Flux RSS

Salah Hamouri et Elsa Lefort exigent que leur enfant naisse à Jérusalem

Pourquoi Salah Hamouri, franco-palestinien et Elsa Lefort, française,  ameutent-ils le monde antisioniste afin que leur bébé naisse à Jérusalem ? Et pourquoi la Justice israélienne a-t-elle refoulé cette femme enceinte de 7 mois ?

L’enjeu est clairement politique car il apparaît que les époux Hamouri-Lefort et leurs familles ont engagé un rapport de force qui découle de leur engagement antisioniste contre les territoires occupés et pour la « palestinisation-islamisation-arabisation » de Jérusalem par la démographie.

De l’autre côté, on peut comprendre que les autorités israéliennes ne tiennent pas à favoriser en Israël la présence de personnes qui leur sont délibérément hostiles et qui le justifient pour des motifs politiques. Cette méfiance est d’autant plus compréhensible que le peuple israélien subit depuis des années des attaques souvent mortelles en provenance de l’ennemi de l’intérieur, en particulier des attaques quotidiennes au couteau ou au tournevis.

Le cas Salah Hamouri arrêté en 2005, libéré en décembre 2011

Salah Hamouri est né à Jérusalem d’une mère française et d’un père jérusalemite. Il a été condamné à 7 ans de prison pour avoir comploté pour assassiner un rabbin. Son cas a fait l’objet de pétitions et de demandes d’intervention du gouvernement français pour obtenir sa libération. Sous Sarkozy, en 2008  Rama Yade, alors secrétaire des Droits de l’Homme,  avait répondu « …Lors de l’audience le 10 avril dernier, Monsieur Hamouri a reconnu avoir été en compagnie de Monsieur Moussa Darwish, accusé d’avoir voulu assassiner le rabbin Obadia Yossef et condamné pour cette tentative d’assassinat à 12 ans de prison. Monsieur Hamouri a reconnu qu’il avait essayé d’expliquer à son camarade qu’il valait mieux reporter cette tentative par manque d’armes et de munitions. Le juge a alors accusé le prévenu de tentative d’assassinat avec préméditation. Monsieur Hamouri a déclaré être en accord avec l’énoncé des faits et n’avoir rien à ajouter. Le 17 avril dernier, le juge a relevé que Monsieur Salah Hamouri n’a exprimé aucun regret et l’a condamné à une peine de réclusion assortie d’une peine probatoire de 3 ans à sa libération… »

Cette réponse lui a valu les foudres de la mère française de Salah Hamouri, Annick-Denise Guidoux-Hamouri qui exprime clairement son engagement antisioniste et son hostilité vis-à-vis des institutions israéliennes et de celles du père d’Elsa Lefort, ex député communiste militant pro-palestinien. (voir ci-dessous « pour en savoir plus »)

Elsa Lefort, fille de l’ancien député communiste Jean-Claude Lefort

Elsa Lefort, enceinte de 7 mois, épouse de Salah Hamouri depuis deux ans est la fille de Jean-Claude Lefort, ancien député communiste et chef de file de la lutte en faveur de Salah Hamouri, devenu son gendre, depuis son interpellation. On peut comprendre que les autorités israéliennes puissent se méfier de la fille d’un ancien député communiste antisioniste et militant de la cause palestinienne depuis des années. On peut comprendre aussi que ces mêmes autorités se méfient de l’épouse d’un militant palestinien, fils d’une militante antisioniste, Annick-Denise Guidoux-Hamouri qui ne cache pas ses opinions anti-israéliennes.

Qui aimerait recevoir chez soi des gens qui le haïssent ?

Le véritable drame est celui du bébé qui est devenu un enjeu politique pour des parents qui placent leur engagement politique au-dessus de l’intérêt de leur enfant. Des parents responsables et aimants mettraient leur bébé à l’abri de la polémique et le feraient naître en France puisqu’ils sont français.

La Connectrice

Pour en savoir plus

  • Pour l’Express, l’affaire repose avant tout sur la volonté de contrôler la démographie de Jérusalem au détriment de sa population palestinienne

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/le-combat-d-une-francaise-pour-retrouver-son-mari-et-accoucher-a-jerusalem_1759478.html

  • Lettre de Jean-Claude Lefort, député honoraire, père d’Elsa Lefort, à Rama Yade 06/03/2008

…Et vous avez déclaré, Madame la Ministre, dans un débat au Sénat que « Israël est un État de droit » ! Et vous êtes en charge des droits de l’Homme dans le monde. Et vous avez affaire ici à un citoyen français victime d’un arbitraire absolu. Et votre Chef de cabinet raconte des contrevérités. Et vous n’agissez pas pour la libération de Salah Hamouri. Trop c’est trop, Madame !

Je vous demande donc non seulement de demander à vos services sérieux et esprit de responsabilité mais aussi et surtout , je vous demande instamment, pour les raisons indiquées ci-dessus, d’agir dans les meilleurs délais pour obtenir en l’exigeant auprès des autorités israéliennes, qui foulent aux pieds avec arrogance et en toute impunité les droit de l’Homme, la libération de Salah Hamouri.

J’attends que vous me répondiez personnellement à cette lettre et ceci non pas dans un délai de deux mois. Il y a un jeune français de 22 ans injustement emprisonné en Israël qu’il vous revient de sortir de là. Vous ne pouvez pas, sous peine de pratiquer vous aussi un insupportable « deux poids, deux mesures », demander d’un côté la libération du caporal Shalit et de l’autre demander un « procès rapide » pour Salah Hamouri. C’est la libération des deux qu’il convient d’exiger. Ou alors quoi ?…

 

http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article6103

https://fr.wikipedia.org/wiki/Salah_Hamouri

  • Egalité et réconcilation, le site d’Alain Soral

L’information connue de certains était restée jusqu’ici secrète. Jean-Claude Lefort, ancien député communiste a décidé de monter au créneau. « Décidément, on ne laissera pas tranquille Salah Hamouri », dénonce – t-il dans un communiqué. « Mais cette fois le cynisme est absolu : c’est sa femme, Elsa Lefort, enceinte de leur enfant, qui a été refoulée d’Israël !, » continue M. Lefort, le père de cette jeune femme.

Elsa Lefort est partie vivre à Jérusalem en 2014 où elle s’est mariée en juin de la même année avec cet ancien prisonnier, détenu dans une geôle israélienne pendant près de 7 ans (mars 2005-décembre 2011), reconnu coupable par un tribunal militaire (illégal au regard du droit international) d’avoir voulu fomenter un attentat contre un rabbin, Ovadia Youssef, aujourd’hui décédé. Alain Juppé, à l’époque numéro 1 du Quai d’Orsay, finira par avouer que le dossier d’accusation était vide.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/La-femme-francaise-de-Salah-Hamouri-enceinte-expulsee-d-Israel-37294.html

  • Association France-Palestine

Réponse de la mère de Salah Hamouri à la lettre scandaleuse de Rama Yade

« Vous ne pouvez vous transformer en avocate de la justice militaire israélienne, Madame la Secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme en France ! »

Denise Hamouri, vendredi 23 mai 2008

Madame Annick- Denise Hamouri Po box 19587 Jérusalem

Jérusalem, le 20 mai 2008

Madame la Secrétaire d’Etat,

Je me permets de vous adresser ce courrier suite à votre lettre datée du 13 mai que m’a transmis bien évidemment Monsieur Jean-Claude Lefort, député honoraire, concernant la situation de mon fils Salah Hamouri détenu injustement en Israël.

Je dois vous avouer, Madame, que votre lettre m’a profondément choquée. Vous y donnez en effet certaines « informations » qui méritent corrections et rectifications.

Tout d’abord, je rappelle que c’est dans le cadre d’une Cour de justice militaire que Salah et nous-mêmes ses parents avons du accepter un « plea bargain » (un compromis). Nous n’avions pas d’autres choix. C’était « soit vous acceptez 7 ans de prison, soit vous prenez la responsabilité d’encourir une peine plus lourde ». C’est à la suite de ce chantage et dans ce cadre tout particulier, qui ne vous échappera pas, que Salah a déclaré être en « accord » avec l’énoncé des faits et ne rien avoir à déclarer. C’est clair.

Vous appelez une « tentative d’assassinat avec préméditation » le fait d’être passé en voiture avec un ami devant la maison du Rabbin Yossef Obadia et d’avoir pensé un moment à le tuer, cela sans aucune arme ni munitions et sans que rien de concret n’ait été prouvé. Vous ne pouvez vous transformer en avocate de la justice militaire israélienne, Madame la Secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme en France !

Vous précisez ensuite que Mousa Darwish a été condamné à 12 années de prison pour ces « faits », sous-entendu : Salah doit s’estimer heureux de la clémence du juge qui ne lui en a donné que sept…. Peut- être devrions-nous aussi le remercier ?

Concernant l’appartenance au FPLP, Salah est accusé (toujours dans le cadre de ce « plea bargain » qui ne laisse pas de choix) d’appartenir à un mouvement de jeunesse « proche » du FPLP. Il y a ici une nuance certaine (son avocate, Maître Lea Tsemel, pourrait vous l’expliquer)

Vous écrivez plus loin que le 17 avril, Salah ne s’étant pas excusé, le juge l’a donc condamné !!!! Je dois comprendre que s’il avait présenté des regrets ou des excuses, il serait à la maison ? C’est bien mal connaître la justice militaire occupante !

Nous avons aussitôt posé la question à Maitre Lea Tsemel, en présence du représentant du Consulat Général de France à Jérusalem qui peut en attester, et nous lui avons demandé si elle était en mesure de nous donner des garanties sur une autre issue s’il s’était excusé. Elle nous a répondu qu’elle ne pouvait évidemment pas en donner (ni peine moins sévère, ni encore moins libération). C’est un « plea bargain » encore une fois, où on se met d’accord par avance sur la sentence. C’est peut être étrange pour vous mais c’est courant ici.

Salah ne s’est pas excusé et ne il s’excusera pas dès lorsqu’il n’a rien fait. Le rabbin Obadia Youssef s’est-il excusé auprès des Palestiniens quand il a dit publiquement que les Arabes étaient des « cafards qu’il fallait exterminer » ?

Madame, on ne s’excuse pas de vivre sous une occupation étrangère car là est le problème central que vous occultez. Il n’est pas mentionné une seule fois dans votre courrier que la Palestine est occupée illégalement par Israël. Cet « oubli » est pour le moins étrange de la part d’une Ministre qui, de surcroît, est en charge des droits de l’Homme dans le monde.

Les droits de l’Homme commencent par la dignité. Et Salah ne perdra pas la sienne en s’excusant comme un petit garçon honteux auprès d’un représentant de l’occupation.

En conclusion, vous lui souhaitez de finir sa peine de 7 ans en prison avec, il est vrai, l’assistance des agents consulaires. Merci beaucoup…

J’ai pourtant lu au point de presse du MAE (24 avril) que la France avait une nouvelle position officielle au sujet de Salah et qu’elle demandait désormais une « issue humanitaire » compte tenu des 3 années déjà passées en prison. C’est d’ailleurs ce que dit aussi l’Elysée. Mais rien de tel dans votre courrier… Pourrais-je savoir pourquoi ? Il s’agit pourtant de votre Ministère et de la Présidence ….

En espérant que ces informations vous apporteront les éclaircissements nécessaires, je vous prie d’agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de mes sentiments distingués.

Madame Annick- Denise Guidoux –Hamouri


Voici la lettre honteuse que la Secrétaire d’Etat, reprenant à son compte les thèses de l’occupant, a osé écrire au député honoraire Jean Claude Lefort qui l’avait légitimement interpelée. Il a communiqué cette lettre à la famille de Salah :

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Le secrétariat d’Etat chargé des Affaires étrangères et des droits de l’homme

N° 1532

Paris, le 13 mai 2008

Monsieur le Député,

Par votre courrier en date du 11 avril, vous avez bien voulu appeler mon attention sur le procès de Monsieur Salah Hamouri, ressortissant franco-palestinien, accusé d’appartenance au FPLP et de tentative d’assassinat d’une personnalité religieuse, et je vous en remercie.

Afin de répondre à vos inquiétudes sur la situation de Monsieur Hamouri, je tenais à vous faire part d’un certain nombre d’informations sur le sujet.

Lors de l’audience le 10 avril dernier, Monsieur Hamouri a reconnu avoir été en compagnie de Monsieur Moussa Darwish, accusé d’avoir voulu assassiner le rabbin Obadia Yossef et condamné pour cette tentative d’assassinat à 12 ans de prison. Monsieur Hamouri a reconnu qu’il avait essayé d’expliquer à son camarade qu’il valait mieux reporter cette tentative par manque d’armes et de munitions. Le juge a alors accusé le prévenu de tentative d’assassinat avec préméditation. Monsieur Hamouri a déclaré être en accord avec l’énoncé des faits et n’avoir rien à ajouter.

Le 17 avril dernier, le juge a relevé que Monsieur Salah Hamouri n’a exprimé aucun regret et l’a condamné à une peine de réclusion assortie d’une peine probatoire de 3 ans à sa libération.

Des agents consulaires représentant notre poste ont été présents durant tout le déroulement du procès de Monsieur Hamouri et ont assisté la famille du prévenu. Naturellement, notre représentation consulaire continuera de porter assistance au détenu et à sa famille dans le cadre de la protection consulaire.

Je vous prie…

Signé : Rama Yade

Une réponse "

  1. Le bébé, un otage de ses propres parents en fin de compte.

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :