Flux RSS

Archives de Catégorie: Asie

Lecture d’automne. Kyoto de Yasunari Kawabata

Chaque automne, lorsque j’observe les merveilleuses couleurs changeantes et éphémères des feuilles, je pense au roman Kyoto de Yasunari Kawabata  publié en 1962.

Le roman  décrit, entre autres,  la préoccupation d’un tisserand  qui cherche à reproduire les couleurs de l’automne dans l’obi -ceinture de kimono- qu’il crée pour une femme, sans doute celle incarnée par des jumelles séparées à la naissance qui se retrouvent. Ce roman court traite de plusieurs thèmes, principalement de la lutte entre tradition et modernité. On y trouve aussi une ode poétique et passionnée à la nature à travers les saisons.

Le roman est tellement dense malgré sa brièveté, que les critiques sont très variées, chaque témoignage apportant une vision personnelle , leur observation commune étant la souffrance des artistes déchirés par la perte des traditions au profit d’une modernité qui  menace la nature et la structure des savoirs qui les ont construits. Kawabata, après avoir reçu le prix Nobel de littérature en 1968 s’est suicidé au gaz en 1972 comme plusieurs de ses contemporains artistes semble-t-il pour des motifs identiques bien qu’il n’ait pas laissé d’explications.

2-IMG_2760

 

IMG_5181

http://setaregan.canalblog.com/archives/2009/10/23/15543770.html

Kyôto, saison des Momiji (feuilles rouges d’automne), Novembre 2013 http://www.lefrenchmoyashi.com/blog/kyotokawabata

Quelques critiques du roman Kyoto

http://www.lefrenchmoyashi.com/blog/kyotokawabata

Kyoto, ou, pour traduire littéralement le titre original, “L’ancienne capitale”, est un petit livre de 192 pages qui se lit très bien. Deux sœurs jumelles, séparées à la naissance, s’aperçoivent par hasard une fois adultes. Élevées dans des milieux et des classes sociales opposées- l’une à la montagne, l’autre dans une vieille famille bourgeoise de Kyôto, cherchent et hésitent à franchir les obstacles qui les séparent. En toile de fond, ce sont deux visions du monde qui s’affrontent. L’aristocratie traditionnelle décadente se heurte au progrès et à l’américanisation héritée de l’ère Meiji. La perte des repères et l’effacement des traditions n’est que plus visible par contraste avec le cycle éternel des saisons et la nature foisonnante et belle. Une belle lecture, pour voyager dans le temps et dans l’espace.

…Les mots sont d’une fausse simplicité. Comme dans un haïku ou dans un jardin zen, on ressent l’importance du concept bouddhique du “mu” 無, le vide. Pour le dire simplement, ce qui n’est pas écrit est aussi important que les mots eux-mêmes. L’allusion, l’ellipse forcent l’imagination. C’est une façon de transmettre de façon très vive des atmosphères, des émotions. Il faut souligner le remarquable travail de traduction publiée par Albin Michel. Philippe Pons, le traducteur, a superbement retranscrit cette ambiguïté et cette poésie délicate en français…

Frappantes similitudes entre le roman « Kyoto » de Yasunari Kawabata, et un roman de Zola, « L’œuvre ». Le premier décrit la mélancolie et le malaise existentiel du père de l’héroïne Chieko, descendant d’une famille de marchands de kimono. Le père se réfugie dans la misanthropie, en exil, tant il ne supporte plus la différence entre ses aspirations -être un créateur d’avant-garde, admiré- et la réalité : les dessinateurs de sa maison ne font que copier les tendances, et ses créations personnelles, ternes, ne se vendent guère.

Sa douleur dans la création, et la difficulté de l’inspiration, pourrait aussi être comparé avec le malaise que ressent Marin Marais dans Tous les Matins du Monde (Pascal Quignard). Toute la famille est affectée par cette tension entre tradition, et tentation de la nouveauté avec l’introduction de motifs révolutionnaires inspirés des artistes européens, une forme de corruption. Dans le roman de Zola, le peintre détruit sa vie et sa famille en cherchant à atteindre la perfection de son œuvre. Les deux sont des personnages taciturnes, insatisfaits de leur propre imperfection, et cherchant à fuir leur “mauvaise foi” sartrienne.

A ce point du récit, je ne sais pas quant à moi, ce qu’il adviendra du père de Chieko: pendu face à l’oeuvre inachevée comme le peintre de Zola, ou couvert d’une gloire honteuse due à l’imposture et au plagiat, comme le joueur de viole de gambe de Quignard ?

J’ai trouvé dans ce livre une maturité et raffinement, un dégoût des choses grossières, qui rendent inutiles les grands coups de théâtre de nos histoires occidentales…

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Kyoto_(roman)

Pour Nicolas Gattig, du Japan Times, le roman de Kawabata est une « méditation élégiaque à propos du patrimoine culturel de Kyoto » ; se déroulant sur plusieurs mois, du printemps jusqu’à l’hiver, il « semble plus peint qu’écrit »9. Jean Montenot, de L’Express, soutient que le livre de Kawabata est une œuvre politique. Sur le fond d’une « intrigue romanesque à la Balzac », il s’agit d’un « réquisitoire à charge contre la civilisation industrielle commencée sous l’ère Meiji »10. Cependant, selon Nicole chardaire, spécialiste en littérature, l’« essentiel du roman de Kawabata est encore ailleurs. Dans l’évocation sans cesse renouvelée de la nature, des arbres, des fleurs, des parfums, des couleurs… Kawabata exprime avec Kyōto le plus délicat des hommages à la beauté, à l’élégance, à la délicatesse, à l’harmonie »4.

Derniers rayons de soleil sur les Buttes Chaumont

Publié le

Ce soir, vers 22 h, juste avant le crépuscule, le soleil traversait les nuages de délicates lueurs roses. Ce tableau éphémère s’évanouissait au souffle du vent qui poussait ces houppettes de cygne.

Je pense à Natsume Soseki qui, dans Oreiller d’herbes, raconte l’histoire d’un vieux peintre qui a perdu l’inspiration et se replie dans un petit village de montagne où il admire la nature. C’est alors qu’il peint dans sa tête les plus beaux tableaux de sa carrière.

Résultat de recherche d'images pour "natsume soseki oreiller d'herbes"

 

le fantasme du péril jaune plus effrayant que la réalité du péril vert ?

source http://ripostelaique.com/je-nai-jamais-ete-agressee-insultee-harcelee-par-un-asiatique.html

L’assassinat du couturier, père de famille de 49 ans, Zhang Chaolin, à Aubervilliers au soir du 7 août, a fait descendre dans les rues des milliers d’asiatiques aux cris de liberté égalité fraternité sécurité pour dénoncer le racisme anti asiatique. Zhang et son ami avaient été agressés par trois djeuns de 15 à 19 ans et devait s’éteindre après un coma de 5 jours le 12 août. Ils se sont à nouveau rassemblés place de la République le dimanche 4 septembre. Trois représentants des autorités avaient fait le déplacement, Bruno Julliard, premier adjoint à la maire de Paris, Stéphane Troussel, président PS du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, ou encore Valérie Pécresse présidente LR du conseil régional d’île-de-France. Toutefois, sans doute soucieux de ne pas déranger les chinois ou effrayés par le péril jaune, très peu de caucasiens, d’arabes et d’africains s’étaient joints au défilé.

«Zhang Chaolin était venu en France chercher une vie meilleure, la liberté, l’égalité, la fraternité, lance, en chinois, à la tribune, un porte-parole de l’association des Chinois résidant en France. Il a trouvé la violence et l’insécurité. Ces voyous ont détruit notre confiance en la France: faisons entendre notre voix!»

Source:http://francais-express.com/actualite/france/-18689-a-paris-la-communaute-chinoise-crie-sa-colere/

 

 figarofr: La communauté chinoise, qui a manifesté dimanche à Paris, dénonce les agressions croissantes dont ses ressortissants sont victimes.

Ils sont où les caucasiens, les arabes et les noirs du vivre ensemble ? Elles sont où les associations droitsdel’hommistes ?

© Jean-Christophe MARMARA/JC MARMARA/LE FIGAROLa communauté chinoise, qui a manifesté dimanche à Paris, dénonce les agressions croissantes dont ses ressortissants sont victimes.

 Dimanche 4 septembre, plusieurs milliers d’asiatiques manifestaient pour demander à l’Etat de garantir leur sécurité suite aux agressions dont ils sont régulièrement victimes,  le comble ayant été atteint avec l’assassinat de Chaolin Zhang le vendredi 12 août à Aubervilliers. Trois djeuns de 15 à 19 ans (l’omerta des médias sur le nom et l’origine des criminels permet de tout supposer…) l’avaient brutalement bousculé et le plus âgé entraîné aux sports de combat avait balancé son pied dans le larynx  du courageux Zhang alors qu’il tentait d’empêcher ces djeuns de voler la sacoche de l’ami qui l’accompagnait. Le père de famille aurait été tardivement pris en charge par l’hôpital et devait tomber dans un coma dont il ne se réveilla pas.

Le drame n’a guère ému les associations droitsdel’hommistes qui pourtant sont sur les dents lorsqu’il s’agit de dénoncer l’islamophobie, le contrôle au facies, le voile, le burkini ainsi que la violence policière et la justice qui prétendent arrêter et  sanctionner crimes et délits commis par des musulmans qui affirment que les lois d’Allah sont supérieures à celles de la République..

Dans cette manifestation, les asiatiques ont dut se sentir bien seuls (malgré leur nombre) puisque très peu de caucasiens, a fortiori d’arabes et d’africains étaient venus en masse pour les soutenir. Croyez-vous que l’absence de Caucasiens, d’arabes ou d’Africain sera déplorée ? Non bien sûr, il se trouvera des gens pour désigner les manifestants en disant : vous voyez, les chinois restent entre eux, ces communautaristes !

Et pourtant ces  communautaristes asiatiques arboraient de nombreux drapeaux français

Tous les asiatiques sont chinois et riches

Les asiatiques, toutes origines confondues en « chinois » par des Français ignorants et racistes (pour une fois la qualification raciste s’applique à bon escient) ne font pas la différence entre Chinois, Japonais, Vietnamiens, Cambodgiens, Coréens ou Laotiens sont souvent la cible de bandits musulmans, en particulier des afro-musulmans, dont le racisme et les préjugés les poussent à agresser des « chinois » forcément riches et bourrés de liquidités. Le mécanisme est identique à celui qui avait conduit à la séquestration et aux tortures du riche Ilan Halimi parce que juif . L’analogie entre le racisme anti chinois et le racisme antijuif est souvent évoquée par les victimes.

Les  Chinois  de Belleville, de Pantin, d’Aubervilliers et d’ailleurs se plaignent depuis quelques décennies des agressions ciblées, donc racistes, auprès des mairies et des commissariats qui cultivent leur impuissance à les protéger occupés qu’ils sont à protéger les damnés de la terre, les migrants et les musulmans victimes d’islamophobie. A seulement Aubervilliers, des asiatiques auraient déposé 110 plaintes depuis le début de l’année, le sommet de l’iceberg des agressions car la plupart des victimes ne portent pas plainte par crainte  d’humiliations, représailles, par honte ou parce qu’ils sont clandestins.

Je suis régulièrement choquée par le discours de français sur les « niakoués » ou les « chinetoques » qu’ils accusent de tout acheter, tout envahir alors qu’ils sont beaucoup plus indulgents pour les musulmans qui commettent des attentats, sèment la terreur, commettent des incivilités, pillent nos services sociaux, envahissent les logements sociaux, nous insultent et nous menacent, subventionnent les terroristes et achètent le foncier parisien ainsi sue les fleurons de l’hôtellerie française.

Origines du péril jaune, cette sinophobie universelle ?

alternative textuelle

On notera sur cette image que le dangereux chinois s’en prend à une caucasienne pour inciter les hommes occidentaux à la guerre https://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9ril_jaune#/media/File:YellowTerror.jpg

 

On retrouve mention du péril jaune dans les interprétations des écrits ésotériques de Nostradamus publiés en 1555, de soit-disant prédictions encore crues. En 1895, l’empereur Guillaume II utilise le  péril jaune  pour désigner l’Extrême-Orient qui selon lui menace la civilisation occidentale En 1901 l’économiste Edmond Théry alerte sur une guerre économique avec la Chine et le Japon 

Source http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75427r

Cette méfiance vis-à-vis de l’Extrême-Orient sera renforcée par l’alliance de l’Allemagne avec le Japon et par la guerre du Vietnam . Puis viendra le réveil de la Chine et sa formidable capacité à produire à bas coût pour inonder le monde de ses produits. C’est oublier que les donneurs d’ordre sont occidentaux et que leurs cahiers des charges exigent des industriels chinois des prix extrêmement bas avec les conséquences que l’on sait sur la qualité du made in China. Pratiquement tous les industriels occidentaux font pression sur les producteurs chinois pour réduire les prix à des niveaux ridicules et ils en ont pour leur argent, les consommateurs aussi. De leur côté, les consommateurs sont ravis d’acquérir un T-shirt pour deux euros ou une théière en fonte pour 30 euros quand la théière japonaise authentique en coûte 100.

 Ignorance de la culture chinoise 

La civilisation chinoise est remarquable de tous temps dans l’ingénierie et la transformation des matières, savoir-faire inégalés qu’elle a su transmettre de génération en génération  . Ce savoir-faire technique, industriel et artisanal est réduit dans le monde occidental à l’art de la copie. ( La question importante de la contrefaçon qui permet de décrédibiliser toute l’économie chinoise n’est pas l’objet de cet article.)

Le mode de pensée chinois n’est pas étranger à la capacité d’adaptation et de rebondissement du peuple chinois. Le syncrétisme philosophico-religieux du Taoïsme, du Bouddhisme et du Confucianisme qui est partagé par la grande majorité du peuple peut expliquer pourquoi les ressortissants chinois savent si bien s’intégrer et s’adapter aux pays d’accueil. De même leur habileté à s’insérer dans une autre culture tout en conservant leurs traditions est un exemple à suivre pour tous les immigrés non européens.

Chinois et juifs victimes des mêmes préjugés

Les qualités des immigrés chinois, au lieu de susciter l’admiration, provoquent jalousie et hostilité . On entend souvent dire que les niakoués sont partout, qu’ils achètent tout et ainsi, on retombe sur le mythe du  péril jaune  que personne n’avait oublié depuis le XVIème siècle.

On remarquera que les asiatiques sont aussi stigmatisés et détestés que les juifs alors que les premiers comme les seconds s’insèrent, s’intègrent, s’assimilent respectant les lois de la République et les us et coutumes des Français dont ils partagent sinon la nationalité, le respect de la France. Non seulement ils ne font pas de prosélytisme religieux mais ils entretiennent dans la paix leurs culture et religion d’origine.

Oui, la Chine investit à l’étranger et on connait son intérêt pour les vins français mais font-ils plus et moins bien que les musulmans qui achètent notre patrimoine hôtelier de luxe, nos clubs sportifs, nos commerces de luxe, nos casinos et subventionnent mosquées, salles de prières et attentats

Gastronomie, vin et philosophie sont communs aux français et aux chinois

L’hostilité et le racisme anti chinois sont renforcés par l’ignorance et les préjugés que des Français ont de leurs traditions alors que nous avons un point commun non négligeable : rester des heures à table pour refaire le monde en rigolant, en buvant et en savourant des mets gourmands. La Chine étant immense en dimension et démographie, selon leur origine géographique, tous les Chinois ne sont pas faciles en particulier les paysans qui sont durs au labeur, austères et peu éduqués. Il y a aussi des pandas mal léchés chez les chinois.

Je n’ai jamais été agressée, insultée, harcelée par un asiatique. A Paris, j’apprécie particulièrement la bonhomie des commerçants que je côtoie, leur honnêteté et leur gentillesse parce que je les mets en confiance en étant polie et respectueuse et qu’il m’arrive de prendre leur défense face à des clients grossiers et agressifs. C’est aussi simple que ça le véritable  vivre ensemble  et les Chinois et autres asiatiques me le rendent bien en m’offrant qui des fleurs en bonus, qui un rabais, qui un service sur mesure ou une démonstration d’honnêteté inouïe comme ce buraliste qui ne me connaissait pas avait gardé pendant 15 jours la recharge que j’avais oubliée à la caisse…

Alice Braitberg

Pour en savoir plus

http://francais-express.com/actualite/france/-18689-a-paris-la-communaute-chinoise-crie-sa-colere/

http://www.lejdd.fr/JDD-Paris/La-colere-des-elus-d-origine-asiatique-contre-le-racisme-anti-asiatique-806863

…Le politiquement correct autorise aujourd’hui encore à rire des Asiatiques en France, de leur physique, de leur peau, de leurs yeux bridés, de leur accent. On rit encore de leurs habitudes, de leurs coutumes, de leur travail, de leur famille, de leur hygiène, de leur commerce, de leurs vêtements. Malheureusement, derrière l’humour, qu’il soit amical ou malveillant, se cache bien souvent une forme de condescendance voire de mépris. Il n’y a pas de racisme, nous dit encore le politiquement correct, puisque ces gentils Asiatiques ne boudent pas, ne remuent ni ciel ni terre! Circulez, il n’y a rien à voir!…

http://www.causeur.fr/asiatiques-chinois-chaolin-zhang-39649.html/

…étonnamment ou pas, l’on chercherait vainement les réactions habituelles des indignés professionnels, leurs commentaires outrés sur le racisme quotidien envers les personnes d’origines asiatiques, une communauté pourtant aussi présente que d’autres. Chaolin Zhang n’aura pas son portrait géant sur la façade de l’Hôtel de ville de Paris, il n’aura pas le droit à une « marche blanche » des associations « citoyennes », et encore moins à un déplacement de François Hollande ou Bernard Cazeneuve ou autres puces ministrables pour affirmer avec gravité : “Plus jamais ça !”

http://www.liberation.fr/france/2016/09/01/des-questions-sur-l-hospitalisation-de-chaolin-zhang_1476583

 

Tourisme. Attention au moustique porteur du virus Zika

Publié le

Nouveau au 09/10/2016

L’OMS vient de recommander au femmes et aux couple de 46 pays atteints par le virus Zika de reporter leur projet d’enfant, les risques de microencephalies et d’anomalies neurologiques graves étant trop élevés. On ne sait si la recommandation sera suivie dans les pays catholiques où contraception et avortement n’ont pas l’approbation du Vatican.

Les centres de santé et de prévention  (Centers for Disease Control and Prevention) ont refusé de soutenir la recommandation de l’OMS considérant que les médecins du service public ne devraient pas s’immiscer dans les choix des couples.

Les mineures victimes de viols et les femmes victimes de violences conjugales sont particulièrement à risques de grossesses infectées par le virus.

Les rapports sexuels sous la contrainte, qui touchent 10% des jeunes filles dont les premiers rapports sexuels ont eu lieu avant l’âge de 15 ans, contribuent aux grossesses adolescentes non désirées….

La proportion de naissances qui ont lieu au cours de l’adolescence est d’environ 2% en Chine, 18% en Amérique latine et dans les Caraïbes, et de plus de 50% en Afrique subsaharienne.

La moitié de toutes les naissances chez des adolescentes survient dans sept pays seulement: le Bangladesh, le Brésil, les États-Unis d’Amérique, l’Éthiopie, l’Inde, le Nigéria et la République démocratique du Congo.

http://www.nytimes.com/2016/06/10/health/zika-virus-pregnancy-who.html?rref=health&module=Ribbon&version=context&region=Header&action=click&contentCollection=Health&pgtype=Multimedia

http://www.who.int/maternal_child_adolescent/topics/maternal/adolescent_pregnancy/fr/

———————————————————-

 Le virus Zika est une épidémie «explosive»

Source image

Les vacances d’été approchant, si vous comptez voyager  en Floride, Amérique centrale, Amérique du Sud, à Cuba ou en Guadeloupe (la liste n’est pas exhaustive) il importe de prendre des précautions afin de se prémunir contre la transmission du virus Zika, particulièrement dangereux pour le bébé que portent les femmes enceintes  car il provoque des anomalies du développement cérébral chez le fœtus et chez l’enfant. La recrudescence de microcéphalies au Brésil est particulièrement inquiétante et a popularisé le danger que fait courir Zika car on y a comptabilisé .entre 440 000 à 1 500 000 cas suspects rapportés.

Afficher l'image d'origine

Source image

Microcéphalie © Lianne MILTON PANOS-REA

Source image

Le virus ZIKA a été signalé dès les années en 1947 chez un singe en Ouganda, dans la forêt Zika, puis chez un moustique AEDES en 1948. avec un impact relativement faible, peu de sujets infectés mais a connu ses plus fortes atteintes en 2015.

Zika ©  Le Point

Source image 

Il n’existe pour l’instant que des traitements symptomatiques et pas de vaccin. La meilleure maniere de se protéger et de ne pas se faire piquer par le moustique AEDES.

Dans les régions infectées par  la dengue et le chikungunya, le diagnostic est plus difficile à établir car les symptômes se ressemblent.

On trouvera informations et conseils dans le document de l’Institut Pasteur ci-dessous.

LC

Tout savoir sur le virus Zika avec l’Institut Pasteur

Repas de sang d'Aedes aegypti femelle, moustique vecteur du Zika. © Institut Pasteur/Anna-Bella Failloux

Le virus Zika est un Flavivirus transmis par les moustiques du genre Aedes. Il est répandu en Asie et en Afrique, et a récemment émergé en Amérique centrale et en Amérique du Sud. La maladie qu’il provoque se manifeste trois à douze jours après la piqûre de l’insecte vecteur, par divers symptômes, évoquant ceux de la dengue ou du chikungunya, eux aussi véhiculés par ce même moustique : fièvre, maux de tête, éruption cutanée, fatigue, douleurs musculaires et articulaires … Silencieuse chez la plupart des personnes infectées, elle reste le plus souvent bénigne, et peut durer jusqu’à une semaine. Chez le foetus, transmis à la femme enceinte, le virus pourrait en revanche être à l’origine d’une malformation sévère, la microcéphalie, responsable d’un retard mental irréversible. Il n’existe actuellement pas de vaccin, ni de traitement spécifique de la virose Zika. Les seuls traitements disponibles sont symptomatiques.

CONSULTER LA FAQ CONSACRÉE AU VIRUS ZIKA

> Causes
> Symptômes
> Complications
> Epidémiologie
> Moyens de lutte contre la maladie
> A l’Institut Pasteur
> Les équipes mobilisées
> La carte des Instituts Pasteur mobilisés

CAUSES

La fièvre Zika est due à un arbovirus (virus transmis par les insectes), appartenant à la famille des Flaviviridae, du genre flavivirus, comme les virus de la dengue ou encore de la fièvre jaune. L’insecte vecteur de la maladie est le moustique femelle du genre Aedes qui est identifiable grâce à la présence de rayures noires et blanches sur ses pattes. L’espèce actuellement capable de transmettre le virus Zika est l’Aedes aegypti, originaire d’Afrique. L’Aedes albopictus (moustique tigre, originaire d’Asie) pourrait s’avérer également être un vecteur du virus Zika, comme il l’est déjà pour la dengue et le chikungunya. (Lire l’actualité du 04/03/2016 : Zika : le moustique Aedes peu compétent pour la transmission du virus)

Le moustique est infecté par le virus lors d’un repas sanguin, quand il pique une personne porteuse du Zika. Le virus se multiplie au sein du moustique sans conséquence pour l’insecte. Puis, lors d’une prochaine piqûre, le moustique déverse le virus dans le sang d’une nouvelle personne. Les symptômes apparaissent 3 à 12 jours après la piqûre, mais durant ce laps de temps la personne peut être à l’origine de l’infection d’autres moustiques si elle se fait piquer à nouveau. C’est pourquoi les malades atteints du Zika doivent éviter d’être piqués afin d’interrompre le cycle de transmission virale.

SYMPTÔMES

La majorité des personnes infectées par le virus (on estime 70 à 80 % des cas) ne développent aucun symptôme. Dans le reste de la population, les symptômes provoqués par le virus Zika sont de type grippal : fatigue, fièvre (pas nécessairement forte), maux de tête, douleurs musculaires et articulaires dans les membres. A ces symptômes s’ajoutent différents types d’éruptions cutanées. Une conjonctivite, une douleur derrière les yeux, des troubles digestifs ou encore des œdèmes des mains ou des pieds peuvent apparaitre. Dans la plupart des cas, les troubles sont modérés et ne nécessitent pas d’hospitalisation.

Ces symptômes étant peu spécifiques, et le virus Zika se trouvant dans les mêmes régions que ceux de la dengue et du chikungunya, rendent difficile le diagnostic exact.

COMPLICATIONS

Les complications sont peu fréquentes mais dans le cas d’une importante épidémie, elles ne doivent être négligées. Certains cas de complications neurologiques post-infectieuses, de type syndrome de Guillain-Barré, ont été constatés au Brésil et en Polynésie française. Ce syndrome se caractérise par une paralysie ascendante progressive qui peut atteindre les muscles respiratoires. (Lire le communiqué de presse du 01/03/2016 : Zika : confirmation d’un lien de causalité entre le virus Zika et les syndromes de Guillain-Barré)

Les femmes enceintes risquent de transmettre le virus au fœtus, ce qui peut engendrer de graves anomalies du développement cérébral chez l’enfant. (Lire le communiqué de presse du 16/03/2016 : Zika et microcéphalie : le premier trimestre de grossesse est le plus critique)

EPIDÉMIOLOGIE

Le virus Zika est détecté pour la première fois chez un singe en Ouganda en 1947. Un an plus tard, il est isolé dans la même région chez un moustique Aedes.

Les premiers cas humains apparaissent dans les années 1970 dans d’autres pays d’Afrique (Ouganda, Tanzanie, Égypte, République centrafricaine, Sierra Leone, Gabon et Sénégal), puis, dans certains pays d’Asie (Inde, Malaisie, Philippines, Thaïlande, Viêt Nam et Indonésie).

En 2007, une réelle épidémie s’est déclarée en Micronésie (Ile de Yap dans le Pacifique), causant 5 000 infections.

En 2013 et 2014, en Polynésie française, 55 000 cas de Zika ont été signalés. L’épidémie se propage ensuite dans d’autres îles du Pacifique et notamment, la Nouvelle-Calédonie, les îles Cook et l’île de Pâques.

Le virus Zika est détecté pour la première fois dans le Nord-Ouest du Brésil en mai 2015 et sa présence s’étend très rapidement dans les autres régions du pays. Le Brésil rapporte le plus grand nombre de cas de Zika jamais décrit jusqu’à présent : entre 440 000 à 1 500 000 cas suspects rapportés.

Le virus est présent depuis octobre 2015 en Colombie, Salvador, Guatemala, Mexique, Panama, Paraguay, Surinam, Venezuela et Honduras.

En novembre 2015, l’Institut Pasteur de la Guyane confirme les premières détections de virus Zika au Surinam.

Le 18 décembre 2015, deux cas ont été détectés en Guyane française par l’Institut Pasteur de la Guyane. Deux cas ont été identifiés également en Martinique.

A la date du 7 avril 2016, la Martinique compte 16 650 cas évocateurs (en cours de confirmation biologique). La Guyane en compte 3 620 et la Guadeloupe 1 090.

En France métropolitaine, 176 cas ont été confirmés biologiquement chez des personnes revenant de zone de circulation du virus Zika, dont 7 femmes enceintes et 1 cas de complications neurologiques. Une personne a été infectée par le virus Zika par voie sexuelle.  

L’expansion de la fièvre Zika pourrait avoir lieu dans les régions où le moustique Aedes est déjà implanté et où une personne déjà infectée par le Zika séjournerait. En France métropolitaine, le moustique Aedes albopictus (moustique tigre) est présent dans 22 départements du Sud. La période d’expansion vectorielle se produit en général au mois de mai et sa période d’activité (et donc le risque de transmission du virus) se situe entre mai et novembre.

MOYENS DE LUTTE CONTRE LA MALADIE

Traitement

Actuellement il n’existe pas de vaccin pour prévenir l’infection par le virus Zika, ni de médicament spécifique pour soigner la maladie.

Le traitement va consister à atténuer les symptômes douloureux, par la prise d’antalgiques. Toutefois, la prise d’aspirine est à éviter tant que le diagnostic n’a pas clairement écarté la possibilité d’une infection par le virus de la dengue, car dans ce cas l’action anticoagulante du médicament pourrait induire des saignements.

Diagnostic

Dès l’apparition des symptômes, des prélèvements de sang et d’urine doivent être effectués pour confirmer le diagnostic, grâce à une méthode de RT-PCR (Reverse Transcriptase – Polymerase Chain Reaction) qui permet de détecter la présence de gènes du virus.

En cas de doute après un résultat négatif par RT-PCR, un dosage sérologique pourra confirmer ou non la présence d’anticorps spécifiques du virus Zika.

Ces tests sont réalisés uniquement par les Centres nationaux de référence des arboviroses (CNR).

Prévention

La seule façon de se protéger de la maladie Zika est de se protéger des piqûres de moustiques de jour comme de nuit, en particulier en début et en fin de journée, périodes d’activité maximale du moustique, par des moyens physiques et chimiques : porter des vêtements couvrants (manches longues, pantalons), utiliser des produits répulsifs adaptés sur les vêtements et sur les parties découvertes du corps, utiliser des moustiquaires imprégnées d’insecticide et des diffuseurs électriques d’insecticides en intérieur.

Les femmes enceintes vivant dans les zones à risques doivent se protéger des piqûres de moustique par tous ces moyens, particulièrement pendant les deux premiers trimestres de la grossesse durant lesquels les risques de malformations fœtales sont les plus importants. Elles respecteront les précautions d’emploi recommandées dans leur cas, concernant les produits répulsifs.

Les femmes enceintes désirant se rendre dans une zone touchée par l’épidémie de Zika doivent évaluer les risques au préalable avec leur médecin traitant.

En parallèle de ces mesures de protection individuelle, la prévention de la maladie passe par la lutte contre la prolifération des moustiques. Pour cela, tous les gîtes potentiels pour le développement des larves de moustiques, c’est-à-dire les eaux stagnantes, doivent être éliminés : pots de fleurs, gouttières, pneus usagés, etc. Après chaque pluie notamment, il est recommandé de vider les rétentions d’eau qui peuvent se trouver autour de son lieu d’habitation.

carte-zika-institut-pasteur-2016-fr-small.jpg

> Cliquer sur la carte pour l’agrandir

 Fort de son expertise historique dans le domaine des arboviroses, l’Institut Pasteur, ainsi que plusieurs instituts du Réseau international des Instituts Pasteur, sont mobilisés depuis l’apparition des premiers cas pour lutter contre cette épidémie. Dès novembre 2015, l’Institut Pasteur de la Guyane a confirmé la première détection du virus au Surinam, et le 18 décembre 2015, il a identifié le premier cas en Guyane française. Après la confirmation de ces premiers cas cette même équipe a publié dans la revue The Lancet le séquençage complet du génome du virus Zika responsable de cette épidémie, ce qui a permis de mettre en évidence l’homologie quasi complète avec les souches à l’origine de l’épidémie qui a sévi en 2013 et 2014 dans le Pacifique. Depuis 2015, l’Institut Pasteur travaille de manière étroite avec ses partenaires brésiliens, au travers d’un accord de coopération tripartite établi entre la Fiocruz, l’Université de Sao Paulo et l’Institut Pasteur. Il sollicite en parallèle ses équipes au sein du Réseau international des Instituts Pasteur, qui travaillent avec de nombreuses institutions et organisations locales. 

L’Institut Pasteur mobilise actuellement, au sein d’une task force coordonnée par Maria Van Kerkhove, plusieurs de ses unités de recherche pour développer des tests de diagnostic sérologique et moléculaire, travailler sur la conception de nouveaux vaccins et fournir des conseils sur les différentes options en matière de lutte contre les vecteurs. Ses équipes mènent également des études épidémiologiques, notamment afin de mieux comprendre les symptômes neurologiques observés chez les patients, et en particulier chez les femmes enceintes.

Développement d’outils de diagnostic moléculaire et sérologique

> La Cellule d’intervention biologique d’urgence (CIBU), dirigée par Jean-Claude Manuguerra, fait partie du Centre collaborateur de l’OMS de référence et de recherche pour les arbovirus et les fièvres hémorragiques virales. Elle est impliquée dans le diagnostic et la recherche sur le virus Zika au travers de plusieurs de ses équipes :

Le Pôle d’identification virale (PIV) de la CIBU a mis au point et validé une technique de sérologie permettant de réaliser rapidement et à haut débit le diagnostic du virus Zika et d’autres arbovirus. Cette technologie a été déployée dans le Pacifique, en Asie et en Afrique, et est en cours de déploiement en Amérique du Sud, afin d’aider à lutter contre l’épidémie. D’autre part, le PIV développe actuellement un test moléculaire simple, rapide et peu coûteux permettant de gagner du temps et d’augmenter l’efficacité de prise en charge des patients.

Le Pôle de génotypage des pathogènes (PGP) a quant à lui réalisé le séquençage de souches du virus Zika de l’épidémie en Polynésie française en 2013 et ayant circulé dans le Pacifique, en collaboration avec l’Institut Louis Malardé en Polynésie française. Par ailleurs, le PGP est partenaire de l’Institut Pasteur de Nouvelle-Calédonie pour le séquençage des isolats circulants actuellement dans le Pacifique, en Asie et en Afrique.

> L’unité Génétique fonctionnelle des maladies infectieuses, dirigée par Anavaj Sakuntabhai, travaille sur la susceptibilité génétique à l’infection au virus Zika chez l’homme. En collaboration avec Amadou Sall (Institut Pasteur de Dakar), les chercheurs ont mesuré le taux d’anticorps de plusieurs arboviroses au sein d’une population locale. Par l’étude des gènes au sein des familles, ils cherchent à identifier une région du génome contenant un gène de résistance au virus Zika. Pour cela, ils vont tester des gènes candidats se situant dans cette région, grâce à des modèles d’infection in vitro. Ils étudient plusieurs modèles de souris pour identifier le mieux adapté, en collaboration avec l’unité de Génétique fonctionnelle de la souris.

> L’Institut Pasteur de la Guyane héberge au sein du laboratoire de virologie, dirigé par Dominique Rousset, le Centre national de référence des Arbovirus, laboratoire associé pour la région Antilles-Guyane. Le laboratoire est donc légitimement sollicité pour toute suspicion d’arbovirose et notamment les émergences dans les territoires français des Amériques. C’est ainsi que les chercheurs ont pu confirmer début novembre 2015, par PCR en temps réel, les 5 premiers cas au Surinam. C’est en décembre que le laboratoire a détecté de façon assez rapprochée d’abord des cas d’infection importés du Surinam puis, des cas autochtones.

Grâce à ces échantillons, les chercheurs de l’Institut Pasteur de la Guyane ont pu séquencer l’intégralité du génome de ce virus. Le résultat publié dans The Lancet le 7 janvier 2016, montre que le virus qui circule actuellement est très proche de celui qui circulait en Polynésie française en 2013-2014.

> En 2014, suite à l’épidémie de virus Zika qui a concerné la Nouvelle-Calédonie, l’Institut Pasteur de Nouvelle-Calédonie a dû faire face à un afflux important de demandes de diagnostic. Dans ce contexte, les chercheurs de l’unité Dengue et autres arboviroses, dirigée par Myrielle Dupont-Rouzeyrol, ont démontré que le virus Zika était détecté beaucoup plus tardivement dans les urines par rapport au sang et que cela pouvait permettre ainsi un meilleur diagnostic biologique des patients (Gourinat et al, 2015). Dans la prolongation de ces résultats préliminaires, les chercheurs collaborent à un projet avec l’Institut scientifique de santé publique (Belgique), l’Institut Pasteur de la Guyane et l’Institut Pasteur (Paris), qui vise à améliorer le diagnostic des arboviroses et plus particulièrement celui du virus Zika, en comparant l’utilisation des prélèvements d’urine et salive par rapport au prélèvement de sang. L’unité cordonne également avec l’Institut Pasteur de Dakar (et impliquant l’Institut Pasteur du Cambodge, l’Institut Pasteur du Laos, l’Institut Pasteur à Paris et l’Institut Louis Malardé) un projet visant à évaluer la capacité de différents moustiques à transmettre le virus Zika lors d’une piqûre et à étudier la diversité génétique du virus Zika en Afrique, Asie, Pacifique et Amériques.

> En Décembre 2015, l’Institut Pasteur de Dakar a transmis son savoir-faire et formé pendant quatre semaines les équipes de l’Université de Sao Paulo (USP) sur la culture d’isolats viraux, l’utilisation sur le terrain de son laboratoire mobile et les outils moléculaires et biologiques en vue du développement de tests diagnostiques spécifiques du virus Zika. Depuis, l’Institut PasteurParis  et le Réseau international) a soutenu la création du Réseau de diversité génétique des virus (VGDN) qui a créé la force d’intervention « Rede Zika », impliquant plus d’une trentaine de groupes de l’état de Sao Paulo, en collaboration avec des équipes nationales et internationales (Fiocruz, Unicamp, UNESP, Institut Butantan, Adolfo Lutz, Emilio Ribas…) et des Hôpitaux (Clinicas, Sao Joje do Rio Preto, Botucatu, Universitario, Unicamp…).  

> Depuis mars 2016, l’Institut Pasteur de Madagascar est capable de diagnostiquer le virus Zika dans le cas d’une éventuelle épidémie à Madagascar. En effet, l’unité de Virologie, qui héberge le Laboratoire national de référence pour les arbovirus, a mis en place un test moléculaire pour détecter le virus Zika. Ce test pourra être utilisé pour identifier des potentiels individus infectés.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé Madagascar parmi les pays vulnérables. C’est pourquoi, les chercheurs de l’Institut Pasteur de Madagascar, en collaboration avec les équipes du Ministère de la santé publique, travaillent activement sur la construction d’un plan d’action en cas de survenue du virus Zika sur la Grande Ile. La complémentarité des expertises de l’Institut en virologie, épidémiologie, immunologie et entomologie, est un atout réel pour mieux comprendre l’émergence de ce virus et se préparer collectivement à une riposte.

Epidémiologie – comprendre le lien entre le virus Zika et les complications neurologiques

> En collaboration avec le Bureau de veille sanitaire en Polynésie française, le Centre hospitalier de Polynésie française ainsi que l’Institut Louis Malardé, l’unité Epidémiologie des maladies émergentes (UEME), dirigée par Arnaud Fontanet à l’Institut Pasteur, travaille depuis janvier 2014 sur l’épidémie de Zika ayant touché la Polynésie française d’octobre 2013 à avril 2014.

Le projet, financé en partie par le LaBex IBEID, a confirmé le lien entre le virus Zika et l’augmentation nette de manifestations neurologiques graves à type de paralysie, appelés syndromes de Guillain-Barré (GBS), observée pendant la période épidémique du virus Zika. Ce travail a associé également les équipes de laCellule d’intervention biologique d’urgence (CIBU) et de l’unité Génétique fonctionnelle des maladies infectieuses à l’Institut Pasteur. Les résultats ont été publiés dans The Lancet le 1er mars 2016.

Suite à l’augmentation suspecte de l’incidence des microcéphalies, l’UEME a travaillé également sur une description de l’incidence de cette malformation congénitale avant et après l’épidémie ainsi qu’à déterminer si l’infection par Zika de la femme au cours de la grossesse en est la cause, d’estimer la période de grossesse la plus à risque en cas d’infection ainsi que la probabilité de malformation chez l’enfant dont la mère aurait contracté le virus. Les chercheurs ont confirmé dans un article paru dans The Lancet le 16 mars 2026, que le risque de microcéphalie est de l’ordre de 1% pour un fœtus/nouveau-né dont la mère a été infectée par le virus Zika durant le premier trimestre de sa grossesse.

Recherche sur le moustique vecteur> En collaboration avec l’Institut Oswaldo Cruz à Rio de Janeiro (Brésil), les chercheurs de l’unité Arbovirus et insectes vecteurs, dirigée par Anna-Bella Failloux, ont testé la réceptivité (la capacité à contracter le virus) des moustiques Aedes aegypti et Aedes albopictus du Brésil et de Floride où ces deux espèces cohabitent. Par ailleurs, ils ont évalué la compétence vectorielle (l’aptitude à transmettre le virus) d’Aedes aegypti de Guyane française, de Martinique et de Guadeloupe, où cette espèce est présente seule.

Ces populations de moustiques récemment récoltées sur le terrain ont été infectées en laboratoire de haute sécurité de niveau P3 avec le virus Zika de génotype asiatique qui provient de l’Institut Pasteur de Nouvelle-Calédonie. Ce virus est quasiment identique à celui qui circule actuellement en Amérique centrale et en Amérique du Sud.

Ces travaux ont permis de déterminer la contribution des deux espèces Aedes aegypti et Aedes albopictusdans la dynamique de l’épidémie de Zika dans les Amériques. Les résultats publiés dans PLoS Neglected Tropical Diseases montrent que bien qu’Aedes aegypti et Aedes albopictus soient tous deux capables de s’infecter et de disséminer le virus en leur sein, ils sont en revanche très peu compétents à transmettre le virus Zika au cours d’une piqûre. Ainsi, d’après les scientifiques, plus que la compétence vectorielle des moustiques d’Amérique, l’importante population humaine naïve sur le plan immunitaire pour ce nouveau virus vivant à proximité d’une forte densité de moustiques vecteurs pourrait plus probablement expliquer la diffusion rapide du virus Zika en Amérique.

Afin d’anticiper l’éventuelle implantation du virus Zika en France et en Europe, à l’image de ce qui s’est produit avec le chikungunya et la dengue (cas autochtones en France de chikungunya en 2010, 2014 ; et de dengue en 2010, 2014, et 2015) avec une transmission par Aedes albopictus, les chercheurs ont testé deux populations d’Aedes aegypti de l’île de Madère et deux populations d’Aedes albopictus du Sud de la France (Nice et Bar-sur-Loup).

Ces deux projets ont été financés par le LaBex IBEID (dirigé par Pascale Cossart et Philippe Sansonetti) et le projet européen DENFREE (coordonné par Anavaj Sakuntabhai).

> L’équipe de l’unité d’Entomologie médicale, dirigée par Romain Girod au sein de l’Institut Pasteur de la Guyane, travaille à la mise au point de systèmes de piégeage couplés à des appâts sucrés pour la détection précoce de la circulation du virus Zika en Guyane. Il s’agit pour les chercheurs de tester, au laboratoire et sur le terrain, de nouveaux outils de surveillance entomologique et virologique dont l’objectif est d’identifier les zones et les périodes de transmission les plus propices au virus, afin de guider efficacement les actions de prévention et de lutte antivectorielle. Des travaux antérieurs menés dans le cadre de l’épidémie de chikungunya qui a touché la Guyane en 2014-2015, ont déjà montré les potentialités des outils développés. C’est dans cette continuité que les travaux actuels se poursuivent sur le virus Zika.

> Au sein de l’Institut Pasteur de la Guadeloupe, le laboratoire d’Entomologie médicale, dirigé par Anubis Vega-Rua, a participé à l’évaluation de la compétence vectorielle des populations de moustiques des Amériques vis-à-vis du virus Zika dans le cadre d’un projet coordonnée par Anna-Bella Failloux à l’Institut Pasteur à Paris. Le laboratoire a également été impliqué avec l’Agence régionale de la santé de Guadeloupe (ARS) dans des actions de sensibilisation sur le risque que représente le virus Zika pour la population guadeloupéenne. Actuellement le laboratoire et l’ARS sont en train de définir une nouvelle stratégie d’intervention et d’investigation entomologique qui pourrait être déployée en cas de détection de cas autochtones de Zika en Guadeloupe. Par ailleurs, le laboratoire de biologie médicale de l’Institut Pasteur de Guadeloupe réalise le diagnostic moléculaire des infections par le virus Zika.
> Le Groupe Arbovirus, au sein de la Cellule d’intervention biologique d’urgence (Institut Pasteur, Paris) s’intéresse à développer des modèles animaux afin de mieux comprendre les effets pathologiques observés chez l’homme. Par ailleurs, il cherche à mieux définir l’interaction entre le virus Zika et les moustiques Aedes aegypti (vecteur principal) et Aedes albopictus (vecteur potentiel d’émergence et/ou de propagation du virus au niveau mondial) afin de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans la transmission vectorielle de ce virus et de pouvoir définir de nouvelles cibles pour bloquer l’infection de nouveaux hôtes vertébrés.

VIDEO – VIRUS ZIKA, POURQUOI AUJOURD’HUI ?

Arnaud Fontanet, responsable de l’unité d’épidémiologie des maladies émergentes, co-directeur de l’école Pasteur/CNAM de Santé publique

Arnaud Fontanet nous explique dans cette vidéo les résultats obtenus avec ses collègues de Polynésie française lors de l’épidémie de Zika de 2013-2014 : les scientifiques ont établi le lien de causalité entre le virus et certains cas graves avec syndromes de Guillain-Barré d’une part, et d’autre part des cas de microcéphalie chez des enfants nés de femmes ayant été infectées au cours de leur grossesse.

VIDEO – ZIKA SUMMIT 2016

Zika virus poses many questions and concerns for humanity. Scientists and experts are racing to understand the relationship between Zika virus infection and associated neurological complications such a microcephaly and Guillain-Barré syndrome. 
The Institut Pasteur, WHO and other partners convened reserachers and public health experts working on this ongooing public health emergency to share preliminary results and discuss next steps.

Les équipes de l’Institut Pasteur mobilisées sur le virus Zika

À l’Institut Pasteur à Paris : 

Unité Arbovirus et insectes vecteurs
dirigée par Anna-Bella Failloux

Unité Epidémiologie des maladies émergentes
dirigée par Arnaud Fontanet

Cellule d’intervention biologique d’urgence
dirigée Jean-Claude Manuguerra

Unité Génétique fonctionnelle des maladies infectieuses
dirigée par Anavaj Sakuntabhai

Dans le Réseau international des Instituts Pasteur :

L’Institut Pasteur de la Guyane
Centre national de référence des arbovirus, laboratoire associé pour la région Antilles-Guyane
dirigé par Dominique Rousset

Unité d’Entomologie médicale
dirigé par Romain Girod

L’Institut Pasteur de la Guadeloupe

Laboratoire d’Entomologie médicale
dirigé par Anubis Vega-Rua

L’Institut Pasteur de Nouvelle-Calédonie

URE Dengue et autres arboviroses
dirigé par Myrielle Dupont-Rouzeyrol

L’Institut Pasteur de Dakar (Senegal)

Unité d’Arbovirologie
dirigée par Amadou Sall

L’Institut Pasteur de Madagascar

Unité de Virologie
dirigée par Jean-Michel Heraud

Dans les instituts partenaires :

L’Institut Oswaldo Cruz – Fiocruz (Rio de Janeiro, Brésil)

Laboratório de Transmissores de Hematozoários
dirigé par Ricardo Lourenço-de-Oliveira

L’Institut de sciences biomédicales de l’Université de Sao Paulo (Sao Paulo, Brésil)

« Force Tarefa Zika « , dirigée par Paolo M.A. Zanotto
Département de Microbiologie, dirigé Luís Carlos Souza Ferreira

L’Institut Butantan (Sao Paulo, Brésil)

Dirigé par Jorge Kalil

Avril 2016

Verdun 1916. Rappeurs guinéens néonazis morts pour la France ?

Publié le

Actualité au 14/05/2016

Black M  réagit à sa déprogrammation du concert Verdun 2016

La réaction du rappeur appelle plusieurs remarques : Il ne présente aucune excuse pour les insultes au peuple français (pays de kouffars) et ne dit pas qu’il regrette ;  il se présente comme une pauvre victime lui « enfant de la République et fier de l’être », il n’a qu’à le faire entendre dans ses textes ; Il en appelle à son grand-père tirailleur sénégalais en…39-45 ! alors qu’il s’agit d’une commémoration de Verdun 1916. Cet « enfant de la république » ignore son histoire et le prouve ; il accuse de « propos haineux » ses détracteurs et ne comprend pas la polémique incompréhensible et inquiétante que sa participation a engendrée, il n’a pas appris à lire, à réfléchir ni la causalité à l’école de la République ?

Bonjour à tous, Je m’appelle Alpha Diallo, je suis français, né en France, à Paris, et j’ai 31 ans. Eduqué par la France, terre d’accueil de mes parents, terre qui m’a vu grandir et permis de vivre de ma passion. Une terre pour laquelle mon grand-père Alpha Mamoudou Diallo ( photo ci dessus ) d’origine guinéenne, a combattu lors de la guerre 39-45 au sein des Tirailleurs Sénégalais – ces mêmes Tirailleurs Sénégalais qui étaient également présents lors de la Bataille de Verdun. J’ai ressenti une immense fierté lorsque l’on a fait appel à moi pour participer à un concert en marge de la commémoration de la Bataille de Verdun pour l’ensemble des jeunes français et allemands réunis ce jour-là. Une polémique incompréhensible et inquiétante a malheureusement entraîné l’annulation de ma participation à cette manifestation. Je ne peux rester sans réponse face aux propos d’une extrême violence, tenus à mon égard, ces derniers jours. Je suis d’autant plus attristé par cette situation qui peut aujourd’hui toucher des milliers d’autres français. Moi, Alpha Diallo, enfant de la République et fier de l’être, souhaite, par ce communiqué, faire barrière à ces propos haineux. Merci à tous ceux qui me soutiennent depuis le début, je ne ferai pas d’autres commentaires. Peace. #ALPHADIALLO #BLACKM

De leur côté la ministre de la Culture et son prédécesseur  nous servent le politiquement correct :

«Des voix déchaînées ont obtenu l’annulation d’un concert au nom d’un ordre moral nauséabond et décomplexé. N’acceptons jamais cela. Ce n’est pas la première fois que l’autocensure succède à ces coups de forces inacceptables», martèle-t-elle, devant des professionnels du festival du cinéma.

Un peu plus tôt, l’ancien locataire de la rue de Valois, Jack Lang, avait estimé sur France Inter, qu’il ne fallait pas «capituler devant l’idéologie frontiste». «La mairie de Verdun aurait dû maintenir le concert, et d’ailleurs c’est illégal d’interdire une manifestation artistique comme celle-là, aucune raison ne le justifiait, il n’y avait aucune menace à l’ordre public, aucun risque de violence», a poursuivi l’ancien ministre de la Culture. «Je souhaiterais que nous soyons nombreux à dire que nous condamnons cette interdiction. Il ne faut pas capituler devant cette idéologie frontiste» , a-t-il ajouté.

Vendredi,  Jean-Marc Todeschini, le secrétaire d’Etat aux Anciens combattants avait déjà exprimé sa «colère».http://www.leparisien.fr/laparisienne/actu-people/annule-a-verdun-black-m-evoque-son-grand-pere-tirailleur-senegalais-13-05-2016-5793471.php

_____________________________________Rachid Taha : Douce France de Charles Trenet

Comme l’ont dit les internautes, il y a des patriotes dans la « diversité »…

 

Actualité au 13/05/2016

Le concert de Black M est annulé sans mea culpa des organisateurs qui se renvoient la balle et, officiellement, par crainte de trouble à l’ordre public

La subvention de 67 000 euros est annulée mais combien coûtera au contribuable cette annulation ?

«Ce n’est ni l’État, ni le gouvernement, ni le président de la République qui ont choisi tel ou tel chanteur», se défendait le secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants, Jean-Marc Todeschini. Quant à la Mission du Centenaire, opérateur de l’État pour ces commémorations de la Première Guerre mondiale, assurant que «la décision a été prise par l’agglomération du Grand Verdun», elle avait jeudi décidé de ne pas lui accorder la subvention de 67.000 euros demandée pour le concert dont le budget total était de 150.000 euros.

Mercredi encore, le maire de Verdun défendait néanmoins le choix d’inviter le chanteur Black M, qui «est tout simplement un enfant de la République», soulignant qu’il était «plébiscité actuellement par les jeunes comme aucun autre artiste français» et s’est vu «décerner le Kid’s Choice Awards de l’artiste international de l’année 2016». Des arguments qui n’ont toutefois pas suffi à éteindre la polémique face à laquelle Samuel Hazard se dit «contraint» de rendre les armes.

Dans un communiqué diffusé ce vendredi matin, il invoque des «risques forts de troubles à l’ordre public», en raison d’une «polémique d’ampleur sans précédent» et d’un «déferlement de haine et de racisme». Une décision, précise Samuel Hazard, prise par «la majorité municipale et le maire de Verdun, en concertation avec la région et le Département».

http://www.leparisien.fr/societe/le-rappeur-black-m-ne-chantera-pas-pour-le-centenaire-de-la-bataille-de-verdun-13-05-2016-5792417.php

Je vous invite à lire les commentaires qui suivent cet article, mazjoratirairement satisfaits de l’annulation avec des réflexions pertinentes comme celles-ci :

Verdun n’est pas une « fête » pour les jeunes c’est une commémoration de tous les morts de la guerre 14, si les jeunes veulent faire la fête ils vont ailleurs, je n’ai jamais vu de ma vie un hommage à des morts qui devient une foire, un peu de respect SVP, même si les jeunes qui sont morts avaient le même âge que nos jeunes de maintenant, un monde les sépare, ils ne seront jamais à la hauteur de ces héros !!! C’est très bien que ce concert soit annulé.

VICTOIRE! VICTOIRE! VICTOIRE!!!!! ce gueux pourra toujours aller brailler à la fête de sa musique dans ces quartiers choyés ou en Guinée sa « patrie d’origine » comme il le dit si bien …!!

Pas besoin d être au FN pour être scandalisé ! Comment un maire et un préfet peuvent-ils envisager cette offense aux poilus et à la France une seule seconde ?

pays de koufar veut dire pays de mécréants donc oui black m na pas a venir commémoré nos ancêtres c’est un raciste de la France je rappel que se genre de mots est dit surtout par les terroristes islamistes!!! pour ma part ils aurait dit prendre Kerry James qui pour moi est un vrai poète ! ! !

« un déferlement de haine et de racisme »,ben voyons,en faite ils ont du se rendre compte de leur erreur à posteriori mais pas foutu de faire leur auto critique ils nous sortent l’excuse de l’extrême droite,cette histoire ça dépasse le clivage politique c’est une question de valeurs morale et pour une fois la morale l’a emporté.maintenant que cette histoire est terminée on peut remarquer comment les responsables se défilent,en plus de ne pas être courageux moi je m’interroge aussi sur leurs capacités intellectuelle.

Enfin. Si nos dirieants tellement en desir de diversite avait voulu choisir quelqu’un pour lacommemoration de la Bataille de Verdun )600 000 morts des 2 cotes) pourquoi n’avoir pas choisi Rachid Taha et sa reprise de Trenet Douce France au lieu de ce minable antisemite, sexistre et homophobe.

___________________________________________________________

Monument aux morts de Cholet. Beaucoup de Français morts pour la patrie France en 14-18 pour la seule petite ville de Cholet. Pour lire les noms aller sur le site

On obtient une idée de l’ampleur de l’hécatombe de la grande guerre par la juxtaposition de sa stèle avec celle des morts de 39-45 au dessous

LA VICTOIRE OUVRE LE LIVRE D’OR DE LA FRANCE
À LA GLORIEUSE PAGE DE CHOLET
LA VILLE DE CHOLET
À SES ENFANTS MORTS POUR LA FRANCE

 

Dans la perspective de la célébration du centenaire de l’hécatombe de Verdun, le 29 mai, le gouvernement français a invité le rappeur guinéen néonazi Black M qui promet qu’on va s’amuser et que « si le public et chaud, il donnera tout ».

Alors là, je tombe des nues. Je me pince pour savoir qui je suis, où je vis, quelles est ma culture, ma langue, mes concitoyens, mes semblables et ce que je peux bien partager avec toutes ces cultures imposées qui dévorent sans merci tout ce que j’ai pu apprendre et connaître dans un pays qui s’appelle encore France mais qui n’en a plus ni l’aspect, ni le goût ni la chanson.

Pour paraphraser le tableau de Paul Gauguin, petit-fils de la grande féministe Flora Tristan , je me dis : D’où viens-je ? Qui suis-je ? Où vais-je ?

 

D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ?

Paul Gauguin.Tahiti 1897–1898, musée des beaux-arts de Boston,  Massachusetts, aux États-Unis. Source http://www.weblettres.net/blogs/article.php?w=MonplaisirLett&e_id=52125

La guerre de 14-18 a été la plus grande hécatombe militaire et civile des temps modernes. Des millions de soldats et de civils y ont perdu la vie des deux côtés de la Frontière, entre la France et l’Allemagne.

Il suffit  de lire les noms inscrits sur les monuments aux morts de tous les villages de France pour avoir une idée de l’importance du massacre des forces vives de la nation qui, au début du XXème siècle étaient dans leur grande majorité issus de nos campagnes qui rassemblaient encore la majorité de la population française. Certaines familles ont perdu en même temps père, frères, maris, enfants et cousins. La litanie des prénoms d’un même nom de famille est impressionnante. Nier cette évidence relève de la maladie mentale.

Personne n’osera nier qu’il y eut des étrangers dans les bataillons français et les travailleurs qui les assistaient. Il y eut des Algériens, des Marocains, des Africains de l’Ouest, tous ceux qui furent appelés « indigènes de la République » ou « Force noire » qui depuis quelques années ont imposé leur vision de l’Histoire dont un trouvera un exemple typique ici

Toutefois, il n’y eut pas que des colonisés enrôlés de force ou appâtés par le gain, il y eut aussi par solidarité obligée, alliée ou choisie des Espagnols, des Polonais, des Chinois, des Anglais, des Américains, des Canadiens et même quelques Allemands.

Nous savons aussi que la France n’a pas traité tous ses soldats de la même manière, que les nationaux bénéficiaient d’un peu plus d’égards que les étrangers mais que quand l’Etat-major le décidait ils servaient autant de chair à canon que leurs compagnons d’infortune, ce qui a été relaté dans de nombreux ouvrages.

Sans vouloir nier les pertes et les souffrances des soldats colonisés et étrangers, la guerre de 14-18 et Verdun en particulier ont surtout été une tragédie française (250 000 français) qui a supprimé de la surface de la terre de France des millions de jeunes gens qui en avaient la culture, la langue et les dialectes, les traditions et étaient dans leur majorité de religion catholique.

Nous vivons dans une France tellement décérébrée que nous allons bientôt apprendre que le soldat inconnu devant la tombe duquel s’incline chaque année le président de la République française est en réalité un rappeur guinéen néonazi. L’impossible est désormais possible.

La Connectrice consternée

Le monument aux morts de La Rochelle, beaucoup de monde

Pour en savoir plus

http://ripostelaique.com/commemorer-verdun-avec-des-rappeurs-ils-iront-cracher-sur-nos-tombes.html

Les Augustin, Albert, Lucien et autres Ferdinand doivent se retourner dans leurs tombes, eux qui étaient la lignée de la France d’hier, de la France éternelle, une lignée longue comme la nuit des temps.

Alpha, Lefa et Abou, rappeurs de leur état, incarnent la France d’aujourd’hui, ce sont donc eux qui ont été désignés pour venir festoyer sur leur souvenir et leurs ossements le 29 mai prochain, afin de commémorer une guerre particulièrement sanglante.

Hollande s’est montré désireux d’inviter le rappeur Black M, un « artiste populaire », en espérant acheter ainsi l’apaisement et surtout les voix des cités. On s’en doute, la symbolique de la commémoration de la bataille de Verdun ne signifie absolument rien pour un homme qui méprise les sans-dents. Alors tous ces tués, la belle affaire ! L’important, n’est-ce pas, c’est qu’on s’amuse.

Avec ce spectacle au goût douteux, ce sont des centaines de milliers de tombes et de dépouilles que l’on profane, ce sont les morts et tous leurs descendants que l’on insulte …Alpha Diallo, connu sous le nom de Black M, M pour Mesrimes en hommage au tueur Jacques Mesrine, a fait partie du groupe Sexion d’Assaut, un nom qui trouve son origine dans la fameuse Section d’Assaut des nazis. Dans le genre artiste de bon goût, on a fait mieux…

Étonnante Indonésie. Policières et militaires dansant Gangnam Style. Hue !

Publié le

Je n’avais jamais entendu parler ou chanter le Gangnam Style créé par le Chanteur Sud-coréen PSY et je suis tombée par hasard sur ces vidéos incroyables de policières et de militaires dansant pour célébrer certains événements. Non seulement ils dansent bien mais aussi avec enthousiasme et plaisir. Les mouvements d’ensemble sont presque parfaits, sans doute l’héritage de ces mouvements collectifs que l’on peut voir à l’occasion des jeux olympiques, de cérémonies nationales et de spectacles. Ces mouvements d’ensemble sont très populaires en Asie et, en France nous connaissons surtout les immenses manifestations chinoises que Mao avait transformées en éléments de propagande.

J’espère que ces vidéos vous amuseront et vous changeront des tristes nouvelles quotidiennes.

Dommage que nos armées et nos polices ne pratiquent pas ce genre de sport spectacle.

La Connectrice

Ajoutée le 16 oct. 2012 Gangnam style during Indonesian military anniversary, Halim Perdanakusuma airport, Jakarta, Oktober 5, 2012

Ajoutée le 3 mai 2013 Surabaya, Java: 80 Police women dance Gangnam Style in front of protesters in Indonesia on May 1, 2013. Some happy men from mob join in /

Surabaya, Java: 80 Femmes policières dansent Gangnam devant les manifestants en Indonésie, le 1er mai 2013. Certains hommes heureux de se joindre /

Grandes célébrations pour le 50ème anniversaire du WWF Indonesia. Pour l’occasion 345 militaires de l’armée de l’air ont fait une flash-mob à la Gangnam Style au centre de Séoul par un beau dimanche de décembre 2012 et c’est décoiffant 😉 Surtout quand on considère que l’Indonésie est très majoritairement musulmane. Dans cette vidéo on voit des jeunes filles en cheveu danser avec les militaires au milieu des pandas en peluche. Tous les militaires portent un pin’s panda à la boutonnière. Pourtant nos musulmans de France chassent la danse, la musique et les cheveux des femmes….un mystère culturel à éclaircir.
Para peserta tampak melukiskan wajahnya saat mengikuti aksi Karnaval untuk Bumi, Jakarta, (12/10/14). (Liputan6.com/Miftahul Hayat)
Carnaval de Djakarta en 2014

Ajoutée le 21 déc. 2012 In conjuction to celebrate WWF-Indonesia’s 50th Anniversary, among other activities it opened with Flash-mob a la « Gangnam-Style » performed by three hundred forty five ‘BRIGIF 17/1 KOSTRAD (Indonesian Airborne)’ Soldiers at the heart of the Capital City and City Landmark, ‘BUNDARAN H I’ on a beautiful Sunday Morning 16 December 2012.

 

Qu’est-ce que le Gangnam style ?

Clip officiel de PSY vu 2 534 784 274 fois à travers le monde et repris par d’autres chanteurs et chanteuses célèbres, surtout en Asie


D’après Wikipedia

Gangnam Style (en coréen 강남 스타일 [kaŋnam sɯtʰail], translittération Gangnam Style, qui signifie littéralement Style de Gangnam, du nom de ce quartier de Séoul considéré comme le plus riche de la région métropolitaine) est une chanson parodique du chanteur sud-coréen Psy, de son vrai nom Park Jai-Sang, cosignée avec Yoo Gun-Hyung. Le single est extrait de l’EP Psy 6 (Six Rules), Part 1 (2012).

 

La chanson est connue pour son humour et son rythme accrocheur, accompagnés d’une chorégraphie insolite. Le single sort le 15 juillet 2012 et entre directement numéro un du classement sud-coréen, le Gaon Chart. Il connaît ensuite un succès planétaire, particulièrement à travers sa diffusion sur les sites de partage vidéo, le clip officiel de la chanson devenant le plus visionné de l’histoire de YouTube, puis la première vidéo ayant dépassé le milliard de vues le 21 décembre 2012, puis les 2 milliards le 31 mai 2014.

Paroles

Les paroles originales parlent de « la petite copine parfaite qui sait quand être précieuse et quand être sauvage »1. Les paroles chantées pendant le refrain : 오빤 강남 스타일 (« Oppan Gangnam style ») pourraient être traduites par : « Grand frère a le style Gangnam », l’expression idiomatique « Oppa ! » étant un terme utilisé de manière familière par les jeunes filles coréennes pour appeler une personne plus âgée de sexe masculin2. L’expression « Gangnam Style » est un néologisme coréen principalement associé à la mode haut de gamme et à un style de vie somptueux, associé à des tendances dans le quartier de Gangnam (강남) à Séoul, considéré comme la partie la plus riche de la région métropolitaine. Une traduction française des paroles a été proposée par un cabinet de traduction3.

Parodie à grand succès

 

Une rue de Gangnam-gu.

Le clip vidéo montre Psy exécutant inlassablement une danse comique (souvent appelée a posteriori « danse du cheval » ou encore « danse du cavalier » dans le monde francophone et « horse-riding dance » en anglais), mimant de manière caricaturale les gestes de l’équitation (précisément un cavalier, plutôt cow-boy, au galop jouant de temps à autre de son lasso). Il apparaît dans différents décors présentés comme des lieux peu fréquentés de l’arrondissement de Gangnam-gu, quartier chic du sud de Séoul en Corée du Sud. Le clip et la chanson se veulent ainsi « un embrochement [de] l’image Gangnam par un non-Gangnam ». Le néologisme « Gangnam » est, par métonymie, le nom donné à tout ce qui rapporte à l’univers du riche quartier séoulien, de la même manière que l’expression française « seizième » pour parler des habitants ou de l’ambiance du seizième arrondissement de Paris. Pour résumer, Psy met en scène cette classe de la société que l’on appelle, selon une expression française, les « nouveaux riches »4,5,6.

Psy fait notamment une critique de la débauche consumériste des jeunes femmes de ce quartier, et met en scène différents lieux de défoulement de la société sud-coréenne étouffée sous la pression sociale (représentée dans le clip par un sauna rempli de mafieux tatoués). La carrière d’entraînement des chevaux, la salle de sport, le métro, le supermarché sont transformés en discothèque, et des « ajoumas » (littéralement « dames d’un âge certain ») traversent le pays en bus en chantant et en dansant. Symbole du réveil d’une Corée décomplexée face à la morosité de la société que met en scène Psy, ces femmes commencent à s’amuser après une vie à subir un mari artisan du « miracle économique coréen ». Mais Psy se défend de vouloir jouer au chanteur engagé en dénonçant les dérives d’une société de plus en plus inégalitaire. Il s’agit plus pour lui d’un prétexte pour s’amuser4,5,6,7,8 

Souveraineté de l’Ukraine. La Russie se moque du memorandum de Budapest

 J’ai reçu d’un lecteur,  Pascal TRAN-HUU, ce rappel du memorandum de Budapest signé en 1994 par Les Etats-Unis d’Amérique, la Fédération de Russie et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord. Un engagement qui ne prévoyait pas de sanctions en cas de transgression, ce dont Poutine profite avec l’arrogance qu’on lui connaît. Ce n’est pas un hasard si la Chine a insisté sur le respect de la souveraineté de l’Ukraine. Malheureusement ses engagements avec la Russie l’empêchent de s’engager plus avant.
La Connectrice

De Versailles à Budapest: va-t-on encore mourir pour Dantzig ?

L’article 87 du Traité de Versailles (1919) dispose que « L’Allemagne reconnaît, comme l’ont déjà fait les puissances alliées et associées, la complète indépendance de la Pologne et renonce, en faveur de la Pologne, à tous droits et titres sur les territoires limités par la mer Baltique, la frontière orientale d’Allemagne déterminée comme il est dit à l’article 27 de la partie II (Frontières d’Allemagne) du présent traité, jusqu’à un point situé à 2 kilomètres environ à l’est de Lorzendorf, puis une ligne allant rejoindre l’angle aigu que la limite nord de la Haute Silésie forme à environ 3 kilomètres nord-ouest de Simmenau, puis la limite de la Haute Silésie jusqu’à sa rencontre avec l’ancienne frontière entre l’Allemagne et la Russie, puis cette frontière jusqu’au point où elle traverse le cours du Niemen, ensuite la frontière nord de la Prusse orientale, telle qu’elle est déterminée à l’article 28 de la partie II précitée. » et l’article 88 précise qu’un plébiscite décidera du sort de la Haute-Silésie et que « L’Allemagne déclare dès à présent renoncer en faveur de la Pologne à tous droits et titres sur la partie de la Haute Silésie située au-delà de la ligne frontière fixée, en conséquence du plébiscite, par les principales puissances alliées et associées. ». En 1940, l’incident de Gleiwitz sera l’un des éléments déclencheur de la 2e Guerre mondiale à cause de l’invasion de la Pologne par les Allemands.

En échange de son adhésion au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et de la destruction de l’arsenal nucléaire placé sur son territoire par les Soviétiques, Kiev avait obtenu l’engagement des cosignataires à reconnaître et respecter l’intégrité, la souveraineté et les frontières existantes de l’Ukraine. Le Point n°1 du Mémorandum de Budapest (1994) dispose que « Les Etats-Unis d’Amérique, la Fédération de Russie et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, réaffirment leur engagement envers l’Ukraine, en conformité avec les principes de l’Acte final de la CSCE, de respecter l’indépendance et la souveraineté et les frontières existantes de l’Ukraine . » (« The United States of America, the Russian Federation, and the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, reaffirm their commitment to Ukraine, in accordance with the principles of the CSCE Final Act, to respect the Independence and Sovereignty and the existing borders of Ukraine. »)

Le Point n°2 dispose, lui, que « La Fédération de Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis réaffirment leur obligation de s’abstenir de la menace ou de l’emploi de la force contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance de l’Ukraine, et qu’aucune de leurs armes ne sera jamais utilisée contre l’Ukraine, sauf en cas de légitime défense ou en conformité avec la charte des Nations unies. »  (« The United States of America, the Russian Federation, and the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, reaffirm their obligation to refrain from the threat or use of force against the territorial integrity or political independence of Ukraine, and that none of their weapons will ever be used against Ukraine except in self-defense or otherwise in accordance with the Charter of the United Nations. »). En 2014, la Russie annexe la Crimée et serait directement impliquée dans l’est de l’Ukraine.

Doit-on y voir un parallèle avec ce qui s’est passé il y a 75 ans ? Il faut souligner que le Mémorandum ne comporte aucune sanction ou mesure contraignante en cas de violation du texte par l’un de ses pays. Il donne, éventuellement, aux signataires une justification pour agir, mais il n’oblige aucun des pays à mener une quelconque action en Ukraine. Enfin, il vaut mieux le lire comme ça…

Pascal TRAN-HUU

%d blogueurs aiment cette page :