Flux RSS

Procès du meurtrier d’Agnès Marin. La protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) ne se reproche rien

Publié le

Révision au 24 juin

Ce lundi, le procès entre dans sa deuxième semaine avec les témoignages des camarades d’Agnès

—————————————————————————

Le père d’Agnès Marin est profondément écœuré par le rapport communiqué par la direction de la PJJ qui reconnaît ses « faiblesses » mais pas d’erreur dans le suivi judiciaire du meurtrier de sa fille. On le comprend. Les différentes déclarations des témoins convoqués au procès illustrent sans le moindre doute la désinvolture et les négligences d’un système qui aurait dû surveiller comme le lait sur le feu un garçon qui avait violé une amie d’enfance sous la contrainte d’une arme.

Pourquoi tant d’indulgence pour un individu aussi dangereux ? Parce qu’en France le viol est une fatalité bien compréhensible -testostérone oblige- et acceptée par les hommes qui font la loi ? Parce que dans la mentalité française un violeur est la victime de la fille qui l’a forcément allumé ? Parce qu’en France une victime de viol vaut moins que le gentil garçon innocent qui l’a violée ? Parce qu’en France, les femmes sont tellement méprisées qu’elles sont traitées comme des sous-hommes dans tous les aspects de leur vie ?

Les parents de Matthieu avaient-ils suffisamment d’entregent et de force de persuasion pour s’offrir un excellent avocat et impressionner le petit monde administratif de la PJJ ?

Pourquoi la première victime du meurtrier n’a-t-elle pas été prise au sérieux ? Non seulement la jeune fille a été trahie par celui qu’elle pensait être un ami mais elle a été maltraitée et violée sous la menace d’une arme. On comprend qu’elle soit encore dans un état de délabrement psychologique et de fragilité immenses. La PJJ et les parents de Matthieu ont-ils un seul instant pensé à cette malheureuse jeune fille et à l’épouvantable traumatisme qu’elle a subi ? Comment ont-ils pu cacher la dangerosité de leur rejeton et assumer de faire courir des risques insensés à d’autres jeunes filles ? Pouvaient-ils ignorer que leur fiston se droguait, qu’il était addict à la pornographie et aux jeux violents ? Mais qui sont donc ces parents indignes qui ont mal élevé leur gosse et qui osent protéger ses crimes ?

Pour en savoir plus

http://www.leparisien.fr/faits-divers/meurtre-d-agnes-pour-une-educatrice-matthieu-paraissait-gentil-docile-20-06-2013-2914503.php

http://www.leparisien.fr/faits-divers/meurtre-d-agnes-le-huis-clos-partiellement-leve-au-proces-20-06-2013-2914075.php

http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/douleur-et-colere-du-pere-d-agnes-marin-09-06-2013-2879073.php

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :