Flux RSS

L’humanité est épouvantable, les hommes sont mauvais, la vie est moche

Dès leur plus jeune âge, nous trompons les enfants sur les cruelles réalités de la vie qu’ils devront affronter jusqu’à leur mort. Et comme nous les enfermons dans le déni, nous ne leur apprenons pas à se dresser contre les laideurs de l’existence et nous les emprisonnons dans des récits trompeurs qui les persuadent que la vie est un lit de roses alors qu’elle ressemble plutôt à une vallée de larmes. Quand l’enfant se réveille en grandissant, il souffre parce qu’il ne parvient pas à s’arranger de réalités étrangères aux rêves de vie qui lui ont été inculqués. C’est alors qu’il se fait  des nœuds au ventre, des torsions au cœur et des blessures à l’âme.

Si dès le départ de la vie on disait à l’enfant que la vie est moche, il serait plus fort pour transformer chaque jour en perle et chaque laideur en goutte de rosée pour nourrir son coeur et son âme. Il trouverait en lui-même toutes les ressources qui gisent dans son potentiel propre au lieu de se construire des béquilles encombrantes pour lui-même et néfastes à autrui.

La vie est tellement dure et décevante par rapport aux espoirs cultivés dans nos petits cerveaux en construction que nous craquons périodiquement en ces crises qui ont été répertoriées et sont considérées comme normales : la crise des trois ans, la crise de l’adolescence, la crise de la trentaine, celle de la quarantaine, de la cinquantaine, le démon de midi et puis avec le vieillissement de nos cellules et la diminution conséquente de nos capacités physiques, les regrets, les aigreurs, la sénescence, la démence sénile, les idées de suicide et puis inéluctablement la mort.

Afin de se consoler, l’être humain use ses doudous pour progressivement les remplacer par des béquilles qui sont le plus souvent à la fois destructrices et constructives. Je pense aux artistes qui, pour pouvoir peindre, écrire, sculpter, danser, chanter et créer en général recourent à toutes sortes de drogues qui d’un côté les stimulent et de l’autre les détruisent.

Drogues, alcool, tabac, médicaments, chirurgie esthétique, compulsions, TOC, obsessions, manies, sexe chaotique, névroses, maladies psychosomatiques, perversions et manipulations, mensonges, hypocrisie, religion et idéologie, cruauté, égoïsme, égocentrisme et addictions de toutes sortes. Toutes ces béquilles permettent de survivre et de se dire que « La vie est belle » alors que chaque instant démontre le contraire.

Des criminels fanatiques égorgent un otage. Fais pas attention, la vie est belle.

Un homme tue sa femme et ses enfants. N’écoute pas, la vie est belle.

Nous allons vers les 4 millions de chômeurs. Ne te plains pas, tu as du travail. La vie est belle.

 Sur les cent mille façons de tuer quelqu’un, voici la plus efficace:

Sur les cent mille façons de tuer quelqu’un
La plus dangereuse c’est le coup de fusil
La plus onéreuse c’est le coup de canon
Ça demande une équipe entraînée au bruit
Y’a toujours la corde dite pendaison
Pour le noeud coulant faut avoir le don.

Sûre que la noyade attire les moroses
Mais pas garantie parce que l’eau réveille
Y’a le bon vieux poison mais là faut la dose
Pas assez tu dors, un peu trop tu veilles.

Le gaz est plus propre, pas de commentaires
Mais à tout instant gare au courant d’air
Non je crois que la façon la plus sûre de tuer un homme
C’est de l’empêcher de travailler en lui donnant de l’argent.

Le rasoir ma foi cette saloperie
A ses fanatiques parce que c’est tranchant
La hache le couteau et la scie aussi
Mais c’est un domaine bourré d’accidents
Très peu efficace est la collision
Ça brise une face, laisse des lésions
Pour mourir de soif faut la volonté
Le dégoût de l’eau, surtout la santé
Non vraiment j’y tiens la meilleure façon de tuer un homme
C’est de le payer à ne rien faire.

Entre mourir d’amour ou bien mourir de rire
La plus achalandée c’est difficile à dire
Les deux finissent en spasmes en soubresauts en transes
Mais les deux sont jeudis
Le rire toujours comique
Et l’autre romantique

La chaise électrique c’est très indécent
Sauter dans le vide pas toujours prudent
Étrangler quelqu’un c’est perdre ses sens
Le trancher c’est pire c’est les sans dessus dessous

Non vraiment je reviens aux sentiments premiers
l’infaillible façon de tuer un homme
C’est de le payer pour être chômeur
Et puis c’est gai dans une ville ça fait des morts qui marchent.

A l’opposé de Rousseau, je pense que l’homme est naturellement mauvais et que la société peut parfois, seulement parfois, le rendre bon. Pour que les humains deviennent bons, ils doivent le vouloir, leurs parents doivent le vouloir ainsi que la société et le monde. C’est ce que demandait le personnage de Jésus-Christ mais les mauvais l’ont emporté au point de le tuer et de semer la cruauté parmi ses adeptes. Les croyants en Christ sont loin d’être toujours chrétiens. Des horreurs abominables ont été commises par la Chrétienté et maintenant, l’Islam prend le relais de l’horreur criminelle et séduit des centaines de milliers, voire des millions de personnes qui n’attendaient que le prétexte du djihad pour se laisser aller à tout ce qu’il y a de plus haïssable en l’homme : la bêtise, l’égoïsme, la cruauté, la haine, le plaisir de tuer, la domination et le totalitarisme, le mépris et l’exploitation des femmes réduites à leur ventre, la prétention, l’intolérance et la valorisation de l’ignorance.

Apprenons à nos enfants que la vie est moche et donnons leur les moyens de la rendre un peu jolie.

"

  1. L’humain qui est connecté au tout dépasse le bien du mal pour ne voir que des gens qui sont sur la bonne ou la mauvaise voix mais sans jugement. Les mauvais sentiments ou mauvaises actions ne viennent que de mauvaises pensées. Ne pas voir le mal c’est accepter qu’il existe, mais qu’il ne concerne que ceux qui l’affrontent ou le subissent (ce qui revient au même)
    L’humain est potentiellement très bon et ça c’est une vérité. Pour le reste, seul votre regard et votre rapport au choses peut faire changer les choses, et surtout pas le jugement de l’un vers l’autre qui amène au conflit et donc au mal.
    Quand on ne comprend pas ce qui se passe autour de nous, ça ne sert à rien d’analyser ce qui ce passe ailleurs. Soyez individualiste (Mais pas égoïste) et votre environnement proche s’améliorera. De fils en aiguille, les ondes positives qui émanent de vous se propagerons sans effort de vous vers l’extérieur, et, collectivement forgera une communauté heureuse car formé d’individu véritablement libres vivant véritablement ensemble et non les uns sur les autres…les uns pour et par les autres. La dedans, le mal et le bien est dilué dans l’amour et le pardon.
    La dedans, l’argent n’est que le reflet de ce qu’est la société. Ne pas trouver ça place dans la société c’est souvent ne pas vouloir y faire sa place. Si tu t’attends à ce que la société te face une place tu es dans l’erreur. Si tu pense pouvoir faire bouger la société par toi même, tu es dans l’erreur aussi.

    ARRÊTEZ DE TROUVER DES COUPABLES A VOTRE MALHEUR, VOTRE BONHEUR NE VIENDRA QUE DE VOUS ET DE VOS CONVICTIONS.

    J'aime

    Réponse
    • laconnectrice

      Tu parles ! Si c’était aussi simple que ça le monde serait un paradis !
      Bonne chance à vous.

      J'aime

      Réponse
    • Donc en gros, il faut subir le dicta de la société, de la majorité, en se trahissant soit même pour lui ressembler, et ne plus être soi-même.

      1- La dictature imposé, sans laisser de chance à une personne de pouvoir faire sa place en société sans se respecter ce qu’il est lui-même pour lui-même, c’est dégueulasse.

      2- Ne serait-ce pas pas un risque pour la personne de ne plus s’aimer elle-même, en daignant changer pour une société malade qui à la base, n’avait aucune tolérance pour ce qu’il était vraiment au fond de lui et dans ses idées, ses intentions voir même, ses objectifs ?

      J'aime

      Réponse
  2. la seule et unique solution pour vivre heureux c’est de rester planquer…

    J'aime

    Réponse
  3. Dupuch Bertrand

    Heureusement, il nous reste le whisky !

    J'aime

    Réponse
  4. très beau poème
    beaucoup plus optimiste que vous, je crois que l’être humain est naturellement bon, et que les sociétés capitalistes modernes le rendent trop souvent avide de gloire et d’argent, de pouvoir, envieux et jaloux, donc forcément mauvais.
    dans les sociétés dites primitives, le groupe est la loi, l’entente et l’entr’aide peut-être obligatoires pour la survie du groupe, font que cela se passe beaucoup mieux.
    civilisation du « veau d’or », çà ne date pas d’aujourd’hui, mais cela amène à des exactions, des guerres, inévitablement
    mais je ne désespère pas.

    J'aime

    Réponse
    • Merci Jacqueline 😉
      Je vous avais répondu sur votre sursaut à propos de Belkacem mais je vois que ce n’est pas affiché
      je recommencerai
      à bientôt

      J'aime

      Réponse
  5. jean-pierre varetta

    Bonjour,
    Madame la connectrice, votre billet est bien tourné. Je crois hélas ( utopie) que la vie pourrait être un paradis si ;;; il n’y avait pas les hommes. Le créateur a fait de très belle choses que nous avons hélas pas le temps de savourer, parce que trop préoccupé à des choses futiles qui nous paraissent essentiel. Et pourtant tout est là le créateur à penser à tout. Mais il y a eu l’argent, l’argent qui achète , l’argent qui rend puissant, l’argent qui rend bête. Sur quoi avons nous basé notre richesse sur l’argent l’or. Et pourtant si nous mettions le plus riche du monde seul sur une île paradisiaque seul avec son argent. Je crois que l’humain s’est détaché de ses besoins pour se laisser tenter par la technologie, par le gadget, vite toujours plus vite , gaspillage toujours plus de gaspillage. Lorsque je suis seul dans mon jardin, j’apprécie la nature , c’est merveilleux, de prendre conscience même du plus petit élément ou être vivant et se dire que malgré sa petite taille il a un rôle à jouer. Hélas, trop souvent dans mon jardin je dois revenir à la réalité des Tutelles , et me prendre la tête parce que des individus comme moi qui ont une mission qui devrait être noble, celle de rendre la justice pour un monde meilleurs , font tout autre pour asservir leur pouvoir . Et je me dis c’est ainsi, le créateur à bien fait les choses , car ceux qui nous pourrissent la vie plus qu’elle ne devrait être , vivent comme nous quelques petites décennie et finissent comme tous, y compris le plus petit élément, en cendre. Parce que la loi la plus juste et rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme. Bonne journée Madame. Songeons un peu ce que signifie notre passage spontané et bref sur cette belle terre.
    Je crois personnellement que tout ce que nous subissons découle, de la cupidité, de l’hypocrisie et des faux semblants.

    J'aime

    Réponse
    • Bonjour Monsieur Varetta et merci de me lire.
      J’espère que vous avancez-calmement mais sûrement- dans la résolution des problèmes de suite de tutelle.

      Je disais que l’humain était mauvais au départ et parce qu’il est mauvais il a créé l’argent pour remplacer le troc qui use de réciprocité. L’argent est une conséquence de la malignité de l’homme.

      L.C.

      J'aime

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :