à coups de barre de fer, et insulté parce que juif. Son véhicule aurait servi à transporter Ilan Halimi.
  • Yassin N. : Il serait un homme de main recruté par Jean-Christophe Soumbou. Il s’est rendu à la police le 11 avril 2006 mais a été remis en liberté : il n’aurait pas participé au meurtre, ni au rapt d’Ilan Halimi.
  • Tiffenn Gouret : Elle aurait fourni des appâts à Fofana, qu’elle admire. C’est aussi l’ex-petite amie de Jean-Christophe G., et une amie d’Emma, qu’elle mettra en contact avec Fofana et qu’elle coachera pour son rôle d’appât. Elle recueille les confessions d’Emma (Yalda) après que cette dernière a attiré Ilan Halimi dans le guet-apens. Elle déclare : « j’ai fait ça pour rendre service » [à Youssouf Fofana]. Lors d’une autre tentative d’enlèvement, elle fournira directement les coordonnées et les habitudes d’un de ses camarades. Après l’enlèvement, elle conseillera à Emma de se teindre les cheveux. Elle lui répète que « ce n’est pas grave ».
  • Audrey Lorleach : Audrey Lorleach, dite « Léa » ou « Natacha », aurait servi auparavant d’« appât ». Jeune étudiante en assistance médicale, elle est la petite amie clandestine de Jérôme Ribeiro. À la recherche d’un plan pour gagner de l’argent, ce dernier la présente à Fofana, qui la recrute pour servir d’appât. Ses deux tentatives pour aguicher des jeunes hommes n’aboutissent pas, et Fofana, non sans avoir insisté, abandonnera l’idée de recourir à ses services. Mise au courant de l’enlèvement d’Ilan Halimi par son ami Jérôme, elle ne se signale à la police que deux jours après l’annonce de la mort du jeune homme. Elle est très amie avec Murielle, qui l’a poussée à se dénoncer. Elle a retrouvé la liberté après neuf mois de détention provisoire.
  • Sabrina Fontaine : Elle serait impliquée dans une tentative d’enlèvement ayant eu lieu en octobre 2005. Elle est interpellée peu après le passage d’un véhicule de police qui met la tentative d’enlèvement en échec.
  • Ruth : Présentée par Tiffen à Fofana, et âgée de 15 ans au moment des faits supposés, elle aurait aussi servi d’appât ; avec l’argent versé par Fofana (80 euros) pour avoir obtenu un numéro de téléphone, elle se serait acheté des bottes.
  • Sarah : Elle aussi aurait servi d’appât et aurait tenté (en vain) de séduire une proie rencontrée par Alexandra au Queen.

Autres personnes impliquées

  • Alcino Ribeiro : Père de Jérome Ribeiro, ce maçon de 52 ans, et sa belle-mère, sont accusés par sa copine Leila, de les avoir dissuadés de parler, en leur conseillant de faire profil bas. Alcino Ribeiro a comparu libre au procès. Le procureur a requis une peine ferme symbolique à son encontre, « parce que c’est le seul adulte qui avait une autorité, qui savait, mais qui n’a rien dit ».[réf. nécessaire]
  • Christine G. : Gardienne d’immeuble, c’est la compagne d’Alcino Ribeiro. Elle est aussi accusée de n’avoir pas dénoncé les faits.
  • Murielle Izouard : Amie d’Audrey, elle ne semble pas faire partie des opérations mais a été inculpée de « non-dénonciation de crime ». Elle s’est indignée des aveux de son amie et lorsqu’elle a reconnu le portrait-robot d’Audrey dans les journaux, elle l’a immédiatement alertée. « Je n’ai rien dit, car je n’y croyais pas. » En revanche, elle a poussé Audrey à se dénoncer. Admissible à l’écrit au concours de gardien de la paix, elle n’a pas pu passer l’oral, ayant été mise en examen pendant cette période. Incarcérée provisoirement, le juge des libertés a ordonné sa libération.
  • Leila Appolinaire : Petite amie régulière de Jérôme Ribeiro, elle fut mise au courant des faits, mais les parents de Jérôme l’auraient dissuadée de les dénoncer pour que Jérôme ne soit pas le seul à porter le chapeau.
  • Alexandra Sissilia : Elle aurait servi d’appât précédemment et a déclaré avoir été violée par Youssouf Fofana, Christophe Martin et Jérôme Ribeiro — une instruction sur cette agression a été ouverte par le parquet de Paris en mai 2006 et sera conclue par un non-lieu. Elle aurait été impliquée dans une autre tentative d’enlèvement, sur Michael D., le 6 janvier 2006, qui aurait échoué grâce à des passants. Elle n’aurait plus agi pour le groupe à partir de cette date. Elle a également été mise en détention provisoire.
  • Isabelle Mensah : Isabelle Mensah, confidente de Yalda, âgée de 18 ans au moment des faits, et dans le même lycée que Tiffen, était au courant des faits mais ne les a pas dénoncés. Elle témoigne : « Pour moi, c’est un truc de malade. J’y ai cru, mais je ne réalisais pas23. »

Procès en première instance

Le procès s’ouvre le 29 avril 2009 et dès la première audience, Youssouf Fofana se livre à des provocations. Il arrive tout sourire et lance, le doigt en l’air, un « Allah vaincra ». Lorsqu’on lui demande son identité et sa date de naissance, il répond « arabe africain islamiste salafiste » et donne le 13 février 2006 à Sainte-Geneviève-des-Bois, date et lieu de la mort de sa victime Ilan Halimi. Le procès est tenu selon les règles de publicité restreinte24, car certains des accusés étaient mineurs au moment des faits25.

Youssouf Fofana est condamné le 11 juillet 2009 à la peine maximale en droit français pour ce crime, soit la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de vingt-deux ans. Il décide de faire appel de cette condamnation mais se rétracte finalement peu après, cette condamnation a perpétuité devenant définitive26. Les autres verdicts vont de 18 ans de prison ferme à l’acquittement.

À la demande de Michèle Alliot-Mariegarde des Sceaux, le parquet a fait appel pour les condamnations inférieures aux réquisitions de l’avocat général27 soit 14 sur 27.

Nom Réquisitoire (1er juillet 2009) Verdict28 (11 juillet 2009) Après le premier procès
Verdict par accusé 
Youssouf Fofana Perpétuité + 22 ans sûreté Perpétuité + 22 ans sûreté Décision définitive
Samir Aït Abdelmalek 20 ans ferme 15 ans de prison Appel du parquet
Jean Christophe Soumbou 20 ans ferme 18 ans de prison Appel du parquet
Jean Christophe G.29. 15 ans ferme30 15 ans de prison Décision définitive
Emma (Yalda)31 10 - 12 ans ferme32 9 ans de prison Appel du parquet
Cédric Birot Saint-Yves 12 ans ferme 11 ans de prison Appel du parquet
Fabrice Polygone 12 ans ferme 11 ans de prison Appel du parquet
Yayia Touré Kaba 12 ans ferme 11 ans de prison Appel du parquet
Nabil Moustafa 13 ans ferme 13 ans de prison Décision définitive
Tifenn Gourret 10 ans ferme 9 ans de prison Appel du parquet
Franco Louise 8-10 ans ferme 5 ans de prison Appel du parquet
Christophe Martin-Vallet 8-10 ans ferme 10 ans de prison Décision définitive
Francis Oussivo N’Gazi 6-8 ans ferme 7 ans de prison Décision définitive
Guiri Oussivo N’Gazi 5-7 ans ferme 6 ans de prison Décision définitive
Jérémy Pastisson 5-7 ans ferme 3 ans de prison Appel du parquet
Jérôme Ribeiro 12 ans ferme33 10 ans de prison Appel du parquet
Gilles Serrurier 10 ans ferme 9 ans de prison Appel du parquet
Alexandra Sisilia 8-10 ans ferme 8 ans de prison Décision définitive
Alhassane D 5 ans sursis Acquitté Appel du parquet
Kamel F. 5 ans avec sursis Acquitté Décision définitive
Alcino Ribeiro 1 an ferme 8 mois de prison Appel du parquet
Audrey Lorleach 3 ans dont 28 mois de sursis 2 ans de prison, dont 16 mois avec sursis Appel du parquet
Muriel Izouard rien Acquittée Décision définitive
Leila Appolinaire Acquittée 6 mois de prison avec sursis, avec effacement du casier judiciaire Décision définitive
Christine G. 1 an de sursis 6 mois de prison avec sursis Décision définitive
Isabelle Mensah 18 mois sursis 6 mois de prison avec sursis Décision définitive
Sabrina Fontaine 5 ans ferme 3 ans de prison Appel du parquet

Pourquoi associer les Juifs à l’argent ? un peu d’histoire

Depuis les débuts du christianisme et parce que Judas aurait vendu Jésus pour trente deniers, les israélites ont été accusés d’aimer l’argent et d’être prêts à tout pour en gagner. Afin de ne pas trahir le dogme chrétien qui considérait l’usure comme un péché, les rois vont confier leurs finances aux Juifs. Dès le XVIIIème siècle, dans certains pays comme la Pologne, l’Espagne et l’Italie, les Juifs disposaient d’un statut discriminatoire les cantonnant par décret à l’exercice de certaines professions haïes par le peuple telles usurier, prêteur sur gages, intendant des terres des seigneurs où trimaient de pauvres paysans et trésorier des rois.Ce mythe sera entretenu dans la littérature par Jules Verne, Zola et Shakespeare (le Marchand de Venise)

L’islam qui naît après le Judaïsme et 600 ans après le Christianisme va s’inspirer de ses dogmes, notamment en proscrivant l’usure  et en prônant la haine du juif . La  loi islamique, la charia. va interdire l’usure, Comme les chefs chrétiens, les chefs musulmans  laisseront le "sale boulot" de l’argent aux Juifs. C’est tout l’art de la finance islamique (1) qui est enseignée dans les universités françaises et appliquée dans nos banques avec l’introduction de "charia boards". la finance islamique prétendue propre et licite s’oppose au capitalisme juif spéculatif et malhonnête.

Le contact social et les transactions économiques entretenus entre juifs et non juifs à travers l’histoire, ont crée une image stéréotypée présentant les juifscomme étant hypocrites,menteurs,lâches,opportunistes,cupides ,usuriersmercantiles et surtout avares
Les juifs sont ainsi décrits dans la littérature. Par exemple, dans la comédie

LLAAvvaarreeoouullÉÉccoolleedduuMMeennssoonnggede Molière,Harpagony figure comme un juif avare, tyran domestique, et égoïste.

Dans Le Marchand de Venise deShakespeare, pour rendreservice à son ami Bassanio, Antonio emprunte de l’argent à l’usurier  Shylock  (le juif). Certain de pouvoir le rembourser, il signe un contrat où il autorise à son créancier à lui prélever une livre de chair en cas de défaut de paiement.Dans

Mon Combat ‘Mein Kampf’ 
, Hitler présente les juifs sous l’image desindividus qui ne contribuent guère dans la production des biens. Pour lui, ilsne sont que des pique-assiettes puisqu’ils ne sont que des revendeurs, doncusuriers, dépendants des autres et par conséquent vivant au dépens des autres.
Certains éthnologues soulignent qu’à travers l’image populaire des juifs, onretrouve la perception de l’ "autre", de l’ "étranger 
 On donne comme stéréotype "les juifs ne travaillent pas; ils font du commerce

Au XIXème siècle le capitalisme a favorisé l’apparition de riches banquiers dont les Rothschild qui demeurent le symbole de la richesse de tous les Juifs, même quand ils sont modestes ou pauvres.

 

 Le film

(1) finance islamique

 

  • La finance islamique http://laconnectrice.wordpress.com/2011/06/27/religion-et-economie-imperialisme-arabo-musulman/

Elle est à l’honneur en France depuis que Christine Lagarde a annoncé publiquement son intention de la mettre en pratique dans notre économie avec le soutien des universités de Lille et Strasbourg qui ont déjà ouvert des cursus de financement islamique, et l’ouverture en novembre de celui de l’université Paris Dauphine. Elle a même invité le gouvernement et les banques à se mettre en accord avec les règles de financement islamique afin d’attirer les pétrodollars en France. La BNP, de son côté, annonce qu’elle a déjà intégré les pratiques de la finance islamique depuis une vingtaine d’années.
En octobre 2009 s’est tenue à Paris la 3ème Edition de The Islamic Finance Summit sous l’égide de l’association Europlace créée, en principe, pour contribuer au développement de la bourse de Paris. Celle-ci a déjà signé 3 MOU (Memorandum of understanding) avec les principales institutions de réglementation de la finance islamique.
De plus, le parlement vient de voter la validation du sukuk, version musulmane de nos obligations.

Outil spécifique de diffusion des valeurs musulmanes, la finance islamique bénéficie donc d’un engouement et d’un soutien incontestables de la part des pouvoirs publics. Soutien étonnant lorsque l’on examine un peu sérieusement ses soi-disant « avantages ».

Définissons-la brièvement : c’est une finance qui n’investirait que dans des activités compatibles avec la charia et les valeurs islamiques, (ce qui nécessite la présence au sein des institutions financières des Shariah boards, ces comités d’éthique islamique composés de « savants » en religion) qui ne pratiquerait pas l’usure (le taux d’intérêt), interdirait la titrisation plus d’une fois et serait donc plus transparente, moins risquée aussi puisque le débiteur qui ne pourrait rembourser ne se verrait pas dépouillé de ses biens et les prêts seraient nécessairement adossés à des éléments d’économie réelle.

Concernant ses activités Shariah compliant, notons que si l’on ne connaît pas de fonds musulman finançant de la fabrication d’alcool ou des élevages de porcs, en revanche les « savants » sont divisés sur certaines activités comme les produits de beauté et pour certaines autres, des accommodements semblent possibles;  on l’a vu pour les hôtels ou les jeux d’argent. Et d’une manière plus globale, si l’on sent une montée de revendications d’éthique dans le fonctionnement des banques (voir le rapport annuel de la FNBF, fédération nationale des banques françaises de 2008 en traite longuement), celles-ci ne passent donc nullement par la nécessité d’adopter les règles de la finance islamique.

L’absence de taux d’intérêt est une escroquerie pure et simple, une fiction : lorsqu’on vous prête de l’argent, comme ce prêt est censé toujours financer l’économie réelle, votre prêteur achète le bien que vous convoitez et vous le revend par mensualités avec un bénéfice, qui effectivement ne s’appelle pas « taux d’intérêt » mais cela revient exactement au même.

Concernant le fait que l’emprunteur ne serait pas forcé de rembourser la banque s’il n’en a pas les moyens ou s’il perd le bien pour lequel il a contracté un prêt (par exemple, il est prétendu que votre maison ne sera pas saisie si vous ne pouvez plus payer vos traites), lorsque l’on interroge précisément des spécialistes de la finance islamique comme Elyes Jouini la réponse est invariablement que les savants « étudieraient la question », que« chaque cas devrait être examiné en particulier ». Le moins que l’on puisse dire est que cette règle obscure a très peu de chances d’être appliquée.

Que cette finance soit plus sûre parce que adossée à l’économie réelle, en interdisant la titrisation au-delà d’une fois( titrisation  jugée responsable de la crise subprimes), est formellement contredit par les pertes subies par les pays arabes au cours de la crise financière entre 2008 et 2009. Les monarchies du golfe qui sont garantes à travers leurs institutions des règles de la finance islamique, ont perdu des milliards de dollars dans des placements qui n’avaient rien d’éthique, comme leur participation dans la Citibank. Les fonds souverains du Golfe avaient perdu 800 milliards de dollars entre fin 2008 et le premier trimestre 2009. (Source McKinsey Global Institute, Financial News). Et le montant des pertes n’est  qu’une estimation de l’ONU, car ces fonds souverains ne révèlent jamais le montant exact de leurs avoirs ni celui de leurs pertes, ce qui est, d’ailleurs , contradictoire avec l’assertion généralisée d’une véritable transparence de la finance islamique.

Personne n’est vraiment inquiet à long terme pour ces producteurs de pétrole compte tenu de la nouvelle envolée des prix du baril, mais cette crise a révélé que les avantages supposés de la finance islamique étaient parfaitement illusoires, aussi peut-on s’étonner et s’irriter de ce que nos gouvernants continuent à nous la vendre comme plus sûre parce que plus éthique par opposition aux finances non islamiques qui seraient responsables de la crise pour absence d’éthique…

En réalité tout cela cache une réalité bien plus triviale : l’adhésion à la finance islamique est le prix à payer pour que Paris supplante la City en tant que place boursière.

Tous les arguments sont bons pour attirer les capitaux arabo-musulmans.
La finance islamique permettrait  de répondre à la demande d’un marché de 5 millions de musulmans en France avec l’ouverture d’un nombre potentiel de 20 000 à 300 000 comptes bancaires .

Il s’agit bien sûr d’une estimation puisque les statistiques ethniques et confessionnelles sont interdites depuis 1872. Cette estimation (chiffres INED, CNUCED, OCDE et Wikipedia) qui monte à 6 millions pour une population totale de 64 M ferait de la communauté musulmane de France la plus importante parmi les pays d’origine chrétienne. Mais ils sont loin d’être tous potentiellement concernés par ces ouvertures de comptes dans des banques pratiquant la finance islamique. Si on en exclut toutes les personnes que leur pauvreté ou la charia rejette, comme les femmes ou les homosexuels, et compte tenu que selon le rapport Machelon, il n’y aurait pas plus de 1 200 000 musulmans vraiment pratiquants, il ne reste plus beaucoup de clients potentiels pour les banques Shariah compliant. Le marché de 5 à 6 millions de musulmans vivant en France est pure imagination.

Concrètement, les nouvelles dispositions gouvernementales concernent uniquement les banques d’investissement et non les banques de détail, celles qui intéresseraient la majorité des Musulmans de France. Il apparaît de toute évidence que le chiffre avancé de 5 millions de musulmans concernés par la finance islamique  est un grossier mensonge destiné à justifier l’introduction de Shariah boards, c’est-à-dire de comités de savants experts en religion, dans les banques et les institutions de notre République laïque.

Dans le même ordre d’idées on nous annonce que le développement de la finance islamique attirerait 113 milliards d’euros d’investissements étrangers. C’est une belle somme mais ce n’est qu’une estimation, et Elyes Jouini qui la donne ne précise pas que, pour atteindre cet objectif, il faudrait rivaliser avec Londres, le Maghreb, les Etats-Unis et tous les autres pays qui sont prêts à prier 5 fois par jour en direction de la Mecque afin que le Seigneur déverse sur leur tête la manne des pétrodollars.

Autrement dit, nos dirigeants nous contraignent à revoir nos lois et nos règlements, à passer sur nos us et coutumes, à oublier notre philosophie et entamer nos libertés pour nous sauver d’une crise dont ils prétendent, dans le même temps, que nous nous en sommes bien tirés et que, grâce à leur éthique, nos banques n’ont pas sombré. L’argument est d’autant plus infondé que la France attire toujours les capitaux étrangers puisqu’elle se situe en deuxième position, après les Etats-Unis pour les IDE (Investissements directs étrangers). Que signifie alors le chiffre avancé de 113 milliards d’euros qui serait généré grâce à l’introduction de la charia dans nos banques ? Les pays du Golfe semblent plus intéressés par des « investissements immobiliers plus que productifs », a reconnu Christine Lagarde, qui a cependant fait état d’une « prise de conscience » actuelle dans ces pays des « opportunités offertes par la France« . Bref, un chiffre qui semble hautement fantaisiste.

La première tentative française de fonds islamique, lancée en 2008 à la Réunion par une filiale de la Société Générale, s’est soldée par un échec : il a fermé en avril 2009, faute de dégager un rendement suffisant, après avoir collecté 15 millions d’euros de dépôts.

Malgré des rumeurs, il n’y a pas eu non plus pour l’instant d’annonce d’émission de « sukuk »ces obligations conformes à la finance islamique par une entreprise française, pas plus à l’étranger qu’en France.
Enfin,  l’absence de finance islamique n’a jusqu’ici jamais constitué un frein aux échanges des pays arabes avec l’Europe et l’Amérique, les échanges interarabes représentant moins de 9% de leurs échanges globaux, préférant selon leurs affinités politiques, les USA et la Grande Bretagne pour les pays du Moyen Orient, l’Europe pour les pays du Maghreb. Par ailleurs, quelques  1200 milliards de dollars de capitaux arabes sont entreposés au niveau des banques se trouvant à l’étranger.

Agression antisémite le 20 mars à Paris 19. La victime témoigne

Publié le

Une fois de plus, la" religion de paix et d’amour" a frappé sur notre territoire un homme pour la seule raison qu’il était juif. Richard David a été blessé physiquement, psychologiquement et moralement

Je présente à Richard David mes meilleurs vœux de rétablissement et je salue son courage

Il est inadmissible que des soldats autoproclamés de la haine fassent la loi en France en développant le racisme anti blanc et anti juif

Il serait temps de mettre fin au djihad en France et aux menées de ces jeunes lâches (à trois contre un homme de 50 ans !)

La Connectrice

source http://jssnews.com/2014/04/01/rencontre-avec-la-victime-de-la-terrible-agression-antisemite-du-xixe-arrdt/

Rencontre avec la victime de la terrible agression antisémite du XIXè arrdt.

Publié le : 1 avril 2014

Exclusif JSSNews: Richard David est enseignant. Le jeudi 20 mars dernier, il a été victime d’une terrible agression antisémite commise dans le 19e arrondissement de Paris alors qu’il sortait d’un restaurant casher. Par la suite, une courte vidéo dans laquelle il témoigne a largement circulé à travers les réseaux sociaux et n’a pas manqué d’émouvoir la communauté juive. Le Cercle Hatikva -qui lutte notamment contre l’antisémitisme- a rencontré la victime qui a accepté de témoigner pour les lecteurs de JSSNews en répondant aux questions d’Eilat Le Goan et de Yonatane Laïk.

Screen Shot 2014-04-01 at 10.29.25 AM


Cercle Hatikva : Avant tout, comment allez-vous aujourd’hui ?
Richard David : Je ne vais pas mieux car je suis très commotionné, je dors mal, j’ai des angoisses et beaucoup de crises de larmes. C’est très dur de subir une agression. Je ne suis plus rassuré mais je ne veux pas céder. Mes proches sont très touchés et consternés par ce qui m’est arrivé.

Pour tout vous dire, je me sens sali et humilié. On a porté atteinte à ma dignité mais aussi à la communauté toute entière car cette agression était préméditée. Ce n’est pas sans lâcheté que mes agresseurs voulaient s’attaquer à un juif et pour cela, ils ont choisi un endroit désert. Ils cherchaient avant tout à humilier un membre de la communauté pour bien nous montrer que notre place n’était pas ici.

Vous avez accepté de livrer votre témoignage afin de sensibiliser l’opinion publique quant à l’essor inquiétant d’un antisémitisme violent en France. Pouvez-vous nous raconter ce qui s’est passé durant cette soirée du 20 mars ?

Aux alentours de 22h15, je sortais du Tib’s, une pizzeria casher de la rue manin. J’étais à la recherche d’une station de métro et j’ai donc tourné un peu dans le quartier. J’ai pris une route parallèle à la rue Petit avant d’emprunter un passage piéton. J’arrivais vers le milieu de la route lorsque j’ai senti que trois personnes venaient à ma rencontre. J’ai eu l’impression qu’elles me suivaient. Je me suis donc mis sur le côté pour les laisser passer et tandis qu’elles se rapprochaient de moi, je leur ai demandé : « vous voulez quelque chose ? ». A ce moment-là, les trois individus ont commencé à m’insulter en français et en arabe. J’ai notamment entendu « sale juif », « on va niquer ta race » et « sale race de juif ». Il s’agit donc sans ambigüité de propos antisémites.

Ensuite, j’ai été poussé puis maintenu contre un mur par ces trois personnes qui étaient d’origine nord-africaine. Ils m’ont tapé sans retenue. J’ai reçu de nombreux coups violents sur le visage et sur le torse. J’ai 59 ans et ce soir-là, j’étais seul au monde face à des « bêtes enragées ».

Juste après, l’un de mes agresseurs m’a arraché la chemise puis il a sorti quelque chose de sa poche. J’ai pris peur car je croyais qu’il s’agissait d’une arme blanche. En fait, c’était un marqueur. Et il m’a dessiné une sorte de croix gammée sur le torse.

J’ai appelé au secours durant mon agression mais la rue était déserte comme je le disais. Avant que mes agresseurs ne prennent la fuite, ils m’ont dit : « ce n’est pas fini pour toi ».
Je ne saurais les reconnaître car ils portaient des casquettes mais je dirais qu’ils ont entre 20 et 25 ans. Ils ne m’ont d’ailleurs rien volé pas même l’argent que j’avais sur moi. Ils cherchaient à s’attaquer à quelqu’un qui sortait d’un restaurant casher et qui portait une kippa. Ils voulaient tout simplement « casser du juif » ce soir-là.

Par la suite, j’ai croisé un homme dans la rue. Il m’a demandé ce qui m’était arrivé et tandis que je cherchais à rejoindre l’hôpital le plus proche, il m’a dit qu’il fallait appeler la police.

Vous avez porté plainte ?

J’ai bien évidemment porté plainte. Après l’agression, le SAMU est arrivé et m’a emmené à l’hôpital. La police et le corps médical étaient écœurés, ils se sentaient sincèrement concernés par ce qui venait de se passer, j’ai ressenti un soutien moral de leur part.
J’ai passé la nuit aux urgences et je suis sorti vers 8h le lendemain matin. Je suis donc allé porter plainte au commissariat du 19e. Le brigadier qui a pris ma déposition se disait désolé.
Par la suite, on m’a demandé durant l’après-midi de rencontrer un médecin de la police. Il m’a donné neuf jours d’ITT. Après une radio, on s’est aperçu que j’avais le nez cassé en plus des deux hématomes au visage.

Quand je suis sorti du commissariat du 19arrondissement, je suis tout de suite allé dans une synagogue située au sein d’une école juive du quartier. Beaucoup de gens sont venus vers moi. Il faut dire que j’étais encore très marqué par mon agression. Il y a eu un élan de générosité et de compassion. Ils ont appelé Sammy Ghozlan du BNVCA qui m’a écouté et qui a appelé par la suite plusieurs de ses connaissances. C’est aussi à ce moment-là que l’interview vidéo qui circule sur les réseaux sociaux a été réalisée. J’avais besoin d’être soutenu et de retrouver mes valeurs.

J’attends maintenant les résultats de l’enquête qui est en cours.
Avez-vous reçu du soutien dans la communauté ?

J’ai reçu beaucoup de soutien dans la communauté aussi bien à Paris qu’en province. Certaines personnes rencontrées à l’école m’appellent encore et prennent de mes nouvelles régulièrement.
J’ai eu un soutien au-delà de ma propre famille. Quant aux institutions : le SPCJ, le Crif, le Consistoire, le BNVCA et le Cercle Hatikva -qui m’a proposé de témoigner- m’ont apporté leur soutien ainsi qu’une assistance. J’ai également reçu beaucoup d’appels d’Israël et même de New York ! Je dois dire que je suis très touché par les témoignages de soutien nombreux qui me sont adressés.

Je tiens également à saluer la jeunesse juive pour son calme car si elle fut très marquée par mon agression, elle a refusé d’y répondre par la violence ou en brûlant des voitures par exemple.

Plusieurs médias nationaux ont mentionné votre agression. Etes-vous surpris par une telle médiatisation ?

Effectivement, j’ai été surpris que tant de médias de première importance parlent de ce qui m’est arrivé car la plupart des actes antisémites sont habituellement passés sous silence.
Généralement, ce sont les médias communautaires qui se sentent concernés par l’antisémitisme et ce sont ces derniers qui nous informent bien trop souvent des agressions ou provocations qui sont commises à travers la France.

En ce qui concerne mon agression, je sais que RTL, Le Parisien, TF1, France télévisions et France Info en ont parlé d’après ce qu’on m’a dit. En revanche, je regrette l’absence de réaction de la part du gouvernement et plus précisément des ministres de l’Intérieur et de la Justice.

En outre, j’appelle toutes les victimes d’actes antisémites à porter plainte parce qu’il est important de disposer des chiffres réels afin que les gens puissent prendre conscience que cela existe pour que tout cela cesse. En portant plainte, on contribue aussi à lutter contre le climat d’impunité pour les agresseurs car ils doivent être sévèrement punis.

Quel constat dressez-vous sur la situation actuelle en France à l’heure où les violences antisémites se multiplient ?

La violence à l’encontre des juifs est en nette progression en France : il y a beaucoup d’antisémitisme dans ce pays, c’est un fait. Aujourd’hui, je veux témoigner pour retrouver ma dignité mais je le fais aussi pour toute la communauté car nous devons lutter contre ceux qui ont la volonté de minimiser les violences à caractère antisémite.

Je crois que la liberté de pouvoir porter la kippa dans les espaces publics est clairement menacée en France. Parce que j’ai la conviction qu’un juif ne doit pas se cacher et puisqu’il est important pour moi d’affirmer mon identité, je refuse de céder à la peur ou aux intimidations et je continuerai à porter la kippa dans les rues de Paris ! Mais je reste conscient que la seule issue pour avoir véritablement la paix et donc pour vivre notre judaïsme en toute sérénité, c’est bien d’aller vivre en Israël dans ce pays où il est possible de porter en toute sérénité la kippa sans se faire agresser parce que juif.

Propos recueillis par Yonatane Laïk et Eilat Le Goan – JSSNews

74 Réponses à Rencontre avec la victime de la terrible agression antisémite du XIXè arrdt.

Antisémitisme : d’où vient-il et pourquoi persiste-t-il ?

Publié le

Le magazine anglophone MOMENT publie les résultats d’un symposium sur l’origine de l’antisémitisme et les motifs de sa persistance. Rien n’a changé sur les motifs mais la parole et les actes antisémites se sont libérés. La peste revient sous le prétexte de l’anti sionisme et avec la croissance de l’immigration musulmane dans les pays européens.

eBook_Anti-Semitism-HomePage-CTA_v3

Voici les noms de quelques contributeurs contributeurs :

AYAAN HIRSI ALI

Ayaan Hirsi Ali is a fellow at the John F. Kennedy School of Government at Harvard University, president of the AHA
Foundation and author of The Caged Virgin: An Emancipation Proclamation for Women and Islam.

PHYLLIS CHESLER

Phyllis Chesler is the author of The New Anti-Semitism: The Current Crisis and What We Must Do About It and an emerita
professor of psychology and women’s studies at the City University of New York.

MOHAMMED S. DAJANI DAOUDI

Mohammed S. Dajani Daoudi is founding director of the American Studies Institute and director of libraries at Al-Quds
University. He is the founder and executive director of Wasatia, Moderate Islamic Movement in the Palestinian Authority.

MICHEL GURFINKIEL

Michel Gurfinkiel was editor-in-chief of Valeurs Actuelles, is the founder and president of the Jean-Jacques Rousseau
Institute, a conservative think tank, and is a Shillman/Ginsburg Fellow at Middle East Forum.

SHLOMO SAND Shlomo Sand is a professor of history at Tel Aviv University and author of The Invention of the Jewish People

XU XIN

Xu Xin is professor of Jewish Culture at the Diane and Guilford Glazer Institute of Jewish and Israel Studies, Nanjing
University.

JONATHAN JUDAKEN

Jonathan Judaken is the Spence L. Wilson Chair in the Humanities at Rhodes College and author of Jean-Paul Sartre and the
Jewish Question: Anti-antisemitism and the Politics of the French Intellectual.

etc.

on peut télécharger gratuitement l’article http://info.momentmag.com/ebook_anti-semitism_ty?submissionGuid=49292019-33bf-4ded-a46f-982ecdcf923b

Contre l’antisémitisme et pour la fraternité républicaine, rassemblement le mercredi 19 mars 2014 à 18 heures, Place du Trocadéro,

Publié le

manif-19mars-b18ac

A l’Appel du CRIF,

Au même moment, alors que s’achève un "cycle de négociations", sous l’égide de John Kerry, avec les Palestiniens de Ramallah, ceux de Gaza, inféodés à l’Iran, qui prône l’éradication de l’Etat Juif, redoublent de violence, pour prouver que les " Juifs ne sont en sécurité nulle part ".

Contrairement aux subtilités de salon, dans les rédactions occidentales, il n’existe pas, dans le monde arabo-musulman, à cette heure, la moindre distinction entre antisionisme et antisémitisme. De très rares s’y essaient, comme l’Imam Chalgoumi, mais sont sous la menace directe de leurs "frères en Islam".

Sebastien Selam, Ilan Halimi, la famille Sandler et la commémoration de leur assassinat dans leur école (19 mars 2012), au-delà du symbole, nous marquent à jamais, comme le sort scellé de tout Juif de France, soit-disant au nom d’Allah, des "Palestiniens", ou de la "misère des banlieues".

Contre les agressions en France et en Europe, contre les guerres de harcèlement au Moyen-Orient, c’est la même cause de la survie d’abord et de l’affirmation de notre existence de plein droit, envers et contre les forces d’Aman, qui doit rassembler toutes les sensibilités.

Les divisions inter-associatives, les rituelles luttes intestines, le goût des prérogatives et des poses photogéniques pour la postérité ne servent, actuellement, que nos ennemis nombreux, d’extrême-gauche comme d’extrême-droite : ils n’attendent que l’effondrement des institutions libres pour donner carte blanche à leurs pulsions et penchants favoris.

Dans notre combat quotidien et nos écrits, nous continuons, chaque fois, d’affirmer notreindépendance d’esprit et ne manquons jamais d’adresser une critique, qui nous paraît justifiée, à nosreprésentants et aux institutionnels .

Mais, il y a un temps pour les controverses et les disputes, et un temps pour tirer les sonnettes d’alarme , dans un pays de plus en plus anesthésié par ses soucis constants, alors que les slogans moyen-âgeux ont retrouvé, depuis 14 ans, un terreau fertile pour désigner leur cible de toujours : les Juifs .

Nous appelons les associations qui nous sont proches et celles qui nous regardent avec méfiance à partager le demi-shekel du bien commun.

Intolérance

François Hollande a confirmé les faits relatés par Roger Cukierman: «Des Juifs qui sont agressés sur la voie publique parce qu’ils portent une kippa, des jeunes qui sont insultés dans l’école de la République, des synagogues qui sont souillées par des croix gammées.» «Cette flambée de haine ne surgit pas du néant, a poursuivi le président. Elles sont le produit d’un climat où prospère l’intolérance. (…) Avec les mêmes rhétoriques complotistes ou conspirationnistes qui resurgissent comme si les leçons de l’histoire la plus tragique n’avaient pas été tirées.» François Hollande a cité la manifestation du Jour de colère, «avec des groupes hétéroclites unis par la seule hantise du juif». «Face à ces périls, il ne saurait y avoir la moindre place pour les divisions, les polémiques ou les surenchères, a-t-il déclaré devant un parterre représentatif de l’ensemble de la classe politique, à l’exception des extrêmes, mais avec les Verts qui ont mis fin à une brouille de dix ans avec Roger Cukierman. «Les lois existent, il faut les appliquer», a-t-il affirmé, en rappelant l’interdiction du spectacle de Dieudonné et la dissolution du groupe d’extrême droite dont l’altercation avec un groupe d’extrême gauche a conduit à la mort de Clément Méric.

L’extrême gauche, François Hollande n’en a pas parlé, contrairement à Roger Cukierman. Le président du Crif a fustigé «l’antisionisme», «nouvel habit de l’antisémitisme à l’extrême gauche». Il a aussi rappelé que, lors d’une manifestation censée lutter contre l’homophobie et le racisme, le 22 février, à Toulouse, des militants d’extrême gauche avaient expulsé la présidente locale du Crif aux cris de «Crif, fascistes, sionistes, cassez-vous!». Le Crif organisera «un grand rassemblement pour dire non au racisme et à l’antisémitisme» le 19 mars, au Trocadéro.

Pour en savoir plus sur l’antisémitisme de chez nous

  • Réponses de la communauté juive à Napoléon en 1806. Qu’en dit la communauté musulmane ?

Les Juifs sont présents en France depuis environ 2000 ans. Ils ont contribué a construire l’identité de notre pays et ont répondu présent à toutes les étapes de son évolution, tant pour l’élaboration de ses lois que pour sa défense dans les périodes de guerre.

Il est donc erroné de les traiter aujourd’hui comme des étrangers ou des immigrés bien que, individuellement, certains se soient établis en France depuis une soixantaine d’années pour fuir les persécutions dont ils étaient victimes en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Les derniers israélites immigrés en France sont venus dans notre pays notamment parce que la liberté leur y était garantie depuis l’accord passé entre la communauté et Napoléon en 1806.

Ces garanties leur ont été offertes en échange de leur organisation en consistoire alors que la religion juive n’établit pas de hiérarchie entre les rabbins comme le fait l’église catholique entre les prêtres.  Avant d’établir ce mode de relation structuré entre la nation et la communauté juive, Napoléon pposa 12 questions à l’Assemblée des rabbins, le Sanhédrin. Vous trouverez ces questions et leurs réponses ci-dessous.

Depuis 1806, la communauté juive a toujours été fidèles à ses engagements, elle a respecté les lois de la République, elle a été fidèle à la Nation et s’est assimilée à la société française, pour ses membres plus récemment arrivés. On ne peut en dire autant de la France qui a dénoncé et déporté ses juifs sous occupation allemande.

Si on ne connait pas cet engagement réciproque, on ne peut pas comprendre pourquoi nos dirigeants se rendent chaque année au dîner solennel du CRIF.

On se demande pourquoi nos dirigeants ne posent pas les mêmes questions -remises au goût du jour- aux représentants de la communauté musulmane.

Les réponses à Napoléon

http://people.ucalgary.ca/~elsegal/363_Transp/Sanhedrin.html

Résolu, par les députés français professant la religion de Moïse, que la déclaration suivante doit précéder les réponses retournées aux questions proposées par les commissaires de Sa Majesté Impériale et Royale.

L’assemblée, impressionné par un profond sentiment de gratitude, d’amour, de respect et d’admiration pour la personne sacrée de Sa Majesté Impériale et Royale, déclare, au nom de tous les Français professant la religion de Moïse, qu’ils sont pleinement déterminés à prouver digne des faveurs de Sa Majesté envisage pour eux, en respectant scrupuleusement conforme à ses intentions paternelles, que leur religion, il est de leur devoir d’examiner le droit du prince comme la loi suprême en matière civile et politique; que, par conséquent, devrait leur code religieux, ou de ses diverses interprétations, contiennent des commandes civils et politiques, en contradiction avec celles du code français, ces commandes seraient bien sûr, cesser d’influencer et de les gouverner, car ils doivent, avant tout, reconnaître et obéir aux lois du prince.

Que, en conséquence de ce principe, les Juifs ont, en tout temps, considéré comme un devoir d’obéir aux lois de l’État, et que, depuis la révolution, ils ont, comme tous les Français, ont reconnu pas d’autres.

Première question:

Est-il permis aux juifs d’épouser plus d’une femme?

Réponse:

Il n’est pas permis aux juifs d’épouser plus d’une femme: dans tous les pays européens sont conformes à la pratique générale marier seul.Moïse ne commande pas expressément de prendre plusieurs, mais il ne l’interdit pas. Il semble même adopter cette coutume en vigueur en général, car il règle les droits de succession entre les enfants des différentes épouses. Bien que cette pratique existe encore dans l’Est, mais leurs anciens docteurs ont enjoint les à s’abstenir de prendre plus d’une femme, sauf quand l’homme est activé par sa fortune pour maintenir plusieurs.

L’affaire a été différente dans l’Ouest, la volonté d’adopter les coutumes des habitants de cette partie du monde a incité les Juifs à renoncer à la polygamie. Mais comme plusieurs personnes encore se livraient à cette pratique, un synode a été convoquée à Worms dans le onzième siècle, composée d’une centaine de rabbins, avec Gershom à leur tête. Cette assemblée a prononcé l’anathème contre tout Israélite qui devrait, à l’avenir, prendre plus d’une épouse.

Bien que cette interdiction ne devait pas durer pour toujours, l’influence des mœurs européennes a universellement prévalu.

Deuxième question:

Le divorce est permis par la religion juive? Le divorce est valable lorsqu’il n’est pas prononcée par les tribunaux de justice en vertu des lois en contradiction avec celles du code français?

Réponse:

La répudiation est autorisée par la loi de Moïse, mais il n’est pas valable s’il n’a pas déjà prononcé par le code français.Dans les yeux de chaque Israélite, sans exception, la soumission au prince est le premier des devoirs. C’est un principe généralement reconnu parmi eux, qui, en toute chose relative aux intérêts civils et politiques, la loi de l’Etat est la loi suprême. Avant qu’ils ne soient admis en France pour partager les droits de tous les citoyens, et quand ils vivaient sous une législation particulière qui leur remise en liberté de suivre leurs coutumes religieuses, ils ont eu la possibilité de divorcer de leurs épouses, mais il était extrêmement rare de le voir mettre en pratique. Depuis la révolution, ils ont reconnu d’autres lois sur ce point, mais ceux de l’empire. A l’époque où ils ont été admis au rang des citoyens, les rabbins et les principaux Juifs ont comparu devant les communes de leurs lieux de résidence, et ont fait le serment de se conformer, en toutes choses, aux lois et aux reconnaissent pas d’autres règles dans toutes les affaires civiles …

Troisième question:

Une juive peut épouser une chrétienne, et un Juif une femme chrétienne "la loi ne les permettre aux Juifs de se marier qu’entre eux?

Réponse:

La loi ne dit pas que juive ne peut pas épouser un chrétien, ni un Juif d’une femme chrétienne, il ne précise pas que les Juifs ne peuvent se marier entre eux. Les seuls mariages expressément interdits par la loi, sont ceux avec les sept nations de Canaan, avec Amon et Moab, et avec les Egyptiens. L’interdiction est absolue en ce qui concerne: le sept nations cananéennes: en ce qui concerne Amon et Moab, elle est limitée, selon de nombreux talmudistes, les hommes de ces nations, et ne s’étend pas aux femmes, il pense même que ce dernier serait ont adopté la religion juive. Quant aux Egyptiens, l’interdiction est limitée à la troisième génération. L’interdiction en général ne s’applique qu’aux nations dans l’idolâtrie. Le Talmud déclare formellement que l’arc des nations modernes ne doit pas être considéré comme tel, car ils adorent, comme nous, le Dieu du ciel et de la terre. Et, en conséquence, il ya eu, à plusieurs périodes, les mariages entre juifs et chrétiens en France, en Espagne et en Allemagne: ces mariages sont parfois tolérées et parfois interdites par les lois de ces souverains, qui avaient reçu des Juifs dans leurs domaines .Les syndicats de ce type se trouvent encore en France, mais on ne peut nier que l’opinion des rabbins est contre ces mariages. Selon leur doctrine, bien que la religion de Moïse n’a pas défendu les Juifs de mariages mixtes avec les pays non pas de leur religion, mais, comme les mariages, selon le Talmud, exige cérémonies religieuses appelées Kiduschim, avec la bénédiction utilisé dans ce cas, pas de mariage peut être religieusement valable que si ces cérémonies ont été effectuées. Cela ne pouvait pas être fait envers les personnes qui ne seraient pas tant d’entre eux considèrent que ces cérémonies sacrées, et en ce que le couple marié pourrait se séparer sans le divorce religieux, ils seraient alors considérés comme mariés civilement mais pas religieusement.

Telle est l’opinion des rabbins, des membres de cette assemblée. En général, ils ne seraient pas plus enclins à bénir l’union d’une femme juive avec un chrétien ou d’un Juif avec une femme chrétienne, que les prêtres catholiques eux-mêmes serait disposé à sanctionner les unions de ce genre. Les rabbins reconnaissent toutefois qu’un Juif, qui épouse une chrétienne, ne cesse pas de ce fait, en Colombie-Britannique considéré comme un Juif par ses frères, pas plus que s’il avait épousé une juive civilement et religieusement pas.

Quatrième question:

Aux yeux des Juifs, des Français considérés comme leurs frères? Ou sont-ils considérés comme des étrangers?

Réponse:

Aux yeux des Juifs français sont leurs frères, et ne sont pas étrangers.Le véritable esprit de la loi de Moïse est en accord avec cette manière de considérer les Français. Quand les Israélites ont formé n installés terre ou d’une nation indépendante, leur loi fait une règle pour eux de considérer les étrangers comme leurs frères.

Avec les soins les plus tendres pour leur bien-être, leurs commandes législateur à les aimer, "Aimez-vous donc les étrangers", dit-il aux Israélites, «car vous avez été étrangers dans le` pays d’Egypte. "" Le respect et la bienveillance envers les étrangers sont imposée par Moïse, et non comme une exhortation à la pratique de la morale sociale uniquement, mais comme une obligation imposée par Dieu lui-même.

Une religion dont les maximes fondamentales sont telles – une religion qui fait un devoir d’aimer l’étranger – qui impose la pratique des vertus sociales, doit sûrement exiger que ses disciples devraient examiner leurs concitoyens comme des frères.

Et comment pourraient-ils considérer autrement quand ils habitent la même terre, quand ils sont régis et protégés par le même gouvernement, et par les mêmes lois? Quand ils jouissent des mêmes droits et les mêmes devoirs à remplir? Il existe même entre les Juifs et chrétiens, une cravate qui compense abondamment la religion – il est le lien de gratitude. Ce sentiment fut d’abord excité en nous par la seule subvention de la tolérance. Il a été augmenté, ces dix-huit années, par de nouvelles faveurs du gouvernement, à un tel degré d’énergie, que maintenant notre destin est irrévocablement lié le sort commun de tous les Français. Oui, la France est notre pays, tous les Français sont nos frères, et ce titre glorieux, en nous élevant notre propre estime de soi, devient un gage certain que nous ne cesserons jamais de BC digne d’elle.

Cinquième question:

Dans les deux cas, quelle ligne de conduite ne leur loi prescrit vers les Français pas de leur religion?

Réponse:

La ligne de conduite prescrite pour les Français ne partagent pas notre religion, est la même que celle qui est prévue entre les juifs eux-mêmes; nous admettons des pas de différences, mais que d’adorer l’Etre suprême, chacun à sa manière.La réponse à la question précédente a expliqué la ligne de conduite que la loi de Moïse et le Talmud prescrire aux hommes français pas de notre religion. À l’heure actuelle, quand les Juifs ne forment plus un peuple distinct, mais ont l’avantage d’être incorporé à la Grande Nation (qui privilège qu’ils considèrent comme une sorte de rédemption politique), il est impossible qu’un Juif doit traiter un Français, pas de sa religion, de toute autre manière qu’il traiterait un de ses frères israélites.

Sixième question:

Les Juifs nés en France et traités par les lois que les citoyens français, considérer la France leur pays?

Sont-ils tenus de le défendre?

Sont-ils tenus d’obéir aux lois et à se conformer aux dispositions du code civil?

Réponse:

Les hommes qui ont adopté un pays, qui ont résidé en elle ces nombreuses générations – qui, même sous la contrainte des lois particulières qui abrégée de leurs droits civils, s’attachaient à ce qu’ils préféraient être exclu des avantages communs à tous les autres citoyens , plutôt que de le laisser – cannot mais se considèrent comme des Français en France, et qu’ils considèrent comme aussi sacrée et honorable le devoir impérieux de défendre leur pays.Jérémie (chapitre 29) exhorte les Juifs à Babylone considèrent comme leur pays, même si elles devaient rester en seulement soixante-dix ans. Il les exhorte à cultiver la terre, construire des maisons, à semer et à planter. Sa recommandation a été tellement assisté à que Ezra (chapitre 2) dit que, quand Cyrus leur a permis de retourner à Jérusalem pour reconstruire le Temple, 42.360 seulement, a quitté Babylone, et que ce nombre était principalement composé des personnes pauvres, les riches être resté dans cette ville.

L’amour du pays est au cœur des juifs un sentiment si naturel, si puissant et si conforme à leurs opinions religieuses, qu’un Juif français se considère comme en Angleterre, que parmi des étrangers, bien qu’il puisse être parmi les Juifs, et le cas est le même avec l’anglais Juifs en France.

À un tel point est ce sentiment effectué parmi eux, que pendant la dernière guerre, les Juifs français ont été vus lutte désespérément contre d’autres Juifs, les sujets de pays alors en guerre avec la France.

Beaucoup d’entre eux sont couverts de blessures honorables, et d’autres ont obtenu, dans le champ d’honneur, les nobles récompenses de bravoure.

Septième question:

Qui nomme les rabbins?

Réponse:

Depuis la révolution, la majorité des chefs de famille nomme le rabbin, partout où il ya un nombre suffisant de Juifs à maintenir une, après des enquêtes précédentes sur la moralité et l’apprentissage de la candidate. Ce mode d’élection n’est pas, cependant, uniforme: elle varie selon les lieux, et, à ce jour, tout ce qui concerne les élections des rabbins est toujours dans un état d’incertitude.

Huitième question:

Quelle juridiction de police faire de l’exercice des rabbins parmi les Juifs?

Quel est le pouvoir judiciaire dont ils jouissent ne parmi eux?

Réponse:

Les rabbins n’exercent aucune façon de la compétence de la police parmi les Juifs. Ce n’est que dans la Mishna et le Talmud que le mot rabbin se trouve pour la première fois appliqué à un médecin dans la loi, et il était souvent endettés pour cette qualification à sa réputation et à l’opinion généralement amusé de son apprentissage.Quand les Israélites étaient totalement dispersés, ils ont formé de petites communautés dans les lieux où ils ont été autorisés à s’installer dans certains numéros.

Parfois, dans ces circonstances, un rabbin et deux autres médecins formaient une sorte de tribunal, nommé Beth Din, qui est, Maison de la Justice, le rabbin a rempli les fonctions de juge, et les deux autres ceux de ses assesseurs.

Les attributs, et même l’existence de ces tribunaux, ont, à ce jour, toujours dépendu de la volonté du gouvernement sous lequel les Juifs ont vécu, et sur le degré de tolérance dont ils ont bénéficié. Depuis la révolution de ces tribunaux rabbiniques sont totalement supprimés en France et en Italie. Les Juifs, élevé au rang de citoyens, se sont conformés à tous égards pour les lois de l’État et, en conséquence, les fonctions de rabbins, où tout sont établis, sont limités à faire de la morale dans les temples, les mariages de bénédiction, et en prononçant divorces ….

Neuvième question:

S’agit-il de formes d’élection, et que la police juridiction, régie par la loi, ou sont-ils seulement sanctionnés par la coutume?

Réponse:

La réponse aux questions précédentes, il est inutile d’en dire beaucoup sur ce point, seulement, on peut remarquer que, à supposer même que les rabbins devraient avoir, à ce jour, conservé une sorte de police judiciaire compétent parmi nous, ce qui n’est pas le cas , ni cette juridiction, ni les formes des élections, pourraient BC a dit d’être sanctionné par la loi, ils doivent bc attribué uniquement à la coutume.

Dixième question:

Y at-il des professions que la loi des Juifs leur interdit d’exercer?

Réponse:

Il n’y en a pas: au contraire, le Talmud (vide Kiduschim, chapitre 1) déclare expressément que «le père qui n’enseigne pas une profession pour son enfant, lui se dresse comme un méchant."

Onzième question:

Est-ce que la loi interdit aux Juifs de prendre l’usure de leurs frères?

Réponse:

Deutéronome dit: «Tu ne prêteras à intérêt à ton frère, intérêt d’argent, intérêt de vivres, intérêt de toute chose qui est prête à intérêt."Le mot hébreu neshekh a été mal traduit par le mot usure: en hébreu, cela signifie intérêt d’aucune sorte, et non des intérêts usuraires. Il ne peut alors être prise dans le sens maintenant donné le mot usure.

Douzième question:

Est-il interdit ou permet-elle de prendre l’usure des étrangers?

Réponse:

Nous avons vu, dans la réponse à la question précédente, que la prohibition de l’usure, considéré comme le plus petit intérêt, était une maxime de la charité et de bienveillance, plutôt qu’une réglementation commerciale. Dans ce point de vue, il est également condamné par la loi de Moïse et par le Talmud: Nous sommes généralement interdite, toujours sur le score de charité, de prêter à intérêt à nos concitoyens de différentes obédiences, ainsi que pour nos concitoyens, Juifs.

La disposition de la loi, qui permet de prendre un intérêt de l’étranger, se réfère évidemment que pour les nations dans les relations commerciales avec nous, sinon il y aurait une contradiction évidente entre ce passage et une vingtaine d’autres des écrits sacrés.Ainsi, l’interdiction étendue à l’étranger qui a habité en Israël, les lieux saints Écriture eux sous la sauve-garde de Dieu, il est un invité sacrée, et Dieu nous ordonne de le traiter comme la veuve et de l’orphelin comme. Peut être considéré comme Moïse le législateur de l’univers, parce qu’il était le législateur des Juifs?

Étaient les lois qu’il donna au peuple que Dieu avait confié à ses soins, susceptibles de devenir des lois générales de l’humanité? Tu ne prêteras à intérêt à ton frère. Quelle sécurité avait-il, que, dans les relations qui seraient naturellement établi entre les Juifs et les nations étrangères ces derniers renonceraient coutumes prévalant généralement dans le commerce, et de prêter aux Juifs sans nécessiter d’intérêt? Était-il alors lié à sacrifier l’intérêt de son peuple, et à appauvrir les Juifs d’enrichir les nations étrangères? N’est-il pas absurde de lui reprocher d’avoir mis une restriction à l’obligation contenue dans le Deutéronome? Qu’est-ce législateur, mais aurait considéré une telle restriction comme un principe naturel de la réciprocité?

Comment bien supérieure dans la simplicité, la générosité, la justice et l’humanité, c’est la loi de Moïse, sur cette question, à ceux des Grecs et des Romains! Pouvons-nous trouver, dans l’histoire des anciens Israélites, ces scènes scandaleuses de rébellion excités par la dureté des créanciers à leurs débiteurs, ces suppressions fréquentes de dettes pour éviter la foule, appauvri par les exactions des prêteurs, d’être désespéré?

La loi de Moïse et ses interprètes sont distingués, avec une humanité digne d’éloges, les différentes utilisations de l’argent emprunté. Est-il pour entretenir une famille? L’intérêt est interdit. Est-il d’entreprendre une spéculation commerciale, par lequel le capital est aventuré? L’intérêt est accordé, même entre les Juifs. Prêter aux pauvres, dit Moïse. Voici le tribut de gratitude est le seul genre d’intérêt permis; la satisfaction d’obliger est la seule récompense de l’avantage conféré. La situation est différente en ce qui concerne les capitaux employés dans le commerce étendu: là, Moïse permet au prêteur de venir pour une part des profits de l’emprunteur, et que le commerce était à peine connu parmi les Israélites, qui ont été exclusivement adonné à des activités agricoles, et comme il a été réalisé sur seulement avec des étrangers, c’est avec les pays voisins, il a été a11owed de partager ses bénéfices avec eux ….

Il est un point incontournable, selon le Ta1mud, cet intérêt, même parmi les Israélites, est licite dans les opérations commerciales, lorsque le prêteur, la course une partie du risque de l’emprunteur, devient un participant de ses profits, C’est l’opinion de l’A11 médecins juifs. Il est évident que les opinions, grouillant d’absurdités, et contrairement à toutes les règles de la morale sociale, bien avancé par un rabbin, ne peut plus bc imputé à la doctrine générale des Juifs, de notions similaires, si avancé par les théologiens catholiques, pourraient être attribué à la doctrine évangélique. h même peut être dit de la charge générale faite contre les Hébreux, qu’ils sont naturellement enclins à l’usure: on ne peut pas nier que certains d’entre eux: doivent être trouvés, mais pas autant que ne le suppose généralement, ceux qui suivent ce trafic infâme condamnés par leur religion. Mais si il ya certains pas trop gentil dans ce cas particulier, est-il juste d’accuser cent mille individus de ce vice?

N’aurait-il pas être considéré comme une injustice de poser la même imputation sur tous les chrétiens parce que certains d’entre eux se sont rendus coupables de l’usure?

  • commentaires antisémites bien de chez nous relevés sur le net pendant l’affaire dieudonné

http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/interdiction-du-spectacle-de-146055

Par schuss (—.—.243.137) 10 janvier 09:42Cette sphère médiatico-politique est unie pour un grand dessein : l’avènement du sionisme comme doctrine planétaire. Dieudonné dénonce à sa manière cette réalité.

Par sirocco (—.—.147.73) 10 janvier 10:44

 

La censure que ce gouvernement au service des intérêts sionistes est en train d’instituer en France prend des proportions dantesques et même grotesques.

 

Par Dany romantique (—.—.206.223) 10 janvier 09:35

Jeu, set et match : Emmanuel Valls

Je ne savais pas à quoi ressemblait le pétainisme.

Comme vous, j’en avais entendu parler. Bien sûr, ce n’est pas le même contexte.

Le pétainisme ça ne fait pas mal, non.

C’est juste un manque de grandeur…

 

Lorsque qu’Etat se couche devant un occupant culturel -si puissant- que celui ci dicte le droit ( et la pensée ) que même les tribunaux sont bafoués,

avec des « lois d’exception » comme le Conseil d’Etat

 

Par Gabriel (—.—.167.98) 10 janvier 09:06

 

Triste république, triste justice. Alors que des représentants de la nation protègent des juges  Papy Dassault en refusant de lever son immunité de parlementaire, l’état au service des lobbies juifs tape sans retenu sur un clown parce qu’il émet des vérités qui dérangent

 

  • Par Morpheus (—.—.223.15) 10 janvier 13:50

Jaja, que penses-tu du fait que le NPA ait partie liée avec la LDJ, notamment pour assurer son « service d’ordre » et ses affichage ?

Trouves-tu la LDJ fréquentable et leurs méthodes défendables ?

Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  •  votes : 2 

Par jaja (—.—.223.197) 10 janvier 15:24

Morpheus, c’est une calomnie…. Le NPA a un SO mixte dont ma propre fille fait partie… Ce SO a fait face plusieurs fois à la LDJ notamment lors de la grève des retraites où ces sionistes sont venus distribuer des petits tracts : « le NPA nouveau Parti antisémite »…
Et ils se sont plaints que « Besancenot leur ait envoyé lâchement son SO »
http://mediadroite.over-blog.com/ar…

Cette diffamation vient des poubelles de l’extrême droite sachant que le NPA fait partie de la campagne de boycott d’Israël et de la campagne pour la libération de Georgres Ibrahim Abdallah et qu’il est reçu par toutes les organisations palestiniennes et que le FPLP est présent à tous ses congrès….

Pour les affichages saches mon cher que ce sont les militants qui se les tapent et moi-même à 64 ans je colle régulièrement avec les camarades de mon Comité !
Qu’est-ce qu’il peut se raconter comme conneries sur le NPA de la part de gens qui n’en connaissent rien ! La LDJ collant nos affiches

« Trouves-tu la LDJ fréquentable et leurs méthodes défendables ? » Le NPA fait partie de toutes les actions pour faire interdire la LDJ… Et comme je suis au NPA et depuis des décennies pro-palestinien je suis à fond sur cette ligne… Et j’ai eu affaire à eux avec mes camarades plus d’une fois en plus de 45 ans de militantisme !
http://www.europalestine.com/spip.p…

Espérons Morphéus que tes calomnies qui ne peuvent avoir de fondementne se reproduiront plus… Que l’on ait au moins un débat honnête !

Par Zeb_66 (—.—.101.247) 10 janvier 11:41

« les fascistes de demain se feront appeler antifasciste » Winston Churchill

Isra Heil

Par Hijack (—.—.74.160) 10 janvier 12:53

 

 

Ils sont contents, mais ne crions pas défaite déjà ! Dieudonné ne le fait pas, alors ne le faisons pas pour lui.
.
Il avait été piégé … car après sa victoire judiciaire, il s’est amené à Nantes, tranquille … et ce n’est qu’après son arrivée que le Conseil d’état avait statué, empêchant ainsi Dieudo de toute initiative … organisation d’un spectacle hors salle etc … Aussi, empêchant son avocat qui l’avait défendu à Nantes, d’être présent au Conseil d’Etat. Coup d’enfoirés.
.
Dieudo encaissé, mais va réagir … mais surtout, les français ont compris qui dirige la France.
Les sionistes eux, sans gêne, sont venus leur dire, voilà, c’est nous qui faisons la loi.

 

….

J’apprends, horrifié à vomir, que les 2 gosses ayant fait la Quenelle ont été exclus de leur lycée !
.
Pire … paraît que l’un d’eux a même … -j’espère que vous êtes assis- fait une photo près d’une saloperie d’Ananas, je dis bien ananas !!!

 

Par frugeky (—.—.194.110) 10 janvier 13:47

ce brave sampiero ne veut pas renier sa carte du PS, il l’a payée…oups…payé, juif…ça y est je vais me faire interdire de clavier par le conseil d’Etat

Par Hijack (—.—.74.160) 10 janvier 14:37

 

J’ai entendu … hier, parmi la foule des spectateurs floués à Nantes, tous les adhérents du PS ont dit clairement, déchirer leur carte et vont tout faire pour encourager les autres à en faire autant, de ne plus jamais au grand jamais, voter pour quelqu’un du PS … et j’ajoute, que l’UMP ou PS, c’est le même sous-combat et qu’ils devraient s’appeler l’UMPSioniste, en quelque sorte, du BHLisme …

 

Par claude-michel (—.—.224.199) 10 janvier 12:57

 

Dieudonné est un prétexte pour la politique pro-sioniste du gouvernement (voir avec qu’elle insistance Fabius voulait bombarder la Syrie ou faire capoter la conférence USA-Iran)…A crier au loup..Valls vient d’ouvrir la boite de Pandore anti-juif…faudra qu’il assume ses conneries un jour prochain.. !

 

 

Par njama (—.—.137.207) 10 janvier 12:58

par un seul homme, Bernard Stirn, juge des référés - !!!

Le 9 janvier 2014,Bernard Stirn né le 27 août 1952 est un magistrat et haut fonctionnaire français.Arrière-petit-neveu d’Alfred Dreyfus * ...  ] en tant que juge des référés du Conseil d’État, il annule une ordonnance du Tribunal Administratif de Nantes du même jour qui avait suspendu les effets d’un arrêté d’interdiction du spectacle de Dieudonné Le Mur, ce qui a eu pour effet de valider l’arrêté préfectoral d’interdiction de ce spectacle.

L’ancien magistrat Philippe Bilger s’est demandé publiquement sur les ondes de RMC « si on a choisi Bernard Stirn parce qu’on savait qu’il allait prendre la bonne décision sur le plan politique »

http://www.youtube.com/watch?v=JXxZ3PEx540

 la précision n’est pas de moi c’est wikipédia qui le dit

 

 

Par kalon (—.—.12.172) 10 janvier 12:58

Prochain projet de loi en préparation :

Obligation d’acheter exclusivement les produits importés d’Israël avec obligation de conserver la preuve de l’achat !

La LDJ sera habilitée à procéder à des vérifications dans les lieux publiques et privés sans mandat !

Le contrôle se fera au faciès sauf à démontrer que c’est en vacance en Israël qu’on a obtenu le bronzag

Par soi même (—.—.55.146) 10 janvier 13:36

 

L’humour est le droit que l’on s’accorde de rire de soi même.
Dieudonné ne fait pas de l’Humour, il fait des sarcasme plus où moins douteux, c’est un funambule du sarcasme, rire gras n’est pas un signe de d’humour, rire jaune oui !

Maintenant que cela soit une défaite de la démocratie, cela fait aucun doute, car il faut bien nommer, un chat est un chat.

Je pose la question à la communauté Juive de France, qu’elle est votre camps, La France où Israël ?

Car j’ai bien le sentiment, que vous jouez pas franc jeux et j’attends que ceux qui se réclame du Dreyfusard démonce l’imposture d’un lobby politique qui est contraire à la déclaration de l’Homme de 1798 reprit par la 5e Républiques

Je le précipice ce n’est le fait d’être juif qui doit être combattue, c’est la 5 colonnes qui utilise le Judaïsme à des fins Politiques, je suis dans la même logique de penser vis à vis de l’Islam politique.

Vous êtes un hôte sur terre qui doit respecter les valeurs de la Nation que le destin vous a fait choisir, Une est indivisible est le soc de notre éthique patriotique.

Liberté, Égalité , Fraternité, et si vous n’est pas d’accord, et bien je vous retiens pas, vous êtes libre d’émigré vers votre patrie hypothétique.

Par Morpheus (—.—.146.21) 10 janvier 14:31

 

soi même, il n’y a pas de « communauté juive de France » ! Il y a sans doute une communauté sioniste en France (mais pas seulement en France), qui, étant idéologique, est organisée et politiquement très active, mais pour le reste, il y a des français liés au judaïsme par leur filiation (je désigne ici les « juifs » non religieux) et des français de religion juive, ancrés dans leurs traditions millénaire.

Si vous voulez lutter contre tous les racismes, vous devez absolument vous défier des communautarismes, car ils sont l’expression même du racisme et de la discrimination. Or, c’est très exactement ce que les organisation sionistes veulent – en France à travers le mal nommé CRIF (qui n’est PAS représentatif des "juifs de France) et ses bras armés que sont la LICRA (qui ne compte ni noirs, ni arabes, que des blancs… et qui s’appelait avant LICA), l’UEJF et les terroristes de la LDJ.

COMMUNAUTARISME = RACISME

Cordialement,
Morpheus

 

Par Arnaud69 (—.—.89.41) 10 janvier 14:40

 

@ Morphéus

Il y a plusieurs communautés juives mais les sionistes ne peuvent en aucun cas se revendiquer Juifs, puisque le sionisme Israélien est un blasphème selon le Talmud ! VIDÉO

Deux communautés sionistes distinctes toutes deux unies pour détruire l’Europe de l’intérieur par des méthodes connues  :

Comme c’est revendiqué clairement imposé par Barbara Lerner Spectre dans cette vidéo .

Les pro-sionistes de droite s’en défendront et diront qu’ils sont pour les Goys un rempart contre l’immigration, Sarkozy invalide leur argument puisqu’il a autant régularisé que Hollande tout en intégrant Mayotte comme département Français.

La gauche sioniste s’en vantera, arguant de « l’international au genre humain »
 en pleine crise économique où la Turquie a un taux de croissance trois fois plus grand et un taux de chômage trois foins moindre que la France. La France dont le taux de chômage des jeunes a dépassé celui du Maghreb depuis début 2013.

A part leur baratin d’activistes, face à la réalité des faits, les sionistes de droite comme de gauche n’ont aucun argument qui tienne la route.

A part chialer et accuser tout le monde d’antisémitisme ou de racisme pour faire taire leurs détracteurs, ils sont à poil !

 

 

Par kalon (—.—.12.172) 10 janvier 13:46

Une chose me semble certaine, les Palestiniens ne sont plus les seuls à subir la politique répressive d’Israël, ils viennent d’être rejoint par 65.000.000 de Français !

Et cà, c’est pas rien

 

Par kalon (—.—.81.136) 10 janvier 16:47

La haine de l’autre (quel qu’il soit, par ailleurs), le mensonge ( normal, c’est autorisé par le talmud), l’amour pathologique de l’argent ( les deniers de Juda ! ), la provocation ( faut bien montrer qu’on est là) et quoi d’autre ?

Le sionisme devient une arme de destruction massive

Par NICOPOL (—.—.168.243) 10 janvier 17:12

 

A Morpheus,

Oui, c’est exactement cela.

Le CRIF DIT que la quenelle est un salut nazi, et la quenelle DEVIENT un salut

 

Par Morpheus (—.—.146.21) 10 janvier 14:21

 

@ soi même

C’est exactement ça qu’il espère. Le sioniste est pervers, il cherche les coups pour ensuite justifier son agression. C’est classique, c’est le syndrome de la petite sœur

Par tf1Groupie (—.—.129.118) 10 janvier 14:51

Est-ce que tu as d’autres choses à interdire chez nous Massada ?

Est-ce que tous les Israeliens sont aussi fouteurs de merde que toi ?

 

Par kalon (—.—.81.136) 10 janvier 16:51

Dailymotion & youtube n’appartiennent pas encore à la finance sioniste ?

Ben là, cela doit étre une distraction alors !

Par boris (—.—.57.67) 10 janvier 16:57

 

Ella va être de nouveau détruite c’est évident, quand on voit ces clampins de sionistes, il ne peut en être autrement ;

Par frugeky (—.—.194.110) 10 janvier 17:40

@massada
je n’aimais pas Soral, tout le monde le disait d’extrême droite et je suis moi aussi issu de cet anti racisme benêt dans lequel nous avons baigné dans les années 80.
A force de dégueuler sur Dieudonné et trouvant Soral qui le défendait, j’ai été l’écouter. Malgré un côté un peu agaçant je commence à apprécier ses propos.
Je passe donc selon certains critères à l’extrême droite.
On sait que le but de l’entité sioniste et de faire venir des juifs du reste du monde en Palestine occupée pour contrer le déclin démographique des juifs et les départs des déçus, de plus en plus nombreux, de ce pays. La communauté juive de France est une des plus nombreuse.
L’entité sioniste monte donc des complots et des cabales pour faire fuir les juifs de France vers la Palestine occupée.

J’ajoute que je n’utiliserai plus jamais le nom qu’ont donné les sionistes à ce pays qu’est la Palestine. Tant que ce pays ne sera pas rentré dans la légalité je l’appellerai donc la Palestine occupée.

Par lala (—.—.28.217) 10 janvier 14:02

Un seul juge ?

Le juge unique s’appelle Bernard Stirn. Selon sa fiche wikipedia, il est l’arrière-petit-neveu d’Alfred Dreyfus !!!

Par kalon (—.—.81.136) 10 janvier 14:05

Et cela ne date pas de hier, en effet le jour ou la France a perdu son indépendance date du jour ou Pompidou ( un sioniste parmi d’autres) a décrété que l’état français ne pouvait plus avoir recours aux prêts de la banque de France a taux 0 % mais devait passer par le marché bancaire.

Avant Pompidou, la France n’avait pas de dettes publique, voyez ce qu’il en est aujourd’hui

PS/ Pompidou travaillait pour les Rothchill’s Brothers avant de devenir 1er ministre !

Par Electric (—.—.119.193) 10 janvier 14:16

 

Scène vue sur le plateau d’Anal+ Le 08/01 : Dieudonné descendu par tout le plateau, exécution en règle pour des propos jugés antisémites. Dont acte. Vient ensuite un sujet sur Serge Dassault et le refus par la Commission du Sénat de lever son immunité parlementaire alors que les chefs d’inculpations sont gravissimes.

L’effet de cisaillement est redoutable dans le traitement d’un Dieudonné qui ne fait qu’au pire de l’humour de fort mauvais goût et S Dassault protégé par « l’UMPS » accusé de complicité dans une tentative d’assassinat et trucage électoraux, clientélisme et j’en passe.

Le 2 poids 2 mesures est flagrant, l’effet dévastateur.

Encore une fois, les juifs de France sont pris en otage par le mouvement sioniste, créateur d’antisémitisme comme à la grande époque.

Les trucs en « isme » (capitalisme, communisme, nazisme, antiracisme, sionisme, pacifisme) sont la création de la même mafia sabbatéenne et païenne depuis 150 ans qui se contrefout totalement de ceux qui ne sont pas dans le cercle des initiés, à savoir 99% de l’humanité, tant qu’ils maîtrisent les banques centrales privées dont la BIS à Bâle est le centre nerveux (d’où l’exercice militaire suisse à la frontière Bâle/France dernièrement, on sait jamais).

On ne peut qu’appeler les hommes et les femmes de bien (les gens normaux à la différence des détraqués psychopathes qui nous dirigent dans les abattoirs) de quelques origines, religions à faire font ensemble et de ne pas encore une fois se retrouver à grossir les rangs des pour et des contre de débats artificiellement clivant.

Plus que ses pseudos débordements, c’est bien la présence dans le théâtre de Dieudonné du fils du juge Pierre Roche qui dénonce les réseaux pédocriminels satanistes qui va lui coûter très cher.

Il a touché le plafond de verre, et c’est bien le spectacle « le Mur » où il évoque largement sur scène ces réseaux qui est l’objet de l’interdiction du Conseil d’Etat, pas autre chose.

Exemple de ces réseaux dans le Var :

http://dondevamos.canalblog.com/

S’il persiste, Mr Dieudonné M’Bala M’Bala finira comme Coluche, dont Attali avait fait l’éloge (« Salut ma poule »), le comble ! Coluche enterré par ses assassins ?

J’ai aussi noté que Dieudonné commence son dernier spectacle par : Bonjour, Bonsoir, comme Coluche.

Le député belge Laurent Louis qui mène ce combat contre les réseaux satanistes pédocriminels l’a très bien compris. Et pour les mêmes raisons que Dieudonné, il finira en short ou coulé dans du béton.

Dans moins de 10 ans, les enfants en bas âge subiront des cours de masturbation et d’attouchements réciproques dans les écoles élémentaires.

J’en fait le pari.

L’élite va faire sauter tous les « tabous » pour elle même échapper aux poursuites, tout comme la Loi pénale Taubira permettra à tous les politiques d’échapper à la prison dans « les affaires ».

Si Dieudonné finit sur son scooter sous un camion, on en reparlera !

Par Serpico (—.—.98.206) 10 janvier 15:13

 

Israel est un Etat raciste, colonisateur, pourri et fouteur de merde sur toute la planète. Il se fait sucer par tous les goys rongés par une culpabilité surjouée et il empoisonne la planète.

Israle finira par disparaître. Tu peux toujours te masturber avec tes « principes » bidon.

Par kalon (—.—.81.136) 10 janvier 16:57

Et il n’y a pas qu’internet, il y a encore les affiches collées sur les pissotiéres qu’il faudra interdire.

Plutôt qu’interdire, ne serait’il pas plus constructif de demander à la Knesset ce qui est, encore, autorisé

Par Arnaud69 (—.—.89.41) 10 janvier 15:56

 

Fondation pour la mémoire de la Shoah en chiffres :

2003 : 14 073383 €
2004 : 15 909 558 €
2003-2005 : 51 825 885 €
2006 : 22 520 825 €
2007 : 16 673 191 €
2008 : 21 556 452 €
2009 : 16 374 869 €
2010 : 20 729 991 €
2011 : 15 408 543 €
2012 : 18 810 044 €

Source http://www.fondationshoah.org/FMS/spip.php?rubrique37&debut_articles=5#pagination_articles

 

Par njama (—.—.137.207) 10 janvier 16:01

l’anti-sémitisme (de nos jours) n’est qu’un épiphénomène événementiel fabriqué de toutes pièces par des lobbies politiques et par les médias, sans connexion avec la réalité.
Comment, avec seulement environ 0,7 ou 0,8 % * de la population française – nous nous tapons à peu près autant d’arméniens, de basques, de picards, et d’autres tuyaux-de-poêle … dans ce paysage français métissé par les siècles -, les « Sémites » (puisque les Juifs veulent se désigner ainsi) pourraient avoir une influence « culturelle » notoire dérangeante ou pire caustique sur la société française (au plan « cultuel » n’en parlons même pas) au point que cela friserait fortement le poil des « vrais gaulois souchiens » assez culturellement hostiles à l’emprise des « communautarismes » dans la vie publique et politique ?

Dieudonné n’est au final et malgré lui, que le bouc-émissaire de service dans cette « fabrique » d’unantisémistime qui n’a rien de réel dans la vie, sauf peut-être parfois (des fous il y en a partout) à l’échelle nano-sociologique dans l’imaginaire d’une poignée de personnes déjantés.

Revenons un peu en arrière pour mieux comprendre l’acharnement dont Dieudonné a fait depuis fin 2003
Dieudonné le flamboyant 25 novembre 2004
Qui veut la peau de Dieudonné ? 15 mai 2005

Que’ faut-il donc dire aux « Juifs » pour qu’ils arrêtent de hurler aux loups antisémites qui n’existent surtout que dans leurs imaginations ?
(au risque de passer pour un anti-sémite (?) mais j’assume) on en a rien à foutre que vous soyez « juif », c’est pas notre problème, ni celui de la république laïque. Rentrez chez vous, fréquentez vos synagogues si vous voulez – la république protège les cultes – , mais arrêtez de nous gonfler avec « les Juifs », ou avec vos egos ethniques hypertrophiés
La paranoïa ça se soigne …

* évaluation de sources étrangères, ce genre de statistiques étant interdit en France (fort heureusement)

Par LoveArt (—.—.250.152) 10 janvier 18:05

Merci pour article. J’aurais une autre réserve à apporter au texte en renvoi de Me Eolas.

Dommage qu’il n’ait pas autant de rigueur historique qu’il n’a de rigueur juridique.

Il fait passer le mensonge habituel qui consiste à faire croire qu’Herzl n’avait que des revendications nationales et qu’il étati pour un Etat laÏc. Ce mensoge sert à masquer le caractère profondément raciste de l’idéologie sioniste, de cette imposture racialiste qui a transformé une croyance religieuse en une race afin de contraindre tous les juifs de suivre les sionistes dans leur projet fou de conquête colonial.

Pour ce faire, les sionistes n’hésitèrent pas à nouer des accords avec les pires des régimes antisémites dont Hitelr de 1933 à 1944. Ces accords d’émigration avec ces régimes antisémites avaient pour but de contraindre par la peur d’obliger les croyants juifs à suivre les sionistes dans leur entreprise coloniale, sionistes qui se présentaient comme des sauveurs.

Je vous invite à lire Hannah Arendt, in Eichman à Jérusalem, du moins dans certains chapitre où elle dénonce cette collaboration nazisioniste, qui est le fondement de la création d’Israël et explique pourquoi le comportement barbare des sionistes envers les palestiniens et tous ceux qui les défendent.

    •  l’antisémitisme ciment des peuples toujours vivace en France islamo-chrétienne par la connectrice

Une fois de plus, Boulevard Voltaire , sous la plume de Philippe Randa, s’illustre dans la défense d’un antisémitisme franchouillard ancré dans notre culture catho qui, depuis des siècles martèle que le peuple juif est déicide et qu’aujourd’hui il continue avec le "massacre" de pauvres palestiniens "innocents." (ils n’ont pas d’armes, ils sont bienveillants vis à vis des juifs qu’ils n’ont jamais souhaité jeter à la mer, ils gamins ne lapident pas, ils ne commettent pas d’attentats contre les juifs, ils n’ont jamais commis d’attentats en France, ils ne reçoivent pas des milliards de la communauté européenne, ils ne cultivent pas la haine du juif, ils ne font pas de prosélytisme antisémite en collaboration avec les néonazis, etc.)
Monsieur Randa n’écoute pas les "brèves de comptoir" qui révèlent la détestation d’un grand nombre de Français pour les juifsqui sont aussi des Français et pas seulement de papiers comme certaines autres communautés.
L’antisémitisme est une réalité et l’antisionisme est son prophète.

Le Vatican, depuis le Concile du Vatican II, affiche périodiquement une volonté de pardon et d’apaisement vis à vis des juifs mais, d’un point de vue théologique, le judaïsme reste une épine acérée dans la doxa. J’entendais récemment sur radio Courtoisie un moine, Frère Basile Valuet  expliquer d’une manière ampoulée car embarassée les relations entre juifs et chrétiens. On comprend sa gêne, les chrétiens sont à l’origine, pour la plupart, des juifs convertis. Quelle horreur et en même temps quelle fascination pour ceux qui, malgré des démentis peu convaincants, ont tué le petit Jésus, fils de Dieu, chair de sa chair, offert aux humains pêcheurs pour expier leurs pêchés. Ces pêchés ont d’ailleurs varié et continuent de varier selon les époques et les modes mais le chrétien demeure un pêcheur qui doit faire contrition et s’amender aux yeux de son Seigneur.

Je ne peux m’empêcher de constater que le Christ est un piètre sauveur au regard des atrocités qui se perpétuent au fil des siècles. Je sais, les croyants me répondront qu’ils ne faut pas prendre les textes au premier degré, que tout est dans l’exégèse. Ce à quoi je réponds que l’exégèse est le fruit d’opinions subjectives, de vérités qui reposent sur des croyances et qu’elle fait fi des réalités parce que, dans les religions, la Vérité prime sur la réalité.

Par exemple, dans l’idéologie anti-avortement la vérité du "droit à la vie" prime sur la réalité du foetus qui ne peut survivre sans le désir d’enfant.

Le pape François a exprimé son souhait de contribuer au "progrès des relations entre juifs et catholiques", dans une lettre adressée au chef de la communauté hébraïque de Rome publiée jeudi. "J’espère vivement pouvoir contribuer au progrès que les relations entre juifs et catholiques ont connu à partir du concile Vatican II, dans un esprit de collaboration rénovée et au service d’un monde qui puisse être toujours plus en harmonie avec la volonté du Créateur", écrit-il dans cette lettre, publiée sur le site de la communauté hébraïque de Rome.
Le nouveau pape s’inscrit ainsi dans la droite ligne de son prédécesseur Benoît XVI. Lors de l’annonce de la démission de ce dernier le 11 février, le grand rabbin ashkénaze d’Israël, Yona Metzger, avait estimé qu’il avait amélioré les relations entre le christianisme et le judaïsme, contribuant à "une diminution des actes antisémites dans le monde". "Nous sommes reconnaissants envers le pape Benoît pour tout ce qu’il a fait pour renforcer les liens entre les religions et promouvoir la paix interconfessionnelle", avait-il ajouté. Dans un livre publié en 2011, le pape avait écrit que "l’aristocratie du temple" à Jérusalem et "les masses" – et non pas "le peuple juif dans son ensemble" – étaient responsables de la crucifixion du Christ. Le Congrès juif mondial avait déclaré de son côté que Benoît XVI avait "porté les relations entre catholiques et juifs à un niveau sans précédent".

  •  http://www.news.va/fr/news/le-dialogue-entre-catholique-et-juifs-a-lhonneur-a
(RV) Les relations entre catholiques et juifs à l’honneur jeudi 16 janvier à Rome. Dans un premier temps, lors de cette 18ème Journée pour l’approfondissement et le développement du dialogue entre catholiques et juifs, le Pape François reçoit en début d’après-midi à la maison Sainte-Marthe au Vatican un groupe de rabbins venus d’Argentine.

D’où provient ce besoin d’espionner et de dominer les autres ?

Le livre d’Israël Shahak, Histoire Juive, Religion Juive (1986) fournit la réponse. Depuis le IIème siècle jusqu’aux alentours du XVIIIème, les Juifs étaient sous la botte de leurs rabbins et de leurs dirigeants richissimes. Ils constituaient une « société en vase clos… une des sociétés les plus totalitaire de toute l’histoire de l’humanité. » (14-15)

Tel est le modèle sur lequel repose le Nouvel Ordre Mondial, à part qu’aujourd’hui tout le monde est en train d’être réduit en esclavage.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 206 autres abonnés

%d bloggers like this: