Flux RSS

Des dizaines de milliers d’israéliennes et de palestiniennes pour la paix. Women Wage Peace

Publié le

Public Sénat rediffusait ce soir un émouvant documentaire sur les femmes palestiniennes et israéliennes qui « oeuvrent pour la paix » depuis 2014. Des témoignages émouvants, des rencontres impossibles et la conviction enthousiaste de parvenir ensemble à faire la paix. Un exemple émouvant d’humanité dont les médias mainstream se gardent bien de nous informer. La guerre et la haine sont bien plus « bankable ». Une vision optimiste du conflit israélo palestinien qui vaut le détour même si Netanyaou ne semble pas vouloir admettre dans les négociations des représentantes de ces 40 000 femmes.

Ce documentaire magnifique est à voir absolument en direct Samedi 08 septembre 2018 à 23:23 Dimanche 09 septembre 2018 à 12:30 ou en replay https://www.publicsenat.fr/emission/documentaires/les-guerrieres-de-la-paix-85087

Le prochain rassemblement de Women Wage Peace aura lieu le 20 septembre à Jérusalem. Elles chanteront  We Shall Overcome (« Nous triompherons »)  qui fut chanté comme hymne lors des marches du Mouvement des droits civiques aux États-Unis     https://www.youtube.com/watch?v=7akuOFp-ET8 et The Land avec  la chanteuse et compositrice engagée Yael Decklebaum

Yael Deckelbaum & “Prayer of the Mothers” Ensemble A new boundary breaking all woman ensemble, uniting on one stage 14 secular, religious, Arabic, Christian and Jewish women, announcing together through a celebration of womanhood, the message of a new world. A world where we learn to see the beauty of our diversity, unite above religions and nationalities and restore the forgotten values of humanity, authenticity, kindness, mutual responsibility and hope. The woman is a necessary, essential and inseparable component in building such a world and through music, harmony and rhythm, we will share a heart melting journey that will open our gates to new possibilities.  Yael Deckelbaum created the song “Prayer of the Mothers” to support the march of hope, lead by the movement of “Women Wage Peace”, in which thousands of Israeli and Palestinian women marched together this last October in a joint prayer for peace. The song became the anthem of the march and continues to resonate to millions of people around the world. By peeking into the ensemble’s rehearsal room, we can hear the song “This Land” that was translated into Egyptian Arabic by Hagar Samir and her mother and Nabawiya Ibrahim and Musa Sabre. Along with the message of Prayer of the Mothers, the women in the ensemble will sing another prayer, for a respectful living, hope and new horizon that will be revealed to all inhabitants of our country.

Les guerrières de la paix

55min
Il y a quatre ans, quelques femmes israéliennes et palestiniennes ont décidé de créer un mouvement informel : Women Wage Peace. Ces Femmes se rassemblent autour d’une exigence aussi simple que terriblement audacieuse : que leurs dirigeants se retrouvent à nouveau autour d’une table de négociation. En 2018, elles sont désormais plusieurs dizaines de milliers, de tous horizons politiques et de toutes origines. Elles sont les guerrières de la paix. Les femmes auront-elles, cette fois, le dernier mot ? Un documentaire réalisé par Hanna Assouline et Jessica Bertaux. Production TV Presse et Public Sénat | 52 minutes

Quand Palestiniennes et Israéliennes s’unissent pour la paix

Palestiniennes ou Israéliennes, musulmanes ou juives, ces femmes censées être des ennemies ont pourtant décidé de s’unir. Face à une guerre opposant la Palestine à Israël, qui détruit le pays et tue les hommes depuis près de soixante-dix ans, un mouvement a vu le jour : Women Wage Peace. Le documentaire « Les guerrières de la paix » de Hanna Assouline et Jessica Bertaux raconte l’histoire de ces femmes qui veulent aujourd’hui faire entendre leurs voix en poussant leurs dirigeants à établir enfin une paix durable.

Par Priscillia Abereko
5mn

Il y a quatre ans, en 2014, après la dernière guerre de Gaza « opération bordures protectrices », un petit groupe de femme issue de la société civile israélienne et palestinienne a pris une initiative spontanée : créer Women Wage Peace. Un mouvement sans structure ni leader, en faveur de la paix. Parmi ses membres, Saviona Rotlevy, ancienne juge et l’une des premières à avoir rejoint le mouvement, n’a jamais perdu de vue l’objectif principal de Women Wage Peace : «  Il me semble que l’un des objectifs de notre mouvement, c’est d’éveiller la conscience publique pour trouver un accord. Nous ne disons pas ce que doit comporter cet accord. Ce que nous réclamons, c’est un accord bilatéral c’est-à-dire, qu’il prenne en compte les deux partis ».

Au sein du mouvement, chacune à son histoire : Huda une activiste palestinienne qui a trouvé son havre de paix, « c’est le mouvement où moi et des dizaines de milliers de femmes palestiniennes et israéliennes ont trouvé un lieu où le langage ne divise pas, où la question n’est pas de savoir qui a raison, qui a tort, qui est la victime ou qui est l’oppresseur », Michal une juive orthodoxe agressée par un Palestinien en 2016 qui a choisi d’apaiser les tensions plutôt que la vengeance, ou encore Noa et Yara deux jeunes filles de 18 ans israélienne et palestinienne qui vivent chacune d’un côté du mur, qui nourrissent l’espoir d’une vie meilleure : « ce que nous voulons pour le futur, le genre de vie que l’on voudrait, serait sans mur, sans checkpoint et pouvoir avoir une amitié normale » espèrent les deux jeunes filles.

Ensemble, au sein de Women Wage Peace, ces femmes tentent de bâtir ce que leurs dirigeants ne sont pas parvenus à construire : la paix.

De la rue à la Knesset

Au fil des années, le mouvement a pris de l’ampleur. Aujourd’hui, il compte environ 35 000 femmes, et est devenu le plus grand mouvement citoyen du pays en faveur de la paix. Pour Saviona, il était clair que les idées du mouvement allaient elles aussi grandir : « L’autre idée, c’était de nous rendre dans les lieux où les décisions se prenaient comme la Knesset qui a une influence sur le gouvernement ».

En 2015, pour faire entendre leurs voix sur la scène politique, des centaines de femmes de Women Wage Peace ont siégé tous les lundis pendant des mois, sur le rond-point menant à la Knesset en brandissant des pancartes où figuraient les photos de députés et de ministres qu’elles souhaitaient interpeller avec une détermination inébranlable.

En 2017, elles obtiennent la création d’une commission des femmes pour la sécurité à la Knesset. Une victoire qui leur a permis de s’imposer dans le paysage politique du pays et une forme de fierté pour Oma Shimoni : « le fait que le mot paix ait traversé nos rues, implique que nos députés ne peuvent plus nous ignorer, nous sommes devenues partis intégrantes de notre gouvernement. Tous les lundis ils nous voient arriver avec notre blanc et notre turquoise, nous ne sommes plus considérés comme des étrangères ici ».

Plus qu’un combat politique, une volonté de vivre ensemble

Comme de nombreuses femmes, Oma Shimoni a payé le prix cher de la guerre en perdant les siens : « je peux prétendre que le conflit dort avec moi dans mon lit et que les guerres ont pris une place considérable dans ma vie. Mais je suis une guerrière de la paix ».

Au-delà d’une mission politique, défendre la vie par-delà le deuil, créer des liens entre les femmes quelles que soient leurs origines et cultures, ce sont aussi les missions que s’imposent les femmes de Women Wage Peace.

Si Palestiniennes et Israéliennes ne sont pas autorisées à se rendre sur les terres de l’autre, certaines bravent les interdits comme Noa et Yara, en refusant d’être ennemies au profit d’une belle amitié : « si Noa et moi étions des amies normales, nous pourrions sortir ensemble. Mais prévoir ça aujourd’hui, ça prend minimum 4 semaines alors qu’en réalité ça devrait juste prendre 3 ou 4 jours. Peut-être qu’elle m’appellerait et qu’on se retrouverait quelque part. Mais ça n’est pas possible pour nous. Nous n’avons pas une amitié normale ». Ou d’autres, de façon plus générale en se rendant à de grands rassemblements sur « des terres de paix », comme celui du 3 octobre 2017 à Bethléem.

Un documentaire, reflet d’une prise de conscience, qui s’appuie sur la force d’un mouvement solidaire partagé entre l’amour pour son voisin et un réel désir de paix entre les deux peuples.

  • Le manifeste du Mouvement Women wage peace, les femmes œuvrent pour la paix

http://womenwagepeace.org.il/en/a-propos-du-mouvement/

NOUS CHOISISSONS LA VIE – NOUS EXIGEONS UN ACCORD POLITIQUE !

 NOUS, FEMMES QUI OEUVRONT POUR LA PAIX, NOUS VOUS INVITONS À NOUS REJOINDRE.

 Le contexte politique – « Bordure Protectrice »

L’été dernier, après le meurtre des trois adolescents juifs et le meurtre d’un adolescent arabe, alors que les gens s’exprimaient en termes de peur et de haine, alors que le bruit des armes retentissait pendant l’opération « Bordure Protectrice» en Israël et à Gaza, alors que les politiciens et militaires faisaient des discours, nous, nous ne pouvions plus nous taire.

Nous avons décidé de créer un mouvement de femmes déterminées  qui œuvrent à faire redémarrer le processus de paix qui se trouve actuellement dans l’impasse.

Dans notre vie quotidienne, nous sommes des femmes de paix. Nous n’aspirons pas à un futur utopique car nous voulons changer la réalité du présent.

Rejoignez-nous! Ensembles nous aurons plus d’influence…

  • Prochaine marche le 20 septembre à  Jérusalem

Women Wage Peace will hold a march and a mass singing event to celebrate the International Day of Peace 2018


Join us on Thursday, September 20th, in our march from Jaffa Gate to Independence Park for an amazing mass singing event.
In honor of the International Day of Peace we will march together – thousands of women: Jews and Arabs, secular and religious – to express our hope for a future of peace, security, cooperation and equality.
The Schedule (subject to change)
16:00 – Meeting at Jaffa Gate
17:00 – March to Independence Park
18:00 – Meeting at Independence Park
19:00 – Rally and mass singing of “We Shall Overcome” in Hebrew, Arabic and English. Members of the movement will speak and Yael Decklebaum will sing at the rally.
Additional details will be posted later on.

~~~~~
Before this event, from September 12th -17th, we will hold musical events at the borders of the country: “ Reach out for Peace” – calling out for peace to women on the other side of the border; conflicts throughout the world have been resolved – it’s possible here as well!
September 12th – 17:00 Shouting Hill, Golan Heights (Tamar 052-3749202)
September 13th – 17:00 Hanita (Carmit 050-4400980)
September 14th – 13:00 Sheikh Hussein Bridge (Rina 050-3097855)
September 16th – 17:00 Nahal Oz (Ye’ela 054-7487005)
September 16th – 18:00 Observation Point of the borders, Eilat (Rivka 052-3430767)
September 17th – Umm al-Fahm, on the seam line (Anabel 054-4650119)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :