Flux RSS

Humour. Quand Brassens chantait les pandores. Hécatombe au marché de Brive-la-gaillarde.

Les Français n’ont jamais aimé les flics, c’est leur culture anarchiste ; mais de là à les tuer comme cela se fait aujourd’hui au nom de l’islam, il y a un pas qu’ils n’auraient jamais franchi.

L’humour et la poésie insolente et misogyne de Brassens servaient de pacifique soupape de sûreté dans les années 60 et n’avaient rien, que je sache, d’une incitation au meurtre, contrairement aux chansons violentes et haineuses contemporaines qui sont responsables de passage à l’acte.

Adolescente révoltée comme les filles de mon âge, je ne me lassais pas d’écouter Brassens et je le chantais en m’accompagnant de ma guitare. Il fut pendant des années mon meilleur compagnon jusqu’à ce que je grandisse et ne puisse m’approprier sa misogynie bien gauloise. Je le remplaçais alors par Baudelaire, Verlaine, Apollinaire et Rimbaud et rêvais sur la musique de Chopin.Toutefois, je garde encore en mémoire vive sa poésie et ses mélodies.

LC

 

Pour en savoir plus

  • Les paroles
Au marché de Briv’-la-Gaillarde,
A propos de bottes d’oignons,
Quelques douzaines de gaillardes
Se crêpaient un jour le chignon.
A pied, à cheval, en voiture,
Les gendarmes, mal inspirés,
Vinrent pour tenter l’aventure
D’interrompre l’échauffourée.

Or, sous tous les cieux sans vergogne,
C’est un usag’ bien établi,
Dès qu’il s’agit d’rosser les cognes
Tout l’monde se réconcili’.
Ces furi’s, perdant tout’ mesure,
Se ruèrent sur les guignols,
Et donnèrent, je vous l’assure,
Un spectacle assez croquignole.

En voyant ces braves pandores
Etre à deux doigts de succomber,

Moi, j’bichais, car je les adore
Sous la forme de macchabé’s.
De la mansarde où je réside,
J’excitais les farouches bras
Des mégères gendarmicides,
En criant: « Hip, hip, hip, hourra! »

Frénétiqu’ l’une d’ell’s attache
Le vieux maréchal des logis,
Et lui fait crier: « Mort aux vaches!
Mort aux lois! Vive l’anarchi’! »
Une autre fourre avec rudesse
Le crâne d’un de ces lourdauds
Entre ses gigantesques fesses
Qu’elle serre comme un étau.

La plus grasse de ces femelles,
Ouvrant son corsag’ dilaté,
Matraque à grands coups de mamelles
Ceux qui passent à sa porté’.
Ils tombent, tombent, tombent, tombent,
Et, s’lon les avis compétents,
Il paraît que cett’ hécatombe
Fut la plus bell’ de tous les temps.

Jugeant enfin que leurs victimes
Avaient eu leur content de gnons,
Ces furi’s, comme outrage ultime,
En retournant à leurs oignons,
Ces furi’s, à peine si j’ose
Le dire, tellement c’est bas,
Leur auraient mêm’ coupé les choses:
Par bonheur ils n’en avaient pas!
Leur auraient mêm’ coupé les choses:
Par bonheur ils n’en avaient pas!

  • Analyse sémantique des paroles, explication de texte et du contexte. Très intéressant

01Au marché de Briv’-la-GaillardeBrive
Aujourd’hui, le « marché paysan » de Brive-la-Gaillarde (19100), où l’on peut trouver des foies gras succulents, se nomme « Halle Georges Brassens ».
[contact auteur : Gérard Delmas][compléter cette analyse]Brive la Gaillarde
Les brivistes ont longtemps cru qu’il se vengeait d’eux pour avoir été mal reçu par la ville au temps de ses débuts. En fait il a trouvé le nom sur un dictionnaire en cherchant une rime, toute trouvée, avec gaillarde.
[contact auteur : Dominique C][compléter cette analyse]Complément
Outre la rime très riche issue du dictionnaire, il convient de noter que le marché de Brive-la-Gaillarde est un marché très important de centre-ville, très étendu, très fréquenté ; il est donc de dimension à être le théâtre d’une scène aussi grandiose.
[contact auteur : Samuel S.]Complément
A noter qu’il y a traditionnellement à Brive-la-Gaillarde un « marché aux oignons » dont la tradition se perd dans l’histoire…
[contact auteur]La géographie des vaudevillistes
Dans le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siécle de Pierre Larousse, on trouve, à propos de bruit dans Landerneau :
« Allus. littér. : Il y aura, cela fera du bruit dans Landerneau. Certaines villes, en France, ont toujours joui du privilège d’exciter la verve maligne des vaudevillistes et des journalistes du petit format. Tour à tour, c’est Pézenas, Carpentras, Lons-le-Saunier, Pontoise, Brive-la-Gaillarde, qui reviennent sous leur plume. Pour La Fontaine, c’était Quimper-Corentin… »
Géographie empruntée par Brassens: La première fille (Pontoise, Landerneau), À l’ombre du coeur de ma mie (Landerneau), Tempête dans un bénitier (Quimper-Corentin)…

[contact auteur : Ralf Tauchmann][compléter cette analyse]02A propos de bottes d’oignons,03Quelques douzaines de gaillardes04Se crêpaient un jour le chignon.Se crêper le chignon
Se prendre aux cheveux, en venir aux mains
[contact auteur][compléter cette analyse]

http://www.analysebrassens.com/?page=texte&id=6&%23

  • Biographie de Georges Brassens

https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Brassens#Mauvaise_r.C3.A9putation

 

"

  1. Je peux faire le même parallèle ici au Québec « francophones » avec les flics, peut-être quelque chose venue de la France. Je ne crois pas que les anglophones aient cette culture.

    J'aime

    Réponse
  2. Et bien là, Laconnectrice m’a bien surpris par son attrait passé pour Brassens!

    J'aime

    Réponse
    • laconnectrice

      Vous savez que j’aime aussi votre Félix mais je l’ai découvert plus tard…

      Comment allez-vous ?

      J'aime

      Réponse
      • Ça va bien. L’automne est exceptionnel ici par sa douceur, du jamais vu selon moi. Les pensées continuent de m’étonner. La première gelée blanche sur le toit des maisons n’est apparue qu’hier. Nous sommes dans un cycle doux et nous savons que l’homme « industriel » prend part à ce cycle et que cela s’intensifiera.
        La politique ici est devenue insipide. Le multiculturalisme est l’idéologie dominante. Quelques siècles de notre jeune histoire s’effiloche pour accommoder…

        Dis-moi la meilleure façon de t’envoyer une photo prise à quelque pas de la maison Dimanche?

        J'aime

        Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :