Flux RSS

9 novembre 1989. Chute du mur de Berlin saluée par Rostropovovitch

Rien n’est plus fort que la musique pour exprimer une émotion si intense qu’elle est indicible.

Le 9 novembre 1989, après 30 années de blocus, les Allemands cassaient le mur de Berlin afin qu’Allemands de l’Est et Allemands de l’Ouest puissent se retrouver et se déplacer librement hors des frontières du rideau de fer. C’était une véritable révolution qui entraîna la chute de l’Union soviétique et la relative autonomie des républiques qui la constituaient car Moscou veille toujours et son conflit actuel avec l’Ukraine en est la douloureuse preuve. La plus grande réussite de la chute du mur de Berlin est incontestablement la réunification de l’Allemagne qui continue de s’affermir malgré des difficultés évidentes.

A la suite de la chute du mur, des milliers de jeunes européens et américains vinrent célébrer l’événement avec les Allemands, un pas de plus dans le pardon de cette nation impérialiste et belliqueuse qui avait fait souffrir tant de peuples. L’amitié franco allemande est sans doute la plus grande victoire jamais connue sur la haine entre les peuples et on aimerait qu’elle serve d’exemple à d’autres peuples actuellement en conflit. Si µFrançais et Allemands ont pu conjurer une haine ancestrale marquée par de terribles guerres meurtrières pour les combattants comme pour les civils, alors rien n’est impossible comme, par exemple, la paix entre Israéliens et Palestiniens …à condition de le vouloir …

Mon séjour à Berlin en 1964

J’ai séjourné une année scolaire à Berlin en 1964, un an seulement après l’érection du mur et l’enfermement des Allemands de l’Est dans un système totalitaire immonde.

A cette époque, Berlin était comme une île  cernée car les Vopos (VolksPolizei, police du peuple) et leur clones armés et menaçants dans leurs uniformes vert de gris (en fait je ne me souviens pas de la nuance exacte mais ils rappelaient trop les uniformes nazis) contrôlaient tous les points de passage dont celui qui permettait de rejoindre Berlin. Des kilomètres de voitures attendaient de pouvoir passer le contrôle.

Entre Berlin Est et Berlin Ouest, un espace de terre meuble bien ratissée pour y repérer d’éventuelles traces de pas était gardé par des chiens loups attachés par une longe glissante leur permettant de courir et des miradors gardés par des soldats aux armes bien visibles. Malgré ce précautions, des Allemands de l’Est tentaient épisodiquement au péril de leur vie de rejoindre l’Ouest. Certains ont pu profiter des manœuvres des troupes alliées pour se cacher dans les coffres des véhicules. Je me souviens d’un militaire français racontant qu’il avait « ramené un oiseau ».

On pouvait se rendre à Berlin Est depuis l’Ouest en passant par le contrôle de « Checkpoint Charlie », ce fameux point de passage où, après la chute du mur on pouvait lire « Charlie is retired » (Charlie a pris sa retraite). Je me suis ainsi rendue plusieurs fois à l’Est où j’ai pu visiter le fabuleux musée Pergamon et y admirer les immenses bas-reliefs des portes de Babylone et de celle d’Ishtar. J’ai été abordée par des jeunes qui m’ont invitée chez eux à boire de la bière et manger des saucisses, ce qui m’a valu plus tard d’être accusée d’espionnage par la police militaire et une visite des RG chez mes parents en France. Naïve et sceptique je n’avais pas voulu croire que Berlin était un nid d’espion et je devais en faire les frais. J’étais dans le déni, je ne voulais pas croire que les Allemands de l’Est et les Soviétiques étaient des méchants influencée que j’étais alors par l’idéologie communiste répandue en France chez les intellectuels. Cette expérience m’ayant servi de leçon, je suis aujourd’hui très vigilante sur le déni, en particulier celui que partagent les socialistes sur l’islamisation de la France et la réalité du Jihad.

Le métro de Berlin passait par des lignes désaffectées parce que situées à l’Est. Faiblement éclairées elles laissaient voir des soldats en arme sur les quais et c’était lugubre. De manière générale, je trouve que les photos de l’époque du mur publiées actuellement dans la presse ne rendent pas compte de la noirceur, de la tristesse, de la menace et de la grisaille qui régnaient alors. Les images gravées dans ma mémoire sont toutes en noir, blanc et gris.

Il régnait à Berlin Ouest une intense vie culturelle car les artistes du monde entier venaient nous rendre visite dans notre île. J’ai pu voir danser Rudolph Noureeve et Margot Fonteyn, écouter Juliette Gréco et Vladimir Ashkenazy ainsi que les merveilleux concerts donnés par la Philharmonie de Berlin dans une salle à l’acoustique prodigieuse toute vêtue de bois. A l’extérieur, la HansaPlatz était peuplée de sculptures contemporaines et lotie de petits immeubles de style Bauhaus aux couleurs chères à Mondrian.

De nombreuses boites de nuit dont certaine gigantesques accueillaient une jeunesse ivre de plaisirs et de rencontres. On y croisait des étudiants et de jeunes soldats français, américains ou belges membres des troupes d’occupation. L’armée allemande démilitarisée était embauchée pour dégager les rues ensevelies sous la neige abondante dans ce climat continental.Je pense qu’à cette époque la population de Berlin était particulièrement jeune.

L’horreur de la guerre était prégnante avec de nombreux immeubles en ruine constellée d’éclats d’obus et la KurfûrstendamKirche décapitée. La plus atroce vision que j’eus fut celle des objets rassemblés par les Nations unies pour illustrer la Shoah. J’y vis des tapis tissés en cheveux de juifs, des abats-jour en peau de juif et du savon fabriqué avec de la graisse de juif. L’exploitation de l’homme vivant et mort n’aura jamais été poussée plus loin que par les Nazis, ce que de nombreuses personnes continuent à ignorer en utilisant le terme nazi à tort et à travers.

Redevenue capitale de l’Allemagne, Berlin est aujourd’hui l’une des métropoles les plus séduisantes d’Europe même si elle n’a pas encore fini de faire son ménage d’après guerre. Berlin reste une destination touristique privilégiée et on y fait toujours la fête.

Pour en savoir plus

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :