Flux RSS

Archives de Catégorie: antisémitisme

La France subventionne largement les ennemis d’Israël

Publié le

Depuis longtemps, la France a choisi les musulmans contre les juifs du fait d’une longue histoire d’antisémitisme fondé sur la propagande du Vatican qualifiant le peuple juif de « déicide », du refus de l’antériorité du judaïsme sur le christianisme et de son inscription dans les textes bibliques comme « peuple élu de Dieu ». Sur ces bases hostiles se sont greffées des pressions politiques et sociales qui ont conduit de nombreux dirigeants européens à confiner les israélites dans des rôles traditionnellement haïs par les peuples dominés : l’usure et l’administration des domaines fonciers en particulier.

Bien que le Vatican se soit amendé sur le terme de « déicide » en 1992, la haine du juif enseignée aux chrétiens depuis des siècles et véhiculée par des traditions, des préjugés et la sémantique, a perduré. Les Français sont culturellement antisémites, antisémites passifs, certes mais profondément antisémites quand même. Etant moi-même née d’un père juif et d’une mère chrétienne, ayant des oreilles dans les deux camps, je sais ce que j’entends.  Malheureusement la présence massive et croissante de musulmans antisémites actifs a libéré le tabou qui s’exprime désormais à travers les associations caritatives telles que celles listées dans l’article ci-dessous. L’émergence des mouvements et opinions « antisémitisionistes » (on est antisioniste pour justifier politiquement son antisémitisme), encouragés par la politique française, a stimulé l’antisémitisme avec des passages à l’acte terrifiants (Ilan Halimi, Sarah Attal-Halimi ), forçant à l’exil chaque année des milliers de juifs. La France ne compterait plus que quelques 800 000 juifs de nationalité française alors que la population musulmane française et étrangère, légale et illégale, se monterait à dix millions.

Bien que François Fillon se rende en Israël le 20 avril pour y rencontrer la communauté française, ses prises de position fluctuantes vis-à-vis de l’Etat hébreu laissent sceptique la population juive sur la confiance qu’elle peut lui accorder tant en France qu’en Israël. Une victoire de Marine Le Pen inquiète certains qui craignent que l’élection ne déclenche une guerre civile oubliant que la France est déjà le terrain d’une guerre civile du fait de l’insurrection musulmane avec pour preuve la prolongation de l’état d’urgence.

Le ver de l’antisémitisme a déjà rongé la pomme France et risque de n’en laisser que le trognon. Quel candidat à la présidence de la République aurait la volonté ferme de le détruire ? Je n’ai pas de réponse.

La Connectrice

 

 Source https://fr.gatestoneinstitute.org/10206/france-delegimation-israel
  • Outre l’étiquetage des produits alimentaires en provenance des implantations israéliennes, la France apporte un puissant soutien financier aux organisations qui prônent le boycott des produits israéliens.

Officiellement, la France interdit toute forme de boycott contre Israël. En 2015, la Cour de cassation a confirmé une décision de 2013 de la cour d’appel de Colmar qui avait condamné 14 militants du mouvement Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS) à 28 000 euros de dommages et intérêts aux parties civiles et à une amende de 1 000 euros avec sursis pour chacun d’entre eux. Il leur était reproché d’avoir, en 2009 et en 2010, appelé au boycott des produits israéliens au magasin Carrefour d’Illzach, près de Mulhouse (Haut-Rhin).

Mais les apparences peuvent être trompeuses. Une étude minutieuse publiée en janvier 2017 par NGO Monitor, une association qui organise une veille sur le comportement des ONG, révèle que le gouvernement français a un double discours. D’un côté, la justice (certes indépendante) sanctionne les boycotteurs, mais de l’autre, l’Etat finance discrètement des ONG ouvertement hostiles à Israël et d’autres associations qui soutiennent et promeuvent des campagnes de boycott contre Israël.

Le soutien financier du gouvernement français concerne :

  • La campagne « Made in Illegality, » dont La Plateforme des ONG françaises pour Palestine, La Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), et le syndicat CGT sont partenaires. Au-delà de la décision de novembre 2016 de promouvoir l’étiquetage stigmatisant des marchandises israéliennes produites dans les territoires disputés ‘les « colonies ») et commercialisées en France, le gouvernement finance les partisans du boycott pur et simple.Les objectifs de « Made in illegality » sont « d’interdire l’importation des produits des colonies, » « d’exclure les colonies des accords bilatéraux et de coopération avec Israël, » « d’exclure les entreprises actives ou installées dans les colonies des marchés publiques et des appels publiques d’offres… ». Ce qui revient à exclure bon nombre d’entreprises israéliennes dont le siège est en Israël mais qui ont des filiales ou des comptoirs dans les implantations.
  • A travers l’Agence Française de Développement (AFD) le gouvernement français a subventionné la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine à hauteur de €46,560 en 2009, €199,000 de 2011 à 2014, et €225,000 de 2014 à 2017. Le Conseil régional d’Ile de France a donné lui auss à cette même Plateforme, une subvention de €62,000 en 2013, €22,000 en 2014, et €20,000 en 2015. Claude Léostic, président de la Platrforme s’est vu refuser l’entrée en Israël, et a comparé Israël à l’Allemagne nazie «…Le peuple de France a résisté face aux barbares nazis…Mais vous avez souffert depuis plus de 40 ans, aussi incroyable que cela puisse être dans ce monde moderne, et cela après la Nakba …».Toujours selon NGO Monitor, l’Agence française pour le développement (AFD) a subventionné des alliés de BDS comme l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) à hauteur de €139,550 entre 2012 et 2014. De son côté, le ministère des affaires étrangères a donné €36,500 en 2013, €53,000 en 2014, et €25,500 en 2015. L’AFPS justifie son boycott en ayant recours à la rhétorique de l’Holocauste : elle parle de la bande de Gaza en utilisant des termes comme « solution finale » et « camp d’extermination » en raison de la politique « criminelle » du gouvernement israélien. L’AFPS est activement engagée dans les campagnes de boycott de BDS contre Israël et utilise un vocabulaire enflammé – « nettoyage ethnique », « apartheid », et « Stop à la chasse aux enfants Palestiniens ! »- pour évoquer les relations israélo-palestiniennes.Selon NGO Monitor, l’AFD finance également des actions d’influence qui visent à fournir aux élus, aux médias et au public une « information adaptée » sur le conflit israélo-palestinien. C’est-à-dire une information généralement partiale, alignée sur les positions palestiniennes les plus dures et donc hostile à Israël. « 40% (€225,000) du projet de la Plateforme « Mieux agir pour le respect du droit en Palestine » a été financé par le gouvernement français (AFD) » affirme NGO Monitor. Ces projets d’ « information » ont été menés en partenariat avec Ittijah, une ONG israélienne dont le leader, Amir Makhoul, a été condamné à 9 années de prisons pour espionnage au profit du Hezbollah durant la guerre du Liban de 2006. La Plateforme et Ittijah étaient déjà partenaires en 2009 sur un projet financé en partie par le gouvernement français (€43,560 au travers de l’AFD) alors que Makhoul était encore à la tête de l’organisation.
  • Nombre d’associations catholiques sont également très actives au sein de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine et travaillent en étroite collaboration avec BDS (Boycott Désinvestissement, Sanction). Il s’agit de : Secours Catholique-Caritas France (SCCF); la Cimade; Pax Christi France; Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement–Terre Solidaire (CCFD).Ces organisations catholiques sont elles-mêmes subventionnées par le gouvernement en raison de leur vocation caritative et redistribuent elles-mêmes diverses aides à des ONG anti-israéliennes. La Cimade, une association catholique qui soutient ouvertement BDS et la campagne Made in Illegality a été dotée à hauteur de €4.3 millions en 2015.
  • L’ONG israélienne Alternative Information Center (AIC), a ainsi touché €14,950 en 2013 de la Commission nationale consultative des droits de l’homme et €19,970 en 2013, €4,975 en 2015, €12,960 en 2016 via CCFD-Terre Solidaire.
  • La Fédération international des droits de l’homme (FIDH), financée à hauteur de €6.6 millions en 2015 par diverses dotations gouvernementales européennes – et donc aussi françaises – apporterait ainsi un soutien actif aux campagnes BDS et met tout son poids d’organisation humanitaire dans des actions de délégitimation de l’Etat d’Israël. La FIDH accuse Israël de « punitions collectives », de « crimes de guerre » et de « crimes contre l’humanité ». Son secrétaire général, Shawan Jabarin, élu en août 2016, est aussi le directeur général de Al Haq, une organisation palestinienne très active dans le jihad judiciaire contre Israël et le soutien à BDS.Shawan Jabarin, « a des liens présumés avec l’organisation terroriste FPLP et s’est vu refuser l’obtention de visa de sortie par Israël et la Jordanie » indique NGO Monitor. En 2007, la cour suprême israélienne a rejeté l’appel de Jabarin de se rendre à l’étranger déclarant que Jabarin est un « activiste du FPLP de haut rang…» « agissant apparemment à la manière du docteur Jekyll et de Mister Hyde …», « PDG d’une organisation humanitaire une partie du temps…» et « activiste dans une organisation terroriste n’ayant pas renoncé au meurtre…» le reste du temps.Le 20 Juillet, 2016, le Conseil international de la FIDH a publié un communiqué de presse de soutien à BDS. Quelques mois plus tôt, en novembre 2015, la FIDH a salué la décision de la Commission européenne d’étiqueter les produits de colonies israéliennes, mais a appelé l’UE à « mettre fin à tous les échanges économiques et commerciaux avec les colonies israéliennes et de dissuader les entreprises d’investir, de maintenir et de profiter des relations économiques existant avec les colonies d’Israël » .

Le gouvernement français soutient également les ONG (françaises et étrangères) engagées dans des campagnes pour que les banques françaises cessent toutes relations avec les banques israéliennes qui ont des succursales dans les colonies de peuplement. Ce qui dans la pratique reviendrait à un boycott de toutes les grandes banques israéliennes. Les principaux protagonistes de cette campagne sont Al-Haq , la FIDH , le CCFD-Terre Solidaire et Association France Palestine Solidarité (AFPS).

On pourrait multiplier les exemples. Mais ceux qui précèdent suffisent pour illustrer l’incroyable violence des mouvements ainsi financés par la France et le double discours de l’Etat en France. Officiellement, la France milite pour la paix et la nécessité pour Israël de vivre en sécurité à l’abri de frontières sures et reconnues au plan international, Mais en sous-main, le gouvernement de François Hollande exerce des pressions qui n’ont rien de diplomatiques à travers un réseau complexe d’ONG qui n’ont pas la paix et la sécurité d’Israël comme préoccupations premières.

Le gouvernement français supporterait-il que la Grande Bretagne finance des associations militant pour la libération de la Bretagne ou que le gouvernement espagnol contribue à l’action d’associations prônant l’indépendance du pays Basque français ? Non, il s’en inquièterait et le ferait savoir.

Ces financements français que la patiente enquête de NGO Monitor a permis de mettre au jour, ne sont rien d’autres que des actions de déstabilisation. Autant il est juste qu’un pays critique la politique d’un autre s’il estime que des principes du droit international sont violés, autant ces financements d’ONG qui militent ouvertement – pour certaines – pour l’isolement économique et souvent pour la destruction de l’Etat d’Israël relèvent d’une hostilité de fond. Pour ne pas dire d’actions de guerre. Il est vrai que le soutien apporté par la France aux résolutions hostiles à Israël à l’Unesco et à l’ONU avait déjà fait tomber les masques.

La France, par la voix du ministre des affaires étrangères, affirme officiellement qu’elle milite pour une paix juste et des frontières sures et reconnues au plan international pour Israël. Mais en sous-main, la France finance des ONG ouvertement hostiles à l’Etat hébreu. (Photo): Le président François Hollande (droite) accueille le Premier ministre Israélien, Benjamin Netanyahu, à Paris le 11 janvier 2015. (Image source: Thierry Chesnot/Getty Images)

Yves Mamou journaliste et auteur est basé en France. Il a travaillé pendant deux décennies au journal Le Monde
.

Alain Finkielkraut et Nuit Debout. Le courage de l’intelligence et la lâcheté de la bêtise

Publié le

Afficher l'image d'origine

Source image

Hier soir, Alain Finkielkraut s’était rendu au rassemblement de Nuit Debout pour comprendre ce qui se passait sur le terrain et par lui-même.

Accompagné de son épouse, il voulait seulement écouter et n’avait pas du tout l’intention de prendre la parole. L’eut-il fait, cela n’aurait été que conforme à cette démocratie populaire dont prétendent ressortir les Nuideboutistes.

En fait de démocratie et de liberté d’expression le philosophe fut proprement interdit de présence et de parole.

Reconnu, il fut hué, insulté et souillé par le crachat d’un quadragénaire. Le service d’ordre l’escorta hors de la place de la République sur le boulevard « pour sa sécurité ».

La première personne à l’avoir insulté aurait posté des propos antisémites sur son blog et se dirait  » Jeune communiste » alors que Nuit Debout se clame sans parti …

On pourra entendre le témoignage d’Alain Finkielkraut dans l’émission « L’esprit de l’escalier » Il y raconte en détail sa soirée à Elisabeth Lévy de « Causeur ».

https://youtu.be/XNzHeNq14ZM

Je comprends parfaitement la démarche courageuse d’Alain Finkielkraut, ancien gauchiste de mai 68 qui, à la différence de beaucoup de ses semblables n’a pas chercher à accumuler des devises au Panama mais creusé, avec l’or de sa réelle intelligence, les évolutions sociétales et défendu avec constance les vertus de l’éducation et de l’essence de la philosophie, l’esprit critique.

Le philosophe aurait pu, comme nombre d’autres intellectuels, militants et politiques réfléchir confortablement à son bureau, à l’abri des crachats, en se basant uniquement sur les dires des médias, des interprétations des interprétations des faits, des rapports de témoignages choisis et des rediffusions de tout ce qui se diffuse d’après les histoires de témoignage de témoins. La vérité des uns et des autres ne lui suffisant pas, expression d’une rare honnêteté intellectuelle, il voulait voir et entendre les réalités de Nuit debout.

Moi aussi, je veux pouvoir évaluer de mes yeux et de mes oreilles ce qui se passe place de la République mais je n’ouvrirai pas ma bouche car je ne supporte pas la violence, a fortiori quand elle est dirigée contre ma personne non politiquement correcte.

Dans l’émission l’esprit d’escalier, Finkielkraut soulignait le niveau intellectuel des débats de mai 68 versus l’indigence de ceux de Nuit Debout qu’il attribuait à la déchéance de l’Education nationale qui nivelle par le bas tout en admettant que les fruits de 68 n’étaient pas tous de la même qualité, notamment ceux qui, précisément avaient contribué à la déchéance de l’Education nationale.

L’éjection d’Alain Finkielkraut de la place de la République est le spot qui termine d’éclairer la malignité de Nuit debout. On s’en doutait déjà puisque, alors que nous sommes en état d’urgence, ce qui logiquement interdit tout rassemblement, le DAL, branche du PS, bénéficie d’une autorisation de manifester renouvelable …

Je suis Finkielkraut et j’admire son courage et sa constance. Continuez, Alain, vous êtes une fierté française !

La Connectrice

Pour en savoir plus

  • Article, vidéos, commentaires sur Le Parisien

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75011/video-nuit-debout-alain-finkielkraut-pris-a-partie-place-de-la-republique-16-04-2016-5721601.php?success=1#blocCommentaires

  • Témoignage d’Alain Finkielkraut

http://radiorcj.info/emissions/esprit-descalier/

Totoa publié le 17 Avril 2016 à 14:04

En realité, Finki – que l’on soit d’accord ou pas avec – il a une culture enoooorme. Finki, tu peux pas discuter avec lui si t’as pas bossé au moins une heures tes sujets. Donc il est logique que l’opposé de Finki le rejette avant qu’il n’ouvre la bouche (facilité, non reflexion, repeter les memes discours depuis Marx sans reactualisé et sans l’avoir lu !). Quelque part, ca fait plaisir de savoir que nuit debout n’est pas du tout au niveau. Genre on avait pas remarqué deja.

Usager77000a publié le 17 Avril 2016 à 14:04

Visiblement pour aller les rejoindre, ils font un tri dans ceux qu’ils veulent ou pas ? c’est ça la démocratie pour eux. Encore l’extrême gauche (même si ce n’est pas dit directement) !

Matyna publié le 17 Avril 2016 à 13:04

En mai 68, j’ai personnellement entendu sartre à la sorbonne, n’en déplaise à Danielo17.

Vanille-fraisea publié le 17 Avril 2016 à 13:04

« Nuit debout » n’a pas l’intention de se faire récupérer par qui que ce soit – c’est son droit- … Quand on est une personne « célèbre » , on plaît à son cercle d’admirateurs, mais en dehors de cette « bulle » , oui, on peut déplaire et ne pas être bienvenu. C’est le revers de la médaille. Pour se faire applaudir il faut savoir rester « entre soi » si non il faut accepter en beau joueur de se frotter à la contradiction ou à l’insolence sans pour autant être vulgaire et grossier. Mais tous le gens « célèbres » ne sont pas bien éduqués…

Doobiea publié le 17 Avril 2016 à 13:04

cracher sur un philosophe c’est la honte de ce mouvement trop c’est trop. on peut discuter sans cracher ni s’insulter. nuit debout c’est nuit de crachat et de dégâts c’est une nuit sale et honteuse. a interdire dorénavant.

Danielo17a publié le 17 Avril 2016 à 11:04

ceux qui ont un peu de mémoire et qui ont vécu 68doivent se souvenir que JP Sartre s’était fait virer de la Sorbonne et de l’Odéon… Il était venu pour « parler aux jeunes » et ils ont assimilé cela à de la récup coco…. Ils n’avaient certainement pas tort…. mais ces mouvements spontanés ça effraie toujours le bourgeois!

Stana publié le 17 Avril 2016 à 11:04

Nuit debout, les indignés et autres snobinards parisiens altermondialistes un iPhone à la main en train de tweeter leur révolte d’étudiants de 30 ans.

Chifa publié le 17 Avril 2016 à 11:04

Ce mouvement est alors loin d être apolitique , puisque certaines viennent et ca discute avec lui ( varoufakis ) et d autres viennent et se font siffler ( finkenkraut ) ……l extrême gauche et son esprit d ouverture sélectionné , faisant croire à un mouvement apolitique pour attirer les moutons ..je ne suis pas dupe .

Nicolas42a publié le 17 Avril 2016 à 11:04

Belle illustration de la supposée « tolérance » prônée par ces gauchistes EXTREMISTES. Eux qui se placent en donneurs de leçons humanistes, avec la complicité bienveillantes des médias, ne sont tolérants qu’avec ceux qui partagent leur risible philosophie. « Accueil de tous les migrants, « Prestations sociales pour tous », voilà parmi d’autres, leurs revendications (omettant au passage de nous en expliquer le financement…). Mais la Place de la République accessible à tous, sûrement pas!…Oui, ces gens-là sont des extrémistes, des fascistes de gauche, qui ne supportent pas la contradiction et la confrontation d’idées. Peut-être tout simplement parce-qu’ils n’ont pas d’argumentation crédible à développer?

Bibia publié le 17 Avril 2016 à 10:04

Toujours cette stratégie de victimisation mise en avant par cet homme. « Purification de la place ». Les médias l adore mais le vrai peuple le méprise et ç est une bonne chose. Cet homme est un imposteur qui ne supporte pas le pluralisme, l intégration, il attise à chacune de ses intervention télé. Cette fois ce n est plus de la télé. Il fera intervenir son service d ordre de la LDJ sous la bénédiction de Valls et Habib Meyer

Tetraodon78a publié le 17 Avril 2016 à 10:04

A pat29 finkeulkrault est venu saboter nuit debout il est reparti point barre qu il s exprime sur tous les sujets où qu il dégage et je dis bien tous les sujets

Jimbeea publié le 17 Avril 2016 à 10:04

@Sweetestdavout. Désolé de vous décevoir mais j’ai défilé avec un crayon il n’y a pas longtemps pour d’autres raisons qui ont à voir avec la liberté de penser, d’écrire et de dessiner… si certains sont suffisamment bêtes pour ne pas comprendre ça, c’est leur problème… mais essayez de ne pas en faire partie. Quant à M. Finkielkraut, il est le bienvenu aux Nuits debout comme M. Sarkozy ou M. le pen ! En clair, quand quelqu’un vous insulte en permanence et se moque des mouvements qui prônent la liberté de penser, quelle place lui faire dans un lieu où le credo est justement d’écouter l’autre et d’être une force de proposition ? M. Finkelkraut n’est ni un sage, ni digne de rentrer à l’Académie Française… enfin il a rejoint certains individus qui n’en sont pas dignes non plus ! Ce n’est parce qu’on écrit bien que ce qu’on écrit vaut le coup d’être lu ! Ce n’est pas parce qu’on dit qu’on est à l’écoute qu’on se met en capacité d’entendre. M; Finkelkraut est un bobo -oui, lui et pas les autres !- qui s’imagine que parce qu’il a une parole publique a le droit d’aller où il veut faire de la provocation. Et bien il a découvert qu’il n’était pas le bienvenu partout et que sa parole n’est pas obligatoirement utile au débat. Il faut arrêter d’imaginer que des personnes comme lui représente la moralité, la sagesse et sont toutes respectables parce qu’elles passent à la télé ! Mme le Pen en a fait l’expérience au Canada, M. F. place de la République ! Il faut déboulonner les statues qui polluent notre espace de liberté et ne servent à rien.

__Totoa publié le 17 Avril 2016 à 10:04

Je pense c’est parce que Finki est juif. Le mec de nuit debout qui a interviewé hollande avait plusieurs twitts antisemite sur son compte twitter daté 2015. Mais vu que c’est extreme gauche intouchable, minoritaire et ringarde, les medias ne relevent pas. Mais on a internet en 2016.

Cc251a publié le 17 Avril 2016 à 10:04

Tu n’as rien à faire là-bas ! Toujours à ce mettre en position de victime.

__Totoa publié le 17 Avril 2016 à 10:04

C’est pour qu’il est important de comprendre qu’on vit en 2016 et son inversion des valeurs : l’extreme gauche est devenue l’extreme droite et inversement. Malgré les efforts incroybales des journalistes, Nuit Debout ne prendra pas. Ces jeunes sont trop ringards. Leurs idees sont deja le pouvoir. La catastrophe est deja a chaque coin de rue.

Quesquonmangeamidia publié le 17 Avril 2016 à 10:04

Je croyais que ce mouvement était apolitique ?? Que viennent faire les jeunes cocos ?? Le capitalisme c’est l’exploitation de l’homme par l’homme le communisme c’est le contraire !

Dalua publié le 17 Avril 2016 à 09:04

Traiter Alain Fienkielkraut de philosophe de bas étage Ne peut venir que de personnes soit qui n ont jamais lu ses livres,soit qu’ils n’ont pas les « outils » nécessaires pour comprendre sa pensée,soit qu’ils font preuve de mauvaise foi patente….En fait ,souvent les 3 hypothèses tout-en-un.

Alainprovistea publié le 17 Avril 2016 à 09:04

Finkielkraut est l’un de nos meilleurs intellectuels, dans la mesure ou il est l’un des rares qui pense librement et de façon autonome. Mais cette liberté et cette qualité de réflexion a un prix et on le constate quand on met un homme libre et intègre face à de petits bourgeois intolérants qui imposent une vision unique, démagogique et despotique.

Yann-Amara publié le 17 Avril 2016 à 09:04

Je suis heureux de lire qu’il reste une majorité de personnes pour défendre et Finkielkraut et la liberté de parole, la démocratie quoi ! Nuit debout, si j’ai bien compris, comme Finkielkraut pour y avoir fait quelques pas, c’est très partisan et très orienté. Pour moi, ce n’est pas une surprise, et on comprend mieux le laisser-faire gouvernemental : il faut bien garder une base électorale !

Sweetestdavouta publié le 17 Avril 2016 à 09:04

« On l’a tej ! » cest ?a? Quils sont betes… Ce sont sans doute les memes qui defilaient il ny a pas si longtemps avec un crayon au nom de la liberte dexpression… Pfff…

Lechirena publié le 17 Avril 2016 à 08:04

Pour être allé également sur cette place par curiosité mardi en début de soirée, je confirme qu’il n’y a quasiment que des mouvements d’extrême gauche, et lorsque l’on vous demande votre profession (auto-entrepreneur), on vous traite de sale riche. Non, je créé de la richesse et j’essaie de m’en sortir sans aller pointer à Pôle Emploi et être un poids pour les autres contribuables, nuance ! Et lorsqu’on vous demande votre avis sur la situation du pays, si vous avez un tant soit peu d’idée du centre ou de droite, on vous fait rapidement comprendre que vous n’êtes pas le bienvenu, et on vous pousse vers la sortie. C’est ça leur nouvelle pensée démocratique ? Ecoeurant !

Fazera publié le 17 Avril 2016 à 07:04

Vous faites exprès ou vous êtes pas au courant que cet énergumène est un sioniste en puissance, c est comme si moi originaire et fière d être d afrique allé dans un rassemblement de la ldj ou du fn vous verrez comment j en ressort si j y arrive . Alors arrêté de faire semblant

Domination masculine : la dérive des incontinents

Je n’ai pas l’intention d’humilier les malades, femmes et hommes, qui souffrent d’incontinence physique, une maladie invalidante.

Je ne parle ici que des Malveillants. Les Bienveillants ne s’y reconnaîtront pas 😉 Comme dirait Sacha Guitry : Je suis contre les hommes …tout contre

Dérive des incontinents de la vanité, de l’orgueil, de l’arrogance et du pouvoir, ces mâles incapables de se retenir enivrés qu’ils sont par leur privilège de naître avec des bijoux de famille, cette morbide triade qui leur sert de filtre. Ce privilège inné se traduit par l’assurance acquise que le plus misérable, physiquement et mentalement, des hommes se pense toujours supérieur à la meilleure femme du monde.

Ces hommes qui ont de tous temps dirigé et organisé le monde l’ont conduit à sa perte et ne feront jamais leur mea culpa pour laisser les femmes essayer à leur tour de faire mieux et de redresser la situation. Observez donc la bataille des vieux chevaux de retour que se mènent en vue des présidentielles, des hommes qui ont déjà été aux affaires et n’ont rien fait pour améliorer les nôtres. Il faudrait être bouché pour avoir envie de revoir aux rennes de la France, les Sarkozy, Juppé, Fillon, Copé, Hollande, Valls, Sapin, Strauss-Kahn, Fabius ou Ayrault.

Quand ces incontinents mettent des femmes en avant, comme dans le dernier remaniement ministériel, c’est toujours pour se couvrir en les envoyant au casse-pipe. Ces inconscientes qui ne peuvent pas résister aux ors de la République ne possèdent pas suffisamment d’amour propre pour éviter de se faire maltraiter comme en son temps Edith Cresson et récemment dans le gouvernement Ayrault, le gouvernement Valls. Je ne parle pas du scandale des « Jupettes », sitôt nommées sitôt jetées. Alors que dire d’un Alan Juppé qui, après une telle infamie, ose se porter candidat à la présidence de la République ? Idem pour un Sarkozy qui a largement fait joujou avec Rachida Dati en lui confiant une réforme explosive, un Sarkozy qui aurait bien aimé rempiler si la Justice ne l’avait pas rattrapé.

Alors bien sûr vous allez me dire que les femmes ne sont pas meilleures que les hommes en me citant toutes les potiches que ces messieurs ont nommées aux avant postes pour se protéger. N’y avait-il pas de meilleure candidate que Belkacem à l’Education nationale ? Pas de meilleure candiate qu’El khomri au travail ? pas de meilleure que Taubira à la Justice ? Pas de meilleure que Dati à la Justice de Sarkozy ?

Il est proprement ignoble et surtout pervers, de nommer des femmes sans compétences et sans expérience à des ministères régaliens et ensuite de leur reprocher d’échouer dans leur gestion. « Vous voyez, je vous l’avais bien dit que les femmes étaient incapables ». On connaît la chanson.

Quant aux femmes qui réussissent à tenir la barre elles oublient leurs semblables parce qu’elles ne peuvent résister qu’en adoptant le modèle masculin, en s’entourant de conseillers mâles, en fermant les yeux et les oreilles sur leur goujaterie et leurs allusions sexuelles (comme elles l’ont fait avec Strauss-Kahn) et en essayant de jouer à trois bandes comme ils le leur ont enseigné. Générosité, humanité, sens du bien commun, empathie et droiture font rapidement long feu dans l’univers masculin du club de foot. Oui, le modèle du foot guide les mâles : brutalité, injures, feintes, coups de tête, mise sur la touche, manipulations, dopage, mensonges, trucages, perversité, vulgarité et obsessions sexuelles (affaire Zahia).

Histoire de faire semblant de se souvenir de leurs sœurs, les femmes de pouvoir s’entourent d’homosexuels dont on dit dans les milieux autorisés qu’ils ont une sensibilité féminine. Ce consensus leur permet d’occuper à la fois la place traditionnelle réservée aux hommes et la place traditionnelle réservée aux femmes. Ils gagnent sur tous les tableaux et nous, femmes, restons en bord de Scène ou Seine. Regardez l’équipe d’Anne Hidalgo dont le premier adjoint a fait son outing ; la courageuse Marine Le Pen secondée par Florian Philippot ; les artistes médiatiques ; les journalistes ; les écrivains à succès ; les dictateurs de la mode ; etc.

Ce que je reproche au lobby gay, ce n’est pas son homosexualité mais son double jeu, de dominer comme les hommes machos et de prendre la place des femmes parce que, comme tous les mâles ils jouissent du prestige de leur sexe et des ficelles du patriarcat. Les femmes, y compris les féministes, ont tendance à oublier que les homosexuels sont aussi des mâles.

Voyons voir ce que les mâles ont fait du monde qu’ils dirigent :

Qu’entends-je par Dérive du monde ?

La guerre conventionnelle

La guerre civile

Le terrorisme

L’insurrection

Le djihad culturel (formatage des cerveaux au bénéfice de l’Islam dont le but est de conquérir le monde non musulman par tous les moyens) : terreur, contrôle des femmes, contrôle de l’économie, incitation à l’insurrection des populations musulmanes dans les pays non musulmans, viols collectifs organisés, exigence d’accommodements spécifiques aux musulmans (séparation des femmes et des hommes, horaires spéciaux dans les piscines, boycott de certains enseignements comme le darwinisme/Evolution en faveur du Créationnisme, la reproduction des plantes, le sport, l’Histoire ), émeutes, saccage des lieux publics, trafics de drogue, vol et recel, imposition du halal partout, obligation du ramadan et surveillance des poubelles, mariages forcés, affichage de la religion par le voile et autres accoutrements typiques, refus de se soumettre à la loi et ses représentants, insultes à la France et aux français (Nique la France), racisme, discrimination, sexisme, finance islamique, immobilisation du raisonnement dans des questions imposés par l’islamisation : voile, laïcité, racisme, déchéance de la nationalité, pertinence de la binationalité, islamophobie, droits de l’Homme récupérés par Tarik Ramadan qui se pavane dans les médias pour nous faire la leçon, destruction de l’école, etc.

La perte des valeurs morales et du respect d’autrui quels que soient son statut et son état

L’oubli du bien commun

L’antisémitisme

Le communautarisme, l’égoïsme, le narcissisme, le mépris de l’autre

La fuite dans les drogues, les jeux vidéo, la télé, les émotions fortes (le jeu du foulard, les conduites à risque, la vitesse motorisée, etc.)

l’accroissement de l’écart entre riches et pauvres, les riches toujours plus riches et les pauvres encore plus pauvres

L’écrasement des classes moyennes

Soumission des êtres humains aux conséquences de leurs inventions irresponsables : pollutions, réchauffement climatique, épidémies, cancers, maladies respiratoires, perturbations endocriniennes, désertification, disparition de certaines espèces de la faune et de la flore, augmentation des anomalies fœtales et de l’autisme, déplacements massifs de populations, assèchement des mers et des rivières, montée des océans, augmentation des allergies, etc.

La mise en danger des femmes

la régression de la condition féminine

La marchandisation du corps des femmes : PMA, GPA, chirurgie esthétique

Soumission de la nature féminine aux inventions médicales et pharmaceutiques

Loi d’égalité salariale non appliquée

Loi sur la parité non appliquée sauf siège éjectable comme dans le nouveau gouvernement Valls du 11/02/2016

Violences conjugales et viols tolérés et relativisés

Pouvoir d’achat des femmes exploité par les marchands de cosmétiques, de chaussures, de vêtements, d’accessoires, de drogues pour maigrir, d’opérations esthétiques

Régulation des naissances en danger

Représentation de la femme dévalorisante

La consommation gâchis, l’influence subliminale de la publicité et des effets spéciaux

Le cynisme des industriels et des commerçants de toutes sortes

Exploitation de la souffrance humaine, notamment de celle des vieilles et des vieux qui est tellement rentable que les propositions d’investissement dans les maisons de retraite EPHAD poussent comme des champignons. Pléthore des formations de tuteurs (MJPM) , un véritable fromage, au détriment des « majeurs protégés » et de leur famille, même quand elle est bienveillante.

Le développement des arnaques par le détournement crapuleux du fabuleux moyen de communication, d’expression et d’information qu’est l’Internet.

La tricherie institutionnalisée par l’invention de « l’avocat-fiscaliste »

Police et Justice au service du Pouvoir et non du peuple

ETC.

La Connectrice qui n’est pas contente du tout à l’approche de la Journée internationale des femmes, le 8 mars

 

La gauche a abandonné les Français juifs

Il y a encore 20 ans, tous les juifs que je connaissais étaient de gauche, présents dans toutes ses tendances.

Aujourd’hui, à l’image de la population française dans son ensemble, les Israélites de France expriment leur déception dans des votes qui s’orientent de plus en plus à droite, franchissant, et c’est nouveau comme le souligne l’article ci-dessous, les antagonismes de classe et les niveaux de richesse.

Victimes d’un antisémitisme croissant au rythme de l’islamisation du pays, une islamisation encouragée par la politique du gouvernement socialiste, les Français de confession juive se tournent vers ceux qui sont les plus susceptibles de garantir leur sécurité. Et pour l’instant, un seul parti, le Front National affirme sans retenue son patriotisme contre l’invasion islamiste qui a nourri les terroristes qui ont semé la mort en janvier et novembre 2015.

De son côté la gauche n’a cessé de manifester une indulgence criminelle vis à vis des délinquants et des criminels qui persécutent les juifs avec les mêmes arguments que les nazis, hurlent « mort aux juifs » dans certaines manifestations dites « antisionistes », séquestrent et torturent des juifs comme le jeune Ilan Halimi (une trentaine de voisins était au courant et ont approuvé, aucune sanction pour eux, sanction légère pour l’appât) et attaquent l’hyper cacher de Vincennes pour la seule raison qu’il est un commerce juif.

Dans l’article ci-dessous vous pourrez lire l’analyse du président de la Confédération Des Juifs de France et Amis d’Israël qui donne de nombreux exemples justifiant le désamour des Israélites de France pour la gauche.

La Connectrice

Source

 

Les juifs de France et la gauche : Que reste-t-il de nos amours ?

Les juifs de France et la gauche : Que reste-t-il de nos amours ?

La désaffection des juifs d’aujourd’hui pour la gauche est un phénomène que la «sociologie spontanée” pratiquée au café du commerce ne manque pas de souligner, soit pour le déplorer, soit, au contraire pour s’en réjouir.

Que sont devenus les gros bataillons de juifs communistes lecteurs, jadis de la Naïe Presse en yiddish ? Que sont devenus les ” bundistes” de la rue René Boulanger et du cercle Gaston Crémieux ? Certes, l’U.E.J.F, le Cercle Bernard Lazare et l’Hachomer Hatzaïr existent toujours comme lieu de rassemblement de la gauche sioniste française, mais ce n’est pas leur faire injure que de constater leur considérable perte d’influence au sein de la communauté, et qu’ils ne constituent plus aujourd’hui qu’une sorte de relique d’un passé florissant.

Quand on a la curiosité de consulter les études de sociologie consacrées à ce sujet, on découvre que le comportement politique des juifs de France est largement déterminé par leur statut social. En gros, les nantis votaient à droite et les autres à gauche, en tous cas jusqu’à un passé récent. Dominique Schnapper et Hélène Strudel l’ont démontré de manière brillante dans un article remarquable sur le « vote juif » paru en 1983.

Petit retour historique: lorsque dans la première moitié du 20ème siècle, les juifs d’Europe orientale fuyant la misère et la persécution trouvent refuge en France, ils ne vont pas s’installer directement dans le XVIème arrondissement. Ce petit peuple d’ouvriers et d’artisans se retrouve mêlé au Paris populaire, celui qui vote “rouge” et vomit le bourgeois, et qui se concentre à Belleville ou à Ménilmontant. Pourquoi aurait-il adopté un comportement électoral différent de celui de ses voisins de palier, d’autant plus que l’antisémitisme était alors massivement présent dans le “peuple de droite” ?

Quant aux “israélites français”, hormis une partie des intellectuels juifs dont Lucien Herr et Léon Blum sont les plus emblématiques exemples, ils se comportaient comme leurs équivalents de la bourgeoisie « goy », à la différence près qu’ils manifestaient un républicanisme intransigeant par fidélité à ceux à qui ils doivent leur émancipation.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Les enfants de prolétaires juifs polonais sont devenus professeurs, avocats, hommes d’affaires et la communauté juive de France a été profondément marquée par l’arrivée massive des juifs d’Afrique du Nord au début des années 60. Ces derniers n’adhéraient pas spontanément, loin de là, à une gauche rendue responsable, avec de Gaulle, du “bradage” de l’Algérie française. Mais, peu à peu, leur comportement électoral s’est normalisé et a rejoint celui de l’ensemble de la population, à la notable exception du vote Front national, même si quelques juifs s’y sont perdus, et que ce phénomène a eu tendance à s’accentuer depuis la passation de pouvoir du père à la fille.

La surreprésentation des juifs français dans les milieux intellectuels : université, presse, édition, arts, traditionnellement orientés majoritairement vers la gauche a induit une analyse perverse et a donné l’impression que les juifs français échappaient au déterminisme de classe pour régler leur comportement politique sur des valeurs, majoritairement de gauche. Cette illusion était amplifiée par leur « surreprésentation » au sein des institutions juives et notamment du C.R.I.F. ( peu « représentatif » de la réalité juive sur le terrain, celle du « peuple juif de France »!) ou de l’U.EJ.F.( groupuscule de quelques 300 à 400 membres et plus représentatifs d’une section du parti socialiste que de la jeunesse juive). Bien que peu représentatives ces structures de notables ont l’écoute des médias dans la mesure où ils suivent docilement le gradient du politiquement correcte.

De plus, il y a une radicalisation gauchiste des juifs dits ”antisionistes” qui se retrouvent au P.C ou chez les Verts, voire à Europalestine ou l’UJFP, ceux que Shmuel Trigano nomme, à juste titre, les “alterjuifs”. Ils sont ultra minoritaires malgré le vacarme qu’ils produisent; leur écho médiatique est inversement proportionnel à leur réelle influence. En effet, ils sont les « chouchous » des médias qui veulent entendre dire par un juif tout ce qu’ils n’osent pas dire directement. Entre eux et la masse du peuple juif de France, viscéralement attachée à Israël, il n’y a rien!

Mais tout ceci n’invalide pas, globalement, les résultats obtenus par les différentes analyses sociologiques sur le terrain : le vote juif n’en est pas un, à l’exception de quelques temps forts.

Sauf que! En Israël, où ils sont près de 200 000 binationaux à faire la queue devant les consulats lors de chaque présidentielle, il y a une sensibilisation particulière à la politique étrangère de la France et que cela se traduit, très nettement, dans les urnes! En 1981, ils ont voté à 75% pour François Mitterrand contre Giscard d’Estaing. En 2007, ils furent plus de 80% à préférer Nicolas Sarkozy à Ségolène Royal. On n’a pas besoin d’aller très loin pour chercher les motivations de ce vote, mais il pourrait être le révélateur d’un phénomène nouveau, contagieux à la métropole et reflet d’une inquiétude certaine.

La montée de l’antisémitisme depuis les années 2000, la distanciation du Parti Socialiste de ses amitiés communautaires et d’Israël, ont , en effet, changé la donne.

Depuis la seconde guerre mondiale, et notamment aux côtés de la S.F.I.O, la communauté juive de France a eu une communauté de parcours avec la gauche.

Des nombreux membres de cette communauté avaient des postes à responsabilité au sein du Parti Socialiste, du Parti Communiste et des Syndicats; mais, voilà, il y a dix ans, un théoricien du Parti Socialiste, Pascal Boniface, lance une polémique qui n’a cessé d’empoisonner les relations entre le Parti Socialiste et la communauté juive de France.

Le ver était dans le fruit!

Les dirigeants socialistes d’origine juive ont du faire preuve d’imagination afin de « démontrer » leur « non allégeance à Israël », se détachant de toute position qui aurait pu être ambigüe, jusque, parfois, à prendre des positions plus radicales que leurs « camarades » « goy ».

Le Parti Socialiste, à l’origine très pro-israélien, a pris ses distances pour arriver à des positions très proches d’une certaine radicalité anti-israélienne. Cela était d’autant plus facile que c’était un sentiment largement répandu dans la société française.

Mais ce qui est plus grave, beaucoup plus grave, c’est ce qui s’est passé en Novembre 2011: la mise en application par le Parti Socialiste, représenté par Madame Aubry ( dont on connait les amitiés), de la directive Boniface: la politique des « quota » ethniques dans les investitures!

L’on pourra dire ce que l’on veut, la décision de « désinvestir » trois députés socialistes « d’origine juive », comme on se plait à le dire, au profit d’antisionistes notoires, n’a pas été anodine et a laissé des traces. En effet, on s’en souvient, sur quatre députés parisiens « d’origine juive », trois ont été destitués! En Île de France, c’est cinq députés d’origine juive qui ont cédé leur place aux« verts » particulièrement hostiles à Israël.  Cette décision n’était certainement pas le fruit du pur hasard! Même si ce n’était pas de l’antisémitisme, cela lui ressemblait fort et a été ressenti comme tel, et tout au mieux cela était de l’opportunisme cher à la doctrine Boniface; ce « bonifacisme » ressemblait fort à une politique des « quotas » à laquelle l’Union Soviétique nous avait habitués. Et ce ne sont pas les dénégations des principaux intéressés, prisonniers du système, qui changeront la donne. Ce ressenti a reflété une triste réalité. Le Parti Socialiste a laissé apparaître une volonté de rétablir, pour les juifs du parti, le triste et célèbre « numerus clausus » dans ses investitures, c’est désormais à lui de nous démentir par des faits.

L’arrivée de François Hollande, ami de toujours d’Israël et attentif aux inquiétudes de la communauté juive de France a quelque peu changé la donne. L’arrivée d’Emmanuel Valls et le départ des communistes et des verts du gouvernement, a redonné quelques espoirs à la communauté juive et aux amis d’Israël. La réplique forte et claire du gouvernement face à l’antisémitisme a conforté cette approche.

Malheureusement la crise, le manque de résultats dans le domaine économique et social, les prises de position plus centristes que socialistes du gouvernement a ouvert une brèche dans le camps socialiste avec l’apparition des frondeurs et un fossé avec les ex-alliés verts et communistes. Pour les garder dans le “giron de la gauche”, il a fallu leur donner des gages qui, bien entendu et comme souvent, le furent au détriment de la communauté juive et des amis d’Israël ( vœux pour la reconnaissance de l’État palestinien, modération face aux dérapages anti-israéliens, voire antisémites, …).

Dans ce contexte et face à la progression exponentielle des actes antisémites de plus en plus violents qui venaient presque exclusivement des milieux maghrébins et islamistes, un nombre de plus en plus importants de français juifs se sont ancrés dans la défense des valeurs de laïcité, de sécurité et d’identité de plus en plus transgressées. C’est ainsi que, pour la première fois, des français juifs ont succombé à l’attraction du vote Front National: de 14% en 2012, ils ont du croitre à environ 20% aujourd’hui, voire plus.

En effet, la prise de pouvoir de Marine Le Pen, le fait comme l’a si bien dit Roger Cukierman, que Marine Le Pen était “irréprochable” dans son expression ( je défis quiconque de trouver des propos racistes ou antisémites dans ses déclarations) , qu’elle ait condamné sans ambigüité l’horreur et l’indignité de la Shoah, qu’elle ait sanctionné de manière immédiate et de manière irrévocable tous ceux qui, dans son camps, ont dérapé, tout cela a fait que le passage à l’acte du vote front national n’était plus sacrilège !!!

Et n’en déplaise à Messieurs Sacha Reingewirtz et Ghershon Nduwa le glissement vers le vote Front National n’est certainement pas dû aux gènes des juifs séfarades ( je croyais que  ce combat rétrograde entre séfarades et ashkénazes était d’un autre âge) mais plutôt au manque de réponses claires et sans ambiguïté aux angoisses des juifs de France.

Malheureusement, ce ne sont ni les propos de François Fillon sur Israël ou l’abattage rituel, ni le fait de mettre les troublions de gauche anti-israéliens, voire antisémites, sur la liste régionale de Claude Bartolone ( Clémentine Autain est en deuxième place !!!!!) qui rassureront nos concitoyens de confession juive ou les amis d’Israël.

Nous ne le répéterons jamais assez: tant dans la communauté juive que nationale, le peuple a besoin d’être rassuré et de retrouver la confiance; seule un retour à l’éthique et à l’écoute du peuple, une réformation politique et une créativité renouvelée nous permettra de retrouver cette confiance si nécessaire au retour du politique, au développement économique et au lien social.

Il est urgent de redonner de l’espoir à ceux qui sont cruellement désespérés!

Richard C. ABITBOL

Président

%d blogueurs aiment cette page :