Flux RSS

Rouen 19 décembre 2015. Elise violée et assassinée avec Julien par un rwandais récidiviste

3-IMG_1347RIP Elise Fauvel 24 ans, Julien Tesquet 31 ans 

Toute mes sincères pensées aux familles et aux proches 

Les médias n’en ont pas parlé. Seulement une information locale.

Si le programme de censure de l’Internet, PHEME, avait été opérationnel, les articles ci-dessous auraient été stigmatisés d’un bandeau rouge comme non véridiques.

Deux jeunes martyrisés et assassinés à la veille de Noël par un migrant africain libéré par anticipation après un premier viol connu et condamné à être expulsé du territoire, mesure non effectuée. Merci à la justice Taubira qui n’allait tout de même pas sévir contre un noir-victime-du-racisme-des-blancs.

Jean-Claude Nsengumuzika n’était pas raciste, il a choisi deux victimes blanches, un pur hasard diront les droits-de-lhommiste, si un couple de noirs était tombé sur lui, c’est sur qu’il aurait violé la femme et assassiné le couple pareillement ….Un pauvre innocent vous dis-je, une victime de la société raciste des blancs et un justicier qui a châtié comme elles le méritaient deux jeunes saouls qui s’étaient encanaillés dans une boite de nuit. Les coupables, ce sont les victimes comme c’est très souvent le cas dans notre société pseudo démocratique.

Vivement 2017 qu’on en finisse avec les hypocrites incapables et haineux qui nous dirigent.

Moi c’est décidé, je voterai pour le changement quel qu’il soit, ce ne saurait être pire que ce que nous subissons actuellement

La Connectrice

Rouen, un peu plus de quatre heures du matin, dans la nuit du 19 au 20 décembre. A la sortie d’un bar, une jeune femme essaie d’aider son ami, sérieusement éméché, qui peine à tenir debout. Et cela va être dur car il reste encore un kilomètre pour rentrer à l’appartement.

Qui peut-elle bien voir, la jeune Elise, dans cet homme qui propose son aide ? Imaginons. Un parfait inconnu, dont il faut se garder de lui accorder une confiance aveugle, ou un homme noir, un migrant, un réfugié, peut-être, en tous les cas, un « être humain comme moi « ? A quoi donne-t-elle la priorité, Elise : au plus élémentaire principe de précaution, qui consiste, face à un homme qu’elle ne connaît ni d’Eve ni d’Adam, à faire preuve de prudence, d’abord, et de sagesse, ensuite, en ne l’invitant pas chez elle ? Ou s’attache-t-elle plutôt à la couleur de peau de ce Rwandais ? Vingt ans passés sur les bancs de l’Education nationale dans une société qui a érigé l’antiracisme en religion, ne laisserait pas de traces ? Alors, Elise, 24 ans, n’est pas raciste et elle le prouve.

Parlons maintenant du «  bon Samaritain »,  le suspect présumé,  sur lequel pèsent d’accablants faisceaux de présomption. Condamné à huit ans de prison, en 2011 pour viol, assortis d’une interdiction définitive du territoire français – alors qu’il y effectue sa peine ! –  Jean-Claude Nsengumuzika, 34 ans, avait été remis en liberté, il y a trois semaines. En outre, il venait juste d’être arrêté, officiellement pour ne pas avoir signalé son lieu de domicile, comme son inscription au FIJAIS l’y obligeait, officieusement parce que la SRPJ – grâce aux caméras de vidéosurveillance, le soupçonnait d’être l’auteur du double-meurtre rouennais.

Récapitulons. Premièrement, libéré en novembre 2015 pour une peine de huit ans de prison prononcée en 2011, le violeur aura donc effectué exactement la moitié de la période requise. Deuxièmement : l’obligation faite à un détenu libéré de donner une adresse fixe peut ainsi être remplie… quand il se révélera impossible de le localiser, autrement dit, après sa sortie et non avant, comme le commanderait la logique. Troisièmement, il semblerait que l’avis de l’expert psychiatre quant aux troubles psychotiques et à l’altération de discernement au moment du premier viol, en 2009, n’ait pas été pris en compte par la justice. Auquel cas, s’il avait été hospitalisé au long cours dans le service médical concerné, Elise et Julien n’auraient pas été étranglés ni Elise violée.

Et le plus intolérable, dans cette tragédie ? Ce violeur Rwandais, arrivé en France en 2001, se trouve depuis toujours en situation irrégulière ! Pire, il aurait dû être expulsé, seulement 14 ans plus tard donc, dès sa sortie de prison, fin novembre 2015 !

Voilà ce qu’engendre la conséquence de l’aveuglement idéologique et de l’impéritie de la justice conjugués à l’effacement de l’instinct de conservation par réflexe pavlovien antiraciste. Et, à cause de cela, c’est deux familles de plus, cette année, qui pleurent ses êtres chers…

Caroline Artus

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/4776596/accueil/double-meurtre-a-rouen–le-suspect-apprehende-par-la-pj-a-deja-ete-condamne-pour-viol#.VoN3XxWLTIW

Le jury populaire avait prononcé une interdiction définitive du territoire français, mais cette décision n’a pas été exécutée.

Ecrivain

Nous connaissons l’assassin mais qui sont les complices de ce double meurtre ?

Élise Fauvel, 24 ans, assistante de direction en recherche d’emploi, et Julien Tesquet, 31 ans, infirmier au CHU de Rouen, ont été assassinés dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 décembre 2015.

Élise a été violée avant d’être tuée.

L’auteur de ce double meurtre, et du viol, vient d’être arrêté. L’ADN retrouvé sur les lieux du double crime (l’appartement d’Élise Fauvel, à deux pas de la place du Vieux-Marché à Rouen) prouve sa culpabilité sans le moindre doute.

Les deux corps dénudés étaient allongés côte à côte sur le sol.

Le « tueur présumé » : il s’agit d’un Rwandais de 34 ans, Jean-Claude Nsengumukiza, en situation irrégulière en France depuis 2001.

Condamné en 2011 à 8 ans de prison par la cour d’assises de la Seine-Maritime pour avoir (déjà) violé une jeune Rouennaise dans la nuit du 4 au 5 août 2009.

Il avait été libéré trois semaines plus tôt, en novembre, du Centre pénitentiaire du Havre, après seulement quatre années d’emprisonnement.

Le jury populaire avait prononcé une interdiction définitive du territoire français. Il aurait donc dû être expulsé dès sa libération, mais cette décision n’a pas été exécutée.

Alors je pose cette question : le coupable – ce monstre – va payer, certes, mais les complices de ce double meurtre :

– ceux qui l’ont fait sortir de prison 4 années plus tôt,

– ceux qui l’ont laissé libre de circuler dans la région rouennaise,

– ceux qui n’ont pas procédé à son expulsion

ne sont-ils pas les complices de ces deux assassinats ?

Sans leur laxisme, le délitement de leurs fonctions, le désintéressement total de la vie d’autrui, le manque total de fermeté de leurs hiérarchies, deux jeunes Français innocents seraient toujours en vie aujourd’hui.

Ces magistrats et ces fonctionnaires vont-ils poursuivre leurs carrières en toute tranquillité ? Auront-ils des nuits calmes ? Ne seront-ils pas hantés par les fantômes d’Élise et de Julien ?

C’est tout le malheur que je leur souhaite, puisque je n’ai pas le pouvoir de les condamner !

Madame le garde des Sceaux, Christiane Taubira, êtes-vous fière de votre justice ?

Comme il est dommage, certaines fois, que la peine de mort ait été abolie ! C’est le seul châtiment que mérite ce genre de monstre !

Une réponse "

  1. Épouvantable!

    Être blanc en ce début de 3e millénaire n’est pas la bonne couleur de peau car cela coïncide avec le déclin de l’Occident, et j’oserais dire que quelques pays seulement l’ont porté à bout de bras, cet Occident, la France certainement…

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :