Flux RSS

Pétition en faveur de la reconnaissance de la « Palestine » par la France

Lire aussi mon précédent article à propos de l’appel d’autres membres de la communauté juive (Comité d’urgence) contre la reconnaissance de l’Etat palestinien par la France. En effet, pour Shalom Akhshav (la Paix maintenant, LPM), il ne peut y avoir de paix sans la co-existence de deux états, ce que refuse la droite israélienne représentée par  le premier ministre Nétanyahou.

Je note que l’appel du « Comité d’urgence » insiste sur deux points : les frontières de 1967 qui incluent Jérusalem et la reconnaissance d’un Etat palestinien sans contrepartie, unilatéralement.

On observera la liberté d’expression des opinions différentes tant en Israël qu’ailleurs dans la diaspora. Les opposants au pouvoir en place ne craignent pas d’être tués pour leurs opinions, l’assassinat de Yitzhak Rabin  par un opposant de l’extrême droite à Tel Aviv en 1995 étant l’exception qui confirme la règle.

Vue d’un salon parisien, la co existence de deux états semble la solution idéale mais vue d’Israël, un îlot de démocratie au milieu de millions de Musulmans dont la religion prône l’extermination des Juifs, la situation est brûlante et complexe. Personnellement, je ne me permettrais pas de juger de la politique israélienne quand la sécurité de chaque Israélien ou de chaque touriste visitant Israël, est menacée à chaque seconde.

La Connectrice

http://www.lapaixmaintenant.org/L-Assemblee-nationale-francaise-et

L’Assemblée nationale française et la reconnaissance de la Palestine : plusieurs centaines d’Israéliens appuient cette initiative

par La Paix Maintenant, Shalom Akhshav

L’Assemblée nationale doit discuter le 28 novembre d’un projet de résolution invitant le gouvernement à reconnaître un État palestinien.

Nous publions ci-dessous le texte de la pétition en faveur de cette initiative, adressée à l’Assemblée nationale par plus de 700 citoyens israéliens.

En Israël, Shalom Akhshav soutient cette pétition, comme il a soutenu les pétitions antérieures adressées à différents parlements européens (Suède, Angleterre, Espagne…)

Le soutien de la Paix Maintenant

La reconnaissance d’un État palestinien par les parlements européens serait un avertissement bénéfique à la droite israélienne au pouvoir qui refuse obstinément une solution à deux États.

Une telle reconnaissance de la part du parlement français, même si elle ne peut avoir d’autre statut que symbolique, aurait un impact sur l’opinion publique israélienne et pourrait contribuer à la mobilisation des esprits en faveur d’une sortie de l’immobilisme politique dans lequel se complaît le gouvernement israélien actuel.

Le souhait d’une reconnaissance de la Palestine attesterait de l’importance que revêt la solution du conflit israélo-palestinien aux yeux de l’opinion publique française, apportant ainsi un appui précieux au camp de la paix.

Elle indiquerait aux Palestiniens que la préférence doit être donnée à une perspective politique, au détriment d’un désespoir porteur d’actes extrêmes qui leur sont également dommageables.

La Paix Maintenant partage cette position et soutient cette initiative.

Pétition israélienne adressée à l’Assemblée nationale française en faveur de la reconnaissance d’un État palestinien

Nous soussignés, citoyens de l’État d’Israël profondément attachés à la sécurité et au bien-être de notre pays, sommes angoissés par l’impasse diplomatique, l’occupation et la poursuite de la colonisation qui perpétuent la confrontation avec les Palestiniens et annihilent toute chance d’un compromis raisonnable.

Il est évident à nos yeux que la sécurité, voire l’existence de l’État d’Israël, dépendent de la création à ses côtés d’un État de Palestine souverain, vivant en bonne intelligence avec lui. Il n’y a pas d’autre choix que la reconnaissance mutuelle des deux entités nationales, définies par les frontières du 4 juin 1967 susceptibles de modifications mineures agréées d’un commun accord.

Nous saluons et encourageons votre initiative de reconnaître l’État de Palestine, que nous estimons constituer un pas significatif sur le chemin long et semé d’embûches de la paix entre les deux frères ennemis du Proche-Orient.

Au nombre des signataires :

Elie Barnavi, historien, écrivain, ex-ambassadeur d’Israël en France ;

Avraham Burg, député (1988-2006), ex-président de la Knesseth ;

Ran Cohen, député (1984-2009), ex-ministre de l’Industrie et du Commerce ;

Yaël Dayan, écrivain, députée (1992-2003) ;

Tamar Gozansky, économiste, députée (1988-2003) ;

Daniel Kahneman, professeur et chercheur, prix Nobel 2002 en économie ;

Dani Karavan, plasticien et sculpteur, prix d’Israël 1977 ;

Alex Levac, photographe, prix d’Israël 2005 ;

Avishaï Margalit, philosophe et universitaire, prix d’Israël 2010 ;

Mossi Raz, député (1999-2003), président du forum des NGO pour la paix ;

Yossi Sarid, ancien ministre de l’Éducation, député (1974-2006) ;

Joshua Sobol, écrivain et dramaturge, lauréat de nombreux prix ;

Ze’ev Sternhell, historien et penseur politique, prix d’Israël 2008 ;

David Tartakover, graphiste, prix d’Israël 2002 ;

Yaïr Tsaban, membre de la Knesseth (1981-1996), ex-ministre de la Santé ;

Nomika Zion, vit à Sdérot, membre fondateur de Une Autre Voix, qui promeut le dialogue avec les Gazaouis.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :