Flux RSS

Archives de Catégorie: aéronautique

Hommage à Peggy Whitson, astronaute américaine toujours dans l’espace

Publié le

Peggy Whitson est la recordwoman des sorties dans l’espace

Longue préparation (4h) à la sortie dans l’espace pour effectuer des réparations et des branchements électriques

Images : https://www.google.fr/search?q=peggy+whiston&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwibg_SgirHUAhXkA8AKHflDBuIQ_AUICigB&biw=1344&bih=736#imgrc=7evceAJF7_jdLM:

Peggy Whitson, 57 ans, docteur en biochimie, s’était envolée dans l’espace le 17 novembre 2016 avec Thomas Pesquet et Oleg Novitski. Contrairement à Thomas, elle n’a pas quitté l’ISS où elle devrait séjourner encore trois mois.

Biographie de Peggy Whitson

https://fr.wikipedia.org/wiki/Peggy_Whitson

L’expédition 50  est sa troisième mission dans l’espace. Elle a été d’une grande aide pour Thomas Pesquet dont c’était le premier séjour dans l’ISS (Station spatiale internationale).

Cette femme brillante et courageuse n’est pas la première de son genre ayant été précédée par Pamela Melroy également américaine et par Sandra Magnus, américaine également. Issue de la même génération Laurel Blair Salton Clark était décédée dans la désintégration de la navette Columbia le 101 mars 1961 au-dessus du Texas. Stephanie Diana Wilson est afro-américaine et a participé à trois vols spacieux.

Heidemarie Stephanyshyn-Piper  a participé à deux mission et a été la 8ème femme à faire une sortie dans l’espace.

Pour en savoir plus

Sécurité. Que craindre de ces drones qui survolent la France en toute liberté ?

Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes ? Andromaque. Racine

L’oeil était dans la tombe et regardait Caïn. La conscience. La légende des siècles. Victor Hugo

Drones

L’oeil d’un drone, une caméra réglable et connectée . Source photo http://www.couriermail.com.au/news/queensland/queensland-police-to-use-surveillance-drones-to-combat-crime-ahead-of-g20-conference/story-e6freoof-1226598572670

Depuis plus d’une année, des drones survolent des sites stratégiques français. Les enquêtes des services de sureté et de sécurité n’ont pas trouvé les pilotes des engins et leurs experts se disent impuissants à le faire. Comment ne pas se sentir menacé par ces engins non identifiés qui volent au dessus de nos têtes et dont nous ignorons l’origine et le but ? Comment est-il possible que les fonctionnaires concernés n’aient pas su prévoir et prévenir l’utilisation des drones à des fins malignes alors que ces engins existent depuis très longtemps et sont régulièrement utilisés dans les guerres ? Certes, des utilisations pacifiques ont été envisagées par des distributeurs (Amazon, Domino’s pizza) pour livrer des colis commandés sur Internet mais dans ce cas, le secret n’est pas justifié.

Selon l’ingénieur Bruno Comby, les drones cartographieraient nos centrales pour faire tomber le réseau électrique de France et d’Europe.  Les transformateurs se trouvant à l’extérieur, il suffirait de les faire sauter pour paralyser entièrement toutes nos activités http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/video/bruno-comby-ces-drones-sont-en-train-de-cartographier-les-centrales-344268.html

Farce de potache, provocation, espionnage industriel, opération marketing ou expérimentation à des fins belliqueuses, militaires ou terroristes, le survol de nos centrales nucléaires, de l’Élysée, de nos monuments historiques ou de l’ambassade américaine ne devrait pas être possible sans autorisation préalable au même titre que tous les aéronefs et pourtant, des drones nous surveillent et nos polices sont impuissantes.

Des drones gadgets sont désormais à la portée de toutes les bourses, quel que soient les intentions de l’utilisateur. Désormais tout le monde peut espionner tout et tout le monde.

Le drone de loisir Parrot.

Le drone Parrot est entré dans la vie de nombreux particuliers. Cette firme américaine fabrique des drones de « loisirs » à tous les prix.http://www.parrot.com/usa/ Celui de l’image , version « Jungle », coûte 289 euros ici

Source image http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/laurence-neuer/drones-de-loisir-des-mouchards-en-puissance-17-11-2012-1530194_56.php

Les falaises d’Etretat vues sous tous les angles avec un Parrot Bebop (859 euros). Source image http://www.parrot.com/usa/

Aux États-Unis, la population s’inquiète sérieusement de l’utilisation des drones, autant sur le territoire qu’à l’étranger. Les activistes soulignent les dangers que le pilotage à distance représente. Ils affirment que les drones qui volent au-dessus de l’Afghanistan sont commandés depuis Syracuse, NY où se situe l’usine de fabrication du MQ-9 Reaper sur la base militaire de Hancock http://www.northcountrypublicradio.org/news/story/22288/20130703/military-drones-raise-local-questions

Cartoonist Marquil reacting in January 2011 to the program basing drones at Hancock.

Vérifie le GPS, tu es sûr que nous ne sommes pas au dessus de l’Afghanistan ? -à vendre lait de chèvre, oeufs, herbe-Parc de l’Adirondak Source dessin http://www.northcountrypublicradio.org/news/story/22288/20130703/military-drones-raise-local-questions

Les drones militaires nécessitent l’utilisation d’un poste de pilotage identique à celui d’un avion sauf qu’il est situé sur terre tandis que le drone-avion se trouve dans les airs à des milliers de kilomètres de ceux qui le dirigent. Le HARFANG est un drone de reconnaissance non armé, guidé à distance par d’anciens pilotes de chasse, pilotes de transport ou navigateurs …Surveillance de villages et de compounds, escorte de convois, recherche d’engins explosifs improvisés, préparation de zones pour les posés hélico, appui renseignement aux troupes au contact…Le HARFANG participe depuis un an à toutes les missions, de jour comme de nuit.En janvier, à l’occasion d’une mission de surveillance, le HARFANG a détecté des insurgés qui s’apprêtaient à effectuer un tir de roquette en direction d’un camp où se tenait un important rendez-vous. Cette détection a permis de donner l’alerte quelques minutes avant le tir et d’éviter des pertes humaines. Les insurgés ont ensuite été suivis à la caméra par le Harfang jusqu’à leur lieu de repli avant d’être interceptés par les forces de sécurité afghanes.
L’actualité nous fait nous interroger sur les drones aériens mais laisse dans l’ombre les drones terrestres et aquatiques dont l’utilisation est tout aussi préoccupantes.
Robot militaire eca

Un robot militaire de la firme française ECA robotics exposé au salon Milipol, à Paris, en octobre 2011. © JACQUES DEMARTHON / AFP

Les drones terrestres sont des robots télécommandés : Aujourd’hui, il y a plus de 7.000 drones et 12.000 robots terrestres utilisés par toutes les branches de l’armée américaine, selon le site robotblog. «Entre 2003 et 2007, 10.000 engins explosifs improvisés (EEI) auraient été détruits par 5.000 robots de l’armée américaine», rappelle Antonin Tisseron, chercheur associé au Centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan. Des robots comme le Packbot.Cobra camera
Robot militaire français portant une caméra. © eca
Il existe aussi des drones aquatiques comme le robot sous-marin autonome (AUV, pour « Autonomous Underwater Vehicle » en anglais), qui se déplace dans l’eau de manière autonome. Ils sont appelés aussi « gliders » planeurs en français. Le laboratoire de recherche de Rutgers University’s Coastal Ocean Observation Lab (RU COOL) , basé en Antarctique utilise trois de ces engins qui sont pilotés à travers le réseau de satellites Iridium depuis le New-Jersey.
Oscar Schofield and team getting ready to deploy a glider

Oscar Schofield and team getting ready to deploy a glider

Rutgers University’s Coastal Ocean Observation Lab (RU COOL)

 Bien que la plupart de ces engins sous-marins soient jaunes ils ne sont pas aussi sympathiques que le Yellow submarine des Beatles car si certains ne servent qu’à explorer les abysses aucun ne nous promet de nous emporter vers des horizons de fraternité comme dans la chanson…
Image of <i>Sea Squirt</i>
L’oeil de l’ancêtre des drones aquatiques, le « Sea Squirt » créé au MIT en 1988
Results from Sea Squirt experiments led to the development of the highly successful MIT Sea Grant Odyssey-class AUV in 1990. Used for naval and scientific experiments around the globe, Odyssey AUVs have contributed to the commercialization of AUVs.

Comme le dit si bien Anne Roumanoff, « on ne nous dit pas tout ». Je suppose que les militaires habitués à manipuler des drones ont une petite idée sur ceux qui ont survolé la France, par exemple, en fonction de leur modèle, la distance de la télécommande ou du poste de commandement. Ils doivent connaître l’identité de leur constructeur, de leur coût et de leur fonctionnalités, toutes informations qui devraient permettre de remonter la miste jusqu’à leur « marionnettistes », ceux qui tirent les fils de l’opération.

Les babyboomers ont pensé pouvoir se passer de l’armée, de l’Otan, de la police et des frontières parce qu’ils espéraient, à juste espoir, que la guerre était finie une fois pour toutes. Malheureusement, la cruauté des hommes ne s’est jamais éteinte et leurs ardeurs assassines nous poursuivent dans les moindres replis de nos vies. Les drones qui sont par ailleurs une merveille de technologie, nous atteignent là où on ne les attendait pas et ce n’est pas bon signe. La naïveté de nos dirigeants qui n’ont pas su prévoir le contrôle des drones n’augure rien de bon.

La Connectrice

Pour en savoir plus

  • Reconnaissez votre drone

PNG - 132.4 ko

http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/drones-centrales-nucleaires-11684.html

  • Usage militaire
…En fait, le drone c’est la guerre « ni vu ni connu ». La guerre sans la faire. D’ailleurs les types qui manient les drones n’ont pas le sentiment de faire la guerre. Ils ont des manettes comme dans les jeux vidéo. Ils regardent des images à moitié virtuelles qui sont aussi bien à côté qu’à des milliers de kilomètres. Ils font les trois huit. Avec  équipe de jour et équipe de nuit.
C’est ça qui est nouveau : déclencher conflit, punitions, bombardements à distance, sans avoir l’air d’y toucher.
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-99683-droles-de-drones-1010779.php?Ly96gDrBmUrK01Rb.99

Le Hamas envoie des drones au-dessus de l’entité sioniste

http://www.ism-france.org/analyses/Le-Hamas-envoie-des-drones-au-dessus-de-l-entite-sioniste-article-19015

Gaza – 15 juillet 2014 Le Hamas envoie des drones au-dessus de l’entité sioniste Par Al Manar

Les brigades Ezzedine al-Qassam, branche militaire du Hamas, ont crée la surprise au septième jour de l’agression israélienne contre Gaza, en annonçant l’envoi d’un nombre de leurs drones au-dessus de l’entité sioniste, pour des missions spéciales. Selon les brigades al-Qassam, un des drones a survolé le bâtiment du ministère israélien de la guerre à Tel-Aviv. Le drone baptisé « Ababil 1 » est de fabrication locale, ont déclaré les brigades al-Qassam…

Nouveau au 23/04/2015

Le président Obama donnait une conférence de presse ce jeudu pour confirmer la mort accidentelle en janvier de deux otages détenus par Al Qaïda depuis 2011 pour l’Américain et 2012 pour l’Italien. Il a présenté ses profonds regrets aux familles.

Le drone était utilisé dans une opération anti terroriste au Pakistan et l’armée ignorait que les otages se trouvaient sur le site visé.

Les deux otages étaient des humanitaires qui œuvraient à l’amélioration des infrastructures pakistanaises.L’Américain, Warren Weinstein, 73 ans s’était inséré dans la société pakistanaise et avait appris l’Ourdou.

Source http://www.nytimes.com/2015/04/24/world/asia/2-qaeda-hostages-were-accidentally-killed-in-us-raid-white-house-says.html?emc=edit_na_20150423&nlid=63815623&_r=0

  • Usage civil (rajouté le 03/10/2015)

Construction d’un pont en corde par des drones autonomes

http://www.futura-sciences.com/videos/d/drones-autonomes-construisent-pont-corde-2870/#xtor=EPR-55-%5BHEBDO%5D-20151003-%5BVIDEO-Des-drones-autonomes-construisent-un-pont-en-corde%5D

Développée par les chercheurs de l’ETH Zurich Flying Machine Arena, cette technologie permet de construire un pont grandeur nature grâce à des drones totalement autonomes. Ces quadrirotors utilisent un système de motion capture leur permettant de se positionner avec précision dans l’espace afin d’accomplir leur tâche sans risque de crash.

Cette technique est particulièrement intéressante puisqu’elle permet de construire une structure avec beaucoup de liberté autour de matériel déjà existant (ici, des échafaudages). Selon les scientifiques de l’ETH, il est possible avec ce système de construire des éléments bien plus complexes en un temps record, et ce sans supervision particulière.

© ETH Zurich Flying Machine Arena

Contribution à l’ingénierie de la SNCF, de GDF et d’autres : société Redbird

Drone RedBird (c) DR

drone Redbird

http://www.challenges.fr/entreprise/20140617.CHA5099/comment-redbird-veut-devenir-le-leader-des-drones-civils-en-france.html

Redbird fait partie des opérateurs très ambitieux de ce marché émergent. La start-up a été créée en 2012 par quatre associés fondateurs : Emmanuel de Maistre (normalien en biologie et HEC entrepreneur), Benjamin Hugonnet (ingénieur agronome et MBA Essec), Emmanuel Noirhomme (HEC entrepreneur) et Jean-Marie Urlacher (journaliste et pilote d’avion). Elle est parvenue à lever près d’un million d’euros en 2013. 

Rencontré lors de la conférence USI (Unexpected Sources of Inspiration), son président, Emmanuel de Maistre, nous explique les enjeux de ce marché pour la France. Selon lui, si l’hexagone a raté le virage du drone militaire, il peut très bien devenir un leader sur le civil grâce à un secteur qui a déjà créé des milliers d’emplois. ..

  • Livraisons par drone

140210040141-uae-drones-620xahttp://www.journaldugeek.com/2014/02/11/dubai-va-tester-la-livraison-par-drones/
Dubaï va tester la livraison par drones Par Pierre, 11 février 2014 à 17:35 Ville de Geeks 10 avis

Les drones ont le vent en poupe en ce moment. Amazon, DHL, Lakemaid… Les Emirats Arabes Unis aussi vont s’y mettre. En effet, à Dubaï, le gouvernement a lancé un vaste programme qui, à terme, permettra la livraison de papiers officiels par drone.

  • L’insecte cyborg : de l’électronique sur un véritable insecte

Le nec plus ultra du drone est peut-être l’insecte réel dans le thorax duquel est implanté un dispositif qui permet de le quider à distance. Source 

Le coléoptère cobaye a été équipé d’une sorte de sac à dos bardé d’électronique. Grâce à des électrodes implantées sur ses muscles, les chercheurs ont pu télécommander ses changements de direction. © Tat Thang Vo Doan and Hirotaka Sato, NTU Singapore

Le coléoptère cobaye a été équipé d’une sorte de sac à dos bardé d’électronique. Grâce à des électrodes implantées sur ses muscles, les chercheurs ont pu télécommander ses changements de direction. © Tat Thang Vo Doan and Hirotaka Sato, NTU Singapore

L’équipement électronique sur le dos de l’animal permet de contrôler le vol et changer la direction grâce à la stimulation des muscles. © UC Berkeley Campus Life, Nanyang Tech Univ.

En 2009, une équipe de scientifiques de l’université de Californie à Berkeley et de l’université de technologie de Nanyang (Singapour) avait mis au point un système de contrôle par stimulationélectrique lui permettant de télécommander un coléoptère. À l’époque, le dispositif agissait uniquement sur le déclenchement et l’interruption du battement des ailes de l’insecte. La même équipe est allée plus loin et a trouvé le moyen de contrôler la direction, transformant le cobaye en un véritable drone télécommandé.

Un coléoptère (Mecynorrhina torquata) de la famille des cétoines (les cétonidés) a été équipé d’un sac à dos renfermant l’équipement électronique qui sert à le contrôler : un microcontrôleur, un émetteur-récepteur sans fil et six électrodes reliées aux lobes optiques et aux muscles scléritesaxillaires (3Ax) dont le coléoptère se sert en vol pour manœuvrer. L’ensemble, qui pèse 1,5 gramme, est alimenté par une micro batterie lithium-ion de 3,9 volts. Le résultat de l’expérience est à découvrir dans la vidéo ci-dessous. Avec la télécommande, les chercheurs peuvent stimuler les muscles du côté droit ou gauche pour provoquer un changement de direction. La précision du virage peut même être corrélée à l’intensité de la stimulation électrique…Si l’argument scientifique et humanitaire est systématiquement mis en avant pour justifier ce genre de manipulation du vivant, il est assez probable que des applications moins louables puissent en découler. L’idée d’utiliser ces insectes cyborgs pour des missions d’espionnage, voire, dans des cas extrêmes, pour des attaques par diffusion de poison ou de virus, a sans doute germé dans quelques états-majors….

Il y a deux ans, une start-up nord-américaine Backyard Brains a commercialisé le kit Roboroach grâce auquel n'importe qui peut installer un système de contrôle sur une blatte vivante et la piloter avec son smartphone. Ce produit à vocation pédagogique a suscité presque autant de soutiens que de détracteurs. © Backyard Brains

l y a deux ans, une start-up nord-américaine Backyard Brains a commercialisé le kit Roboroach grâce auquel n’importe qui peut installer un système de contrôle sur une blatte vivante et la piloter avec son smartphone. Ce produit à vocation pédagogique a suscité presque autant de soutiens que de détracteurs. © Backyard Brains

  • Des drones de toutes les tailles, de celle d’une mouche à celle d’un petit avion

Headline image

http://www.israelvalley.com/news/2013/01/16/38844/les-drones-papillons-d-israel-utilises-a-des-fins-de-renseignement

Droles drones

Un joli drone colibri http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-99683-droles-de-drones-1010779.php

http://www.gizmodo.fr/2012/01/18/quelle-taille-fait-un-drone.html

  • Cinq drones ont survolé Paris dans la nuit du 23 au 24 février 2015

http://www.20minutes.fr/paris/1547823-20150224-video-tour-eiffel-invalides-concorde-paris-survolee-cinq-drones-nuit

Au moins cinq drones ont été aperçus dans le ciel de Paris dans la nuit de lundi à mardi, entre minuit et 6h. Le premier engin a été vu peu après minuit survolant l’ambassade américaine, située dans le VIIIe arrondissement.

Assez rapidement, en raison du caractère sensible des lieux, les premiers services de police présents ont tenté de suivre l’appareil qui «a continué son survol vers les Invalides», a expliqué une source proche de l’enquête, avant que les policiers ne perdent sa trace.

  • Depuis octobre 2014 nos sites nucléaires sont survolés par des drones

http://www.20minutes.fr/planete/1472179-20141031-drones-survolent-centrales

Golfech et Penly ont eu la visite de drones dans la nuit de jeudi à vendredi. Les deux centrales succèdent ainsi à Creys-Malville, Blayais, Nogent-sur-Seine, Cattenom, Chooz, Gravelines, Le Bugey et le Commissariat à l’énergie atomque (CEA) de Saclay: depuis le 5 octobre, les sites nucléaires français sont la cible de drones qui survolent les lieux de nuit ou très tôt le matin. Ces petits engins sans pilote, de plusieurs types et de tailles différentes, ont poussé EDF et le CEA à porter plainte. Mais alors que tous les regards se tournaient vers Greenpeace, coutumier des intrusions sur les sites nucléaires, l’ONG a démenti formellement avoir envoyé ces drones dans l’espace aérien protégé au-dessus des centrales. Qui a bien pu envoyer ces drones? …Canular, anti-drones, journalistes…Parmi les hypothèses, les drones pourraient être simplement l’œuvre de petits plaisantins, néanmoins bien organisés, puisque plusieurs drones ont survolé simultanément des centrales éloignées géographiquement. Une autre hypothèse serait celle d’un lobbying anti-drone qui voudrait dénoncer la surveillance des civils: en septembre 2013, le parti pirate avait envoyé un drone se poser à deux mètres d’Angela Merkel lors d’un meeting à Dresde pour dénoncer la surveillance policière. En France, la CNIL planche sur la création d’une carte qui permettrait de géolocaliser les drones en action autour de chez soi. La question de la vie privée se pose donc et pourrait motiver certaines personnes à démontrer que les drones doivent être mieux encadrés par la réglementation. Enfin, les rédactions se dotent petit à petit de drones pour des reportages dans des zones inaccessibles: des journalistes pourraient-ils être les pilotes de ces engins? Toutes les hypothèses restent aujourd’hui envisagées.

  • Questions sur les drones

http://www.20minutes.fr/societe/1476175-20141106-survol-centrales-nucleaires-drones-responsables-toujours-identifies

Que dit la loi française en matière de survol des centrales?

En France, le survol des centrales nucléaires est interdit dans un périmètre de cinq kilomètres et de 1.000 mètres d’altitude autour des sites. Il est passible de jusqu’à un an d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende.

Pourquoi les drones posent-ils problème aux autorités?

Si certains drones, les plus basiques, sont radiocommandés et doivent être pilotés à distance par un opérateur caché à proximité – qui peut donc être repéré grâce aux émissions radio et arrêté – d’autres modèles sont programmables. Pour 350 à 400 euros, on trouve désormais dans le commerce des engins en plastique virtuellement indétectables. Ils volent ainsi trop bas et sont trop petits pour être détectables par les radars militaires ou civils.

Pourquoi posent-ils problème aux professionnels du secteur?

La Fédération française d’aéromodélisme (FFAM) et la Fédération professionnelle du drone civil (FPDC) ont condamné mardi dans un communiqué ces survols, qu’elles jugent contraires aux «pratiques et engagements» du secteur.

Comment bloquer des drones?

Selon le site ww.aeronewstv.com, trois systèmes utilisés par différentes armées étrangères existent pour se prémunir contre des drones: Un brouilleur anti-drone, qui bloque les transmissions entre l’opérateur et sa machine; un système à visée laser tactique pour abattre des avions et de grands drones de combat; un laser de défense chinois pour bloquer de plus petits drones.

  • Définition du drone

http://fr.wikipedia.org/wiki/Drone

Un drone (de l’anglais « faux-bourdon »), également appelé UAV (pour Unmanned Aerial Vehicle), ou encore RPAS (Remotely Piloted Aircraft Systems), est un aéronef sans personne à bord, télécommandé ou autonome, qui peut éventuellement emporter une charge utile, destinée à des missions (ex. : de surveillance, de renseignement, d’exploration, de combat, de transport, etc.). Les drones ont d’abord été utilisés au profit des forces armées ou de sécurité — police, douaneetc. — d’un État, mais ont aussi des applications civiles (Cinéma, télévision, agriculture, environnement) ou cinématographiques1. La charge utile du drone de combat ou UCAV (Unmanned Combat Aerial Vehicle) en fait une arme.

Sa taille et masse (de quelques grammes à plusieurs tonnes) dépendent des capacités recherchées. Le pilotage automatique ou à partir du sol permet des vols longs de plusieurs dizaines d’heures (à comparer aux deux heures typiques d’autonomie d’un chasseur).

Certains missiles non balistiques, en particulier les missiles de croisière, ont l’apparence aérodynamique de drones, mais ne sont cependant pas réutilisable, car détruit en fin de mission, contrairement au drone qui est ramené à sa base.

  • Les humoristes américains voient des drones partout

Relax, c’est un drone du FBI qui ne surveille que les Américains. http://1389blog.com/2013/06/20/fbi-admits-to-using-drones-in-us-for-surveillance-exactly-what-type-of-surveillance-mr-mueller/

. Les drones patrouillent dans le ciel US. 30 000 drones en 2020 ! Tes parents savent-ils que tu as renversé ta crème glacée ? Nous, nous le savons !http://www.altheadlines.com/cartoons-drones-flying-over-american-soil-13248258/

Le futur de l’espionnage. Le drone moustique qui traque et prélève l’ADN en un seul arrêt. http://www.altheadlines.com/cartoons-mosquito-drones-mav-micro-aerial-vehicle-13248266/

  • La loi et les drones de loisirs

http://www.service-public.fr/actualites/007532.html?xtor=EPR-140

Direction générale de l’aviation civile (DGAC)

Drones de loisir : les 10 règles à connaître

Publié le 25.02.2015 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) fait le point sur les règles d’usage à connaître concernant les drones de loisir :

  • ne pas faire voler son drone à une hauteur supérieure à 150 mètres,
  • ne pas survoler les personnes,
  • ne pas perdre de vue son drone,
  • ne pas le faire voler au-dessus de l’espace public en agglomération,
  • ne pas l’utiliser à proximité des aérodromes,
  • ne pas survoler des sites sensibles,
  • ne pas s’en servir la nuit,
  • respecter la vie privée des autres,
  • ne pas diffuser les prises de vue sans l’accord des personnes concernées et ne pas en faire un usage commercial,
  • en cas de doute, se renseigner auprès de la DGAC, de la Fédération française d’aéromodélisme, de la Fédération professionnelle du drone civil ou de la Commission nationale de l’informatique et des libertés.

De taille et de poids variables (de moins de 2 kg à plus de 150 kg), le drone peut être utilisé notamment pour inspecter des sites industriels, surveiller des cultures agricoles ou encore tout simplement dans le cadre d’activités de loisirs (on parle alors d’aéromodèles).

Sur Service-public.fr

Drones : ce qu’il faut savoir

Pour en savoir plus

%d blogueurs aiment cette page :