Flux RSS

Archives de Tag: interdiction cheminées

Les feux de cheminée bientôt interdits ? Royal juge l’interdiction ridicule

Dernières nouvelles au 09/12/2014

Ségolène Royal trouve l’interdiction des feux de cheminée « ridicule » et promet de la faire changer

http://www.leparisien.fr/environnement/feux-de-cheminee-interdits-royal-trouve-ca-ridicule-09-12-2014-4359683.php

Interrogée ce mardi par France 2 sur l’interdiction des feux de cheminées voulue par les élus de gauche d’Île-de-France, la numéro 3 du gouvernement estime que la mesure est «un peu ridicule». A deux reprises, Ségolène Royal affirme même qu’elle «fera changer cette partie là de l’arrêté préfectoralqui met en cause tout le développement des énergies renouvelables et la filière bois, la biomasse.» D’autant que, souligne-t-elle, «la France est quand même la quatrième forêt européenne (…) et il y a des poêles de chauffage au bois qui sont très performants.»

Nouveau au 1er Décembre 2014

  • Articles du Parisien

http://www.leparisien.fr/environnement/carte-interactive-feux-de-cheminee-interdits-etes-vous-concernes-01-12-2014-4335289.php

http://www.leparisien.fr/environnement/pollution-comprenez-vous-l-interdiction-des-feux-de-cheminee-30-11-2014-4335191.php

80 % des lecteurs du journal sont contre l’interdiction des feux de cheminée

Les commentateurs qui sont favorables à cette interdiction parlent des feux de plein air allumés pour consumer toutes sortes de déchets comme les feuilles mortes et les débris de taille auxquels on ajoute tout ce qui peut brûler, y compris des déchets toxiques. Ces feux n’ont rien à voir avec les feux de cheminée mais cette confusion arrange les partisans de la mesure, à rechercher parmi les acteurs du lobby des fabricants d’inserts et de la nouvelle filière bois à valeur ajoutée : bois compressé, bûchettes artificielles, granulés de bois. Ces matériaux sont beaucoup plus rentables que la bonne vieille bûche nature. Sans oublier les nouvelles essences d’arbres dont les plantations sont subventionnées par l’Etat, les régions, les départements, les communes et l’Europe. Je ne connais pas les détails mais je peux imaginer que le choix de ces essences n’est pas purement écologique.

Par exemple pour le Perche, on notera que les les essences d’arbres subventionnées sont majoritairement à croissance rapide ou moyenne, ce qui signifie un bon rendement pour la coupe et le commerce du bois http://parc-naturel-perche.fr/iso_album/fp_essences_subventionnees_1.pdf

  • Le bois énergie remplace le « bois de chauffage ». Une filière en fort développement.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bois_%C3%A9nergie

Le bois énergie est un type de bioénergie utilisant la biomasse constituée par le bois. Il s’agit essentiellement de l’utilisation du bois en tant que combustible, et dans une moindre mesure en tant que source de combustible. La contribution de cette énergie à la pollution « s’avère très élevée », comparée aux autres combustibles1,2, si les rejets ne sont pas soigneusement contrôlés3,4. Il peut s’agir d’une énergie renouvelable si le bois est produit par une gestion durable des forêts.

« L’utilisation du bois comme source d’énergie ne peut être considérée comme renouvelable et participant pleinement au développement durable que si les rejets émis sont faibles etmaîtrisés. À l’heure actuelle, toutes les installations satisfont aux normes de rejets en vigueur, mais il est maintenant nécessaire d’aller plus loin et d’atteindre des performancesthermiques et environnementales proches de celles obtenues avec les combustibles fossiles.5 »

Des normes de rejets plus sévères voient à présent le jour, particulièrement en termes d’émissions de poussières et de monoxyde de carbone. Des détails se trouvent dans la section « Développement du bois énergie ».

Le « bois de feu » se présente sous quatre formes essentielles : les bûches, les granulés de bois ou pellets, les briques de bois reconstituées et les plaquettes forestières. Il peut également être converti en combustibles plus élaborés comme l’alcool ou un gaz naturel de synthèse (GNS)6, l’élaboration de ce GNS est développée infra.

Le bois énergie est, de loin, la première énergie renouvelable en France : 9 055 ktep produits en 2009, contre 667 ktep éoliens et 66 ktep solaires7.

Cette filière est actuellement en fort développement pour les usages industriels (appels d’offre BCIAT et CRE, Commission de régulation de l’énergie)…

La France doit sa place de premier producteur européen de bois-énergie (9,18 millions de tonne d’équivalent pétrole en 2004) essentiellement au chauffage domestique (environ 7,4 Mtep). Dans l’habitat individuel, plus de 5 millions de ménages sont équipés d’un chauffage au bois (45 % d’inserts et de foyers fermés, 27 % de foyers ouverts, 13 % de poêle, 9 % de cuisinières et 6 % de chaudières individuelles). Le rendement énergétique de ces appareils reste faible (40-50 %) comparé aux nouveaux produits présents sur le marché et dont les rendements dépassent les 65 %. Un des grands enjeux du “plan bois-énergie 2000-2006” et de la loi fiscale sur les appareils utilisant les renouvelables (crédit d’impôt de 50 % en 2006) est d’accélérer le renouvellement vers les appareils de chauffage au bois à haut rendement et également d’augmenter la taille du parc installé.

P1050224-001

Feu d’agrément, et parfois de chauffage, dans ma cheminée parisienne. Ma cheminée est extrêmement efficace et tellement bien conçue qu’elle peut chauffer mon appartement en cas de panne de chaudière et de coupure électrique (le moteur de la chaudière à gaz est alimenté par l’électricité). J’utilise du bois résultant d’élagage saisonnier ou des bûches vendues dans les stations service ou magasins de bricolage. Ces feux de cheminée font le bonheur de mes invités au cours de la saison hivernale et nous y faisons parfois griller de la viande. Je ne me passerais de ma cheminée pour rien au monde. Ma cheminée, c’est mon moteur diesel à moi et je m’en sers moins que d’une bagnole n’ayant pas atteint, et de loin, mon quota de pollution.

Les feux de cheminée sont sur la sellette. Ils tueraient 42 000 personnes par an du fait de la libération de fines particules.  Un arrêté préfectoral interdisant dès 2015 l’usage de cheminées à foyer ouvert serait en préparation, sauf à les transformer en insert (foyer fermé) ou poêle à bois. N’y aurait-il pas derrière ce projet d’interdiction un puissant lobby de fabriquants et installateurs d’inserts et de poêles à bois ? L’acquisition de cet équipement bénéficie d’un crédit d’impôt de 15% avec un plafond de 8 000 euros pour une personne seule et le couple pour un couple. Ce crédit d’impôt est accordé au nom de l’encouragement à utiliser des énergies renouvelables, une disposition en contradiction avec le projet d’interdiction des cheminées ou une incitation autoritaire à faire travailler les fumistes ?

Espérons que les Verts exigeront également l’interdiction de la vente de tabac qui tue près du double, 73 000 personnes par an http://www.apmnews.com/story.php?numero=224813

Il faut exiger également l’interdiction des voitures diesel qui libèrent aussi de fines particules qui sont inhalées et aussi ingérées à travers la consommation de fruits et de légumes contaminés par la circulation routière.Les véhicules de type diesel sont fortement émetteurs d’oxydes d’azote et de particules fines. En effet, les diesels émettent 30 à 100 fois plus de particules que les véhicules à essence, ce qui constitue 90 % des particules émises par l’ensemble des véhicules !http://www.notre-planete.info/environnement/pollution_air/dieselsante_0.php

Je me demande comment on fait pour évaluer la mortalité résultant des dégagements de cheminées domestiques sachant que nous respirons toutes sortes de cochonneries mélangées : fumées industrielles, pollution automobile, pollution agricole par engrais et insecticides vaporisés sur les récoltes, émanation de déchets toxiques abandonnés à l’air libre, émanation à l’intérieur de l’habitat de matières synthétiques et de toutes sortes de produits vaporisés avec ou sans pression, prolifération des supports électroniques qui dégagent des ions négatifs et des ondes incontrôlables. A cette pollution volatile, il faut ajouter la pollution des aliments et de l’eau. Comment savoir s’il n’y a pas interaction entre ces différentes sources ? C’est impossible et c’est une question de bon sens.

Être exposé aux polluants atmosphériques c’est entrer en contact avec eux par l’intermédiaire de l’air ambiant. L’effet sanitaire éventuel est lié, notamment à la « dose absorbée ». Cette dose est éminemment difficile à mesurer (Plan Régional IDF sur la Qualité de l’Air – PRQA, 1999)
L’impact de la pollution dépend de notre état de santé, de la concentration des polluants dans l’air, de la durée d’exposition, et de l’importance des efforts physiques que nous réalisons.
Ces quatre facteurs sont très importants dans l’évaluation précise de risques sanitaires liés à la pollution chez un individu. Et, ce dernier point est particulièrement sensible dans les zones de loisirs où les activités physiques et sportives sont nombreuses et les enfants plus fragiles présents.http://www.notre-planete.info/environnement/pollution_air/dieselsante_0.php

Je suppose qu’on nous ressort ce marronnier pour nous occuper. Le problème avait déjà été évoquée sur Planète info en 2007 http://www.notre-planete.info/forums/discussion.php?id=31047&nd=20 On peut constater dans cette discussion qu’on ne peut pas répondre sans nuances à la question de la pollution du chauffage au bois car tout dépend de la nature du bois, de son origine, de son traitement, de son état et du mode de combustion.

A force de nous envoyer des signaux de fumée contradictoires, les fumistes qui nous dirigent ont perdu toute crédibilité dans tous les domaines, y compris sur des problèmes relativement mineurs comme l’utilisation des cheminées classiques.

vidéo réalisée par Nathalie Deleau dans le cadre de sa formation de reporter audio-visuel à l’INA oct 2014

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 238 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :