Flux RSS

Nice. Les effectifs de police étaient suffisants…

L’Inspection de la police (IGPN), suite aux déclarations de Sandrine Bertin, la policière chargée de la vidéosurveillance de Nice, a conclu son enquête par un satisfecit, en apparence. Les forces de police étaient en nombre suffisant le 14 juillet 2016 sur la Promenade des Anglais.

Dont acte pour les effectifs.

L’Inspection générale de la police nationale a rendu mercredi au ministre de l’Intérieur le rapport de sa «mission technique d’évaluation». Un document qui «ne saurait être suffisant» pour Christian Estrosi.

Objet de vives polémiques, le dispositif de sécurité sur la promenade des Anglais à Nice le soir de l’attentat du 14 juillet a fait l’objet d’une «mobilisation adaptée des effectifs»: telle est la conclusion de la «mission technique d’évaluation» de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) commandée par le ministère de l’Intérieur le 21 juillet.

Assurant que les polémiques «sont le fruit d’une mauvaise compréhension et interprétation des informations», sa directrice, Marie-France Moneger-Guyomarc’h, a confirmé le nombre de policiers nationaux (64) et municipaux (42) déployés pour l’occasion. Comme le souligne le rapport, il était acté que la police municipale était chargée des points de barrage à la circulation (Gambetta et Ile de Beauté) et la police nationale de trois points de contrôle (Meyerbeer, Verdun et Phocéens) délimitant la «Prom’ party», zone dans laquelle circulaient aussi des policiers en patrouille.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/07/27/01016-20160727ARTFIG00353-14-juillet-dispositif-adapte-a-nice-assure-l-igpn.php

Quid du déploiement des hommes et de leur positionnement ? Nous savons qu’ils n’étaient pas opérationnels puisque le camion fou a pénétré sur la Prom.

On nous prend pour des bûches parce qu’avant tout, ce sont les résultats qui comptent. A Nice, les résultats c’est près de 100 morts et 200 blessés dont près de 20 seraient encore en détresse.

Selon l’avocat Thibault de Montbrial, il aurait fallu installer des chicanes à tous les accès à la Prom pour véritablement protéger la foule.

De son côté, Le Monde souligne les failles révélées par le rapport de l’IGPN que ne soulignent pas la plupart des médias :

« En l’absence de risque particulier »

Le rapport précise néanmoins que « le dispositif du 14 juillet 2016 n’a pas été soutenu par une unité de forces » mobiles (CRS ou gendarmes), contrairement à 2014 (37 CRS) ou 2015 (60 gendarmes mobiles). « La demande de la préfecture des Alpes-Maritimes, sur la base d’une évaluation à 30 000 du nombre de spectateurs répartis en divers lieux, et en l’absence de risque particulier signalé par le renseignement territorial, n’a, en conséquence, pas été satisfaite » par le préfet de la zone de défense, expliquent les rédacteurs.

Marseille et Toulouse (« risques de violences urbaines »), Montpellier (« départ de la douzième étape du Tour de France »), Carcassonne (« 500 000 spectateurs attendus pour “l’embrasement” de la ville ») et Avignon ont été privilégiées.

La direction départementale de la sécurité publique (DDSP) a donc fait « sur ses seules ressources propres » et a recouru « à des effectifs inhabituellement employés sur ce type de mission (formateurs, chargés de prévention, cadets) ». Les cadets sont des jeunes non diplômés qui préparent le concours de gardien de la paix tout en effectuant des stages dans les services de police.

Si le calcul n’est jamais présenté clairement dans le rapport, les notes de bas de page du rapport permettent de dresser un comparatif du nombre de membres des forces de l’ordre présents sur les trois derniers 14-Juillet à Nice. En effet, l’IGPN rappelle que « la DDSP a engagé sur le même service d’ordre 52 policiers en 2014 et 44 en 2015 ». Cela signifie que 89 personnels dépendant du ministère de l’intérieur étaient mobilisés en 2014 (52 de la DDSP et 37 CRS), 104 en 2015 (44 de la DDSP et 60 gendarmes) et enfin, donc, 64 en 2016.

Dispositif « pertinent dans son principe »

Lire aussi :   Polémique sur la sécurité à Nice : ce que l’on sait

L’IGPN juge enfin que le dispositif mis en place, des points de contrôles aux entrées de la zone piétonne et des contrôles aléatoires dans la zone, « n’était pas adapté à ce type d’attaque dont la nouveauté et l’intensité étaient au-delà de toute prévision » mais était « pertinent dans son principe ».

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/07/27/attentat-de-nice-le-service-d-ordre-n-etait-pas-sous-dimensionne-selon-le-rapport-de-l-igpn_4975479_1653578.html#EDOCfweT5qXFZjTi.99

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :