Flux RSS

Le rappeur Naps, une « chance » pour les femmes de France

Publié le

J’ai entendu ce top en faisant mes courses hier et je n’en revenais pas. C’est vraiment ça que les jeunes plébiscitent et que la radio vomit avec les vomissures des obsédés de haine, de violence, de mépris pour les femmes et de gloire à leur pénis ? L’équivalent chez les bobos, c’est Jeff Koons qui veut nous imposer pénis et glands (les fameuses tulipes )

ici à 1:42
Naps (Ft. Alonzo) – Dans Le Block (Clip Officiel)
[Couplet 2 : Alonzo]
On n’a pas les mêmes armes
Elles font pas les mêmes trous (gamberge)
On n’a pas la même couleur de liasses
On n’a pas les mêmes sous
On n’a pas la même vie
Elle a pas le même goût
Elle te dit qu’elle est vierge
Vérifie son deuxième trou
J’ai un show en Asie
J’ai un show en Afrique
J’suis posé à l’alim’, normal
On n’a pas les mêmes hits
Une écurie sous l’capot
Bats les couilles j’mange tacos
On n’a pas les mêmes potos
Les antiféministes qui ne savent pas voir ce que les mouvements #balancetonporc#me too#moiaussi ont de révolutionnaires pour la condition des femmes ne semblent pas se rendre compte de la fièvre phallique destructrice qui hante les rappeurs comme Naps et les escrocs comme Jeff koons. Faire passer des glands pour des tulipes et le faire gober aux zélites, c’est fort de café …ou plutôt c’est une preuve de la bêtise et de la malhonnêteté stupide des ces zélites et de leur soumission au lobby homosexuel.
La Connectrice, consternée, féministe historique qui n’a pas participé à mai 68 pour ça !

"

  1. Bonjour,
    OUI ! Non seulement le féminisme améliore le quotidien de l’homme, mais bien compris sa restauration est d’une impérative nécessité si nous voulons atteindre un jour au Bonheur.
    En effet, si nous remontons loin dans le passé, nous constatons que l’homme, en supprimant la direction morale de la femme, qui était la Religion primitive c’est-à-dire le lien qui l’unissait à la femme et était la base de la domination de soi-même qui élève l’homme, se crut libre de suivre toutes les impulsions de son instinct que la raison féminine entravait. Ce fut le règne de la force. Il donna libre cours à ses passions brutales, despotiques, sanguinaires. On vit partout se produire des actes de cruauté, de débauche justifiés par les cultes nouveaux, des tueries de tous genres, soit qu’on les appelle « des sacrifices » ou « des guerres ». En même temps commençait la terreur des faibles.
    Ce fut le début de l’âge de fer.
    Mais l’homme, en ayant supprimé cette direction morale, sent néanmoins que la Nature eût été injuste si elle l’eût laissé livrer à son propre sort, et il se rattache à une puissance sur-naturelle, « Dieu », c’est-à-dire sur-masculine, de laquelle il attend la direction qu’il ne sait pas se donner lui-même ; il sent qu’il y a, au sommet de l’humanité, une Divinité chargée de l’éclairer et de le diriger, une éternelle raison qui gouverne le monde. Mais son orgueil, son imagination et son ignorance ne l’ont plus vu dans la Femme, mais mis très haut dans le ciel, là où elle ne sert plus à rien.
    Un vieux dicton allemand dit : « La nature est parfaite partout où l’homme n’y apporte pas son tourment. »
    Voilà qui va sembler un étrange paradoxe, l’homme ne peut être heureux qu’à la condition de ne pas diriger lui-même sa vie, de confier à la femme ses plus graves intérêts, de lui confier le soin de lui rendre deux choses qu’il n’a pas su conserver et qui contiennent tous les éléments du bonheur : la Vérité et l’Amour.
    L’homme ne devrait réclamer qu’une liberté : la liberté d’être heureux, qu’un droit, le droit de savoir et d’aimer.
    Mais la vérité, le bonheur, l’amour, sont des choses qu’on a supprimées de ce monde.
    Et quand les Femmes veulent faire sortir l’homme de cet Enfer qu’il a créé, quand elles veulent poser les bases de la vraie morale et lui rendre toutes les joies légitimes, lui rendre la liberté du bien et toutes les saintes amours, c’est elles que l’on accuse de propager des théories anti-sociales.
    C’est que, pour la majorité des hommes, la société c’est le malheur, c’est la misère, le néant, la mort ; ils la veulent ainsi.
    Les Femmes la veulent autrement. Elles veulent la vie et tout l’épanouissement de l’être. Elles veulent donner à l’homme un bonheur fait de grandeurs et non de plaisirs dégradants ; elles veulent l’affranchir du mal des autres et du sien en lui donnant une nouvelle direction morale. Elles l’exhortent à avoir, une bonne fois, assez d’énergie pour secouer les entraves que les mauvais instincts opposent à son élévation morale et aux grandes satisfactions qui en sont la conséquence.
    La femme aussi, la femme surtout, a besoin d’une trêve dans cette longue pérégrination à travers les épines et les ronces du chemin de la vie. Pauvre créature, née pour aimer et toujours empêchée de remplir cette fonction sainte ! Vouée par ce monde corrompu, aveugle, à une existence tourmentée, cherchant toujours ce bonheur promis et légitime, et n’y arrivant jamais. Etrangère, comme égarée, dans un monde indigne d’elle, qui a commencé par la méconnaître ou par en abuser, et qui ne cherche plus de satisfactions, aujourd’hui, que dans la licence dégradante, le luxe ridicule, l’ambition absurde ou la domination féroce.
    Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.fr/
    Cordialement.

    J'aime

    Réponse
    • laconnectrice

      Bonjour,
      Les choses ne sont pas aussi simples car les femmes sont toutes différentes et il en est ainsi pour les hommes. Je préfère penser que femmes et hommes de bonne volonté pourraient se tenir la main pour œuvrer ensemble, chacune/chacun apportant sa spécificité dans ce qu’elle a de meilleur pour le bien universel, Je suis féministe lucide donc pas essentialiste.
      Merci pour cette intéressante contribution.
      Cordialement
      LC

      J'aime

      Réponse
  2. la vulgarité est omniprésente et cela augmente en galopant, quel désastre !

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :