Flux RSS

Une femme violée en France toutes les 7 mn. Les migrants à la rescousse des violeurs ?

Coran 33.50 : « Ô Prophète ! Nous t’avons rendu licites tes épouses à qui tu as donné leur mahr (dot), ce que tu as possédé légalement parmi les captives [ou esclaves] qu’Allah t’a destinées, les filles de ton oncle paternel, lesfilles de tes tantes paternelles, les filles de ton oncle maternel, et lesfilles de tes tantes maternelles, – celles qui avaient émigré en ta compagnie -, ainsi que toute femme croyante si elle fait don de sa personne au Prophète, pourvu que le Prophète consente à se marier avec elle : c’est là un privilège pour toi, à l’exclusion des autres croyants. Nous savons certes, ce que Nous leur avons imposé au sujet de leurs épouses et des esclaves qu’ils possèdent, afin qu’il n’y eût donc point de blâme contre toi. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »

Des milliers de migrants mâles célibataires: risques de viols supplémentaires

Publié le 5 septembre 2015 – par 21 commentaires

Migrants3Toutes les photos l’attestent, les migrants sont dans leur grande majorité des mâles musulmans dans la force de l’âge qui viennent de pays où les femmes sont infériorisées, exploitées, enlevées, séquestrées, surveillées, mariées de force, victimes de crimes d’honneur, décapitées,  lapidées, vitriolées ou brûlées lorsqu’elles ne se soumettent pas à la loi des mâles. Le risque est encore plus élevé pour les non musulmanes.

En France, une femme est violée toutes les 7 minutes et la plupart des violeurs bénéficient de l’indulgence de la Justice quand les victimes osent porter plainte. Sachant que 60 % des prisonniers incarcérés sont musulmans (dixit Jack Lang) et que 30% de la population carcérale est condamnée pour crimes et délits sexuels, les femmes ont de quoi se faire du mouron. Et encore, ces chiffres ne concernent que ceux qui se sont fait prendre et ont été condamnés.

Les femmes souffrent en France de discriminations institutionnalisées mais aussi du harcèlement de rue, de sollicitations sexuelles incessantes et lourdes et risquent la violence physique lorsqu’elles n’acceptent pas de soulager un pauvre immigré « victime de ses pulsions naturelles ».

Faire venir sur notre territoire des milliers d’hommes célibataires agis par une culture qui considère la femme comme une propriété nous fait courir un risque supplémentaire objectif qu’il serait urgent de prendre en considération.

C’est bien beau de s’apitoyer sur les drames des migrants mais qui s’apitoie sur le sort des femmes qui sont chassées comme du gibier dans un pays qui se veut civilisé et subissent une atteinte insupportable à leur liberté ?.

Nous avons déjà fort à faire avec nos mâles nationaux de toutes origines et  les dix millions de musulmans légaux et clandestins qui nous méprisent, pour avoir le droit de refuser clairement et fermement la venue de milliers d’hommes musulmans en rut qui feront l’objet de l’indulgence de la justice comme c’est déjà le cas, une justice qui sanctionne faiblement et remet en liberté de dangereux prédateurs.

Messieurs les dirigeants de France et d’Europe, avez-vous vraiment l’intention de nous livrer, nous femmes, en pâture à ces hordes de mâles affamés de sexe ?

Un migrant mâle et musulman vaut-il mieux à vos yeux que vos compagnes, vos sœurs et vos filles de culture judeo-chrétienne, républicaine et laïque ?

Alice Braitberg

Une réponse "

  1. Eguybert Darmanch

    Il serait très utile :

    1 – d’appeler à une pus grande vigilance les Françaises, et même les Européennes, afin qu’elles évitent de se trouver dans des situations dangereuses
    2 – de constituer un fichier central des actes de viols sur notre territoire, relayé par des sites de réinformation ainsi que par des anonymes
    3 – de proposer aux femmes de participer à une formation d’autodéfense.
    4 – d’inciter les hommes français à s’impliquer dans la défense et la protection des femmes de notre pays.

    Je vous précise, Alice Braitberg, que je ne partage pas votre point de vue en ce qui concerne votre dernier propos : « vos sœurs et vos filles de culture judeo-chrétienne, républicaine et laïque ».

    D’une part, nous ne sommes pas judéo-chrétiens mais chrétiens tout court et il convient d’ajouter que nous ne sommes tout de même pas tenus d’avoir une religion officielle et reconnue. Je peux croire en Dieu sans être pour autant chrétien ou ce qu’on voudra d’autre.

    D’autre part, je suis d’accord pour la « laïcité dans la sphère publique » et non la laïcité tout court; je me permets de rappeler que c’est la république, telle que rédigée dans son texte constitutionnel, qui est précisément à l’origine de tous nos maux, dont ceux que vous dénoncez justement dans cet article ! ! ! D’où mon envie de vous dire que votre rédaction, au demeurant fort bien construite, souffre sur le fond d’un manque d’analyse. Par certains aspects d’ailleurs, ces références à la république, au monde juif (« judéo-« ) et à la laïcité, ressemblent d’assez près à celles des discours de madame Christine Tasin, féministe fanatique empêtrée dans ses contradictions, qui n’a strictement rien compris au problème que nous vivons, et qui finira elle aussi, tondue en place publique, faute d’avoir su ce qu’identité nationale voulait dire.

    En tout cas, vous dites bien les choses, c’est ce qui compte, mais ne tombez pas non plus dans le féminisme extrême et outrancier qui considère que l’homme serait l’ennemi inconditionnel de la femme. Je suis un homme et j’aime les femmes; et rien ne me fait plus vomir que de voir le comportement bestial et lâche de ceux que je considère être, non des hommes, mais de vulgaires clébars incapables de maîtriser leurs pulsions. Un homme qui aime les femmes s’abstient de les souiller par l’infamie du viol. J’espère que le propos que je tiens vous permettra de comprendre qu’il n’y a pas nécessairement de solidarité de genre entre hommes face au viol.

    En 2013, j’avais écrit sur la couverture d’un CD enregistré pour faire connaître l’E.B.M à quelques jeunes femmes de mon entourage : « Le viol est un acte répugnant ! Considérez les femmes avec décence, tact, respect. » « Rape is disgusting ! treat women decently, tactfully and respectfully ». C’était une manière de mettre les pieds dans le plat et de dire les choses. Car une femme doit, ne jamais se sentir coupable dans ce genre d’affaire et comprendre que quand un non-consentement de sa part a été bafoué, la responsabilité de ce déni n’appartient pas à celle qui subit l’injure.

    Par ce point que je vous fais connaître, vous voyez qu’il n’existe pas de solidarité automatique entre hommes pour ces choses-là.

    Bon courage.

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :