Flux RSS

APL. Ces 5 euros qui font pleurer dans les chaumières

 

Tollé macron baisse les apl...Source

Tollé chez les défenseurs des pauvres : le gouvernement va soustraire 5 euros du montant des APL, aide personnalisée au logement. Quand on dispose d’un petit revenu, on est dans la mouise et je ne pense pas que 5 euros de moins y change grand chose.

Ce qui est scandaleux, c’est le principe de taxer les petits revenus, les retraites, augmenter la TVA et la CSG tandis qu’on voit nos dirigeants nommés ou élus vivre grand train avec l’argent public sans se serrer la ceinture.

Ce qui est scandaleux c’est de ne pas vouloir faire le ménage dans les attribution d’APL et de logements sociaux, ce qui va généralement ensemble.

Parlons en des allocataires de l’APL qui possèdent des villas au bled, qui entretiennent une deuxième famille au village, des gens de gôche locataires de logements sociaux qui possèdent une petite bergerie de rien du tout dans les Alpes ou un cabanon de rien du tout en bord de mer, de ceux qui sous-louent, de ceux qui squattent à vie le logement social qu’on leur a attribué quand les enfants étaient petits lesquels sont partis depuis longtemps, de ceux qui s’arrangent pour ne déclarer qu’une partie de leurs revenus, de ceux qui vivent toute l’année au bled ou au village et ne rentrent en France que pour les formalités leur permettant de continuer à toucher l’APL, etc. Quid de ceux qui touchent l’APL et squattent les PMU et les champs de course ? €5, ce n’est même pas le prix d’un paquet de cigarette, d’un pack de bière ou d’une dose de DMLA ..

Si nos gouvernants voulaient vraiment faire des économies, ils s’attaqueraient au fond des choses et ne se cantonneraient pas à des annonces superficielles et ridicules.

Dans l’article ci-dessous, Elisabeth Lévy se moque de la mesure qu’elle prend au premier degré ridiculisant les protestataires aux arguments dérisoires face à la question de fond qui est la gestion des aides sociales.

La Connectrice

APL: T’as pas cinq balles?

Quand les ayants-droits font pleurer dans les chaumières

Ne vous demandez pas ce que vous pouvez faire pour votre pays, demandez-vous combien votre pays vous doit – et braillez-le sur tous les tons. Ainsi pourrait-on résumer la nouvelle philosophie, sinon des Français, de ceux qui se targuent de parler pour eux, élus et médias, sans oublier les inévitables associations devenues les arbitres des élégances sociales.

17 centimes par jour

Encore que, soyons honnêtes, pas mal de mes concitoyens semblent prêts à se dire opprimés, victimisés et bien sûr discriminés, parce qu’on leur sucre cinq balles d’allocs par mois, soit 17 centimes par jour. Sur je ne sais quelle chaîne, Virginie, ou peut-être bien Prune, étudiante en je ne sais pas quoi mais déjà docteur en comptes ménagers explique que, si on soustrait 5 euros de son budget de 377 euros, c’est la vie qu’on lui enlève. C’est certainement dur de vivre avec 377 euros par mois, mais ce qui est encore plus dur, c’est de penser de cette façon à 20 ans, et même à 50. Quand bien même Virginie ou Prune devrait sauter un repas dans le mois pour contribuer à l’effort national, cela signifierait-il que nous sommes revenus aux heures les plus noires de la révolution industrielle ?

Et le tabac dans tout ça?

Du reste, ceux qui en font des caisses sur le sort des étudiants ont la larme à l’œil quand ils écoutent La Bohême – « Nous ne mangions qu’un jour sur deux ».

Il faut voir les airs furibards ou éplorés de commentateurs qui ne prennent jamais le métro et vous déroulent en quelques chiffres et trois larmes à l’œil le récit édifiant de la vie-d’un-pauvre. En même temps, on se désole, et à raison, de ce que les jeunes se biturent grave. Eh bien, ces 5 euros qu’ils devront verser pour leur logement, ils ne les dépenseront pas à boire, fumer, se droguer et je ne vous dis pas le reste. Je blague, mais je suis sûre que l’augmentation des prix du tabac pèse beaucoup plus lourdement sur les budgets étudiants (ou sur ceux des pauvres en général qui fument plus que la moyenne) que les 5 euros de l’APL. Et personne n’a râlé.

Un petit effort…

Il suffit d’être allé dans un bistrot de campagne ou dans une réunion d’étudiants pour savoir que, les fauchés, tout le monde paye sa tournée sans se demander s’il devra renoncer à sa demi-baguette le lendemain. Le tollé suscité par cette mesure (qui a justement l’avantage d’être indolore) est une insulte aux pauvres. De toutes parts on explique que la redistribution doit marcher du « haut » vers le « bas » et non l’inverse, ce qui est une façon de considérer que le plus « haut » est le plus « riche » mais passons. On ne voit pas pourquoi, justement, les moins riches n’auraient pas le droit de contribuer, à la hauteur de leurs moyens, à l’effort national. C’est moins bien que le service militaire mais, après tout l’impôt est, en temps de paix, le signe le plus fort de l’appartenance nationale.

Adieu au bel esprit français

Certes, la politique d’aide au logement est dispendieuse et assez largement inefficace. Mais désolée, quand j’entends la gauche et la droite, les syndicats et les médias éructer, quand de bons esprits font semblant de croire que la perte de 5 euros va changer la vie de millions de gens, je me demande comment le bel esprit français a pu se muer en cette mauvaise foi boutiquière.  Les invectives qui se sont abattues sur Claire O’Petit, députée LREM, coupable d’avoir dit : «  Si à 18,19,20,24 ans, vous commencez à pleurer parce qu’on vous enlève 5 euros, qu’est ce que vous allez faire de votre vie !« , révèlent, en plus d’un conformisme braillard et d’un désolant esprit de meute, une mauvaise foi généralisée : car enfin, qui ne partage pas ce bon sens ?

Cinq euros, c’est une demi-heure de baby-sitting, mais sans doute est-il très réac de faire appel à l’effort. Si le bel héritage de 1789 consiste en cette mentalité d’ayants-droits, il faut nous en délivrer au plus vite.

On infantilise bien les élus

On pourrait discuter la validité de ce dogme des 3 % qui nous impose peut-être de jouer contre la croissance, mais cette discussion-là, justement, n’a pas lieu. On pourrait surtout s’inquiéter de la prétention dingue à vouloir interdire aux députés les emplois familiaux, ce qui, au moment où le président alloue un budget à son épouse, est assez rigolo, mais justement, on ne rigole pas. En effet, le véritable scandale, cette semaine, n’est pas la micro-baisse de l’APL mais l’entreprise d’infantilisation des élus menée sous couvert de moralisation. On aimerait que le peuple s’insurge et qu’il exige d’être représenté par des adultes, pas par des bons élèves menacés de piquet pour un oui ou pour un non.

… en regardant dans l’assiette du voisin

Et pourtant cela va passer comme une lettre à la poste dans l’opinion, car on dirait que l’essentiel, pour nombre d’entre nous, c’est de regarder dans l’assiette du voisin – pour constater bien sûr que lui a trop et moi pas assez. Il y a dix ans, on se demandait ce qu’il pouvait advenir d’un pays où des lycéens manifestaient pour leur retraite. Aujourd’hui, on a la réponse. Accepterons-nous longtemps encore que la France soit un pays où on pleurniche pour 5 euros d’argent public ?

VOUS VENEZ DE LIRE UN ARTICLE EN ACCÈS LIBRE.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance. 
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.

"

  1. kobus van cleef

    ce qui m’a semblé ignoble dans cette histoire , ce n’est pas tant le sucrage de 5 euros des APL, que la façon dont le premier ministre Philippe a envoyé son chaouch Darmanin pour rabattre le caquet ( insupportable , certes ) d’Alexis Corbières

    même pas eu la décence de lui dire « mon bon ami , oui , nous taxons les prolos , oui , il faudrait revoir le système des APL , mais c’est trop chiant , c’est ça ou on creuse la dette , ceci dit on s’en fout , pas vrai? on ne fait ça que pour pouvoir continuer à placer notre papier… »

    J'aime

    Réponse
    • laconnectrice

      Je l’avais écrit avant les présidentielles : vous avez aimé Hollande ? Vous aimerez Macron !
      Nous ne sommes pas au bout de nos peines, je pressens que le petit peuple va encaisser pis que prévu

      J'aime

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :