Flux RSS

Féminisme. Benoîte Groult, bourgeoise impertinente de lucidité

Publié le

 

« Quand on a écrit nos deux premiers livres ma sœur et moi, on était considérées comme doublement littérature féminine, donc littérature de second ordre, et les titres des articles c’était ‘Quand ces dames échangent le plumeau contre le stylo‘. Et quand on est passées chez Pivot, il groupait les femmes : on était un troupeau de dames, on n’était pas affrontées à des hommes, qui eux écrivent de la belle littérature par définition. Nous on ne pouvait écrire que des petites histoires sentimentales. Et ça finit par vous peser sur l’ambition, le plaisir d’être, sur l’écriture aussi sûrement. »

Benoîte Groult, figure du féminisme français nous a quittés à l’âge de 96 ans ce 21 juin 2016.

Afficher l'image d'origine

J’avais découvert Benoîte avec son ouvrage hilarant et tragique à la fois, Ainsi-soit-elle. Mais en 1975, j’étais en pleine révolution féministe influencée par les féministes révolutionnaires socialistes et anarchistes du XIXème siècle en Russie et dans toute l’Europe. Malgré son humour, sa lucidité et son courage, Benoîte Groult demeurait pour moi une bourgeoise qui détournait le féminisme tel que je le concevais alors en fondant avec un patron de presse le journal FMagazine que je feuilletais du bout des doigts. Aujourd’hui, j’encourage toutes les initiatives féministes, c’est-à-dire tout ce qui se dit et se fait pour aider les femmes à sortir de la féminitude et prendre leur envol créatif indépendamment de leur genre car, comme nous le disions dans le Mouvement des femmes en 1970 On peut tout faire, il suffit d’apprendre…

Alors quand je lis que Ainsi-soit-elle a présidé à la fondation du féminisme du XXème siècle, je me dis que c’est encore là une invention de journaliste pressé. Quel que soient les mérites et la contribution de Benoîte Groult elle a eu indiscutablement moins d’influence que Simone de Beauvoir avec le Deuxième sexe. La principale contribution au féminisme de Benoîte Groult est d’avoir vulgarisé le féminisme, de l’avoir rendu présentable, de l’avoir poli pour le faire accepter par la société …une acceptation en totale régression aujourd’hui avec un consensus généralisé contre le « néoféminisme » (j’ignore qui a inventé ce pushing ball)

Je vous invite à lire le dossier Benoîte Groult réalisé par France culture avec des extraits des émissions auxquelles elle avait participé http://www.franceculture.fr/litterature/benoite-groult-ainsi-fut-elle

Pour finir, écoutez cette chanson drôle de Marie-Paule Belle écrite par Françoise Mallet-Joris : Je suis Léopoldine la soeur de Mozart

https://youtu.be/0xMuYoICCnY

et puis celle-ci qui convient assez à Benoîte Groult : La Parisienne

https://youtu.be/8zUwICp7Tn4

La Connectrice

Une réponse "

  1. Je vais de surprise en surprise .Quelle plume !Je partage aussi l’idée que les femmes sont opprimées pour servir le mâle .Ce sont des visions personnelles bien sûr .

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :