Flux RSS

Pour les clients, la prostitution est une fête

Afficher l'image d'origine

 https://youtu.be/TTyHwHC3cJs

Les lobbies qui s’indignent contre la pénalisation des clients de prostituées et les partisans de la prostitution ne trouveront sans doute rien à dire sur l’existence des réseaux de prostitution et des organisateurs de « sex tours ».

La police vient d’arrêter 18 maquereaux à travers la France. Les prostituteurs vont sans doute aller leur apporter des oranges en prison pour services rendus à leur bas-ventre.

Des centaines de jeunes femmes originaires de Hongrie, de Chine, du Maghreb étaient mises à la disposition de clients dans des conditions particulièrement sordides. L’article ci-dessous ne précise pas les conditions dans lesquelles ces femmes avaient été contraintes à se prostituer mais on peut l’imaginer facilement. Le film « Chaos » De Colline Serreau illustre dramatiquement les méthodes violentes utilisées par les maquereaux pour contraindre les femmes à se prostituer.

Encore hier, nous apprenions l’arrestation de trois djeuns des Quartiers Nord de Marseille qui violentaient (séquestration, coups et viols) une adolescente de 15 ans pour la contraindre à se prostituer. Lors de leur arrestation, la perquisition a révélé la possession d’armes à feu et d’argent liquide. On sait que pour faire rentrer des fonds, les terroristes organisent des réseaux de prostitution, de vente d’armes et de drogue.

L’article ne donne pas les noms des criminels violents mais les lecteurs du journal « Le Parisien » ont leur idée et je la partage.

La Connectrice

 

Réseaux de prostitution en France : dix-huit personnes sous les verrous

V.F. | 04 Déc. 2015, 13h42 | MAJ : 04 Déc. 2015, 14h32 http://www.leparisien.fr/faits-divers/reseaux-de-prostitution-en-france-dix-huit-personnes-sous-les-verrous-04-12-2015-5339607.php

26
ILLUSTRATION. La police judiciaire a porté un rude coup à différents réseaux de prostitution à travers toute la France.
ILLUSTRATION. La police judiciaire a porté un rude coup à différents réseaux de prostitution à travers toute la France.
AFP

La police judiciaire a interpellé depuis la semaine dernière une trentaines de personnes, dont dix-huit ont été écrouées, liées à des réseaux de prostitution en France. Ces différents coups de filet illustrent la «diversité» et «l’importance» des filières de prostitution, selon la direction de la PJ.

L’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (Ocreth) de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) est intervenue de concert avec ses services locaux. La DCPJ estime avoir porté un «rude coup» à la prostitution «dans sa diversité» et à des réseaux «constitués» et «importants».

Prostitution sur le port de Nice. La première affaire a pour cadre le port de Nice (Alpes-Maritimes), où a été démantelé un réseau faisant travailler des Hongroises, venant toutes de la ville de Pecs, selon le patron de l’Ocreth, Jean-Marc Droguet. Une vingtaine de filles arpentaient les quais et le réseau rapportait, selon les estimations de la police, quelque 20 à 30.000 euros par mois. Quatre proxénètes présumés ont été arrêtés le 24 novembre dernier, selon le quotidien régional Nice-Matin, et écroués dans ce dossier.

«Hôtesses» dans les bars de Marseille. La seconde affaire est localisée dans le quartier de l’Opéra à Marseille (Bouches-du-Rhône). Dans des bars de nuit, de jeunes Françaises souvent originaires du Maghreb offraient leurs charmes après un verre à une trentaine de clients par jour. Neuf établissements ont été concernés par ce coup de filet le 25 novembre dernier, selon le journal La Provence.

La pratique de ces bars n’est pas nouvelle et la police judiciaire estime même que le système est rôdé depuis plus de 50 ans. Les clients ne paient pas l’acte sexuel mais des boissons à des prix exhorbitants : plusieurs dizaines d’euros pour une coupe de champagne, plusieurs centaines pour une bouteille. Certains clients repartent avec des notes très salées. Dans cette affaire, une somme de 400.000 euros en liquide a été saisie et neuf présumés proxénètes ont été écroués.

«Sex-tours» en province.Dans la troisième affaire, il s’agit de «sex-tours» organisés dans des villes de grande banlieue parisienne ou de province, comme Angers, Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) ou Beauvais (Oise). Selon le chefs de l’Ocreth, une filière venant de Chine recrutait sur internetet employait une vingtaines de Chinoises. Une somme en liquide de 100.000 euros a été saisie par la PJ et cinq présumés organisateurs ont été écroués à l’issue de leurs gardes à vue.

Déplacer les prostituées dans toute la France, au gré de «sex tours» organisés notamment via internet, est d’ailleurs un mode opératoire de plus en plus utilisé par les réseaux criminels afin de tromper la vigilance des forces de l’ordre. Les annonces vantant les talents de «masseuse» de jeunes femmes «de passage» dans des villes de province se multiplient sur les sites de petites annonces gratuites. Les filles viennent souvent en France avec des visas touristiques, selon la police, pour ne pas attirer l’attention.

Les prostituées dans toute la France au gré des «sex-tours»

Le 19 mai dernier, l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (Ocreth) de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) avait déjà démantelé un réseau international de prostitution spécialisé dans les «sex-tours». Vingt-sept personnes avaient été interpellées entre la France et la Roumanie dans le cadre de cette affaire. Là encore, ce «vaste réseau» de proxénètes organisait des «sex-tours» depuis la Roumanie afin que des jeunes filles «à peine majeures» se prostituent en France, à Dijon, Paris, Lyon, Bordeaux ou Marseille. Chaque fille rapportait mensuellement aux souteneurs quelque 8 000 euros et elles effectuaient une quinzaine de passes par jour «parfois sous les coups», de source policière.

"

  1. Non, il n’y a pas de nuances dans le proxénétisme et l’exploitation des êtres humains.Le corps des humains n’est pas une marchandise.Aucun humain ne se prostitue par plaisir. Les prostitués(es) sont souvent victimes de proxénètes violents qui les contraignent à se vendre ou ces personnes sont contraintes de vendre leur corps par nécessité économique,pour survivre tout simplement. Aucun être humain, nulle part sur cette planète n’a pour ambition de finir dans la prostitution et de se vendre à des pervers afin que ceux-ci puissent réaliser leurs fantasmes les plus ignobles.

    J'aime

    Réponse
  2. Merci, Lerouge, pour cette information

    J'aime

    Réponse
    • C’est loi qui différencie le proxénétisme de soutien du proxénétisme de contrainte ! avec des échelles de peine . Et oui, M. Le Rouge, il existe des nuances. Bien entendu, la pensée manichéenne est beaucoup plus confortable… C’est celle qui amène à ce projet de loi stupide : les prostituées sont toutes des victimes, les clients sont tous des salauds… Etrange que des victimes en viennent à manifester pour se battre pour leur gagne -pain, et refuse ce paternalisme d’état suranné et la solution qu’on leur propose de l’assistanat qu’elles refusent !

      J'aime

      Réponse
      • laconnectrice

        Le(pas)sage,

        Vos enfants sont-ils heureux à l’Académie de la prostitution ? Ils ont trouvé un stage à Bangkok ou dans le califat de l’EI ?

        J'aime

        Réponse
  3. J’ai envie de vomir quand je lis,écris par un type qui se fait appeler »lesage »,une horreur telle que: »Le proxénétisme de soutien n’est pas la même chose que le proxénétisme de contrainte. » Quelle honte,un maquereau c’est un maquereau,les méthodes sont les mêmes,basées sur la violence,les coups,les intimidations,les menaces…Honte à vous d’encourager le proxénétisme.

    J'aime

    Réponse
  4. Lesage,qui n’a rien de sage d’ailleurs fait partie des pervers qui sur le site youppie.net encourage la prostitution.Ces pauvres types n’ont aucune compassion pour l’énorme majorité des filles qui sont contraintes à vendre leurs corps,eux ils ne pensent qu’à assouvir leurs instincts bestiaux.Même les animaux ne se comportent pas aussi bassement.

    J'aime

    Réponse
  5. Libre et indépendante ???? Vos pensées sont formatées par le discours abolitionniste dont vous reprenez la terminologie. Vous tombez dans le travers sensationnaliste des journaleux de bas étage. L’article de presse qualifie de « réseau criminel » un organisateur de sex-tours. Il n’y a rien de criminel à assurer la logistique à l’étranger d’une fille qui se prostituait déja dans son pays d’origine , je ne vois pas ce que vient faire le crime la dedans…. Il existe des forums russes ou les filles débattent des meilleurs organisateurs de sex tour et elles font jouer la concurrence.
    « L’article ci-dessous ne précise pas les conditions dans lesquelles ces femmes avaient été contraintes à se prostituer mais on peut l’imaginer facilement. » : la vie n’est pas faite que de noir et de blanc : il y a toute une série de nuances de gris dans la prostitution. Que toute prostitution soit contrainte, c’est le fantasme des abolitionnistes, ce n’est pas une vérité absolue. Mais tout est tellement plus simple et confortable pour la pensée manichéenne…

    J'aime

    Réponse
    • Honte à vous de venir me donner des leçons du haut de votre anonymat courageux avec un vocabulaire de maquignon « les filles, les filles ». Ecoeurant !
      C’est mon dernier mot

      J'aime

      Réponse
  6. « Les prostituteurs » : vous vouliez peut être écrire « prostitueurs » pour reprendre la vulgate des abolitionnistes. Vous confondez prostitution et traite. Votre article déverse du pathos qui n’apporte rien au débat. Il y a de l’esclavagisme sordide qu’il convient de sanctionner très lourdement d’autant qu’elle s’exerce sur des personnes mineures, et de la prostitution libre. Le proxénétisme de soutien n’est pas la même chose que le proxénétisme de contrainte. Dans le cas des « sex-tours » , les filles qui exercent s’appuient sur un service logistique et d’organisation qu’elles ont elles mêmes sollicitées depuis leur pays d’origine. Les organisateurs sont rémunérés sur ce service et la prostituée conserve une part majoritaire de ses gains. On ne peut pas mettre sur un même plan le proxénétisme de contrainte et le proxénétisme de soutien.

    J'aime

    Réponse
    • Vous ne manquez pas d’arrogance en écrivant

      Votre article déverse du pathos qui n’apporte rien au débat

      Je m’exprime en tant que femme libre, indépendante et humaniste et vous ?

      J'aime

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :