Flux RSS

Féminisme et « Womenomics ». Le Japon nomme 5 femmes au gouvernement

Sur cette photo du nouveau gouvernement de Shizo Abe, on remarque que deux des ministres sont vêtues traditionnellement, un fait typique du Japon où tradition et modernité se conjuguent naturellement dans toutes les sphères de la société.

Source photo http://www.nytimes.com/2014/09/04/world/asia/5-women-are-named-to-new-japanese-cabinet.html?emc=edit_th_20140904&nl=todaysheadlines&nlid=48710388&_r=0

Yuko Obuchi, 40 ans, est la fille d’un ancien premier ministre. Elle est vue comme une étoile montante de la politique japonaise. Elle est nommée au ministère important du commerce

Midori Matsushima, 58 ans est une ancienne journaliste. Elle est nommée ministre de la Justice.

 Fumio Kishida, 57 ans est maintenue à son poste de ministre des Affaires étrangères

La ministre des finances Taro Aso, 73 ans, reste à son poste.

Shigeru Ishiba, 57, ans est une figure populaire de l’opposition qui a demandé la démission du premier ministre Monsieur Abe. Elle rejoint son cabinet en charge du redressement des économies régionales.

Le Japon n’est pas connu pour être un champion en matière d’égalité entre hommes et femmes. Aussi devons nous nous réjouir du grand pas en avant de son premier ministre, Abe qui décrète que les femmes sont une clef de l’économie et qui décide de les faire entrer dans son cabinet où, désormais, elles seront 5.

5 femmes ministres, ce n’est pas une révolution dans l’absolu mais pour le Japon, c’est un énorme pas en avant d’autant plus qu’il semble, que contrairement à la « parité » française, les femmes nommées ne sont ni des faire valoir, ni des portes-parole, ni des femmes alibi mais des professionnelles aguerries, des politiques qui ont fait leur preuve, y compris dans l’opposition. On peut légitimement espérer qu’elles ne seront pas traitées comme les « Jupettes » ni comme nos femmes politiques victimes du sexisme gaulois.

Qui eut cru que ce Japon qui jongle entre tradition et modernité ferait mieux que la France en matière de féminisme ?

La connectrice

Le premier ministre tient sa promesse

Mercredi 3 septembre, le premier ministre du Japon, Shinzo Abe , Conservateur a dévoilé la composition de son cabinet qui inclut désormais 5 femmes. Shinzo Abe tient ainsi la promesse qu’il avait faite en Décembre 2012, de revaloriser le statut des femmes dans le monde du travail. Du jamais vu dans l’histoire du Japon.

Les femmes japonaises possèdent généralement un haut niveau d’éducation mais occupent des places subalternes dans les entreprises comme à la maison. Elles sont très peu représentées dans les comités d’administration -1% contre 11.4 aux USA et % en Allemagne- des entreprises et dans toutes les instances de décision : 8.1% votent les lois contre 18.3 aux USA.

Afin de faciliter l’activité professionnelle des femmes, Shinzo Abe s’est engagé à créer des crèches et des garderies. Actuellement la femme japonaise doit s’arrêter de travailler quand elle a des enfants.

Pour autant, le calcul politique n’est pas exempt de des considérations favorables aux femmes. La chute de popularité de Shnizo Abe a chuté et il espère que le vote des femmes lui sera favorable s’il les met en avant.

 Pour en savoir plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :