Flux RSS

Problème technique chez la Connectrice

Publié le

A la suite de la fracture d’un poignet, je ne suis plus en mesure d’écrire autant que je le souhaiterais

je ne sais pas taper avec une seule main, fut-ce la droite

j’ai du attendre deux jours et demi pour être opérée …en urgence mais une fois opérée, il fallait quitter mon lit …en urgence malgré une douleur intense

une fois de plus, j’ai eu le déplaisir de subir la désinvolture des hôpitaux publics, leur désordre et l’inhumanité, voire l’incompétence du personnel médical (on m’a administré de la morphine pour des douleurs neurologiques … sans résultat)

une infirmière a osé me lancer sur un ton agacé : « madame, tous les patients victimes de fractures n’ont pas mal ! » on nous gave avec la gestion de la douleur, pourtant !

une autre m’avait trituré le bras pour trouver une veine qu’elle avait loupée, l’aiguille plantée dans ma chair au lieu de la ressortir pour piquer au bon endroit

j’ai été quasiment jetée de l’hôpital dans un état de  souffrance aiguë qui m’a fait appeler au secours les urgences médicales de Paris qui m’a prescrit les antalgiques ad hoc

la doctoresse m’a dit qu’il était fréquent qu’elle soit appelée au chevet de patients sortant de l’hôpital avec des soins non achevés et des prescriptions insuffisantes

heureux les VIP qui peuvent se faire soigner au Val de Grâce, le top des hôpitaux …

s’il y a une prochaine fois, je préfère aller dans le privé si je peux payer, sinon crever chez moi tranquille

"

  1. On peut aussi bien que mal tomber en allant aux urgences! Si on a de la chance, on n’attendra pas plus de 1 heure, mais si ce n’est pas le cas, 5 heures! Ma fille est à Paris, elle a été fauchée par un Taxi, il y a 3 semaines, qui a dû s’arrêter, lui a crié dessus, alors qu’il était fautif, puis est reparti. Sa gardienne la vue rentrer en boitant et a décidé d’appeler les pompiers, son genou était de la taille d’un melon! Arrivant aux urgences, de l’H G Pompidou, ma fille s’est encore une fois fait tancer, cette fois par l’infirmière « vous n’avez pas honte de faire déplacer les pompiers? » « savez vous combien ça coûte », « pouviez pas venir en métro?! ». Sur ce, 5 heures dans la salle d’attente (seule patiente) sans aucun soin, avec la douleur et le malaise d’être si mal reçue après avoir été insultée par un chauffard de taxi. La radio a montré qu’il n’y avait aucune fracture, juste l’épanchement de liquide synovial. Je veux bien croire que les conditions de travail ne soient pas toujours facile mais s’en prendre ainsi aux patients, est exagéré! Donc je comprends tout à fait votre colère et suis de tout cœur avec vous.

    J'aime

    Réponse
  2. 35 ans employé en hôpital public je dirai simplement que 90% à 95% des patients sont sortis satisfaits de mon unité.
    en revanche ce chiffre ne correspond pas a un satisfécit personnel,mais a l’étude des questionnaires remis à la sortie des patients.
    qu’une infirmière loupe un prélèvement arrive chaque jour, il faut une certaine dextérité,pour réaliser ce geste simple,et des veines qui roulent ou enfouies sont légions,de plus l’obligation de porter des gants au moment de piquer diminue la sensIbilité lors de la localisation du site a prélever.
    De très très nombreuses fois on limitera a 3 essais le fait de « trouver une veine » avant de passer la main à un(e) collégue . Le personnel infirmier refusant de s’acharner .
    Cette situation est fréquente est ne veux pas pour autant dire que le professionnel est incompétent.
    pour l’anecdote,amené a piquer un patient toxicomane pas moins de 3 infirmieres ont tenter de le prélever. son capital veineux était devenu quasi inexistant à la suite d’ injections qu’il s’administrait chaque jour,au bout d’une demi heure ce patient a proposé de s’auto prélevé,il réussira du premier coup en se piquent au niveau du pied. ceci pour dire que la critique est facile mais l’art un peu plus compliqué.
    mais pour faire bref,je dirai qu’a titre personnel c’est quand même le partie chiffrée des mécontents qui m’a toujours intéréssée,en effet c’est en travaillant sur ceux ci que l’on peut tenter d’améliorer le bien être de nos patients hospitalisés.
    je dis bien tenter car quand on arrive a constater que les soucis sont dûs a un manque de moyens humains où matériel, faire prendre cet aspect des choses en compte par nos décideurs deviens un autre volet où l’on se heurte souvent « au budget ».
    pour terminer,la compétence médicale et la prescription qui en découle reste un probléme médico-médical, ainsi il sera plus judicieux à mon sens de se faire prescrire des antalgiques par un médecin anesthesiste plutôt que par un chir.
    à noter aussi que dans des moments douloureux chaque individu réagit « à sa manière » ,et que cette douleur physique ou psychique qu’elle qu’en soit sa cotation sur l’échelle EVA, amène a des jugements sévères,en effet rien de comique à étre tordu de douleur. et que bien souvent nos blouses blanches sur lesquelles l’on compte deviennet alors la cible de tous vos maux.
    Quand au vieux débat privé-public…………..mon expérience et vécu donne très largement gagnant le public,en effet nos hopitaux publiques « récupèrent » de façon quasi systématique les loupés (il y en a aussi) des établissements privés,ou les patients dégradés venant des mêmes établissement et qui « coûtent » .
    A titre d’exemple des interventions simples type cataracte le premier oeil opéré en clinique le second en hopital public déclenche quasi systématiquement cette remarque………………. »hé bé on est rudement mieux soigné ici qu’à la clinique,si j’avais su je serai venu ici tout de suite ».
    Pour conclure rien n’est parfait quand l’on souffre les soignants n’iront jamais assez vite,et quelque part celà est tout a fait concevable. Que la douleur soit réduite rapidement et bien souvent ça se passe beaucoup mieux,ça c’est une certitude.
    je vous souhaite un prompt rétablissement dans les meilleurs conditions possibles.
    et j’attends tranquillement vos prochaines publications que je lis avec plaisir.

    J'aime

    Réponse
    • laconnectrice

      cher monsieur,
      je vous remercie de répondre dans le détail mais …vous prêchez pour votre paroisse
      je sais parfaitement que toutes les cliniques ne se valent pas et j’ai toujours choisi l’hp par principe

      j’ai eu des dizaines de prises de sang ou intraveineuses dans ma vie, je ne suis pas toxico et on m’a toujours dit que mes veines étaient « faciles » et je ne sens rien quand on me pique, de plus je ne suis pas douillette alos quand j’ai mal, c’est sérieux
      l’infirmière a piqué et ne trouvant pas la veine a remué l’aiguille plantée dans mon bras pour tenter de l’attraper l’intérieur de ma chair. ne me dies pas que c’est protocolaire ou que c’est la faute aux gants je n’avais jamais rencontré cette technique dans ma vie de patiente. de plus elle a piqué le bras droit alors que je leui avais dit que j’avais subi un curage axillaire…plus tard pour le bloc ses collègues ont piqué la perf au pied, s’y sont mis à deux parce que c’est difficile et s’en sont bien sortis, heureusement pour moi

      l’humanité, le respect et la compétence ne sont pas une question de moyens, quoiqu’en disent les syndicats maispour le reste je sais bien que l’hp manque de moyens et qu’on la presse de rentabiliser ses actes sur le patient moyen parce elle doit soigner grats des milliers d’llégaux qui ne paieront jamais, des algériens dont la sécu doit des millions d’euros à la france, les vip comme bouteflika qui ne paient pas, les CMU qui appellent à l’avance pour connaitre le plafond cmu et déclarer frauduleusement un revenu inférieur, etc

      pour la gestion de la douleur, je sais parfaitement que c’est personnel mais s’il y en a qui ne souffrent pas, il y en a qui souffrent et il me semble qu’un protocole devrait le prévoir
      quand j’étais à curie, j’avais une pompe à morphine dont je me suis trés peu servi alors que d’aures patientes la pressaient trés souvent et on ne leur disait pas en me désignant, voyez cette patiente n’a pas trés mal arrêtez d’abuser de votre pompe

      vous croyez qu’on m’a donné le choix de l’anesthésiste ou du chirurgien pour calmer ma douleur ? pas un n’est venu me voir…

      donnez-moi les coordonnées de votre unité que je m’y fasse hospitaliser en cas de besoin;-)

      J'aime

      Réponse
  3. Bon courage et prompt rétablissement .Malheureusement j’ai pu moi même constater les désastres des urgences .24 H sur un brancard avant d’avoir une chambre pour une méningite virale j’étais au CHU de CLERMONT-FERRAND ;Pas une perfusion a été correctement installé,un manque de personnel constant qui est de plus en plus déshumanisé.Ce sont des matricules .Comment est ce possible de fonctionner correctement

    J'aime

    Réponse
  4. mariefrance91

    Bonjour, je vous souhaite un bon rétablissement. Prenez soin de vous, profitez du soleil qui a décidé de nous rendre visite. Oui, hélas tout le monde ne peut aller recevoir des soins au Val de Grâce. Mon Papa est mort à l’hôpital public, quel MONDE……..

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :