Flux RSS

Elections municipales Paris XIXème : les habitants sont mécontents de la gestion socialiste

Publié le

Habitante du XIXème arrondissement depuis 34 ans, j’ai subi ces dernières années des transformations qui portent atteinte à ma tranquillité, ma qualité de vie et ma sécurité. Je suis loin d’être la seule à faire ce triste constat.

1)      Les trottoirs

Les trottoirs sont devenus des zones à haut risque pour les piétons : piste cyclable tracée sur le trottoir où les cyclistes pédalent )à toute vitesse dans les deux sens et la nuit sans lumière. Ils frôlent les piétons et les insultent lorsque, par mégarde, ils ont franchi la ligne blanche qui délimite la piste cyclable

Les motos et scooters volumineux stationnent en masse sur les trottoirs qu’ils polluent. Pour se garer ou partir, ils pétaradent sans égards pour les clients des terrasses de café qu’ils polluent de leurs émanations toxiques , nauséabondes et bruyantes. Ils n’hésitent pas à rouler sur les trottoirs à vitesse rapide en frôlant les piétons.

2)      La place de la mairie

Une place de mairie est comme une place de village où les gens flânent, se rencontrent, discutent et où les enfants jouent. Malheureusement, cyclistes, motos et scooters traversent sans vergogne pour éviter de faire le tour de la place.

A l’occasion de mariages ethniques nombreux et bruyants, des invités font vibrer et pétarader leur moto près de l’escalier principal de la mairie en guise d’hommage aux mariés. Le plus beau jour de leur vie avec tintamarre de klaxons, c’est toute la journée et tous les jours pour les riverains

 des camions administratifs stationnent en permanence sur la place.

3)      Passages piétons

Ils représentent un grand danger pour les enfants qui se rendent à l’école, au collège ou au lycée, pour les parents avec poussettes, pour les personnes âgées et pour tous les piétons car les voitures qui tournent ne respectent pas le passage prioritaire. Des feux clignotants orange devraient équiper les passages piétons les plus fréquentés, notamment aux abords de la mairie.

4)      Le parc des Buttes-Chaumont

Ce parc a été imaginé pour que les citadins puissent y rêver, s’y délasser, flâner et s’y reposer de la vie trépidante et bruyante de la ville.

Malheureusement, des commerces et manifestations avec musique amplifiée déploient une intense pollution sonore qui ne permet pas le repos.

De plus en plus de coureurs/joggeurs envahissent les allées sans tenir compte du rythme lent des autres usagers. La suppression des trottoirs ne permet plus aux flâneurs de se mettre à l’écart. Inciviques, ces coureurs houspillent et parfois insultent les pauvres promeneurs qui se trouvent sur leur chemin. Les coureurs devraient être canalisés dans des allées avec barrières comme à Central Park à New-York.

5)      Les Chiens

La filière canine représente chaque année près de 4 milliards d’euros et occupe près de 30 000 emplois. La vente de chiens vient de Passer à 10% de TVA pour atteindre 20% au 1er juillet. Les aliments pour chiens sont taxés à 19,6%. Malgré des profits conséquents pour l’Etat, rien n’est fait en retour pour faciliter la vie du chien à Paris, contrairement à toutes les grandes villes d’Europe qui disposent d’espaces canins avec pelouse grillagée, point d’eau, poubelles et bancs.

Le réaménagement du parc des Buttes-Chaumont devrait être l’occasion de créer un espace canin afin que les chiens puissent s’y amuser en liberté et qu’ils ne gênent pas certaines populations qui les craignent.

Alors que d’un côté les scientifiques préconisent l’intervention du chien dans les maisons de retraite, les écoles, les hôpitaux et les laboratoires pour la détection de certaines maladies, que le chien est indispensable pour guider les aveugles, assister les handicapés, assister la police et l’armée, repêcher les gens en mer ou ceux qui sont enfouis sous les avalanche, la Ville de Paris reste sourde aux demandes d’aménagement d’espaces canins.

6-dépréciation de l’immobilier

le 19ème arrondissement est l’un des moins chers de Paris en valeur foncière et risque de le demeurer du fait de l’insécurité qui y régne. Les cambriolages, les dégradations et les risques de squat y sont une réalité quotidienne.

De même les agressions de personnes, surtout les femmes âgées prennent la forme de vols à l’arraché de sacs, de portables, de chaines et de cartes bancaires. plusieurs personnes de ma connaissance ont été attaquées dans le hall de leur immeuble, souvent par des adolescents.

7-Ghettoïsation des élèves non francophones dans les établissements scolaires

La proportion d’élèves non francophones est déjà très élevée dès la maternelle et l’école primaire, ce qui donne l’illusion d’une mixité sociale car, en réalité chaque enfant peut imposer sa culture s’il est agressif et que son éducation familiale ne lui a pas transmis les valeurs républicaines. On peut imaginer que ces petits enfants se sentent de fait à part du monde des blancs et, surtout des Français qu’ils en viendront à haïr et persécuter parce qu’ils les pensent plus aimés, plus riches et privilégiés mais que leur religion, souvent musulmane, leur interdit de côtoyer et d’imiter (voir plus bas).

Il semble que les enseignants ne soient ni formés ni disponibles pour faire face efficacement à ce contexte difficile et quasi général à Paris et en région parisienne. Les « emplois jeunes » et autres cautères sur la jambe de bois de l’insertion des enfants de la population immigrée ne sont pas plus formés que les enseignants.

Je me souviens d’une scène pathétique lors de la fête de la maternelle de mes enfants. Dans la petite chorale formée par la prof de musique se tenait au fond du groupe une fillette noire debout comme les autres mais les genoux pliés pour dissimuler le fait qu’elle était beaucoup plus grande -et sans doute « en retard »- que ses camarades de classe. Comment peut-on laisser ainsi souffrir une enfant ? Qu’en peut-il être de son insertion sociale à venir ?

Les élèves des collèges doivent se défendre d-agressons physiques et de rackett à l’intérieur comme à l’extérieur des établissements scolaires dont les responsables minimisent les risques.

les élèves des lycées rencontrent régulièrement des vendeurs de cannabis ou d’autres drogues dans l’enceinte du lycée ou à sa proximité. Il n’est pas rare de voir des lycéens fumer un joint sur un banc ou dans le parc des Buttes-Chaumont.

Beaucoup de parents habitant l’arrondissement, inscrivent leurs enfants dans des établissements privés parfois très éloignés de leur domicile. Il en résulte une évasion de la jeunesse blanche, francophone, francophile et chrétienne des établissements publics. La proportion d’élèves arabes, africains et musulmans ne cesse de croître et il suffit de passer devant les établissements publics pour s’en rendre compte par soi-même. A la sortie des classes, les élèves parlent dans un sabir qui leur est propre mais n’a rien à voir avec la langue française que certains parents interdisent à leurs enfants à la maison. On se doutent aisément que les résultats scolaire pâtissent de ce fait.

De façon générale, on n’entend pas parler français dans le XIX ème. Pourtant les mairies et leurs associations proposent gratuitement ou moyennant une petite participation, des cours d’alphabétisation. Pole emploi propose aux chômeurs des formations rémunérées dont on peut s’interroger sur l’efficacité car j’ai rencontré des personnes qui en avaient bénéficié et ne semblaient en avoir tiré aucun profit. Il serait inapproprié de prétendre que ces élèves sont stupides ou paresseux. En réalité ils sont inhibés par leur culture. pour la plupart musulmans, il leur est interdit de faire comme les kouffars ou les Français dans le cas qui nous intéresse. Il est interdit de – ressembler aux infidèles dans la manière de s’habiller, de se comporter, de parler etc. de sorte à traduire l’amour que l’on nourrit à leur égard. Car le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Celui qui s’assimile à un peuple en fait partie ». Il est donc interdit de chercher à ressembler aux infidèles en leurs spécificité, en leurs habitudes, en leurs pratiqueras cultuelles, en leur mode de vie et en leurs moeurs, comme le rasage de la barbe, le développement des moustaches, l’utilisation superflue de leur langue, leur manière de s’habiller, de manger, de boire, etc.

…Allah n’a autorisé à rester en pays mécréants que les opprimés qui ne peuvent pas émigrer et ceux dont le séjour dans lesdits pays comporte un intérêt religieux comme l’appel à Allah et la diffusion de l’Islam dans ce pays. Séjourner chez eux est interdit sauf en cas de nécessité. Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Je désavoue celui qui s’installe au sein des polythéistes » 

http://islamqa.info/fr/2179

Place des fêtes, une habitante me racontait que des « jeunes » fument du crak dans les halls des immeubles sociaux, terrorisent les locataires verbalement ou les bloquent dans les ascenseurs lorsqu-ils protestent. La place des fêtes est connue depuis des décades pour ses trafics de drogue, ses receleurs, ses gymkhanas de scooters volés, ses voleurs à l’arraché et agressions aux abords de distributeurs de billets. Depuis 19 ans de mandature socialiste, l-insécurité n’y a pas régressé et un policier m’a cofié que c’éytait un abcés de fixation planifié car « tant qu’ils sont là ils ne sont pas ailleurs. »

8-Trop d’immeubles sociaux

Paris XIXème compte le plus grand nombre de logements sociaux, tous organismes confondus : RIVP, HLM, La Sablière, 3F, etc. Delanoë a récemment inauguré un ensemble d’habitat aidé rue du Maroc et il s’en construit encore rue de Crimée et de côté de la porte d’Aubervilliers proche du parc du Millénaire. Il n’y a pas de crise du bâtiment dans le XIXème mais une crise du logement sans fin étant donné que le flux des « mal logés » venus du Sud ne tarit point.

Les plus beaux appartements des immeubles sociaux, terrasses, ateliers d’artistes, duplex, maisons individuelles, immeubles anciens rénovés sont  attribués aux amis du maire militants et soutiens du PS (un peu d’EELV) aussi qui ont de petits salaires dans les très nombreuses associations de l’arrondissement et les diverses antennes de la « Politique de la Ville ».Tous ces gens chouchoutés ont concouru efficacement au maintien de l’équipe socialiste depuis 19 ans.

Le PS a fait avec le XIXème l’équivalent de ce que Poutine a fait en Crimée en invitant la population russe à s’y installer et en lui distribuant des passeports russes pour y revendiquer une large majorité. Tous les idéologues partagent les mêmes pratiques.

9-Un arrondissement sale

population négligente, dépôts d’ordures devant les immeubles sociaux, détritus jetés par les fenêtres de certaines cités, poubelles insuffisantes, employés de la voirie non formés, containers à verre toujours engorgés entourés de boutilles, sppression des poubelles aux Buttes-chamont pendant les travaus et poubelles insuffisantes les jours d’affluence avec un seul employé le lundi matin pour ramasser les détritus, remontées d’odeurs d’égouts permanentes au coin de la rue Manin et de la rue de Crimée, Vélib abandonnés pendant des jours devant les cités, etc

"

  1. absolument correcte ce que vous décrivez, merci beaucoup

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :