Flux RSS

Belles réparties féministes à des propos sexistes et machistes

Publié le

Collection de nos voisins belges

http://www.lalibre.be/lifestyle/magazine/les-pires-propos-machistes-entendus-en-un-an-56dda15d35708ea2d359bca2

 

C’est malheureusement récurrent, des propos sexistes, on en entend quasi tous les jours de la bouche de certains hommes. Et lorsqu’il s’agit de personnage public, cela marque. Voici quelques perles relevées cette année à travers le monde.

Donald Trump, candidat républicain

Le candidat républicain à la présidence américaine les enchaîne. Il n’hésite pas à juger les femmes sur leur physique. Et quand il doit remettre en question les capacités de sa rivale, il le fait bien sûr de manière sexiste. En avril dernier, il avait partagé le tweet d’un internaute contre Hillary Clinton. « Si Hillary Clinton ne peut pas satisfaire son mari, qu’est-ce qui lui fait croire qu’elle peut satisfaire l’Amérique ? « .

Roosh V., blogueur

Ce blogueur américain qui se présente comme un « coach en séduction » (en réalité, un masculiniste, voir glossaire) balance sur la toile un tas d’idées misogynes.Un exemple ? “La valeur des femmes repose essentiellement sur leur fertilité et leur beauté, celle des hommes sur leurs ressources, leur intellect et leur force de caractère”. Mais le blogueur a également des idées bien pires. Il propose de rendre le viol légal dans la sphère privée pour l’éradiquer. “Si le viol devient légal, une fille n’entrera plus jamais dans une chambre avec un homme qu’elle ne connaît pas à moins d’être absolument sûre qu’elle est prête à coucher avec lui

Le samedi 6 février 2016, il entendait organiser un rassemblement international, dans 43 pays différents, des adeptes de sa “philosophie”. Suite à une importante mobilisation contre ce projet sur internet, , Roosh V a finalement annoncé l’annulation de tous les rassemblements prévus.

Marion Maréchal-Le Pen

Marion Maréchal-Le Pen à propos des centres de planning familiaux : « Ce sont des facilitateurs d’IVG destinés aux femmes d’aujourd’hui habituées à se faire avorter aux frais de la princesse comme on va se faire un balayage.

Jean-François Mayet, sénateur français

Le sénateur français vient d’être désigné « macho » de l’année 2015 par le collectif féministe Les chiennes de garde. En cause, ses propos sur les femmes médecins. En associant la désertification médicale à la féminisation de la profession de médecin, il avait affirmé que « 75 % des nouveaux diplômés sont des femmes et déclaré « . Elles sont quand même là pour faire des enfants. »

John Kasich, candidat républicain

L’un des cinq candidats républicains à la Maison Blanche en pleine campagne dérape avec des propos sortis tout droit d’un autre siècle: « Nous avons tout simplement une armée de gens, et de nombreuses femmes ont quitté leur cuisine pour aller faire du porte-à-porte et installer des affiches pour moi« , a déclaré le gouverneur de l’Ohio (nord) lors d’une rencontre avec des électeurs à Fairfax (Virginie, est). Très critiqué, notamment par Hilary Clinton, il a fini par présenter ses excuses.

Kerem Demirbay, joueur de football

Arbitré par une femme lors d’une rencontre de football, le joueur Kerem Demirbay, du club allemand Fortuna Düsseldorf, s’est emporté contre Bibiana Steinhaus après un carton jaune: « Les femmes n’ont pas de place dans le football masculin« . Des propos sexistes immédiatement sanctionnés par le club qui suggère d’ailleurs que Demirbay « monte sur la pelouse d’un match de football chez les femmes en tant qu’arbitre ». Le joueur s’est toutefois excusé.

Les dirigeants d’un village de l’Etat de Gujarat en Inde

« Les dirigeants de la communauté ont estimé que comme pour l’alcool, l’usage des téléphones mobiles pour les femmes non mariées était une nuisance pour la société« , a déclaré le chef du village, Devshi Vankar qui estime que le téléphone distrait les jeunes femmes car elles devraient plutôt se concentrer sur leurs études et leurs tâches ménagères. Cette interdiction a donc été décidée au début du mois de février dans ce village de 2000 habitants en Inde. Surprise à parler dans un GSM, une jeune femme devra s’acquitter de 2 100 roupies (27€) d’amende. Une prime de 200 roupies (2, 6€) est également promise à tous ceux qui dénonceraient les fraudeuses.

Le Dalaï-Lama

Pourtant progressiste sur un tas de sujets comme l’homosexualité par exemple, le dalaï-lama reste plutôt rétrograde lorsqu’il s’agit des femmes. Interviewé en septembre dernier par la BBC, le chef spirituel ne s’oppose pas à une dame pour lui succéder un jour. Mais s’il rappelle que les femmes devraient « avoir plus d’importance dans le monde », il dérape: « si c’est une femme, elle devrait avoir un visage très très séduisant (…) Sinon, elle sera inutile« . « Vraiment ? » se demande le journaliste étonné par ce propos. Blague ou non, le Dalaï-Lama répond: « Non, c’est vrai« . En 2013, il avouait déjà son penchant pour les femmes séduisantes en soulignant « que pour les maris, une large partie de l’argent est utilisée par les épouses« .

Bulent Arinc, vice-Premier ministre turc

Bruyamment contesté par une élue du parti prokurde HDP en juillet dernier, Bulent Arinc perd patience et lance à l’avocate Nursel Aydogan: « Madame, restez tranquille. En tant que femme, tenez-vous tranquille!  » Ses propos transmis en direct à la télévision ont vite enflammé les réseaux sociaux. Le vice-premier ministre avait déjà créé la polémique en 2014 en affirmant que les femmes ne devraient pas rire en public.

Gilbert Arenas, joueur de basketball

L’ex-meneur des Washington Wizards en NBA, Gilbert Arenas, s’est attiré les foudres de la ligue féminine nord-américaine de basket, et de bien d’autres encore. En décembre dernier, le basketteur postait sur son compte Instagram une vidéo de joueuses en petite tenue, le tout accompagné de ces mots: « Voilà ce que l’Amérique espérait quand ils ont lancé la WNBA en 1996. Pas un tas de gonzesses qui courent et ressemblent à tout le casting d’Orange Is The New Black… Ne vous méprenez pas, quelques-unes sont mignonnes, mais il y en a beaucoup de moches. Si Skylar Diggins (joueuse du Tulsa Shock, ndlr) était habillée comme ça, je m’en foutrais qu’elle rate tous ses lay-ups. J’achèterais des places à l’année et je ne sais même pas où est Tulsa ! Et si vous pensez que c’est sexiste, c’est que neuf fois sur dix vous êtes la moche, et on n’a pas payé pour venir vous voir jouer, de toute façon. »

José Paulet, bourgmestre de Gesves

Lors d’un conseil communal en mars dernier, le bourgmestre de Gesves a rétorqué à la conseillère Cécile Barbeaux qui s’excusait pour son retard en raison de sa charge de famille: « Quand on a des enfants, on ne fait pas de politique ».

http://www.lalibre.be/lifestyle/magazine/le-pire-de-la-journee-internationale-des-droits-des-femmes-56deba0e35702a22d52ae94b

Le pire de la journée internationale des droits des femmes

RÉDACTION LIFESTYLE Publié le mardi 08 mars 2016 à 14h19 – Mis à jour le mardi 08 mars 2016 à 16h33

MAGAZINENon le 8 mars n’est pas une gigantesque Saint-Valentin où l’on doit dire « bonne fête » à toutes les femmes que l’on croise. Récup marketing, communication qui passe mal, humour sexiste au nom de l’humour: florilège parmi le pire de ce 8 mars.

Le 8 mars, c’est bien connu, c’est « la journée de la femme » soit « la fête », la bonne occas’ pour s’acheter un sac, faire du shopping avec des réductions à la clé histoire d’acheter des robes et des culottes. Et même le jour parfait pour profiter des bouquets de fleurs qu’on recevra de la part du patron (genre fête des secrétaires), de la part des commerçants participant à une opération « Toi aussi fête la femme ». Le 8 mars, nous les femmes, parce que tout va bien on n’a qu’à profiter, tout bénéf, youpie tralala…

 

STOP !Le 8 mars, c’est la journée internationale des droits des femmes. L’heure des bilans, des manifestations, des chiffres parlants, des focus sur les inégalités criantes qui existent encore de par le monde. Effectivement, en Belgique, en France, dans les pays développés et « riches »; les difficultés auxquelles sont confrontées les femmes sont moins criantes mais elles existent (plafond de verre, violences conjugales, harcèlement de rue, …) et au niveau mondial, c’est carrément l’hécatombe et le bafouement des droits les plus primaires est une réalité de toutes les secondes…

Et pourtant 8 mars après 8 mars, on a droit à cela…. C’est peut-être anecdotique mais cela nourrit encore et toujours le sexisme ordinaire. Et pourtant, oui on a le sens de l’humour, on n’a pas du tout envie de renoncer au shopping, et on sait qu’une femme n’est pas un homme et inversement… On vit juste dans cette société-là et on s’en rend compte. Vous voulez en voir plus, suivez le hashtag #Boycott8Mars

Facebook : « Fêtons la parité dans le monde entier » ?


Journée de la femme ? Talon de femme sur ballon de foot, c’est tellement sexy tout ça pour ce site de paris en ligne


Un sac à main, c’est tellement vous les femmes avec Véritas Belgique


Un peu de shopping pour le 8 mars avec La Redoute


Le « café serré » du jour d’Alex Vizorek sur La Première

La chronique d’Alex Vizorek débute par « Aujourd’hui c’est la journée internationale de la gonzesse » et continue joyeusement dans le cliché sexiste (« Si une femme aime que son lit soit fait mais qu’elle le fasse ! » sous-entendu au lieu de nous emm…). Tout cela évidemment au nom de l’humour (facile) avant de conclure par le désormais célèbre « je rigole, je rigole » ou quelque chose d’approchant… et de conclure que les droits et la dignité des femmes passent par les hommes aussi. Cela aurait été cool d’appliquer cette belle idée trois minutes avant, en début de chronique, non ?

S’il y a bien un jour pour « chouchouter » les femmes, c’est bien celui-ci selon cette appli chauffeur privé


Martine Fallon, la cuisine de l’énergie : tu t’inscris, tu as un massage et un bouquet pour toutes en passant…


Malheureusement, le Elle s’y est mis aussi. WTF aurait-on envie de dire…


Et plus largement, la pub d’Ikéa en France sur les abribus…

20 phrases inspirantes en cette journée internationale des droits des femmes

RÉDACTION LIFESTYLE Publié le mardi 08 mars 2016 à 13h07 – Mis à jour le mardi 08 mars 2016 à 17h47

MAGAZINEEn préambule de ces phrases qui font réfléchir, celle de Benoîte Groult qui assène : « Le féminisme n’a jamais tué personne. Le machisme tue tous les jours ». Aujourd’hui, au XXIe siècle, de plus en plus de femmes font entendre leur voix. Voici ce que l’on a entendu d’inspirant ces derniers mois.

Naya Ali, journaliste, chroniqueuse pour Madmoizelle.com et afroféministe revendiquée

« Apprenons à nous respecter, à nous donner la possibilité de porter une minijupe, un voile ou un string. Soyons soudées, cessons de nous diviser et de qualifier d’autres de « mauvaises féministes », proclamons notre volonté de nous habiller comme nous le souhaitons… parce qu’il y a déjà trop d’hommes qui se chargent de nous dire que nous ne le faisons pas « comme il faut ».

Ellen Page, actrice

« Le fait que féminisme soit un mot honteux montre bien que nous vivons toujours dans un monde patriarcal», avait-elle dit à une journaliste du Guardian. «On associe toujours le féminisme à un mouvement radical –tant mieux. Je ne suis pas en désaccord avec beaucoup de ce que les féministes radicales disaient [dans les années 1970]. »

Jenny Beavan, costumière, Oscar des meilleur costumes aux Oscars 2016

« La seule chose que je voulais c’est que ma tenue ait un effet positif sur ce que les femmes ressentent vis-à-vis d’elles-mêmes. Vous n’avez pas à ressembler à un top model pour réussir. Il est vraiment bon d’éprouver un sentiment positif sur soi-même, cela signifie que vous pouvez tout faire. »

Victoire Maçon Dauxerre

« On ne peut pas imposer un corps malade en idéal de beauté, c’est criminel » Victoire Maçon Dauxerre a sombré dans l’anorexie quand elle était top model, calvaire dont elle témoigne dans un livre qui paraît au moment où la France a décidé d’interdire les mannequins trop maigres. »

Meryl Streep

« En tant que femme, auparavant, « vous pouviez travailler jusqu’à 40 ans, et ensuite vous ne pouviez jouer que des sorcières », a-t-elle ajouté. « C’est pourquoi je n’ai pas joué de sorcière avant +Promenons-nous dans les bois+ (en 2014) – et on me l’a proposé régulièrement », a-t-elle plaisanté. « C’est ce qui arrive aux femmes quand elles ne sont plus fertiles ou considérées comme ‘baisables’, à supposer que ce mot veuille dire quelque chose », a dit l’actrice.

Taylor Swift, chanteuse, s’adressant aux jeunes filles lors de son discours de remerciements durant les Grammies

« Il va y avoir des gens le long de ton chemin qui vont essayer de miner ton succès ou prendre le crédit de tes réalisations ou de ta célébrité. Mais si tu te concentres seulement sur le travail et que tu ne laisses pas ces gens te détourner de ce que tu es, un jour, quand tu seras là où tu souhaitais aller, tu regarderas autour de toi et tu sauras que c’est toi et les gens qui t’aiment qui t’ont mise là, et ce sera le meilleur sentiment au monde ».

Florence Foresti, dans Elle

« Je suis pour le droit à disposer de son corps. Le droit au plaisir, à baiser toute la journée ou à se foutre seins nue si c’est une vraie liberté. C’est comme une femme qui choisit de se voiler : est-ce que c’est son choix, son libre arbitre ? Ou est-ce que ce sont l’amour, la peur, son mec qui le lui dictent C’est ce qui fait toutye la différence : l’aliénation à un homme. »

Eve Ensler , auteure des Monologues du Vagin, cofondatrice de « One Billion Rising » et féministe engagée dans une interview de lalibre.be/lifestyle

« Nous traversons quelque chose d’insoutenable, mais on peut aussi voir des personnes qui se dressent contre ça. On doit conjuguer cette souffrance et cette force. »

Loubna Abidar, actrice, sur le tapis rouge des Césars

De ‘Much loved’, je ne garde que le bonheur. Mon combat ne concerne pas seulement les prostituées mais toutes les femmes musulmanes. Nous voulons le respect, être considérées normalement »,

Lena Dunham, interviewée à propos du féminisme dans Grazia

« On apprend beaucoup de choses à l’école, les pères fondateurs, les révolutions et les guerres mais on ne parle pas de féminisme. C’est considéré comme une religion de sorcières plutôt qu’un mouvement historique. On entend que c’est pour les femmes qui n’aiment pas les hommes; pour les lesbiennes, pour celles qui ne veulent pas se mélanger aux hommes au travail. Tout cela n’est évidemment pas vrai. (…)

« Le féminisme est un mouvement

qui demande pour les femmes des droits égaux à ceux des hommes.

Il s’agit d »égalité entre les humains,

pas de mettre les femmes au-dessus des hommes. » – Lena Dunham

Roxane Gay, professeure d’anglais, féministe et auteure de « The bad Feminism »

« Je me suis mise à me qualifier de mauvaise féministe pour faire preuve d’ironie, il y a quelques années, et puis je me suis rendu compte qu’effectivement je suis une mauvaise féministe, d’une certaine manière. Je ne veux surtout pas désavouer le féminisme, à l’instar de tellement de gens qui semblent vouloir le faire. Je suis féministe, j’en suis fière, et je le revendique, mais en même temps je ne me conforme pas toujours aux principes du féminisme, ou aux choses auxquelles « les bon(ne)s féministes » croient. Donc je voulais revendiquer mon féminisme en reconnaissant davantage que toutes les féministes ne sont pas parfaites. »

Florence Montreynaud, féministe et historienne française

« Le 20ème siècle a permis d’obtenir des lois relatives à la protection des droits de la femme. Au 21ème siècle (et même au-delà), il faudra les faire appliquer! « :

Chimamanda Ngozi Adichie, écrivaine nigériane

« Nos sociétés, et les droits des femmes, sont en danger. Mais nous devons défendre nos acquis, les renforcer. C’est une lutte (pacifique) pour nos démocraties et pour l’avenir de nos sociétés. »

«Partout dans le monde, la question du genre est cruciale. Et voici le point de départ : nous devons élever nos filles autrement. Nous devons élever nos fils autrement.»

Benoîte Groult, écrivaine, féministe


Emma Watson, actrice, auteure de « He for She »

Il y a peu, j’ai pu voir à quel point le féminisme est aussi un mouvement fait de factions. Et pourtant nous marchons toutes et tous vers le même but. Ne soyons pas effrayées de dire que nous sommes féministes. Je veux participer à un mouvement accueillant et incluant. Donnons-nous la main et avançons ensemble pour créer un véritable changement. Malala et moi sommes d’accord là-dessus mais nous avons besoin de vous. »

Malala

« Nous devons toute/s avancer ensemble, c’est ainsi que nous arriverons à changer. » Et en parlant à Emma Watson : « Après avoir entendu ton discours : si pas maintenant, alors quand ? Si pas moi, alors qui ? J’ai réalisé qu’il n’y avait rien de mauvais à se revendiquer féministe.Alors je suis féministe, et tout le monde devrait être féministe, parce que le féminisme est juste un autre mot pour promouvoir l’égalité. »

Thérèse Clerc, militante féministe et fondatrice de la Maison des Babayagas, résidence autogérée pour femmes (Montreuil, Paris)

Concernant sa maison des babayagas : « Les vieux hommes trouvent toujours des femmes. Nous, on ne veut pas d’hommes, on les a assez torchés comme ça durant notre vie. »

Assita Kanko, auteure et femme politique


Nous avons besoin de toute urgence d’une nouvelle vague féministe. Un mouvement mondial de personnes qui osent se lever pour remettre en question certaines traditions douloureuses et briser les tabous. Comme Yousafza Malala. Des femmes qui se lèvent et qui choisissent la liberté. Non seulement pour elles-mêmes mais aussi pour tous les êtres humains.

Sabine Panet, rédactrice en chef de Axelle Magazine, mensuel édité par Vie Féminine dans Elle Belgique

« Quelles que soient nos origines, nous sommes toutes les héritières d’une culture de résistance. C’est cet héritage qui nous rend fortes et qu’il faut entretenir, les valeurs de sororité, d’entraide, de solidarité. »

Isabella Lenarduzzi, entrepreneuse sociétale en organisation d’événements citoyens, formations et communication sur les thèmes de l’emploi et de l’égalité des genres

« Désormais la grande majorité des « mères de famille » travaillent autant que les hommes à l’extérieur de leur foyer, ce qui crée une double journée de travail et qui a pour effet que dans tous les pays européens, les heures de temps libre des femmes sont très inférieures à celles des hommes. » En moyenne, une femme passe 15h de plus par semaine aux tâches domestiques par rapport à un homme…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :