Flux RSS

Archives de Catégorie: cinéma

La Traversée. Film de propagande macroniste financé par nos impôts

Publié le

J’ai regardé ce soir sur TV5 le film de Romain Goupil et Daniel Cohn-Bendit déjà présenté au festival de Cannes 2018 et acheté par la télévision publique pour lui assurer une audience qu’il n’aura jamais dans les salles commerciales mais fera la joie des admirateurs de Macron Emmanuel, de ses amis et de ses soutiens. Alors que notre président nous annonce que la lutte contre les « fake news » est ouverte, la Traversée est un « fake » documentaire qui détourne l’argent public afin de nous soummettre à la servitude involontaire.

Je dois dire que j’ai eu beaucoup de mal à regarder attentivement ce navet nombriliste et propagandiste à la gloire de ses auteurs, du président Macron et du politiquement correct de l’époque actuelle. Sur le plan technique le film est lent, son scénario décousu, il se veut documentaire mais tronque les témoignages et opinions quand ils ne vont pas dans le sens de Cohn-Bendit et Goupil qui cherchent à conforter leur opinion, démontrer que leurs interlocuteurs ont tort ou raison selon leur conviction personnelle.  A ce titre l’interview de Macron est coupé au moment où il explique ce qu’il fera des migrants une fois qu’ils seront triés…

D’autre part, ce film est une histoire de bons copains qui font de la téléréalité en se filmant abondamment eux-mêmes et en nous exposant leurs états d’âme qui sont d’une banalité effarante et sans autre intérêt que la satisfaction de leur narcissisme. Il faudrait être amoureuse ou amoureux de Romain et Dany pour se réjouir de l’omniprésence de ces vieux beaux qui ont largement 50 ans de plus que leurs prouesses soixantehuitardes. Ah oui, mai 68, c’est le sujet de ce film.

Si tous les documentaires sur mai 68 nous montrent des hordes de jeunes gens luttant « courageusement » contre les CRS/SS, peu d’images nous montrent des femmes pour la bonne raison que narguer les flics n’était pas leur préoccupation centrale et que montrer des images de ‘tricoteuses » n’a jamais intéressé les médias. Dans « la traversée » peu de femmes sont interrogées à l’exception d’une voilée et de sa copine non voilée et très jolie dont les explications fascinent Dany-le-rouge. L’autre femme longuement choyée par le « révolutionnaire » est une femme noire militante de Europe-Ecologie, son parti à lui.

Dans ce film de propagande, le politiquement correct de la saison (qui dure !) c’est : vive le mariage pour tous et les gays ; le souverainisme c’est mal ; les militants du diabolique Front national (les copains se font peur en se rendant au rendez-vous) sont majoritairement des flics et des chasseurs ; l’islam est une religion de paix et d’amour, les terroristes sont des malades mentaux, de faux musulmans ; il est injuste de stigmatiser les musulmanes qui portent le voile ; les jeunes des cités sont victimes de racisme et c’est la cause de leur chômage et de leur délinquance et criminalité ; la France « moisie » est raciste ; les français ont un devoir de solidarité vis-à-vis des migrants et les barbelés du mur de la honte de Calais sont un déni des valeurs républicaines ; bravo aux éleveurs qui se sont débarrassés des quotas laitiers pour exploiter librement de pauvres vaches holstein qui peuvent à peine marcher tant leurs mamelles sont hypertrophiées ; etc.

Le but avoué du film était de montrer l’évolution des idées de mai 68 et, en effet, il nous montre la récupération et le détournement des bonnes idées de cette révolution culturelle.

J’ai été passagère de mai 68, participante libre et indépendante et j’ai trouvé que nombre d’idées étaient en effet révolutionnaires, en particulier toute celles qui concernaient l’émancipation des femmes. Nous avons trop gagné en libertés pour que ça dure et la Macronie rêve de nous enterrer, notamment en ne tenant pas la promesse d’un ministère des droits des femmes.

Avant mai 68, les autorités ne cherchaient pas à comprendre les causes des comportements déviants mais aujourd’hui l’excès inverse prévaut, toutes les excuses sont bonnes pour permettre aux délinquants et criminels de poursuivre leurs méfaits.

Avant, nos comportements étaient soumis à la morale catholique. Aujourd’hui, par « souci d’apaisement » nous sommes soumis et surtout soumises à la charia.

Avant, beaucoup de français étaient profondément racistes et antisémites. Aujourd’hui nous devons respecter le racisme et le sexisme des musulmans et l’antisémitisme a repris du poil de la sale bête.

Avant, les enfants n’avaient pas leur mot à dire. Aujourd’hui les adultes ne doivent pas encadrer les enfants qui font la loi et commettent délits et crimes dès l’âge de 11 ans.

Les situationnistes avaient dénoncé les manipulations de la réclame. Aujourd’hui la publicité est un art qui a tous les droits : manipulation, conditionnement, images subliminales, mensonges, tromperies sur la marchandise, confusion des valeurs, utilisation de la science psychologique et sémiologiques pour faire prendre aux gogos des vessies pour des lanternes.

Ce n’est pas tout mais établir la liste des dérives et détournements des bonnes idées de mai 68 est trop déprimant. Je m’arrête là.

La Connectrice fatiguée par les manipulations officielles et la passivité de ses compatriotes

 

« Les passantes » de Georges Brassens. Mise en images discutable

Publié le

La chanson « les passantes » aurait du s’intituler « les voyeurs ».  Georges Brassens la chantait en 1972. C’est la vision d’un macho sur les femmes « je les aime toutes », une perception qui n’a pas changé depuis 45 ans bien que l’objet de ce voyeurisme , nous les femmes, ait beaucoup évolué. La preuve sinistre est ce témoignage d’une professeure https://www.huffingtonpost.fr/anouk-f/ce-quevoque-le-mot-femmes-a-mes-eleves-de-primaire-lorsque-je-lecris-au-tableau_a_23378202/. Il y a de quoi pleurer de rage et de désespoir.

A la décharge, si je puis dire, de Brassens, il n’a pas écrit les paroles qui sont de Antoine Pol. Il a tout de même choisi le poème, en a composé la musique et a interprété. Le poème original a été écrit en 1911 alors que l’auteur était âgé de 23 ans et élève ingénieur à l’Ecole Centrale, une époque où les seules femmes « accessibles » étaient les prostituées. Les relations femmes/hommes étaient alors lourdement chargées de fantasmes. Quand 60 ans plus tard Brassens s’empare de ces fantasmes pour les mettre en chanson, les femmes avaient beaucoup changé mais le regard que leur portaient les hommes demeurait le même…comme de nos jours.

Ce clip mis en images par une jeune photographe belge de 24 ans est une interprétation féminine, sans doute féministe, d’une vision masculine et masculiniste. J’avoue ne pas vraiment apprécier, particulièrement au début et à la fin les représentations stylisées de vulves comme si pour faire la nique aux hommes obsédés par leur pénis (Jeff Koons) nous devrions exposer notre vulve. Et d’ailleurs, quitte à représenter le pendant, c’est le clitoris qu’on devrait montrer.

Résultat de recherche d'images pour "représentation clitoris"

http://sexlogue.blogspot.fr/2018/01/were-just-starting-to-talk-about-it.html

Je n’aime pas plus les déhanchements réservés aux femmes âgées et obèses cherchant à prouver que toutes les femmes sont belles qu’elle que soit leur état, avec des seins pendants et de la cellulite. Nous aurons beau dire et faire, femmes ou hommes nous préférons regarder des fleurs fraîches plutôt que des fleurs fanées de même que nous apprécions plus les roses parfumées que l’arum titan à l’odeur nauséabonde.

Description de cette image, également commentée ci-après

Le fait est incontournable que nous soyons conditionnées par notre culture ou prédisposées par nos gênes, nos critères du beau sont sensiblement les mêmes dans toutes les civilisations. Qui au monde ne prise pas la fraîcheur de la jeunesse ? L’objet des divergences d’appréciation n’est pas le corps lui-même mais la manière dont on le pare et le sens donné aux transformations qu’on lui inflige.

Une image ne rend que l’apparence physique de la personne et la vision de la photographe. Une personne, jeune ou vieille, valide ou invalide, grosse ou maigre, entière ou amputée n’est pas que son apparence. Une personne est une planète à elle seule renfermant autant de laideurs et de beautés qu’un monde puisse contenir. Ma chienne dont les sens ne sont pas bridés, frétille devant toutes les bonnes personnes quelle que soit leur apparence, physique, ce qui facilite la communication.

le n° 3

Au début des années 70, nous femmes du Mouvement de libération des femmes, avions un peu plus d’imagination que la jeune Charlotte Abramow pour représenter notre vulve …tout en pudeur…Parfois je trouve que les jeunes féministes contemporaines manquent de culture féministe et qu’elles s’inscrivent plus dans la contemporanéité superficielle, égocentrique et narcissique que dans l’histoire du féminisme.

La Connectrice, féministe historique

PS Adolescente j’étais fan de Georges Brassens et je chantais « Elle est à toi cette chanson » en m’accompagnant à la guitare. Je chantonne encore certaines de ses chansons …Mais c’était un gros macho. Nobody’s perfect 😉

Brassens était amateur créateur de chansons paillardes (cochonnes, obscènes, pornos…l’objet étant toujours la femme) http://www.paillardes.com/index.php?page=1&limitbot=0&limittop=50&requete=Brassens&param1=resultat.php&entete=A02-Brassens.php

 

Quelle belle idée de mettre en image d’anciennes chansons très connues qui sont toutes dans nos mémoires. Barbara, Nougaro, Brel, Aznavour, Ferré… certains de leurs plus beaux titres n’avaient pas de clips, que de vieilles images usées en noir et blanc, ou quelques moments qui crépitent lors de leur passage sur scène. L’agence Havas s’est unie avec Universal pour offrir de toute nouvelles vidéos à ces artistes aimés par de jeunes cinéastes. Et pour ouvrir cette session, le premier clip est celui des  « Passantes », poème écrit par Antoine Pol et chanté par Georges Brassens en 1972. C’est la toute jeune Charlotte Abramow, réalisatrice et photographe de 24 ans qui propose sa vision de cette délicieuse ode aux femmes. « Je veux dédier ce poèmes à toutes les femmes qu’on aime… », entonne le Sétois à la guitare. Et en image c’est une douceur où les femmes, toutes femmes, jeunes, vieilles, grosses, émues, rigolardes… se succèdent dans des tableaux très tendres. Un bel hommage à toutes ces héroïnes du quotidien. Une chanson à réécouter à l’envie pour se faire du bien au cœur et un clip à regarder pour faire plaisir au regard.

http://www.elle.fr/Love-Sexe/News/Les-Passantes-Brassens-et-les-femmes-superbement-mis-en-image-par-Charlotte-Abramow-3647195

Sexisme confirmé dans la fiction française

Quand le cinéma met en scène les corps féminins

https://lespulpeuses.com/tag/role-de-la-femme/

Je ne regarde pratiquement jamais la fiction française qui m’ennuie profondément par son absence de rythme, la mauvaise qualité des scénarii et des comédiens ainsi que la part congrue des rôles dévolus aux femmes. Comment plonger dans une fiction quand on ne peut s’identifier à aucun de ses personnages ?

Une étude de l’ADAMI, association de défense des droits des artistes interprètes, confirme le constat que je fais moi-même, tout au moins sur le plan quantitatif :

  • 37% de comédiennes contre 63% de comédiens.
  • Casting type d’une oeuvre audiovisuelle distribuée sur la télévision française 4.6 % de femmes contre 6.3% d’hommes
  • Part des rôles féminins par gendre d’oeuvre longs métrages 34% courts métrages 41% fiction TV 43%
  • 80% des rôles féminins sont concentrés sur la tranche d’âge 25-40 ans

Sur le plan qualitatif les rôles féminins sont à l’image des clichés sexistes en vigueur dans notre société. Je ne connais aucun personnage de fiction féminin qui ne soit pas un accessoire des besoins, désirs et ambition des hommes même quand le personnage principal est supposé être une « femme de loi », une « femme flic », une « mante » ou une « soeur ».

Pourquoi le milieu artistique serait-il différent du milieu politique ou industriel ? Certes on eut pu croire que des scénaristes visionnaires puisse créer des personnages féminins libérés de leurs chaines de soumission à la loi du mâle mais il n’en est rien car la condition des femmes, après un bon considérable, régresse inexorablement sous le poids de la violence réelle et symbolique des hommes. Et avec l’insidieuse infiltration dans les têtes des lois patriarcales renforcées par l’islamisation de l’Europe, les modèles de femmes positives ne sont pas près de s’imposer.

La Connectrice, féministe historique

 -

http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/cinema/cinema-devant-et-derriere-la-camera-ca-suffit-les-machos-06-05-2017-6921600.php

La parité homme- femme n’est toujours pas au rendez-vous dans la fiction française

 L’Adami, partenaire des artistes -interprètes, publie ce mercredi une étude sur la représentation des femmes dans les téléfilms , séries , cours et longs-métrages, cinéma …

L.B.

 — 

Où sont les femmes ? Il va falloir un peu les chercher pour les trouver dans la production audiovisuelle française car la parité n’est pas encore au rendez-vous. A l’ occasion du festival de la Fiction TV de La Rochelle , qui aura lieu du 13 au 17 septembre, l’Adami, partenaire des artistes-interprètes, publie ce mercredi une étude sur la représentation des femmes dans les téléfilms, séries, cours et longs-métrages, cinéma.

On préfère les femmes jeunes

Cinéma »21 nuits avec Pattie ». Critique féministe

Publié le

Les Frères Larrieu affirment dans Télérama qu’ils ont voulu faire du « porno verbal » et c’est réussi dans ce genre qui exprime les fantasme phalliques de vieux et jeunes cochons obsédés par leur machin qui, malheureusement forment à la sexualité les hommes de demain puisque nous savons que, dès l’âge de 11 ans, pratiquement tous les enfants ont visionné de la pornographie.

Les petites filles sont moins nombreuses à se faire bourrer le crane par ces fantasmes qui réifient, humilient et dressent les femmes à la soumission au désir des mâles et à l’ignorance de leur propre sexe et de leur désir. Désespérant !

Je partage totalement la critique de Roselyne Ségalen que vous pourrez lire ci-dessous.

La Connectrice

Afficher l'image d'origine

http://www.arte.tv/fr/le-clitoris-ce-cher-inconnu/387780,CmC=387788.html

https://laconnectrice.wordpress.com/2006/06/04/le-clitoris-en-trois-dimensions-une-revolution/

Réponse de Roselyne Segalen à l’article de Ariane Allard dans Causette de Décembre 2015 sur « 21 nuits avec Pattie. »

http://www.telerama.fr/cinema/films/21-nuits-avec-pattie,501862.php

Tout sauf une ode à la chatte !

Un peu stupéfaite en lisant le texte de Ariane Allard dans le Causette de ce mois sur le
film « 21 nuits de Pattie ». D’après Ariane A, Les frères Larrieu adopteraient un point de
vue féminin sur la sexualité. On y voit en fait l’histoire romancée de deux femmes, l’une
écoute : Caroline/ Isabelle Le carré, et l’autre, Pattie/ Karine Viard, parle de ses
expériences sexuelles dans un verbe fleuri et certes libéré.

Pour moi, il n’y a que cette parole qui soit libérée. En revanche, elle ne parle que de « bite » de fascination pour celle-ci, de fellation comme élément quasi unique de plaisir, « La chatte » est évoquée en passant et de façon collatérale.
De plus, le désir freudien pour la mère, évoqué longuement par Jean, le protagoniste
masculin, incarné par Dussolier est en quelque sorte réalisé. En effet, Jean a eu sa
première jouissance sexuelle en se frottant à sa mère morte, depuis lors, il ne peut jouir
qu‘avec des mortes. Il le dit et le redit de manière intellectuelle et poétique, ce qui
présente la chose comme une douce perversion.
Et incroyable mais vrai, cette femme soit disant libérée Pattie, qui parle de fellations et
de ses bites choisies, devient une femme qui fait la morte pour faire plaisir à Jean et son
fantasme !

Alors qu’elle avait clamé haut et fort en début de film qu’elle ne voulait pas
d’amour mais seulement de sexe, elle affirme être sous le charme du discours de cet
homme nettement plus savant qu’elle, ce n’est après tout qu’un femme de ménage, et
pour couronner le tout dit qu’elle est jalouse !
Tous les ingrédients des fantasmes masculins sont présents : l’hymne permanent à la
bite, en apparence seul élément actif de la sexualité, des femmes qui en redemandent,
flattent cette bite, et vont jusqu’à s’oublier totalement pour satisfaire les fantasmes les
plus fous des hommes !
Caroline, est elle, présentée comme une petite bourgeoise coincée, qui grâce aux
histoires grivoises de Pattie, se décoince progressivement. Les frères Larrieu nous
amènent à attendre le moment où elle va se lâcher et en effet, elle le fait à la fin en
tombant en quasi extase devant « la bite » de son mari, (Sergio Lopez). Elle, elle ne fait
rien, elle demande qu’il fasse ! L’image la plus osée arrive : Caroline, prise en levrette !
C’est l’apothéose !
Il semble évident que la sexualité féminine n’a pas été prise en compte. Ce sont
clairement des fantasmes de mecs : fascination des femmes pour leur engin et fantasme
d’imposer à une femme qui fait la morte tous leurs désirs quels qu’ils soient ! On n’est
franchement pas loin de la femme–objet !

Comment ces aspects ont échappé à Ariane Allard, on se le demande ! Il suffit de lire
n’importe quel livre sur le désir féminin, pour se rendre compte que la fellation et la
sodomie ne sont pas les modes les plus prisés pour arriver à l’orgasme féminin… ! On ne
doute pas que les frères Larrieu connaissent l’existence du clitoris mais on aurait pu
espérer qu’ils en fassent au moins mention pour prétendre refléter un point de vue
féminin sur la sexualité.
A bonnes entendeuses salut !

Roselyne Ségalen

Ronit Elkabetz, actrice et réalisatrice féministe est partie à 51 ans

Publié le

Ronit Elkabetz est morte des suites d’un cancer le 18 avril 2016 à l’âge de 51 ans. Star du cinéma israélien, elle s’était engagée notamment contre la difficulté de divorcer pour les femmes juives dites « agouna » lorsque le mari refuse le divorce en remettant son acceptation, le guett ou acte de divorce. Une agouna reste dépendante de la loi religieuse définissant son statut d’épouse et ne peut en aucun cas refaire sa vie, sauf à renoncer à sa religion.

Ronit Elkabetz a réalisé un film qui traite du drame des agounas, Gett le procés de Viviane Amsallem dans lequel elle interprête l’héroïne Viviane.

Ambassadrice du cinéma israélien, l'actrice Ronit Elkabetz est décédée

Source photo http://www.huffingtonpost.fr/2016/04/19/ronit-elkabetz-cinema_n_9726298.html?utm_hp_ref=fr-culture

Engagée dans le combat féministe Ronit Elkabetz a aussi vécu à Paris.

« Le plus beau cadeau que je me suis offert, c’est cette seconde naissance. J’aurais très bien pu continuer d’enchaîner les projets en Israël, mais j’avais besoin d’ouvrir une nouvelle porte : pour la trouver, le seul moyen était de rompre avec mes repères et de recommencer ailleurs, à zéro. Je suis redevenue une enfant de 2 ans qui se familiarise avec les sons et les mots et les intègre sans y penser. »
Elle frappe à la porte d’Ariane Mnouchkine pour un stage mais se retrouve surtout à faire la vaisselle, faute d’emploi possible. « Pendant que je briquais, mon téléphone sonnait. On me proposait de faire Lady Macbeth ou Cléopâtre en Israël. C’était très irréel ce double emploi : une vie de femme de ménage que j’avais choisie, tandis qu’en Israël, on continuait de me parler comme à une star. »

http://www.franceinter.fr/depeche-disparition-de-ronit-elkabetz

Pour en savoir plus

Gett, le divorce juif, Ronit Elkabetz était engagée contre ce système qui fabrique les agounas (agounah)

En effet, selon la loi juive, le mari détient le pouvoir d’accepter ou de refuser à son épouse le guet, le droit de divorcer, ce qu’il l’oblige à se soumettre à sa décision. Ce statut de la femme mariée, très contesté, est appelé « agouna ».

Même si le couple se sépare, l’absence de divorce religieux empêchera à la femme de se remarier religieusement, dans un pays – Israël – où le mariage civil n’existe pas.

A lire sur le sujet: Pourim et la tragédie des veuves juives mariées

Selon le nouvel accord, rédigé en collaboration avec l’Association du barreau d’Israël et sous l’initiative de Tzohar, une organisation de rabbins qui tend à « adoucir » l’orthodoxie de la loi juive pour les Israéliens laïcs, les époux qui refuseront d’accorder le divorce à leur femme seront tenus de payer une aide financière très lourde à leur compagne.

« Le but de cet accord est de permettre aux couples de décider comment les choses se déroulent, plutôt que de laisser le divorce aux mains des tribunaux, dans le cas où il y a rupture du contrat de mariage », a déclaré Yakov Gaon, le vice-président de Tzohar, cité parHaaretz. Le contrat, en gestation pendant 6 ans, a traversé 16 versions différentes.

Le nouveau contrat de mariage stipule également que le couple a 180 jours pour tenter de résoudre leurs différends avant le tribunal rabbinique, s’ils ne sont pas résolus, le conjoint qui refuse le divorce devra payer 6000 shekels à son époux/épouse.

Ce compromis en chemin vers le mariage civil, pierre d’achoppement politique entre la société laïc et religieuse d’Israël, reste toutefois en conformité avec la loi juive.

« Personne ne mérite de rester enchaîné dans un mariage terrible avec un couteau sous la gorge », a déclaré le rabbin David Stav, le président de Tzohar, rapporte le Times of Israel…

Pauvre Ukraine, pauvre de nous !

Green Jolly , Razom nas bahato, à l’Eurovision 2005. Les musiciens sont enchaînés et brisent leurs chaines à la fin de la chanson, symbole de la victoire de la révolution orange …Devinez qui est le geôlier ?

Il y aura bientôt un an, le 18 février, 20 manifestants de la place Maïdan tombaient sous les balles de snipers. Il était clair alors que les Russes se donneraient tous les moyens pour soumettre l’Ukraine et la mettre sous la tutelle de l’impérialisme russe. Depuis un an, Poutine a réussi à annexer la Crimée et à occuper le Dombass en armant et formant la population russophone dont il a fait grossir le nombre en distribuant des passeports russes et en envoyant des combattants à sa solde.

Aujourd’hui, les gesticulations de Hollande et Merckel sont de peu de poids face à la détermination de Poutine qui a déjà installé une ligne de front qui ampute l’Ukraine de ses parties les plus riches. Il est peu probable qu’il renonce à ce qui est une occupation russe de l’Ukraine quelles que soient les menaces et autres moyens de pression que lui opposeraient nos représentants européens et américains.

Une fois de plus, nous sommes témoins impuissants d’une guerre civile se déroulant à nos portes au détriment de populations qui nous ressemblent et qui aspirent à autant de libertés et de bien-être que nous mêmes. Après le démembrement sanglant de la Yougoslavie, nous assistons au démembrement sanglant de l’Ukraine.

L’Europe politique se montre impuissante face à la guerre que continuent à se faire la Russie et l’Amérique sur son propre espace géographique. C’est pourtant le rôle de nos représentants de mettre en oeuvre tous les outils de la diplomatie pour sauver nos sœurs et nos frères qui demandent comme nous le respect de leurs libertés, de leurs droits humains et de leur sécurité.

En France, de trop nombreux patriotes ne cachent pas leur admiration pour Poutine-aux-mains-de-fer qui défend la grandeur de la Sainte-Russie. Ce faisant, ils oublient ce qui les dérange, cet ancien du KGB devenu nouveau Tsar de toutes les Russies comme sous l’ancien régime et avec les mêmes principes belliqueux, totalitaires, avides de puissance et de richesses.Ce n’est pas parce que Poutine a mis un frein à l’islamisation de la Russie qu’il aidera l’Europe à empêcher son islamisation et qu’il est un allié contre l’impérialisme musulman.  Poutine roule pour lui-même, à tout prix.

La Connectrice

A la veille du sommet les pro-russes bombardent l’armée ukrainienne

La stratégie est vieille comme le monde. A l’approche de pourparlers de paix il faut gagner le maximum de positions pour profiter d’un éventuel statu quo. Depuis les premiers accords de Minsk, les pro russes ont conquis 500 km2 de plus afin d’obliger les Ukrainiens à se soumettre à leur occupation au profit de la Russie. Le sommet de demain se présente très mal pour l’Ukraine. La Russie fait ce qu’elle veut sous nos yeux et nous sommes impuissants à arrêter ses conquêtes impérialistes. Après l’Ukraine, la Moldavie et la Transnistrie ont tout à craindre de l’ours russe.

http://www.leparisien.fr/international/ukraine-hollande-a-la-ferme-volonte-d-aboutir-a-un-accord-fabius-prudent-10-02-2015-4521923.php

L’état-major de l’armée ukrainienne bombardé. Pour la première fois depuis le début de la guerre, l’état-major de l’armée ukrainienne, basé à Kramatorsk, à 70 km au nord du fief rebelle de Donetsk, a été bombardé mardi.  Mais les roquettes parsèment aussi le centre de cette cité industrielle de plus de 200.000 habitants qui fut une place forte des séparatistes, d’avril à juillet, date de sa reconquête par l’armée gouvernementale .«Quinze personnes (des civils et des militaires, Ndlr) ont été tuées et 63 blessées, dont cinq enfants», a annoncé en soirée Olexandre Tourtchinov, secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense. Un précédent bilan faisait état de six civils été tués et 21 autres blessés.

Dans la soirée, l’armée ukrainienne a précisé qu’il s’agissait de missiles Smertch, plus puissants et plus modernes que les habituels Grad utilisés par les deux camps. Dans un premier temps, Kiev avait mentionné un lance-roquettes multiples Tornado, le modèle le plus récent de l’armée russe. Selon l’armée ukrainienne, les roquettes ont été tirées depuis Gorlivka, une ville sous contrôle des rebelles située à 45 kilomètres de là. Une attaque que nient les séparatistes. Ils dénoncent une «provocation». Auparavant, sept soldats et six civils avaient été tués au cours des dernières 24 heures, selon les bilans établis séparément par les autorités rebelles et ukrainiennes

Carte de la ligne de front en août 2014 Source http://breizatao.com/2014/08/29/ukraine-offensive-finale-sur-donetsk-la-transdniestrie-en-alerte/

2014-08-16 02_12_58-Map of Ukraine Unrest

Carte de la ligne de front en août 2014 Source http://breizatao.com/2014/08/29/ukraine-offensive-finale-sur-donetsk-la-transdniestrie-en-alerte/

Source http://www.leparisien.fr/international/plan-de-paix-pour-l-ukraine-les-desaccords-a-surmonter-10-02-2015-4522147.php

Les points litigieux des négociations

http://www.leparisien.fr/international/plan-de-paix-pour-l-ukraine-les-desaccords-a-surmonter-10-02-2015-4522147.php

Cessez-le-feu. C’est le point le plus urgent, celui sur lequel, en théorie, tout le monde est d’accord. Mais sa mise en oeuvre est compliquée. Qui posera les armes en premier? Concrètement, les rebelles et Moscou réclament de Kiev le retrait de leurs soldats et la reprise immédiate du financement des territoires séparatistes interrompu en novembre, comme préalable à une détente.Pour sa part, Kiev exige que le cessez-le-feu s’accompagne de la fermeture des 400 kilomètres de frontière russo-ukrainienne passés ces derniers mois sous contrôle séparatiste.

Contrôle de la frontière. Kiev veut récupérer le contrôle de sa frontière avec la Russie sur la portion sous contrôle rebelle, conjointement avec l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe).Mais Moscou refuse d’en parler, affirmant que Kiev doit négocier ce point directement avec les rebelles. «La logique de Poutine consiste à contraindre Kiev à négocier avec les rebelles pour montrer qu’il s’agit d’une guerre civile», explique une source gouvernementale ukrainienne. L’Ukraine a fini par proposer de placer des observateurs de l’OSCE du côté russe de la frontière. «On attend la réponse des Russes», a déclaré à l’AFP la même source.

Ligne de front. Le gouvernement ukrainien ne reconnaît que la ligne de front fixée au moment des accords de paix de Minsk en septembre. Problème, les séparatistes ont depuis gagné 500 km² supplémentaires et ont fait savoir qu’ils ne comptaient pas y renoncer.Mais, selon une source gouvernementale ukrainienne, Kiev serait prêt à donner son accord sur la ligne de front actuelle pour le retrait des armes lourdes à condition que les rebelles reculent derrière la ligne de front de septembre. Ce dispositif créerait de facto une zone démilitarisée plus étendue.

Le statut des régions séparatistes. Les Russes prônent un statut de fédération ou d’autonomie pour les zones sous contrôle rebelle avec l’idée d’élections des gouverneurs régionaux (actuellement nommés par Kiev) pour notamment légitimer les «présidents» des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, Alexandre Zakhartchenko et Igor Plotnitski, élus lors des élections séparatistes en novembre que ni Kiev ni les Occidentaux n’ont reconnues. Cette option, qui permettrait de bloquer par le droit de veto des régions prorusses l’évolution pro-occidentale de l’Ukraine, est inacceptable pour Kiev.

Maintien de la paix. L’Ukraine est réticente à une force de maintien de la paix car elle refuse la proposition avancée par les séparatistes en faveur de la présence de militaires bélarusses, mais surtout russes. Selon Kiev, une telle action légaliserait de facto des troupes russes que le gouvernement ukrainien considère comme déjà déployées dans l’est de l’Ukraine, ce que Moscou dément actuellement. Les Russes auraient proposé aux Européens une force composée de Bélarusses et de Kazakhs, mais Kiev a refusé estimant que ces deux pays étaient de facto des alliés de la Russie, selon une source gouvernementale ukrainienne.Quant à un éventuel contingent sous l’égide de l’ONU, il nécessite le feu vert du Conseil de sécurité de l’ONU que les Russes pourraient bloquer si leurs militaires ne font pas partie de la mission. «Si on accepte des Russes au sein de la force d’interposition, on légitime de facto la présence de leurs troupes sur notre territoire», résume une source ukrainienne.

Echange de prisonniers. Il s’agit d’un des rares points sur lequel les négociateurs ont avancé, notamment en acceptant l’idée qu’un échange massif valait mieux que des échanges au cas par cas. Problème : les listes de prisonniers présentées par chaque camp ne coïncident pas. Se pose aussi la question du sort de Nadia Savtchenko, actuellement détenue à Moscou. Cette pilote de l’armée de l’air est accusée du «meurtre prémédité» de deux journalistes russes dans l’est de l’Ukraine mi-juin où elle combattait en tant que volontaire. Un tribunal de Moscou a prolongé mardi jusqu’au 13 mai la détention de la jeune femme, en grève de la faim depuis près de deux mois.

La Chine pourrait jouer un rôle en tant que membre permanent du conseil de sécurité de l’ONU

Seule la Chine pourrait faire éclater le triangle bloqué sur l’Ukraine Russie/Europe/USA parce qu’elle est plus proche géographiquement de l’Orient russe que de l’Occident européen. Mais la Chine continue de soutenir timidement la Russie tout en ayant des accords commerciaux avec l’Ukraine pour louer 5% de ses terres agricoles et pour lui acheter des armes http://www.slate.fr/monde/84253/ukraine-chine-soutien-russie

Toutefois, la Chine est tenue par sa propre stratégie avec les Russes.

Le 17 avril, la Chine a salué l’accord conclu à l’issue des négociations quadripartites à Genève et a appelé à déployer des efforts conjoints pour promouvoir une solution politique définitive.

« Un règlement approprié de la crise ukrainienne requiert un environnement externe favorable », a souligné Mme Hua lors d’une conférence de presse.

Notant que la Chine appelait à l’établissement rapide d’une plate-forme multilatérale de dialogue, Mme Hua a déclaré: « Nous saluons le lancement de négociations par la Russie, les Etats-Unis, l’UE et l’Ukraine ».http://french.peopledaily.com.cn/n/2014/1220/c31354-8825661.html

D’importants accords commerciaux lient la Russie à la Chine, notamment un contrat de  contrat de 400 milliards de dollars pour fournir du gaz russe en Chine pendant trente ans , signé en mai dernier  http://fr.sott.net/article/24612-Conflit-ukrainien-la-position-Russe-se-durcit

La Chine respecte la non ingérence mais faisant partie du conseil de sécurité de l’ONU, elle a son mot à dire. Que dit-elle en ce moment ?

La Connectrice

 

Revue de presse pendant le sommet Poutine, Merkel, Hollande

La tenue du sommet dépendra notamment des résultats de la réunion du Groupe de contact sur l’Ukraine, qui réunit ce mardi à Minsk représentants ukrainiens, russes ainsi que celui de l’OSCE. Les rebelles séparatistes doivent également y participer. Mais avant la réunion diplomatique de « la dernière chance » entre les présidents russe Vladimir Poutine, ukrainien Petro Porochenko, français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, cette dernière était lundi à Washington pour présenter à M. Obama ce plan de paix européen. Ce plan, qui n’a pas été dévoilé, vise à faire appliquer les accords de paix conclus en septembre à Minsk. Mais l’Ukraine insiste sur le respect de la ligne de front établie en septembre alors que les séparatistes occupent 500 km2 supplémentaires depuis.

Une autre question litigieuse concerne le « statut des territoires » conquis par les séparatistes. Moscou insiste sur la constitution d’une fédération quand l’Ukraine ne parle que de « décentralisation », craignant une tentative du Kremlin de s’assurer un droit de veto sur les décisions de Kiev. Est également âprement discutée la question du contrôle de la frontière ukraino-russe dans les territoires aux mains des rebelles. Kiev réclame son contrôle conjoint avec l’OSCE, mais « Moscou refuse d’en parler » et réclame que l’Ukraine se mette d’accord avec les rebelles sur ce point, selon une source gouvernementale ukrainienne.

D’après la même source, l’idée d’un contingent de maintien de la paix a été évoquée, mais les négociations bloquent sur la nationalité de ses soldats. Lundi, les séparatistes s’étaient dits ouverts à cette idée si les soldats étaient Biélorusses ou Russes, une option rejetée par Kiev. Pour autant, une source diplomatique française s’est dite lundi confiante sur la tenue de ce sommet. « Il y a huit jours, ils [Ukrainiens et Russes, NDLR] ne se parlaient pas. Là, on les met autour d’une table », a-t-elle déclaré à l’AFP. « L’idée est d’avoir un accord global », a ajouté cette source, qui a reconnu que les négociations étaient « très compliquées ».

9 février  http://www.touteleurope.eu/actualite/revue-de-presse-ukraine-encore-un-sommet-de-la-derniere-chance.html

6 février http://www.touteleurope.eu/actualite/revue-de-presse-ukraine-la-negociation-de-la-derniere-chance-avec-la-russie.html

Le film « Maïdan » de Sergei Loznitsa

http://www.telerama.fr/festival-de-cannes/2014/maidan-de-sergei-loznitsa-l-histoire-en-pleine-face,112540.php

Cinéaste exigeant (My Joy et Dans la brume, en compétition à Cannes en 2012), l’Ukrainien Sergei Loznitsa a posé sa caméra de novembre 2013 à mars 2014 sur la place Maïdan à Kiev. Il montre comment une manifestation monstre devient une révolution, qui chassera les pro-Russes du pouvoir. La géopolitique l’intéresse moins que le processus organique d’un corps social qui s’unit, résiste aux forces armées, triomphe de ses agresseurs. En longs plans fixes, sans commentaire, il capte au plus près la pagaille d’une émotion populaire : qui est qui ? Où est la ligne de front ?

Pour en savoir plus

  • En février 2014, je pensais qu’il fallait envoyer des casques bleus en Crimée et mon inquiétude était prémonitoire

https://laconnectrice.wordpress.com/2014/02/28/ukraine-il-faut-envoyer-durgence-des-casques-bleus-en-crimee/

Allons-nous une fois de plus prendre le temps d’attendre que les pro-Russes massacrent les partisans du nouveau régime ukrainien ?

Il suffit de voir les malabars encercler le parlement de Crimée, l’occuper et hisser le drapeau russe à son sommet pour comprendre que ces gens-là ne sont pas des tendres. Curieusement, les medias ne les qualifient pas de néo-nazis, de fachos alors qu’ils en ont le physique, contrairement aux EuroMaïdans …

Autre remarque, les manifestants « vigoureux » de Crimée sont des hommes à 90%, contrairement aux EuroMaïdans qui sont des deux sexes, de tous les âges et de toutes les couches sociales.

Considérant :

-que la Crimée est à 60% russophile

-que la Crimée est la base navale de la Russie sur la mer noire

-que la Russie distribue des passeports russes à tous les habitants de Crimée pour l’occuper administrativement

-que des chars russes stationnent en Crimée et se sont mis en marche

-qu’un nombre important de Russes sont des militaires et du personnel militaire de la base navale

–que la majorité des Russes de Russie sont hostiles à EuroMaïdan

Il est à craindre que la minorité Ukrainienne, Tatar ou Ukrainophile Euromaïdan soit en grand danger d’être massacrée ou au minimum emprisonnée, persécutée voire déplacée comme les Russes savent le faire.

Allons-nous attendre passivement que les Ukrainiens rebelles à la colonisation russe soient massacrés comme il a été fait dans l’histoire avec Hitler qui avait annoncé ses projets, avec Ceaucescu dont nous connaissions le totalitarisme cruel, le nettoyage ethnique du massacre de Srebrenica après la chute de l’Etat yougoslave, etc ?

La diplomatie est lente par définition. Pendant que la Russie, l’U.E., les USA, la Grande-Bretagne discutent et se disputent, le danger d’une répression sanglante se dessine de jour en jour et l’urgence d’une médiation de l’ONU (et non de l’Otan qui est partie prenante implicite dans le conflit) est urgente.

Il faut garantir la sécurité des Habitants de l’Ukraine et, surtout de la Crimée de toute urgence.

  • Le 18 février 2014, 20 personnes 20 personnes étaient victimes de la répression du pouvoir russophile. Voici ce que j’écrivais alors :

https://laconnectrice.wordpress.com/2014/02/19/ukraine-14-morts-ce-18-fevrier-2014-la-contre-revolution-a-commence-vers-la-partition/

…Situation mouvementée en Ukraine où s’affrontent depuis trois mois russophiles et européanophiles. On sait que « le grenier à blé » de l’URSS avait été lâché à regret par la Russie après l’effondrement apparent de l’Union soviétique. Les Ukrainiens de souche n’ont jamais accepté leur président russe qui a eu raison de la « révolution orange » avec des méthodes empreintes de graves soupçons de manipulation comme l’empoisonnement de Viktor Iouchtchenko et l’emprisonnement de Ioulia Tymochenko.

Entre ceux qui affirment que l’Ukraine orange serait soutenue par les USA en continuité avec sa guerre froide contre la Russie, ceux qui disent que la jeunesse ukrainienne aurait soif d’une réelle liberté démocratique à l’image des pays européens, ceux qui prétendent que les Ukrainiens ne penseraient qu’à consommer au rythme de la mondialisation, ceux qui pensent qu’historiquement l’Ukraine a toujours voulu se rapprocher de l’Allemagne pour se détacher de l’impérialisme russe, ceux qui estiment que les Russes implantés en Ukraine ne peuvent faire valoir leurs droits que s’ils sont protégés par la Sainte Russie et ceux qui croient que seule l’Europe pourra mettre fin à l’évasion des cerveaux ukrainiens et à la traite des belles ukrainiennes, il est difficile de se faire une opinion sur le devenir de ce pays.

  • Le chat, la belette et le petit lapin

https://laconnectrice.wordpress.com/2014/07/22/ukraine-manifestation-mercredi-2307-contre-le-terrorisme-russe/

…En France, l’opinion la plus répandue est que les Russes ont bien raison de récupérer l’Ukraine dont les dirigeants actuels seraient des néo-nazis, des fachos (affirmations martelées par Poutine, les médias russes et les insurgés pro-russes) et des vendus aux Américains. L’opinion publique conditionnée par les médias trouve normal que Poutine refuse la présence de L’OTAN à ses frontières.
 
Je ne partage absolument pas ces opinions. Bien au contraire, je trouve normal et respectable que la jeunesse ukrainienne aspire à un avenir de liberté et d’indépendance sur un modèle européen qui lui permettrait de mettre en oeuvre son potentiel de connaissances, d’intelligence, de formation et de créativité. Je trouve normal que les Ukrainiens défendent leur identité, certes très proche de celle des Russes mais culturellement très affirmée et transmise de génération en génération davantage dans la fierté de traditions uniques que dans la haine du peuple russe. 
 
Les Français dans leur majorité ne veulent pas savoir que, s’il y a bien des extrémistes de droite à Kiev, il y a en face d’autres extrémistes aux ordres de Poutine qui a multiplié la population pro-russe d’Ukraine en distribuant généreusement des passeports russes et depuis des années. Il y a eu préméditation de l’occupation de l’Ukraine par la Russie et les masques sont tombés quand le valet russe Ianoukovitch (un russophone) a été renversé.
Dans sa majorité, le peuple d’Ukraine veut la paix, ce que Poutine ne souhaite pas de toute évidence.
 
Quant aux Français qui admirent Poutine parce qu’il serait le seul à aider la France à retrouver ses valeurs traditionnelles, défendre son indépendance et servir de rempart contre l’islamisation, qu’ils relisent dont la fable de La Fontaine « le chat, la belette et le petit lapin » et qu’ils prêtent grande attention à son épilogue.
  • Collectif des Ukrainiens de France

CollectifEuromaidanFrance

http://crcuf.fr/communique-de-presse/cp-15-janvier-2015

Anna Garmash, tel : +33 6 25 09 41 49
Igor Reshetnyak, tel : +33 6 68 17 89 84

  • Londres se réserve le droit de fournir des armes à l’Ukraine

http://www.lepoint.fr/monde/londres-se-reserve-le-droit-d-armer-les-forces-ukrainiennes-10-02-2015-1903877_24.php

  • Après l’Ukraine, la Moldavie ?

Carte de situation de la Transdnistrie - Voir cette carte en plus grand

Les habitants de la Transdniestrie célèbrent ce mois-ci le vingtième anniversaire de la présence des “casques bleus” russes sur les rives du Dniestr. Le fleuve délimite la frontière entre la Moldavie et la région séparatiste peuplée de russophones qui, à la chute de l’URSS, n’a pas voulu être maintenue au sein d’une Moldavie tentée par la réunification avec la Roumanie. Le conflit meurtrier qui avait fait rage pendant dix-huit mois avait été stoppé le 29 juillet 1992 par la XIVe armée russe (devenue par la suite “troupes de maintien de la paix”), mais il n’est toujours pas réglé. Depuis le 1er janvier 2012, jour où un soldat russe a tué par balle un automobiliste moldave qui ne s’était pas arrêté au point de contrôle, les accrochages se multiplient entre les habitants des deux rives et l’armée. “Les casques bleus, jadis tout-puissants, n’ont plus le contrôle de la situation”, constate le quotidien russe Nezavissimaïa Gazeta.

Source carte http://www.courrierinternational.com/article/2012/07/12/le-courant-passe-a-nouveau-entre-tiraspol-et-chisinau

Source carte http://www.courrierinternational.com/article/2011/12/08/fin-de-partie-pour-le-dictateur-separatiste

  • La milice neo-nazie Azov

Poutine a habilement manipulé les informations sur le régiment Azov pour laisser croire que tous les Ukrainiens étaient des néo-nazis grâce à son agence Ria Novosti la voix de maître Poutine. Or Azov qui, au moment du Maïdan ne comprenait que quelques dizaines de membres n’en comprend aujourd’hui que 300 dont bon nombre d’étrangers se prenant pour les brigades internationales. 300 hommes , c’est peu pour faire face à la Russie ou pour qualifier environ 45 millions d’Ukrainiens de nazis

Azov est financé  par Ihor Kolomoïsky, juif ukrainien nationaliste fermement opposé au démembrement de l’Ukraine. Curieuse association d’un juif président du Parlement juif européen qui lutte contre l’antisémitisme et d’une milice antisémite mais il semble que Kolomoïsky soit avant tout patriote ukrainien ce qui expliquerait son soutien à cette milice puante mais patriote. Real politik !
Il n’en fallait pas moins pour ajouter de l’eau au moulin des Russes et de leurs supporteurs, un groupe neo-nazi financé par un juif démontre la duplicité de la « juiverie » et le danger de l’Ukraine défendu par les émules de ceux qui ont tant fait souffrir les Russes lors de la dernière guerre. Du coup, on en oublie les souffrances infligées à l’Ukraine par les Russes pour la châtier d’avoir produit un régiment collabo des nazis.
Actuellement Poutine a engagé une action contre Kolomoïsky pour ‘ »organisation de meurtres, de recours à des moyens et méthodes de guerre illégaux, d’enlèvements, d’entrave au travail des journalistes », ce qui réactive la réputation de cruauté des Ukrainiens (justifiée souvent pendant la dernière guerre mondiale), une propagande bien accueuillie en France comme ailleurs dans le monde.
  • Mes notes sur la question ukrainienneLes Russes sont nos frères et sœurs à géométrie variable

    Les Ukrainiens sont les frères et sœurs ennemis des Russes sauf à se soumettre

    Les Ukrainiens sont nos frères et sœurs en aspiration au même mode de vie. Les manifestants du Maïdan nous ressemblent (voir le film de Sergei Loznitsa)

    La Crimée est un cadeau de Kroutchev, un cadeau fait par décret  : En 1954, le « don » de Khrouchtchev était censé marquer le tricentenaire du traité de Pereïaslav, par lequel les cosaques d’Ukraine avaient proclamé leur allégeance à Moscou. La cession avait alors été présentée comme un « cadeau » de remerciement de la Russie à l’Ukraine, célébrant la fraternité entre les peuples de l’Union soviétique. Poutine ne rendra jamais la Crimée à l’Ukraine.

    L’Ukraine en tant que culture est le berceau des slaves, une terre autant convoitée par les Russes que Jérusalem par les Juifs, les Musulmans et les Chrétiens avec les mêmes disputes féroces sur sa propriété

    L’Ukraine est marquée par la collaboration d’une partie de son armée avec les nazis pendant la deuxième guerre mondiale. Les Russes ont convaincu les Européens de voir des nazis partout en Ukraine, le spectre nazi étant à la Russie ce que la Front national est au PS, un épouvantail pour détourner l’attention des véritables dangers.

    Pour défendre sa nation, l’Ukraine doit choisir entre l’Orient russe et l’Occident européen défendu sur le plan militaire par l’OTAN, donc les USA ce qui sert de justification à la « défense » russe.

    Si l’Ukraine est manipulée par les USA, c’est avec son consentement éclairée et que même si la Révolution Orange a été financée par les Yankees, ce sont bien les Ukrainiens qui l’ont faite

    Oui, des Ukrainiens ont été terriblement cruels vis à vis de leurs voisins, des populations juives et dans leur affrontement avec les Russes au point que ces derniers les ont férocement matés et continuent de vouloir les mater au nom d’une idéologie mais en réalité pour reconstituer l’empire russe en s’appropriant les territoires de ses voisins les plus riches et les plus stratégiques militairement.

    L’Ukraine sera-t-elle le prétexte de l’engagement américain contre la Russie en Europe ? La question est évoquée ça et là par les observateurs.

    Les démarches diplomatiques actuelles ne permettent pas de présager d’une solution propice à toutes les parties.

    Pauvre Ukraine, pauvre de nous !

    La Connectrice

Domestiques et aristocrates. Ce soir je regarde Downton Abbey

Le château de Highclere, en Angleterre, est un personnage à part entière de Downton Abbey. Depuis le début de la diffusion de la série, dont la saison 5 s’achève sur TMC, les touristes affluent.http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/serie/85360/downton-abbey-jackpot-pour-le-tourisme-britannique.html

Nos voisins britanniques ont le talent de  nous dépeindre les antagonismes qui marquent leur société communautariste. Actuellement, leur public se passionne pour la série Downton Abbey qui met en scène dans un contexte très glamour une famille d’aristocrates et ses domestiques. Le scénario donne autant d’importance aux domestiques qu’aux maîtres, aux interactions entre les deux classes et aux  conflits en leur sein.

L’histoire commence un peu avant la guerre de 14-18 et nous raconte les bouleversements qu’elle entraîne dans les deux classes sociales aristorates et domestiques. Les nobles sont obligés de faire des concessions sur leurs traditions, leur train de vie et leurs coutumes tandis que les employés se tournent vers le socialisme et se révoltent contre une condition de soumission et de dépendance, aspirant à une vie meilleure.

Le sujet a déjà été traité au cinéma, notamment avec « The servant » en 1963 et plus récemment avec « Gosford Park ».

The Servant, film de Joseph Losey, américain réfugié en Angleterre à cause du Maccarthysme raconte la relation ambigüe d’un aristocrate avec son majordome sur le thème du sadomasochisme: le véritable maître n’est pas celui qu’on croit.

Robert Altman nous avait déjà donné un avant goût de cette lutte des classes avec Gosford Park sorti en 2001. Le scénario avait été écrit par Julian Fellowes qui est aussi le scénariste et producteur de Downton Abbey. Je sais Altman était américain mais il a très étroitement collaboré avec le britannique Fellowes qui est à l’origine de l’idée du film.

On retrouve dans « Downton Abbey » le thème et le contexte de « Gosford Park » pour la bonne raison que Julian Fellowes est le scénariste des deux œuvres.

J’avais beaucoup aimé le témoignage historique porté par « Gosford park », aussi il n’est pas étonnant que j’apprécie « Downton Abbey ». Cette saga familiale est merveilleusement réalisée dans des décors naturels de la campagne anglaise et dans les studios où sont tournées les séquences d’intérieur. Les costumes d’époque sont magnifiques et les acteurs parfaits. Je rentre avec délices dans cet univers complexe et tout à fait crédible au regard de l’authenticité de la reconstitution de l’époque. Un peu de sexe, de politique, de romance, de suspense, d’intrigue de tragédie, d’humour et d’émotion sont très habilement parsemés dans le scénario. La progression de l’évolution des mœurs et de l’émancipation des femmes est subtilement illustrée. Je ne suis pas la seule à apprécier puisque la série a reçu de très nombreuses récompenses et qu’elle est suivie par des millions de téléspectateurs aux Royaume-uni comme aux USA?

Certains détails sont tellement sincères que, lors du dernier épisode, les larmes me sont montées au yeux lorsque Isis, la chienne du maître, dépérit d’un cancer généralisé et que le comte et la comtesse la prennent dans leur lit pour la veiller jusqu’à sa fin.

Ne me dérangez pas ce soir, je suis une « couch potatoe » devant Downton Abbey.

LC

Pour en savoir plus

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/television/85117/edith-la-mechante-soeur-de-downton-abbey.html

%d blogueurs aiment cette page :