Flux RSS

Féminisme. Non, je n’irai pas a Rio !

Publié le

Chroniques Non, je n’irai pas à Rio !

Vous pensez sans doute que je vais hurler avec les loups, que je vais brandir des slogans type : « tous pourris ! » à cause des scandales de dopage, de corruption, à cause aussi des manifestations anti-Jeux du petit peuple de Rio dans un pays en pleine crise … Eh bien, pas du tout.

Les JO c’est comme toutes les sociétés humaines, on en fait ce qu’on veut qu’elles deviennent. Si, nous les femmes, nous avions attendu que le monde soit « propre » pour y réclamer une juste place nous serions encore en train d’attendre devant la porte.

Pour nous féministes comme pour tous ceux et celles qui combattent les oppressions, le Stade Olympique est un espace particulier, le seul lieu au monde où une règle unique – la Charte Olympique – s’applique indépendamment des différences dans le respect des principes « éthiques fondamentaux universels ». Parmi ceux-ci : le rejet de toute discrimination y compris de sexe (principe n°6), un engagement à « mettre en œuvre le principe d’égalité entre les hommes et les femmes », et enfin, une forme de neutralité plus exigeante même que la laïcité, qui s’exprime en ces termes « aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique ».

Naturellement la réalité est différente (1). Mais au moins on a un référentiel pour pointer les contrevenants.…

Rio, les Jeux de la parité, vraiment ?

A Rio il y aura 4700 athlètes féminines soit une participation de 45% contre 44,2 % à Londres. Autrement dit, il y aura tout de même environ 1000 athlètes masculins de plus que d’athlètes féminines. Une paille, quoi.

On me rétorquera que depuis Londres 2012, avec l’inscription au programme de la boxe féminine, les femmes ont accès aux 26 sports olympiques. Certes, mais le diable se cache dans les « détails » : sur un total de 306 médailles à gagner, les hommes en auront 25 de plus que les femmes (161 médailles pour les hommes, 136 pour les femmes et 9 médailles mixtes), car il y a plus d’évènements pour les hommes que pour les femmes (2) …

On me retoquera aussi qu’on part de loin si on se souvient que Coubertin, l’inventeur des JO modernes, avait opposé un refus catégorique à la participation des femmes aux JO. Tout juste pouvaient-elles concourir dans des disciplines considérées alors comme marginales à l’Olympisme : le golf, la voile, le tennis. Il faudra attendre 1928, alors que l’irascible baron a quitté ses fonctions, et grâce au combat d’une française, Alice Milliat (3), pour que les femmes soient autorisées à concourir en athlétisme. Mais attention, dans cinq disciplines seulement. Alors vous pensez, huit décennies plus tard, avoir accès à toutes les disciplines, c’est le Nirvana !

Allez encore un petit effort supplémentaire et on va bientôt arriver à la parité… ce sont toujours les derniers mètres, en l’occurrence les derniers %, qui sont les plus durs.

Mais le pire est ailleurs : c’est la ségrégation fondée sur le sexe.

foot iranfoot iran

L’équipe iranienne en 35 ans

Deux champions en la matière : l’Iran et l’Arabie Saoudite, les deux seuls pays au monde qui, sur leur territoire, interdisent à toutes les femmes d’entrer dans les stades.

La République islamique d’Iran n’hésite pas pour autant à présenter son système sportif ségrégationniste comme « un modèle pour les femmes libres du monde » (4). Concrètement, cela veut dire des conditions de pratique hors du regard du public, des Jeux séparés (« Jeux Islamiques de la Solidarité »), et un lobbying effréné – mais couronné de succès – pour que des sportives iraniennes puissent concourir dans des compétions internationales en portant l’uniforme islamique de rigueur, couvrant tout leur corps (oreille et cou compris, à l’exception du visage), au mépris des règlements sportifs et de la Charte Olympique citée plus haut.

L’Arabie Saoudite, dont le cadet des soucis est d’apparaître progressiste en ce qui concerne les droits des femmes, affiche sans vergogne l’interdiction du sport pour les filles dans les écoles et collèges publics. Le CIO avait crié victoire, aux JO de Londres lorsque l’Arabie Saoudite avait enfin accepté d’envoyer des femmes. C’était passer sous silence les couleuvres qu’avait dû avaler le président Jacques Rogge en acceptant les trois conditions posées par l’Arabie Saoudite : la non mixité, le port de l’uniforme islamique, la présence permanente des gardiens mâles de ces jeunes femmes. Celles-ci n’étaient même pas du pays mais de la diaspora saoudienne.

L’Afrique du Sud avait été exclue de la famille Olympique pendant trente ans pour cause d’apartheid racial. L’apartheid sexuel ne mérite-il pas le même traitement ?

Voilà pourquoi nous avons jeté la Charte dans la Tamise.

Le CIO dont la mission principale est de faire respecter les termes de sa Charte dispose des outils nécessaires pour sanctionner ces pays. Mais il préfère jouer la carte de la « tolérance » quand il s’agit des femmes. Après tout, ce sont « leurs femmes ! ».

Voilà pourquoi, à Londres, en juillet 2012, à la veille de la cérémonie d’ouverture, sous le chaud soleil d’été, nous avons placé la Charte Olympique, dans un petit cercueil de carton noir, recouvert de fleurs. Au cours d’une cérémonie festive, au son d’un orchestre de jazz style Nouvelle Orléans, nous l’avons jetée dans la Tamise. Une façon de dire que le CIO avait trahi ses propres principes.

Inutile donc d’aller à Rio pour voir si le CIO s’est décidé à l’appliquer. J’ai déjà ma réponse.

 

Annie Sugier 50-50 magazine

Co-auteure avec Linda Weil-Curiel de « Sport : glissement vers l’abandon de l’universel … à qui la faute ? » (ouvrage à paraitre).

1) Brochure de la LDIF et de la CLEF « JO de Rio 2016 : 7 impératifs- Appliquez la Charte Olympique ! » pdf/sport/RIO-Brochure-JO-2016.pdf

2) Les Sportives N°2 juillet, aout, septembre 2016

3) Drevon (André), Alice Milliat, la pasionaria du sport féminin, Paris, Vuibert, 2005

4) Discours d’ouverture des Jeux Islamiques de la Solidarité, Téhéran 1993 (« The First meeting » an illustrated report, publication officielle).

Ces deux pays pratiquent un strict apartheid sexuel n’ayant rien à envier à l’apartheid racial de l’Afrique du Sud, qui fut exclue, elle, des JO de 1962 à 1992.

Les Jeux olympiques de Rio débuteront le 5 août, attendus par des milliers d’athlètes de toutes nationalités. C’est aussi le spectacle le plus populaire au monde : plus de 3 milliards de téléspectateurs ont suivi les JO de Londres en 2012.

Mais la fête ne saurait masquer l’injure de la présence de deux pays qui affichent, sans vergogne, un strict apartheid sexuel n’ayant rien à envier à l’apartheid racial des années les plus sinistres de l’Afrique du Sud.

L’Iran et l’Arabie Saoudite sont les seuls au monde à interdire aux femmes de pénétrer dans les stades. En outre, l’Arabie Saoudite interdit le sport aux filles dans les écoles et les collèges publics. A Rio, leurs délégations comprendront sans doute quelques athlètes alibis couvertes de la tête aux pieds de l’uniforme islamique imposé aux femmes afin que leur corps soit invisible aux yeux de la foule.

Ces pays bafouent les principes et les règles inscrits dans la charte olympique à laquelle ils ont pourtant souscrit. La pratique du sport est un droit de l’homme. Chaque individu doit avoir la possibilité de faire du sport sans discrimination d’aucune sorte (principes V et VI), et le Comité international olympique (CIO) s’est donné pour mission de promouvoir l’égalité femmes-hommes (chapitre I). Aucune sorte de «démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique» (règle 50-2).

Quel crédit donner au CIO et aux fédérations internationales, qui plient face à des exigences n’ayant rien à voir avec le sport et qui briment les femmes ? 

Ce faisant, ils trahissent les athlètes musulmanes qui ont couru bras et jambes découverts, à l’image des premières médaillées d’or du Maghreb (la Marocaine Nawal el-Moutawakel aux JO de Los Angeles en 1984, l’Algérienne Hassiba Boulmerka aux JO de Barcelone en 1992, la Tunisienne Habiba Ghribi aux JO de Londres en 2012).

Les promesses non tenues.

L’Iran, à maintes reprises, avait promis de lever l’interdiction faite aux femmes d’accéder aux stades. L’Arabie Saoudite, de son côté, avait promis au CIO de développer le sport féminin. Ces promesses n’ont engagé que ceux qui les ont crues.

La Fédération internationale de volley-ball (FIVB) est l’une des dernières à avoir fait les frais du double langage de l’Iran. A la suite de l’emprisonnement de l’Anglo-Iranienne Ghoncheh Ghavami pour avoir tenté d’assister à un match de la FIVB World League à Téhéran, la FIVB avait fait savoir en 2014 qu’elle ne confierait plus à l’Iran le soin d’organiser des compétitions internationales de volley-ball sur son territoire. Hélas, la FIVB a fait machine arrière, déclarant ne pas vouloir«punir une génération entière d’athlètes qui tentent de faire du sport». On aura compris que la FIVB s’est souciée des athlètes masculins. Or, si ces derniers étaient privés de compétitions, peut-être seraient-ils enclins à plus de solidarité avec les féminines.

Quant à l’Arabie Saoudite, dans un document, intitulé Vision 2030, elle identifie le sport comme une pratique essentielle pour la santé et dont il faut encourager le développement. Là non plus, aucune référence à la pratique du sport féminin, ni à la levée de l’interdiction du sport pour les filles dans les écoles et les collèges publics.

Qui va protester ?

Le CIO a su condamner l’apartheid racial et exclure l’Afrique du Sud des JO pendant trente ans. Tout comme il a su tout récemment suspendre pour cause de dopage institutionnalisé la Fédération d’athlétisme de Russie, et suspendre le Koweït au motif d’ingérence gouvernementale dans les instances sportives locales. Il est temps pour le Mouvement olympique de sanctionner deux pays qui bafouent avec une telle constance le droit des femmes et les règles du sport fondées sur des valeurs universelles. Qu’il ait le courage d’exclure des Jeux l’Iran et l’Arabie Saoudite !

Françoise MORVAN Présidente de la Coordination française pour le lobby européen des femmes , Annie Sugier Présidente de la Ligue du droit international des femmes (LDIF) , Linda Weil-Curiel Secrétaire de la Ligue du droit international des femmes (LDIF)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :