Flux RSS

Archives de Catégorie: cinéma

Sexisme confirmé dans la fiction française

Quand le cinéma met en scène les corps féminins

https://lespulpeuses.com/tag/role-de-la-femme/

Je ne regarde pratiquement jamais la fiction française qui m’ennuie profondément par son absence de rythme, la mauvaise qualité des scénarii et des comédiens ainsi que la part congrue des rôles dévolus aux femmes. Comment plonger dans une fiction quand on ne peut s’identifier à aucun de ses personnages ?

Une étude de l’ADAMI, association de défense des droits des artistes interprètes, confirme le constat que je fais moi-même, tout au moins sur le plan quantitatif :

  • 37% de comédiennes contre 63% de comédiens.
  • Casting type d’une oeuvre audiovisuelle distribuée sur la télévision française 4.6 % de femmes contre 6.3% d’hommes
  • Part des rôles féminins par gendre d’oeuvre longs métrages 34% courts métrages 41% fiction TV 43%
  • 80% des rôles féminins sont concentrés sur la tranche d’âge 25-40 ans

Sur le plan qualitatif les rôles féminins sont à l’image des clichés sexistes en vigueur dans notre société. Je ne connais aucun personnage de fiction féminin qui ne soit pas un accessoire des besoins, désirs et ambition des hommes même quand le personnage principal est supposé être une « femme de loi », une « femme flic », une « mante » ou une « soeur ».

Pourquoi le milieu artistique serait-il différent du milieu politique ou industriel ? Certes on eut pu croire que des scénaristes visionnaires puisse créer des personnages féminins libérés de leurs chaines de soumission à la loi du mâle mais il n’en est rien car la condition des femmes, après un bon considérable, régresse inexorablement sous le poids de la violence réelle et symbolique des hommes. Et avec l’insidieuse infiltration dans les têtes des lois patriarcales renforcées par l’islamisation de l’Europe, les modèles de femmes positives ne sont pas près de s’imposer.

La Connectrice, féministe historique

 -

http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/cinema/cinema-devant-et-derriere-la-camera-ca-suffit-les-machos-06-05-2017-6921600.php

La parité homme- femme n’est toujours pas au rendez-vous dans la fiction française

 L’Adami, partenaire des artistes -interprètes, publie ce mercredi une étude sur la représentation des femmes dans les téléfilms , séries , cours et longs-métrages, cinéma …

L.B.

 — 

Où sont les femmes ? Il va falloir un peu les chercher pour les trouver dans la production audiovisuelle française car la parité n’est pas encore au rendez-vous. A l’ occasion du festival de la Fiction TV de La Rochelle , qui aura lieu du 13 au 17 septembre, l’Adami, partenaire des artistes-interprètes, publie ce mercredi une étude sur la représentation des femmes dans les téléfilms, séries, cours et longs-métrages, cinéma.

On préfère les femmes jeunes

Cinéma »21 nuits avec Pattie ». Critique féministe

Publié le

Les Frères Larrieu affirment dans Télérama qu’ils ont voulu faire du « porno verbal » et c’est réussi dans ce genre qui exprime les fantasme phalliques de vieux et jeunes cochons obsédés par leur machin qui, malheureusement forment à la sexualité les hommes de demain puisque nous savons que, dès l’âge de 11 ans, pratiquement tous les enfants ont visionné de la pornographie.

Les petites filles sont moins nombreuses à se faire bourrer le crane par ces fantasmes qui réifient, humilient et dressent les femmes à la soumission au désir des mâles et à l’ignorance de leur propre sexe et de leur désir. Désespérant !

Je partage totalement la critique de Roselyne Ségalen que vous pourrez lire ci-dessous.

La Connectrice

Afficher l'image d'origine

http://www.arte.tv/fr/le-clitoris-ce-cher-inconnu/387780,CmC=387788.html

https://laconnectrice.wordpress.com/2006/06/04/le-clitoris-en-trois-dimensions-une-revolution/

Réponse de Roselyne Segalen à l’article de Ariane Allard dans Causette de Décembre 2015 sur « 21 nuits avec Pattie. »

http://www.telerama.fr/cinema/films/21-nuits-avec-pattie,501862.php

Tout sauf une ode à la chatte !

Un peu stupéfaite en lisant le texte de Ariane Allard dans le Causette de ce mois sur le
film « 21 nuits de Pattie ». D’après Ariane A, Les frères Larrieu adopteraient un point de
vue féminin sur la sexualité. On y voit en fait l’histoire romancée de deux femmes, l’une
écoute : Caroline/ Isabelle Le carré, et l’autre, Pattie/ Karine Viard, parle de ses
expériences sexuelles dans un verbe fleuri et certes libéré.

Pour moi, il n’y a que cette parole qui soit libérée. En revanche, elle ne parle que de « bite » de fascination pour celle-ci, de fellation comme élément quasi unique de plaisir, « La chatte » est évoquée en passant et de façon collatérale.
De plus, le désir freudien pour la mère, évoqué longuement par Jean, le protagoniste
masculin, incarné par Dussolier est en quelque sorte réalisé. En effet, Jean a eu sa
première jouissance sexuelle en se frottant à sa mère morte, depuis lors, il ne peut jouir
qu‘avec des mortes. Il le dit et le redit de manière intellectuelle et poétique, ce qui
présente la chose comme une douce perversion.
Et incroyable mais vrai, cette femme soit disant libérée Pattie, qui parle de fellations et
de ses bites choisies, devient une femme qui fait la morte pour faire plaisir à Jean et son
fantasme !

Alors qu’elle avait clamé haut et fort en début de film qu’elle ne voulait pas
d’amour mais seulement de sexe, elle affirme être sous le charme du discours de cet
homme nettement plus savant qu’elle, ce n’est après tout qu’un femme de ménage, et
pour couronner le tout dit qu’elle est jalouse !
Tous les ingrédients des fantasmes masculins sont présents : l’hymne permanent à la
bite, en apparence seul élément actif de la sexualité, des femmes qui en redemandent,
flattent cette bite, et vont jusqu’à s’oublier totalement pour satisfaire les fantasmes les
plus fous des hommes !
Caroline, est elle, présentée comme une petite bourgeoise coincée, qui grâce aux
histoires grivoises de Pattie, se décoince progressivement. Les frères Larrieu nous
amènent à attendre le moment où elle va se lâcher et en effet, elle le fait à la fin en
tombant en quasi extase devant « la bite » de son mari, (Sergio Lopez). Elle, elle ne fait
rien, elle demande qu’il fasse ! L’image la plus osée arrive : Caroline, prise en levrette !
C’est l’apothéose !
Il semble évident que la sexualité féminine n’a pas été prise en compte. Ce sont
clairement des fantasmes de mecs : fascination des femmes pour leur engin et fantasme
d’imposer à une femme qui fait la morte tous leurs désirs quels qu’ils soient ! On n’est
franchement pas loin de la femme–objet !

Comment ces aspects ont échappé à Ariane Allard, on se le demande ! Il suffit de lire
n’importe quel livre sur le désir féminin, pour se rendre compte que la fellation et la
sodomie ne sont pas les modes les plus prisés pour arriver à l’orgasme féminin… ! On ne
doute pas que les frères Larrieu connaissent l’existence du clitoris mais on aurait pu
espérer qu’ils en fassent au moins mention pour prétendre refléter un point de vue
féminin sur la sexualité.
A bonnes entendeuses salut !

Roselyne Ségalen

Ronit Elkabetz, actrice et réalisatrice féministe est partie à 51 ans

Publié le

Ronit Elkabetz est morte des suites d’un cancer le 18 avril 2016 à l’âge de 51 ans. Star du cinéma israélien, elle s’était engagée notamment contre la difficulté de divorcer pour les femmes juives dites « agouna » lorsque le mari refuse le divorce en remettant son acceptation, le guett ou acte de divorce. Une agouna reste dépendante de la loi religieuse définissant son statut d’épouse et ne peut en aucun cas refaire sa vie, sauf à renoncer à sa religion.

Ronit Elkabetz a réalisé un film qui traite du drame des agounas, Gett le procés de Viviane Amsallem dans lequel elle interprête l’héroïne Viviane.

Ambassadrice du cinéma israélien, l'actrice Ronit Elkabetz est décédée

Source photo http://www.huffingtonpost.fr/2016/04/19/ronit-elkabetz-cinema_n_9726298.html?utm_hp_ref=fr-culture

Engagée dans le combat féministe Ronit Elkabetz a aussi vécu à Paris.

« Le plus beau cadeau que je me suis offert, c’est cette seconde naissance. J’aurais très bien pu continuer d’enchaîner les projets en Israël, mais j’avais besoin d’ouvrir une nouvelle porte : pour la trouver, le seul moyen était de rompre avec mes repères et de recommencer ailleurs, à zéro. Je suis redevenue une enfant de 2 ans qui se familiarise avec les sons et les mots et les intègre sans y penser. »
Elle frappe à la porte d’Ariane Mnouchkine pour un stage mais se retrouve surtout à faire la vaisselle, faute d’emploi possible. « Pendant que je briquais, mon téléphone sonnait. On me proposait de faire Lady Macbeth ou Cléopâtre en Israël. C’était très irréel ce double emploi : une vie de femme de ménage que j’avais choisie, tandis qu’en Israël, on continuait de me parler comme à une star. »

http://www.franceinter.fr/depeche-disparition-de-ronit-elkabetz

Pour en savoir plus

Gett, le divorce juif, Ronit Elkabetz était engagée contre ce système qui fabrique les agounas (agounah)

En effet, selon la loi juive, le mari détient le pouvoir d’accepter ou de refuser à son épouse le guet, le droit de divorcer, ce qu’il l’oblige à se soumettre à sa décision. Ce statut de la femme mariée, très contesté, est appelé « agouna ».

Même si le couple se sépare, l’absence de divorce religieux empêchera à la femme de se remarier religieusement, dans un pays – Israël – où le mariage civil n’existe pas.

A lire sur le sujet: Pourim et la tragédie des veuves juives mariées

Selon le nouvel accord, rédigé en collaboration avec l’Association du barreau d’Israël et sous l’initiative de Tzohar, une organisation de rabbins qui tend à « adoucir » l’orthodoxie de la loi juive pour les Israéliens laïcs, les époux qui refuseront d’accorder le divorce à leur femme seront tenus de payer une aide financière très lourde à leur compagne.

« Le but de cet accord est de permettre aux couples de décider comment les choses se déroulent, plutôt que de laisser le divorce aux mains des tribunaux, dans le cas où il y a rupture du contrat de mariage », a déclaré Yakov Gaon, le vice-président de Tzohar, cité parHaaretz. Le contrat, en gestation pendant 6 ans, a traversé 16 versions différentes.

Le nouveau contrat de mariage stipule également que le couple a 180 jours pour tenter de résoudre leurs différends avant le tribunal rabbinique, s’ils ne sont pas résolus, le conjoint qui refuse le divorce devra payer 6000 shekels à son époux/épouse.

Ce compromis en chemin vers le mariage civil, pierre d’achoppement politique entre la société laïc et religieuse d’Israël, reste toutefois en conformité avec la loi juive.

« Personne ne mérite de rester enchaîné dans un mariage terrible avec un couteau sous la gorge », a déclaré le rabbin David Stav, le président de Tzohar, rapporte le Times of Israel…

Pauvre Ukraine, pauvre de nous !

Green Jolly , Razom nas bahato, à l’Eurovision 2005. Les musiciens sont enchaînés et brisent leurs chaines à la fin de la chanson, symbole de la victoire de la révolution orange …Devinez qui est le geôlier ?

Il y aura bientôt un an, le 18 février, 20 manifestants de la place Maïdan tombaient sous les balles de snipers. Il était clair alors que les Russes se donneraient tous les moyens pour soumettre l’Ukraine et la mettre sous la tutelle de l’impérialisme russe. Depuis un an, Poutine a réussi à annexer la Crimée et à occuper le Dombass en armant et formant la population russophone dont il a fait grossir le nombre en distribuant des passeports russes et en envoyant des combattants à sa solde.

Aujourd’hui, les gesticulations de Hollande et Merckel sont de peu de poids face à la détermination de Poutine qui a déjà installé une ligne de front qui ampute l’Ukraine de ses parties les plus riches. Il est peu probable qu’il renonce à ce qui est une occupation russe de l’Ukraine quelles que soient les menaces et autres moyens de pression que lui opposeraient nos représentants européens et américains.

Une fois de plus, nous sommes témoins impuissants d’une guerre civile se déroulant à nos portes au détriment de populations qui nous ressemblent et qui aspirent à autant de libertés et de bien-être que nous mêmes. Après le démembrement sanglant de la Yougoslavie, nous assistons au démembrement sanglant de l’Ukraine.

L’Europe politique se montre impuissante face à la guerre que continuent à se faire la Russie et l’Amérique sur son propre espace géographique. C’est pourtant le rôle de nos représentants de mettre en oeuvre tous les outils de la diplomatie pour sauver nos sœurs et nos frères qui demandent comme nous le respect de leurs libertés, de leurs droits humains et de leur sécurité.

En France, de trop nombreux patriotes ne cachent pas leur admiration pour Poutine-aux-mains-de-fer qui défend la grandeur de la Sainte-Russie. Ce faisant, ils oublient ce qui les dérange, cet ancien du KGB devenu nouveau Tsar de toutes les Russies comme sous l’ancien régime et avec les mêmes principes belliqueux, totalitaires, avides de puissance et de richesses.Ce n’est pas parce que Poutine a mis un frein à l’islamisation de la Russie qu’il aidera l’Europe à empêcher son islamisation et qu’il est un allié contre l’impérialisme musulman.  Poutine roule pour lui-même, à tout prix.

La Connectrice

A la veille du sommet les pro-russes bombardent l’armée ukrainienne

La stratégie est vieille comme le monde. A l’approche de pourparlers de paix il faut gagner le maximum de positions pour profiter d’un éventuel statu quo. Depuis les premiers accords de Minsk, les pro russes ont conquis 500 km2 de plus afin d’obliger les Ukrainiens à se soumettre à leur occupation au profit de la Russie. Le sommet de demain se présente très mal pour l’Ukraine. La Russie fait ce qu’elle veut sous nos yeux et nous sommes impuissants à arrêter ses conquêtes impérialistes. Après l’Ukraine, la Moldavie et la Transnistrie ont tout à craindre de l’ours russe.

http://www.leparisien.fr/international/ukraine-hollande-a-la-ferme-volonte-d-aboutir-a-un-accord-fabius-prudent-10-02-2015-4521923.php

L’état-major de l’armée ukrainienne bombardé. Pour la première fois depuis le début de la guerre, l’état-major de l’armée ukrainienne, basé à Kramatorsk, à 70 km au nord du fief rebelle de Donetsk, a été bombardé mardi.  Mais les roquettes parsèment aussi le centre de cette cité industrielle de plus de 200.000 habitants qui fut une place forte des séparatistes, d’avril à juillet, date de sa reconquête par l’armée gouvernementale .«Quinze personnes (des civils et des militaires, Ndlr) ont été tuées et 63 blessées, dont cinq enfants», a annoncé en soirée Olexandre Tourtchinov, secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense. Un précédent bilan faisait état de six civils été tués et 21 autres blessés.

Dans la soirée, l’armée ukrainienne a précisé qu’il s’agissait de missiles Smertch, plus puissants et plus modernes que les habituels Grad utilisés par les deux camps. Dans un premier temps, Kiev avait mentionné un lance-roquettes multiples Tornado, le modèle le plus récent de l’armée russe. Selon l’armée ukrainienne, les roquettes ont été tirées depuis Gorlivka, une ville sous contrôle des rebelles située à 45 kilomètres de là. Une attaque que nient les séparatistes. Ils dénoncent une «provocation». Auparavant, sept soldats et six civils avaient été tués au cours des dernières 24 heures, selon les bilans établis séparément par les autorités rebelles et ukrainiennes

Carte de la ligne de front en août 2014 Source http://breizatao.com/2014/08/29/ukraine-offensive-finale-sur-donetsk-la-transdniestrie-en-alerte/

2014-08-16 02_12_58-Map of Ukraine Unrest

Carte de la ligne de front en août 2014 Source http://breizatao.com/2014/08/29/ukraine-offensive-finale-sur-donetsk-la-transdniestrie-en-alerte/

Source http://www.leparisien.fr/international/plan-de-paix-pour-l-ukraine-les-desaccords-a-surmonter-10-02-2015-4522147.php

Les points litigieux des négociations

http://www.leparisien.fr/international/plan-de-paix-pour-l-ukraine-les-desaccords-a-surmonter-10-02-2015-4522147.php

Cessez-le-feu. C’est le point le plus urgent, celui sur lequel, en théorie, tout le monde est d’accord. Mais sa mise en oeuvre est compliquée. Qui posera les armes en premier? Concrètement, les rebelles et Moscou réclament de Kiev le retrait de leurs soldats et la reprise immédiate du financement des territoires séparatistes interrompu en novembre, comme préalable à une détente.Pour sa part, Kiev exige que le cessez-le-feu s’accompagne de la fermeture des 400 kilomètres de frontière russo-ukrainienne passés ces derniers mois sous contrôle séparatiste.

Contrôle de la frontière. Kiev veut récupérer le contrôle de sa frontière avec la Russie sur la portion sous contrôle rebelle, conjointement avec l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe).Mais Moscou refuse d’en parler, affirmant que Kiev doit négocier ce point directement avec les rebelles. «La logique de Poutine consiste à contraindre Kiev à négocier avec les rebelles pour montrer qu’il s’agit d’une guerre civile», explique une source gouvernementale ukrainienne. L’Ukraine a fini par proposer de placer des observateurs de l’OSCE du côté russe de la frontière. «On attend la réponse des Russes», a déclaré à l’AFP la même source.

Ligne de front. Le gouvernement ukrainien ne reconnaît que la ligne de front fixée au moment des accords de paix de Minsk en septembre. Problème, les séparatistes ont depuis gagné 500 km² supplémentaires et ont fait savoir qu’ils ne comptaient pas y renoncer.Mais, selon une source gouvernementale ukrainienne, Kiev serait prêt à donner son accord sur la ligne de front actuelle pour le retrait des armes lourdes à condition que les rebelles reculent derrière la ligne de front de septembre. Ce dispositif créerait de facto une zone démilitarisée plus étendue.

Le statut des régions séparatistes. Les Russes prônent un statut de fédération ou d’autonomie pour les zones sous contrôle rebelle avec l’idée d’élections des gouverneurs régionaux (actuellement nommés par Kiev) pour notamment légitimer les «présidents» des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, Alexandre Zakhartchenko et Igor Plotnitski, élus lors des élections séparatistes en novembre que ni Kiev ni les Occidentaux n’ont reconnues. Cette option, qui permettrait de bloquer par le droit de veto des régions prorusses l’évolution pro-occidentale de l’Ukraine, est inacceptable pour Kiev.

Maintien de la paix. L’Ukraine est réticente à une force de maintien de la paix car elle refuse la proposition avancée par les séparatistes en faveur de la présence de militaires bélarusses, mais surtout russes. Selon Kiev, une telle action légaliserait de facto des troupes russes que le gouvernement ukrainien considère comme déjà déployées dans l’est de l’Ukraine, ce que Moscou dément actuellement. Les Russes auraient proposé aux Européens une force composée de Bélarusses et de Kazakhs, mais Kiev a refusé estimant que ces deux pays étaient de facto des alliés de la Russie, selon une source gouvernementale ukrainienne.Quant à un éventuel contingent sous l’égide de l’ONU, il nécessite le feu vert du Conseil de sécurité de l’ONU que les Russes pourraient bloquer si leurs militaires ne font pas partie de la mission. «Si on accepte des Russes au sein de la force d’interposition, on légitime de facto la présence de leurs troupes sur notre territoire», résume une source ukrainienne.

Echange de prisonniers. Il s’agit d’un des rares points sur lequel les négociateurs ont avancé, notamment en acceptant l’idée qu’un échange massif valait mieux que des échanges au cas par cas. Problème : les listes de prisonniers présentées par chaque camp ne coïncident pas. Se pose aussi la question du sort de Nadia Savtchenko, actuellement détenue à Moscou. Cette pilote de l’armée de l’air est accusée du «meurtre prémédité» de deux journalistes russes dans l’est de l’Ukraine mi-juin où elle combattait en tant que volontaire. Un tribunal de Moscou a prolongé mardi jusqu’au 13 mai la détention de la jeune femme, en grève de la faim depuis près de deux mois.

La Chine pourrait jouer un rôle en tant que membre permanent du conseil de sécurité de l’ONU

Seule la Chine pourrait faire éclater le triangle bloqué sur l’Ukraine Russie/Europe/USA parce qu’elle est plus proche géographiquement de l’Orient russe que de l’Occident européen. Mais la Chine continue de soutenir timidement la Russie tout en ayant des accords commerciaux avec l’Ukraine pour louer 5% de ses terres agricoles et pour lui acheter des armes http://www.slate.fr/monde/84253/ukraine-chine-soutien-russie

Toutefois, la Chine est tenue par sa propre stratégie avec les Russes.

Le 17 avril, la Chine a salué l’accord conclu à l’issue des négociations quadripartites à Genève et a appelé à déployer des efforts conjoints pour promouvoir une solution politique définitive.

« Un règlement approprié de la crise ukrainienne requiert un environnement externe favorable », a souligné Mme Hua lors d’une conférence de presse.

Notant que la Chine appelait à l’établissement rapide d’une plate-forme multilatérale de dialogue, Mme Hua a déclaré: « Nous saluons le lancement de négociations par la Russie, les Etats-Unis, l’UE et l’Ukraine ».http://french.peopledaily.com.cn/n/2014/1220/c31354-8825661.html

D’importants accords commerciaux lient la Russie à la Chine, notamment un contrat de  contrat de 400 milliards de dollars pour fournir du gaz russe en Chine pendant trente ans , signé en mai dernier  http://fr.sott.net/article/24612-Conflit-ukrainien-la-position-Russe-se-durcit

La Chine respecte la non ingérence mais faisant partie du conseil de sécurité de l’ONU, elle a son mot à dire. Que dit-elle en ce moment ?

La Connectrice

 

Revue de presse pendant le sommet Poutine, Merkel, Hollande

La tenue du sommet dépendra notamment des résultats de la réunion du Groupe de contact sur l’Ukraine, qui réunit ce mardi à Minsk représentants ukrainiens, russes ainsi que celui de l’OSCE. Les rebelles séparatistes doivent également y participer. Mais avant la réunion diplomatique de « la dernière chance » entre les présidents russe Vladimir Poutine, ukrainien Petro Porochenko, français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, cette dernière était lundi à Washington pour présenter à M. Obama ce plan de paix européen. Ce plan, qui n’a pas été dévoilé, vise à faire appliquer les accords de paix conclus en septembre à Minsk. Mais l’Ukraine insiste sur le respect de la ligne de front établie en septembre alors que les séparatistes occupent 500 km2 supplémentaires depuis.

Une autre question litigieuse concerne le « statut des territoires » conquis par les séparatistes. Moscou insiste sur la constitution d’une fédération quand l’Ukraine ne parle que de « décentralisation », craignant une tentative du Kremlin de s’assurer un droit de veto sur les décisions de Kiev. Est également âprement discutée la question du contrôle de la frontière ukraino-russe dans les territoires aux mains des rebelles. Kiev réclame son contrôle conjoint avec l’OSCE, mais « Moscou refuse d’en parler » et réclame que l’Ukraine se mette d’accord avec les rebelles sur ce point, selon une source gouvernementale ukrainienne.

D’après la même source, l’idée d’un contingent de maintien de la paix a été évoquée, mais les négociations bloquent sur la nationalité de ses soldats. Lundi, les séparatistes s’étaient dits ouverts à cette idée si les soldats étaient Biélorusses ou Russes, une option rejetée par Kiev. Pour autant, une source diplomatique française s’est dite lundi confiante sur la tenue de ce sommet. « Il y a huit jours, ils [Ukrainiens et Russes, NDLR] ne se parlaient pas. Là, on les met autour d’une table », a-t-elle déclaré à l’AFP. « L’idée est d’avoir un accord global », a ajouté cette source, qui a reconnu que les négociations étaient « très compliquées ».

9 février  http://www.touteleurope.eu/actualite/revue-de-presse-ukraine-encore-un-sommet-de-la-derniere-chance.html

6 février http://www.touteleurope.eu/actualite/revue-de-presse-ukraine-la-negociation-de-la-derniere-chance-avec-la-russie.html

Le film « Maïdan » de Sergei Loznitsa

http://www.telerama.fr/festival-de-cannes/2014/maidan-de-sergei-loznitsa-l-histoire-en-pleine-face,112540.php

Cinéaste exigeant (My Joy et Dans la brume, en compétition à Cannes en 2012), l’Ukrainien Sergei Loznitsa a posé sa caméra de novembre 2013 à mars 2014 sur la place Maïdan à Kiev. Il montre comment une manifestation monstre devient une révolution, qui chassera les pro-Russes du pouvoir. La géopolitique l’intéresse moins que le processus organique d’un corps social qui s’unit, résiste aux forces armées, triomphe de ses agresseurs. En longs plans fixes, sans commentaire, il capte au plus près la pagaille d’une émotion populaire : qui est qui ? Où est la ligne de front ?

Pour en savoir plus

  • En février 2014, je pensais qu’il fallait envoyer des casques bleus en Crimée et mon inquiétude était prémonitoire

https://laconnectrice.wordpress.com/2014/02/28/ukraine-il-faut-envoyer-durgence-des-casques-bleus-en-crimee/

Allons-nous une fois de plus prendre le temps d’attendre que les pro-Russes massacrent les partisans du nouveau régime ukrainien ?

Il suffit de voir les malabars encercler le parlement de Crimée, l’occuper et hisser le drapeau russe à son sommet pour comprendre que ces gens-là ne sont pas des tendres. Curieusement, les medias ne les qualifient pas de néo-nazis, de fachos alors qu’ils en ont le physique, contrairement aux EuroMaïdans …

Autre remarque, les manifestants « vigoureux » de Crimée sont des hommes à 90%, contrairement aux EuroMaïdans qui sont des deux sexes, de tous les âges et de toutes les couches sociales.

Considérant :

-que la Crimée est à 60% russophile

-que la Crimée est la base navale de la Russie sur la mer noire

-que la Russie distribue des passeports russes à tous les habitants de Crimée pour l’occuper administrativement

-que des chars russes stationnent en Crimée et se sont mis en marche

-qu’un nombre important de Russes sont des militaires et du personnel militaire de la base navale

–que la majorité des Russes de Russie sont hostiles à EuroMaïdan

Il est à craindre que la minorité Ukrainienne, Tatar ou Ukrainophile Euromaïdan soit en grand danger d’être massacrée ou au minimum emprisonnée, persécutée voire déplacée comme les Russes savent le faire.

Allons-nous attendre passivement que les Ukrainiens rebelles à la colonisation russe soient massacrés comme il a été fait dans l’histoire avec Hitler qui avait annoncé ses projets, avec Ceaucescu dont nous connaissions le totalitarisme cruel, le nettoyage ethnique du massacre de Srebrenica après la chute de l’Etat yougoslave, etc ?

La diplomatie est lente par définition. Pendant que la Russie, l’U.E., les USA, la Grande-Bretagne discutent et se disputent, le danger d’une répression sanglante se dessine de jour en jour et l’urgence d’une médiation de l’ONU (et non de l’Otan qui est partie prenante implicite dans le conflit) est urgente.

Il faut garantir la sécurité des Habitants de l’Ukraine et, surtout de la Crimée de toute urgence.

  • Le 18 février 2014, 20 personnes 20 personnes étaient victimes de la répression du pouvoir russophile. Voici ce que j’écrivais alors :

https://laconnectrice.wordpress.com/2014/02/19/ukraine-14-morts-ce-18-fevrier-2014-la-contre-revolution-a-commence-vers-la-partition/

…Situation mouvementée en Ukraine où s’affrontent depuis trois mois russophiles et européanophiles. On sait que « le grenier à blé » de l’URSS avait été lâché à regret par la Russie après l’effondrement apparent de l’Union soviétique. Les Ukrainiens de souche n’ont jamais accepté leur président russe qui a eu raison de la « révolution orange » avec des méthodes empreintes de graves soupçons de manipulation comme l’empoisonnement de Viktor Iouchtchenko et l’emprisonnement de Ioulia Tymochenko.

Entre ceux qui affirment que l’Ukraine orange serait soutenue par les USA en continuité avec sa guerre froide contre la Russie, ceux qui disent que la jeunesse ukrainienne aurait soif d’une réelle liberté démocratique à l’image des pays européens, ceux qui prétendent que les Ukrainiens ne penseraient qu’à consommer au rythme de la mondialisation, ceux qui pensent qu’historiquement l’Ukraine a toujours voulu se rapprocher de l’Allemagne pour se détacher de l’impérialisme russe, ceux qui estiment que les Russes implantés en Ukraine ne peuvent faire valoir leurs droits que s’ils sont protégés par la Sainte Russie et ceux qui croient que seule l’Europe pourra mettre fin à l’évasion des cerveaux ukrainiens et à la traite des belles ukrainiennes, il est difficile de se faire une opinion sur le devenir de ce pays.

  • Le chat, la belette et le petit lapin

https://laconnectrice.wordpress.com/2014/07/22/ukraine-manifestation-mercredi-2307-contre-le-terrorisme-russe/

…En France, l’opinion la plus répandue est que les Russes ont bien raison de récupérer l’Ukraine dont les dirigeants actuels seraient des néo-nazis, des fachos (affirmations martelées par Poutine, les médias russes et les insurgés pro-russes) et des vendus aux Américains. L’opinion publique conditionnée par les médias trouve normal que Poutine refuse la présence de L’OTAN à ses frontières.
 
Je ne partage absolument pas ces opinions. Bien au contraire, je trouve normal et respectable que la jeunesse ukrainienne aspire à un avenir de liberté et d’indépendance sur un modèle européen qui lui permettrait de mettre en oeuvre son potentiel de connaissances, d’intelligence, de formation et de créativité. Je trouve normal que les Ukrainiens défendent leur identité, certes très proche de celle des Russes mais culturellement très affirmée et transmise de génération en génération davantage dans la fierté de traditions uniques que dans la haine du peuple russe. 
 
Les Français dans leur majorité ne veulent pas savoir que, s’il y a bien des extrémistes de droite à Kiev, il y a en face d’autres extrémistes aux ordres de Poutine qui a multiplié la population pro-russe d’Ukraine en distribuant généreusement des passeports russes et depuis des années. Il y a eu préméditation de l’occupation de l’Ukraine par la Russie et les masques sont tombés quand le valet russe Ianoukovitch (un russophone) a été renversé.
Dans sa majorité, le peuple d’Ukraine veut la paix, ce que Poutine ne souhaite pas de toute évidence.
 
Quant aux Français qui admirent Poutine parce qu’il serait le seul à aider la France à retrouver ses valeurs traditionnelles, défendre son indépendance et servir de rempart contre l’islamisation, qu’ils relisent dont la fable de La Fontaine « le chat, la belette et le petit lapin » et qu’ils prêtent grande attention à son épilogue.
  • Collectif des Ukrainiens de France

CollectifEuromaidanFrance

http://crcuf.fr/communique-de-presse/cp-15-janvier-2015

Anna Garmash, tel : +33 6 25 09 41 49
Igor Reshetnyak, tel : +33 6 68 17 89 84

  • Londres se réserve le droit de fournir des armes à l’Ukraine

http://www.lepoint.fr/monde/londres-se-reserve-le-droit-d-armer-les-forces-ukrainiennes-10-02-2015-1903877_24.php

  • Après l’Ukraine, la Moldavie ?

Carte de situation de la Transdnistrie - Voir cette carte en plus grand

Les habitants de la Transdniestrie célèbrent ce mois-ci le vingtième anniversaire de la présence des “casques bleus” russes sur les rives du Dniestr. Le fleuve délimite la frontière entre la Moldavie et la région séparatiste peuplée de russophones qui, à la chute de l’URSS, n’a pas voulu être maintenue au sein d’une Moldavie tentée par la réunification avec la Roumanie. Le conflit meurtrier qui avait fait rage pendant dix-huit mois avait été stoppé le 29 juillet 1992 par la XIVe armée russe (devenue par la suite “troupes de maintien de la paix”), mais il n’est toujours pas réglé. Depuis le 1er janvier 2012, jour où un soldat russe a tué par balle un automobiliste moldave qui ne s’était pas arrêté au point de contrôle, les accrochages se multiplient entre les habitants des deux rives et l’armée. “Les casques bleus, jadis tout-puissants, n’ont plus le contrôle de la situation”, constate le quotidien russe Nezavissimaïa Gazeta.

Source carte http://www.courrierinternational.com/article/2012/07/12/le-courant-passe-a-nouveau-entre-tiraspol-et-chisinau

Source carte http://www.courrierinternational.com/article/2011/12/08/fin-de-partie-pour-le-dictateur-separatiste

  • La milice neo-nazie Azov

Poutine a habilement manipulé les informations sur le régiment Azov pour laisser croire que tous les Ukrainiens étaient des néo-nazis grâce à son agence Ria Novosti la voix de maître Poutine. Or Azov qui, au moment du Maïdan ne comprenait que quelques dizaines de membres n’en comprend aujourd’hui que 300 dont bon nombre d’étrangers se prenant pour les brigades internationales. 300 hommes , c’est peu pour faire face à la Russie ou pour qualifier environ 45 millions d’Ukrainiens de nazis

Azov est financé  par Ihor Kolomoïsky, juif ukrainien nationaliste fermement opposé au démembrement de l’Ukraine. Curieuse association d’un juif président du Parlement juif européen qui lutte contre l’antisémitisme et d’une milice antisémite mais il semble que Kolomoïsky soit avant tout patriote ukrainien ce qui expliquerait son soutien à cette milice puante mais patriote. Real politik !
Il n’en fallait pas moins pour ajouter de l’eau au moulin des Russes et de leurs supporteurs, un groupe neo-nazi financé par un juif démontre la duplicité de la « juiverie » et le danger de l’Ukraine défendu par les émules de ceux qui ont tant fait souffrir les Russes lors de la dernière guerre. Du coup, on en oublie les souffrances infligées à l’Ukraine par les Russes pour la châtier d’avoir produit un régiment collabo des nazis.
Actuellement Poutine a engagé une action contre Kolomoïsky pour ‘ »organisation de meurtres, de recours à des moyens et méthodes de guerre illégaux, d’enlèvements, d’entrave au travail des journalistes », ce qui réactive la réputation de cruauté des Ukrainiens (justifiée souvent pendant la dernière guerre mondiale), une propagande bien accueuillie en France comme ailleurs dans le monde.
  • Mes notes sur la question ukrainienneLes Russes sont nos frères et sœurs à géométrie variable

    Les Ukrainiens sont les frères et sœurs ennemis des Russes sauf à se soumettre

    Les Ukrainiens sont nos frères et sœurs en aspiration au même mode de vie. Les manifestants du Maïdan nous ressemblent (voir le film de Sergei Loznitsa)

    La Crimée est un cadeau de Kroutchev, un cadeau fait par décret  : En 1954, le « don » de Khrouchtchev était censé marquer le tricentenaire du traité de Pereïaslav, par lequel les cosaques d’Ukraine avaient proclamé leur allégeance à Moscou. La cession avait alors été présentée comme un « cadeau » de remerciement de la Russie à l’Ukraine, célébrant la fraternité entre les peuples de l’Union soviétique. Poutine ne rendra jamais la Crimée à l’Ukraine.

    L’Ukraine en tant que culture est le berceau des slaves, une terre autant convoitée par les Russes que Jérusalem par les Juifs, les Musulmans et les Chrétiens avec les mêmes disputes féroces sur sa propriété

    L’Ukraine est marquée par la collaboration d’une partie de son armée avec les nazis pendant la deuxième guerre mondiale. Les Russes ont convaincu les Européens de voir des nazis partout en Ukraine, le spectre nazi étant à la Russie ce que la Front national est au PS, un épouvantail pour détourner l’attention des véritables dangers.

    Pour défendre sa nation, l’Ukraine doit choisir entre l’Orient russe et l’Occident européen défendu sur le plan militaire par l’OTAN, donc les USA ce qui sert de justification à la « défense » russe.

    Si l’Ukraine est manipulée par les USA, c’est avec son consentement éclairée et que même si la Révolution Orange a été financée par les Yankees, ce sont bien les Ukrainiens qui l’ont faite

    Oui, des Ukrainiens ont été terriblement cruels vis à vis de leurs voisins, des populations juives et dans leur affrontement avec les Russes au point que ces derniers les ont férocement matés et continuent de vouloir les mater au nom d’une idéologie mais en réalité pour reconstituer l’empire russe en s’appropriant les territoires de ses voisins les plus riches et les plus stratégiques militairement.

    L’Ukraine sera-t-elle le prétexte de l’engagement américain contre la Russie en Europe ? La question est évoquée ça et là par les observateurs.

    Les démarches diplomatiques actuelles ne permettent pas de présager d’une solution propice à toutes les parties.

    Pauvre Ukraine, pauvre de nous !

    La Connectrice

Domestiques et aristocrates. Ce soir je regarde Downton Abbey

Le château de Highclere, en Angleterre, est un personnage à part entière de Downton Abbey. Depuis le début de la diffusion de la série, dont la saison 5 s’achève sur TMC, les touristes affluent.http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/serie/85360/downton-abbey-jackpot-pour-le-tourisme-britannique.html

Nos voisins britanniques ont le talent de  nous dépeindre les antagonismes qui marquent leur société communautariste. Actuellement, leur public se passionne pour la série Downton Abbey qui met en scène dans un contexte très glamour une famille d’aristocrates et ses domestiques. Le scénario donne autant d’importance aux domestiques qu’aux maîtres, aux interactions entre les deux classes et aux  conflits en leur sein.

L’histoire commence un peu avant la guerre de 14-18 et nous raconte les bouleversements qu’elle entraîne dans les deux classes sociales aristorates et domestiques. Les nobles sont obligés de faire des concessions sur leurs traditions, leur train de vie et leurs coutumes tandis que les employés se tournent vers le socialisme et se révoltent contre une condition de soumission et de dépendance, aspirant à une vie meilleure.

Le sujet a déjà été traité au cinéma, notamment avec « The servant » en 1963 et plus récemment avec « Gosford Park ».

The Servant, film de Joseph Losey, américain réfugié en Angleterre à cause du Maccarthysme raconte la relation ambigüe d’un aristocrate avec son majordome sur le thème du sadomasochisme: le véritable maître n’est pas celui qu’on croit.

Robert Altman nous avait déjà donné un avant goût de cette lutte des classes avec Gosford Park sorti en 2001. Le scénario avait été écrit par Julian Fellowes qui est aussi le scénariste et producteur de Downton Abbey. Je sais Altman était américain mais il a très étroitement collaboré avec le britannique Fellowes qui est à l’origine de l’idée du film.

On retrouve dans « Downton Abbey » le thème et le contexte de « Gosford Park » pour la bonne raison que Julian Fellowes est le scénariste des deux œuvres.

J’avais beaucoup aimé le témoignage historique porté par « Gosford park », aussi il n’est pas étonnant que j’apprécie « Downton Abbey ». Cette saga familiale est merveilleusement réalisée dans des décors naturels de la campagne anglaise et dans les studios où sont tournées les séquences d’intérieur. Les costumes d’époque sont magnifiques et les acteurs parfaits. Je rentre avec délices dans cet univers complexe et tout à fait crédible au regard de l’authenticité de la reconstitution de l’époque. Un peu de sexe, de politique, de romance, de suspense, d’intrigue de tragédie, d’humour et d’émotion sont très habilement parsemés dans le scénario. La progression de l’évolution des mœurs et de l’émancipation des femmes est subtilement illustrée. Je ne suis pas la seule à apprécier puisque la série a reçu de très nombreuses récompenses et qu’elle est suivie par des millions de téléspectateurs aux Royaume-uni comme aux USA?

Certains détails sont tellement sincères que, lors du dernier épisode, les larmes me sont montées au yeux lorsque Isis, la chienne du maître, dépérit d’un cancer généralisé et que le comte et la comtesse la prennent dans leur lit pour la veiller jusqu’à sa fin.

Ne me dérangez pas ce soir, je suis une « couch potatoe » devant Downton Abbey.

LC

Pour en savoir plus

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/television/85117/edith-la-mechante-soeur-de-downton-abbey.html

Qu’Allah bénisse Noël ! Qu’Allah bénisse Hanouka !

Abd al Malik (de son vrai nom Régis Fayette-Mikano) et ses producteurs ont eu l’excellent goût de sortir leur film « Qu’Allah bénisse la France » en cette période de l’Avent qui précède les fêtes de la Nativité, c’est à dire de la naissance de Jésus-Christ ou Noël.

En ce moment où la Chrétienté se rassemble pour célébrer ses origines et l’essence de ses croyances, ce Musulman dont la mère est catholique approuve avec enthousiasme la mise en image de son ouvrage obscur à ce jour. Mais dans le métro « Qu’Allah bénisse la France » s’affiche en grandes lettres sanglantes. Comme un ado, Abd al Malik  fait la nique à ses origines catholiques avec la jouissance qu’on lui devine.

L’ouvrage autobiographique d’Abd al Malik était paru chez Albin Michel en février 2007 qui l’a réédité le 13 novembre 2014 sans doute en prévision des ventes qui devraient suivre la diffusion du film. D’après mes recherches, cet ouvrage n’a jamais figuré dans les listes de meilleures ventes en librairie.

L’envahissement par l’Islam de notre territoire, de nos coutumes et de notre culture incite les chrétiens à réagir en s’affichant à leur tour. Des catholiques et des protestants organisent des processions et des concerts de rue en cette période de l’Avent et bien qu’athée, je ne me sens pas étrangère à ces manifestations qui font partie de la culture de mon pays et je les entends et les regarde avec sympathie alors qu’en d’autres temps, avant l’islamisation de mon pays, mes convictions laïques en auraient été choquées. Je remarque que ces événements religieux dans l’espace public n’excluent personne, que chacun, chacune peut s’y joindre selon son envie. Essayez-donc de vous joindre à des prières musulmanes de rue, vous verrez combien elles sont discriminatoires et exclusives, surtout pour les femmes …

Du 16 au 24 décembre, les quelques Juifs qui vivent encore en France (300 000, 3 000 émigrant chaque année sous des cieux moins antisémites), vont célébrer Hanouka, la fête des lumières au cours de laquelle on allume une bougie chaque soir. Des camions nantis de hanoukiya (chandelier à 7 branches + shamash (veilleuse) circuleront dans l’espace public pour rappeler le rituel. Il ne manquerait plus que ça choque !

Je vous invite à lire cet article de Paul le Poulpe qui écrit tout haut ce que nous sommes nombreux à penser de moins en moins bas.

La Connectrice

Qu’Allah bénisse la France : l’enfumeur Abd al Malik nous vend un islam qui n’existe pas

 

jouerdefluteJe n’écoute habituellement jamais la radio, ni ne regarde la télévision. Je ne supporte plus. Mais ce matin, me dirigeant au volant de ma voiture à Diesel (n’en déplaise à Hidalgo) sur Paris, j’appuie sur le bouton de mon autoradio, pour savoir ce qui se passe. Je tombe sur les Grandes Gueules, animées par Alain Marschall et Olivier Truchot. Les invités sont Gilles-William Goldnadel (cela me donne envie de continuer à écouter), un agriculteur, Didier Giraud et un obscur professeur de sociologie à l’accent marseillais, Serge Dufoulon, dont je me souviens qu’il s’était fait allumer sur Fdesouche, pour son relativisme habituel, notamment sur le racisme musulman à l’encontre des juifs.

http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/audio/rmc-0912-le-grand-oral-des-gg-serge-dufoulon-didier-giraud-gilles-william-goldnadel-et-abd-al-malik-12h-13h-133393.html

Je tombe au moment de ce qu’on appelle « Le Grand Oral », avec comme invité Abd al Malik, qui, hasard, sort son film « Qu’Allah bénisse la France » demain. Je me dis que j’aurais aimé que les auteurs de Riposte Laïque soient invités à la veille de la sortie de leurs livres, mais j’arrête de me faire une planante…

Je remarque qu’Abd al Malik (de son vrai nom Régis Fayette-Mikano) a le coup pour dire ce que les bénêts compassionnels ont envie d’entendre. Il nous utilise dans les premières minutes les mots patrie, nous affirme que la République serait la concordance des différences (ben voyons !), nous fait le coup de la majorité des musulmans qui sont patriotes et qui ont intégré la laïcité, sans oublier la spiritualité, sa maman catholique et les enfants musulmans qui prient ensemble, les extrémistes qui n’ont rien compris au message de paix de l’islam. Il nous parle de Voltaire et de Derrida (quel rapport ?), sans évoquer l’importance du discours de déconstruction du dernier.

Remarquons que personne ne lui demande si on pourrait jouer « Que Jésus bénisse l’Arabie saoudite », à La Mecque, ou bien « que Jésus bénisse l’Algérie » à Alger, ou même dans le 9-3, pour parler djeune. Mais tout le monde boit ses paroles.

Il nous fait aussi le coup du relativisme, pour dire que ce n’est pas parce qu’il y a des extrémistes musulmans que tous les musulmans sont intégristes. Pour appuyer son enfumage, il nous dit que ce n’est pas parce qu’il y a des curés pédophiles que tous les prêtres sont pédophiles. Personne ne lui fait remarquer qu’il défend une religion dont le prophète est pédophile, et que les musulmans sont invités à imiter ce brillant modèle, d’où des mariages forcés avec des gamines de 10 ans. Le pédophile, c’est Mahomet, pas Jésus, garçon !

Il nous fait son numéro de claquettes sur la belle religion d’amour et de tolérance, l’islam prise en otage par des fous. Là encore personne ne lui fait remarquer que ce n’est pas ce qui s’est passé tout au long de l’Histoire, et que les prétendus fous sont de vrais musulmans, appliquant à la lettre les textes sacrés.

Il nous vend l’école républicaine, les citoyens responsables, et là encore, personne ne lui fait remarquer que l’immigration de masse, majoritairement musulmane, empêche justement l’école publique de jouer son rôle d’ascenseur social, et à l’occasion de parler de Charles Martel ou de la Shoah.

Il revendique, pour son film en noir et blanc, un hommage à La Haine, de Mathieu Kassowicz. Personne ne lui fait remarquer que ce film véhicule un message scandaleux, renvoyant dos-à-dos racailles et policiers, comparés à deux bandes rivales.

Il nous fait le coup des cités qui font partie de la France, considérée comme notre mère patrie, qui doit faire davantage pour les plus faibles. Autrement dit, vive la discrimination positive, comme si on n’en crevait pas.

Nous avons droit à l’équipe de France de football de 1998, et naturellement à la diversité, richesse pour tous. Personne ne lui parle de la belle équipe de France de 2010 de ses coreligionnaires Ribery-Anelka…

Naturellement, une petite menace, attention à la stigmatisation, dès que vous évoquez les échecs de l’intégration. Là encore, personne ne lui cite quelques chiffres qui pourraient remettre les pendules à l’heure. Dufoulon boit du petit lait, et se pâme à chaque parole du rappeur.

Là encore, l’invité brandit des menaces voilées quand une petite critique (bien mince) se fait sur les rappeurs : ils ne sont pas hors du monde. Et immédiatement, il évoque l’irresponsabilité des médias et des politiques, quand ils parlent mal d’eux. C’est vrai quoi, ils niquent la France, la baisent et tout le reste, mais il ne faut pas le dire c’est de la stigmatisation, voire du racisme…

Sur la laïcité, c’est le désastre. Tout le monde il a le droit de faire ce qu’il veut, c’est cela la liberté. Le seul problème, ce seraient les extrémistes, et surtout les laïcards. Goldnadel, qu’on a connu plus inspiré, explique qu’il n’est pas plus dérangé par le ramadan mairie de Paris que par la crèche de Vendée ou de Béziers, mais que c’est le deux poids deux mesures qui le gêne.

On évoque le voile à l’université. Abd al Malik nous fait le coup du pays des intelligences, et nous explique qu’il faut les laisser en paix et qu’il y a plus important ! Autrement dit, laissez faire les petites soldates de l’islam… Inch ‘Allah, et cela passe comme une lettre à la poste.

On parle du Grand Remplacement. Il répond qu’on agite les peurs. Le nom de Zemmour est prononcé, c’est l’anathème, il est minoritaire, ce n’est qu’un polémiste qui souffle sur les braises. « Mon film est un outil culturel pour transcender les peurs », ose-t-il.

Il essaie de se moquer de ces campagnards qui n’ont jamais vu de Noirs ni de maghrébins, et qui ont peur quand même. Personne ne lui fait remarquer que c’est justement parce qu’ils voient ce qui se passe dans les périphéries urbaines qu’ils ne veulent pas connaître la même chose dans leur paisible village.

Il se vante de ne vouloir parler qu’aux vrais intellectuels, pour faire du lien. Selon lui, la France est belle dans sa diversité. Les bobos des GG sont babas d’admiration, Dufoulon dit qu’il va demander à ses élèves d’aller voir le film, et que c’est sa liberté d’enseignant. On attend qu’il fasse la promotion de « Un prophète » qui évoque la conversion d’un musulman au catholicisme, ou bien de « La valise ou le cercueil », qui parle de l’histoire de l’Algérie.

Puis, dans la foulée, il nous fait le coup d’Al-Andalous, merveille de la cohabitation religieuse et de la création ! Et dire que cet ignorant de professeur de sociologie islamo-collabo enseigne à l’université !

On l’interroge sur les personnalités politiques. Il nous dit que Taubira est intelligente. Quand on évoque Marine Le Pen, il nous sort sa tirade : « On nourrit la bête, et le jour où la bête va nous croquer on va tous pleurer ». Personne ne le reprend, Goldnadel se tait.

On finit par la solution pour mieux organiser l’islam de France : la connaissance et le savoir. Alléluia !

On vient de passer une demi-heure avec un garçon qui a enfumé tout le monde, a pu sortir des énormités, sans avoir la moindre contradiction. On vient de faire une promotion honteuse à un film dont le titre est une insulte à la France, dans un contexte où l’islam nous a déclaré la guerre, et ne cache plus sa volonté de conquête.

Abd al Malik me fait penser à ces nationalistes allemands qui nous raconteraient que le nazisme n’a rien à voir avec la haine des juifs, ni avec la dictature d’un parti unique, et que ceux qui ont commis ces horreurs ne sont pas de vrais nazis. Il m’évoque ces communistes qui nous feraient croire que leur dogme est compatible avec la démocratie, et que ceux qui envoient les opposants au goulag n’ont rien à voir avec le communisme…

Son discours n’a qu’un but : nous faire accepter l’islam, en nous faisant croire qu’il peut y en avoir un qui soit compatible avec nos lois et notre civilisation. Et on lui déroule le tapis rouge !

Je ne peux m’empêcher de penser à cette phrase de René Marchand : « Quant aux musulmans, dits « modérés », qui osent prétendre que l’islam des « islamistes » n’est pas le véritable islam… Ce sont soit des ignorants (accordons cette excuse à quelques croyants de la base), soit des taupes qui mènent la guerre chez nous et contre nous par la taqiyya. Nos imams, aumôniers, recteurs… dans nos mosquées, nos armées, nos prisons ont le même objectif que les égorgeurs et esclavagistes : le remplacement de nos civilisations par l’islam. Simplement, ils accomplissent leur devoir sacré de djihad par d’autres moyens que leurs frères sous les armes… en attendant que le rapport de force permette, suivant l’exemple de Mahomet à Médine, d’éradiquer la civilisation qui les a accueillis par la terreur et le massacre« .

Je me dis qu’il faudra que je relise un excellent papier paru dans RL, montrant l’incompatibilité du soufisme avec la République…

http://ripostelaique.com/comment-faites-vous-madame-la-senatrice-bariza-khiari-pour-concilier-soufisme-et-republique.html

Je ne peux m’empêcher de penser à Didier Vernet, courageux élu FN de La Baule, qui a quitté la salle quand un jury de bobos a primé ce film de propagande au service de l’islam.

http://ripostelaique.com/la-baule-quallah-benisse-la-france-bravo-a-lelu-fn-qui-a-quitte-la-salle.html

Je me dis en même temps que ce film, malgré toute la promotion dont il est l’objet, fera un bide, tout simplement parce que pour nombre de musulmans et de racailles, l’auteur ne « nique pas assez la France », tandis que nos compatriotes, qui en ont marre de se faire cracher dessus, ne vont pas donner leur argent pour un film qui nous impose Allah.

Il n’y aura donc que quelques bobos des centre-ville qui se déplaceront. Or, même pour BHL et sa pièce « Hôtel d’Europe », également très médiatisée, cela n’a pas suffi pour éviter un bide retentissant… Donc, Allah ne devrait pas bénir la France bien longtemps, n’en déplaise aux bobos des Grandes Gueules.

Et sur ces pensées réconfortantes, j’appuie sur le bouton avant la fin de l’émission, j’en ai assez entendu…

Paul Le Poulpe

der

 

Ilan Halimi. un film d’Alexandre Arcady sur son martyr

Publié le

chanson de Frédéric Lerner en hommage à Ilan Halimi : ça fait mal

L’affaire Ilan Halimi est l’une des plus épouvantables parmi les plus épouvantables.

Je vous la raconte comme elle est douloureusement gravée dans ma mémoire.

Les faits

Ilan Halimi, originaire d’une famille juive modeste était vendeur dans une boutique de téléphones mobiles du côté de la place de la République. IL avait été repéré en janvier 2006 par le « gang des barbares » au seul motif qu’il était juif, par définition « riche » selon un préjugé antisémite millénaire..

Séduit par l’appât  Emma, une jolie fille paumée dressée par le gang -elle séduira plus tard le directeur de la prison dans laquelle elle sera incarcérée-, il tomba dans un traquenard prémédité et fut séquestré dans une cave de banlieue grâce à la complicité du gardien et de nombreuses personnes, une trentaine d’après l’enquête de police.

Le chef du gang, Youssouf Fofana était un personnage haineux qui semait la terreur autour de lui au nom d’Allah. Il exerçait un ascendant impitoyable sur des gens jeunes et moins jeunes, pour la plupart sans éducation ni instruction. Ilan Halimi fut séquestré et torturé pendant 24 jours interminables sans qu’aucune de la trentaine de personnes qui étaient au courant n’interviennent d’une manière ou d’une autre pour mettre fin à ses tortures et le libérer.

Au 24ème jour, Youssouf Fofana cru achever le jeune homme puis jeta son corps mutilé dans le fossé d’une voie ferrée avec l’intention de le brûler. Ilan respirait à peine lorsqu’il fut retrouvé mais il décéda rapidement après son transport à l’hôpital.

Ilan aurait pu être sauvé

Ce crime crapuleux fait d’autant plus mal que nous savons qu’Ilan aurait pu être sauvé si une seule de la trentaine des personnes qui étaient au courant avait appelé la police, les parents ou même les médias.

La peur de Youssouf Fofana n’explique pas tout. Il est toujours possible de passer un coup de fil anonyme ou même de déposer un mot dans une boite aux lettres, surtout quand on a 24 jours pour se décider à le faire.

Bien que les protagonistes n’aient pas été tous musulmans, leur comportement reflète l’islamisation des esprits : haine du juif, cohésion du groupe à l’image de l’oumma islamiya, soumission totale au chef qui détient le savoir divin (Fofana), effacement de l’individu au profit de la protection du groupe, pratique de la violence pour faire valoir ses intérêts, désir de se venger par n’importe quel moyen sur celles et ceux qui sont différents, haine de la France, de ses valeurs et des lois de la République. etc..

Les inculpés

source

  • youssouf fofana
  •  emma l’appât
  • Christophe Martin-Vallet : Christophe Martin-Vallet, dit « Moko », féru d’informatique, aurait suggéré l’idée des rapts et aurait organisé les opérations de séduction des rabatteuses. Il aurait également amené Emma à son rendez-vous avec la victime et l’aurait reconduite une fois la victime capturée19,20. Il est également accusé de viol avec Fofana, par un des « appâts ». Il aurait participé à six tentatives d’enlèvement.
  • Jean-Christophe G. : Jean-Christophe G., « JC », « Zigo », mineur au moment des faits, violent, ce serait lui qui aurait torturé Ilan Halimi, lui aurait écrasé un joint sur le front et lui aurait donné des gifles et des coups de manche à balai. Il fut exclu en classe de quatrième du collège Béranger à Paris, et avait déjà été interpellé pour vol de lecteur MP3 et possession de cannabis. Il aurait acheté quelques provisions (protéines liquides, pailles et ciseaux). Il témoigne : « La victime a sans doute fait du bruit ou gémi, et comme je fumais un joint, j’ai appuyé un court instant ma cigarette au milieu de son front. J’ai ensuite écrasé mon mégot au sol. »[réf. nécessaire]
  • Samir Aït Abdelmalek : Samir Aït Abdelmalek, dit « Smiler », père de trois enfants, déjà condamné pour des affaires de drogue et de vol de voiture, aurait fourni l’appartement de la séquestration à Bagneux, avant qu’Ilan Halimi ne soit séquestré dans la chaufferie de l’immeuble[réf. nécessaire]. Samir est aussi considéré comme le bras droit de Youssouf Fofana qu’il connaissait depuis dix ans. Il aurait fourni l’acide et donné un coup de cutter à la victime. Il était prévu qu’il touche 1 500 euros pour ses prestations. Dans le procès-verbal du 18 février 2006 de son interrogatoire par la brigade criminelle de Paris, Samir Aït Abdelmalek, déclare à propos d’un des actes de torture (destiné à produire une image) : « J’ai sorti la lame de cutter et après qu’il a mangé et bu, j’ai cherché un endroit où lui mettre un coup de cutter pour que ça saigne sans lui faire trop mal. Je ne voulais pas toucher à l’adhésif qui l’empêchait de hurler. Sans prévenir Ilan pour qu’il ne stresse pas, je lui ai mis un coup de cutter sur cinq ou six centimètres sur la joue gauche. Malgré le sparadrap, cela a saigné vite dans sa barbe qui n’avait pas été rasée. » À propos de la mort d’Ilan Halimi sur le bord d’une ligne de chemin de fer, le policier qui interroge le jeune homme poursuit : « À ce moment, m’a-t-il expliqué, Ilan avait réussi à relever son bandage sur les yeux. Du coup, Youssouf avec un couteau lui a mis un coup dans la gorge vers la carotide puis un coup de l’autre côté de la gorge. Ensuite il a essayé de lui couper le bas de la nuque. Puis il lui a mis un coup de couteau dans le flanc. Il avait sûrement dû revenir avec un bidon d’essence car il m’a dit qu’il avait utilisé un bidon pour asperger Ilan avec ce combustible et l’a incendié sur place. À ce moment il m’a dit : ‘Cela a fait une grande flamme et je suis parti.’ »
  • Yahia Touré Kaba : Yahia Touré Kaba, alias « Yaks », analphabète, aurait été geôlier deux semaines et demie. Il aurait coupé les cheveux de la victime et fourni deux autres amis pour sa relève, « Fabrice » et « Baba ». Il a témoigné en expliquant à propos de l’otage : « Il pissait dans une bouteille et faisait caca dans un sac en plastique. »[réf. nécessaire] Il serait impliqué dans une précédente tentative d’enlèvement.
  • Fabrice Polygone : Étudiant en BTS, il aurait été geôlier pendant toute la séquestration, et aurait aussi aidé à couper les cheveux de la victime. Il explique ce qui s’est passé la veille de la mort d’Ilan Halimi : « Dos contre le mur, jambes un peu repliées vers le torse, il était en peignoir. J’ai vu nettement des traces d’éraflure ou de frottement sur le côté gauche de son torse, un peu partout, vers les côtes, le cou, la poitrine. Ça ne saignait pas. »« Nabil, Zigo et moi, on devait le laver avec de l’eau, du gel douche qui se trouvait sur place et des gants de toilette. Je lui ai coupé les cheveux. Zigo et Nabil ont trouvé que ce n’était pas assez court et ils ont essayé de lui raser les cheveux avec un rasoir mécanique à deux lames, noir ou bleu. »
  • Jérôme Ribeiro : Jérôme Ribeiro, alias « Coup de Tête », issu d’une famille de six frères et sœurs, n’avait plus de travail depuis la mi-décembre 2005. Il était manutentionnaire intérimaire. Soupçonné d’avoir participé à l’élaboration du projet d’enlèvement et « Il était plus qu’un geôlier », selon une source judiciaire. Son témoignage aurait permis aux enquêteurs de remonter à d’autres membres du gang. Il a quitté le groupe à la fin du mois de janvier 2006. Des autocollants antisémites et des documents à la gloire des nazis ont été découverts dans l’appartement où il avait vécu. Il déclare : « Il [Fofana] m’a demandé si je voulais me faire beaucoup d’argent, j’ai répondu oui. Il m’a indiqué qu’il suffirait de garder trois jours un homme. »[réf. nécessaire] Il a été impliqué dans une autre tentative d’enlèvement : chargé de brûler un véhicule pour faire diversion, il se brûlera au cou et au visage.
  • Giri Oussivo N’Gazi : Ami de Jérôme, il aurait été geôlier.
  • Francis Oussivo N’Gazi : Francis N’Gazi aurait lui aussi été geôlier, et aurait fourni son appartement pour les réunions de groupe. Il est voisin de l’appartement des Fofana. Il aurait également fourni d’autres « filles-appâts » à Youssouf Fofana dans une autre affaire.
  • Nabil Moustafa : Nabil Moustafa, alias « Bilna », livreur de pizzas et footballeur, aurait été geôlier et aurait amené Cédric dans le groupe. Il témoigne : « Lorsque j’ai soulevé sa couverture, j’ai vu des taches de sang sur son pyjama avec des trous, au niveau des jambes et du ventre. Quand on l’a déshabillé, j’ai vu des plaques rouges sur son ventre (…), ça ressemblait un peu à des brûlures. »[réf. nécessaire] « On a dit qu’on en avait assez. Le boss a réfléchi et il a décidé qu’il n’y avait plus que ce soir-là, que l’autre devait dégager. »[réf. nécessaire] Il serait également impliqué dans une autre tentative d’enlèvement.
  • Cédric Birot Saint-Yves : Cédric Birot Saint-Yves, alias « Babas », ami de Nabil, aurait été geôlier. Il déclare : « Dès le premier jour, j’ai pu constater que l’otage présentait des traces de brûlure par mégots au niveau des côtes et du dos. » Les coups auraient débuté après un premier échec de remise de rançon. « Tous les quatre, Nabil, Yahia, Jérôme et moi, nous lui avons mis des tartes quand il gémissait pour avoir des cigarettes (…) Il m’est arrivé aussi de lui mettre de petits coups de balai sur les jambes, cuisses ou mollets. » Il est mis en examen pour séquestration, actes de torture et de barbarie. Le 5 janvier 2009, il est condamné par le tribunal deCréteil à cinq mois de détention ferme pour avoir utilisé un téléphone portable dans l’enceinte de la prison de Fresnes (Val-de-Marne) où il était incarcéré. Sa sœur cadette s’est vu infliger une peine de deux mois avec sursis pour lui avoir fait passer la puce électronique.
  • Gilles Serrurier : Âgé de 39 ans au moment des faits, il était le gardien de l’immeuble où fut séquestré Ilan Halimi. Il aurait prêté à ses bourreaux l’appartement, ou du moins la chaufferie où ils l’ont torturé. Ancien enfant de la DDASS, endetté par un divorce selon un locataire21, père de deux enfants, il aurait notamment remis les clefs de la chaufferie à Samir. Il est incarcéré pour « complicité de séquestration en bande organisée ».
  • Jean-Christophe Soumbou : Jean-Christophe Soumbou, alias « Marc », alias « Crim », alias « Craps » : ancien codétenu de Youssouf Fofana, il fait un séjour à la prison de Nanterre, où il était incarcéré pour vol avec violence. De corpulence musclée, il se rendra le 10 avril 2006 sous la pression exercée par la police sur son entourage. Il reconnaît avoir recruté deux hommes de main et fourni la voiture utilisée pour enlever la victime. Refusant de dévoiler le nom de ses deux complices, au motif que cela le mettrait en danger lui et sa famille, ceux-ci ne seront pas arrêtés. Il a été placé en garde à vue après sa déposition. Il est également impliqué dans d’autres tentatives d’enlèvement.
  • Franco Louise : Franco Louise22, ancien champion de France de boxe thaïlandaise à 23 ans. Il n’est pas poursuivi dans l’affaire Halimi à proprement parler.
  • Almane Diallo : Almane Diallo ou Alhassane, prêteur sur gages, soupçonné d’avoir pu servir d’intermédiaire dans le cas où une remise d’argent aurait été organisée. Il a été une des premières personnes arrêtées et mises en détention provisoire dans l’affaire.
  • Jérémy Pastisson : Il aurait participé à plusieurs tentatives d’enlèvement — dont une échouera grâce à l’intervention des voisins : le 5 janvier 2006, Mickael Douïeb est menotté et attaqué à coups de barre de fer, et insulté parce que juif. Son véhicule aurait servi à transporter Ilan Halimi.
  • Yassin N. : Il serait un homme de main recruté par Jean-Christophe Soumbou. Il s’est rendu à la police le 11 avril 2006 mais a été remis en liberté : il n’aurait pas participé au meurtre, ni au rapt d’Ilan Halimi.
  • Tiffenn Gouret : Elle aurait fourni des appâts à Fofana, qu’elle admire. C’est aussi l’ex-petite amie de Jean-Christophe G., et une amie d’Emma, qu’elle mettra en contact avec Fofana et qu’elle coachera pour son rôle d’appât. Elle recueille les confessions d’Emma (Yalda) après que cette dernière a attiré Ilan Halimi dans le guet-apens. Elle déclare : « j’ai fait ça pour rendre service » [à Youssouf Fofana]. Lors d’une autre tentative d’enlèvement, elle fournira directement les coordonnées et les habitudes d’un de ses camarades. Après l’enlèvement, elle conseillera à Emma de se teindre les cheveux. Elle lui répète que « ce n’est pas grave ».
  • Audrey Lorleach : Audrey Lorleach, dite « Léa » ou « Natacha », aurait servi auparavant d’« appât ». Jeune étudiante en assistance médicale, elle est la petite amie clandestine de Jérôme Ribeiro. À la recherche d’un plan pour gagner de l’argent, ce dernier la présente à Fofana, qui la recrute pour servir d’appât. Ses deux tentatives pour aguicher des jeunes hommes n’aboutissent pas, et Fofana, non sans avoir insisté, abandonnera l’idée de recourir à ses services. Mise au courant de l’enlèvement d’Ilan Halimi par son ami Jérôme, elle ne se signale à la police que deux jours après l’annonce de la mort du jeune homme. Elle est très amie avec Murielle, qui l’a poussée à se dénoncer. Elle a retrouvé la liberté après neuf mois de détention provisoire.
  • Sabrina Fontaine : Elle serait impliquée dans une tentative d’enlèvement ayant eu lieu en octobre 2005. Elle est interpellée peu après le passage d’un véhicule de police qui met la tentative d’enlèvement en échec.
  • Ruth : Présentée par Tiffen à Fofana, et âgée de 15 ans au moment des faits supposés, elle aurait aussi servi d’appât ; avec l’argent versé par Fofana (80 euros) pour avoir obtenu un numéro de téléphone, elle se serait acheté des bottes.
  • Sarah : Elle aussi aurait servi d’appât et aurait tenté (en vain) de séduire une proie rencontrée par Alexandra au Queen.

Autres personnes impliquées

  • Alcino Ribeiro : Père de Jérome Ribeiro, ce maçon de 52 ans, et sa belle-mère, sont accusés par sa copine Leila, de les avoir dissuadés de parler, en leur conseillant de faire profil bas. Alcino Ribeiro a comparu libre au procès. Le procureur a requis une peine ferme symbolique à son encontre, « parce que c’est le seul adulte qui avait une autorité, qui savait, mais qui n’a rien dit ».[réf. nécessaire]
  • Christine G. : Gardienne d’immeuble, c’est la compagne d’Alcino Ribeiro. Elle est aussi accusée de n’avoir pas dénoncé les faits.
  • Murielle Izouard : Amie d’Audrey, elle ne semble pas faire partie des opérations mais a été inculpée de « non-dénonciation de crime ». Elle s’est indignée des aveux de son amie et lorsqu’elle a reconnu le portrait-robot d’Audrey dans les journaux, elle l’a immédiatement alertée. « Je n’ai rien dit, car je n’y croyais pas. » En revanche, elle a poussé Audrey à se dénoncer. Admissible à l’écrit au concours de gardien de la paix, elle n’a pas pu passer l’oral, ayant été mise en examen pendant cette période. Incarcérée provisoirement, le juge des libertés a ordonné sa libération.
  • Leila Appolinaire : Petite amie régulière de Jérôme Ribeiro, elle fut mise au courant des faits, mais les parents de Jérôme l’auraient dissuadée de les dénoncer pour que Jérôme ne soit pas le seul à porter le chapeau.
  • Alexandra Sissilia : Elle aurait servi d’appât précédemment et a déclaré avoir été violée par Youssouf Fofana, Christophe Martin et Jérôme Ribeiro — une instruction sur cette agression a été ouverte par le parquet de Paris en mai 2006 et sera conclue par un non-lieu. Elle aurait été impliquée dans une autre tentative d’enlèvement, sur Michael D., le 6 janvier 2006, qui aurait échoué grâce à des passants. Elle n’aurait plus agi pour le groupe à partir de cette date. Elle a également été mise en détention provisoire.
  • Isabelle Mensah : Isabelle Mensah, confidente de Yalda, âgée de 18 ans au moment des faits, et dans le même lycée que Tiffen, était au courant des faits mais ne les a pas dénoncés. Elle témoigne : « Pour moi, c’est un truc de malade. J’y ai cru, mais je ne réalisais pas23. »

Procès en première instance

Le procès s’ouvre le 29 avril 2009 et dès la première audience, Youssouf Fofana se livre à des provocations. Il arrive tout sourire et lance, le doigt en l’air, un « Allah vaincra ». Lorsqu’on lui demande son identité et sa date de naissance, il répond « arabe africain islamiste salafiste » et donne le 13 février 2006 à Sainte-Geneviève-des-Bois, date et lieu de la mort de sa victime Ilan Halimi. Le procès est tenu selon les règles de publicité restreinte24, car certains des accusés étaient mineurs au moment des faits25.

Youssouf Fofana est condamné le 11 juillet 2009 à la peine maximale en droit français pour ce crime, soit la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de vingt-deux ans. Il décide de faire appel de cette condamnation mais se rétracte finalement peu après, cette condamnation a perpétuité devenant définitive26. Les autres verdicts vont de 18 ans de prison ferme à l’acquittement.

À la demande de Michèle Alliot-Mariegarde des Sceaux, le parquet a fait appel pour les condamnations inférieures aux réquisitions de l’avocat général27 soit 14 sur 27.

Nom Réquisitoire (1er juillet 2009) Verdict28 (11 juillet 2009) Après le premier procès
Verdict par accusé 
Youssouf Fofana Perpétuité + 22 ans sûreté Perpétuité + 22 ans sûreté Décision définitive
Samir Aït Abdelmalek 20 ans ferme 15 ans de prison Appel du parquet
Jean Christophe Soumbou 20 ans ferme 18 ans de prison Appel du parquet
Jean Christophe G.29. 15 ans ferme30 15 ans de prison Décision définitive
Emma (Yalda)31 10 – 12 ans ferme32 9 ans de prison Appel du parquet
Cédric Birot Saint-Yves 12 ans ferme 11 ans de prison Appel du parquet
Fabrice Polygone 12 ans ferme 11 ans de prison Appel du parquet
Yayia Touré Kaba 12 ans ferme 11 ans de prison Appel du parquet
Nabil Moustafa 13 ans ferme 13 ans de prison Décision définitive
Tifenn Gourret 10 ans ferme 9 ans de prison Appel du parquet
Franco Louise 8-10 ans ferme 5 ans de prison Appel du parquet
Christophe Martin-Vallet 8-10 ans ferme 10 ans de prison Décision définitive
Francis Oussivo N’Gazi 6-8 ans ferme 7 ans de prison Décision définitive
Guiri Oussivo N’Gazi 5-7 ans ferme 6 ans de prison Décision définitive
Jérémy Pastisson 5-7 ans ferme 3 ans de prison Appel du parquet
Jérôme Ribeiro 12 ans ferme33 10 ans de prison Appel du parquet
Gilles Serrurier 10 ans ferme 9 ans de prison Appel du parquet
Alexandra Sisilia 8-10 ans ferme 8 ans de prison Décision définitive
Alhassane D 5 ans sursis Acquitté Appel du parquet
Kamel F. 5 ans avec sursis Acquitté Décision définitive
Alcino Ribeiro 1 an ferme 8 mois de prison Appel du parquet
Audrey Lorleach 3 ans dont 28 mois de sursis 2 ans de prison, dont 16 mois avec sursis Appel du parquet
Muriel Izouard rien Acquittée Décision définitive
Leila Appolinaire Acquittée 6 mois de prison avec sursis, avec effacement du casier judiciaire Décision définitive
Christine G. 1 an de sursis 6 mois de prison avec sursis Décision définitive
Isabelle Mensah 18 mois sursis 6 mois de prison avec sursis Décision définitive
Sabrina Fontaine 5 ans ferme 3 ans de prison Appel du parquet

Pourquoi associer les Juifs à l’argent ? un peu d’histoire

Depuis les débuts du christianisme et parce que Judas aurait vendu Jésus pour trente deniers, les israélites ont été accusés d’aimer l’argent et d’être prêts à tout pour en gagner. Afin de ne pas trahir le dogme chrétien qui considérait l’usure comme un péché, les rois vont confier leurs finances aux Juifs. Dès le XVIIIème siècle, dans certains pays comme la Pologne, l’Espagne et l’Italie, les Juifs disposaient d’un statut discriminatoire les cantonnant par décret à l’exercice de certaines professions haïes par le peuple telles usurier, prêteur sur gages, intendant des terres des seigneurs où trimaient de pauvres paysans et trésorier des rois.Ce mythe sera entretenu dans la littérature par Jules Verne, Zola et Shakespeare (le Marchand de Venise)

L’islam qui naît après le Judaïsme et 600 ans après le Christianisme va s’inspirer de ses dogmes, notamment en proscrivant l’usure  et en prônant la haine du juif . La  loi islamique, la charia. va interdire l’usure, Comme les chefs chrétiens, les chefs musulmans  laisseront le « sale boulot » de l’argent aux Juifs. C’est tout l’art de la finance islamique (1) qui est enseignée dans les universités françaises et appliquée dans nos banques avec l’introduction de « charia boards ». la finance islamique prétendue propre et licite s’oppose au capitalisme juif spéculatif et malhonnête.

Le contact social et les transactions économiques entretenus entre juifs et non juifs à travers l’histoire, ont crée une image stéréotypée présentant les juifscomme étant hypocrites,menteurs,lâches,opportunistes,cupides ,usuriersmercantiles et surtout avares
Les juifs sont ainsi décrits dans la littérature. Par exemple, dans la comédie

LLAAvvaarreeoouullÉÉccoolleedduuMMeennssoonnggede Molière,Harpagony figure comme un juif avare, tyran domestique, et égoïste.

Dans Le Marchand de Venise deShakespeare, pour rendreservice à son ami Bassanio, Antonio emprunte de l’argent à l’usurier  Shylock  (le juif). Certain de pouvoir le rembourser, il signe un contrat où il autorise à son créancier à lui prélever une livre de chair en cas de défaut de paiement.Dans

Mon Combat ‘Mein Kampf’ 
, Hitler présente les juifs sous l’image desindividus qui ne contribuent guère dans la production des biens. Pour lui, ilsne sont que des pique-assiettes puisqu’ils ne sont que des revendeurs, doncusuriers, dépendants des autres et par conséquent vivant au dépens des autres.
Certains éthnologues soulignent qu’à travers l’image populaire des juifs, onretrouve la perception de l’ « autre« , de l’ « étranger 
 On donne comme stéréotype « les juifs ne travaillent pas; ils font du commerce

Au XIXème siècle le capitalisme a favorisé l’apparition de riches banquiers dont les Rothschild qui demeurent le symbole de la richesse de tous les Juifs, même quand ils sont modestes ou pauvres.

 

 Le film

(1) finance islamique

 

  • La finance islamique https://laconnectrice.wordpress.com/2011/06/27/religion-et-economie-imperialisme-arabo-musulman/

Elle est à l’honneur en France depuis que Christine Lagarde a annoncé publiquement son intention de la mettre en pratique dans notre économie avec le soutien des universités de Lille et Strasbourg qui ont déjà ouvert des cursus de financement islamique, et l’ouverture en novembre de celui de l’université Paris Dauphine. Elle a même invité le gouvernement et les banques à se mettre en accord avec les règles de financement islamique afin d’attirer les pétrodollars en France. La BNP, de son côté, annonce qu’elle a déjà intégré les pratiques de la finance islamique depuis une vingtaine d’années.
En octobre 2009 s’est tenue à Paris la 3ème Edition de The Islamic Finance Summit sous l’égide de l’association Europlace créée, en principe, pour contribuer au développement de la bourse de Paris. Celle-ci a déjà signé 3 MOU (Memorandum of understanding) avec les principales institutions de réglementation de la finance islamique.
De plus, le parlement vient de voter la validation du sukuk, version musulmane de nos obligations.

Outil spécifique de diffusion des valeurs musulmanes, la finance islamique bénéficie donc d’un engouement et d’un soutien incontestables de la part des pouvoirs publics. Soutien étonnant lorsque l’on examine un peu sérieusement ses soi-disant « avantages ».

Définissons-la brièvement : c’est une finance qui n’investirait que dans des activités compatibles avec la charia et les valeurs islamiques, (ce qui nécessite la présence au sein des institutions financières des Shariah boards, ces comités d’éthique islamique composés de « savants » en religion) qui ne pratiquerait pas l’usure (le taux d’intérêt), interdirait la titrisation plus d’une fois et serait donc plus transparente, moins risquée aussi puisque le débiteur qui ne pourrait rembourser ne se verrait pas dépouillé de ses biens et les prêts seraient nécessairement adossés à des éléments d’économie réelle.

Concernant ses activités Shariah compliant, notons que si l’on ne connaît pas de fonds musulman finançant de la fabrication d’alcool ou des élevages de porcs, en revanche les « savants » sont divisés sur certaines activités comme les produits de beauté et pour certaines autres, des accommodements semblent possibles;  on l’a vu pour les hôtels ou les jeux d’argent. Et d’une manière plus globale, si l’on sent une montée de revendications d’éthique dans le fonctionnement des banques (voir le rapport annuel de la FNBF, fédération nationale des banques françaises de 2008 en traite longuement), celles-ci ne passent donc nullement par la nécessité d’adopter les règles de la finance islamique.

L’absence de taux d’intérêt est une escroquerie pure et simple, une fiction : lorsqu’on vous prête de l’argent, comme ce prêt est censé toujours financer l’économie réelle, votre prêteur achète le bien que vous convoitez et vous le revend par mensualités avec un bénéfice, qui effectivement ne s’appelle pas « taux d’intérêt » mais cela revient exactement au même.

Concernant le fait que l’emprunteur ne serait pas forcé de rembourser la banque s’il n’en a pas les moyens ou s’il perd le bien pour lequel il a contracté un prêt (par exemple, il est prétendu que votre maison ne sera pas saisie si vous ne pouvez plus payer vos traites), lorsque l’on interroge précisément des spécialistes de la finance islamique comme Elyes Jouini la réponse est invariablement que les savants « étudieraient la question », que« chaque cas devrait être examiné en particulier ». Le moins que l’on puisse dire est que cette règle obscure a très peu de chances d’être appliquée.

Que cette finance soit plus sûre parce que adossée à l’économie réelle, en interdisant la titrisation au-delà d’une fois( titrisation  jugée responsable de la crise subprimes), est formellement contredit par les pertes subies par les pays arabes au cours de la crise financière entre 2008 et 2009. Les monarchies du golfe qui sont garantes à travers leurs institutions des règles de la finance islamique, ont perdu des milliards de dollars dans des placements qui n’avaient rien d’éthique, comme leur participation dans la Citibank. Les fonds souverains du Golfe avaient perdu 800 milliards de dollars entre fin 2008 et le premier trimestre 2009. (Source McKinsey Global Institute, Financial News). Et le montant des pertes n’est  qu’une estimation de l’ONU, car ces fonds souverains ne révèlent jamais le montant exact de leurs avoirs ni celui de leurs pertes, ce qui est, d’ailleurs , contradictoire avec l’assertion généralisée d’une véritable transparence de la finance islamique.

Personne n’est vraiment inquiet à long terme pour ces producteurs de pétrole compte tenu de la nouvelle envolée des prix du baril, mais cette crise a révélé que les avantages supposés de la finance islamique étaient parfaitement illusoires, aussi peut-on s’étonner et s’irriter de ce que nos gouvernants continuent à nous la vendre comme plus sûre parce que plus éthique par opposition aux finances non islamiques qui seraient responsables de la crise pour absence d’éthique…

En réalité tout cela cache une réalité bien plus triviale : l’adhésion à la finance islamique est le prix à payer pour que Paris supplante la City en tant que place boursière.

Tous les arguments sont bons pour attirer les capitaux arabo-musulmans.
La finance islamique permettrait  de répondre à la demande d’un marché de 5 millions de musulmans en France avec l’ouverture d’un nombre potentiel de 20 000 à 300 000 comptes bancaires .

Il s’agit bien sûr d’une estimation puisque les statistiques ethniques et confessionnelles sont interdites depuis 1872. Cette estimation (chiffres INED, CNUCED, OCDE et Wikipedia) qui monte à 6 millions pour une population totale de 64 M ferait de la communauté musulmane de France la plus importante parmi les pays d’origine chrétienne. Mais ils sont loin d’être tous potentiellement concernés par ces ouvertures de comptes dans des banques pratiquant la finance islamique. Si on en exclut toutes les personnes que leur pauvreté ou la charia rejette, comme les femmes ou les homosexuels, et compte tenu que selon le rapport Machelon, il n’y aurait pas plus de 1 200 000 musulmans vraiment pratiquants, il ne reste plus beaucoup de clients potentiels pour les banques Shariah compliant. Le marché de 5 à 6 millions de musulmans vivant en France est pure imagination.

Concrètement, les nouvelles dispositions gouvernementales concernent uniquement les banques d’investissement et non les banques de détail, celles qui intéresseraient la majorité des Musulmans de France. Il apparaît de toute évidence que le chiffre avancé de 5 millions de musulmans concernés par la finance islamique  est un grossier mensonge destiné à justifier l’introduction de Shariah boards, c’est-à-dire de comités de savants experts en religion, dans les banques et les institutions de notre République laïque.

Dans le même ordre d’idées on nous annonce que le développement de la finance islamique attirerait 113 milliards d’euros d’investissements étrangers. C’est une belle somme mais ce n’est qu’une estimation, et Elyes Jouini qui la donne ne précise pas que, pour atteindre cet objectif, il faudrait rivaliser avec Londres, le Maghreb, les Etats-Unis et tous les autres pays qui sont prêts à prier 5 fois par jour en direction de la Mecque afin que le Seigneur déverse sur leur tête la manne des pétrodollars.

Autrement dit, nos dirigeants nous contraignent à revoir nos lois et nos règlements, à passer sur nos us et coutumes, à oublier notre philosophie et entamer nos libertés pour nous sauver d’une crise dont ils prétendent, dans le même temps, que nous nous en sommes bien tirés et que, grâce à leur éthique, nos banques n’ont pas sombré. L’argument est d’autant plus infondé que la France attire toujours les capitaux étrangers puisqu’elle se situe en deuxième position, après les Etats-Unis pour les IDE (Investissements directs étrangers). Que signifie alors le chiffre avancé de 113 milliards d’euros qui serait généré grâce à l’introduction de la charia dans nos banques ? Les pays du Golfe semblent plus intéressés par des « investissements immobiliers plus que productifs », a reconnu Christine Lagarde, qui a cependant fait état d’une « prise de conscience » actuelle dans ces pays des « opportunités offertes par la France« . Bref, un chiffre qui semble hautement fantaisiste.

La première tentative française de fonds islamique, lancée en 2008 à la Réunion par une filiale de la Société Générale, s’est soldée par un échec : il a fermé en avril 2009, faute de dégager un rendement suffisant, après avoir collecté 15 millions d’euros de dépôts.

Malgré des rumeurs, il n’y a pas eu non plus pour l’instant d’annonce d’émission de « sukuk »ces obligations conformes à la finance islamique par une entreprise française, pas plus à l’étranger qu’en France.
Enfin,  l’absence de finance islamique n’a jusqu’ici jamais constitué un frein aux échanges des pays arabes avec l’Europe et l’Amérique, les échanges interarabes représentant moins de 9% de leurs échanges globaux, préférant selon leurs affinités politiques, les USA et la Grande Bretagne pour les pays du Moyen Orient, l’Europe pour les pays du Maghreb. Par ailleurs, quelques  1200 milliards de dollars de capitaux arabes sont entreposés au niveau des banques se trouvant à l’étranger.
%d blogueurs aiment cette page :