Flux RSS

Ces mariages ethniques qui niquent la France, polluent et tuent

Publié le

Les voitures d’un cortège de mariage tuent un travailleur

Vendredi 30/05/2014 à Noisy-le-sec, un maçon d’origine roumaine (l’origine, l’âge et la situation de ce pauvre homme sont précisés par les journalistes) a été écrasé par une Porsche et une Mercedes conduites par des djeuns qui faisaient un rodéo à l’occasion d’un mariage ethnique ( pudique vis à vis des criminels, la presse ne dévoile pas leur origine ethnique, ni  la situation de famille sauf que l’un d’eux serait connu des services de police pour trafic de stupéfiants).http://www.la-croix.com/Actualite/France/Rodeo-meurtrier-a-Noisy-le-Sec-le-maire-veut-legiferer-2014-05-31-1158868

Pourtant, le phénomène des débordements des mariages orientaux n’est pas nouveau. Il avait déjà été évoqué en 2009, puis en 2012. Le dramatique accident de vendredi démontre s’il en était besoin que nos responsables locaux et nationaux ont été davantage préoccupés par la politisation du problème (c’est la faute au FN) que par sa résolution.

Début avril, des mariés avait même créé six kilomètres d’embouteillage sur le périphérique parisien en immobilisant le cortège nuptial sur la 4-voies (voir encadré). D’autres, à Marseille, à Lille et dans l’est de la France, sont sortis de leur véhicule en pleine rue pour improviser des danses. Une pratique qui «tend à se répandre depuis quelque temps et génère, outre l’exaspération des usagers piégés, d’importants troubles à la circulation», indique Muriel Rault, commissaire de police à la direction de l’ordre public et de la circulation, de la préfecture de police de Paris. «Nous avons eu cinq cas similaires depuis le début de l’année, ce qui n’avait pas lieu avant, précise le fonctionnaire. Il y en a même eu sur l’autoroute A13, ce qui est extrêmement dangereux.» Des débordements qui entraînent régulièrement des accidents. «Il y a trois mois, une voiture du cortège s’est encastrée dans un bus après avoir grillé un feu rouge», raconte un responsable de la mairie de Forbach, en Moselle. Samedi, c’est le véhicule des mariés qui a foncé dans la grille du château de Versailles (voir encadré). Les autorités ne comptent plus les voitures de location lancées à toute vitesse ou les motos en «wheeling» (roue arrière) pour ouvrir le cortège.

Le plus beau jour de leur vie, c’est l’enfer tous les jours pour les riverains

Les mariages ethniques, je ne vois et n’entends qu’eux le vendredi, le samedi et même le dimanche lorsqu’ils reviennent pour prendre des photos dans le parc. Mariée avec bonnet musulman sous un voile de princesse chrétienne, femmes voilées ou outrageusement maquillées vêtues de robes scintillantes et décolletées montées sur des escarpins pointus à très hauts talons aiguille, hommes en costume noir sur chemise blanche coiffés et rasés de près et bande de musiciens en djellaba nantis de trompettes et de tambours pour accompagner les youyous aigus des femmes et le vrombissement des moteurs de grosses cylindrées à 4 et deux roues.

Le cortège arrive en klaxonnant à tue-tête, des invités assis sur le rebord des portières des décapotables, poussant des youyous et brandissant un drapeau algérien ou marocain. La mairie du XIXème s’enorgueillit de célébrer de nombreux mariages à la chaîne, ce qui serait une preuve de la vitalité du quartier. Nombre de ces mariages sont musulmans mais il ne faut pas le dire, par contre, n’importe qui peut le constater de visu. Le vacarme, le tumulte, la pollution, les embouteillages durent toute la journée. On se marie beaucoup les jours de prière à la mosquée.

Les passants sont ravis par cet exotisme qui les dispenserait presque d’aller passer leurs vacances en Algérie, en Tunisie ou au Maroc et qui, tout au moins, leur rappelle de bons souvenirs de villégiature au soleil pour pas cher dans des hôtels clubs où ils ne fréquentent pas les autochtones. Quand on ne fait que passer, c’est en effet pittoresque.

Pour les riverains, c’est l’enfer car le plus beau jour de leur vie pour les mariés -que l’union soit grise, blanche ou arrangée (voir l’affaire yacine chaouat) , c’est tous les jours, plusieurs fois par jour, souvent toute la journée sans interruption à partir du mois de mai et jusqu’en septembre.

Au sortir des mariés par l’escalier d’honneur, des salves de youyous jaillissent en cascade et la bande de musiciens y va de ses rythmes exotiques tandis qu’un homme monté sur une grosse moto stationnée près du cortège fait vibrer son moteur à répétition et patiner les roues, ce qui dégage des fumées pestilentielles que ne peuvent masquer les pétales artificiels de roses jetés sur les nouveaux mariés. Autour de la place vrombissent de concert les moteurs des grosses cylindrées louées pour l’occasion à prix d’or.

L’homme à la grosse moto pose à califourchon un infans de deux ou trois ans sur son siège et entreprend de faire des tours sur la place au milieu de la foule indifférente. Le gosse est impassible, on ne sait s’il est heureux ou terrorisé, mais la puanteur de l’air et le bruit s’amplifient.

Des tables ont été installées sur la place de la mairie pour servir des boissons et des gâteaux orientaux aux invités qui empêchent les riverains de faire leurs courses et les cafés avoisinant d’accueillir leur clientèle. Concurrence délibérée aux cafés et pâtisseries (dont certaines orientales aussi) du quartier.

Pour les représentants de la République, le mot-clef est « tolérance »

Quand la tolérance devient la règle, il n’y a plus de loi.

Tolérance à la pollution sonore, tolérance au stationnement anarchique qui provoque des embouteillages et empêche les bus de circuler correctement, tolérance aux klaxons, tolérance à la circulation sur les espaces piétonniers, tolérance à la consommation de boissons et pâtisseries dans l’espace public au nez des commerçants, tolérance à l’entrave à la libre circulation des riverains. C’est la fête obligatoire pour tout le monde, toutes les limites du respect d’autrui sont largement dépassées. Comme me l’a dit un policier auprès duquel je m’étonnais que le vacarme des klaxons ne soit pas sanctionné « vous n’avez qu’à aller vivre à la campagne ». Si je veux être tranquille, je dois donc quitter ma maison, mon quartier et ma ville pour laisser la place à des gens qui ne respectent ni mes coutumes, ni mes usages et encore moins ma liberté d’être tranquille.

La France c’est kouaa ?

Je traverse la place avec ma chienne en laisse tout en gardant une distance respectable des noceurs. Des femmes hurlent « tenez votre chien ». « Mais vous voyez bien qu’elle est en laisse ». Les hommes se détournent avec un rictus de dégoût. « Je m’exclame « en France on aime les chiens, on vit avec ». Que n’ai-je pas dit ! « la France, c’est quoi ? », « nique la France », « on est ici chez nous », « raciste ». Le fin mot de l’histoire est lâché : quand on est harcelée par des comportements inciviques et polluants et qu’on proteste, c’est forcément parce qu’on est raciste. D’ailleurs, les maires qui ont osé, comme Christian Estrosi, appeler à plus de civisme sont automatiquement accusés de faire le jeu de l’extrême droite et, en particulier, du FN. Ainsi, dans un article daté du 07/06/2012, le journal Le Monde rapportait les réactions scandalisées de la gauche aux dispositions prises par certains élus pour pacifier leur commune :

Depuis le 1er juin, les futurs mariés de la ville de Nice doivent se prêter à de nouvelles règles. Une charte de bonne conduite devra être signée par chaque couple souhaitant se marier à l’hôtel de ville. Elle vise à sanctionner les cérémonies jugées trop “bruyantes”, des comportements « de nature à troubler la quiétude, la tranquillité et la solennité de l’instant ».

En ligne de mire : les “cris », les “instruments” et “orchestres”, les stationnements abusifs des cortèges nuptiaux. La mairie de Nice affirme que des troubles liés aux mariages – retards dans les cérémonies, « chahut » sur la voie publique et troubles de circulation– ne sont pas anodins, mais bien « en recrudescence » dans la ville. Via cette « charte des mariages », les mariés ne respectant pas les règles de bonne conduite s’exposent à un report de la cérémonie, « au plus tard dans les 24 heures suivant l’horaire initialement prévu ».

Mais la charte évoque également le déploiement de “drapeaux, notamment étrangers…”, lors de ces cortèges nuptiaux. Le maire UMP de Nice, Christian Estrosi, se défend de viser des populations d’origine immigrée à travers cet arrêté municipal. Il estime que la situation devenait de plus en plus critique, au point d’être ingérable. « Je n’allais pas laisser les choses dégénérer », insiste-t-il.

 MANŒUVRE POLITIQUE ? 

Christian Estrosi évoque des mariages « où l’on fait patiner les roues des motos, où l’on hurle [avec] de la musique très bruyante et des drapeaux étrangers », et où »l’on déboule à l’hôtel de ville ». Il affirme avoir reçu des plaintes de la part des habitants, et ce, depuis longtemps.

Mais à trois jours des élections législatives, dans une ville où le Front national, implanté depuis longtemps dans la ville, a dépassé le Parti socialiste au premier tour de l’élection présidentielle (23,02 % des votes pour Marine Le Pen, contre 22,37 % pour François Hollande), la mesure a soulevé de vives inquiétudes. L’ancien maire, Jacques Peyrat, a été une figure du parti d’extrême-droite, qui le soutient aujourd’hui pour les législatives.

Lancé en pleine campagne électorale, l’arrêté de Christian Estrosi a rapidement fait réagir l’opposition locale, ainsi que certains habitants, réunis lors d’une manifestation, samedi 2 juin. Ils jugent cette charte discriminatoire et s’inquiètent d’une manœuvre politicienne. Christian Estrosi est en effet connu pour ses positions fermes sur la sécurité et l’immigration.

« Avec [Christian Estrosi], la démagogie électoraliste n’a aucune limite », a dénoncé dans Nice Matin Paul Cuturelloconseiller municipal (PS) et candidat aux élections législatives contre le maire de Nice, dans la 5e circonscription. “Mais quand on vient devant Marianne, et que le seul drapeau qui compte alors est le drapeau tricolore, on ne vient pas agiter d’autres drapeaux”, réagit vivement Christian Estrosi.

DES CHARTES DÉJÀ MISES EN PLACE

En soi, l’instauration d’une charte des mariages n’est pas une nouveauté. Plusieurs communes, comme Mulhouse ou Beauvais, l’ont mise en place pourrépondre aux risques de débordements. Un problème qui a tendance « à se répandre depuis quelques temps et génère (…) d’importants troubles à la circulation », constate Muriel Rault, commissaire à la direction de l’ordre public et de la circulation (préfecture de police de Paris), citée par Le Figaro.

En avril 2011, la ville de Forbach (Moselle) a elle aussi instauré une « charte de bonne conduite du mariage civil ». “C’est un sujet qui concerne la vie quotidienne de nos concitoyens”, insiste Laurent Kalinowski, maire PS de la ville depuis 2008. »Les cortèges de mariage étaient trop bruyants, ils ne respectaient pas les codes de la route, explique-t-il. Le phénomène se développait depuis quelques années déjà, et pouvait provoquer des situations dangereuses. » La charte visait donc, selon le maire, “à rappeler les règles existantes” en termes de circulation et de respect de l’ordre public.

Elle stipule également que “le déploiement de drapeaux ou banderoles est interdit”à l’intérieur de l’hôtel de ville, et sur le parvis. D’autres chartes, comme celles des villes de Cavaillon (Vaucluse) et Valentigney (Doubs) précisent exactement la même chose. La ville de Nice, elle, écrit de manière explicite « drapeaux étrangers »dans sa charte de bonne conduite.

« FOCALISATION SUR LES DRAPEAUX ÉTRANGERS »

C’est cette évocation qui pose problème. « Je ne vois pas en quoi brandir des drapeaux étrangers pose problème », s’insurge Christian Masson, président du comité local du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) à Nice. La charte « vise certaines communautés, elle a un caractère discriminatoire », poursuit-il.

Selon lui, c’est la configuration du quartier de la mairie – petites rues, manque de dégorgement, stationnement difficile – qui peut poser problème lors de cortèges nuptiaux. La police municipale, de son côté, n’a pas souhaité s’exprimer sur les troubles à l’ordre public observés dans la ville lors de mariages. « Si, il y a des problèmes de bruit, ne le nions pas, mais à ce moment là, ne nous focalisons pas sur les drapeaux étrangers !, réagit Bernard Schmid, juriste au MRAP. Tout cela est politicien, électoral. »

En novembre 2009 déjà, en marge du débat sur l’identité nationale, le député UMP Elie Aboud (Hérault) avait déposé une proposition de loi visant à interdire les drapeaux étrangers lors des cérémonies de mariage. Le 1er décembre de la même année, Jacques Bompard, maire MPF de la ville d’Orange (Vaucluse) et ancien du Front Nationalavait interdit les drapeaux étrangers « dans les locaux de la mairie » et à ses « abords immédiats ».

Cité par Le Point, le directeur de la communication de la municipalité d’Orange,André-Yves Beck, évoquait alors « un scénario [qui] est toujours le même » : « Le jour du mariage (…) ils bloquent la circulation à dessein. Ils agitent leurs drapeaux marocains. Une fois qu’ils ont bien emmerdé tout le monde, c’est la troupe de musiciens en djellaba qui joue du tam-tam… »  Valentine Pasquesoone

Les symboles propres à notre République doivent être respectés lors des célébrations de mariage en Mairie

On le lit dans l’article ci-dessus, les maires de plusieurs villes ont pris des mesures destinées à limiter les débordements polluants des mariages ethniques. Nice, Forbach, Mulhouse, Beauvais, Orange, Roubaix, Bollène, Cavaillon (Vaucluse) et Valentigney (Doubs) ont demandé à leur administrés de respecter certaines règles de civisme, y compris l’interdiction de brandir des drapeaux étrangers à l’intérieur de l’hôtel de ville et ses abords immédiats.
En 2009, des députés UMP avaient déposé une proposition de loi -240-visant à faire respecter les symboles de la République française. Or il ne semble pas que la loi ait été adoptée à ce jour et on ne s’en étonnera pas étant donné le tollé qu’elle a provoqué de la part de toutes les organisations « humanitaires » proches du PS.http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion2040.asp On peut lire dans le préambule du projet :

Le mariage civil est un des moments forts de la vie citoyenne. Il véhicule des valeurs de respect et d’engagement qui ne doivent pas être ternies par des attitudes provocatrices et hostiles à notre pays.

À l’heure de ce grand rendez-vous, il faut choisir : ou bien l’on décide de s’unir à l’être aimé lors d’un mariage, uniquement drapé aux couleurs de la République (et l’on en épouse alors tous les principes) ou bien l’on y renonce, en toute liberté.

Tel est l’objet de cette proposition. Les symboles propres à notre République doivent être respectés lors des célébrations de mariage en Mairie.

Il ne peut être question ainsi d’arborer des drapeaux ou signes d’appartenance nationale autres que ceux de la République française au cours de cette cérémonie.

Choc des civilisations : vie intime contre vie publique, discrétion contre exhibition

Il faut bien le reconnaître, pendant des décennies, les maghrébins ont fait profil bas parce que les Français cultivaient des préjugés racistes contre les arabes qu’ils tenaient pour une race inférieure selon des théories héritées du XIXème siècle par les hommes blancs. Ces théories prétendument scientifiques ne faisaient que confirmer des discriminations qui datent du début de l’humanité ayant pour objet l’appropriation des ressources et la perpétuation de l’espèce.

Tandis que les populations occidentales se préoccupaient de trouver un compromis entre la liberté et leur sécurité ,philosophie héritée du judaïsme et du christianisme, les populations africaines et méditerranéennes poursuivaient leurs luttes tribales en s’appuyant dans leur grande majorité sur les enseignements du Coran qui n’ont pas évolué depuis Mahomet, c’est-à-dire depuis le VIIème siècle.

Aujourd’hui dans le monde occidental, l’individu est placé au centre et sa vie privée, son intimité est sacrée. Dans le monde oriental, la communauté est au centre, c’est elle qui contrôle l’individu qui n’est rien sans elle. Chez les musulmans, l’oumma islamiya est le but suprême et chacun de ses membres, pour en être digne, doit contrôler les autres membres à toutes les étapes de sa vie comme la naissance, le mariage et la mort. Il n’y a pas d’intimité et il y a obligation de s’exhiber pour montrer qu’on est digne de sa communauté. Tous les actes de la vie doivent être transparents pour les coreligionnaires afin qu’ils puissent vérifier qu’ils sont licites, halal, charia compatibles. C’est pourquoi tout est fait de manière ostentatoire afin de prouver qu’on est un bon musulman. Le reste ne compte pas, ce qui permet de dire aux musulmans que « les lois d’Allah sont supérieures à celles de la République ».

Nos responsables qui refusent d’admettre ces différences culturelles et philosophiques en cédant aux pressions permanentes et de plus en plus violentes de l’oumma islamiya mettent en danger notre sécurité et aliènent notre liberté.

"

  1. Bonjour, je vis dans une petite ville tranquille de la banlieue sud de Paris, mais depuis deux ou trois ans, dès que les beaux jours arrivent, des tam-tam résonnent dans mon quartier. J’ai tenté de les localiser mais ça semble venir d’assez loi, à plusieurs pâtés de maisons.
    Ce bruit lancinant dure parfois jusqu’à 3 ou 4 H du matin.
    C’est franchement insupportable et c’est bien de l’exhibitionnisme. Ils jouent du tam-tam pour montrer qu’ils sont bien là, c’est un signe de ralliement ethnique. De plus c’est une culture qui nous est étrangère.
    PORTER PLAINTE à la police ? J’y songe.
    Ce qui est très étonnant c’est qu’apparemment tout le monde laisse faire.
    Voilà un comportement très étrange. Ils violent notre vie privée, mais personne pour réagir, trop peur de passer pour des racistes.
    On serait presque tentés d’aller mettre le feu devant leurs portes !
    Je hais ces Africains qui se croient partout chez eux et nous saoulent des nuits entières.
    LA FRANCE EST DEVENUE UN CLOAQUE.

    J'aime

    Réponse
    • laconnectrice

      Bonsoir,
      Ils ne jouent pas du tam tam avec la volonté de montrer qu’ils sont là, ils jouent parce qu’ils sont chez eux et ne se soucient pas de ceux qui n’appartiennent pas à leur communauté. Ils ne nous respectent pas parce qu nous ne nous faisons pas respecter en appliquant simplement nos lois, dans ce cas l’interdiction du tapage nocturne

      J'aime

      Réponse
      • merci de votre réponse. Bien sûr vos arguments sont irréfutables. Nous ne faisons pas respecter nos lois.
        Même s’il y a beaucoup plus que du tapage nocturne dans leur comportement sans-gêne.

        J'aime

        Réponse
  2. Hé oui, le monde change et nous sommes dépassés par le chaos dans lequel les politiques de tous bords ont plongé le pays.
    Je pense qu’il faut voter pour le changement sans se faire trop d’illusions et surtout se soutenir, s’entraider, imaginer, construire entre gens bienveillants de bonne volonté. Nous devons être plus fort en bas et laisser les gens du haut oeuvrer à leur perte. Soyons positifs, la réplique ne peut venir que de nos semblables

    J'aime

    Réponse
  3. Moi je vis à Gex, une paisible ville frontalière s
    Suisse dans l’Ain, je suis là depuis cinq ans, je suis girondins, je constate depuis que suis là des activités soutéraines aux yeux de tous sauf de l’ordre public, bref je suis sans voix devant cette banalisation, comme par hasard des arabes en veut tu en voilà roulent en voiture que je pourrai me payer dans mes rêves et provoquent sans gêne, je les déteste ainsi que les représentants de mon pays, je ne vote plus, c’est honteux.

    J'aime

    Réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :