Flux RSS

Prix Nobel de la paix pour l’éducation des filles et contre le commerce des enfants

Voir l'image sur Twitter

Le comité Nobel vient de décerner le prix Nobel de la paix à la Pakistanaise musulmane Malala Yousafzai et à  l’Indien  hindou Kailash Satyarthi. Tous deux mènent une courageuse lutte en faveur de la protection de l’enfance, la première en réclamant le droit à l’éducation des filles, le second en se battant contre le commerce des enfants.

Toutefois, les termes de la déclaration du comité Nobel n’insistent pas sur le genre féminin des enfants concernés. Il est question d’enfants -Children- Par contre il souligne que Malala est musulmane et que Kailash est hindou, un choix qui doit contribuer à la paix entre les deux communautés. On sait en effet que la haine entre hindous et musulmans qui a conduit à la création du Pakistan musulman est toujours brûlante, ce que Talisma Nasreen  dépeint et dénonce dans ses romans. Malala, Talisma et bien d’autres pakistanaises ont du s’exiler en Europe pour sauver leur vie car elles étaient menacées de mort par les Talibans. Malala a elle-même reçu une balle en pleine tête.

Kailash Satyarthi pendant une campagne contre la confection de ballons de football par les enfants. Source image http://beta.globalmarch.org/news/061008.php

malala-yousafzai-and-taliban

Source image http://www.etatdexception.net/?p=5964

Kailash Sathiarthy, 60 ans, lutte depuis des années contre le commerce des enfants

Activiste du droit des enfants et fondateur de l’ONG Bachpan Bachao Andolan (Mouvement pour sauver l’enfance), Kailash Satyarthi évoque les raisons de la hausse des disparitions d’enfants.

Quelle est la situation dans la capitale New Delhi ?

Les chiffres montrent une augmentation de 30% par rapport à l’année précédente. Depuis janvier 2012, parmi les 3 000 enfants qui ont disparu, un tiers d’entre eux n’ont toujours pas été retrouvés. Ils sont enlevés par des gangs puis revendus comme des animaux, réduits en esclavage dans des fermes ou des ateliers, utilisés pour la prostitution. Ils peuvent être emmenés dans d’autres régions du pays, mutilés pour en faire des mendiants, sans parler du trafic d’organes. Ce business est très lucratif, on parle là de dizaine de millions de dollars par an en Inde. Une partie de cet argent noir est utilisée pour corrompre la police et les autorités locales, afin qu’ils ferment les yeux. Ces gangs sont puissants. Les services secrets en ont dénombré sept à New Delhi il y a quelques années, mais ils n’ont pas été réellement démantelés.

http://www.liberation.fr/monde/2013/01/02/ils-sont-revendus-comme-des-animaux_871286

Malala, 17 ans s’est faite connaître en tenant un blog en faveur de l’éducation des filles

Les talibans pakistanais voulaient l’éliminer : bien malgré eux, ils en ont fait une star. Un an après l’attaque contre cette adolescente pakistanaise militant pour le droit à l’éducation des filles, Malala Yousafzaï a fêté ses 16 ans à la tribune de l’ONU, reçu des récompenses prestigieuses, dont hier le prix Sakharov, publié un livre, ému Angelina Jolie, et été invitée au palais de Buckingham… Elle est même candidate au prix Nobel de la paix qui sera décerné aujourd’hui.

Une avalanche d’honneurs aux antipodes des difficultés auxquelles font face les écolières du Pakistan, deuxième pays au monde pour le nombre d’enfants non scolarisés. Professeurs «fantômes», écoles détruites par les extrémistes, mentalités conservatrices et pressions des talibans, notamment dans la région d’origine de Malala, dans le nord-ouest… les raisons sont multiples.

Blessée par balle à la tête alors qu’elle rentrait de l’école, Malala a subi des opérations du crâne et de l’oreille depuis son exil forcé en Angleterre avec sa famille. Elle reste paralysée d’une partie du visage, qui a perdu sa douceur enfantine. L’émotion suscitée dans le monde et sa forte médiatisation, notamment en Occident, ont eu depuis un an une «valeur symbolique très importante» au Pakistan, explique Quraysh Khan, analyste spécialiste du nord-ouest. «Malala a redonné du courage et de l’espoir à tous ceux qui travaillent au Pakistan en faveur de l’éducation et de l’émancipation des femmes», dit-il….http://www.liberation.fr/monde/2013/10/10/malala-pas-prophete-en-son-pays_938598

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :