Flux RSS

Exploitation du corps des femmes. Le don d’ovocytes n’a rien à voir avec le don de spermatozoïdes

La Ministre de la santé vient d’annoncer que le don de gamètes (ce terme générique choisi cache hypocritement l’énorme différence entre le don d’ovocytes et le don de spermatozïdes) serait facilité pour venir en aide aux couples stériles. Ce faisant elle répond au lobby médical qui s’inquiète de ce que si peu de femmes se précipitent pour gentiment donner leurs ovocytes aux femmes en mal d’enfant dans un paquet cadeau comme l’illustre l’affiche gouvernementale ci-dessous.

Quelle donneuse de bonheur êtes-vous ? Pour le découvrir cliquez-ici

Ces gamètes sont les ovocytes et les spermatozoïdes.

Pour donner des spermatozoïdes, il suffit que l’homme se masturbe, aucune intervention médicale n’est requise sur son corps.

Il en va différemment pour le don d’ovocytes et c’est pourquoi les campagnes d’appel au don cherchent à culpabiliser les femmes qui refuseraient d’être des « donneuses de bonheur ».

Le commerce de l’infertilité rapporte gros et de nombreuses cliniques se sont lancées dans le bizness, en particulier à nos frontières, en Espagne et en Belgique où les lois sont plus souples.

Le corps médical s’inquiète du manque de donneuses d’ovocytes car il est prêt, toutes spécialités confondues, à implanter des ovocytes dans le ventre des femmes stériles en passant par la case FIV (fécondation in vitro)..Etant donné la complexité de la procédure, des dizaines de professionnels, gynécologues, obstétriciens, radiologues,  sexologues, endocrinologues, cardiologues, biochimistes, fabricants de matériel médical, infirmières, psychologues, psychanalystes, psychiatres, assistantes sociales. Entre la donneuse, la receveuse et le bébé, les cliniques spécialisées peuvent compter sur une chiffre d’affaires très conséquent. La donneuse est rémunérée par les bons sentiments puisque le don d’ovocyte est gratuit. Par contre, elle doit payer son transport pour se rendre aux consultations et examens, payer de sa personne pour les effets secondaires des hormones nécessaires à la stimulation de ses ovaires et éventuellement subir les conséquences de sa folle entreprise dans son couple. Elle doit également tirer un trait sur sa carrière car ses absences répétées pour les examens médicaux et éventuellement pour sa fatigue ne font pas l’affaire de ses patrons, même si la loi prévoit des autorisations de congés.

Les chasseurs d’ovocytes mentent aux femmes en leur faisant croire que c’est une opération aussi anodine que le don de sperme et prennent les femmes pour des idiotes en minimisant les conséquences du don d’ovocyte.

Depuis longtemps, les médecins et agences gouvernementales de santé font appel à la générosité publique pour faire des dons de matériel humain.

Afficher l'image d'origine

Ce « bonheur » cache une exploitation éhontée du corps des femmes qui prennent de sérieux risques de santé pour donner ce bonheur. En effet, de multiples examens médicaux sont nécessaires avant, pendant et après le don d’ovocytes. La donneuse doit prendre des hormones, subir des échographies et une anesthésie locale ou totale pour l’extraction du produit humain tant désiré par les médecins et la femme stérile..

A la lueur du protocole de stimulation ovarienne, on comprend que les femmes ne se précipitent pas pour sacrifier leur corps, leur santé, leur famille, leur couple, leur argent, leur temps et leur carrière pour devenir « donneuse de bonheur » comme le dit la campagne gouvernementale.

La Connectrice

La PMA, une affaire qui marche pour le lobby médical

Des milliers de sites Internet français et étrangers font de la publicité pour le don d’ovocytes, la FIV et toutes les formes de PMA ou d’AMP. Amateurs et amatrices ont le choix … à condition de pouvoir payer car la prise en charge médicale de la détresse des couples et des femmes en mal d’enfants est un commerce juteux dont s’est emparé le lobby médical avec la complicité des gouvernements qui comptent nombre de médecins et de professionnels de l’industrie pharmaceutique dans leurs rangs.

Jacques Testard père scientifique d’Amandine, premier bébé épourvette français s’inquiétait de la croissance exponentielle des Tiv (Fécondation in vitro).http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/5626-FIV-des-specialistes-denoncent-certaines-derives

La préparation de la donneuse d’ovocytes

La deuxième étape concerne l’acte de don en lui-même. Ainsi, une stimulation des ovaires est mise en place pendant 10 à 12 jours. Elle permet d’aboutir à la maturation de plusieurs ovocytes par une injection sous-cutanée quotidienne. Pendant cette période de stimulation, 3 à 4 prises de sang et / ou d’échographies ovariennes sont réalisées pour évaluer la bonne réponse du corps au traitement. Enfin, les ovocytes sont prélevés au cours d’une hospitalisation de un jour.
Pour information, les emplois du temps professionnel et/ou familial des donneuses sont respectés, et la loi prévoit même qu’elles puissent bénéficier d’une autorisation d’absence de la part de leur employeur afin d’être disponibles à chaque étape du don.

Après le don, un suivi médical de la donneuse est réalisé. Certains petits effets indésirables peuvent se manifester dans les jours qui suivent le prélèvement :  une sensation de pesanteur, de lourdeurs pelviennes ou de légers saignements. Quoi qu’il en soit, les complications sont rarissimes. Quant à la contraception, dès le déclenchement de l’ovulation, il est recommandé d’utiliser une contraception typepréservatifs jusqu’aux prochaines règles, sauf si un stérilet a été laissé en place. Le mode de contraception antérieur pourra être repris dès le premier jour des règles suivant le don.

Pour en savoir plus : Don d’ovocytes : mode d’emploi – Magicmaman.com

> Les injections d’hormones.
Ce traitement agit directement sur les ovaires, et donc sur la maturation d’un ovocyte. Les médicaments sont constitués d’hormones (gonadotrophines : FSH et/ou LH). Les injections sous-cutanées sont réalisées entre le quatrième et le treizième jour du cycle. Ce traitement ne peut être uniquement prescrit que par un médecin spécialiste, et exige une étroite surveillance.

L’ovulation elle-même ne se fera que dans un second temps. Lorsque le médecin décèle à l’échographie la présence d’un follicule mature (avec un ovocyte prêt à sortir), il déclenchera l’expulsion de l’ovocyte vers la trompe utérine grâce à l’injection d’une seconde hormone … 

L’augmentation importante du taux d’hormones due au traitement peut provoquer certains effets secondaires (bouffées de chaleur, maux de tête…), mais l’un des risques majeurs est une hyperstimulation des ovaires. Celle-ci peut se manifester par des douleurs abdominales dues à une augmentation du volume des ovaires et/ou à la formation de kystes. Autre risque majeur : un oedème pulmonaire, ou parfois un accident cardio-vasculaire.

Il arrive encore que, non pas un, mais plusieurs follicules se développent en même temps. Dans ce cas, il est préférable de suspendre le traitement de manière temporaire, et d’avoir recours aux préservatifs lors des rapports suivants afin de ne pas risquer une grossesse multiple.

Dans tous les cas, la stimulation ovarienne doit impérativement faire l’objet d’une surveillance médicale (échographies, et dosages d’hormones réguliers) et ne sera jamais envisagée sur une durée supérieure à 12 mois. Au-delà, il existe un risque potentiel de développer un cancer dit hormono-dépendant (cancer du sein, des ovaires ou de l’utérus). Mais pas de panique : pour l’heure, aucune étude ne l’a démontré.

————————————————-

 La donneuse va subir une stimulation ovarienne (c’est l’étape clé), afin d’obtenir plusieurs ovocytes lors de la ponction. De façon générale, la stimulation ovarienne est réalisée par des injections intramusculaires ou sous-cutanées quotidiennes d’hormones et dure environs 10 à 15 jours selon la réponse à la stimulation.

Durant cette période, une surveillance étroite hormonale et échographique est nécessaire pour juger :
– De la qualité de la croissance et de la maturation folliculaire
– De la qualité des doses d’hormones stimulantes à injecter
– De la date et de l’heure du déclenchement de l’ovulation

Cette surveillance s’effectue sous le contrôle d’un gynécologue, grâce à des prises de sang et des échographies régulières (tous les 2 jours environ, variable selon les protocoles). Cette surveillance est impérative et doit être réalisée très soigneusement pour éviter tout risque d’hyperstimulation qui peut être dangereuse.

L’ovulation est obtenue par une injection intramusculaire de gonadotrophine chorioniques lorsque la maturité folliculaire est acquise et se fait 36 heures avant la ponction.Le prélèvement des ovocytes s’effectue sous échographie par voie vaginale, sous anesthésie locale ou générale.

L’intervention dure environ 20 à 25 mn, et nécessite une hospitalisation de jour (entrée le matin, sortie en fin de matinée ou début d’après-midi selon l’anesthésie effectuée).

http://www.maia-asso.org/2009041182/infertilite-et-sterilite/assistance-medicale-a-la-procreation/don-d-ovocyte.html

Des risques réels minimisés pour la donneuse, la receveuse et le bébé

  • Donneuse il existe un risque potentiel de développer un cancer dit hormono-dépendant (cancer du sein, des ovaires ou de l’utérus)

Agonistes du GnRH (Décapeptyl©, Suprefact©, Synarel©) pour la mise au repos des ovaires, phase 1 de la préparation. Leurs effets secondaires sont nombreux et méconnus, leur liste est impressionnante http://enantone-effets-secondaires.hautetfort.com/effets_secondaires_france/

FSH

Quels est le risque associé à l’utilisation de GONAL-f? Les effets indésirables les plus fréquents sous GONDAL-f (observés chez plus d’un patient sur 10) sont: des réactions au site d’injection (douleur, rougeur, apparition de bleus, gonflement ou irritation). Chez les femmes, des kystes ovariens (sacs contenant du liquide dans les ovaires) et maux de tête sont également observés chez plus d’une patiente sur 10. Pour une description complète des effets indésirables observés sous GONAL-f, voir la notice. GONAL-f ne doit pas être utilisé chez les personnes susceptibles d’être hypersensibles (allergiques) à la follitropine alfa, à la FSH ou à l’un des autres composants. Il ne peut pas être utilisé chez les patientes atteintes de tumeurs de l’hypothalamus, de l’hypophyse, de l’ovaire, de l’utérus ou du sein. Il ne doit pas être utilisé lorsqu’une réponse efficace ne peut être obtenue par le patient, notamment chez les patients présentant une insuffisance ovarienne ou testiculaire ou encore chez les femmes chez lesquelles une grossesse n’est pas souhaitable pour des raisons médicales. Chez les femmes, GONAL-f ne doit pas être utilisé en cas d’agrandissement de l’ovaire ou de kyste ovarien qui n’est pas dû à un syndrome des ovaires polykystiques, ou lorsqu’il y a des saignements vaginaux inexpliqués. Pour une liste complète des restrictions, voir la notice. Chez certaines femmes, il arrive que les ovaires répondent de façon exagérée à la stimulation. C’est ce que l’on appelle le «syndrome d’hyperstimulation ovarienne». Les médecins et patients doivent être conscients de cette possibilité.http://www.ema.europa.eu/docs/fr_FR/document_library/EPAR_-_Summary_for_the_public/human/000071/WC500023742.pdf

hCG 

A la fin de la préparation, une injection d’HCG déclenche l’ovulation.

La gonadotrophine chorionique humaine (HCG) est produite à partir de l’urine de femme enceinte.

douleur ou rougeur au point d’injection, éruption cutanée,réaction allergique.

  • receveuse hypertention gestionnelle, diabète et pré éclampsie

Selon une étude présentée au congrès annuel de l’European Society for Human Reproduction and Embryology (ESHRE), ce 1ejuillet à Munich (Allemagne), les grossesses issues de dons augmentent le risque d’hypertension chez la femme enceinte, dite hypertension gestationnelle.

http://www.pourquoidocteur.fr/Femme/7052-Le-don-d-ovocytes-triple-le-risque-d-hypertension-pour-la-femme-enceinte

  • bébé risques de prématurité, de petit poids de naissance et de certaines malformations congénitales sont accrus.

http://www.onmeda.fr/conception/stimulation-ovarienne-quels-examens-pratiquer—2311-2.html

Quelles sont les hormones injectées à la donneuse

Source http://www.fiv.fr/protocole-long-fiv/

Principe commun à tous les protocoles longs

Tous les protocoles hormonaux associent 3 médicaments qui ont chacun leur rôle :

Les agonistes du GnRH (Décapeptyl©, Suprefact©, Synarel©)

Mise au repos de l’hypophyse afin de mettre au repos les ovaires et bloquer le risque d’ovulation spontanée 

Decapeptyl©

La FSH : Gonal-F©, Puregon©, Menopur© Pergoveris©,Fostimon©

Permet de stimuler les ovaires et donc la croissance de plusieurs follicules

Gonal-F©

L’hormone HcG : Ovitrelle 250©, Gonadotrophines Chorioniques 5000 Unités©

Permet de déclenche l’ovulation

Ovitrelle 250©

En fonction des éléments de votre dossier médical, le médecin choisit un protocole qui lui semble le plus favorable pour recueillir le plus possible d’ovocytes fécondables.

En pratique chaque patiente bénéficie d’un protocole adapté, parmi ceux-ci le protocole long est l’un des premiers protocoles à avoir été mis en place .

Principe du protocole long

Pour qui ?

– Lors des premières tentatives

– Réserve ovarienne à priori normale

– Indiqué lorsque la seule cause d’infertilité semble masculine

Déroulement

Le protocole commence :

– soit en première partie du cycle du 1er au 3ème jour du cycle

– soit en deuxième partie du cycle à partir du 20ème jour

Le protocole commence par l’injection d’un agoniste du GnRH : Decapeptyl© … lequel est injecté chaque jour pendant un peu moins de 3 semaines, cela permet de mettre au repos les ovaires et éviter l’ovulation prématurée.

Une douzaine de jour après le début du protocole, une injection quotidienne de FSH : Gonal-F©… est faite.

Dans le même temps, des prises de sang permettent de suivre l’augmentation du taux d’œstradiol et des échographies permettent de confirmer la bonne croissance des follicules.

Lorsque les images échographiques et les dosages d’œstradiol sont satisfaisants, l’injection d’hCG  est programmée pour déclencher l’ovulation et organiser environ 36 heures plus tard la ponction des follicules.

La durée totale de ce protocole est donc de 3 semaines à 1 mois.

Exemple de protocole long lutéal

Ci-joint un schéma simplifié avec un début de « protocole long lutéal » dit aussi «  protocole long » au 20ème jour du cycle.

Dans un souci de clarté, les médicaments indiqués représentent leur «  famille » respective et les échelles de temps ne sont pas à prendre au jour près, le protocole étant allongé ou raccourci à chaque étape en fonction de la réponse de chacune.

Plus de détails sur la stimulation ovarienne en cliquant ici

Ce schéma est fourni à titre indicatif.

Déclaration de Marisol Touraine, Ministre de la Santé

La ministre de la Santé Marisol Touraine annonce qu’elle élargit le don d’ovocytes et de spermatozoïdes aux personnes sans enfants face à la pénurie à laquelle sont confrontés les couples infertiles, dans une interview ce jeudi au quotidien Ouest France. 

Le don de gamètes – ovocytes et spermatozoïdes – jusque-là réservé aux adultes en bonne santé ayant déjà eu des enfants est élargi « à des personnes adultes qui n’ont pas d’enfants », explique la ministre. Un décret en ce sens doit être publié au Journal Officiel jeudi.Désormais même sans avoir eu d’enfant, une femme qui a entre 18 et 37 ans peut donner ses ovocytes et un homme qui a entre 18 et 45 ans peut donner ses spermatozoïdes. 

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/infertilite-touraine-elargit-le-don-d-ovocytes-et-de-spermatozoides_1726048.html

"

  1. le méchant troll qui troll pas

    Il n’y a pas besoin d’aller très loin pour se rendre compte de la problématique ici, autoriser toute forme de vente / louage du corps de la femme ce serait risquer les principes d’égalité juridique acquis. (que juridiques par contre, car on a toujours le problème des piliers de bar&co)
    Pas besoin de pointer du doigt lobbys ou entreprises farfelues pour le coup, le problème, ce sont les imbéciles de chez nous qui pensent que « la prostitution » c’est cool, le don c’est cool, après tout ça fera plaisir à des hommes sympathiques/moches/handicapés ou que sais-je.

    Contractualiser le corps de la femme, c’est la même chose qu’acheter une machine à remonter le temps.

    Faisons de la politique du trou libéralisé ! Après tout, Roger et Momo ont le droit de se vider. Non ? Et puis Sébastien et Jean Eustache veulent un bébé blond. Législateurs de mes rêves, payés à cracher sur nos principes juridiques à longueur de journée.

    Désolé, un peu hors sujet, j’avais une envie pas possible de me défouler après avoir entendu une amie à moi défendre l’idée de la prostitution légalisée, afin de « protéger » la femme. Vous pouvez supprimer ce commentaire à souhait ! (je vais regretter d’avoir écrit ça demain haha)

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :