Flux RSS

Assassinat de Sarah Halimi. Pourquoi ?

 

Conférence de presse le 4 juillet 2017, par le comité Vérité et Justice pour Sarah Halimi qui pose  deux questions essentielles : 

  • Pourquoi ce crime n’a-t-il pas été qualifié antisémite alors que Sarah Halimi était harcelée depuis longtemps par un voisin musulman qui manifestait son antisémitisme et qui l’a torturée aux cris de Allah Akbar ?
  • Pourquoi la police arrivée sur les lieux, appelée par des voisins, n’est-elle pas intervenue pendant une heure attendant que Sarah Halimi soit défenestrée ?

A ces deux questions j’ajouterais qu’il est incompréhensible que le voisin malien qui ne cachait pas ses convictions antisémites et islamistes, qui montrait de plus des signes de déséquilibre, pourquoi n’était-il pas soigné et interrogé par la police ainsi que sa famille qui partageait ses idées ?

L’affaire Théo avait fait grand bruit et la victime avait même reçu la visite du président Hollande. Etre dit sodomisé par une matraque télescopique policière au nom de l’ordre public est-il plus grave qu’être torturée à mort et défenestrée par un afro-musulman au nom d’Allah ?

Si vous doutiez de la confusion et de la perte de valeurs des institutions françaises, avec l’affaire Sarah Halimi vous en aurez la certitude.

Que faire ? Émigrer, crier pleurer prier, publier, pétitionner, rendre œil pour œil dent pour dent, utiliser les moyens des terroristes pour se faire entendre et imposer sa volonté, encourager l’auto défense, boycotter le système, harceler les responsables irresponsables, dénoncer la démocratie Canada dry, …?

Pour ma part, je fais ce qui est à ma portée : écrire, informer, discuter, tenter d’être juste avec mes proches et mes voisins …Les petits ruisseaux ne font-ils pas les grandes rivières ?

La Connectrice

 

http://www.cjfai.com/eventmaster/comite-de-soutien-verite-justice-sarah-halimi/titreeditorial-fw

AFFAIRE SARAH HALIMI :

                  3 MOIS APRÈS…

                             DÉCRYPTAGE !!

   

Madame Sarah Halimi Attal (z »l) Barouh dayane emeth

«  “le silence c’est le poids effrayant du vide que l’oubli n’a pas le droit de combler et que la mémoire des vivants habitera toujours.”  »

 Simone Veil

 

 

Rappelons brièvement l’historique de l’Affaire :  4 avril 2017  – assassinat dans des conditions abominables de Madame Sarah Halimi Attal (z »l)!

Cela s’est donc passé le 4 avril dernier, il y a tout juste 3 mois !

Cette nuit là, Madame Sarah Halimi ATTAL, une femme juive orthodoxe, médecin, a été surprise dans son sommeil chez elle ! Elle sera atrocement torturée pendant plus d’une heure. Elle avait 65 ans et  vivait dans un modeste immeuble du XI ème arrondissement de Paris, rue Vaucouleurs. Le meurtrier, un « islamiste radical » qui n’avait cessé de l’importuner et de la harceler avec des injures antisémites durant les semaines qui précédaient, s’était introduit cette nuit-là,  chez elle, par le balcon et  s’était acharné avec une violence inouïe sur sa victime, provoquant une vingtaine de fractures au corps et au visage, avant de la défenestrer, agonisante, du troisième étage. Le récit des violences et actes de barbarie subis par la victime sont tout simplement insupportables à décrire  et reflète une haine antisémite indescriptible !

Pendant ce temps, la police (aussitôt prévenue) est sur le palier. Le premier équipage de trois hommes armés n’intervient pas. Cinq minutes plus tard, un deuxième équipage arrive qui sera suivi un quart d’heure plus tard par un troisième équipage. De fait, on saura plus tard qu’au final, ils seront 28 policiers sur place, mais qu’ils n’interviendront pas pendant toute la durée  le calvaire de la sexagénaire, jusque et y compris la défenestration !

Cela interpelle et choque plus d’un citoyen, juif ou non juif, visiblement à l’exception de Maître Buchinger !

Pour être précis et prendre conscience de l’énormité du dysfonctionnement, il est important de reprendre le déroulé exact des faits tel que précisé par Sammy Ghozlan lors de la Conférence de Presse du 4 Juillet:

  • La Police  est arrivée 3 minutes après qu’elle a été appelée par la famille malienne voisine, puisque Kobili TRAORE avait transité par le logement de cette dernière pour accéder à celui de Sarah HALIMI.
  • 4 h 22 : appel de la famille malienne
  • 4 h 25 : la BAC arrive sur les lieux; elle réceptionne les clefs envoyées par la famille et en même temps elle déclare entendre des cris qu’elle assimile à des prières arabes.
  • 4 h 30 : arrivée du 2ème équipage
  • 4 h 48 : arrivée du 3ème équipage (au final, ils étaient 28 membres des forces de l’ordre)
  • 5h  32 : défenestration de madame Sarah Halimi Attal

Ainsi ce sont cinquante minutes qui se sont écoulées entre l’arrivée des policiers et le décès de madame Halimi.

Pendant tout ce temps, les voisins (plusieurs dizaines de personnes) entendent ses hurlements et ce, jusqu’à trois blocs du bâtiment. Ils tentent d’intervenir mais en sont dissuadés par les forces de police pour des raisons sécuritaires. Il apparaîtra, après enquête, que les médias nationaux n’ont pas été alertés ni par l’A.F.P, ni par la préfecture ! En conséquence,  ils n’enquêtent pas et passent sous silence l’abominable assassinat !

Pire que tout,  c’est que ce terrible drame a pu se dérouler en plein Paris sans que personne ne s’en émeuve, ni ne relate l’affaire.

Non seulement les médias ont été muets, mais tant le monde politique, qu’associatif ou artistique est resté tout autant silencieux, à l’exception notable de madame Marine Le Pen qui s’est émue de la situation lors d’une interview au Figaro !

Plus grave encore, le 7 avril, soit trois jours après les faits,  la communauté juive dite organisée se targue d’un communiqué où elle écrit « rien ne permet de retenir le caractère antisémite et rien ne permet de l’exclure. L’enquête se poursuit et toutes les pistes sont ouvertes … Toutefois nous faisons pleine confiance aux hommes et femmes qui œuvrent à cette enquête…L’enquête ne peut se faire sur les réseaux sociaux, le mélange d’informations provenant de témoins directs avec des récits « revisités » par des commentateurs, le mélange d’informations vérifiées et avérées avec des informations supposées, imaginaires, voulues ou encore déniées créent une confusion qui dessert la recherche de la vérité. »

Ce communiqué a choqué un grand nombre de juifs et de non-juifs qui n’ont absolument pas compris la pertinence et l’utilité d’un tel communiqué qui donnait du grain à moudre à ceux qui voulaient éviter la qualification d’antisémite à ce crime odieux !

Ainsi, après les divers actes antisémites qui se sont déroulés de février à fin mai 2017, et passés sous silence, il fallait continuer l’omerta et se refuser  à évoquer la piste antisémite dans l’enquête Sarah Halimi !

C’est ainsi que de ce crime antisémite, pas plus que des nombreux autres qui se produisirent pendant la campagne présidentielle, il ne fut pas question pendant cette période!

Pourtant, nos journalistes, nous les avons connus autrement plus zélés dans l’« affaire Théo », de même d’ailleurs que les nombreux artistes qui s’étaient si promptement mobilisés à cette occasion !

Un tel silence organisé mérite pour le moins une explication, un décryptage !

C’est pour casser ce silence assourdissant qu’un Comité de Soutien « Vérité et Justice pour Sarah Halimi » s’est constitué !

C’est ainsi qu’un appel de 17 intellectuels, des plus talentueux, a pu paraître dans Le Figaro du 9 juin dans le but, bien intentionné, de mettre fin à l’OMERTA ! Avec, il faut le reconnaître, un succès mitigé! Mais c’était, quand même, un début !

Le Comité de Soutien « Vérité et Justice pour Sarah Halimi » , auquel s’est joint la Confédération des Juifs de France et Amis d’Israël, s’est alors mobilisé pour mettre en lumière deux points sombres de cette affaire et avait comme volonté première que soit un fait un point sur les 2 principaux problèmes soulevés dans cette affaire :

  • pourquoi la circonstance aggravante d’antisémitisme n’a pas été retenue
  • et comment justifier la non-intervention, totalement  incompréhensible et inhabituelle, de la police.

Dans ce contexte, le Comité de Soutien « Vérité et Justice pour Sarah Halimi » annonce une conférence de presse autour de Maître Gilles-William GOLDNADEL, avocat de la famille ATTAl, de William ATTAL, Frère de la victime et de Sammy Ghozlan, président du B.N.V.C.A,  afin de faire un point sur la situation judiciaire.

Etrangement, c’est alors, le Dimanche 2 Juillet, que Maître Alexandre BUCHINGER, avocat des filles de la victime, se croit obliger de communiquer sur les raisons de sa non-plaintepour «Non assistance à personne en danger ».

Maître GOLDNADEL exposera longuement les raisons de la plainte contre la police, le 4 juillet, lors de la conférence de presse du Comité de Soutien « Vérité et Justice pour Sarah Halimi ». Il sera appuyé dans sa démonstration par les déclarations du député Meyer Habib et de Sammy Ghozlan.

Voilà pour les faits !


DÉCRYPTAGE

Plusieurs dysfonctionnements apparaissent donc à la lecture des évènements ci-dessus décrits et que nous tentons de décrypter !

  • Tout d’abord, pour quelle raison avons-nous assisté à un tel silence médiatique face à un crime abominable que l’on ait considéré cette agression comme antisémite ou pas !
  • Ensuite, pourquoi le Préfet de Police et le Procureur de la République, n’ont-ils pas immédiatement alerté l’AFP et les médias,  et surtout, pourquoi n’ont-ils pas communiqué comme ils ont l’habitude de le faire ?
  • Pourquoi avoir immédiatement considéré l’agresseur comme un malade psychiatrique ?
  • Pourquoi a-t-on tardé à considérer ce crime comme un acte antisémite, voire un attentat terroriste de nature antisémite ? ( la circonstance aggravante d’antisémitisme n’a toujours pas été retenue malgré les déclarations de Monsieur Gérard Collomb, Ministre de l’intérieur).
  • Pourquoi la communauté juive dite « organisée » a-t-elle été si timorée et si peu active face au dysfonctionnement des forces de l’ordre ?
  • Pourquoi Maître Buchinger, un des avocats des parties civiles, a-t-il été aussi virulent à l’égard d’un autre avocat des parties civiles ?
  • Pourquoi les autorités se refusent à diligenter une enquête sur le dysfonctionnement des forces de l’ordre, ce qu’elles ont pourtant immédiatement fait dans l’affaire Théo ou dans l’affaire Shaoyo Liu ?

LE SILENCE MÉDIATIQUE

Le silence médiatique est particulièrement assourdissant, surtout quand on le compare au branle-bas de combat qui a suivi les affaires Théo et Shaoyo Liu qui se sont déroulées quelques semaines auparavant !

Comment cela peut-il s’expliquer au vu de la gravité de l’agression ? Indépendamment du caractère antisémite de l’affaire, cette agression relevait pour le moins d’un crime de droit commun particulièrement crapuleux !

Ni la préfecture, ni le procureur n’ont adressé de communiqué à l’AFP, la nuit du crime !

Même la marche blanche n’a pas suscité la moindre émotion médiatique. Marche blanche, elle-même,  déclenchée spontanément par  la rue juive profondément émue, choquée et écœurée par ce qu’elle venait d’apprendre.  Cette Marche Blanche qui se déroulera le 9 avril au pied de l’immeuble où vivait Madame Halimi sera elle-même ponctuée par des quolibets antisémites et des jets d’objets sur les manifestants. Cet environnement nauséabond d’antisémitisme suffit, à lui seul, pour démontrer le climat antisémite qui entourait le cadre de vie de madame Halimi !

Mais ce jour là, le 9 avril, soit près d’une semaine après le crime odieux , la presse titrait : «Une marche blanche a eu lieu à Paris en hommage à la femme de confession juive qui a chuté du troisième étage de son immeuble. Un voisin de 27 ans est soupçonné de l’avoir défenestrée.» Alors même que tout le monde savait que la pauvre dame avait été défenestrée par un voisin islamiste et qu’il avait été interpellé en flagrant délit !

Nous apprendrons plus tard que les médias ne réagissent vraiment qu’après réception d’une dépêche AFP qui n’arrivera qu’après le premier communiqué du Comité de Soutien qui suivit l’appel des 17 intellectuels du 1er Juin sur Le Figaro ! Soit près de deux moins après le début de l’affaire !

L’attitude dubitative qui ressortait du communiqué des organisations juives «dites organisées» n’a certainement pas aidé les agences de presse à prendre conscience de la gravité de la situation !

Il aura fallu attendre le communiqué de presse du Comité de Soutien « Vérité et Justice pour Sarah Halimi » pour que la presse s’émeuve et se bouge, à commencer par un premier reportage sur TF1 le 28 juin !

Comme le dit si justement Maître GOLDNADEL,  cet assassinat n’a rien d’un crime communautaire, mais est un crime français« Il est même symptomatique d’un mal français  – même si les Juifs sont les principales victimes, ce ne sont pas les seules – qu’est l’apathie médiatique inhérente à la gêne qui s’empare de la société intellectuelle, médiatique, politique française dès l’instant que l’assassin est islamiste.»

LE SILENCE DES AUTORITÉS

Tout aussi grave que le silence des médias, il faut noter le silence des autorités. Aucun communiqué de presse ni du Préfet, ni du Procureur de la République, ni du Ministre de l’Intérieur et encore moins du Président de la République !

Le 30 avril 2017, à l’occasion de la journée nationale des Déportés de France, Emmanuel MACRON, CANDIDAT À LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE, se rendra au MÉMORIAL de la Shoah et au MÉMORIAL des Martyrs de la Déportation sans évoquer «l’affaire Sarah Halimi» et sans que cette affaire ne soit évoquée par ses hôtes ! Le domicile de Madame Halimi était à quelques kilomètres du Mémorial et personne n’a pensé à se rendre au pied de l’immeuble où résidait madame Halimi ou de se rendre au chevet de la famille comme l’avait fait François Hollande pour Théo !

Le silence des autorités était accompagné du murmure étouffé et gêné des représentants des organisations juives «dites organisées» !

Le silence des autorités dans cette affaire, silence qui perdure à ce jour, raisonnera longtemps dans la conscience du peuple juif de France !

LA PSYCHIATRISATION

Séance tenante, dès son arrivée sur place et dès l’interpellation de l’assassin,  la police, suivie dans ce sens par la justice, a décidé d’interner l’assassin de Sarah HALIMI, Kobili TRAORE, plutôt que de le faire passer par la case prison (il est à ce jour toujours dans un centre psychiatrique fermé).

Or, cet accusé, bien qu’ayant un  lourd passé judiciaire, n’avait aucun antécédent psychiatrique. Certes, il était particulièrement exalté, mais comme le sont tous les islamistes radicaux, particulièrement haineux, et je dirais même comme le sont tous les antisémites ! Il n’était, en tout cas, guère plus fou que celui qui se ceint d’une ceinture explosive avant de se faire sauter et qui, eux, ont eu droit à une incarcération en détention de haute sécurité.

Ainsi, là encore, ce préjugé de psychiatrisation, laisse apparaître le désir d’éviter la discussion pénale. En tout état de cause, un expert a été nommé, en la personne du Dr Daniel ZAGURY, dont la rigueur et la renommée ne sont plus à démontrer, et auquel donnons toute notre confiance. Nous ne voulons pas préjuger de sa décision, qui pourra, cependant, être contestée, le cas échéant.

LA CIRCONSTANCE AGGRAVANTE D’ANTISÉMITISME

Comme le dit si justement Maître Goldnadel: «Il me semble que l’islamiste qui massacre aux cris d’Allah Akbar une personne identifiable comme une religieuse juive relève du « kit » de l’islamiste, et que ceci représente un indice quasi irréfragable que son acte est antisémite.»

De plus, il y a, désormais, au dossier tant le témoignage de la fille de Sarah HALIMI indiquant que celle ci s’était plainte que la sœur de Kobili TRAORE l’avait insultée avec des vocables antisémites, que celui du frère de Sarah que Kobili TRAORE lui-même l’avait traitée de « sale juive ».

Sans préjuger de la décision du juge d’instruction, et sans vouloir lui faire un procès d’intention, on ne comprendrait pas qu’aujourd’hui, sur la base de témoignages qui figurent aujourd’hui au dossier et qui n’étaient pas présents au début de la procédure, la circonstance aggravante d’antisémitisme ne soit pas retenue alors même que le Ministre de l’Intérieur, Monsieur Gérard Collomb, a reconnu le 28 Juin dernier, le caractère manifestement antisémite de cet assassinat !

LA FRILOSITÉ DE LA COMMUNAUTÉ JUIVE DITE ORGANISÉE

Autre sujet d’inquiétude pour la communauté juive, traumatisée par les évènements qui se succèdent depuis 15 ans, est l’attitude timorée, résignée et réservée des organisations juives «dites organisées». Les responsables de ces organisations, après un communiqué particulièrement frileux (voir plus haut), se sont résolus à reconnaître le caractère antisémite de ce crime et d’en réclamer sa reconnaissance par les autorités ! Mais elles restent tétanisées par une éventuelle mise en cause des forces de l’ordre, voire même des décisions politiques sous-jacentes !

Ces responsables non seulement se refusent à porter plainte pour non-assistance à personne en danger conformément à l’article  223-6 du Code Pénal mais font pression afin que personne d’autre n’agisse en ce sens. Or, l’article 223-6 du Code Pénal spécifie :«Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l’intégrité corporelle de la personne s’abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende.Sera puni des mêmes peines quiconque s’abstient volontairement de porter à une personne en péril l’assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.». C’est exactement notre cas d’espèce !

Leur positionnement a été, malheureusement,  repris par Maître Buchinger

LES RÉFLEXIONS COMPASSIONNELLES ET UBUESQUES DE MAÎTRE BUCHINGER

Indépendamment de l’argumentaire juridique étrange de Maître Buchinger, ses réflexions compassionnelles envers la Police et la Justice nous inspirent quelques réflexions.

Tout d’abord, sur l’argumentaire judiciaire, Maître Buchinger dit lui-même dans son communiqué que : «Si les forces de police étaient immédiatement intervenues dans les instants qui ont suivi leur arrivée, Sarah HALIMI serait toujours vivante. Il y a eu de façon indiscutable un dysfonctionnement policier qui a conduit à l’inertie totale des forces de police durant l’interminable supplice de Madame Sarah HALIMI. » Ce qui est le cas d’école d’une non assistance à personne en danger comme le définit l’article 223-6 du Code Pénal. Acte d’autant plus grave qu’il émane de forces de police.

Maître Buchinger oublie qu’une plainte a pour mission de saisir un Juge d’Instruction dont la seule mission est de révéler la vérité. En droit français, contrairement au droit anglo-saxon, le Juge instruit à charge et à décharge, et que seule une plainte permet une enquête approfondie sur les circonstances des dysfonctionnements qui ont abouti au décès de Madame Halimi. Ce devoir de vérité , on le doit non seulement à la famille, mais à toute la Nation !

Étrange de considérer qu’il soit plus judicieux d’interpeller le Juge d’Instruction au travers de l’article 82-1 du Code de Procédure Pénale qui dispose que les parties civiles peuvent formuler des « demandes d’actes d’instruction » au magistrat instructeur chargé de l’enquête. En quelques sortes, c’est le droit de lui demander d’effectuer des recherches ou de procéder à des auditions qu’il n’aurait pas encore diligentées de sa propre initiative.  Cette possibilité s’applique généralement à quelques actes d’instructions alors que Maître Buchinger, en demandant l’interrogatoire de tous les fonctionnaires de polices (plusieurs dizaines) et d’exiger la réponse de chacun d’eux à 14 questions , en sus de l’interrogatoire de tous les témoins oculaires ou autres, Maître Buchinger s’arroge en Maitre de l’instruction! Le JUge d’Instruction appréciera ! En effet, Maître Buchinger proclame : «J’ai formulé une demande d’acte auprès du juge d’instruction afin que tous les fonctionnaires de police qui ont été amenés à intervenir dans le cadre de cette affaire soient auditionnés et que 14 questions précises leur soient posées. J’ai également sollicité l’audition de tous les témoins oculaires et auditifs qui ont déjà été entendus préalablement afin qu’ils apportent leur éclairage quant à l’attitude des policiers et au contexte de l’intervention.»

Il affirme dans ses réflexions compassionnelles envers la Police et la Justice que se serait jeter la suspicion sur ces institutions que de demander l’ouverture d’une enquête .

Mais est-ce que le Président François Hollande, le Premier Ministre Bernard Cazeneuve ou les Ministres de l’Intérieur et de la Justice, ont jeté la suspicion sur les forces de police et les autorités judiciaires lorsqu’ils ont  demandé une enquête tant dans les Affaires Adam Traoré, Théo ou Shaoyo Liu  ? Bien sûr que non !

C’est justement parce que nous avons énormément de respect pour les Forces de l’Ordre et l’autorité judiciaire que nous souhaitons que toute la lumière soit faite sur les terribles dysfonctionnements de cette nuit du 4 avril, c’est pour que de tels drames ne se reproduisent plus que nous demandons une enquête des services.

Connaître la source de la faute ! Comprendre d’où vient l’erreur de la chaîne de commandement, que celle-ci émane de l’autorité policière ou de l’autorité politique !

Oui il est utile, il est même impératif de connaître la vérité pour rétablir la confiance dans une communauté qui doute ! A tort ou à raison, elle doute ! Et notre rôle est de la rassurer !

Oui, cette vérité nous la devons à la famille Halimi, nous la devons à nos institutions et nous la devons à la Nation !

N’en déplaise à Maître Buchinger, la procédure normale dans une démocratie est de porter plainte quand on a connaissance d’un délit ou d’un crime ! C’est non seulement un souhait mais une obligation, un devoir dont l’omission est pénalement répréhensible !

Maître Goldnadel fait donc son devoir de citoyen et d’avocat en déposant cette plainte au nom de ses clients. Plainte qui était une des deux revendications du Comité de soutien !

L’émergence de la Vérité est capitale pour l’apaisement des tensions et du stress qui se développent  au sein de la communauté juive de France !

Richard C. ABITBOL
Président

http://www.cjfai.com/eventmaster/comite-de-soutien-verite-justice-sarah-halimi/

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :