Flux RSS

Ville de Paris. Les usagers du parc des Buttes-Chaumont sont mécontents

Publié le

004

Temple d’amour, belvédère, gloriette, un édifice qui fait fantasmer …Automne 2013, photo La Connectrice

La mairie de Paris s’enorgueillit de ses aménagements urbains qui pourtant ne font pas l’unanimité chez les Parisiens. En effet, les premières victimes d’une philosophie égocentrique qui privilégie la fête, la vitesse, le communautarisme et le bruit se fait au détriment des citadins qui aiment flâner, rêver, déambuler en toute liberté et trouver un repos bien mérité la nuit après une journée de labeur.

La rénovation du parc des Buttes-Chaumont,  travaux qui ont coûté énormément d’argent au contribuable parisien, n’a guère pris en compte la finalité d’un parc urbain qui consiste essentiellement à offrir aux citadins un espace de tranquillité, de calme et de liberté à l’abri du tumulte de la ville. La population urbaine submergée par le béton, le macadam, la pierre et le tumulte des transports motorisés a besoin de se ressourcer dans un espace qui privilégie une représentation idéalisée de la nature. Dans un parc, on a envie d’entendre le chant des oiseaux, le souffle du vent dans les arbres et non pas les tremblements de basses acoustiques que tout un chacun peut aller écouter chez lui, en boîte ou à Ibiza.

De même, l’usager du parc a besoin de déambuler librement sans avoir à se garer à gauche ou a droite des joggeurs qui eux ont la possibilité d’aller courir dans les stades qui sont fait pour cela. Le flâneur, lui ne peut pas flâner dans un stade.

Les responsables de l’aménagement du parc urbain des Buttes-Chaumont semblent avoir oublié les fondamentaux qui justifient l’existence même d’un parc.

Vous pourrez lire ci-dessous un petit récapitulatif des critiques formulées par les usagers du parc que j’ai rencontrés au fil de sa fréquentation depuis sa rénovation.

La Connectrice

die Sonn erwacht in Ihrer Pracht

Die Sonn erwart in Ihrer Pracht. Photo de Marion L., août 2014 lever de soleil

Les points positifs de la rénovation du parc

  • La réfection du circuit hydraulique. Cette oeuvre ne se voit pas vraiment mais nous devrions en voir les effets au fil du temps. On peut déjà constater que les fontaines sont -pour la plupart- en état de fonctionnement, cascades et lac plus propres, végétation mieux irriguée et pelouses plus vertes
  • Plantation en grand nombre d’arbustes, de lierre et de pervenches dans les espaces dénudés et rendus stériles par l’ombrage des ifs en particulier.
  • Consolidation des abords des cascades et des ruisseaux
  • Restauration des rocailles
  • Les bordures extérieures en pierre qui étaient cassées et descellées ont été réparées

Les points à la fois positifs et négatifs

  • Caniveaux  pavés réalisés le long des allées pour favoriser le drainage des eaux de pluie. Ils sont très jolis mais peu efficaces. L’été pluvieux a permis de constater que des flaques d’eau stagnaient dans les allées. Le parc étant accidenté, le drainage des sols est fondamental lors de grosses chutes de pluie pour éviter l’érosion des parties accidentées et la stagnation de l’eau.
  • Les nouvelles poubelles de la Ville de Paris sont très élégantes mais elles ont le défaut d’avoir une ouverture relativement étroite, ce qui entraîne des dépôts de sacs de déchets à leur base. Par ailleurs, les jours de grande affluence, elles ne suffisent pas à recueillir tous les déchets générés par les usagers du parc qui viennent y pique-niquer. Ces poubelles ne sont pas assez nombreuses et, surtout, elles ne sont pas vidées assez souvent.

Les points négatifs

  • Le revêtement des allées est fortement critiqué par les parents et les personnes âgées.

Les allées sont recouvertes de gravier blond au prétexte qu’elles retrouvent leur aspect d’antan. Lorsque le parc a été crée, à la fin du XIXème siècle, les promeneurs étaient chaussés de bottines fermées qui ne laissaient pas pénétrer les gravillons.

Les enfants des bourgeois qui se promenaient devaient se garder d’abîmer leur costume de parade et étaient donc interdits de jeux physiques risquant d’entrainer leur chute. Aujourd’hui, chuter sur des gravillons est extrêmement dangereux, tant pour les enfants que pour les personnes âgées. D’autre part, les gravillons sont glissants et favorisent la chute des plus faibles par temps secs mais d’avantage encore par temps humide.

Les gravillon dégagent énormément de poussière qui s’ajoute à la pollution atmosphérique habituelle des villes

 

 

2-IMG_10121-IMG_1014

Des graviers tranchants jetés sur une base de ciment, joli mais dangereux

  • Les allées ont été élégamment bordées par des fils de fer tendus entre de jolis piquets en métal genre rocaille. Ces fils de fer sont déjà rompus dans leur majorité pour la bonne raison qu’ils sont verts, comme la végétation qu’ils sont sensés protéger des piétinements. On voit les piquets mais pas ces fils qui sont donc dangereux, inefficaces et exigent une main d’oeuvre permanente pour les renouveler ou les retendre.

1-IMG_1015 2-IMG_1018

Fils cassés et piqués déchaussés après deux ou trois mois d’installation. Normal, les fils verts sur fond vert sont invisibles et donc dangereux.

 

  • Les trottoirs ont été supprimés pour élargir les allées, or ils permettaient de réguler les flux. Les coureurs couraient au milieu des allées tandis que les promeneurs pouvaient se réfugier sur les trottoirs. Avec le nouvel aménagement, les flâneurs sont quasiment harcelés par les coureurs qui les frôlent intempestivement et leur imposent un rythme contraire à la relaxation. De plus, la course des joggeurs fait crisser les gravillons des allées, un bruit qui s’ajoutent à celui de la ville, comme si les bruits inhérents au commerce urbain ne suffisaient pas.
  • La rénovation du parc ne s’est pas accompagnée de moyens supplémentaires pour protéger les lieux et la tranquillité des promeneurs. Il n’y a pas suffisamment de gardiens pour faire respecter la végétation, la propreté, la circulation illégale de bicyclettes et même de scooters, les dépôts d’ordures, l’utilisation des buissons comme lieux d’aisance, la consommation de boissons alcoolisées, l’écoute amplifiée de musique, etc. Comme la police ou les contrôleurs de la RATP, les gardiens devraient se déplacer en équipe afin d’asseoir leur autorité qui est trop souvent contestée. En effet j’ai été témoin de l’impuissance des gardiens face à l’agressivité des auteurs de comportements répréhensibles. Les gardiens ne font pas peur et ils ne sont pas du tout respectés.
  • Traitement des déchets négligé

 

Des poubelles en nombre insuffisant

4-IMG_1023Il faut marcher longtemps avant de trouver la prochaine poubelle

5-IMG_1022

Aucune poubelle autour du lac entre la petite et la grande cascade

6-IMG_1021

 

D’ici à la grande cascade, aucune poubelle sur un quart du pourtour du lac

Les déjections des poneys dégagent une odeur pestilentielle

Le concessionnaire des poneys fait travailler des jeunes dont le statut semble léger. Les crottes et l’urine des poneys sont déversés dans les buissons près des toilettes publiques et dégagent des odeurs de purin qui n’ont rien à voir avec celle des bouses de vache qui évoquent la vie à la campagne, c’est bien pire. Cette puanteur s’infiltre dans les restaurants et les immeubles de la rue Manin.

vieux-kiosque--Buttes-Chaumont2.jpg

Le kiosque tel qu’à l’origine du parc Source http://www.comme-le-temps-passe.fr/article-les-buttes-chaumont-le-kiosque-disparu-98615667.html

  • On attend depuis des années le retour du kiosque à musique, un édifice typique des parcs français. Il a été démonté il y a de nombreuses années au prétexte officiellement communiqué dans les organes municipaux de le restaurer et de le remonter sur l’eau comme à l’origine. Curieusement, des financements ont été trouvés pour restaurer le Pavillon du lac, l’ancien pavillon Weber devenu la guinguette Rosa Bonheur, les deux baraques à gaufre autour du lac qui sont des entreprises commerciales subventionnées par le contribuable mais les financeraient manqueraient pour un édifice historique qui offre un divertissement traditionnel et populaire de concerts gratuits réalisés par des musiciens amateurs issus d’entreprises pour la plupart publiques ou assimilées comme la RATP, la SNCF, les corps militaires ou l’Unesco. Pour un parc soit-disant « populaire » dans un arrondissement dit « populaire », l’absence de manifestations réellement populaires laisse à désirer a de quoi chagriner les usagers du parc.

A noter que de fait les Buttes sont exclues de l’éco-festival kiosquorama qui se déroule chaque année en septembre dans les kiosques des parcs parisiens http://www.parisinfo.com/ou-sortir-a-paris/infos/guides/Kiosquorama,-l’%C3%A9co-festival

  • Malgré les revendications constantes et pressantes des propriétaires de chiens, aucun espace canin n’a été aménagé alors que des usagers viennent parfois de loin pour promener leur animal de compagnie dans la verdure. Cette absence de réponse à un besoin réel, par ailleurs satisfait dans toutes les autres capitales européennes, incite les propriétaires à lâcher leur animal dans le parc en se jouant des gardiens et en détériorant malgré eux la végétation. L’absence d’espace canin favorise l’incivilité des propriétaires en matière de propreté, de sociabilité et de sécurité. Une telle surdité à la demande de satisfaction d’un besoin prégnant relève d’un profond mépris de la population concernée qui pourtant rapporte chaque année environ 5,6 milliards  d’euros soit – 3 milliards pour l’alimentation industrielle (l’alimentation familiale ou artisanale ne fait pas l’objet de chiffrages) ;– 900 millions pour les accessoires et le toilettage ;– 700 millions pour les soins vétérinaires ;– 600 millions pour la pharmacie ;– 400 millions pour les ventes d’animaux ;– 45 millions d’assurances. http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i1514.asp

3-IMG_1020

Les responsables du parc préfèrent sévir que répondre aux besoins des chiens et de leurs maîtres

Le maire m’a dit avoir pensé à créer un espace canin du côté de la Butte Rouge, un joli lieu mais excentré au bord du périphérique et où on entend trop le flot perpétuel des automobiles.

Mais pourquoi donc les propriétaires canins dont beaucoup ont choisi d’habiter à proximité des Buttes pour y promener leur compagnon devraient-ils s’exiler et être relégués comme des pestiférés aux frontières de l’arrondissement ?

Le maire semble ne pas avoir bien étudié la question car il néglige la réalité du duo, de la dyade que forment un chien et son propriétaire. Ils vivent ensemble, ils respirent ensemble, ils jouent ensemble et ils se promènent ensemble pour le plaisir et le bonheur du duo. Promener son chien, ce n’est pas comme certains voudraient le croire, lui faire faire une sortie technique mais aussi se détendre, admirer le paysage, s’amuser, socialiser (autant les chiens avec leurs congénères que les maîtres avec leurs semblables), découvrir, respirer, partager de petits plaisirs et parfois faire de l’exercice.

"

  1. Selon un de vos lecteurs, je compte parmi les abruties des amies des animaux, je comprends que chacun a la chance d’écrire l’appréciation sur vos articles, mais il y a certaines limites quand même pour s’exprimer en toute liberté.
    Pour ma part, je limite mes sorties au parc, il y a trop de joggeurs, trop de personnes irrespectueuses, une certaine haine aussi,

    Alors je déduis que ce parc magnifique n’est pas l’endroit idéal pour moi, ni pour mes deux petites carlines, elle méritent le respect aussi et non les coups de pieds de certaines personnes. Ces petites chiennes ne connaissent pas la méchanceté, alors je les protège en allant ailleurs.
    Merci pour cet article sur le parc et les autres articles sur bien de sujets intéressants que je lis avec grand plaisir et je vous respecte comme il faut.

    J'aime

    Réponse
    • Marion, J’ignore à quel commentaire vous faites allusion mais n’y faites pas attention. J’aurais sans doute du le supprimer, désolée.

      J'aime

      Réponse
    • Vos observations sur le parc sont les mêmes pour moi. Je préfère en longer les grilles car je profite des arbres sans être trop importunée par les gens désagréables et malveillants, les propriétaires de chiens ne dérogeant pas toujours à ces catégories.
      Bien sûr, sur le trottoir le long des grilles, il faut supporter quelques joggers, vélos, scooters, motos, décharges sauvages et le soir la sortie des clients avinés du Pavillon du lac mais toutes ces nuisance sont moins fréquentes que dans le parc.

      J'aime

      Réponse
  2. bonjour
    n’etant pas doté d’un master, je vous prie d’excuser mon orthographe et mon style un peu lourd
    Votre article est une compilation d’erreurs communes des usagers a chiens du parc.
    Certe la mairie est coupable d’une mauvaise communication.
    Le parc des buttes chaumont est le seul jardin publique autorisé aux chiens a Paris, tenu en laisse et sur le chemin principal.
    Dans les fait partout dans le parc et les laisse se détachent des que les gardent tournent le dos.
    Les travaux de réfection des allées sont indispensables le nombres de flaneurs qui se sont tordu les chevilles dans les nid de poules, marches cassé etc se comptent par centaines.
    Il s’agit d’un parc historique, il a fallu faire des choix entre l’usage actuel et le respect des principes de conceptions de l’ époque.
    Donc pas d’allées en sable stabilisé trop fragile mais un asphalte couleur sable, pas de trottoirs dans un parc fermé a la circulation.
    Le parc ayant été créé en 3 ans pour etre présenté a l’exposition universelle de 1867 le kiosque à musique sur le lac très poétique avait une trés mauvaise acoustique ce qui est un comble, et les moyens du parc dépendant de l’hotel de ville et non de la mairie d’arrondissement , il n’a jamais été trouvé de solution à sa reconstruction.
    En ce qui concerne les finances d’ailleurs les pavillons restaurés l’ on été par les restaurateurs à leurs frais et non à celui du contribuable.
    Les déjections des poneys étaient très prisé aux 19e siecles (engrais très efficace) et il n’y avait pas de bouses de vache, l’odeur est donc d’ époque^^ et en comparaison des déjections canines parsemant les pelouses censé être interdite aux chiens, les déjections des poneys que le concessionnaire devrais évacuer ne sont rien.
    Les responsables du parc n’ ont rien a voir avec la « répression » qui consiste a rappeler que les chiens doivent être tenues en laisse, les usagers et joggeurs, mére de familles… font comme vous pression pour leurs chapelles auprés de la mairie les chiens lachés leurs font peur.
    Les poubelles voiries mises en places le sont a titre « provisoire » car peu adapté a l’ usage du parc, toutefois la création d’une poubelle adapté a un coût non négligeable doit on utiliser vos impôts pour cela?
    En se qui concerne le ramassage des ordures dans le parc chaques matin 10 personnes pendant une heure ramasse juste les « papiers » sur les 240 000 m2 du parc et deux voitures collectes les poubelles sur les 5km de voiries.
    Le week end en fortes affluence (printemps été) un camion de la propreté avec deux personnes, une entreprise privé, et trois fonctionnaires du parc se charge des poubelles et des  » papiers » vous trouverez des images sur le net de l’ ampleur du travail.
    Vous pouvez calculer le cout du ramassage de papier en semaine10 heures par jour, 200 heures par mois, salaire brut des fonctionnaires 1400 euros par mois pour 39heures par semaines..
    Alors on peut mettre encore plus de personnel pour un coût encore plus important mais on pourrait aussi apprendre aux administrés à etre propre.
    Et dernier détail le parc des buttes chaumont était des sa création fréquenté par une mixité de niveaux sociaux, le quartier etait très populaire (voire pauvre), le but de faire venir la bourgeoisie n’a jamais été atteint.
    Les « gens » partaient avec les plantes arraché des massifs, les allées étaient en sable, et les chaussures des bourgeois etait aussi sales que les pieds nues des « vauriens »
    voila à la volée un petit récapitulatif des a peu prés de votre article
    veuillez encore une fois excuser mon orthographe
    cordialement

    J'aime

    Réponse
  3. J’ai reçu en privé ce commentaire d’une personne « Kantin » (sic) se disant en mastère d’éthologie et d’écologie. Si c’est vrai, le niveau des mastères a considérablement baissé et on s’étonne de ne pas trouver de travail avec un bac+5 !;-(((

    Orthographe, vocabulaire, politesse, savoir-vivre, respect des usages, agressivité, préjugés et vulgarité, qui voudrait embaucher un tel olibrius ?
    L.C.

    « Kantin
    À
    Moi
    Aujourd’hui à 7h14 AM

    « La France n’a pas de position claire vis à vis des chiens qui sont de moins en moins tolérés dans la vie quotidienne du fait de l’islamisation du pays. Pour les Musulmans, le chien est haram, il chasse les anges et il n’y aurait rien de plus sale et exécrable qu’un chien. J’en ai déjà parlé et j’en reste là pour ce soir. »

    Qu’elle message faite vous passé avec ce paragraphe ? une Opinion politique ?

    en tout cas je ne sais

    « Nous n’avons pas comme aux USA des piscines ou des espaces de jeux réservés aux chiens. A part le train où le chien paie sa place sans pour autant pouvoir la réserver, la plupart des transports en commun refusent les chiens. Beaucoup de gîtes et d’hôtels refusent les chiens.  »

    et en plus vous prenez en exemple les USA bien bien……

    je suis en master d’éthologie et d’écologie, et je peux vous dire que votre article est une GROSSE MERDE ! vous parlez d’une étude, en y ajoutant tout plein de propagande déguelasse pour les abrutis des amis des animaux. c »est grave…..

    j’ai la flemme de vous écrire plus longtemps. »

    J'aime

    Réponse
  4. merci pour tous vos commentaire extrêmement bien écrits, et dont je lis régulièrement. En ce qui concerne les parcs canins, dont une demande par les propriétaires de chiens, revient régulièrement sur le devant la scène. Je vous joint un lien, d’un éducateur canin, qui habite prés des buttes Chaumont, et qui je pense n’est pas loin d’une certaine vérité. mais vous jugerez par vous même, et certainement mieux que moi. Voilà le lien » » ALAIN LAMBERT ma vie, mon chien, ma ville! faut-il des parcs canin » ».

    J'aime

    Réponse
    • laconnectrice

      Bonjour, je vous remercie de me lire et d’apprécier -)
      Merci aussi pour le lien
      L.C.

      J'aime

      Réponse
    • laconnectrice

      Je viens de regarder la vidéo d’Alain Lambert sur les parcs canins et je ne suis pas d’accord avec ses opinions, sauf sur un point, la ville doit accepter les chiens partout car ils font partie de notre civilisation et il est vrai que nombre de propriétaires canins sont inciviques.
      Le parc canin, comme il existe dans toutes les villes d’Europe et d’Amérique est une alternative intéressante pour permettre aux chiens de socialiser en jouant avec leurs congénères. Pour les propriétaires c’est un lieu d’échange et d’apprentissage de bonnes pratiques.
      A ma connaissance, quand j’emmène ma chienne à « la colline aux chiens » des Buttes-Chaumont, il n’y a pas beaucoup d’aboiements et si cet espace était officiellement dédié aux chiens, les habitations étant éloignées, je pense que les nuisances sonores seraient moindres que celles du Pavillon du lac, du Rosa Bonheur, des concerts de musique amplifiée électronique.
      Le problème principal, ce sont les maîtres qui souvent ne contrôlent pas leurs chiens et leurs déjections. Mais justement, l’existence d’un parc canin digne de ce nom permettrait de les éduquer.Je pense aussi, puisque nous sommes en France où chacun pense pouvoir faire ce qu’il veut, que l’accés au parc canin devrait être accordé aux gens qui se sont inscrits et disposent d’une carte gratuite financée par les 20% de TVA que nous payons sur l’alimentation canine et les 5 milliards que rapporte chaque année la filière canine. Nous le valons bien !

      J’ai entendu aussi des maîtres dirent qu’ils refusaient un espace clôturé pour pouvoir aller partout dans le parc, ce qui est interdit par le règlement, est source de conflits que paieront les gentis propriétaires et leurs chiens paisibles. De plus, promener son chien sans laisse peut être sanctionné par une amende allant de 80 à 150 euros.Personnellement, je me détends en promenant ma chienne et je ne tiens pas à avoir l’épée de Damoclès d’une contravention sur la tête.

      Ce matin, un musulman m’a craché à la figure en m’insultant grossièrement parce que ma chienne avait uriné au bord de la pelouse. Les espaces canins socialiseraient aussi ce genre d’individu parce que toutes sortes de badauds viendraient voir les chiens dans leur enclos et qu’ils se familiariseraient avec leur beauté, leur gentillesse, leur humour et leur intelligence.

      J'aime

      Réponse
  5. Merci chère Madame Laconnectrice, encore une fois un récit exact et bien écrit !

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :