Flux RSS

Syrie. Bourbier historique et oleogazoducs

Publié le

Nos ancêtres et non des moindres avaient renoncé à comprendre la Syrie :

Oh ! Gardez-la ! Et surtout gardez Damas. C’est une de ces villes qui empoisonnent les empires !

Henry de Jouvenel, ancien Haut-commissaire en Syrie en 1926, racontant une conversation qu’il avait eue avec un ancien ministre turc au temps où la Syrie était encore une province Turque :

–          Il apparaît que tous les systèmes y sont vains, car nul pays n’est plus complexe, plus difficile, plus révolté par nature que la Syrie

Joseph Kessel (journaliste et écrivain), venu en Syrie en 1927 se rendre compte des progrès de la pacification (après le soulèvement nationaliste des années 1925-1926)

Lors de la création du monde,

l’Intelligence dit : « Je vais en Syrie ».

L’esprit de Discorde ajouta : « J’y vais avec toi ».

Vieux dicton syrien

En septembre 2013, j’avais posté un article sur la question syrienne, ce bourbier dont l’histoire ressemble à celle de l’Afghanistan pour les mêmes raisons, l’acheminement de richesses naturelles comme le pétrole et le gaz par oléoduc ou gazoduc, moyens moins coûteux que la voie maritime dans le cas de la Syrie.

Les guerres confessionnelles entre musulmans et non musulmans, entre sunnites et chiites qui entraînent les peuples et les communautés à s’entre-tuer ne sont que le cache sexe des différents impérialismes du monde que partagent toutes les grandes puissances avec une exception pour l’Oumma Islamiya qui n’est pas une nation mais une communauté religieuse qui mène le djihad pour conquérir le monde non musulman par la terreur et l’argent.

D’après le site « Connaissance des énergies », les réserves mondiales de pétrole mondiales ne couvriraient que 52 ans des besoins actuels et encore, à condition que l’estimation de ces réserves soient justes. Quant au gaz, ses réserves mondiales ne couvriraient que 54 ans de nos besoins actuels. Un demi siècle d’énergie, ce n’est pas grand chose, surtout si on tient compte des aléas des gisements et de la production. On comprend donc pourquoi la lutte pour le contrôle des ressources pétrolières et gazières excite autant de pays d’autant plus que les énergies alternatives et renouvelables auront sans nul doute besoin de plus de 50 ans pour arriver à maturité.

Gazoduc

Source carte http://ripostelaique.com/les-vraies-raisons-de-la-guerre-en-syrieet-de-la-crise-des-migrants.html

Syrie (1)

Source carte http://www.penseelibre.fr/la-revolution-syrienne-quy-comprendre

Une affaire de gros sous

Réserves de pétrole dans le monde

Réserves de pétrole

Répartition des réserves de pétrole dans le monde

http://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/reserves-de-petrole-dans-le-monde

Réserves de gaz dans le monde

Réserves de gaz naturel dans le monde

http://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/reserves-de-gaz-dans-le-monde

Répartition des réserves prouvées de gaz naturel dans le monde à fin 1991, 2001 et 2011 (© d'après BP)

Etat islamique Daech

Traditionnellement, la Syrie est une voie de passage vers l’Europe avec son ouverture sur la Méditerranée et, depuis l’exploitation du pétrole et du gaz, un trajet incontournable pour les oléoducs qui partent de l’Irak et de l’Iran vers l’Europe. C’est aussi une sécurité pour les pays du Golfe en cas de fermeture du canal de Suez.

L’Etat islamique voudrait bien contrôler les côtes syriennes pour ne pas dépendre de la Turquie qui joue un double jeu afin d’être acceptée dans la Communauté européenne., et n’est donc pas fiable. On apprenait récemment que Daech avait doublé son butin de guerre acqui en dévalisant les banques irakiennes en spéculant sur le marché des devises, notamment celles apportées par ses recrues. L’organisation empocherait 20 millions de dollars/mois soit le quart des revenus issus du pétrole, du trafic d’œuvres d’art, des impôts et extorsions de fonds et rançons. Largement de quoi acheter des armes et faire de la propagande High tech pour recruter des djihadistes.

Or, d’après un site musulman, la spéculation est haram, non licite, une preuve supplémentaire, s’il en était besoin de l’hypocrisie de l’Etat islamique qui se sert de l’islam pour dominer le monde, sans pour autant respecter ses principes.

Les lois de base de l’Islam concernant les systèmes de finances peuvent être récapitulées comme suit :
Riba : ou usure/intérêt est formellement interdit par la Sharia. Tout taux préétabli, fixe et positif, lié à l’échéance et au montant principal (donc garanti quel que soit le résultat de l’investissement) est assimilé au riba. L’intérêt est un loyer obtenu sur le prêt de monnaie, ou encore un bénéfice obtenu sur la vente de monnaie, que ce soit dans un but de consommation ou d’investissement. L’Islam exige que le gain résulte d’un travail ou au moins d’une participation par la prise de risque.
Il n’y a pas en Islam de différence entre les intérêts qui augmentent au fil du temps quand le débiteur ne parvient pas à régler sa dette, et les intérêts fixés une fois pour toutes au moment du prêt. Le fait de percevoir des intérêts grâce à un compte épargne (Livret A, PEL, CODEVI…) est également assimilé au riba.
Gharar : tout comme l’usure, l’Islam condamne toute spéculation, pari sur l’avenir, thésaurisation et interdit les transactions faisant intervenir les risques, les jeux de hasard et les incertitudes extrêmes.
Autres interdits : est aussi haram (interdit), tout investissement lié aux secteurs suivants: alcool, tabac, services financiers (banques, assurances, obligations, …), porc et alimentations non halal (restaurant, industries agroalimentaires, …), divertissements (jeux de hasard, casinos, pornographie…) et armements.

La Turquie

La Turquie tire des bénéfices du pétrole irakien que lui vend l’EI, du commerce des réfugiés (gains des passeurs, des commerçants qui vendent des produits aux réfugiés, d’environ 60 millions d’euros qu’elle réclame à l’Europe pour stopper le flux des migrants)

Si le gazoduc qatari passait par la Turquie, elle en tirerait de juteux bénéfices.

La Russie

Il est vital pour la Russie de s’assurer de son approvisionnement de pétrole et surtout de gaz qu’elle pourra revendre à prix fort à ses anciens satellites (comme l’Ukraine) et contribuer ainsi à la santé de son économie chancelante.

Les Etats-unis

Les compagnies pétrolières et gazières américaines veulent s’assurer d’un approvisionnement au delà de 50 ans en attendant que les exploitations de gaz de schiste soient rentables et que les énergies alternatives et renouvelables soient arrivées à maturité.

La Chine

L’Iran

Conclusion

Tous les pays développés investissent dans les énergies alternatives et renouvelables parce que c’est l’avenir au regard de la raréfaction des énergies fossiles (plus le charbon et l’uranium) mais aussi parce que c’est la seule solution pour mettre fin à des guerres comme celle qui détruit la Syrie et son peuple depuis 5 ans.

Il serait utopique d’imaginer que toutes les grandes puissances s’entendent pacifiquement pour mettre fin à la guerre de l’énergie et pourtant, la paix arrêterait le flux des véritables réfugiés de pays en guerre et nous arrêterions de pleurer sur les enfants et parents noyés en mer.

La question des migrants économiques et des réfugiés climatiques, à condition que ces derniers soient véritablement victimes de désertifications, relève des dommages collatéraux des guerres pour le contrôle des énergies.

Le besoin de construire des surgénérateurs, a priori effrayant, découle également du constat de la raréfaction programmée de l’uranium dont les réserves ne couvriraient que 100 ans dans les conditions actuelles d’utilisation. Environ 100 ans (sur la base des réacteurs de 2e et de 3e génération, des milliers d’années dans le cas d’une industrialisation des surgénérateurs)

Les analystes financiers nous envoient des signaux en conseillant d’investir dans les énergies renouvelables et alternatives ainsi que dans les piles et autres batteries. On peut leur faire confiance, ils savent flairer le pognon.

La Connectrice

Lire aussi

http://www.bvoltaire.fr/philippeannaba/guerre-en-syrie-pour-une-histoire-de-pipelines

…selon un article de l’avocat Robert Kennedy Junior, neveu de JFK, publié dans le magazine américain Politico, et résumé surBoulevard Voltaire le 29 février dernier : « La décision américaine d’organiser une campagne contre Bachar el-Assad n’a pas commencé avec les manifestations pacifiques du printemps arabe en 2011, mais en 2000, lorsque le Qatar a offert de construire un pipeline pour dix milliards de dollars qui traverserait l’Arabie saoudite, la Jordanie, la Syrie et la Turquie. »

Une proposition refusée par la Syrie et, donc, par son allié de toujours, la Russie, qui avait un autre projet : un pipeline traversant l’Iran et la Syrie pour aboutir à la mer par le Liban. Tous ces morts au Moyen-Orient, et tous ces mensonges, depuis le début de ce siècle pour cause de guerre des pipelines !…

"

  1. Il est faut de dire: « Or, d’après un site musulman, la spéculation est haram, non licite, une preuve supplémentaire, s’il en était besoin de l’hypocrisie de l’Etat islamique qui se sert de l’islam pour dominer le monde, sans pour autant respecter ses principes. »

    Car l’islam se sert de dhimmis pour conquérir le monde !

    Les peuples de la dhimmitude furent nombreux: Juifs, Grecs, Syriens, Egyptiens, Arméniens, Maronites, Berbères, Espagnols, Bulgares, Slaves, peuples de cultures, langues, religions différentes: catholiques, grecs-orthodoxes, monophysites, nestoriens, juifs.

    Comment ces pays chrétiens furent-ils progressivement islamisés et, pour le sud méditerranéen, de façon irrévocable?

    Il y eut certes de nombreux facteurs, mais l’un parmi les plus importants, fut la corruptibilité des chefs chrétiens.

    A toutes les époques et à tous les niveaux, notamment aux postes de responsabilités, des Chrétiens – chefs religieux, politiques, intellectuels, cadres, militaires – trahissent et collaborent avec les forces musulmanes. Si bien que les victoires de l’islam furent des victoires de Chrétiens islamisés ou ralliés à l’islam contre d’autres Chrétiens. Cette collaboration – alliance du patriarcat et du califat – fut active tout au long de la dhimmitude et jusqu’à aujourd’hui.

    Tant que Juifs et Chrétiens se soumettaient à la loi islamique, c’est-à-dire acceptaient l’état de dhimmitude, l’Etat musulman théoriquement protégeait leur vie et leurs biens. Il leur reconnaissait une liberté religieuse limitée, et le droit de s’administrer selon leurs lois civiles.

    Leur chef: patriarche, pour les Chrétiens, chef de la communauté pour les Juifs, les représentaient auprès du calife qui ratifiait leur nomination.

    Les dhimmis toutefois devaient accepter des contraintes fortes nombreuses d’ordre politique, économique et religieux. Chrétiens et Juifs jugés impurs et inférieurs par la loi islamique étaient soumis dans tous les domaines à un système d’inégalité et d’humiliation.

    Ici, j’ouvre une parenthèse pour préciser que malgré cette identité de destin, les Eglises orientales demeuraient tout autant judéophobes et hostiles l’une à l’autre. Car le monde de la dhimmitude est celui de l’esclavage spirituel, de la souffrance, de l’avilissement, de l’insécurité, de la haine de soi et des autres. Juifs et Chrétiens vécurent ainsi côte à côte, servant le maître musulman, s’entre-aidant parfois, se trahissant toujours.

    Une situation encore actuelle.

    Souvenez vous, les Janissaires n’étaient pas musulmans mais des esclaves, or les conquêtes Ottoman furent possibles que grâce aux Janissaires !

    J'aime

    Réponse
    • laconnectrice

      Bonjour,
      Je ne vois pas en quoi dire que la spéculation est haram, non licite, est faux.

      Quant à la collaboration d’autochtones avec l’envahisseur, quel qu’il soit, j’ai souvent eu l’occasion d’écrire, qu’elle était toujours indispensable aux conquêtes.
      Nous en avons un bel exemple en Europe actuellement avec la collaboration de nos dirigeants vis à vis du djihad.

      J'aime

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :