Flux RSS

Elles font la révolution iranienne à Paris avec leur tchador

Publié le

Depuis des années, on peut voir au quartier latin des iraniens bien installés affichant des photos sanglantes de prisonniers politiques torturés par le régime des ayatollah, quel que soit son représentant.

1-IMG_1795

Ce jour, vers midi je vois un stand à la jonction de la rue Saint-Martin et de la rue de Rivoli. Tente signalée par plusieurs grands drapeaux iraniens flottant au vent, table avec des ouvrages pro hezbollah encadrés par les habituelles photos de corps mutilés et ensanglantés. Trois femmes coiffées d’un tchador interpellent les passants sous la protection d’un homme.

Je suis scandalisée. Ces femmes qui prétendent renverser le régime de Rohani se permettent de porter le tchador à Paris où elles ne risquent rien tandis que dans leur pays des femmes sont harcelées par la hisbah (police religieuse) qui les matraquent lorsqu’une mèche de cheveux dépasse de leur foulard.

Une milice de 7000 personnes, hommes et femmes, parcourt les rues de Téhéran depuis le 18 avril à la recherche d’un foulard mal porté ou d’automobilistes qui écoutent fort de la musique. Le président iranien s’élève contre cette police des mœurs et promet de protéger les libertés. En jeu : 69 sièges en ballottage pour les législatives du 29 avril.http://geopolis.francetvinfo.fr/le-president-iranien-rohani-prefere-la-dignite-a-la-police-des-moeurs-104415

Ne nous trompons pas sur le qualificatif « réformateur » attribué à Rohani car il est lui-même un religieux,  les Italiens ont du voiler les statues antiques pour ne pas offenser sa pudeur et interdire le vin pendant le séjour de l’Iranien.

L’Iran a décidé de censurer le mot «vin» et le nom de certains dignitaires étrangers de tous les livres publiés dans la République islamique.

Il s’agit d’une demande expresse de l’ayatollah Ali Khamenei, selon Mohammad Selgi, le chef des questions d’édition au Ministère de la Culture et de l’Orientation islamique. «Lorsque de nouveaux livres nous sont soumis, les fonctionnaires du ministère vérifient page par page qu’ils ne nécessitent pas de modifications rédactionnelles au regard des principes de la révolution islamique afin de faire face efficacement à l’assaut culturel occidental et de censurer toute insulte faite aux prophètes » a-t-il expliqué.

Ainsi, désormais, les «mots comme le vin ou des noms d’animaux de pays étrangers, ainsi que les noms de certains présidents sont interdits en vertu de ces nouvelles dispositions » a-t-il détaillé. Ironie de l’histoire, l’Iran fut avant la révolution islamique de 1979 un important producteur de vin. Et sa consommation serait encore fort répandue.

Une Iranienne vote au second tour des élections législatives, vendredi 29 avril 2016.

Le nouveau parlement du pays, élu ce samedi 30 avril, compte pour la première fois plus de femmes que de religieux. Ces derniers ne sont plus que 16, contre 27 dans l’assemblée sortante, sur un total de 290 députés, et aucun ne sont des personnalités de premier plan. Les femmes, au contraire, passent de neuf à 17 sièges.

De courageuses femmes iraniennes risquent leur liberté et leur vie pour refuser de couvrir leur tête.

C’est ce que j’ai dit à l’une de ces hijabées qui n’a su que me répondre qu’elle était musulmane et que je devais signer contre Rohani. Quelle misère !

La Connectrice

Des Iraniennes enlèvent leur voile sur Facebook

Plus d’un an après son lancement, le groupe My Stealthy Freedom (« Ma liberté furtive ») continue de drainer de nombreuses photos d’Iraniennes dévoilant leurs cheveux. Selon sa créatrice, il a même permis d’ouvrir un débat sur le voile imposé en Iran. 

En mai 2014, la journaliste iranienne Masih Alinejad crée une page Facebook sur laquelle elle invitait les Iraniennes à partager des photos les montrant sans hijab dans l’espace public. Alors exilée à Londres, elle avait posté sur le réseau social deux photos d’elle, l’une avec le voile islamique couvrant les cheveux et le cou, l’autre sans. C’est après avoir reçu les photos d’autres internautes imitant son geste qu’elle décide de lancer ce groupe en ligne, baptisé « My Stealthy Freedom » (« Ma liberté furtive »). Cette initiative, censée refléter « les préoccupations des femmes d’Iran qui font face à des restrictions légales et sociales », est un acte militant visant à défendre le « droit des femmes iraniennes de choisir si elles veulent ou non porter le hijab ». La loi islamique, en vigueur dans le pays depuis la révolution de 1979, en a fait une obligation. Et pour s’assurer que les femmes respectent les règles vestimentaires dans la rue, la police a créé une unité spéciale dite de « moralité », qui a pour rôle de distribuer des amendes, voire d’arrêter celles qui seraient « mal voilées ».

« Une campagne pour la liberté de choisir »

Au bord de la mer, dans un champ, devant un panneau « Mes sœurs, respectez le port du hijab », sur une route ou sur un site touristique, des milliers d’Iraniennes ont retiré leur voile, se sont fait prendre en photo et ont ensuite envoyé le cliché à la journaliste. « Toutes les photos et les légendes postées ont été envoyées par des femmes venues de tout le pays. Ce site est dédié à celles qui veulent partager leur moment de liberté furtive sans le voile », est-il précisé sur la page, qui compte aujourd’hui 820.000 « likes ». Au côté des jeunes femmes dévoilant leur chevelure, d’autres internautes qui ont elles choisi de porter le voile ont apporté leur soutien à l’initiative pour dénoncer l’obligation de porter le hijab. « C’est une campagne pour le droit de choisir, pour la liberté de choisir ce que l’on veut porter. Nous ne sommes pas contre le hijab mais contre le hijab imposé », nous confirme Masih Alinejad par e-mail…

http://madame.lefigaro.fr/societe/les-iraniennes-continuent-de-militer-contre-le-voile-obligatoire-sur-facebook-160615-97010#diaporama-498472_4

La page facebook https://www.facebook.com/StealthyFreedom a reçu près d’un million de « likes »

Toutes les photos

https://www.facebook.com/StealthyFreedom/photos

‎My Stealthy Freedom آزادی یواشکی زنان در ایران‎'s Profile Photo

Contacts

Stealthy Freedoms of Iranian women
Admin: Masih Alinejad
https://twitter.com/masihpooyan
masih.author@gmail.com

http://mystealthyfreedom.net/en/

 

 

"

  1. les deux, hypocrisie et bêtise crasse

    J'aime

    Réponse
  2. c’est l’hypocrisie de nos jours, je ne suis plus étonnée de rien, votre article est très instructif, merci beaucoup

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :