Flux RSS

Bertrand Cantat, gynécideur, indésirable au Québec

Publié le

Nouveau au 15 mars 2018

On reparle de Bernard Cantat qui avait programmé une tournée que certains organisateurs ont annulée car beaucoup de personnes sont indignées que l’assassin de Marie dont il a stoppé net la carrière en la tuant brutalement, puisse reprendre la scène.

Beaucoup soulignent que le chanteur n’avait été condamné qu’à 8 ans de prison, ce qui est déjà peu pour un assassinat, mais qu’en réalité il n’en a fait que 4 et ose clamer qu’il a purgé sa peine et sa dette à la société. Rien ne laisse supposer dans ses propos que l’individu ait des remords ni qu’il se soit amendé. On aurait pu imaginer que l’homme violent se serait montré plus discret, qu’il aurait pu continuer sa carrière dans l’ombre se contentant d’écrire et de composer des chansons. On aurait souhaité de sa part un peu de pudeur au regard du drame qu’il a imposé aux enfants, parents et amis de Marie Trintignant. L’impudence de ce monsieur est insupportable pour beaucoup de gens qui lui vouent une rancœur bien méritée. Commentaire d’un internaute :

Robert-Denis RAULT 15/03/2018 – 22h34 http://www.lemonde.fr/musiques/article/2018/03/15/la-ministre-de-la-culture-francoise-nyssen-defend-bertrand-cantat-il-a-le-droit-de-vivre-sa-vie-il-a-paye_5271587_1654986.html

BC a bénéficié d’un jugement d’une extrême clémence. Quatre ans pour un crime d’une telle violence, c’est inouï ! Mais finalement, je suis fier de ce verdict qui démontre un degré de civilisation raffiné, un refus de la loi du talion, un optimisme quant à la rédemption possible d’un homme. La contrepartie de cette clémence, ce devrait être la pudeur et la gratitude du criminel. Or, il se pavane en quête de nouvelles ovations et témoignages d’idolâtrie. Il est très profondément écœurant.

Robert-Denis RAULT 15/03/2018 – 23h04

D’autant plus écœurant qu’il ose se plaindre de la « violence » de ses contradicteurs, lui qui a tué à mains nues une femme et mère de quatre enfants. Il ose parler de « censure » à son encontre, lui qui a fait taire une artiste pour toujours. Il ose nous jeter le « Moyen-Âge » à la face, lui qui est bien vivant et intact, alors qu’au Moyen Âge, il aurait été roué, écorché, pelé, rôti et bouilli. Quelle chance il a de vivre en ce siècle ! Notre malheur à nous, c’est de l’entendre se plaindre.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/musiques/article/2018/03/15/la-ministre-de-la-culture-francoise-nyssen-defend-bertrand-cantat-il-a-le-droit-de-vivre-sa-vie-il-a-paye_5271587_1654986.html#GDwqTBIwyLom8wpF.99

Malheureusement, Françoise Nyssen, ministre de la Culture défend son « droit » de vivre sa vie, il a payé, ce qui, comme je viens de le rapporter, n’est pas partagé par les nombreuses personnes qui se sont exprimées à ce sujet. Le gouvernement actuel est-il encore influencé par Cécile Duflot, épouse de Xavier Cantat, frère de Bernard ? Ce n’est qu’une question. Cette prise de position n’est-elle pas en contradiction avec le dit « engagement » du gouvernement à lutter contre les violences conjugales et toutes les violences sexistes ?

Lire aussi cette enquête sur les violences répétées de Cantat envers ses différentes compagnes, en particulier envers son épouse Kristina Rady qui s’est suicidée.  https://www.reddit.com/r/Feminisme/comments/7gm348/kristina_rady_nouvelles_r%C3%A9v%C3%A9lations_sur_lexfemme/

Nouveau au 22 août 2013

Le dernier compagnon de Kristina Rady, François Saubadu veut faire la lumière sur son suicide L’affaire Cantat n’en finit pas. Dix ans après la disparition de Marie Trintignant, morte sous les coups de Bertrand Cantat, c’est le suicide de son autre femme qui le rattrape. Alors que les parents de Kristina Rady n’ont pas l’intention de poursuivre le chanteur de Noir désir, l’ex-compagnon de Kristina envisage de porter plainte pour « rechercher la vérité ». Dans une interview à paraître dans VSD jeudi, François Saubadu se dit « prêt à porter plainte », avec son avocate Me Yael Mellul, en sa qualité de « dernier compagnon de Kristina ». « S’il n’y a plus que moi pour rechercher la vérité, je suis là », dit-il, expliquant avoir mandaté Me Mellul pour demander à la justice des pièces du dossier. http://www.lepoint.fr/societe/l-affaire-bertrand-cantat-s-envenime-22-08-2013-1716186_23.php

Par ailleurs, je me demande si Bertrand Cantat n’a pas bénéficié des relations de sa belle-soeur, Cécile Duflot, compagne de Xavier Cantat, frère de Bernard., celui qui est sorti de l’ombre en refusant d’assister au défilé du 14 juillet parce qu’anti militariste.  Comment expliquer autrement que cet assassin n’ait fait que quatre ans de prison pour le meurtre de Marie Trintignant ? Ce n’est qu’une question.

Nouveau au 23 février 2013

Le gynécideur récidiviste Bertrand Cantat est responsable de la mort de Kristina Rady http://www.atlantico.fr/rdvpresse/bertrand-cantat-temoignage-genant-barbara-lambert-647233.html?page=0,0

“ Voici ” a mis la main sur un enregistrement et un témoignage qui “ éclairent ” singulièrement les circonstances du suicide par pendaison le 9 janvier 2010 de Kristina Rady, la mère de leurs deux enfants… Vous vouliez du léger, du joyeux, du gouli-gouli ? Dommage ! C’est pas pour maintenant.

 « Sa présence, son harcèlement permanent ont brisé notre relation »

“ Flash-back. Depuis le 15 octobre 2007, commence “ Voici ”, le leader charismatique du groupe Noir Désir est de retour à Bordeaux. Il est en liberté conditionnelle, après avoir purgé quatre des huit années de prison auxquelles il a été condamné pour avoir causé la mort de Marie Trintignant, à Vilnius, en Lituanie. Kristina et Bertrand n’habitent pas sous le même toît : elle vit dans sa maison de Bordeaux avec un homme depuis un an, lui habite tout près de chez elle, à quelques centaines de mètres, chez une amie. Qu’à cela ne tienne… Petit à petit, il envahit sa vie. Le chantage affectif, les disputes et les violences sont quotidiens. “ Sa présence, son harcèlement permanent ont brisé notre relation ” nous confie l’ex-compagnon de Kristina, qui désire conserver l’anonymat, précise le people. Cantat n’aura de cesse de la “ récupérer ”, par tous les moyens. Et il va finir par y arriver. L’amant de Kristina jette l’éponge ; tandis que la jeune femme, de son côté, tente de conserver un semblant de relation cordiale avec celui qui est toujours son mari, et avant tout le père de leurs deux enfants ”.

 Kristina folle amoureuse de François, dont elle veut un enfant

“ C’est dans cette drôle d’atmosphère, faite de défiance, de pardon et de rédemption mêlés, poursuit le journal, que Kristina va faire une nouvelle rencontre, au printemps 2009, et connaître de brefs instants de bonheur — ses derniers — auprès d’un nouvel homme. Il s’appelle François et travaille dans la musique, manage des groupes latinos en tournée. Entre eux, c’est le coup de foudre immédiat. “ Je suis amoureuse de toi, j’ai déjà ressenti une fois il y a quinze ans… Je flotte, je ne vois que toi, partout, partout, partout. Je ne peux penser qu’à toi, tout le temps, je suis foutue, fondue, fléchée ”, lui écrit-elle, le 16 avril. Ensemble, ils parlent de faire un enfant, envisagent de prendre une année sabbatique, de partir vivre en Italie… 

 Cantat se taille les veines et exhibe sa cicatrice comme une preuve d’amour

“ Mais très vite, indique le mag, François commence à recevoir des coups de téléphone de Cantat, qui tente de le convaincre, entre menace et séduction, de lui “ laisser ” Kristina. D’un côté, Bertrand joue un chantage affectif qu’il veut romantique auprès d’une Kristina qui ne sait plus où elle en est. Il menace de se tuer par amour pour elle, se taille les veines devant elle puis exhibe les cicatrices le lendemain, comme une preuve d’amour… De l’autre, il accentue la pression sur François. Les textos se font de plus en plus précis, menaçants. Kristina craque. Elle va donner une dernière chance à Bertrand. Mais alors qu’elle pense enfin trouver l’apaisement, (…) elle ignore en réalité que le cauchemar ne fait que commencer ”.

 Très vite, la vie devient un enfer… au point que la nounou disparaît

“ De plus en plus jaloux et suspicieux, rapporte en effet “ Voici ”, Cantat va changer brutalement de comportement envers Kristina. La prison, l’isolement et la culpabilité ne l’ont en rien guéri de ses vieux démons. Parce que les insultes et les gifles, Kristina connaît déjà. (…) Dès juillet 1998, cinq ans après leur rencontre, elle encaissait sans broncher ses premiers coups, comme elle l’avouait à l’époque à sa mère, mettant ça sur le compte de l’amour-passion. (…) Très vite, la vie devient un enfer. Même la nounou n’en peut plus de ces violences quotidiennes : elle plie bagages et disparaît. “ Dès que des disputes éclataient, je prenais les enfants et les sortais de la maison., je voulais les éloigner, qu’ils n’entendent pas tout ça ”, nous confie-t-elle, encore remuée des années après ”.

 Cantat séquestre Kristina

« Depuis sa liaison avec François, continue « Voici », Cantat, méfiant, a pris l’habitude de lire les textos sur le portable de son épouse. C’est comme cela qu’il découvre qu’elle vient de passer quelques jours avec son amant, à Paris. Nous sommes le 3 juillet 2009. Après une violente dispute, Kristina se réfugie avec sa fille Alice chez un ami. “ Elle était paniquée, terrorisée quand je l’ai retrouvée dans une rue voisine de sa maison ”, raconte le bon samaritain bordelais,incapable d’oublier cette nuit de juillet. Kristina lui raconte alors que Bertrand l’a sequestrée et menacée avec un couteau (“ Il a tout cassé à la maison… ”). De son côté, François est à Rome et reçoit un énième message de détresse, écrit avec le poignet tuméfié ”.

 “ Hier, j’ai failli y laisser une dent… ”

“ Ce même soir de juillet, désemparée, Kristina va laisser un message de plus de sept minutes sur le répondeur de ses parents ”, rapporte “ Voici ” qui publie la retranscription de l’enregistrement. En voici des extraits : “ Ici, beaucoup de choses se sont passées, et des pas bonnes, dit-elle. (…) Tout ce qui aurait pu m’arriver de bien, Bertrand l’a empêché et l’a transformé en un vrai cauchemar qu’il appelle “ amour ”. (…) Hier, j’ai failli y laisser une dent, il m’a frappée, mon coude est complètement tuméfié, un cartilage s’est même cassé. Mais ça n’a pas d’importance, tant que je pourrai encore en parler. (…) Milo (leur fils, ndlr) est en Allemagne jusqu’au 21, et j’essaie de vivre de telle manière que je ne sois pas obligée de fuir, car soit il sera déjà trop tard, faute d’être encore en état de le faire, soit je réunis mes forces maintenant et je m’enfuis avec Liszka (leur fille, ndlr) ”. C’est peut-être difficile à imaginer, mais la suite est beaucoup plus dérangeante…

En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/rdvpresse/bertrand-cantat-temoignage-genant-barbara-lambert-647233.html#0MdPadqdo7c2vM8q.99

“ J’ai échappé au pire à plusieurs reprises, c’est intenable ”

“ Naturellement, dit encore Kristina à ses parents, vous aviez deviné qu’une série d’événements encore plus regrettable a eu lieu que ceux de 2003 (date de la mort de Marie Trintignant, ndlr). A l’époque, cela ne m’était pas arrivé à moi, tandis que maintenant, ça m’arrive. J’ai échappé au pire à plusieurs reprises, c’est intenable, les enfants n’en peuvent plus. (…) Bertrand est fou, il croit que je suis le plus grand amour de sa vie et que, mis à part quelques petits dérapages, tout va bien. Bien sûr, dans la rue, tout le monde le considère comme une icône, comme un exemple, comme une star, et tout le monde désire que tout aille bien pour lui, et après il rentre à la maison et il fait des choses horribles avec moi, devant sa famille. (…) J’espère qu’on va pouvoir s’en sortir et que vous pourrez encore entendre ma voix. Sinon, vous aurez au moins une preuve que… ”. Ca peut en être une, effectivement, hem ! Après, pourquoi est-ce que ça sort maintenant ? Pourquoi est-ce que Kristina est restée — elle est morte en janvier 2010, soit six mois plus tard ? Même son dernier compagnon, François Saubadu, dont “ Voici ” a recueilli le témoignage — accablant, n’a pas la réponse…

 Le témoignage de François

“ Quand Cantat a-t-il commencé à intervenir dans votre relation ? ”, lui demande le mag. —“ Dès avril 2009 (un mois après sa rencontre avec Kristina, ndlr). Il me harcelait, me disait que je ne me rendais pas compte de ce dans quoi je m’engouffrais. Kristina se sentait en danger. Les enfants dormaient parfois chez mes voisins, et elle garait sa voiture assez loin de ma maison, pour ne pas qu’il la trouve. Il lui faisait du chantage au suicide, la torturait psychologiquement. Une fois, il l’a même sequestrée toute une nuit… ” —“ Cela vous a-t-il éloigné ? ”, réagit “ Voici ”. —“ Ca, et mon métier, qui me demande de beaucoup voyager. Après une absence d’un mois, on s’est revus le 24 juin à Paris. On est rentrés ensemble en train, sauf que j’ai dû changer de wagon vers la fin du trajet pour ne pas qu’il nous voit. Il l’attendait sur le quai à Bordeaux. Il fliquait son téléphone. Elle en changeait régulièrement parce qu’il les cassait, lisait ses SMS, à la recherche d’une “ faute ” ”.

 “ Je ne comprenais pas qu’elle protège son bourreau ”

“ Comment justifiait-elle de l’avoir défendu lors de son procès ? ”, l’interroge encore le mag. —“ Je ne comprenais pas qu’elle protège son bourreau. Je le lui répétais sans cesse. Elle me répondait qu’elle risquait sa vie, qu’il battait déjà sa compagne d’avant. A ses enfants, elle n’a rien caché de ce qui s’était passé à Vilnius, mais elle les élevait dans le respect du père ”. —“ Avez-vous assisté à ses obsèques ? ” —“ Oui, bien que Cantat, via une de ses amies, m’ait demandé de ne pas venir. Je m’y suis rendu quand même. Cet enterrement a été une mascarade, une version cheap d’un film de Kusturica, un show-case de Noir Désir. Cantat était nerveux, il n’a pas pleuré, visiblement pressé que ça se termine. Les parents de Kristina, eux, étaient bouleversés. J’en suis sorti écoeuré, avec le sentiment d’un gigantesque gâchis ”. On peut dire ça comme ça, oui.

En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/rdvpresse/bertrand-cantat-temoignage-genant-barbara-lambert-647233.html#3hX2IthbUvXtvcCB.99

——————————————————————————————-

L’assassin de Marie Trintignant, accessoirement chanteur de « Noir désir » n’est pas le bienvenu à Montréal où il a été invité par le théâtre pour composer de la musique et chanter.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/people/20110405.AFP8067/l-invitation-de-bertrand-cantat-par-un-theatre-suscite-l-emoi-a-montreal.html

La belle Marie Trintignant n’est plus. Ses enfants sont orphelins. Ses parents sont désespérés. Merci Cantat!

Il est vrai qu’une condamnation à 8 ans de prison ce n’est pas cher payé pour avoir assassiné une femme. Encore un « crime passionnel » qui a bénéficié de l’indulgence de la société patriarcale. (voir mon article sur le lynchage de Noisy-le-sec https://laconnectrice.wordpress.com/2011/04/05/lynchage-de-noisy-le-sec-indulgence-coupable-pour-crime-passionnel-en-filigranne/

Réaction de la revue féministe québécoise, Sisyphe et réflexion sur les violences conjugales.

http://sisyphe.org/spip.php?article577

Les Nouvelles news n’en pensent pas mois en précisant que les Français sont plus indulgents puisque Cantat se produira au Festival d’Avignon

http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/cafouillage/42-cafouillage/1042-cantat-indecent-au-quebec-pas-en-france

Non seulement Cantat a assassiné son amante mais son comportement machiste et égoïste a vraisemblablement contribué au suicide de son épouse Kristina qui l’a assisté et soutenu dans sa carrière, qui l’a assisté et soutenu lorsqu’il était en prison en Lituanie, qui l’a soutenu dans son procès et qui l’a accueilli à la maison quand il est sorti de prison de manière anticipé, à la moitié de sa peine, sans doute pour « bonne conduite ».

Kristina Rady pendant le procès Cantat. Elle avait quitté sa Hongrie natale pour le suivre et lui avait donné deux enfants. Brillante, elle avait mis beaucoup d’énergie à la réussite de Noir Désir. Des orphelins de plus, grâce à Cantat!

Reconnaissant, Cantat a pris une autre maîtresse. Est-ce la goutte d’eau qui a fait déborder le vase? Kristina avait-elle d’autres raisons de se suicider que l’ingratitude d’un mari égoïste et violent?

Il avait « retrouvé l’amour »…..avec une demoiselle des Pyrénées….

http://www.lepost.fr/article/2008/07/24/1229860_bertand-cantat-il-a-retrouve-l-amour.html#xtor=RSS-30

http://www.lejdd.fr/Societe/People/Actualite/Maudit-Cantat-164301/

Elle faisait tout sans lui et le rassurait car lui ne faisait rien sans elle…pour sa carrière!!!

http://www.youtube.com/watch?v=Y681oZi9LY0&feature=fvwrel

Assassin de Marie Trintignant, bourreau de Kristina Rady, que voilà un beau palmares pour un bon garçon!

Les Québécois qui ont le sens des réalités et voient les faits tels qu’ils sont ont été nombreux à refuser la présence de l’artiste meurtrier parmi eux.

Cantat a ,par ailleurs, inspiré une horrible chanson machiste et violente d’Orelsan, rappeur, dans laquelle il menace son ex de la « marietrintigner » entre autres gentillesses. https://laconnectrice.wordpress.com/2009/03/31/rap-orelsan-spermato-purulent/

On eut aimé pardonner à Bertrand Cantat et accepter le verdict de la justice, considérant qu’il avait été justement sanctionné et qu’il avait purgé sa peine. Malheureusement, même si par principe on doit accepter qu’une personne qui a purgé sa peine doit pouvoir reprendre une vie normale sans qu’on lui rappelle à tout bout de champs ses délits et crimes passés, le cas de Bertrand Cantat est trop trouble pour qu’on puisse raisonner de la sorte.

Tout d’abord la condamnation semble trop légère: 8 ans de prison pour avoir assassiné une femme, c’est peu. Libération à mi terme de la peine, c’est indulgent. Exécution de la peine en France quand le crime a été commis en Lituanie, je me demande ce qu’en pense Florence Cassez et tous nos compatriotes croupissant dans des geôles étrangères.

Ensuite, toutes les personnes qui l’ont soutenu inconditionnellement ne lui ont pas rendu service car elles ont implicitement donné raison à l’assassin. Lequel, contraint à la réserve, n’a rien fait savoir de son repentir et de ses regrets vis à vis de la famille. Ses amis, à ma connaissance, n’ont pas rendu hommage à Marie Trintignant ni soutenu sa famille dans sa douleur.

A peine libéré, Cantat s’est trouvé une nouvelle amoureuse, sans tact vis-à-vis de son épouse et mère de ses enfants, Kristina Rady qui s’est suicidée. L’entourage de Kristina Rady la décrit comme une femme active, forte, énergique et battante et ne « s’explique pas » son suicide. Certains émettent l’ypothèse qu’elle a été entrainée dans la déprime de cantat. Il ne faut tout de même pas être devin pour supposer que Kristina Rady qui avait quitté la Hongrie pour le chanteur, avait du avaler de nombreuses couleuvres dont la liaison publique de son mari avec Marie Trintignant. Même en supposant que le couple avait une relation « ouverte », Kristina Rady n’a pas pu éprouver quelques pincements au coeur.

Ensuite, après qu’elle ait eu consacré autant de temps, d’énergie et de sentiments à la cause de son mari, elle le voit plein de non reconnaissance se faire consoler par une jeunette. L’ouverture d’esprit et la tolérance ont des limites.

A travers l’assassinat de Marie, le suicide de Kristina, on se dit que le Cantat est un sale type, un égoïste, un égocentrique, un pauvre type immature, un irresponsable et on n’a vraiment pas envie de le plaindre ni de le fréquenter.

PS

Je poste les informations qui me parviennent sur cette affaire dans les commentaires qui suivent cet article. Les réactions se multiplient surtout au Québec où la Justice est moins clémente qu’en Lituanie ou en France pour les tueurs de femmes, fussent-ils des amoureux passionnés….

Nouveau au 13 août 2013

Une avocate souhaite que le parquet de Bordeaux réouvre l’enquête sur le suicide de Kristina Rady

Me Yael Mellul, une avocate parisienne spécialisée dans les violences conjugales, veut soulevez l’omerta qui entoure Bertrand Cantat, et elle souhaite que le parquet de Bordeaux rouvre l’enquête concernant la mort de Kristina Rady.

 
Mais elle ne représente pour l’instant ni les intérêts des parents de Kristina Rady, qui avaient pourtant donné une interview à Paris Match en novembre dernier évoquant les violences du chanteur contre leur fille, ni ceux d’une association de lutte contre les violences conjugales. Donc elle ne peut pas déposer de plainte. Elle a confié au journal « Sud Ouest », qu’elle espère obtenir un rendez-vous auprès d’un magistrat du parquet de Bordeaux dans le courant du mois d’août pour le convaincre .
 
Pour poursuivre l’artiste dans ces conditions, il faudrait lui appliquer l’article 222-7 du Code pénal, qui réprime « les violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Et ainsi reconnaître, comme le souhaite Me Mellul, le « suicide forcé par des violences psychologiques », une notion qui a émergé en 2011 dans le cadre de la commission égalité hommes-femmes du Conseil de l’Europe. Cette disposition européenne s’imposerait à la France.
 
L’avocate admet que « ce serait inédit », mais elle juge « étrange » qu’on puisse « condamner pour harcèlement dans le cadre du travail, mais pas dans la sphère privée ».
 
Me Yael Mellul, qui a déjà un dossier en cours sur ce thème à Lorient (Morbihan). dit « avoir hâte de voir de quelle manière le parquet de Bordeaux va aborder cette problématique ».

"

  1. De la haine à ce point… ça en perd toute crédibilité
    c’est une thérapie par l’écriture ?

    J'aime

    Réponse
    • laconnectrice

      Miller,
      Je suppose que vous parlez de la haine de Cantat vis à vis des femmes : une compagne assassinée et une épouse suicidée, ça fait beaucoup pour un seul homme ….

      J'aime

      Réponse
  2. laconnectrice

    Pour Luc Boulanger, journaliste et auteur québécois, inviter Cantat n’était pas une bonne idée. Il faut attendre que la tempête se calme et redonner la place au théâtre et à la création.
    http://paratheatre.com/2011/04/07/lettre-de-luc-boulanger-a-wajdi-mouawad/

    J'aime

    Réponse
  3. laconnectrice

    Le commentaire de Sisyphe.org. Je suis entièrement d’accord avec sa position.
    ———————————————————————————————–

    Voici la position de Sisyphe sur l’affaire Cantat-TNM

    * «Cantat et le TNM – La cérémonie du pardon», par Micheline Carrier

    Depuis une semaine, il flotte sur le discours public au Québec des relents de lyrisme catholique qui ne sont pas sans rappeler les prêches des curés d’autrefois et n’ont pas grand-chose à voir avec le théâtre et l’Art. Je veux parler des forces mobilisées en faveur du pardon et de la réhabilitation de Bertrand Cantat, qui a tué Marie Trintignant, sa compagne, en 2003, et que le metteur en scène Wajdi Mouawad a invité à participer à des pièces de Sophocle qui seront présentées au Théâtre du Nouveau Monde l’an prochain. D’un côté, on nous a dit que le choix de Cantat pour composer et jouer sur scène la musique des ch¦urs dans des pièces du « Cycle des femmes », titre donné aux ¦uvres de Sophocle qui seront jouées, a été un choix purement artistique. Lorraine Pintal, la directrice du Théâtre du Nouveau Monde, le répète aujourd’hui en annonçant que Cantat ne montera pas sur scène à Montréal ni à Ottawa. En même temps, on nous a parlé pendant une semaine de catharsis, de pardon, de réhabilitation, et d’un geste d’amitié du réalisateur envers le chanteur.
    Texte intégral: http://sisyphe.org/spip.php?article3832

    * «Bertrand Cantat au TNM: mépris et manque de jugement», par Élaine Audet

    Il y a une différence entre la réhabilitation de Cantat et le fait de reprendre là où il en était comme si rien ne s’était passé. Personne, je crois, ne remet en question son droit d’exercer librement son art, mais il en est autrement quand il considère naturel de s’exhiber triomphalement en public avec un manque total de compassion envers toutes les personnes que ce meurtre d’une rare violence (20 fractures dans le visage) a affectées profondément. Si la justice franco-lithuanienne a considéré que la dette de Cantat envers la société était payée, ne devrait-il pas, lui, reconnaître que ce qu’il a fait est absolument irréparable et qu’il doit assumer les conséquences de ses actes en se faisant discret et en tentant d’extirper les racines de la violence qu’il porte en lui. Il y a d’autres avenues dans son métier que la scène, il pourrait faire comme Glenn Gould qui a choisi le travail en studio et l’écriture plutôt que le concert.
    Texte intégral: http://sisyphe.org/spip.php?article3830

    Sisyphe: http://sisyphe.org
    Courriel de Sisyphe: sisyphe.info@videotron.ca
    Les éditions Sisyphe: http://sisyphe.org/editions/ editions_sisyphe@yahoo.ca

    J'aime

    Réponse
  4. laconnectrice

    Bertrand Cantat renonce à participer au festival d’Avignon après les déclarations de Jean-Louis Trintignant dans une interview au Figaro:

    «J’ai des scrupules. Je suis peut-être impudique en décidant de ne pas aller à Avignon et de parler des sentiments que j’éprouve. Mais je ne peux pas accepter de dire des poètes dans le cadre du festival alors que Bertrand Cantat va s’y produire. Je ne comprends pas cet homme. Je ne comprends pas qu’il puisse se présenter sur une scène cet été à Avignon. Au Canada, où devait être créé le spectacle, sa présence a été discutée jusque devant l’Assemblée Nationale du Québec car il est sous le coup d’une interdiction de fait. Là-bas, ce qu’il a fait est punissable de la prison à vie».

    «L’homme que je déteste le plus au monde»

    «Et ce qu’il a fait c’est tuer une femme. Pour cela il a fait quatre ans de prison. Ne pourrait-il pas se faire discret? Il s’est révélé avec le drame. Je l’avais trouvé sympathique mais il a été incapable d’assumer quoi que ce soit après le drame, la mort de Marie en juillet 2003. Et aujourd’hui, c’est un homme que je déteste, et je vais dire une chose terrible, il s’est conduit comme une merde et il est l’homme que je déteste le plus au monde.

    Comment les gens ne comprennent-ils pas qu’il y a quelque chose de terrible dans la manière qu’il a de revenir, comme si de rien. Être au festival d’Avignon, pour moi, cela a toujours été un bonheur. C’est la ville où j’ai fait mes études autrefois, où j’ai travaillé avec Vilar. J’y suis revenu plus récemment. Mais huit ans après la mort tragique de Marie, il n’est pas question que je participe au festival et à la soirée en collaboration avec France Culture qui était programmée.»

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :