Flux RSS

Archives de Catégorie: Histoire et culture juives

L’indemnisation des juifs étrangers déportés par la France suscite des réactions antisémites

A la demande de sénateurs américains, la France devrait indemniser quelques milliers de Juifs « survivors » (les survivants des camps et leur famille) déportés depuis la France dans des bus et trains SNCF.  Ces Juifs avaient été auparavant internés dans des camps français  parce qu’ils étaient étrangers, non français donc suspects en période de guerre. Il s’agirait d’indemniser ces Juifs et leur famille devenus américains, israéliens, canadiens ou australiens (parce que forcés à fuir l’Europe antisémite) pour un montant global de 60 millions d’euros. ( Une goutte d’eau par rapport à ce que nous coûtent chaque année les étrangers qui bénéficient de l’Aide médicale d’Etat soit 744 millions en 2012)

Ce projet d’indemnisation concerne les juifs étrangers, non français à l’époque de leur déportation, qui ont été contraints d’émigrer aux Etats-Unis parce que personne ne voulait d’eux en Europe. La majorité d’entre eux étaient allemands, autrichiens, tchèques ou polonais. Les survivants ont émigré aux Etat-unis, en Israël, au Canada ou en Australie. Or les médias titrent « indemnisation des déportés américains » ce qui est faux. Ces survivants ont émigré aux Etats-Unis et sont devenus américains parce qu’aucun pays ne voulait d’eux et qu’ils continuaient à être persécutés dans leur pays d’origine. Il y avait encore des pogroms en Pologne immédiatement après la guerre et jusqu’en 68 où une vague d’antisémitisme chassa définitivement les Juifs polonais de leur pays, ce qui n’empêcha pas l’antisémitisme d’y perdurer.

De nombreux juifs non français survivants d’Auschwitz et de BuchenWald ont séjourné au moins 3 ans à Bergen-Belsen, camp de transit sous contrôle britannique, avant de pouvoir émigrer dans le pays de leur choix ou, plus exactement le pays qui voulait bien les accueillir et la France n’en faisait pas partie. Elle voulait bien prendre les juifs français mais pas les Polonais, les Allemands, les Hongrois et les autres.

Pour comprendre ces demandes d’indemnisation et de réparation, il est nécessaire de savoir qu’après la fin de la deuxième guerre mondiale, les alliés sont convenus d’indemniser différentes populations dont les juifs qui avaient été systématiquement spoliés, persécutés et exterminés par les nazis et leurs complices. Les décisions d’indemnisation ont fait l’objet d’accords bilatéraux élaborés sur des critères très précis. Les Juifs français, par exemple n’ont pas été indemnisés individuellement, l’Allemagne a indemnisé globalement la France à charge pour elle de redistribuer les indemnités. Par exemple ce n’est qu’en 2 000 sous le gouvernement Jospin qu’environ 10 000 orphelins de déportés juifs ont reçu réparation.

En 1949, le Congrés juif mondial fondé en 1936 qui avait vainement alerté les alliés sur les persécutions et massacres des juifs  a appelé la nouvelle République fédérale d’Allemagne à reconnaître la responsabilité du peuple allemand dans les torts infligés au peuple juif par le régime nazi. .. La même année, dans une déclaration approuvée par le Parlement, le chancelier ouest-allemand Konrad Adenauer a reconnu que l’Allemagne avait un devoir de restitution morale et matérielle au peuple juif et a annoncé qu’il était prêt à s’engager dans des négociations avec des représentants juifs et l’État d’Israël. « Des crimes inqualifiables ont été commis au nom du peuple allemand, qui appellent une indemnisation morale et matérielle […] Le gouvernement fédéral est prêt, en collaboration avec les représentants de la communauté juive et l’État d’Israël […], à trouver une solution au problème de l’indemnisation matérielle, ce qui devrait ouvrir la voie à l’apaisement spirituel d’une infinie souffrance » a déclaré Adenauer65.

La France n’a reconnu que tardivement, le 17 janvier 2 000, dans les conclusions du rapport Mattéoli que le montant des confiscations de bien juifs français se montait à 1,35 milliards d’euros. Le décret Jospin de juillet 2000 a permis d’indemniser les orphelins de parents juifs morts dans un camp en France, en déportation ou fusillés.

L’information incomplète et orientée de cette indemnisation de 60 millions une fois (l’Aide médicale d’Etat réservée aux étrangers illégaux nous coûte près de 800 millions d’euros chaque année) suscite une indignation générale des français de tous bords, un triste retour sur la légitimité des indemnisations et réparations dues aux Juifs qui ont été exterminés, esclavagisés, torturés, humiliés, exclus de la société et spoliés (leurs biens confisqués, volés, récupérés) par les Allemands et leurs complices français.

J’ai vu de mes yeux des actes notariés rédigés sous le gouvernement de Vichy sur lesquels la mention « non juif, non juive » suivait le nom du vendeur et de l’acquéreur. Certains immeubles publics auraient été récupérés par l’Etat français quand des familles de Français juifs ne sont jamais revenues et on peu supposer qu’il en a été de même pour les biens des étrangers juifs qui habitaient en France.

Les médias, soit-disant aux mains du lobby juif, désinforment les Français pour réveiller leurs sentiments antisémites et les détourner des véritables problèmes qui minent la France.

A l’image de la Pologne antisémite qui a chassé ses Polonais juifs tout en cultivant son antisémite historique, la France aura bientôt perdu ses Français juifs qui ne sont plus que 300 000 et continuent chaque année de la quitter par milliers. Je les comprends.

La Connectrice

les principaux arguments des internautes hostiles

L’opposition à cette indemnisation d’un montant total de 60 millions indigne de très nombreux internautes aussi bien dans les médias français qu’anglophones. Ils pourraient se résumer à : pourquoi eux et pas moi ?

Commentaires recueillis sur les sites suivants : http://www.bfmtv.com/international/la-france-indemnise-les-victimes-de-la-shoah-aux-etats-unis-851271.html, http://www.lefigaro.fr/societes/2014/12/05/20005-20141205ARTFIG00353-la-france-va-verser-60-millions-d-euros-aux-victimes-americaines-de-la-shoah.php, http://www.bvoltaire.fr/francoisjourdier/60-millions-de-dollars-pour-le-role-suppose-de-la-sncf-durant-la-seconde-guerre-mondiale,144695, http://www.franceinfo.fr/actu/article/paris-va-indemniser-des-victimes-americaines-de-la-shoah-613865,  http://www.europe1.fr/international/la-france-va-dedommager-les-victimes-americaines-de-la-shoah-2309945

Encore un coup du lobby juif

La Shoah business continue

Les Juifs ne pensent qu’à l’argent

Pourquoi eux et pas moi descendant de victimes des bombardements alliés

Pourquoi eux et pas les Harkis, les Vietnamiens, les Indiens d’Amérique, les descendants d’esclaves transportés par des armateurs juifs, les victimes de la guerre de Cent ans, etc.

Les Français ne sont pas responsables, le gouvernement de Vichy était sous occupation allemande. Ce sont les Allemands qui devraient indemniser.

La SNCF a agi sous contrainte des nazis, elle n’était pas responsable

Une insulte aux cheminots qui ont résisté

La France paye pour obtenir des contrats SNCF aux USA, c’est un marchandage indigne.

La France est soumise aux Américains, elle n’est que son vassal

Les Américains aux mains du lobby juif mettent la France à genoux. Ils ont déjà extorqué des milliards à la BNP

C’est aux Palestiniens victimes de l’Etat sioniste qu’il faut donner cet argent

 Pour en savoir plus

    • Conclusions du rapport Mattéoli remis le 17 janvier 2 000

    Source http://fr.wikipedia.org/wiki/Mission_d%27%C3%A9tude_sur_la_spoliation_des_Juifs_de_France

    Ce rapport évalue, au total, à 1,35 milliard d’euros (plus de 5,2 milliards de francs à l’époque) le montant des confiscations dont ont été victimes les Juifs, en dehors des pillages des appartements et des œuvres d’art par les Allemands. La spoliation financière (contrats d’assurance, avoirs bancaires et boursiers…) a porté sur une somme de 520 millions d’euros.

    L’« aryanisation » des entreprises et des biens immobiliers a permis un prélèvement de 5,1 millions d’euros.

    Les sommes d’argent prises par les autorités françaises sur les internés des camps représentent plus de 91 millions d’euros. La « mission Mattéoli » évalue entre 90 % et 95 % la proportion des biens et avoirs de toutes natures qui ont été restitués depuis la fin de la guerre. Par ailleurs, sur les 100 000 œuvres d’art ayant fait l’objet de spoliation, 45 000 ont été rendues à leurs propriétaires.

    • Complexité des négociations avec l’Allemagne pour l’indemnisation et la réparation

    Dans cet article traduit du journal Haaretz (2001), il est raconté preuves à l’appui comment, avant que les accords de paix avec l’Allemagne ne furent définitivement signés, les différentes phases de négociations durent tenir compte de la politique. Finalement Israël du se contenter d’un montant inférieur à ce que lui coutait l’aide aux survivants de la Shoah.

    http://www.harissa.com/D_forum/Israel/unaffront.htm

  • Dédommagement des juifs sur le site Réparation et Restauration http://holocaust-compensation-france.memorialdelashoah.org/

exemples 

  • Orphelins de la Shoah L’un ou les deux de vos parents sont décédés dans un camp en France ou en déportation ou ont été fusillés.

Qui est éligible ? Le décret Jospin du 13 juillet 2000 concerne toute personne française ou étrangère au moment des faits, dont un parent ou les deux sont morts dans un camp en France ou en déportation ou fusillés, et qui n’avait pas plus de 21 ans au moment de l’arrestation du parent.

  • Victimes de spoliations sous l’occupation Si vous avez été spolié du fait des législations antisémites en vigueur pendant l’occupation, il est possible d’obtenir une indemnisation pour les biens spoliés en France pendant la guerre (magasin, appartements, etc.). Cela concerne les victimes elles-mêmes ou leurs ayants droit. Cette indemnisation est étendue à certains Juifs spoliés en Tunisie.
  • Le titre de “déporté politique” (institué par la loi n° 48-1404 du 9 septembre 1948 et le décret n° 50-325 du 1er mars 1950) est accessible aux personnes de nationalité française et étrangères présentes en France au moment des faits qui ont été :
    • transférées et internées par l’ennemi dans des prisons ou camps de concentration hors du territoire national, aucune condition n’est exigée.
    • internées dans les camps et prisons du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle
    • Internées dans tous autres territoires exclusivement administrés par l’ennemi, notamment en Indochine. Les Alsaciens Mosellans qui ont été détenus dans les départements du Rhin et de la Moselle et les prisonniers des camps de déportation en Indochine doivent justifier d’une captivité d’une durée au moins égale à trois mois ou d’une des conditions d’exception à cette durée (évasion ou pension pour affection reconnue imputable à la détention).
    • emmenées par l’ennemi vers une prison ou un camp de concentration et sont décédées ou se sont évadées au cours du trajet.
    • alors qu’ils étaient prisonniers de guerre ou travailleurs en Allemagne transférés dans un camp ou une prison considérés comme lieu de déportation. Les prisonniers de guerre et les travailleurs en Allemagne non volontaires doivent avoir subi leur détention jusqu’à la libération du camp ou de la prison ou s’en être évadés sauf en cas de libération par l’intermédiaire de la Croix Rouge, notamment.
  • Le rôle de la SNCF raconté par un opposant à l’indemnisation des déportés http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2010/11/13/deportation-les-excuses-marchandes-de-la-sncf.html

En 1940, la SNCF était une société d’économie mixte, l’Etat étant majoritaire à 51%, et elle exploitait le service des transports ferroviaires dans le cadre d’une convention approuvée par un décret-loi du 31 août 1937. Elle avait été placée à la disposition des autorités allemandes dès juillet 1940, et à partir de 1942, elle avait été chargée par les autorités de Vichy des déportations, selon les objectifs chiffrés fixés par les traitres Pétain et Laval.   

Dans les années 2000, une famille avait engagé un recours pour faire retenir la responsabilité de la SNCF, et le Conseil d’Etat avait rejeté ce recours par un arrêt du 21 décembre 2007 (n° 305966), confirmant un arrêt de la Cour administrative de Bordeaux. Le Conseil d’Etat a ainsi synthétisé le processus : 

-          – Les opérations de transport étaient réalisées par la SNCF sur demande de « mise à disposition » ou sur « réquisition » émanant d’une autorité administrative de l’Etat, moyennant le versement d’un prix déterminé en fonction du trajet parcouru et du nombre de personnes transportées.

-          Ces transports n’avaient pas donné lieu à la conclusion par la SNCF d’une convention spéciale les organisant dans leur ensemble.

-          Alors même que des agents de la SNCF ont participé à des réunions techniques destinées à coordonner l’exécution de ces transports, les conditions dans lesquelles ceux-ci devaient être réalisés, notamment la détermination de la composition des trains, du type de wagons utilisés, de leur aménagement intérieur et de leur dispositif de fermeture, de même que le nombre des victimes transportées et les modalités de leur traitement, étaient fixées par l’occupant et mises en œuvre par les autorités de l’Etat.

-          Les représentants allemands exerçaient le commandement et la surveillance armée des convois avec, parfois, le concours des forces de sécurité publique ».

Aussi, le Conseil d’Etat avait rejeté toute idée de responsabilité juridique de la SNCF, accablant a contrario les autorités politiques de Vichy. Dans l’hypothèse où la SCNF aurait agit volontairement, en se portant candidat, la solution aurait été pile l’inverse : responsabilité pénale et civile pour complicité de crimes contre l’humanité.  

Site officiel http://www.civs.gouv.fr/

Programme d’indemnisation http://www.civs.gouv.fr/article426.html

  • L’indemnisation par le gouvernement autrichien des victimes du National-Socialisme

http://www.bmeia.gv.at/fr/ambassade/ottawa/conseils-pratiques/services-consulaires/indemnisation-des-victims-du-nationl-socialisme.html

Indemnisation des victimes du National-Socialisme Le gouvernement autrichien, conscient de sa responsabilité morale et soucieux de combler les lacunes des précédentes mesures d’indemnisation, a mis en place des nombreux mécanismes pour venir en aide à tous ceux qui ont souffert sous le régime nazi pendant les années 1938 et 1945. Il s’agit des personnes qui ont dû quitter le pays ou qui ont été persécutées pour des raisons politiques, religieuses ou raciales.

  • Origine des demandes de réparation à l’Allemagne

En 1949, le Congrés juif mondial fondé en 1936 qui avait vainement alerté les alliés sur les persécutions et massacres des juifs  a appelé la nouvelle République fédérale d’Allemagne à reconnaître la responsabilité du peuple allemand dans les torts infligés au peuple juif par le régime nazi. En 1950, le CJM a ouvert un bureau à Francfort pour avoir une « antenne » à l’écoute des développements en Allemagne. Le CJM a détaillé les revendications morales et matérielles des Juifs vis-à-vis de l’Allemagne dans ses représentations aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en France. En 1951, à la demande du gouvernement israélien, Nahum Goldmann a créé la Conférence sur les Revendications matérielles juives contre l’Allemagne (Conférence de revendications)64.

La même année, dans une déclaration approuvée par le Parlement, le chancelier ouest-allemand Konrad Adenauer a reconnu que l’Allemagne avait un devoir de restitution morale et matérielle au peuple juif et a annoncé qu’il était prêt à s’engager dans des négociations avec des représentants juifs et l’État d’Israël. « Des crimes inqualifiables ont été commis au nom du peuple allemand, qui appellent une indemnisation morale et matérielle […] Le gouvernement fédéral est prêt, en collaboration avec les représentants de la communauté juive et l’État d’Israël […], à trouver une solution au problème de l’indemnisation matérielle, ce qui devrait ouvrir la voie à l’apaisement spirituel d’une infinie souffrance » a déclaré Adenauer65.

Le 10 septembre 1952, le responsable du CJM et de la Conférence de revendications, Nahum Goldmann, et le gouvernement ouest-allemand ont signé un accord mis en œuvre dans deux protocoles. Le Protocole no . 1 appelait à la promulgation de lois satisfaisant directement aux demandes d’indemnisation et de restitution des victimes des persécutions nazies. En vertu du Protocole no . 2, le gouvernement ouest-allemand a versé à la Conférence de revendications 450 millions de Deutsche Marks pour l’aide, la réhabilitation et la réinstallation des victimes juives des persécutions nazies. Des accords similaires ont également été signés avec l’État d’Israël.

À la suite de ces accords, la Conférence de revendications a continué à négocier avec le gouvernement allemand en vue d’amender les divers engagements législatifs et de veiller à la mise en œuvre des différentes lois de compensation et de restitution. Selon la Conférence de revendications, plus de 278 000 survivants juifs de la Shoah ont reçu des pensions à vie en vertu des lois d’indemnisation d’Allemagne fédérale. L’Allemagne a dépensé un total de 60 milliards de $US pour satisfaire aux demandes d’indemnisation juives65.

En 1952, le Congrès juif mondial a appelé le gouvernement autrichien à intensifier ses efforts en vue de la restitution des propriétés juives sans héritier. Le chancelier autrichien Leopold Figl s’est ensuite engagé à réparer les torts infligés aux Juifs21.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Congr%C3%A8s_juif_mondial#N.C3.A9gociations_avec_l.27Allemagne_sur_les_r.C3.A9parations_et_les_compensations

…Certaines victimes auraient plus que d’autres le droit d’obtenir réparation matérielle et morale de leur préjudice ? Alors, je regrette, le marchandage n’est pas du côté des victimes mais du côté de ces bonnes âmes égoïstes et cyniques, qui cherchent des raisons de ne pas reconnaître l’inqualifiable drame subi par les Juifs et leur descendance marquée à jamais (la psychogénétique nous le prouve). En cette période de Noël, la compassion, la générosité et la bonté font singulièrement défaut au pays des Lumières perdues…

Horreur antisémite à Créteil. Un jeune couple agressé par Ladji, Yacine et Omar

Lundi dernier, un jeune couple de 19 et 20 ans a été agressé par trois hommes armés au domicile des parents du jeune homme. Les numéros de leurs cartes bancaires leur ont été extorqués sous la menace d’un fusil à canon scié et la jeune femme de 19 ans a été violée tandis que l’un des criminels allait retirer de l’argent.

D’après le témoignage du jeune homme, les victimes avaient été choisies parce qu’elles étaient juives et que « les juifs ont de l’argent ». La condamnation de Youssouf Fofana pour avoir séquestré et assassiné Ilan Halimi pour le même motif n’a pas été dissuasive.

Une agression au processus identique avait été commise peu de temps auparavant , le 10 novembre dans le même quartier résidentiel habité par plusieurs familles juives. La victime avait décrit l’un de ses agresseurs comme « black ». Il n’a pas dit s’ils étaient musulmans mais qui pourrait en douter ?

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/12/02/01016-20141202ARTFIG00473-deux-hommes-interpelles-pour-le-braquage-d-un-couple-qui-a-tourne-au-viol.php

Bien entendu, les médias ne donnent ni les noms ni l’origine des criminels « bien connus des services de police ». Il s’agit pourtant de criminels armés, récidivistes, en bande organisée. Ils n’ont que 18 et 20 ans et ont commencé bien tôt. Inutile de s’interroger sur la valeur de leur cursus scolaire (que dit Belkacem ?) et de leur niveau d’intégration dans la société française.

Il faut être sourd, aveugle et débile mental pour ne pas rapprocher ce crime antisémite de l’antisémitisme qui fleurit en France au même rythme que l’islamisation et ne pas faire le lien avec l’incitation à la haine du juif en particulier et du non musulman en général propagé par le Coran et ses digests à l’intention des islamistes et de la faune antisioniste.

L’antisémitisme en France prolifère au rythme de la tolérance gouvernementale pour la charia et le djihad. Mais cette dernière produit un effet d’entrainement sur le bon antisémitisme franco français lié à l’Eglise catholique qui n’a que récemment affirmé que les juifs n’étaient pas un peuple déïcide comme elle l’a martelé pendant deux millénaires. Les cris d’orfraie de Valls, Cazeneuve et Hollande ne nous rassurent pas car ils ne sont qu’hypocrisie puisqu’ils encouragent l’antisémitisme en favorisant les Musulmans, les antisionistes et les racistes anti blancs.

La conséquence de ce renouveau de l’antisémitisme est que des milliers de Juifs FRANCAIS quittent la France chaque année tandis que des milliers de Musulmans ETRANGERS y pénètrent légalement et illégalement avec la  volonté de nous imposer la charia. Il ne reste plus qu’à peine 300 000 Juifs en France alors que la population musulmane est estimée entre 6 et 10 millions.

Ce n’est pas un hasard si cette agression antisémite a eu lieu au moment où l’Assemblée nationale s’apprêtait à reconnaître la Palestine pour faire plaisir aux Musulmans.

Complément au 07/12/2014

D’après un article de Riposte laïque, les criminels se prénommeraient Ladji, Yacine et Omar. http://ripostelaique.com/creteil-les-vrais-coupables-sont-jakubowicz-et-ses-potes.html

Pour en savoir plus

Tout le monde se souvient des heures sombres de l’Histoire où les Juifs, en France, devaient porter l’étoile Jaune sur leur vêtement pour être plus facilement  reconnus, désignés, discriminés, déportés… De nos jours, à l’heure où l’on crie encore « mort aux juifs » dans les rues de Paris, sans provoquer aucune nausée dans l’opinion publique, ces moments délétères se sont mués en un amalgame nauséabond présentant tous les stigmates de : l’Antisémitisme, de l’Antisionisme, de l’Antijudaîsme.

nazislamist girls

 

Ainsi, porter une kippa dans la rue devient provocant, dangereux, et de risque fatal d’agression à 95% par des jeunes des banlieues, lorsque la presse veut bien nous divulguer les prénoms des agresseurs. Ainsi,  Ladji, Yacine et Omar ne font aucun doute sur leur appartenance communautaire et à leur volonté décervelée, d’appliquer à la lettre des prescriptions de la Charia envers les Juifs de ce pays, qu’ils haïssent, par religion interposée via les antennes paraboliques de nos cités.

L’islam est une idéologie violemment anti-juive, basée sur le coran, qui prône l’extermination des juifs, des chrétiens, et plus généralement des non-musulmans – avec une focalisation particulière sur les juifs.

Dès leur plus jeune âge, un très grand nombre de musulmans sont dressés à haïr les juifs, comme en témoigne l’agression antisémite dont a été victime une fillette juive, jeudi 4 décembre, à Lyon. (3)

Selon diverses sources [dont RTL], une petite fillette juive a été agressée par deux gamins musulmans de 8 et 9 ans parce qu’elle était juive. Les deux gamins issus de familles musulmanes maghrébines ont justifié cette agression antisémite en indiquant que « Les musulmans sont en guerre contre les juifs ! ».
Lyon: Agression antisémite d’une petite fille juive par deux gamins « parce que les musulmans sont en guerre contre les juifs ! »

Et le résultat de cet endoctrinement antisémite, c’est que, selon une étude récente, 83% des musulmans ont un préjugé raciste contre les juifs. (4)…

Gilles-William Goldnadel revient cette semaine sur l’agression à caractère antisémite de Créteil et sur les expérimentations de Najat Vallaud-Belkacem à l’école.

On aurait pu la croire plus modeste, au fur et à mesure de ses déconvenues électorales et intellectuelles.

Las, la gauche gauchisante n’est toujours pas décomplexée.

Coups sur coups, la voilà qui récidive.

D’abord, un rapport de l’éducation nationale sur la suppression de la notation auquel n’a pas dit non Mme Vallaud-Belkacem. Tout a été dit, et plutôt bien, de Luc Ferry a Éric Zemmour, sur l’absurdité d’une théorie soixante-huitarde d’essence bourdivine destinée à déchoir de leurs droits successoraux les «héritiers» privilégiés de la culture de classe.

Mais en réalité, et plus profondément, l’idéologie des petits maîtres post-marxistes est à replacer dans ce mouvement rageur qui s’applique à déstructurer compulsivement l’identité de l’être occidental.

Après l’avoir dépouillé de son état, de sa nation, de son sexe, gommer toute différence reconnaissable et quantifiable entre les individus intelligents et les autres devient un impératif utile, «puisque tous les hommes sont intelligents» à l’état de nature.

Dans ce cadre sublimement destructeur, il était délicieux de vouloir priver le français encore majoritaire d’un des symboles les plus festifs de sa culture historique: la crèche de Noël.

Et ici encore l’explication de cette ineptie gauchisante, de cette anti-divine bourde, par une crise de prurit laïcarde, encore qu’elle soit pertinente, est trop courte.

Car c’est la vieille fille aînée de l’église que les préfets de la république socialiste poursuivent de leur aigreur, et elle seule.

Quand le maire de Paris invite à ripailler pour la nuit du ramadan, de manière plus dispendieuse que d’admirer un santon en Vendée ou à Béziers, les arrière-petits-fils arriérés du petit père Combes se font moins maniérés.

Je sais aussi un journaliste à Radio France, Fabrice le Quintrec pour ne pas le nommer, qui se bat depuis des lustres pour ne pas être pénalisé sur son salaire – au rebours de ses confrères juifs et musulmans – quand il veut fêter l’Ascension ou l’Assomption.

Mais la bêtise bornée de la gauche gauchisante ne connaît point de bornes.

Un couple de jeunes juifs a été violenté à Créteil après avoir été ciblé spécifiquement.

Aussitôt, il n’est question que de lutter chaque jour contre l’antisémitisme.

À quoi bon ce prêchi-prêcha stérile, si c’est pour refuser de désigner, derrière ce tendre vocable de «jeunes», une haine allogène principalement d’origine islamique dont on sait pertinemment qu’elle est le premier terreau d’une violence non seulement antisémite mais encore anti-occidentale qui pourrit la vie des juifs et de ceux qui ne le sont pas.

Le Monde de cette semaine, tout en publiant un article sur le drame de Créteil dans lequel est reconnu le caractère antisémite du cambriolage suivi de viol, a publié une opinion de Nonna Mayer, dans laquelle celle-ci invite à plus de «rigueur» pour traiter de l’antisémitisme en France.

En substance, elle dénie toute pertinence au rapport Fondapol qui révèle que 8 musulmans sur 10 nourriraient des préjugés à l’encontre des juifs. Déni est le mot juste.

C’est avec la même cohérence, à défaut de rigueur, que la même dame, dans le mitan des années 90, considérait que les Français qui trouvaient l’immigration excessive étaient racistes et xénophobes.

Le premier ministre, ordinairement plus explicite, a déclaré que l’antisémitisme devait être un combat de tous les jours.

Personne ne m’empêchera d’écrire que ce 2 décembre dernier où l’extrême gauche et la gauche socialiste ont formé le vœu rien moins que pieux de déclarer un état Palestine pour caresser dans le sens du poil les barbus des cités, ne fut pas un jour de glorieux combat.

La veille, lors d’un débat télévisé, je reprochais à la sénatrice Benbassa la présence de certains de ses verts camarades à ces manifestations de juillet «en faveur de Gaza», où l’on cria mort aux juifs! Et attaqua des synagogues. Notre antiraciste revendiquée hurla à la calomnie.

Pour savoir qui dit vrai et qui ment je renvoie mes lecteurs au Figaro du 24 juillet, et notamment au rôle du maire EELV du deuxième arrondissement de Paris.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois
par jour en fin d’après-midi.

Manuel Valls, irréprochable sur le sujet, sermonna vertement les élus prétendument écologistes pour leur scandaleuse présence.

Mais ce sont ces mêmes Verts, ce sont les communistes, c’est le Front de gauche, également présents dans les manifestations de haine, que le premier ministre, que le premier secrétaire du parti socialiste, continuent de vouloir enrôler dans une union de la gauche dont ils ne sont toujours pas revenus.

Le combat de tous les jours est déjà terminé.

Ce combat, contre la bêtise, la violence et le conformisme intolérant, qui gâchent la vie des gens, et pas seulement des juifs, la droite n’a toujours pas compris qu’il était avant tout médiatique.

Je ne cesse ici et ailleurs de dénoncer les errements de l’audiovisuel de service public en la matière.

L’excellent «Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique» (OJIM.fr) vient d’en donner récemment un exemple accablant.

Le vendredi 21 novembre, l’animatrice productrice de France Culture, Hélène Hazéra, par ailleurs transsexuelle et militante LGBT, a tenu au micro des propos invraisemblables sans que personne ne s’en offusque.

Interrogé(e) sur le thème de la transsexualité abordée dans les médias, celle-ci a en effet estimé très sérieusement et avec agacement qu’«il faudrait prendre tous les journalistes et les mettre dans des camps de travail et leur faire un peu de remise à niveau!»

On imagine le sort d’un intellectuel de droite qui aurait eu la funeste idée de proposer un tel programme pour contraindre les journalistes de service public à une plus grande neutralité.

La reconnaissance de « la Palestine » par l’Assemblée nationale implique la destruction d’Israël

Je vous invite à lire cet article lucide de Riposte laïque.

La Connectrice

Le FN et les socialistes voteront de concert pour la création d’un nouvel État musulman

marion_marechal_lepenLe 28 novembre prochain se déroulera à l’ Assemblée nationale un vote fortement symbolique en vue de la reconnaissance d’ un État qui n’a jamais existé dans l’histoire  : La « Palestine » .

L’ imposture historique et morale que représenterait la création d’ un nouvel État musulman sur le sol ancestral du peuple juif signifierait pourtant (mais personne n’est dupe) la fin de l’État d’Israël. L’horrible attentat commis contre une synagogue à Jérusalem le 18 novembre dernier a montré une fois de plus ce que valent les « Palestiniens». C’ est en effet aux cris de « Allah Ouakbar» que les deux terroristes armés d’armes à feu, de couteaux et de haches ont massacré deux rabbins et deux fidèles qui priaient dans ce lieu sacré juif (les deux jihadistes «palestiniens » ont aussi tué lors de cette attaque, d’ une balle dans la tête, un héroïque policier druze israélien) .

Les médias intoxiqués par l’argent des pétromonarchies du Golfe et par l’ antisémitisme de son élite niveleuse considèrent Mahmoud Abbas, le chef de l’ « Autorite Palestinienne » comme un modéré, voire un homme de paix. Mahmoud Abbas, de son nom de guerre Abou Mazen, est pourtant aussi le chef du Fatah et de son aile djihadiste : Les Martyrs des Brigades Al-Aqsa (spécialistes des attentats suicides dans les lieux publiques en Israël ). Le site Wikipedia explique bien (pour ceux qui ne l’auraient pas encore compris) que le nom de cette organisation «…vient du concept islamique de martyr ainsi que du nom de la mosquée Al-Aqsa, lieu saint dans la religion musulmane ».

En 2004, Mahmoud Abbas déclarait officiellement que les «Brigades » faisaient partie intégrante du Fatah dont il est aujourd’hui le chef.

Les «Palestiniens» sont donc majoritairement représentés par des organisations telles que le Hamas, le Djihad Islamique Palestinien (DIP) et le Fatah de Mahmoud Abbas.

Ces mouvements terroristes seraient donc cautionnés par l’ Assemblée nationale française !

Notons les propos de Marion Maréchal Le Pen tenus le 18 novembre dernier sur BFM TV et RMC : «Au FN, nous sommes pour la reconnaissance d’un État palestinien…Donc, je pense que je voterai pour» . Rappelons que cette infâme proposition de reconnaissance d’ un nouvel État Djihadiste sur le sol biblique de l’ « Ancien» et du « Nouveau Testament » émane d’ une proposition des socialistes (à tête plate, comme le disait Nietzsche) de l’Assemblee nationale…

Ajoutons encore que pendant des siècles, le terme «Palestinien» définissait les Juifs. Ainsi, par exemple, le philosophe Emmanuel Kant (1724-1804) décrivait les Juifs dans la première partie de L’Anthropologie comme les «natifs de Palestine en exil». Jusqu’à peu près la moitié du 20ème siècle la Palestine était pour tous – y compris les Arabes – la terre du peuple juif…

Le mot Palestine se réfère en fait au peuple des Philistins dont les origines géographiques se trouvent dans la région de la Mer Égée. C’est donc  un peuple occidental qui n’a aucun rapport avec le monde arabe dont sont issus les «Palestiniens» dont on parle dans les médias depuis quelques décennies et qui sont une «création» datant du 20ème siècle.   C’est avant ou après (on ne sait exactement) la révolte juive de Bar-Kochba qui se déroula entre 132 et 134, que l’Empereur romain Hadrien, qui occupait avec son armée la terre d’Israël, décida de débaptiser la Judée (région de l’ancien royaume d’Israël où vivait la tribu de Juda dont la majorité des Juifs actuels sont les descendants) et de la renommer Palæstina. Ici encore, aucun lien n’existe entre le mot «Palestine»  et un quelconque peuple arabe et/ou musulman !   – C’est seulement au 7ème siècle de l’ère chrétienne  que les Arabes conquirent la «Palestine», c’est-à-dire la terre ancestrale des tribus d’Israël (dont celle de Juda faisait partie).    –  C’est aussi au  7ème siècle de l’ère chrétienne que les Arabes violèrent le lieu le plus saint du judaïsme en construisant à Jérusalem, sur l’emplacement même où se trouvait le Temple du Roi Salomon, la Mosquée El-Aqsa et le Dôme du Rocher. Plus de cent constructions musulmanes existent maintenant sur le mont du Temple !

Pour finir,nous citerons un texte de Paul Claudel qui écrivait avec tant de perspicacité :

« Cela n’empêche pas que dans la lutte engagée mes sympathies ne soient entièrement pour Israël(…) Je ne partage pas du tout la sympathie passionnée de notre ami Massignon pour les Arabes, qui en réalité n’ ont jamais ce qu’ on appelle «habité» cette terre où ils bivouaquent…».

(Paul Claudel, Lettre à Jacques Madaule datée 6 juin 1948).

Frédéric Sroussi

Pétition en faveur de la reconnaissance de la « Palestine » par la France

Lire aussi mon précédent article à propos de l’appel d’autres membres de la communauté juive (Comité d’urgence) contre la reconnaissance de l’Etat palestinien par la France. En effet, pour Shalom Akhshav (la Paix maintenant, LPM), il ne peut y avoir de paix sans la co-existence de deux états, ce que refuse la droite israélienne représentée par  le premier ministre Nétanyahou.

Je note que l’appel du « Comité d’urgence » insiste sur deux points : les frontières de 1967 qui incluent Jérusalem et la reconnaissance d’un Etat palestinien sans contrepartie, unilatéralement.

On observera la liberté d’expression des opinions différentes tant en Israël qu’ailleurs dans la diaspora. Les opposants au pouvoir en place ne craignent pas d’être tués pour leurs opinions, l’assassinat de Yitzhak Rabin  par un opposant de l’extrême droite à Tel Aviv en 1995 étant l’exception qui confirme la règle.

Vue d’un salon parisien, la co existence de deux états semble la solution idéale mais vue d’Israël, un îlot de démocratie au milieu de millions de Musulmans dont la religion prône l’extermination des Juifs, la situation est brûlante et complexe. Personnellement, je ne me permettrais pas de juger de la politique israélienne quand la sécurité de chaque Israélien ou de chaque touriste visitant Israël, est menacée à chaque seconde.

La Connectrice

http://www.lapaixmaintenant.org/L-Assemblee-nationale-francaise-et

L’Assemblée nationale française et la reconnaissance de la Palestine : plusieurs centaines d’Israéliens appuient cette initiative

par La Paix Maintenant, Shalom Akhshav

L’Assemblée nationale doit discuter le 28 novembre d’un projet de résolution invitant le gouvernement à reconnaître un État palestinien.

Nous publions ci-dessous le texte de la pétition en faveur de cette initiative, adressée à l’Assemblée nationale par plus de 700 citoyens israéliens.

En Israël, Shalom Akhshav soutient cette pétition, comme il a soutenu les pétitions antérieures adressées à différents parlements européens (Suède, Angleterre, Espagne…)

Le soutien de la Paix Maintenant

La reconnaissance d’un État palestinien par les parlements européens serait un avertissement bénéfique à la droite israélienne au pouvoir qui refuse obstinément une solution à deux États.

Une telle reconnaissance de la part du parlement français, même si elle ne peut avoir d’autre statut que symbolique, aurait un impact sur l’opinion publique israélienne et pourrait contribuer à la mobilisation des esprits en faveur d’une sortie de l’immobilisme politique dans lequel se complaît le gouvernement israélien actuel.

Le souhait d’une reconnaissance de la Palestine attesterait de l’importance que revêt la solution du conflit israélo-palestinien aux yeux de l’opinion publique française, apportant ainsi un appui précieux au camp de la paix.

Elle indiquerait aux Palestiniens que la préférence doit être donnée à une perspective politique, au détriment d’un désespoir porteur d’actes extrêmes qui leur sont également dommageables.

La Paix Maintenant partage cette position et soutient cette initiative.

Pétition israélienne adressée à l’Assemblée nationale française en faveur de la reconnaissance d’un État palestinien

Nous soussignés, citoyens de l’État d’Israël profondément attachés à la sécurité et au bien-être de notre pays, sommes angoissés par l’impasse diplomatique, l’occupation et la poursuite de la colonisation qui perpétuent la confrontation avec les Palestiniens et annihilent toute chance d’un compromis raisonnable.

Il est évident à nos yeux que la sécurité, voire l’existence de l’État d’Israël, dépendent de la création à ses côtés d’un État de Palestine souverain, vivant en bonne intelligence avec lui. Il n’y a pas d’autre choix que la reconnaissance mutuelle des deux entités nationales, définies par les frontières du 4 juin 1967 susceptibles de modifications mineures agréées d’un commun accord.

Nous saluons et encourageons votre initiative de reconnaître l’État de Palestine, que nous estimons constituer un pas significatif sur le chemin long et semé d’embûches de la paix entre les deux frères ennemis du Proche-Orient.

Au nombre des signataires :

Elie Barnavi, historien, écrivain, ex-ambassadeur d’Israël en France ;

Avraham Burg, député (1988-2006), ex-président de la Knesseth ;

Ran Cohen, député (1984-2009), ex-ministre de l’Industrie et du Commerce ;

Yaël Dayan, écrivain, députée (1992-2003) ;

Tamar Gozansky, économiste, députée (1988-2003) ;

Daniel Kahneman, professeur et chercheur, prix Nobel 2002 en économie ;

Dani Karavan, plasticien et sculpteur, prix d’Israël 1977 ;

Alex Levac, photographe, prix d’Israël 2005 ;

Avishaï Margalit, philosophe et universitaire, prix d’Israël 2010 ;

Mossi Raz, député (1999-2003), président du forum des NGO pour la paix ;

Yossi Sarid, ancien ministre de l’Éducation, député (1974-2006) ;

Joshua Sobol, écrivain et dramaturge, lauréat de nombreux prix ;

Ze’ev Sternhell, historien et penseur politique, prix d’Israël 2008 ;

David Tartakover, graphiste, prix d’Israël 2002 ;

Yaïr Tsaban, membre de la Knesseth (1981-1996), ex-ministre de la Santé ;

Nomika Zion, vit à Sdérot, membre fondateur de Une Autre Voix, qui promeut le dialogue avec les Gazaouis.

 

Appel contre la reconnaissance par la France de l’Etat palestinien avec Jérusalem comme capitale

Honte au gouvernement français qui, sous la menace du terrorisme musulman qu’il favorise en cédant à ses menaces à l’étranger et à l’insurrection en France, s’apprête à reconnaître unilatéralement l’existence d’un Etat palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem comme capitale.

Si Jérusalem devenait la capitale de l’Etat palestinien, qui peut sincèrement croire que les chrétiens du monde entier pourraient continuer à s’y rendre en pèlerinage en toute sécurité ? La réalité est que dans tous les états musulmans du monde, les chrétiens sont persécutés.

http://laconnectrice.wordpress.com/2014/08/16/un-musulman-jordanien-ose-critiquer-les-musulmans/

http://laconnectrice.wordpress.com/2012/01/26/turquie-musulmane-et-genocide-des-chretiens-darmenie/

http://laconnectrice.wordpress.com/2011/03/02/lislam-persecute-les-chretiens/

Articles de ce blog sur la persécution des chrétiens en Islamie

  • http://laconnectrice.wordpress.com/2011/03/02/lislam-persecute-les-chretiens/ Un panorama très documenté sur les persécutions des Chrétiens par les Musulmans aujourd’hui : Génocide arménien et chritianophobie en Turquie contemporaine, persécution des Coptes en Égypte, Maldives, Nigéria, Irak, Chypre, Pakistan, Ingouchie, Philippines …A l’occasion des rassemblements chrétiens dans les églises pour Noël, on assiste à une flambée d’attaques et de menaces contre les chrétiens du Soudan, du Nigéria, du Pakistan, d’Irak, des Philippines et d’Égypte. La plus importante communauté des chrétiens d’Orient, celle des Coptes est particulièrement visée en Égypte où on déplore des dizaines de morts et de blessés suite à l’attentat d’Alexandrie le 1er janvier. Les Chrétiens d’Irak fuient en masse. En France, les lieux de culte de la diaspora copte sont menacés, au nom du Djihad, selon des sites Internet.
    Le spectre d’un génocide des chrétiens d’Orient se dessine. ..

Églises profanées, saccagées, taguées. Paroissiens insultés. Prêtres harcelés. Des centaines d’églises et de cimetières sont profanés chaque année. Les objets de culte sont détruits, des flaques d’urine inondent les parvis et les allées, des stèles funéraires sont maculées et brisées. Les coupables étant rarement identifiés, ces méfaits ne peuvent pas être systématiquement attribués aux musulmans tout comme aux satanistes ou aux néo-nazis. Toutefois on ne peut nier que la cathophobie et l’antichristianisme des uns comme des autres se fertilisent mutuellement contribuant à créer un climat délétère qui encourage les profanations sans que les ténors du gouvernement, des médias et des droitsdel’hommisme s’en insurgent. Sur les forums Internet, de nombreux témoignages déplorent que soit donnée aussi peu d’information sur les méfaits anti chrétiens. Faudra-t-il bientôt voter une loi pour défendre le christianisme en France ?..

Extrait  de ce long article très documenté sur la main mise économique et culturelle sur la France en particulier et l’Occident en général : L‘impérialisme d’une société sur une autre revêt toujours deux aspects : l’un, économique, prend possession des biens, l’autre, culturel, s’empare des esprits.
L’Europe, après avoir été au cours du XIXe siècle un ensemble de puissances impérialistes, a subi à son tour, à la faveur de la 2e guerre mondiale, l’impérialisme des USA, avec le Gold exchange standard, le plan Marshall et Coca-cola d’un côté, Mickey Mouse, John Wayne et Elvis Presley de l’autre.Nous assistons désormais à une nouvelle tentative d’impérialisme qui vient cette fois du monde arabo-musulman. Il est d’une part économique et s’appuie, pour les pays riches, sur l’argent du pétrole et les flux migratoires des populations pauvres, et d’autre part, culturel, avec pour support idéologique une religion, l’Islam. ..

Extrait : Les révolutions arabes ont fait long feu. Même la Tunisie qui semblait avoir opéré une véritable révolution a choisi de voter contre la laïcité pour un parti musulman soit-disant « modéré ».

Le « printemps » qu’on nous annoncé s’est soldé par l’hiver, le gel de la liberté et de la démocratie au profit de l’impérialisme musulman. Partout dans le monde, les révoltes « populaires » s’alimentent du Coran aux cris de « Allah est grand ».

Au moment où la Tunisie vote pour un parti islamiste, les rebelles musulmans d’Al Shebab, commettent des attentats sanglants au Kenya et tentent de renverser le régime somalien en place. Coïncidence ?..

Extrait : L’Afrique, le Moyen-Orient et l’µAsie sont le théâtre régulier d’assassinats de Chrétiens ou de persécutions contre l’exercice de leur culte.

Noël est une date particulièrement prisée par les criminels christianophobes, des Musulmans en général…

Fin mai, des bédouins musulmans auraient attaqué le monastère de Malawi en Haute Égypte, blessé et enlevé des moines.

La communauté chrétienne copte d’Egypte fait l’objet de persécutions régulières et sont accusées par les intégristes musulmans de pactiser avec l’ennemi étranger.
Moubarak ne fait rien pour les protéger malgré leurs appels désespérés.

http://yclady.free.fr/avenir_copte.html

Il y a quelques jours, des centaines de Coptes vivant en France ont manifesté à République.
Il n’y avait pas un seul journaliste et aucune information n’a filtré sur ce rassemblement important au regard du nombre de Coptes en France et dans le monde.

Je suis athée mais je n’aime pas savoir que des gens sont persécutés au nom de leur pensée, même religieuse, dans l’indifférence totale.

Un exemple de plus des agissements des ouailles de la religion censée être la plus tolérante au monde : l’Islam.
Je connais la réponse : ces bédoins ne sont pas de bons musulmans.

Dieu, que de mauvais musulmans sur cette terre !…….

On lira aussi l’article suivant sur la pétition de La Paix maintenant en faveur de la reconnaissance de « la Palestine ». http://laconnectrice.wordpress.com/2014/11/20/petition-en-faveur-de-la-reconnaissance-de-la-palestine-par-la-france/

Source image http://www.franceculture.fr/2011-09-19-israel-%E2%80%93-palestine-la-situation-recente.html

Honte aux parlementaires qui voteraient cette reconnaissance alors que les Français, leurs lois et leur culture sont constamment menacés par les Musulmans qui vivent en France pour se faire payer « la dette coloniale », nous donner des leçons de démocratie (alors que TOUS  les pays musulmans sont des dictatures), qui sont fiers de « niquer la France », qui pillent l’aide sociale sous toutes ses formes (les ensembles de logements sociaux sont des zones de non droit où règnent délinquance, criminalité et incivilités au quotidien), qui affirment que « les lois d’Allah sont supérieures à celles de la République », qui remplissent nos prisons souvent parce qu’ils ont violé des non musulmanes et qui nous pourrissent la vie au quotidien, y compris dans les écoles où ils empêchent les élèves d’étudier et les enseignants d’enseigner autre chose que le Coran.

Nous subissons l’islamisation de la France, balayons devant notre porte sans l’imposer aux autres nations.

La communauté juive se refuse officiellement à parler de guerre de religion mais Eric Zemmour n’a pas hésité à le dire à propos de l’assassinat des quatre rabbins de Jérusalem et de tous les attentats et enlèvements récents ayant frappé Israël.

Pour ma part, il s’agit bien d’une guerre de religion déclarée depuis le 7ème siècle par Mahommet et ses suppôts. Ce n’est pas pour rien que les Musulmans revendiquent le Djihad, la guerre sainte et que nos autorités qualifient les bourreaux d’Allah de Jihadistes. Assez d’hypocrisie, appelons les choses par leur nom pour mieux les éradiquer.

9 novembre 1989. Chute du mur de Berlin saluée par Rostropovovitch

Rien n’est plus fort que la musique pour exprimer une émotion si intense qu’elle est indicible.

Le 9 novembre 1989, après 30 années de blocus, les Allemands cassaient le mur de Berlin afin qu’Allemands de l’Est et Allemands de l’Ouest puissent se retrouver et se déplacer librement hors des frontières du rideau de fer. C’était une véritable révolution qui entraîna la chute de l’Union soviétique et la relative autonomie des républiques qui la constituaient car Moscou veille toujours et son conflit actuel avec l’Ukraine en est la douloureuse preuve. La plus grande réussite de la chute du mur de Berlin est incontestablement la réunification de l’Allemagne qui continue de s’affermir malgré des difficultés évidentes.

A la suite de la chute du mur, des milliers de jeunes européens et américains vinrent célébrer l’événement avec les Allemands, un pas de plus dans le pardon de cette nation impérialiste et belliqueuse qui avait fait souffrir tant de peuples. L’amitié franco allemande est sans doute la plus grande victoire jamais connue sur la haine entre les peuples et on aimerait qu’elle serve d’exemple à d’autres peuples actuellement en conflit. Si µFrançais et Allemands ont pu conjurer une haine ancestrale marquée par de terribles guerres meurtrières pour les combattants comme pour les civils, alors rien n’est impossible comme, par exemple, la paix entre Israéliens et Palestiniens …à condition de le vouloir …

Mon séjour à Berlin en 1964

J’ai séjourné une année scolaire à Berlin en 1964, un an seulement après l’érection du mur et l’enfermement des Allemands de l’Est dans un système totalitaire immonde.

A cette époque, Berlin était comme une île  cernée car les Vopos (VolksPolizei, police du peuple) et leur clones armés et menaçants dans leurs uniformes vert de gris (en fait je ne me souviens pas de la nuance exacte mais ils rappelaient trop les uniformes nazis) contrôlaient tous les points de passage dont celui qui permettait de rejoindre Berlin. Des kilomètres de voitures attendaient de pouvoir passer le contrôle.

Entre Berlin Est et Berlin Ouest, un espace de terre meuble bien ratissée pour y repérer d’éventuelles traces de pas était gardé par des chiens loups attachés par une longe glissante leur permettant de courir et des miradors gardés par des soldats aux armes bien visibles. Malgré ce précautions, des Allemands de l’Est tentaient épisodiquement au péril de leur vie de rejoindre l’Ouest. Certains ont pu profiter des manœuvres des troupes alliées pour se cacher dans les coffres des véhicules. Je me souviens d’un militaire français racontant qu’il avait « ramené un oiseau ».

On pouvait se rendre à Berlin Est depuis l’Ouest en passant par le contrôle de « Checkpoint Charlie », ce fameux point de passage où, après la chute du mur on pouvait lire « Charlie is retired » (Charlie a pris sa retraite). Je me suis ainsi rendue plusieurs fois à l’Est où j’ai pu visiter le fabuleux musée Pergamon et y admirer les immenses bas-reliefs des portes de Babylone et de celle d’Ishtar. J’ai été abordée par des jeunes qui m’ont invitée chez eux à boire de la bière et manger des saucisses, ce qui m’a valu plus tard d’être accusée d’espionnage par la police militaire et une visite des RG chez mes parents en France. Naïve et sceptique je n’avais pas voulu croire que Berlin était un nid d’espion et je devais en faire les frais. J’étais dans le déni, je ne voulais pas croire que les Allemands de l’Est et les Soviétiques étaient des méchants influencée que j’étais alors par l’idéologie communiste répandue en France chez les intellectuels. Cette expérience m’ayant servi de leçon, je suis aujourd’hui très vigilante sur le déni, en particulier celui que partagent les socialistes sur l’islamisation de la France et la réalité du Jihad.

Le métro de Berlin passait par des lignes désaffectées parce que situées à l’Est. Faiblement éclairées elles laissaient voir des soldats en arme sur les quais et c’était lugubre. De manière générale, je trouve que les photos de l’époque du mur publiées actuellement dans la presse ne rendent pas compte de la noirceur, de la tristesse, de la menace et de la grisaille qui régnaient alors. Les images gravées dans ma mémoire sont toutes en noir, blanc et gris.

Il régnait à Berlin Ouest une intense vie culturelle car les artistes du monde entier venaient nous rendre visite dans notre île. J’ai pu voir danser Rudolph Noureeve et Margot Fonteyn, écouter Juliette Gréco et Vladimir Ashkenazy ainsi que les merveilleux concerts donnés par la Philharmonie de Berlin dans une salle à l’acoustique prodigieuse toute vêtue de bois. A l’extérieur, la HansaPlatz était peuplée de sculptures contemporaines et lotie de petits immeubles de style Bauhaus aux couleurs chères à Mondrian.

De nombreuses boites de nuit dont certaine gigantesques accueillaient une jeunesse ivre de plaisirs et de rencontres. On y croisait des étudiants et de jeunes soldats français, américains ou belges membres des troupes d’occupation. L’armée allemande démilitarisée était embauchée pour dégager les rues ensevelies sous la neige abondante dans ce climat continental.Je pense qu’à cette époque la population de Berlin était particulièrement jeune.

L’horreur de la guerre était prégnante avec de nombreux immeubles en ruine constellée d’éclats d’obus et la KurfûrstendamKirche décapitée. La plus atroce vision que j’eus fut celle des objets rassemblés par les Nations unies pour illustrer la Shoah. J’y vis des tapis tissés en cheveux de juifs, des abats-jour en peau de juif et du savon fabriqué avec de la graisse de juif. L’exploitation de l’homme vivant et mort n’aura jamais été poussée plus loin que par les Nazis, ce que de nombreuses personnes continuent à ignorer en utilisant le terme nazi à tort et à travers.

Redevenue capitale de l’Allemagne, Berlin est aujourd’hui l’une des métropoles les plus séduisantes d’Europe même si elle n’a pas encore fini de faire son ménage d’après guerre. Berlin reste une destination touristique privilégiée et on y fait toujours la fête.

Pour en savoir plus

 

 

 

 

 

Les antisionistes sont complices des crimes de l’Islam

Le coup du sionisme, alibi grotesque pour innocenter l’islam

2

Israel3A ceux qui veulent m’enfumer, me détourner  et me distraire avec leur théorie nauséabonde du complot sioniste, qui sous-entend juifs chez eux, qui tue ses apostats, décapite les otages, se livre à la prostitution halal, commet des crimes contre l’humanité, mène une croisade acharnée contre les autres religions, opprime et réprime et les libres-penseurs aujourd’hui, je dis bien aujourd’hui, est-ce l’islam ou le sionisme, de l’hébreu Sion, nom des collines de Jérusalem, devenu un mouvement politique de caractère messianique à la fin du XIX e siècle et dont le fondateur Theodor Herzl serait un saint homme en comparaison avec le fondateur de la secte mahométane ?

Qui est un frein au développement humain et  présente un réel danger pour la petite enfance ? Qui massacre les siens en Syrie, en Irak, en Tunisie, en Afghanistan, au Soudan et son lot des millions de morts,  au Pakistan, en Libye et hier en Algérie c’est encore l’islam ou le sionisme ?

Qui pose des bombes dans les lieux de culte et met en péril la pérennité de l’humanité est-ce l’islam ou le sionisme ?

Qui est en train de somaliser la Tunisie, de liquider physiquement leurs hommes politiques, de massacrer ses forces de l’ordre, de transformer ce pays en mouroir à ciel ouvert, de dégrader son image, pour en faire un pays pourvoyeur de main d’oeuvre sexuelle et djihadiste après avoir été un symbole du bien vivre ensemble et un havre de paix pour ses enfants indépendamment de leurs croyances est-ce le sionisme ou l’islam ?

Qui a vendu sa patrie au nom des intérêts supérieurs de son idéologie et s’illustre par l’exécution sommaire et atroce des opposants politiques en Tunisie, sont-ce des musulmans ou des sionistes ?

Qui défend son territoire et a fait de sa terre un vrai modèle de développement économique, industriel, technologique, culturel, scientifique, éducatif, social, universitaire, bio-médical, sociétal est-ce l’islam ou le sionisme ?

Qui menace publiquement le monde de le mettre à feu et sang, qui tient des propos fracassants et inquiétants quant à la reconquête de  l’Espagne, la chute du Vatican, et veut imposer ses lois criminelles, scélérates et racistes  au monde  est-ce l’islam ou le sionisme ?

Qui excise, mutile, égorge, s’enivre du sang des chrétiens syriens et irakiens, appelle au meurtre des « mécréants »,  exalte, sanctifie l’ultra-violence, rackette les chrétiens, détruit leurs lieux de culte, viole et kidnappe leurs femmes et les assimile à des sous-hommes ainsi que pour les juifs, est-ce l’islam ou le sionisme ?

Qui incite aux pratiques de la pédophilie, de la nécrophilie, du cannibalisme, traite la femme au XXI e siècle comme  objet sexuel, un être dépourvu de foi et de raison, qui ordonne sa lapidation et fait d’elle une coupable de son viol, qui la prive de ses droits les plus élémentaires  est-ce franchement l’islam ou le sionisme ?

Qui est le responsable de la quasi totalité des attentats terroristes dans le monde depuis ce funeste jour du 11 septembre 2001 est-ce l’islam ou le sionisme ?

Qui encore ne reconnaît à l’homme le droit à la liberté de conscience et de culte est-ce l’islam ou le sionisme ? Tout parallèle avec le sionisme est inopportun et insultant pour ce dernier qui oeuvre pour la pérennité de la patrie contrairement à l’islam qui n’a de cesse tant qu’il n’a pas détruit les Etats-nations pour leur substituer le Reich islamique, l’Oumma.

La réalité des faits ne plaide aucunement en faveur de l’islam et personne au monde ne peut lui tordre le cou et la travestir, En l’état actuel de la déferlante de la barbarie humaine sur les pays musulmans, tout indique que l’islam porte en lui tous les germes de crime contre l’humanité.

Quand bien même le sionisme serait une idéologie satanique, malfaisante, totalitaire et génocidaire ce dont il est permis de douter, et à supposer que les laudateurs de l’islam soient à même de prouver le contraire, ce n’est pas pour autant une raison pour esquiver la haute toxicité de l’islam et le draper dans sa vertu.  Un criminel doit répondre de ses actes et non pas chercher à les occulter en prenant comme argument les prétendus crimes d’autrui. Les musulmans sont restés des éternels adolescents, immatures et irresponsables. Ils sont comme cet enfant dans la cour de récré que sa maîtresse attrape la main dans le sac en train de voler des bonbons dans le cartable de son camarade et qui pour sa défense présente comme excuse, pourquoi vous m’incriminez alors qu’il y en a d’autres qui le font. Ces autres n’ont pas été pris pourtant en flagrant délit de vol. S’il y a aujourd’hui un coupable avéré c’est bien l’islam.

Ce ne sont certainement pas les musulmans qui vont accuser l’islam d’enrégimenter les brigades de terroristes et de nymphomanes souvent mineures. Les prostituées d’Allah qui livrent leurs corps aux terroristes ne sont pas sionistes, elles sont musulmanes. Les djihadistes tunisiens qui mènent la guerre de la terreur dans les pays du Levant, peu importe l’identité de leurs commanditaires, ne sont pas non plus des sionistes ils sont des musulmans pris dans le tourbillon de l’ivresse du paradis promis par Mahomet aux criminels qui oeuvrent dans la voie d’Allah.

Le sionisme qui n’a jamais fait de l’islam son bouc-émissaire  ne doit pas servir de voile pour masquer les atrocités abominables imputables aux musulmans ni d’alibi grotesque pour innocenter l’islam.

Salem Ben Ammar

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 239 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :