Flux RSS

Jacqueline Sauvage en prison jusqu’en avril

Jacqueline Sauvage est une dangereuse terroriste qui « grace » à la grâce présidentielle n’effectuera que la moitié de sa peine de prison. Elle sera libérée au mois d’avril et devra porter pendant 5 ans un bracelet électronique. Tout le monde semble content et l’intéressée a poussé un cri de joie à l’annonce de la réduction de son séjour en prison car elle n’y croyait pas.

Le président Hollande a coupé la poire en deux sous la pression des 500 000 signataires de la pétition demandant la libération de Jacqueline Sauvage et celle des magistrats qui fulminent de se voir un peu désavoués.

Le responsable de ce fiasco est l’avocat général Frédéric Chevallier qui voulait la peau de Jacqueline et a tout fait pour que deux jurys populaires la condamnent à dix ans de prison ferme.

l’avocat général Frédéric Chevallier en demandant aux jurés de confirmer la peine prononcée en première instance les a clairement orientés vers la confirmation du premier jugement secondé par les médias qui reprenaient ses propos : elle a tué son mari de trois balles dans le dos. 

« La légitime défense n’est absolument pas soutenable. Aux violences de son mari, elle aurait dû répondre par un acte proportionné, immédiat et nécessaire. Face à un coup de poing qui se solde par trois jours d’ITT, elle tire trois balles », a dénoncé l’avocat général. « Trois coups de feu tirés dans le dos, ce n’est pas admissible », a-t-il martelé. http://www.europe1.fr/faits-divers/battue-pendant-47-ans-jacqueline-sauvage-est-condamnee-a-dix-ans-de-prison-2630491

-10 septembre 2012, Jacqueline tire sur son mari :  dans un pavillon résidentiel de la Selle-sur-le-Bied, une commune d’environ un millier de personnes, dans le Loiret, Jacqueline Sauvage tire sur son mari Norbert Marot trois coups de fusil dans le dos et le tue.

-9 septembre 2012 : Pascal, le fils également victime des violences de son père s’est suicidé par pendaison. Jacqueline Sauvage affirme avoir vécu 47 années de violences conjugales, et les trois filles du couple ont été abusées sexuellement par leur père.

Source 

Les médias insistent sur le fait qu’elle a tiré dans le dos de son mari mais ne disent pas un mot fu fait que son fils Pascal s’était suicidé la veille. Si tirer dans le dos est une circonstance aggravante, le suicide d’un enfant victime des mêmes violences que sa mère et ses soeurs devrait être une circonstance atténuante.

Je ne comprends pas ce silence sur le suicide de Pascal qui, on s’en doute, a eu un impact certain sur la décision de sa mère.

Certains, trop nombreux et ignorants, s’étonnent de ce que Jacqueline Sauvage ait pu endurer les violences et viols de son mari pendant 47 ans. Pour expliquer cet apparent immobilisme ou soummission, il est nécessaire de prendre en considération plusieurs éléments.

  1. le mari de Jacqueline, Norbert Marot, était un homme toujours en colère, irascible et violent. Il avait d’ailleurs été exclu de son club de chasseurs pour cette raison. Le résultat étant que tout le monde, famille et village compris, évitait de le contredire et de se frotter à lui.
  2. Jacqueline était victime du syndrome de la femme battue, un comportement qui reproduisait celui de sa mère également battue et bridait sa volonté.
  3. Au départ, la femme battue est amoureuse et pense que son homme va changer. Elle supporte en espérant et finalement elle est prise au piège par toutes sortes de menaces physiques matérialisées par le coups et par la manipulation psychologique dont jouit le mari en la faisant souffrir. Un prédateur est un homme très intelligent qui sait où appuyer pour faire mal afin d’annihiler la résistance de sa proie. A coups de réflexions dévalorisantes, il enlève la dignité et l’estime de soi de sa malheureuse compagne. Il la trompe parce qu’elle est « moche » et ne « sait pas y faire ». Il l’humilie dans l’intimité comme publiquement « Tu ne sais rien faire, « tu ne comprends rien », « tu es bête », « tu as vu de quoi tu as l’air ? », « Sans moi tu ne serais rien », « C’est grâce à moi que tu es nourrie et logée », « tu n’arriveras jamais à rien sans moi », etc.
  4. Les femmes manquent trop souvent d’estime d’elles mêmes dans une société qui préfère les hommes et traite les femmes comme des sous-hommes : faire valoir, potiches, bonnes à tout faire, servantes, repos du guerrier, sexe monté sur deux pattes, pute en puissance, sous-salariée pour sous salaire, etc.
  5. Une femme battue vit dans un état de terreur intériorisée et constante. Elle sait que si elle contrarie son mari, ses enfants et elle-même subiront de terribles châtiment. Elle ne raisonne plus, elle a acquis des réflexes de protection.
  6. L’entourage sait mais ne dit rien parce que le mari fait peur et aussi « parce que c’est comme ça », sans compter ce proverbe arabe (?) qui dit « bats ta femme, si tu ne sais pas pourquoi, elle sait pourquoi tu la bats ». Et puis il est populaire de dire qu’une femme battue l’a cherché, tout comme une femme violée. La femme est toujours au moins double fois coupable. Il n’empêche que les voisins savaient, que les urgences de l’hôpital savaient mais qu’il n’y a eu aucune intervention radicale sauf … celle de Jacqueline à la fin.

Plus de 130 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint en 2014 et les violences conjugales sont le quotidien de dizaines de milliers de femmes en France. La société excuse ces violences comme le maire du 19eme et Bertrand Delanoë qui ont protégé Yacine Chaouat adjoint au maire François Dagnaud, condamné pour violences conjugales.

Beaucoup de Françaises et de Français espèrent que le drame de Jacqueline Sauvage lèvera l’omerta sur les violences conjugales et le syndrome des femmes battues et que des mesures efficaces seront prises pour enrayer ce problème de santé et d’honneur publics.

Je ne me fais guère d’illusion sur l’efficacité du gouvernement qui lance des campagnes inefficaces mais j’espère en notre peuple qui sera plus vigilant pour signaler ces violences et soutenir les femmes battues et leurs enfants de quelque manière.

La Connectrice

 Lire aussi

Le témoignage des filles de Jacqueline

Extrait…

« Ce n’était pas une claque, c’était à coups de poings et de pieds ». L’une des filles du couple, Sylvie Marot, a accepté de témoigner en exclusivité auprès d’Europe 1. Elle comprend que sa mère, victime d’un calvaire quotidien, soit arrivée à une telle extrémité. « C’est quelqu’un qui avait le mal en lui. Il était toujours méchant, il a quand même violé mes deux sœurs dans leur jeunesse. Moi, j’ai subi des attouchements de lui, il a été très violent avec maman. Ce n’était pas une claque, c’était à coups de poings et de pieds qu’il la tapait. Il a aussi été violent avec mon frère », raconte-elle au sujet de leur père, également porté sur l’alcool.

« Elle voulait que ça s’arrête ». C’est pourquoi Sylvie Marot va même jusqu’à soutenir le geste de sa mère : « Moi, ce que je voudrais démontrer, c’est que maman n’avait pas spécialement le choix. Maman a fait feu sur mon père parce qu’il l’avait encore frappée. Elle ne voyait plus d’issue. Elle s’est défendue parce qu’elle avait peur qu’il passe à l’acte et qu’il la tue, elle. Elle voulait que ça s’arrête ».

« Sa vie, ça a été sa prison ». Aujourd’hui âgée de 68 ans, Jacqueline Sauvage est incarcérée depuis plus d’un an. Mais pour sa fille, sa place est « avec nous ». En effet, Sylvie Marot estime que sa mère « a assez souffert toute sa vie ». « Sa vie, ça a été sa prison. Elle a été en prison pendant plus de 40 ans. Là, maintenant, elle devrait être avec nous »…

"

  1. Quel dommage de parler quand on ne connaît pas ! Amalgames, généralités, banalités… et pour couronner le tout, insultes envers un Procureur qui, lui, a eu accès au dossier et a pu constater, par exemple, que si on ne parle guère du suicide du fils (en fait, il en a été largement question) c’est parce qu’il a été démontré que Mme SAUVAGE l’ignorait lorsqu’elle a abattu son mari…. Trop facile de refaire l’histoire… Alors, pitié, chère blogueuse : TAISEZ VOUS !

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :