Flux RSS

Le plus haut gradé de l’armée française ne fait pas confiance à Macron. Pierre de Villiers démissionne.

Le Général Pierre de Villiers s’est fermement opposé à la soustraction de 850 millions d’euros du budget de la Défense. Le Président Macron l’a publiquement tancé et le général a démissionné.

La colère du dictateur Zantas dans les aventures de Spirou, Le dictateur et le champignon http://www.u-timelab.com/2010/11/dossier-retrospective-complete-de_27.html

  • Le contexte

Cette affaire prend place dans un contexte français de restriction budgétaire général mais, surtout, une LPM (Loi de Programmation Militaire) basée sur un constat obsolète. En effet la baisse de l’effort militaire se justifie par la fin de la guerre froide, comme l’indique les données ci-dessous du ministère de la Défense alors que depuis quelques décades nous sommes confrontés à une guerre chaude, celle de la conquête par les musulmans des terres non musulmanes. Nous sommes plus que jamais en guerre et s’il ne s’agit pas de guerre conventionnelle, les armes et les victimes sont réelles, ce qui est pire car on ne sait jamais où, quand et comment l’ennemi va frapper.

Aux attentats s’ajoutent les moyens électroniques utilisés à mauvais escient  ( informatique, numérique, digitale, cyber, virtuelle, etc.) , ces nouvelles technologies qui permettent d’espionner, d’attaquer et de contrôler à distance dont la surveillance est confiée à la gendarmerie, nous sommes terriblement en retard. On ne peut donc pas rogner les crédits de la Défense conventionnelle sans augmenter ceux de la défense électronique (informatique, numérique, digitale, cyber, virtuelle, etc.) http://www.20minutes.fr/societe/1839175-20160504-special-investigation-gendarmes-traquent-vraiment-djihadistes-google-trad

Dans un copieux rapport, le ministère de la Défense justifie, graphiques à l’appui, la diminution du budget de la Défense

Un effort national significatif dans un contexte européen de régression (sic !)

Il est indéniable que, notamment depuis la fin de la guerre froide, on constate une diminution de la part du produit intérieur brut (PIB) national consacrée à l’effort de défense, comme le montre le graphique ci-dessous.

Cependant, les rapporteures appellent l’attention sur le fait que la France continuera, tout au long de la période couverte par la présente loi de programmation militaire à consacrer entre 1,3 % et 1,5 % de son PIB aux dépenses de Défense (hors pensions et hors gendarmerie). La France restera ainsi, en matière d’effort de défense (hors pensions), très significativement au-dessus de la moyenne européenne actuelle s’établissant à 0,9 %.

  • L’affaire de la démission du général Pierre de Villiers

En commission de Défense et à huis clos, le général Pierre de Villiers a usé de grossièreté pour exprimer avec force et conviction sa consternation devant l’amputation de 850 millions d’euros du budget de la Défense en s’exclamant »ne pas vouloir se faire baiser par Bercy ». Une aubaine pour les députés de l’opposition qui ont cafté sans souci des conséquences car en situation d’Etat d’urgence, avec des menaces d’attentat constantes et des troupes engagées à l’extérieur, il faut être anti-patriote pour révéler la zizanie qui règne au plus haut sommet de l’Etat, une discorde qui nous affaiblit encore un peu plus et alimente le mépris de nos ennemis.

La réplique du président Macron à cette sortie et en conséquence la démission du général font couler beaucoup de salive, de pixels, de bits et d’encre parce que Pierre de Villiers est-était- le CEMA Chef d’Etat-Major des Armées, le plus haut gradé de la Défense, vient d’annoncer sa démission après que ses appels en faveur du budget déjà insuffisant de la Défense ait été encore diminué pour faire des économies selon le principe Macron.

  • Pierre Le Jolis de Villiers de Saintignon, une généalogie de patriotes depuis 1595

On ne peut reprocher à Pierre Le Jolis de Villiers de Saintignon, CEMA, frère cadet de Philippe de Villiers (https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_Le_Jolis_de_Villiers) de manquer de patriotisme. Anoblie en 1595, la famille n’a cessé de donner à la France en sabre, goupillon, politique et alliances diplomatiques, comme la plupart des aristos. Le général ne fait qu’exprimer une certaine idée de la France et de sa nécessaire défense mise à mal depuis plusieurs années, ce qui a été abondamment soulignée par des nombreux patriotes de toutes obédiences politiques. Pierre de Villiers a toute légitimité pour exprimer tout haut et par sa démission ce que de nombreux français pensent et ressentent et il n’y a rien de farfelu dans sa décision qu’il avait d’ailleurs déjà mise en balance sous Hollande. Il est peut-être tombé dans un panneau qui a déclenché sa décision mais au regard de son histoire familiale, de sa formation et de ses convictions, elle ne peut qu’avoir été longuement mûrie et réfléchie, contrairement à celle de notre président Canada dry et inconscient.

J’ai toujours été antimilitariste jusqu’à ce que nous soyons menacés par les islamistes qui ont commis tant d’attentats mortels et dévastateurs sur notre territoire. J’ai dû me résoudre à admettre que les fous d’Allah ne connaissaient que le rapport de force extrême et que notre générosité/solidarité/droitdel’hommisme/humanisme n’était pas pour eux une chance mais une aubaine pour nous dominer, nous piller et détruire les valeurs républicaines que nous avions mis si longtemps à conquérir et appliquer. Voilà pourquoi aujourd’hui je respecte l’armée et les militaires car, à part se défendre soi-même en prenant les armes, je ne vois pas qui peut nous protéger …l’un n’excluant pas l’autre d’ailleurs.

La Connectrice

Pour en savoir plus

  • Dernières nouvelles, le général Pierre de Villiers est remplacé par le général François Lecointre, actuellement chef du cabinet militaire du Premier ministre …

http://www.huffingtonpost.fr/2017/07/19/francois-lecointre-va-remplacer-pierre-de-villiers-apres-sa-demission_a_23037175/?utm_hp_ref=fr-homepage

…Des discours contradictoires?

Mais que veut exactement Édouard Philippe ? Car entre sa volonté de rester dans les clous du pacte de stabilité et son envie de protéger les Français, il fait aujourd’hui le grand écart. Lui qui mardi estimait que « la menace est partout, diffuse, pas un mois ne passe sans que des projets ne soient éventés ou des actes empêchés ». Il a même comptabilisé « plus de 200 tués sur notre sol, des centaines de blessés ».

« Je veux rendre hommage à tous ceux que nous voyons, policiers, gendarmes, militaires de l’opération Sentinelle veiller chaque jour sur notre sécurité, à ceux qui combattent sur les théâtres d’opérations extérieures, au Sahel ou au Levant, et à tous ceux que nous ne voyons pas et que nous ne connaîtrons jamais, nos soldats de l’ombre dont nous pouvons être fiers, beaucoup sont tombés au service de notre liberté.

A tous ces militaires, Édouard Philippe a promis de leur donner »les moyens de défendre » la France « comme s’y est engagé le président de la République une loi de programmation militaire », qui sera adoptée dès 2018. Cette loi de programmation militaire (LPM) portera l’effort de dépenses à 2 % du PIB d’ici à 2025 et « permettra à la France de se battre sur tous les fronts ». Cet effort passe déjà par une très bonne exécution du budget 2017…

…Sanctuarisé pendant cinq ans sous la présidence Hollande, le budget de la Défense paie, avec près de 20 % du total, le plus lourd tribut des 4,5 milliards d’euros d’économies que cherche le gouvernement pour respecter le critère d’un déficit à 3 % du PIB. Le pacte de stabilité économique a pris l’avantage sur l’effort en matière de sécurité et de défense. À la veille du 14 Juillet, des commémorations du sanglant attentat de Nice et alors que les troupes françaises se battent au Mali et en Irak et patrouillent dans les rues françaises, la décision est incompréhensible. Et le message présidentiel, brouillé. Emmanuel Macron a en effet annoncé une hausse de 1,5 milliard d’euros du budget des armées, à 34,2 milliards, dès 2018…

…La confiance, c’est le refus de la résignation. C’est le contraire du fatalisme, l’antithèse du défaitisme. Et, en même temps, il y a dans la confiance une forme d’abandon. Agir sans s’abandonner, c’est faire preuve d’orgueil. S’abandonner sans agir, c’est se laisser aller…

…Je terminerai par une recommandation. Parce que la confiance expose, il faut de la lucidité. Méfiez-vous de la confiance aveugle ; qu’on vous l’accorde ou que vous l’accordiez. Elle est marquée du sceau de la facilité. Parce que tout le monde a ses insuffisances, personne ne mérite d’être aveuglément suivi. La confiance est une vertu vivante. Elle a besoin de gages. Elle doit être nourrie jour après jour, pour faire naître l’obéissance active, là où l’adhésion l’emporte sur la contrainte…

Depuis quelques jours, une forme d’opposition semblait s’afficher entre Emmanuel Macron, président de la République et donc chef des armées, et le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des Armées (CEMA), c’est à dire le plus haut placé dans la hiérarchie militaire française hors gendarmerie. Il était question de limoger le CEMA, la décision devrait être rendue publique d’ici la fin de la semaine et, finalement, on apprend ce matin que le général a choisi de démissionner. La raison ? En commission, Pierre de Villiers a vertement critiqué de nouvelles coupes budgétaires et souligné leur impact inévitable sur la capacité opérationnelle des forces. Ajoutons que la critique fut faite en des termes qui rendaient inévitable sa diffusion publique…

« Cedant arma togae » : l’épée le cède à la toge. Qui en douterait dans notre République, plus héritière en cela de la royauté capétienne que de la monarchie napoléonienne ! La foudre a frappé, le général de Villiers quitte ses fonctions de chef d’état-major des armées. Depuis quarante ans, c’est sur les doigts de la main que l’on compte les officiers généraux de très haut rang démissionnés ou démissionnaires, après un désaccord avec l’autorité politique…   Colonel à la retraite

LeTrouillophobe

Quand dix jeunes se font assassiner en Afghanistan (juillet 2008), on apprend peu après que les hélicoptères demandés ont été retenus à Kaboul pour transporter des personnalités invitées. Quand un jeune saute sur une mine artisanale, on découvre que la protection envisagée sur les véhicules n’est pas opérationnelle. Quand un reportage (« Envoyé Spécial », ou « Complément d’Enquête », me semble-t’il) montre un fusil mitrailleur qui s’enraye à plusieurs reprises, on entend que le responsable des fournitures « fait des merveilles » avec les budgets limités dont il dispose. Une séquence d’un journal TV montrait récemment un véhicule bloqué dans le sable malien pour une rupture de roue, roue dont l’état de délabrement était facile à deviner.
On continue de leur demander de démontrer leur efficacité, on exige d’eux qu’ils aillent jusqu’au sacrifice suprême, encore faut-il leur donner les moyens techniques -donc financiers- de leur mission.

No7rollXD

Ok, alors faute de budget, plus de sentinelle, le militaire doit obéir, plus d’intervention extérieur non plus, le militaire doit obéir. C’est bien plus compliqué que ce que vous pensez Oui le militaire doit obéir, mais à un moment donné, quand il n’a plus les moyens nécessaire, il doit le faire savoir. Macron qui est obligé de rappeler qu’il est le chef = gros aveux de faiblesse. Si un chef doit répéter que c’est lui le chef, c’est qu’il n’a pas fait son travail correctement dès le départ.

mon_pseudo-242709

La réaction du PR est une réaction de petit chef, faire ce type de recadrage en public est inadmissible. Cela aurait dû se faire entre 4 yeux.
Il trouvera un nouveau CEMA godillot à l’image de tous ceux qui m’entourent à commencer par la ministre des armées qui doit être partie en vacances dans une zone blanche …
Il y a plus de 30 ans un CEMA en désaccord, avec son ministre, sur le budget a « malencontreusement » mis dans sa corbeille à papiers une lettre disant qu’avec un tel budget en baisse, il ne pouvait plus assurer les missions qu’on lui confiai.
Les désaccords CEMA ministre de la défense sont fréquente, mais jamais un président n’avait humilié un CEMA !Publié le18/07/17 à 09h03

Papou77

D’accord avec CQFD90 MACRON fait preuve d’autoritarisme et non d’autorité. C’est un gamin capricieux qui fait mumuse avec son nouveau jouet qui seul l’intéresse. Le peuple Français n’est pas sa priorité car il est constitué de gens qui ne ont rien, d’illettrés (beaucoup de femmes d’ailleurs), de gens qui ne travaillent pas assez pour se payer des costards. Pour le moment, ce n’est que communication et le peu de fois où il a vraiment été confronté à la réalité, il a fait comme les autres….

Quiberonnais

@Gérard 48 — on ne casse pas un officier ( casser ça veut dire rétrograder il démissionne ) pour mémoire le Cne Dreyfus a été cassé puis réhabilité l’armée Française ce n’est pas l’armée bourbaki monsieur , le Géné n’a pas critiqué Macron il a dit qu’il avait besoin de cet argent pour les matériels obsolètes car usés en dotation chez nos camarades en Afrique et sachez aussi que cette discussion a eue lieu en privé dans un bureau c’est un témoins qui a fait fuiter ça alors pour qui ? pourquoi ? , cela est dans les médias et puis une chose est certaine ce général connait les besoins des armées pas Macron – ce Général a été maintenu en service actif par le chef de l’état précédent 1 an de plus il devrait donc déjà être en 2ème section –
un ancien Légionnaire —

  • Données chiffrées de l’évolution en baisse du budget Défense

http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r1551-t1.asp

Répartition des crédits par grandes masses

La répartition des crédits de la programmation par grandes masses (dépenses de personnel hors pensions, dépenses d’équipement, opérations extérieures et dépenses de fonctionnement et d’activité), est retracée dans les tableaux ci-dessous.

CADENCEMENT DE LA DÉFLATION DES EFFECTIFS DE LA MISSION « DÉFENSE »
POUR LA PROCHAINE PÉRIODE DE PROGRAMMATION
2014 2015 2016 2017 2018 2019 Total
2014-2019
Déflation des effectifs opérée au titre de la loi de programmation militaire 2014-2019 5 000 7 500 7 500 3 500 23 500
Déflation des effectifs opérée lors des précédentes réformes 7 881 2 500 103 103 10 175
dont créations de postes 103 103 206
dont suppressions de postes 7 881 2 500 10 381
Déflation totale 7 881 7 500 7 397 7 397 3 500 33 675
Source : rapport annexé au projet de loi.

 

La lecture de ce tableau appelle trois remarques principales.

D’abord, aucune déflation n’est prévue pour la dernière année de la programmation. Cette concentration des déflations sur les quatre à cinq premiers exercices a pour triple avantage :

– de produire rapidement des économies pérennes de masse salariale ;

– de mettre un terme relativement rapide aux manœuvres successives de déflation des effectifs afin de ne pas affecter le moral des personnels du ministère de la Défense ;

– en cas de difficulté dans l’exécution de la manœuvre des ressources humaines (par exemple pour la réduction du nombre d’officiers), d’offrir aux gestionnaires des ressources humaines du ministère une marge de sécurité calendaire permettant d’éviter tout report de déflations sur la période de programmation suivante.

Ensuite, le rythme annuel de déflation des effectifs est significativement moins élevé que pour la précédente période de programmation. En effet, le rythme prévu par l’article 4 de la loi de programmation militaire pour les années 2009 à 2014 correspondait à 7 648 suppressions de postes par an en moyenne, alors que le présent projet de loi tend à le ramener à 5 612,5 suppressions d’emplois par an en moyenne entre 2014 et 2019.

Enfin, il faut observer que le volume de déflation prévu en application du Livre blanc de 2013 est globalement nettement moins élevé que celui qui a résulté du Livre blanc de 2008 et de la révision générale des politiques publiques : 23 500 suppressions de postes, contre 54 000 précédemment.

Le rapport annexé apporte deux précisions quant à la façon dont seront comptabilisées les suppressions d’emploi prévues.

D’une part, il prévoit que les gains en effectifs obtenus au titre des éventuelles externalisations seront comptabilisés dans les objectifs de déflation, pour la part excédant le transfert de ressources de masse salariale nécessaire aux contrats d’externalisation.

D’autre part, la commission a clarifié la façon dont seront prises en compte, pour l’application de l’article 4 du présent projet de loi, les diminutions d’effectifs éventuelles qui pourraient être opérées au sein de la mission « Anciens combattants » ou du Service industriel de l’aéronautique : tout en indiquant que de telles déflations resteraient en tout état de cause « de montants comparativement peu élevés », la commission a précisé qu’elles « viendraient en déduction de [la] cible » de déflation prévue par le texte. Suivant une logique d’organisation plutôt que d’imputations comptables des frais de personnel, cette disposition permettra d’éviter toute surdéflation dans les effectifs globaux du ministère de la Défense.

  • Moyens insuffisants de la gendarmerie pour lutter contre les menaces terroristes

http://www.20minutes.fr/societe/1839175-20160504-special-investigation-gendarmes-traquent-vraiment-djihadistes-google-trad

Dans ce documentaire diffusé en mai 2016 dans « spécial investigation », des témoignages de gendarmes témoignaient de la faiblesse des moyens attribués à la lutte contre les cybercriminalités, en particulier contre les cyber réseaux de terroristes.

 Dans le documentaire « Les soldats d’Allah » diffusé lundi soir sur Canal +  pour Spécial Investigation , le colonel Nicolas Duvinage, patron du  Centre de cybercriminalité de la gendarmerie nationale (C3N) , expliquait qu’il ne disposait d’aucun agent arabophone : « On utilise des outils en ligne type Google Translate . La traduction est de qualité assez approximative. Ça pourrait être mieux d’en avoir mais encore une fois, nous ici on se contente de ce qui est visible sur internet ».

Une technique  qui n’a pas manqué de faire réagir les internautes et qui a de quoi surprendre au regard des milliers de comptes en langue arabe qui soutiennent Daesh et font l’apologie du terrorisme sur Twitter, Facebook et divers forums. Qu’en est-il réellement ? Les autorités sont-elles correctement armées pour traquer et surveiller les cyber-djihadistes ?

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :