Flux RSS

Nous les petits, les obscurs, les sans grade …

Qui du peuple de France ne se reconnaîtra pas, en transposant un peu, dans ce texte d’Edmond Rostand ?

Plus que jamais, on ne prête qu’aux riches ou aux très pauvres importés en France pour faire pression sur les classes moyennes en les culpabilisant et en cultivant leur insécurité. En divisant le peuple, les dominants sont tranquilles tandis que les différentes composantes de la société se disputent, se menacent et se déchirent.

Que faire ? Solidarité à sa porte, être juste entre gens de bonnes volonté, cesser de croire que nous sommes en démocratie et que l’Etat nous protège. Compter sur ses propres forces et celles de nos amis réels.

La Connectrice

Et nous, les petits, les obscurs, les sans-grades…

rostand.png

« Et nous, les petits, les obscurs, les sans-grades;
Nous qui marchions fourbus, blessés, crottés, malades,
Sans espoir de duchés ni de dotations ;
Nous qui marchions toujours et jamais n’avancions ;
Trop simples et trop gueux pour que l’espoir nous berne
De ce fameux bâton qu’on a dans sa giberne ;
Nous qui par tous les temps n’avons cessé d’aller,
Suant sans avoir peur, grelottant sans trembler,
Ne nous soutenant plus qu’à force de trompette,
De fièvre, et de chansons qu’en marchant on répète ;
Nous sur lesquels pendant dix-sept ans, songez-y,
Sac, sabre, tourne-vis, pierres à feu, fusil,
– Ne parlons pas du poids toujours absent des vivres ! –
Ont fait le doux total de cinquante-huit livres ;
Nous qui coiffés d’oursons sous les ciels tropicaux,
Sous les neiges n’avions même plus de shakos ;
Qui d’Espagne en Autriche exécutions des trottes ;
Nous qui pour arracher ainsi que des carottes
Nos jambes à la boue énorme des chemins,
Devions les empoigner quelque fois à deux mains;
Nous qui pour notre toux n’ayant pas de jujube,
Prenions des bains de pied d’un jour dans le Danube ;
Nous qui n’avions le temps quand un bel officier
Arrivait, au galop de chasse, nous crier :
« L’ennemi nous attaque, il faut qu’on le repousse ! »
Que de manger un blanc de corbeau sur le pouce,
Ou vivement, avec un peu de neige, encor,
De nous faire un sorbet au sang de cheval mort;
Nous qui, la nuit, n’avions pas peur des balles,
Mais de nous réveiller, le matin, cannibales ;
Nous qui marchant et nous battant à jeun
Ne cessions de marcher que pour nous battre,
– et de nous battre un contre quatre,
Que pour marcher, – et de marcher que pour nous battre,
Marchant et nous battant, maigres, nus, noirs et gais…
Nous, nous ne l’étions pas, peut-être, fatigués ? »

Edmond Rostand, L’Aiglon,III. 9

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :