Flux RSS

Archives de Tag: interdiction cheminées

Les feux de cheminée bientôt interdits ?

P1050224-001

Feu d’agrément, et parfois de chauffage, dans ma cheminée parisienne. Ma cheminée est extrêmement efficace et tellement bien conçue qu’elle peut chauffer mon appartement en cas de panne de chaudière et de coupure électrique (le moteur de la chaudière à gaz est alimenté par l’électricité). J’utilise du bois résultant d’élagage saisonnier ou des bûches vendues dans les stations service ou magasins de bricolage. Ces feux de cheminée font le bonheur de mes invités au cours de la saison hivernale et nous y faisons parfois griller de la viande. Je ne me passerais de ma cheminée pour rien au monde. Ma cheminée, c’est mon moteur diesel à moi et je m’en sers moins que d’une bagnole n’ayant pas atteint, et de loin, mon quota de pollution.

Les feux de cheminée sont sur la sellette. Ils tueraient 42 000 personnes par an du fait de la libération de fines particules.  Un arrêté préfectoral interdisant dès 2015 l’usage de cheminées à foyer ouvert serait en préparation, sauf à les transformer en insert (foyer fermé) ou poêle à bois. N’y aurait-il pas derrière ce projet d’interdiction un puissant lobby de fabriquants et installateurs d’inserts et de poêles à bois ? L’acquisition de cet équipement bénéficie d’un crédit d’impôt de 15% avec un plafond de 8 000 euros pour une personne seule et le couple pour un couple. Ce crédit d’impôt est accordé au nom de l’encouragement à utiliser des énergies renouvelables, une disposition en contradiction avec le projet d’interdiction des cheminées ou une incitation autoritaire à faire travailler les fumistes ?

Espérons que les Verts exigeront également l’interdiction de la vente de tabac qui tue près du double, 73 000 personnes par an http://www.apmnews.com/story.php?numero=224813

Il faut exiger également l’interdiction des voitures diesel qui libèrent aussi de fines particules qui sont inhalées et aussi ingérées à travers la consommation de fruits et de légumes contaminés par la circulation routière.Les véhicules de type diesel sont fortement émetteurs d’oxydes d’azote et de particules fines. En effet, les diesels émettent 30 à 100 fois plus de particules que les véhicules à essence, ce qui constitue 90 % des particules émises par l’ensemble des véhicules !http://www.notre-planete.info/environnement/pollution_air/dieselsante_0.php

Je me demande comment on fait pour évaluer la mortalité résultant des dégagements de cheminées domestiques sachant que nous respirons toutes sortes de cochonneries mélangées : fumées industrielles, pollution automobile, pollution agricole par engrais et insecticides vaporisés sur les récoltes, émanation de déchets toxiques abandonnés à l’air libre, émanation à l’intérieur de l’habitat de matières synthétiques et de toutes sortes de produits vaporisés avec ou sans pression, prolifération des supports électroniques qui dégagent des ions négatifs et des ondes incontrôlables. A cette pollution volatile, il faut ajouter la pollution des aliments et de l’eau. Comment savoir s’il n’y a pas interaction entre ces différentes sources ? C’est impossible et c’est une question de bon sens.

Être exposé aux polluants atmosphériques c’est entrer en contact avec eux par l’intermédiaire de l’air ambiant. L’effet sanitaire éventuel est lié, notamment à la "dose absorbée". Cette dose est éminemment difficile à mesurer (Plan Régional IDF sur la Qualité de l’Air – PRQA, 1999)
L’impact de la pollution dépend de notre état de santé, de la concentration des polluants dans l’air, de la durée d’exposition, et de l’importance des efforts physiques que nous réalisons.
Ces quatre facteurs sont très importants dans l’évaluation précise de risques sanitaires liés à la pollution chez un individu. Et, ce dernier point est particulièrement sensible dans les zones de loisirs où les activités physiques et sportives sont nombreuses et les enfants plus fragiles présents.http://www.notre-planete.info/environnement/pollution_air/dieselsante_0.php

Je suppose qu’on nous ressort ce marronnier pour nous occuper. Le problème avait déjà été évoquée sur Planète info en 2007 http://www.notre-planete.info/forums/discussion.php?id=31047&nd=20 On peut constater dans cette discussion qu’on ne peut pas répondre sans nuances à la question de la pollution du chauffage au bois car tout dépend de la nature du bois, de son origine, de son traitement, de son état et du mode de combustion.

A force de nous envoyer des signaux de fumée contradictoires, les fumistes qui nous dirigent ont perdu toute crédibilité dans tous les domaines, y compris sur des problèmes relativement mineurs comme l’utilisation des cheminées classiques.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 211 autres abonnés

%d bloggers like this: