Flux RSS

Boycottons les marques qui se soumettent à la mode islamique

Publié le

Dans un entretien au Monde, la philosophe féministe Elisabeth Badinter évoque le relativisme culturel qui, selon elle, a empêché de voir l’inquiétante montée de l’islamisme en France.

Lire l’entretien en intégralité en zone abonnés :   Elisabeth Badinter appelle au boycott des marques qui se lancent dans la mode islamique

  • Sur le rôle de la loi

« La “tolérance” s’est retournée contre celles que l’on croyait aider », explique la militante de la laïcité, qui assure qu’en dix ans le port du voile s’est répandu chez les « filles des quartiers », et ce du fait d’une « montée de la pression islamique ». « Seule la loi peut protéger celles qui le portent sous cette pression. »

  • Sur l’accusation d’islamophobie

Elle estime que beaucoup de citoyens sont « tétanisés par l’accusation d’islamophobie ».

« Etre traité d’islamophobe est un opprobre, une arme que les islamo-gauchistes ont offerte aux extrémistes. Taxer d’islamophobie ceux qui ont le courage de dire  : “Nous voulons que les lois de la République s’appliquent à tous et d’abord à toutes” est une infamie. »

  • Sur la mode islamique

Réagissant aux propos de Laurence Rossignol, la ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes, qui a suscité un concert de protestations en effectuant un parallèle pour le moins hasardeux entre l’esclavage et le port du voile par les musulmanes, Elisabeth Badinter argue que si la ministre a eu « un mot malheureux en parlant de “nègres” », elle a « parfaitement raison sur le fond. Je pense même que les femmes doivent appeler au boycott de ces enseignes » qui ont décidé de créer des lignes de vêtements de mode islamique.

Lire aussi :   Les propos de Laurence Rossignol comparant le voile à l’esclavage soulèvent un tollé

  • Sur les échecs de la République

Elisabeth Badinter souligne également les échecs de l’Etat vis-à-vis des populations issues de l’immigration, ou de celles qui vivent dans les « quartiers difficiles ». Selon elle, « la République n’a pas su fédérer et proposer un horizon d’émancipation » à ces jeunes, qui ont fini« enfermés dans leur ghetto ».

La « priorité absolue de la France », aujourd’hui, doit être, selon elle, de « ramener dans le giron de la République cette frange de la population en sécession ».

  • Sur « l’affaire » de Cologne

« Faut-il défendre d’abord les femmes agressées ou bien protéger les réfugiés des amalgames ? » La féministe universaliste revient également sur les agressions de la nuit de la Saint-Sylvestre, à Cologne, en Allemagne. Elle évoque la difficulté dans laquelle « l’affaire » l’a placée :

« Pris en tenailles entre l’extrême droite qui voulait mettre tous les immigrés dans le même panier et le gauchisme qui voulait, une fois encore, relativiser, Cologne a conduit les féministes universalistes à condamner fermement les agressions sexuelles tout en prenant soin de ne pas associer tous les immigrés à ces pratiques honteuses. »

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/04/03/elisabeth-badinter-la-tolerance-s-est-retournee-contre-celles-que-l-on-croyait-aider_4894712_3232.html#4j68oyC1gk4m6hYv.99

La philosophe Elisabeth Badinter est une figure du féminisme universaliste. Militante de la laïcité, elle appelle au boycott des marques de vêtements qui se lancent dans la mode islamique. Elle est l’auteure, notamment, de Fausse route  : réflexions sur trente années de féminisme (Odile Jacob, 2003).

La gauche a-t-elle fait fausse route face au communautarisme ?

La gauche est coupée en deux pour des raisons idéologiques respectables et des motivations politiques qui le sont moins. Ma génération a été élevée au lait du relativisme culturel de Claude Lévi-Strauss, qui nous apprit à nous défier du péché d’ethnocentrisme, à penser qu’aucune culture n’était supérieure aux autres.

Dans les années 1980, le différentialisme philosophique, largement porté par les féministes américaines, est venu renforcer cette vision du monde. Les universalistes, Simone de Beauvoir en tête, pensaient que les ressemblances entre les hommes et les femmes primaient sur leurs différences. Dans les années 1980, les différentialistes insistaient au contraire sur leurs dissemblances. La collusion du relativisme culturel et du différentialisme fut dramatique et contribua à la remise en cause de l’universalité des droits de l’homme.

Vivons-nous la fin de l’universalisme ?

Nous avions pensé qu’il y avait des valeurs universelles, que les libertés individuelles et l’égalité des sexes s’appliquaient à tous les êtres humains. Or aujourd’hui une partie de la gauche est imprégnée de l’idée que toutes les cultures et traditions…

Lire aussi

 

 

Afficher l'image d'origine

 Source dessin http://www.huffingtonpost.fr/2016/03/31/dessin-plantu-le-monde-terrorisme-scandale_n_9579832.html

L’ouverture des marques internationales de renom à ce marché qui représenterait près de 484 milliards de dollars d’ici 2019 n’est pas du goût de tous. Interrogée mercredi 30 mars au matin sur l’intérêt grandissant des marques pour la mode islamique, Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes s’est indignée au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC. « Ce qui m’a frappée, ce sont les justifications que donnent ces marques qui expliquent « c’est juste des vêtements qui ne font la promotion d’aucun mode de vie ». Comme s’il y avait une dissociation entre les vêtements et les modes de vie. Or dans l’histoire, par exemple à la fin des années 60 par exemple, les femmes peuvent avoir un compte en banque, elles vont à l’école, à l’université, elles accèdent à la contraception et en même temps, les jupes raccourcissent ou elles mettent des pantalons aussi. Ce qui prouve bien qu’entre la tenue des femmes et leurs droits, il y a un lien, parce que l’enjeu est celui du contrôle social sur les corps des femmes ».

Rossignol, Bergé, Plantu : Haro sur la "mode islamique" !

"

  1. Ce n’est que des enfoirés ,

    J'aime

    Répondre
    • laconnectrice

      Vous voulez dire que ces couturiers et commerçants ne sont que des enfoirés ?
      Ou voulez-vous dire que les femmes qui défendent la dignité des femmes ne sont que des enfoirées ?

      J'aime

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :