Flux RSS

De la douceur dans ce monde de Brutes. Octobre 2015, les chicots du Canada illuminent la rue Meynadier

La rue Meynadier est cette courte rue qui va de la mairie de Paris 19ème à la rue de Crimée. C’est la rue la plus froide du quartier qui pourrait être transformée en patinoire quand il gèle.

Cette rue est bordée de beaux immeubles haussmanniens, pour la plupart ornés par les sculptures de Mathurin Moreau. De larges trottoirs où sont plantés des robiniers (faux acacias) permettraient d’y flâner agréablement si elle n’était pas polluée par les ours mal léchés du café à chicha, le Gold, et par les rodéos de scooters. Ce n’est pas tout car la Ville de Paris a estimé indispensable d’installer un grand parking à vélos et motos exactement devant la terrasse du petit café sympathique à l’angle de la rue de Crimée. Les passants se frayent difficilement un passage entre les fauteuils de la terrasse et les roues des cycles et les clients qui pensaient pouvoir jouir de l’espace et en été de l’ombre des arbres sont bousculés.

IMG_1419

La vue gâchée par les cycles

IMG_1427

On peut à peine circuler entre la terrasse et le parking vélos motos et gare aux consommateurs qui voudraient reculer leur fauteuil des tables

Je n’aime pas les chicots du Canada car leurs feuilles et pétioles dégagent une odeur désagréable, celle des plantes toxiques . Pourtant leurs feuilles prennent un beau ton doré à l’automne et cette année, du fait de l’été indien, elles ont éclairé la rue tout le mois d’octobre.

Ma répugnance pour cet arbre est confirmée par les composés toxiques de ses feuilles et de ses branches : Les feuilles et les fruits contiennent des saponines et des alcaloïdes qui les rendent toxiques pour les insectes et les autres animaux, incluant les humains. Les graines étaient autrefois torréfiées et utilisées comme succédané au café. Les toxines seraient apparemment éliminées à la torréfaction. L’expérience n’est toutefois pas recommandée. Au Canada, le Chicot févier détient le statut d’espèce menacée. Le Chicot févier possède les plus grandes feuilles parmi les espèces d’arbres indigènes au Canada, mesurant jusqu’à 90 cm de longueur. Le nom «chicot» viendrait du fait que ses feuilles apparaissent très tardivement alors que les autres espèces sont en pleine feuillaison, ce qui lui donne l’apparence d’un arbre mort. Le bois, de couleur brunâtre, est utilisé en ébénisterie et en menuiserie. • • •http://www.eco-quartiers.org/documents/fiche%20Chicot%20fevier.pdf

Les feuilles et les fruits contiennent de la saponine, une molécule toxique pour les insectes, cela explique que l’arbre ne connaît pas de ravageur. Un usage ethnobotanique de la saponine est pour la pêche: il s’agit d’un toxique pour les animaux à sang froid et si l’on jette à l’eau de grandes quantités de fruits les poissons seront tués, prêts à être ramassés. http://floraurbana.blogspot.fr/2013/04/chicot-fevier-gymnocladus-dioicus.html

La torréfaction des graines éliminerait ses composants toxiques, saponines et alcaloïdes. Des tribus indiennes d’Amérique et les premiers colons l’utilisaient pour confectionner une boisson qui fut comparée au café d’où son nom « Kentucky coffeetree ».

Les jardiniers plantent surtout des cultivars mâles afin que les lourdes gousses de l’arbre ne blessent pas les passants, ne risquent pas d’empoisonner enfants et animaux et n’abîment pas les voitures en stationnement.

 

IMG_1584

 

IMG_1585

La rue Meynadier vue depuis la place de la mairie du 19ème arrondissement de Paris

 

L’écorce très reconnaissable du chicot févier

Fruit, feuille et graines du chicot du Canada http://floraurbana.blogspot.fr/2013/04/chicot-fevier-gymnocladus-dioicus.html

Le gymnocladus dioica ou chicot févier ou Kentucky coffeetree

Le gymnocladus est une légumineuse qui produit une sorte de gros haricot noir et plat dont les graines grillées remplaceraient le café. Je n’ai pas essayé …

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gymnocladus_dioica

Base de données interactive des arbres de Paris

Saviez-vous que chaque arbre de Paris possède sa fiche d’identité ? En cliquant sur l’icone d’un arbre dans une rue qui vous intéresse, vous connaîtrez son identité.

http://opendata.paris.fr/explore/embed/dataset/arbresalignementparis2010/?tab=map&static=false&datasetcard=false&location=19,48.8834,2.38265

"

  1. Pingback: De la douceur dans ce monde de brutes. Frondaisons rue Meynadier, Paris XIXème | Laconnectrice's Weblog

  2. super article sur la rue Meynadier qui est tellement jolie mais les scooters rodéos sur le trottoir de cette jolie rue la rendent moins fréquentable et le bar à chicha et son public ne sont pas au gout de tout le monde.

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :