Flux RSS

Tutelles : pourquoi les majeurs protégés se rebiffent

Publié le

Trois psychiatres experts auprès des tribunaux ont jugé que l’état physique et mental de la milliardaire justifiait sa mise sous curatelle renforcée, c’est à dire sa protection physique et matérielle

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/06/14/affaire-bettencourt-les-medecins-preconisent-une-mesure-de-curatelle-renforcee-pour-liliane-bettencourt_1535701_3224.html#ens_id=1510130

Désormais, Liliane Bettencourt rejoint la cohorte des majeurs protégés qui approcherait le million d’individus avec des statuts différents selon le cas : curatelle simple, curatelle renforcée ou tutelle.

On imagine l’humiliation et la contrariété de Madame la milliardaire, une femme habituée à décider, commander et disposer. C’est d’ailleurs cet aspect des choses qui pose le plus de problème aux majeurs protégés, la privation de liberté dans la gestion de leurs avoirs et de la disposition de leurs ressources.

Il est rare en effet que la décision de protection soit prise à la demande de l’intéressé. En général, le juge des tutelles est saisi par une tierce personne qui peut être un voisin, un membre de la famille proche ou éloignée, un médecin, un travailleur social ou tout autre personne inquiète, pour de bonnes ou moins bonnes raisons, de voir le majeur dériver.

Le juge des tutelles prend alors sa décision en se basant sur une expertise psychiatrique puis un entretien avec le majeur.

Le problème est que, souvent, le majeur n’a pas conscience de l’altération de ses facultés mentales et qu’ il navigue entre des moments de lucidité et de confusion. Il reçoit mal la décision de justice qui le soumet au contrôle d’un curateur ou d’un tuteur. C’est pourquoi de nombreux majeurs protégés se rebellent contre des décisions qu’ils jugent arbitraires et que leur relation avec leur mandataire de justice est chaotique. Ils ont parfois des motifs réels de se plaindre mais pas toujours. Tous les mandataires curateurs ou tuteurs ne sont pas des escrocs comme le montrait l’émission récente sur le sujet :

https://laconnectrice.wordpress.com/2011/06/02/tutelles-curatelles-et-protection-juridique-des-majeurs/

Il est normal pour chaque individu de vouloir contrôler sa vie et faire ce qu’il veut, comme il veut, quand il veut. Malheureusement, nous sommes des êtres sociaux, nous appartenons à un environnement social qui ne nous permet pas de faire exactement ce que nous voulons. Dans le cas de Liliane Bettencourt, il faut considérer ses responsabilités familiales, sociales (elle a des employés et des prestataires de services) et économiques (L’Oréal). Si Mme Bettencourt dilapide sa fortune, elle met en danger des milliers de personnes, sans compter le préjudice moral qu’elle cause à sa fille et ses petits enfants. On comprend donc qu’il y a nécessité de contrôler ses décisions, non pas pour l’empêcher de s’offrir des diamants mais pour protéger les intérêts vitaux des nombreuses personnes qui lui sont liées.

Il est particulièrement consternant de voir les médias, pratiquement tous aux mains des amis de Sarkozy, mettre à la une ce qu’ils qualifient de « querelle familiale ». Il semble pourtant que les inquiétudes de Françoise Myers-Bettencourt, qui, rappelons-le- avait été alerté par l’entourage immédiat de sa mère, soient fondées puisque plusieurs médecins psychiatres ont confirmé l’altération de ses facultés mentales ainsi que les juges qui l’ont rencontrée.

On comprend l’inquiétude de Sarkozy et ses amis si un tiers venait à examiner les comptes de la milliardaire qui semble avoir donné sans compter, au delà de ce que la loi autorise, à l’UMP et pour la campagne de notre cher président. Ses médias ont tout intérêt à décrédibiliser l’action de l’héritière Françoise et détourner l’attention sur un crépage de chignon entre mère et fille.

J’ai personnellement vécu une histoire douloureuse du fait que ma mère ait agi sans discernement dans la liquidation du patrimoine familial. A l’époque, il y a environ 30 ans, personne n’avait songé, par respect pour ses libertés, à demander pour elle une protection judiciaire.

Au cours d’un épisode psychotique et délirant, ma mère a vendu, en cachette, la propriété familiale qui avait vu naître et vivre 4 générations. Non seulement elle a vendu les terres mais surtout la maison qui avait abrité mon enfance et contenait toutes sortes de trésors historiques et personnels. Elle a accompli son forfait à l’insu de toute la famille et s’est enfuie à l’étranger pour dilapider le fruit de la vente. Le notaire avait profité de la situation, sous évalué la valeur de la propriété et s’était bien gardé d’alerter mon père ou les enfants. Normal, me direz-vous, elle était propriétaire. Ce fut d’ailleurs ma première réaction. C’est à elle, c’est son droit, la propriété c’est du vol, etc.

Je ne mesurais pas alors les ravages que la perte de la maison familiale allait me causer. Tout d’abord je fus frustrée de ne plus pouvoir y passer mes vacances et de ne pas pouvoir transmettre ce plaisir à mes propres enfants. Ensuite, je réalisais que je ne possédais pratiquement aucun souvenir de cette demeure dont j’avais toujours respecté les trésors. Je ne m’y étais pas servie. Je constatais aussi que j’avais perdu les objets personnels que j’y conservais pour les utiliser à chaque séjour. Je commençais à regretter la grande cuisine où je faisais des confitures dans un chaudron de cuivre avec les fruits parfumés de la propriété, l’immense cheminée de la salle à manger où je faisais griller des entrecôtes ou des châtaigne sur les sarments de vigne, ma chambre avec son lit bateau dont la fenêtre s’ouvrait sur un palmier où nichaient les oiseaux, la haie touffue de roses parfumées qui longeait le jardin, la treille, la pergola croulant sous les roses pompon, la glycine dont je suçais les calices sucrés, le bassin où nageaient reinettes, salamandres et têtards, les placards, le grenier et les cagibis qui contenaient de vieux numéros de l’Illustration, les chaussures de mariée de ma grand-mère, des titres de propriété remontant au XVIIIème siècle, des livres reliés à la tranche dorée, des 78 tours, des uniformes militaires et tout ce qu’on peut trouver dans une vieille demeure familiale où les gens ne jetaient rien et faisaient du neuf avec du vieux.

A cet inventaire partiel de mon héritage perdu, je dois ajouter l’héritage moral de mon grand-père qui ne cessait de me raconter l’histoire de la maison, de son emplacement sur des vestiges gallo-romains,de ses ancêtres, de l’acquisition progressive des parcelles dont chacune avait un nom propre. C’était aussi mon histoire.

Aujourd’hui, je pense que si ma mère avait été placée sous curatelle ou sous tutelle dès les premiers signes de son manque de discernement et de ses problèmes psychiatriques, la maison familiale n’aurait pas été perdue et mes enfants en jouiraient comme j’avais pu le faire.

"

  1. voila jait eu tutelle renfocer depuie lagede22ans jait 49 voila jait main lever elle mon tout prie maime un eritage la cotorepe demon enfants le resa de mon epouze qui a lepoque on etait ecore marier elle sait de mon passer je ne rien et oucun juge ni procureu ne veux en meler on veux joublie je recomence a zero

    J'aime

    Réponse
    • Bonsoir,
      Je suis sincèrement désolée pour vous.
      Effectivement, vous êtes lucide car étant libéré de votre curatelle, vous devez reprendre les choses à zéro
      Si vous n’êtes pas aidé par un avocat, obtenir des comptes et les vérifier sur 27 ans est impossible.
      Oubliez ce que vous ne pouvez pas faire et concentrez vous sur ce que vous pouvez faire et faites le du mieux possible car c’est ainsi que vous reprendrez des forces morales, que vous serez fier de vous. Dites-vous qu’à chaque jour suffit sa peine et que si vous parvenez à réaliser quelque chose de positif-même une chose minuscule-vous irez de mieux en mieux
      Courage
      LC

      J'aime

      Réponse
  2. j ai demande mon placement alors que je me sentais fragile et vulnerable, il y a dix ans un peu plus meme et apres des differents avec ma tutrice je me stabilise a ces cotes,
    j aimerai savoir quel est l interet au sens large pour la societe de nous retenir ainsi loin du monde , sans droit de vote,sans relation administrative direct etc

    J'aime

    Réponse
    • Bonjour,
      Au départ, les lois sur la protection des majeurs sont une bonne chose puisque son but est de protéger les personnes fragiles contre les abus d’autrui. Malheureusement, la loi est insuffisante, mal appliquée et surtout les acteurs ne sont pas contrôlés.
      Vous connaissez la fable de La Fontaine « le chat, la belette et le petit lapin ?
      La belette et le petit lapin sont en conflit, ils s’en remettent à la médiation de « Gripeminaud le bon apôtre » qui, pour résoudre le problème les dévore tous deux.http://parlange.free.fr/pages/chat.html
      Grippeminaud leur dit : Mes enfants, approchez,
      Approchez, je suis sourd, les ans en sont la cause.
      L’un et l’autre approcha ne craignant nulle chose.
      Aussitôt qu’à portée il vit les contestants,
      Grippeminaud le bon apôtre
      Jetant des deux côtés la griffe en même temps,
      Mit les plaideurs d’accord en croquant l’un et l’autre.
      Ceci ressemble fort aux débats qu’ont parfois
      Les petits souverains se rapportant aux Rois
      .

      La mesure de protection se soucie peu en réalité du protégé mais cherche à protéger la société contre ce qu’il pourrait lui coûter en aides sociales et assistances diverses s’il sombrait dans le dénuement, protéger les intérêts de sa famille s’il dilapidait l’héritage et restait à sa charge.

      J'aime

      Réponse
      • merci ca reponds bien,je me doutais de l issu, mais je ne voulais pas m ecouter,
        autrement, j ai bien apprecier votre maniere de dire les choses c est poetique et franc,
        hormis cela sans m etaler trop avant dans ma vie privee,
        je crains peu la foudre ,presomptueuse peut etre,
        breffff il y a quelques annees mon organisme de tutelle pour suivre sur le propos,
        m a coupe les vivres pendant huit a dix mois,
        j etais a la fin du parcours detruite, avec une palette de delits en tous genres a mon actif,
        j ai paye ma dette depuis,
        breffff,ma tutelle m a alors explique qu une erreur informatique avait ete commise,
        me placant alors sans un sou,
        j en ai encore la rancoeur,
        l hopital m a place d office et m a mis sous silence ,
        la faute etait grave,
        je m en suis remise depuis ,
        avec le besoin tout de meme d en causer,
        voila,,,,,
        vers qui se retourner en cas de gros probleme sans passer pour folle de service;;;;;

        cordialement

        J'aime

        Réponse
        • Oui, parler fait du bien. Nous en avons toutes besoin pour évacuer la souffrance

          J'aime

          Réponse
          • bonjour,
            j ai parcouru au hasard,
            sous le sujet et theme de la tutelle et suis tombee sur vous,
            vraiment bien sans complaisance,
            je vous parle a chaud j ai pas tout vu l ensemble de votre blog,
            difficile de trouver expression sincere et ouverte sur le monde,, etla vous y etes,,,,,
            aujourd hui , je vous parlerais de l affaire taubira
            je suis extrement choque des attaques qui lui sont faites et vous?
            rarement autant outree jusqu a aller casser la gueule a ses attaquants,
            facon de parler,
            oui ,
            elle a du avoir mal,
            c est une femme eclairee , et integre,

            bonne journee

            J'aime

            Réponse
  3. Pingback: Dossier tutelles curatelles : quoi de neuf au mois d’août 2013 ? | Laconnectrice's Weblog

  4. Pingback: Tutelles : La ministre choquée par les photos de Gisors mais que faisaient les tuteurs ? | Laconnectrice's Weblog

  5. Pingback: Tutelles, curatelles et protection juridique des majeurs « Laconnectrice's Weblog

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :