Flux RSS

Epstein, Weinstein, Strauss-Kahn. Pathologie de survivants de la Shoah ?

Publié le

Aux USA sont dénommés « survivors » tous les descendants de juifs exterminés ou rescapés de la Shoah. Il s’agit en particulier de juifs ashkénazes originaires d’Allemagne, de Pologne et de pays de l’Est. D’après leur patronyme, Epstein, Weinstein et Strauss-Kahn sont ashkénazes.

Entre les parents qui ont refusé d’évoquer l’extermination et les persécutions nazies et ceux qui les ont évoquées au quotidien, entre ceux qui portent les stigmates des tortures physiques (expériences de Mengele, par ex.) qui parlent pour eux et ceux qui ont été jusqu’à dissimuler le secret de leur judéïté (j’ai rencontré des ashkénazes qui n’avaient découvert leurs origines juives qu’à l’âge adulte), il y a largement de la place pour diverses névroses. Ce n’est sans doute pas un hasard si nombre de juifs se sont professionnalisés dans la psychiatrie, la psychologie et la psychanalyse.

Le centre Georges Devereux spécialisé dans l’ethnopsychiatrie a organisé, sous l’égide de Nathalie Zajde, des groupes de parole avec des « survivors », la deuxième génération de juifs exterminés et/ou persécutés. L’étude a porté sur 150 survivants dont 50 ont participé régulièrement aux groupes de parole. Le résultat montre clairement que les survivors sont en souffrance.

Dans l’histogramme ci-dessous, on observe que 70% des « survivors » sont affectés d’anxiété. Or la jugulation de l’anxiété conduit à des comportements addictifs dont l’obsession sexuelle. On remarque aussi que 95% des participants souffraient de solitude et 100% de problèmes familiaux, difficultés susceptibles d’induire des comportements excessifs.

 Symptômes

Anxiété = 70%; Plaintes somatiques, mécontentement = 50%; Dépression = 30%; Phobies (agoraphobie, claustrophobie, phobie sociale, zoophobie, etc.) = 12,5%; Psychose = 25%; Alcoolisme = 5%; Cauchemars = 30%; Tentative de suicide = 15%; Sentiment d’échec = 52,5%; Inhibitions = 15%; Sentiments de profonde solitude et d’incompréhension = 95%; Mauvaise relation avec les parents = 57,5%; Problèmes familiaux = 100%

Source http://www.ethnopsychiatrie.net/Shoahengl.htm

Alors bien sûr, toutes les sociétés sont patriarcales et les hommes ont été élevés comme étant supérieurs aux femmes, maîtres des femmes, en possédant le plus grand nombre possible comme preuve visible de leur virilité (donjuanisme). Mais lorsque leur besoin de dominer les femmes -et des femmes toujours plus jeunes comme élixir de Jouvence-, est pathologique, ils sombrent dans des abus compulsifs et criminels.

J’ai connu une mère qui prévenait ses voisines quand son fils sortait : « Rentrez vos poules, je sors mon coq ». Devenu adulte, le garçon en question se comportait comme un coq jouissant de son pouvoir de mâle.

Les hommes de pouvoir ont toujours abusé des femmes en leur faisant miroiter la possibilité de sortir de leur infériorité sociale implacable et millénaire. Certaines se résignent, d’autres se révoltent comme le succès du mouvement « metoo » l’a démontré. Malheureusement, au lieu de faire leur mea culpa et de remettre en question leur machisme, les ténors du patriarcat, des intellectuels bien sous tous rapports, ceux qui s’insurgent de la pénalisation des clients de prostituées, hurlent à la misandrie prétendant que ces femmes outragées sont des mythomanes, des harpies « mal baisées », des castratrices androphobes. Ces pauvres hommes ne comprennent pas qu’il est aussi de leur intérêt des respecter les femmes, cette « moitié du ciel » sans laquelle ils n’existeraient pas.

Pour revenir à Epstein, Weinstein et Strauss-Kahn, ces criminels aujourd’hui tristement célèbres, leur comportement morbide a certainement à voir avec leur statut de « survivor »  parce que la société patriarcale a su profiter de leur pathologie en les flattant, en les enviant, en les soutenant et les encourageant dans leur débauche criminelle. Un partouzeur de haute société m’expliquait que rien ne révélait mieux les forces et les faiblesses d’un mâle que lorsqu’il était en action sexuelle délivrant ainsi de précieuses informations pour le contrôler dans d’importantes négociations, ce qui justifiait les partouzes avec des gens de pouvoir et d’argent…bien entendu.

Tous les juifs ne sont pas des criminels sexuels et nombre de non juifs sont des obsédés sexuels comme Placido Domingo qui fait actuellement les titres de la presse. https://youtu.be/Voagw62BIpg  ou Tarik Ramadan. Patrons, avocats, médecins, commerçants, maires, gendarmes, artisans, politiques, journalistes, pompiers, professeurs, policiers, étudiants, restaurateurs, entraîneurs sportifs, etc. figurent dans la liste des hommes condamnés pour harcèlement sexuel. J’ai googlé « condamnés pour harcèlement sexuel » et j’ai obtenu  1 260 000 résultats …

Tant que les femmes seront maintenues dans une position subalterne, les hommes seront susceptible d’exercer leur droit de cuissage d’autant plus qu’ils sont formatés pour en jouir. L’exercice de la prédation sexuelle par des malades serait impossible si les sociétés respectaient les femmes et leur accordaient une égalité réelle.

La Connectrice

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :