Flux RSS

De la douceur dans ce monde de brutes. Le chat par Maurice Carême

Publié le

1-IMG_1212

Le chat ouvrit ses yeux,

Le soleil y entra.

Le chat ferma les yeux,

Le soleil y resta,

Voilà pourquoi, le soir,

Quand le chat se réveille,

J’aperçois dans le noir

Deux morceaux de soleil

Maurice Carême, 1970 dans « l’Arlequin »

source image http://www.ebay.fr/itm/LArlequin-1970-Maurice-Careme-dessins-de-Roger-Somville-1ere-edition-/262204843832

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :