Flux RSS

Violences contre les femmes. Le négationnisme d’Alain Finkielkraut

J’apprécie beaucoup la parole d’Alain Finkielkraut mais pas du tout en ce qui concerne les violences exercées contre les femmes et, en particulier, le mouvement de libération de la parole avec #balance ton porc et #metoo et #moiaussi.

Sur le sujet de l’oppression des femmes, il hurle avec les loups de Causeur, ce magazine qui s’est fait une spécialité de diaboliser les féministes, de défendre la prostitution et les clients de prostituées, de défendre les harceleurs et violeurs comme Baupin, DSK, Weinstein et Polanski, pour ne citer qu’eux ; ce magazine se bouche les oreilles lorsque des millions de femmes de par le monde dénoncent les harcèlements et viols dont elles on été victime, tentant vicieusement de dénigrer cette parole en les accusant de délation alors qu’en réalité, très peu de nom sont cités. Si dénoncer son bourreau est de la délation (une dénonciation mal intentionnée) alors il faut l’appliquer à toutes les victimes qui déposent plainte pour atteinte à leur personne ou à leurs biens. Je rappelle que dans l’affaire Ilan Halimi, une trentaine de personnes étaient au courant et se sont tues : si elles avaient parlé, Causeur et Finkielkraut les auraient-elles accusées de délation ?

Le magazine Causeur est carrément indécent lorsqu’il se permet de reprocher aux femmes victimes de ne pas avoir porté plainte, de ne pas avoir fait appel au Droit plutôt qu’à Internet. Causeur insulte sa propre intelligence en persistant dans l’ignorance du stress post-traumatique et de la mémoire traumatique.

Accuser les victimes de délation pour éviter de se poser des questions c’est rajouter du malheur à la douleur. La Consolation,  film réalisé d’après le témoignage de Flavie Flament montre avec pertinence les ravages que fait un viol sur le long terme et pour la vie. Il montre très justement que le viol n’est pas qu’une pénétration non consentie, il résulte de toute une préparation de la femme (petite fille, jeune fille…) par la société et son entourage à la naîveté, la soumission, la résignation, la fatalité « la prostitution est le plus vieux métier du monde », au manque de confiance en soi et de l’estime de soi, l’obligation de plaire à tout prix, etc.

Ce jour, il ose pinailler sur les chiffres donnés sur le nombre de femmes tuées par leur conjoint en 2016. Ses arguments sont dignes de ceux des négationnistes qui pinaillent sur l’existence des chambres à gaz, le nombre des victimes et l’utilisation du zyklon B comme arme de destruction massive. Il est triste de constater qu’un homme aussi cultivé, intelligent, humaniste et lucide soit complètement sourd et aveugle lorsqu’il s’agit de gynécide, de misogynie, de machisme et de discrimination sexuelle universelle.

Les arguments de Finkielkraut sont les suivants :

Pinaillage : les 126 femmes mortes suite à des violences conjugales ne sont pas toutes mortes sous les coups ; certaines ont été empoisonnées, tuées par arme à feu ou autres ; dire qu’elles sont mortes sous les coups vise à donner des hommes l’image d’un monstre primitif, ce qu’il n’est pas

Pensée binaire : On ne parle pas des 44 hommes tués par leur compagne

Ce mode de pensée est équivalent à celui des islamistes et islamophiles qui, lorsqu’on évoque le terrorisme musulman et le djihad civilisationnel nous renvoient l’histoire des Croisés, celle du colonialisme, de la traite négrière, de notre racisme, etc. La pensée binaire est une rhétorique banale pour noyer le poisson de la question posée et éviter de réfléchir et de se remettre en question.

La position d’Alain Finkielkraut et de ses amis est d’autant plus consternante qu’elle réduit à néant le combat contre le djihadisme civilisationnel qui inclut l’asservissement de la femme, son infériorisation, sa réification et sa privation de droits. Le harcèlement sexuel et le viol ne sont-ils pas l’apanage du mâle musulman ? 60% des détenus dans nos prisons sont musulmans et sur le total des détenus, 40% sont incarcérés pour crimes et délits sexuels …quand ils se sont fait prendre parce que victimes de …délation.

La Connectrice

"

  1. Tellement d’accord avec ce point de vue, je ne peux pas comprendre par la raison comment on peut être aussi aveugle quand il s’agit des violences faites aux femmes. Il y là quelque chose de profond au delà du rationnel, car tu le dis très justement Alice, Finkielkraut a pour d’autres sujets, une analyse plutôt fine et intelligente. Je suis persuadée qu’il faut le comprendre du point de vue de la psychanalyse et aller voir du côté de « cette vieille peur des femmes »mentionnée et documentée par le psychanalyste Cornut. Je pense même que toute l’oppression subie par les femmes repose sur cette peur incontrôlée des femmes et de leurs pouvoirs.
    Il y a une espèce d’épouvante de leur part qui leur fait dire n’importe quoi face pourtant à l’évidence des chiffres.
    Quant on parle de féminisme, la réaction est toujours passionnelle, dans les croyances, même avec la plus fine de nos élites. c’est triste de voir qu’ils sont incapables de voir l’énormité de leurs contradictions et le tort qu’ils continuent à faire aux femmes, une violence verbale et mensongère en plus de tout le reste.

    J'aime

    Réponse
    • Je ne mets pas tous les hommes dans le même sac de la peur archaïque de la femme qui est une constante dans de trop nombreuses civilisations dont l’Islam.
      Pour ceux de ma génération comme Finkielkraut qui ont expérimenté le renouveau féministe à partir de 68, la remise en question de leurs privilèges a été un traumatisme. Au début, ils ont aimé parce que la nouvelle liberté des femmes les reposait de leurs responsabilités et du devoir d’assumer leur rôle « viril ». J’ai été moi-même actrice de ce changement jubilatoire et j’ai parfois abusé et humilié -en tout bonne foi- mes copains.Le problème est que la société dans son ensemble n’a pas fondamentalement évolué et que les hommes n’ont été valorisés que dans la prise en charge des enfants -papa poule- alors que dans le même temps, elle ne les déchargeait pas de leurs responsabilité en établissant une réelle égalité entre femmes et hommes. Au contraire, la condition des femmes n’a cessé de régresser renforçant la frustration et la colère des féministes poussant les hommes mis en cause la crainte d’être castrés et dévalorisés dans leur virilité -mâlitude /féminitude-
      Il me semble que les femmes et les hommes de la génération baby boom sont tout autant frustrés de ne pas avoir vu leurs rêves d’équité devenir réalité et qu’ils sont entrés en guerre des sexes faute d’être reconnus dans leurs efforts pour construire une société plus juste. Mais on dirait que les générations plus récentes sont parvenues à un certain équilibre que, malheureusement, l’islamisation et le djihad civilisationnel tendraient à déséquilibrer en imposant un modèle archaïque et létal des relations femmes/hommes basé sur cette peur des femmes que tu évoques.

      J'aime

      Réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :