Flux RSS

Paris foutoir. Le vélo chasse le piéton

3-IMG_1162

Depuis que la mairie de Paris a sanctifié le vélo, les piétons vivent un enfer de chaque seconde lorsqu’ils osent marcher sur les trottoirs qui, normalement leur devraient être réservés.

Avec une inconscience coupable nos édiles ont lâché dans Paris des hordes de cyclistes inciviques, agressifs, égoïstes et dangereux pour les humains qui circulent-encore- à pied.

Le cycliste parisien se croit tout permis. Il roule sur les trottoirs, sur les places, sur les passages piétons et roulerait même sur ces derniers s’ils ne s’écartaient pas de son pédalage altier. Lorsqu’un piéton ose se plaindre d’avoir été frôlé par le noble vélo, il reçoit une volée d’insultes car rien ne doit arrêter la course fière du cycliste béni par Delanoë et ses amis au nom d’une idéologie écolo frelatée.

Le vélo est tellement admirable que les édiles parisiens n’ont pas hésité à voler l’espace des piétons pour l’offrir aux cyclistes. Les riverains de certains quartiers qui avaient la chance de pouvoir déambuler en toute liberté sur de larges trottoirs ont vu ceux-ci réduits à la portion congrue par le dessin de pistes cyclables tracées en leur centre. Mais ces pistes ne suffisent pas aux cyclistes qui les prennent à contre-sens peu soucieux du danger qu’ils font courir en particulier aux enfants et aux personnes âgées. La nuit tombée, ces courageux cyclistes circulent sans lumière ce qui est dangereux pour eux-mêmes et pour les piétons qui ne les entendent pas arriver. Il est tout de même étonnant que la loi n’oblige pas les vélos à s’équiper de lanternes.

La loi, parlons-en. Je n’ai jamais vu un cycliste se faire interpeller et a fortiori sanctionner par un policier. Les vélos grillent les feux rouges et empruntent les trottoirs et les espaces piétons sous le nez de la police qui ne dit mot, certainement parce que le maire de Paris lui a demandé de faire preuve de tolérance.

Mais ce n’est pas tout, des arrêts de bus ont été avancés pour faire de la place à une piste cyclable que le passager doit traverser au risque de sa vie pour rejoindre le trottoir où il risque d’ailleurs de rencontrer un autre engin à roues comme une moto, un scooter, un vélo, une trottinette, un skate ou ces engins motorisés, de plus en plus nombreux, où l’on se tient debout en équilibre (Freego, scooter électrique, etc.).

Basse énergie, rentable vert, vehicel debout scooter électrique

Ailleurs où des pistes cyclables à double sens ont été construites (par exemple le long du canal de l’Ourcq) les cyclistes se grisent de leur liberté en roulant à toute vitesse tandis que le piéton doit y regarder à plusieurs fois pour rejoindre le trottoir.

Non seulement le vélo fait perdre tout sens civique à ceux qui le pratiquent mais il rend égoïste, incivique et agressif. Et pourtant on le dit écolo, plus écolo que la bagnole, encore plus écolo que le camion et la moto réunis. Ces cyclistes qui souffrent eux-mêmes de plus rapide et plus gros qu’eux oublient qu’ils sont plus rapides et plus gros que les piétons. Les cyclistes qui se protègent avec des casques et des gilets fluorescents, ceux-là même qui équipent leurs enfants de protections, n’ont pas le moindre respect pour le piéton qu’ils mettent en danger.

Pour le piéton, le danger n’est pas seulement de risquer d’être renversé, c’est aussi le stress que génère le cycliste en roulant là où on ne l’attend pas, en frôlant le pauvre piéton qui sursaute et en l’insultant s’il ose rappeler l’individu aux règles élémentaires de la civilité. Le cycliste n’est jamais en tort, il se croit investi de tous les droits et ne s’excuse jamais de le mettre en danger le piéton et de l’importuner. Le cycliste parisien est arrogant et méprisant pour le piéton bipède.

A la lueur des ces tristes constats, on peut se demander si le maire de Paris considère comme quantité négligeable les piétons, s’il a oublié qu’ils votaient et s’il a comme grand projet un Paris sur deux roues débarrassé de tous ses piétons,  pour rivaliser avec Amsterdam et Berlin.

En attendant, les piétons souffrent et cyclistes et piétons se détestent mutuellement, un autre échec du « vivre ensemble » que le touriste de passage ne manque pas de percevoir car le touriste qui trouve l’ambiance parisienne exécrable est piéton la plupart du temps.

1-IMG_1160

Rue Manin, la municipalité a volé le trottoir aux piétons pour l’offrir aux cyclistes

2-IMG_1161

Les cyclistes n’en ont jamais assez comme les petits enfants qui repoussent avec obstination les limites fixées par leurs parents. Sauf qu’à Paris personne ne fixe des limites aux cyclistes. Non content de rouler sur « sa » piste, celui-ci la prend à contresens et les piétons ne savent plus où donner de la tête.
4-IMG_1163

Ce cycliste préfère rouler sur le trottoir que sur la piste cyclable qui se trouve à  côté

5-IMG_0687

Rouler à vélib sur la place de la mairie, c’est ça la liberté

6-IMG_0693 7-IMG_0699 8-IMG_0703

"

  1. C’est demain l’anniversaire de ma meilleure amie qui est décédée suite à une chute causé par un vélo sur le trottoir de Paris. Je ne comprends pas que Madame Hidalgo ne penalise pas les cyclistes (et les trottinettes et tutti quanti) qui roulent sur les trottoirs. Depuis son décès, je suis super sensibilisée à ce sujet surtout qu’à chaque fois que je sors me promener, je suis frôlée de près par des inconscients qui roulent vite et qui ne regardent pas. A quand les trottoirs pour les piétons uniquement et des pistes pour les deux roues?

    J'aime

    Réponse
    • laconnectrice

      Bonsoir,

      Je suis si désolée pour vôtre amie victime d’une politique irresponsables et de sauvages égoïstes.
      On pourrait peut-être lancer une pétition ?
      Cordialement,

      La Connectrice

      J'aime

      Réponse
      • Bonjour, oui effectivement pourquoi ne feriez vous pas une pétition par exemple sur le site « mes opinions ». Bien à vous. Claire (je fais 1/4 d’heure de trajet à pied matin et soir sans compter le midi et il y a de quoi raconter… Même si je mesure ma chance de ne pas prendre les transports)

        J'aime

        Réponse
    • Je suis sincèrement désolée pour votre amie. Une de mes collègues s’était fait renverser aussi par un cycliste avec une issue moins tragique heureusement. On ne parle pas assez de cela dans les médias à mon avis. Les 2 roues se croient moins dangereux que les voitures alors qu’à mon avis il est plus difficile de freiner dans l’urgence en vélo qu’en voiture (à 30/40 km à l’heure environ)

      J'aime

      Réponse
  2. Cycliste fatiguée

    Bonjour,

    Piétonne parisien, je prend mon vélo tout les matins et tous les soirs pour aller travailler en traversant Paris.
    Dans mes déplacements, je mets toujours un point d’honneur à faire attention particulièrement aux personnes âgés et aux enfants en priorité et je ralentis toujours même quand je dois passer de plein droit à l’approche de piétons. Continuellement j’adapte ma vitesse et m’arrête au besoin même si je dois repartir en pleine montée.

    C’est avec toute cette attention, que j’ai réussi en 1 an à ne jamais ni renverser ni frôler de piétons.

    En revanche, plus d’une fois une voiture m’a coupé la route, je ne compte même plus le nombre d’insultes, je suis tombée en évitent un piéton qui déboulait en temps de pluie sur la piste cyclable de derrière un arrêt de bus et comble de tout je me suis déjà faite agressée 2 fois par des piétons sur la route.

    Comment se faire agressé en vélo par un piéton ? C’est simple roulé doucement (presque en mode stationnaire) pour justement les protéger, les laisser passer et donc être facilement atteignable et j’imagine payer pour les incivilités passées de certains cyclistes.

    Aujourd’hui c’est un œil abîmée que j’ai récolté et demain ?

    De mon côté, je n’ai pas l’intention de devenir violente ni même de foncer quitte à renverser les piétons qui passe quand ils ont un feu rouge ou traversnet en dehors des clous.

    Alors qui que vous soyez, merci de ne pas attiser la haine des cyclistes, réfléchissez un peu mieux à comment savoir vivre ensemble, je suis fatiguée de me faire taper dessus.

    J'aime

    Réponse
    • Effectivement il y a sûrement beaucoup de personnes qui, comme vous, font très attention mais un peu plus de « signalétique » ne peut nuire à personne. C’est le moment ou jamais de faire part de nos desideratas. 🙂

      J'aime

      Réponse
  3. ANNE -MARIE GENESTE

    c ‘est exactement pareil à LYON OU LE PIÉTON EST EN DANGER SUR LES TROTTOIRS A CHAQUE INSTANT

    J'aime

    Réponse
  4. J’adore le vélo (et le roller) et je suis plutôt pour les pistes cyclables en ville. Mais là effectivement c’est du grand n’importe quoi… Je suis étonnée qu’il n’y ait pas plus d’accidents…
    Place de la République : c’est un mic-mac de vélos et piétons en tous sens au beau milieu de la place et pas trop de trottoirs, le flou artistique…
    Quai de la Rapée : un enchevêtrement de pistes cyclables et à peine un marquage au sol pour les repérer…
    Jaurès-Laumière : Je traverse dans les clous au feu rouge comme il se doit. A peine arrivée de l’autre côté du trottoir et quand les voitures redémarrent je dois rester quelques secondes au bord de la rue (donc entre voitures et vélos) et vérifier si un vélo ne déboule pas à toute allure (ce qui est assez souvent le cas) !!
    Quid des sonnettes ???
    Ne pourrait-on pas faire des pistes visibles en couleur (comme à Londres par exemple ?).
    En tout cas je me mets à la place d’une personne âgée ou mal voyante………….

    J'aime

    Réponse
  5. Je fais court.
    Avant de critiquer, faut essayer (pas le tour des buttes Chaumont le dimanche hein! pour de vrais, plusieurs jours en vélotaf par exemple). Aller faire du vélo dans Paris et banlieues et vous comprendrez mieux certains comportements (pas tous correct je le reconnais).
    Pour les bandes cyclable sur trottoirs, cela fait bien longtemps que je ne les prends plus, trop dangereuses pour les piétons (surtout au téléphone ou MP3 a fond) et vélos, et coupées par les sorties et entrées (aveugles) de véhicules.
    Parlons des piétons qui traversent LA RUE en dehors des passages prévu et sans regarder, se fiant aux bruits (et un vélo ca fait pas de bruits) si vous saviez combien j’en ai évité.
    Votre « article » est carrément orienté anti-vélo, Une critique non constructive est facile.
    Combien d’accidents mortels ou même grave vélos vs piétons a Paris ?
    2 choses dans votre article me dérangent. Un cycliste isolé sur une place dépeuplé ça dérange qui a part vous ?
    Des cyclistes qui dérangent des piétons sur une piste cyclable (Canal de l’Ourcq) ? qui est a sa place ?

    PS ; Ne pas confondre bandes et pistes cyclable.

    J'aime

    Réponse
    • laconnectrice

      Bonjour,
      Je fais simple
      Vous êtes cycliste
      je suis piétonne, retraitée, nantie d’une chienne, je flâne, je révasse, je déambule, je zigzague
      Nous n’avons évidemment pas le même rythme, les mêmes besoins ni le même point de vue

      Encore hier je traversais tranquillement la place de la mairie lorsqu’un vélo (qui comme vous le dites ne fait pas de bruit), m’a frolée à toute vitesse. J’ai sursauté, un coup au coeur !

      Détrompez-vous des piétons sont renversés par des vélos et un cycliste avait tué ainsi la veuve de Sacha Guitry

      Il y a deux problèmes au moins
      -l’absence de considération des aménageurs pour préserver la paix des uns et les besoins des autres
      -l’individualisme égoïste du français à bicyclette qui impose son droit A rouler comme il veut puisqu’il considère qu’il n’est pas nuisible, qu’il est écolo et que rouler à vélo c’est bien et politiquement correct. Il faut donc le cadrer, le responsabiliser

      Il y a toujours plus petit et vulnérable que soi
      le camion dangerux pour la voiture
      la voiture dangereuse pour les motos et les vélos
      les motos danger pour les vélos et les piétons
      camions, autos, motos et vélos dangereux pour les piétons
      le piéton est le maillon le plus faible …

      J'aime

      Réponse
      • Bonjour,
        Je suis piétons, cycliste/vélotafeur et conducteur de véhicule motorisé a 4 roues et plus.
        Je n’oublie pas qui je suis et je fais attention a mon prochain quelque soit mon mode de déplacement. Je fais attention aux autres et a moi aussi par la même occasion. Mais combien de fois je peste en voiture contre le piéton anarchiste, sur de son bon droit qui traverse n’importe ou, y compris au milieu de ronds-point pour couper court.

        En vélo, mes trois dernières prises de bec l’ont été avec des piétons sur des pistes cyclables (donc réservé exclusivement aux vélos), qui n’apprécient pas un « pardon, excusez moi » ou un coup de sonnette pour me signaler.

        Et la encore, bravo le portrait du cycliste « BOBO ECOLO ». Je fais du vélo déjà parce que j’aime ça. Que je vais plus vite qu’en voiture suivant les trajets et que c’est de toutes façons plus fiable que les transports en communs et moins désagréable aussi.
        je suis d’accord avec vous sur le fait que les aménagement ne sont pas toujours bien fait, loin de la même. Mais il faut faire avec ce qu’on nous donne.
        Essayer de marcher au milieu d’une rue ou route, comme certains piétons sur une piste /bande cyclable et nous en reparlerons a l’hôpital au mieux.

        L’individualisme égoïste du français à pied qui impose son droit a marcher n’importe ou puisqu’il considère qu’il n’est pas nuisible, qu’il est écolo et que marcher c’est bien et politiquement correct. Il faut donc le cadrer, le responsabiliser.

        Je suis d’accord avec vous que le problème est, que le vélo n’est pas a sa place sur un trottoir même aménagé (du moins pas aux vitesses que je pratique, et même si cela reste une vitesse d’utilitaire entre 20 et 30kmh). Mais le vélo n’est pas considéré a sa place par les automobilistes/2 roues motorisées, si il y a un aménagement a coté (et oui, faut le savoir, et pour cela pratiquer)
        La différence entre un cycliste et un piétons est le vélo (il n’y a que ca, pas de carrosserie autour), donc le facteur vitesse. Si je vous suis, il faut virer des trottoirs les trottinettes, skateboard et patineurs a roues car plus rapide et potentiellement dangereux pour les piétons non ?

        Quant on demande a être respecter, on commence par respecter les autres, Et ne pas faire des généralités de quelques mauvais comportements et clichés. C’est cela que je reproche a votre article.

        Maintenant si vous voulez faire du constructif, renseignez vous, militez. Allez voir les associations cycliste sur Paris pour travailler avec, il ne demande que cela . Plutôt que de tirer sur les cyclistes, réfléchissez et ne vous trompez pas de cible.

        http://www.mdb-idf.org/spip/

        et des forums qui vous feront mieux comprendre certaines choses. Quant on connait l’autre et ses difficultés, on ne l’appréhende pas pareil.

        http://www.velotaf.com
        http://cyclurba.fr

        Sur ce, je vous souhaite une excellente soirée et pleins de pneus crevés a ceux qui vous ont fait peur.

        J'aime

        Réponse
        • laconnectrice

          dialogue de sourds

          Mon éducation m’a appris à privilégier le plus faible
          En l’occurrence en ville le plus faible est le piéton, encore plus faible si le piéton est un enfant ou une mamie de 95 ans
          Il me parait juste que le cycliste s’adapte au piéton et pas l’inverse d’autant plus qu’ils n’ont ni le même rythme ni les mêmes besoins

          D’autre part, Paris est l’une des villes les plus denses d’Europe, rien à voir avec Berlin qui lui sert de modèle et qui n’a ni la même densité ni la même configuration. De plus à Berlin comme à Amsterdam, les gens sont moins individualistes, plus respectueux des plus faibles et plus disciplinés.

          J'aime

          Réponse
          • Bonjour,
            Avec l’autorisation par la Mairie de Paris pour les cyclistes de griller les feux rouges ne fera que leur donner une toute puissance, la même qu’ils reprochent aux véhicules motorisés.
            Cette pratique jusqu’à présent tolérée a déjà démontré l’irrespect des cyclistes envers les piétons.
            Oui je comprend que les voies cyclables sur les trottoirs posent problèmes mais pour rappel, le trottoir est normalement dévolu à l’usage des piétons, aussi les cyclistes se doivent d’être tolérants en particuliers envers les personnes âgées ou handicapées et les enfants, mais aussi les touristes qui n’ont pas l’habitude.
            Insultes, coups de pieds sont mon lot quotidien en tant que piétonne, avant nous n’avions que les véhicules motorisés qui se permettaient ces agressions, maintenant les cyclistes s’y mettent aussi car je ne les laisse pas passer alors que c’est moi de traverser.
            En plus, je ne compte plus le nombre de fois les cyclistes envahissent les trottoirs car la circulation est bloquée et je ne parle même pas de ceux qui déboulent des rues en sens interdit.
            Je risque ma vie plusieurs fois par jour !!!!
            Tout cela pour faire plaisir à des soi-disants écolos.
            Le piéton n’a désormais plus sa place à Paris !!!!

            J'aime

            Réponse
    • Bonjour,

      Ne connaissant pas la différence je viens de trouver cet article…

      <>

      J'aime

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :