Flux RSS

Conférence de presse du Président Hollande. Bien joué !

Je ne regarde jamais les conférences de presse du Président parce que la langue de bois m’ennuie. C’est donc tout à fait par hasard que j’ai allumé ma TV à l’heure de ce discours et que j’ai regardé jusqu’au bout. Je n’ai toutefois aucun point de comparaison et voici ce que j’ai observé à la volée.

J’ai trouvé que François Hollande jouait très bien le rôle du Président car il était digne, grave mais non dénué de quelques pointes d’humour, sûr de lui et de ses dossiers et même rassurant, non sur l’avenir de la France mais sur sa volonté d’assurer le plus consciencieusement possible les charges de son mandat. Bien maquillé, bien habillé dans son complet en cachemire bleu nuit, il avait même une bonne allure qui pouvait laisser comprendre ses succès amoureux.

Le cadre était magnifique sous les ors de l’Élysée, dont on avait choisi un bel angle pour placer la tribune : devant une fenêtre ouvrant sur le jardin avec un encadrement de lourds rideaux rouges plissés sur leurs embrasses.

Source photo http://www.leparisien.fr/politique/en-direct-suivez-le-grand-oral-de-francois-hollande-18-09-2014-4145321.php

Les femmes ministres avaient été regroupées offrant un bouquet de turquoises et pastels au milieu de leurs collègues mâles enveloppés de couleurs sombres. NVB avait mis un pantalon sombre pour faire regretter la généreuse exhibition de ses jambes, une apparente pudeur détrompée par la peinture rouge vif de ses lèvres. Elle n’avait pu cependant éviter la faute de goût de porter une veste de soirée à l’heure du cocktail (voir la photo). Notre pauvre ministre de l’Éducation n’aurait pas les moyens de s’offrir un coach ?

Parmi les hommes, le front haut et les yeux clairs du jeune Macron , souriant de concert avec Valls, valait bien le rouge à lèvres de NVB pour l’éclat seulement. Un beau visage souriant à l’Économie, c’est une révolution. Toujours ça de gagné sur la bête ministérielle.

Côté journalistes, une marée de gris viril laissait apparaître quelques couleurs portés par des femmes plus minoritaires dans leur corporation que les ministres de l’actuel gouvernement. Que d’hommes, que d’hommes pour frimer à l’Élysée ! Et que d’hommes blancs ! Plus blancs que le gouvernement qui, dans un élan inverse, affiche une diversité très affichée. J’ai également remarqué, que la grande majorité des questionneurs et questionneuses respectaient une politesse protocolaire, quoique se disputant le micro, à l’exception notable d’un journaleux étranger très mal léché. Il avait été précédé par la question inopportune d’une journaliste « indépendante » sur le problème VT. Encore une arriviste qui ne fait pas honneur aux femmes.

Le Président n’a pas manqué toutefois, très paternel,  de passer de la pommade sur le dos des journalistes, notamment en les suppliant de ne pas se prêter à la prise d’otages.

J’ai entendu, comme ça, entre le réchauffement de mon dîner au micro-onde et la distribution de leur pâtée à mes bêtes, que le Président avait de nouveau rendu un hommage très très appuyé aux combattants maghrébins et africains qui avaient délivré la France et dont les descendants méritaient bien qu’on les remercie en leur réservant le meilleur accueil. Rien pour les Amerloques, les Rosbeefs, les Polacks, les Russkofs, les Ritals, les Youpins, les Niakoués et tous les bons à rien de la Légion étrangère, lesquels ont le gros désavantage de ne pas nous menacer d’attentats, de « paiement de la dette coloniale » et d’invasion. (j’ironise, bien sûr !)

Sur les sujets économiques, le Président nous a conjurés de bien vouloir attendre la fin de son mandat pour juger de la pertinence de ses orientations en nous assurant de toute sa compassion et de sa compréhension pour nos difficultés. Il a minimisé le deficit, les taux d’intérêt et l’importance des notations.

Le Président a montré les dents vis à vis des ennemis de l’extérieur lointain en Irak et au Mali.

Grâce à la dernière question très judicieuse et tombée à pic d’un journaliste sur les leçons de sa fonction, le Président nous a presque fait pleurer en nous avouant qu’il était confronté à des choix trés durs pour nous, le peuple de France, mais encore plus durs pour lui, Président de bonne volonté à défaut de changement.

Ce soir, après la conférence de presse, les commentaires de l’opposition et des commentateurs professionnels sont eux aussi très durs et méprisants rappelant à qui mieux mieux le lamentable score de Hollande en matière de sondage de popularité comme si, quoiqu’il fasse et quoiqu’il dise il n’était plus un interlocuteur valable.

Pour ma part, et quoique je pense de ce Président pour lequel je n’ai pas voté et dont je désapprouve la plupart des choix, je salue la performance que, pour une fois, j’ai trouvé digne et respectable. De toutes façons, la vraie vie se joue ailleurs …et je demeure « agnostique » en matière de politique.

Ce soir, les symboles de la République étaient au rendez-vous, ne les boudons pas.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :