Flux RSS

Non au voile pour les fillettes à partir de 2 ans

Publié le

 

Qui n’a pas été choqué de rencontrer des familles accompagnées de fillettes vêtues de couleurs sombres comme des Belphégors ? Comment peut-on oser imposer un tel accoutrement lugubre à des petites filles qui devraient rire, jouer, découvrir et socialiser sans entraves ? Comme le dit la lettre ci-dessous, discriminer des fillettes et même des bébés, les dresser à être soumises et à se résigner à des kyrielles d’interdits uniquement dédiés aux filles, c’est de la maltraitance.

La Connectrice

Bébé pieuse

Source photo

Source photo

http://photo-de-bebe.blogspot.fr/2013/07/photo-bebe-islam.html

http://algerienne-du-69-16.skyrock.com/2384649013-la-priere.html

http://www.aufeminin.com/news-societe/sois-un-homme-voile-ta-femme-la-campagne-qui-fait-bondir-en-algerie-s1406236.html

Voici la lettre ouverte adressée hier aux  Ministres de la Justice et des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes, publiée dans Marianne n°997 du 20 au 26 mai 2016

Voilées dès l’âge de 2 ans : halte à la maltraitance !
Les petites filles de filiation musulmane sont-elles protégées effectivement
par le cadre juridique de la République française ?

Monsieur Jean-Jacques Urvoas, Ministre de la Justice,
Madame Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes

Voilées dès l’âge de 2 ans : halte à la maltraitance !
Les petites filles de filiation musulmane sont-elles protégées effectivement
par le cadre juridique de la République française ?

          La France s’honore de ne pas être signataire de la Convention Internationale des droits de l’enfant, en raison de l’article 30[1] qui autorise des abus religieux ou ethniques.

Ainsi nul ne peut s’affranchir de la loi commune en invoquant son appartenance à un groupe ethnique, linguistique ou religieux.

La protection des enfants par rapport à la maltraitance de leurs parents figure dans notre arsenal législatif, mais avec quelle effectivité ?

Dans la République une et indivisible,  toutes les fillettes ont droit à la protection de l’Etat, indépendamment de l’appartenance religieuse de leurs parents.

Nous vous interpellons afin de savoir si les petites filles de filiation musulmane bénéficient, elles aussi, de cette protection légale.

En effet, sur le territoire de la République, des petites filles sont affublées par leurs parents de tenues vestimentaires islamistes, telles les« jilbabs », qui, dès 2 ans, les retranchent du commun de notre société dans l’espace public.

Tout code vestimentaire[2] qui impose une prétendue pudeur aux fillettes depuis le plus jeune âge, sous prétextes religieux ou sectaires  est un marquage de servitude et de discrimination.

Il convient de récuser ces stratégies de prise de contrôle du corps féminin, conçu comme la propriété du père puis du mari qu’aucun alibi religieux ne saurait justifier dans un pays démocratique dont les politiques publiques tendent à l’égalité des droits entre femmes et hommes.

Cette contrainte familiale conditionne la petite fille à la servitude volontaire et à la soumission maritale ainsi qu’à être visuellement exclue de l’espace public. C’est bien une maltraitance exercée par une personne ayant autorité.

Ces tenues vestimentaires aliénantes stigmatisent les fillettes, en leur faisant porter  la culpabilisation d’être née de sexe féminin. Les petites filles  sont ainsi conditionnées à se responsabiliser des violences sexuelles subies.  Ce serait leur faute puisque leur tenue vestimentaire serait non conforme aux prescriptions religieuses édictées par les adeptes du dogme islamique le plus obscurantiste.

Dans le même temps, les garçons sont exonérés de toute responsabilité et conditionnés pour perpétuer le pouvoir viril, la possession du masculin sur le corps et l’esprit des filles puis des femmes.

Il faut soustraire les petites filles à cette violence et ne pas tolérer que dans l’espace public une fillette porte un marqueur archaïque et claustrant de l’oppression des femmes.
Sinon, cela contredit frontalement le principe d’égalité entre les femmes et les hommes.

Ne tolérons pas l’endoctrinement des enfants dans une vision hiérarchisée des sexes. Les fillettes n’ont pas à se cacher dans l’espace public sous le prétexte qu’elles seraient une tentation pour des prédateurs masculins à qui l’interdit des violences envers les filles n’a jamais été posé.

C’est la machocratie qui est perpétuée par l’apartheid sexuel

Etendre le vêtement des fillettes aux cheveux, au cou, aux bras, et même au visage, c’est les retrancher de la société, leur inculquer qu’elles n’ont pas les mêmes droits que les garçons.

Ce stigmate imposé aux fillettes  prohibe  la mixité dans les rues et les lieux publics. En 2005,  la tribune « Banlieues sans femmes, banlieues s’enflamment »[3] montrait  le lien entre les  troubles à l’ordre public et la non-mixité des espaces et lieux publics. Restreindre leur accès aux fillettes et adolescentes,  prétendument pour leur protection, c’est en réalité interdire de vivre ensemble dans le respect mutuel et ouvrir le champ des frustrations sexuelles.

L’objet de ces sectaires et intégristes est d’imposer leur  capacité d’intimidation, sinon de gouvernance,  des espaces et des esprits. Après avoir promu dans l’espace public le voilement des femmes, ils poursuivent leur avancée contre le principe d’égalité femmes-hommes en rendant visibles les petites filles en tant qu’objet sexuel. Cela modifie la perception  de l’espace public qui n’est plus un espace de liberté pour celles qui doivent s’y dissimuler dans une tenue claustrante afin que, même dehors, elles restent dedans.

Ce problème nous concerne toutes et tous.

Interdire, poursuivre et sanctionner cette grave maltraitance envers les fillettes qui leur impose de proclamer la honte de leur corps et l’infériorité du féminin est un devoir de la République.

Signataires
Fewzi Benhabib, Militant laïque, Observatoire de la laïcité de Saint Denis
Nadia Benmissi et Nadia Ould Kaci, Femmes sans voile d’Aubervilliers
Christian Cadiot, Magistrat à la Cour de Cassation
Sérenade Chafik, Ecrivaine
André Gerin, Député-maire honoraire de Vénissieux
Yvette Roudy, Ministre des droits des femmes de 1981 à 1986
Michèle Vianès, Présidente de regards de femmes


[1]  « Dans les États où il existe des minorités ethniques, religieuses ou linguistiques ou des personnes d’origine autochtone, un enfant autochtone ou appartenant à une de ces minorités ne peut être privé du droit d’avoir sa propre vie culturelle, de professer et de pratiquer sa propre religion ou d’employer sa propre langue en commun avec les autres membres de son groupe ».
[2] Résolution votée le 4 octobre 2005 par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe exhortant tous les pays membres à  : « Veiller à ce que la liberté de religion et le respect de la culture et de la tradition ne soient pas acceptés comme des prétextes à la justification des violations des droits des femmes, y compris lorsque des jeunes filles mineures sont contraintes de se soumettre à des codes religieux (y compris à des codes vestimentaires), … » (article 7.3
[3] Tribune de Michèle Vianès, parue dans Volkskrant, quotidien néerlandais, le 8 décembre 2005

"

  1. Mesdames,

    Foutez leur la paix. Ces mères qui habillent ainsi leurs filles (parce que ce n’est pas les pères qui gère cela) ont d’autres modèles que les Beyoncé et Rihanna. Elles choisissent plutôt la Vierge Marie sainte parmi les saintes. C’est pour elles, un exemple de noblesse, de chasteté et de piété. Ne dit-on pas depuis 200 ans qu’elle est la meilleure des femmes y compris chez les musulmans

    Je vous rappellerai à ce propos ,l’exemple de vos grand mères et arrières grand mères et peut être le vôtre, si vous êtes femmes d’un certain age. Lors de votre ou de leur communion solennelle, ne portaient-elles pas une voile sur la tête? Vos arrières grand mères et grand mères étaient-elles si malheureuses et si oui, est ce à cause d’un fichu sur la tête ou d’un manque d’amour de la part de leur mari , d’un proche?

    http://www.ebay.fr/itm/CPA-92-COLOMBES-carte-photo-communion-jeune-fille-1909-/272244545147?hash=item3f630a167b:g:olQAAOSw6EhUSLv3

    http://www.hellocoton.fr/les-annees-50-anne-marie-en-communiante-6633370

    https://www.etsy.com/fr/listing/183621549/photographie-victorienne-vintage-carte

    Cessez de déverser votre ostracisme et tachons de vivre ensemble malgré nos différences.

    J'aime

    Réponse
    • laconnectrice

      Il faudrait quand même vous renseigner sur l’histoire des femmes depuis le 19ème siècle et comment elles ont conquis leurs libertés et leurs droits
      Je suppose que vous-même portez un costume 3 pièces avec col serré jusqu’au cou et amidonné, une montre de gousset et que vous portez un chapeau haut de forme et marchez avec une canne et que vous vrencontrez vos amis dans un fumoir interdit aux femmes, que vous avez été dépucelé dans un bordel avant de partir pour le front, que vous bossez pour entretenir vôtre grand-mère, votre mère, vos soeurs et votre tante handicapée

      J'aime

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :