Flux RSS

Archives de Catégorie: Discrimination

Egalité femmes/hommes. Macron ne tient pas ses promesses !

Publié le

Nombreuses sont les féministes qui ont soutenu Emmanuel Macron contre …une femme, Marine Le Pen. Alors bien sûr, le choix était difficile entre un candidat Canada dry de la nouveauté et une candidate entourée de négationnistes et de pétainistes…

Comme toujours, priment pour la plupart des féministes, la lutte des classes, la lutte pour la défense du pauvre petit immigré mâle refusé d’entrée dans les boîtes de nuit, la lutte contre la discrimination au faciès de sujets peuplant les prisons à 60% dont 30% incarcérés pour crimes et délits sexuels envers les femmes, la lutte pour ces libertés qui profitent surtout aux mâles, la lutte pour la « liberté de porter le voile », la lutte contre l’essentialisme et la lutte contre le racisme qui ne tient pas compte du racisme anti-femmes à savoir la misogynie et le sexisme, toutes ces luttes rassemblent des femmes dressées à défendre l’intérêt du mâle avant le leur. Syndrome de Stockholm ? Complexe de maternage ? Manque de confiance en soi ? Altruisme pathologique ? Servitude et soumission volontaires ?

Je rappelle que la discrimination sexiste est la discrimination la plus universelle dans l’espace et dans le temps, tellement universelle qu’hommes et femmes s’en accommodent et ne la voient même plus.

Le féminisme ne pourra pas progresser tant que la plupart des féministes se rallieront à toutes les émanations de la gauche, y compris les syndicats et tous ceux qui pensent que l’oppression des femmes est une contradiction secondaire, la lutte des classes étant la contradiction principale. L’Histoire montre que les luttes féministes ont été toujours écrasées par les gauches et pourtant, les féministes dans la majorité continuent à se soumettre aux idéologies de gauche comme si elles ne pouvaient pas être assez fortes et justes pour s’en détacher.

sexisme-a-lembauche

Source image

Regardez la photo officielle du premier gouvernement Macron/Philippe pour constater que la parité annoncée n’est même pas de façade puisque, dans l’ordre protocolaire, les femmes sont placées au fond de la classe (politique)

La première photo officielle du gouvernement d'Edouard Philippe.

Photo officielle du premier gouvernement Macron/Philippe. Cherchez les femmes.

Vidéo du premier conseil des ministres 

Des féministes ont exprimé leur déception des choix de Macron sachant qu’il avait donné une lueur d’espoir en disant que le premier ministre pourrait être une femme et qu’il créerait un grand ministère des Droits des femmes. Ces mêmes féministes s’étaient prononcées en faveur de l’élection d’Emmanuel Macron ayant cru à ses promesses ne voulant pas voir que les principaux acteurs de sa campagne étaient des hommes ce qui pourtant augurait mal de l’avenir.

Mais ce n’est pas fini car, en fonction des résultats des législatives de juin, le gouvernement Philippe sera remanié et les Macronettes risquent fort d’être jetées comme le furent les Jupettes. Rapppelons-nous que notre nouveau premier ministre, Edouard Philippe est un bébé Juppé, de là à imaginer qu’il en a les méthodes …

On appelle « juppettes », terme qui est par la suite régulièrement considéré comme sexiste et condescendant, les femmes qui font partie du premier gouvernement d’Alain Juppé du 17 mai 1995 au 7 novembre 1995. Elles sont douze, nombre inhabituel dans les annales, mais qui ne dure pas longtemps, par suite de leur éviction rapide. Elles occupent pour la grande majorité d’entre elles des postes de secrétaires d’État, ou des ministères de second ordre…À la suite du premier remaniement d’importance, seules trois d’entre elles ont continué à exercer leurs fonctions : Anne-Marie Idrac, Margie Sudre et Corinne Lepage, tandis qu’une quatrième, Anne-Marie Couderc, a connu une promotion en passant de secrétaire d’État à ministre délégué pour l’Emploi.

Source image

Ce gouvernement Macron/Philippe est destiné à une courte vie étant donné qu’il est formé à environ un mois des élections législatives dont le résultat entraînera un remaniement, majorité présidentielle à l’Assemblée oblige. Si République en Marche n’obtient pas une majorité de députés, nous assisterons une fois de plus à une cuisine politique dont il y a fort à parier que les femmes en feront les frais, comme d’habitude.

J’espère me tromper mais, au regard de l’Histoire, je suis extrêmement pessimiste.

La Connectrice

Egalité femmes/hommes, les insuffisances du gouvernement Philippe : réactions de féministes

  • Nous n’aurons pas de Ministère des Droits des Femmes

« J’aimerais que ce soit une femme » tweetait le Président le 28 mars. Il parlait de la future Première Ministre, vous l’avez compris. C’est encore loupé ! Non pas que le fait d’avoir une femme Première Ministre soit le garant d’un féminisme forcené, mais ce caractère totalement unisexe de nos institutions commence vraiment à être lassant pour plus de la moitié de la population !

Et puis rebelote ! On revendiquait d’avoir au moins un Ministère des Droits des Femmes. Pas un petit ministère griffonné sur un coin de table, encore moins un humiliant secrétariat d’état mais un vrai Ministère avec une Majuscule, entièrement dédié, pérennisé, avec un budget conséquent et des pouvoirs reconnus lui permettant de peser sur les autres Ministères pour s’assurer de la transversalité de sa politique. Et une vraie administration aussi. Un Ministère doté de suffisamment de pouvoir pour ne pas perdre tous les arbitrages . Non pas, là aussi, que nous croyons que les inégalités structurelles se régleront à travers un Ministère. Des siècles de patriarcat balayés en 5 ans, ça on n’y croit pas. D’autant plus qu’Emmanuel Macron prévoit des mesures de libéralisation de l’économie qui toucheront durement les femmes. Mais quand même, on arrive mieux à faire pression quand il y a un Ministère, l’histoire contemporaine l’a prouvé. Le mieux serait qu’on n’ait plus besoin de Ministère, mais on en est visiblement pas là…. Alors…. Un Ministère on ne l’a pas. Tout juste un secrétariat d’état. Une subordination. Alors, le renouvellement ça n’est pas pour aujourd’hui. Ça ne nous étonne pas de la part d’un Président de droite et de droite. Nous prenons date, de suite, pour continuer le combat. Ce n’est qu’un début.

Collectif National pour les Droits des Femmes

  • Gouvernement paritaire et Secrétariat d’État chargé de l’égalité des femmes et des hommes : l’exigence d’égalité réaffirmée

Conforme à l’engagement d’Emmanuel MACRON en tant que candidat, le Gouvernement nommé ce jour est strictement paritaire – 11 femmes, 11 hommes, ministres ou Secrétaires d’État, en dehors du Premier ministre. Le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCE) salue cette décision, fortement attendue, qui répond à une exigence d’exemplarité de l’État, de justice sociale, de démocratie et d’efficacité des politiques publiques. Le Haut Conseil à l’Égalité relève toutefois qu’au sein du nouveau Gouvernement, seule 1 femme occupe l’un des ministères régaliens. Et s’ouvre désormais une nouvelle étape dans l’exigence républicaine et démocratique de parité : la constitution des cabinets ministériels. La cohérence implique d’y garantir la parité afin qu’à tous les postes de décisions politiques, les femmes, au même titre que les hommes, puissent trouver leur place.

La politique publique d’égalité entre les femmes et les hommes est confiée à Marlène SCHIAPPA, Secrétaire d’État placée auprès du Premier ministre, que Danielle BOUSQUET, Présidente du HCE, félicite chaleureusement. Si le HCE regrette que les droits des femmes ne soient plus portés par un.e ministre de plein exercice, il espère que le positionnement auprès du Premier ministre sera la garantie d’une politique d’égalité véritablement transversale et interministérielle.

« Le Haut Conseil à l’Égalité continuera, par sa voix et ses travaux, à porter une analyse indépendante, exigeante et constructive sur les politiques publiques menées en matière de droits des femmes et d’égalité », assure Danielle BOUSQUET, présidente du Haut Conseil à l’Égalité. Annoncée comme étant « la grande cause nationale de son quinquennat » par Emmanuel MACRON, la politique publique en faveur de l’égalité doit maintenant être dotée de moyens humains et financiers à la hauteur des enjeux, afin que l’action portée par Marlène SCHIAPPA ait un impact concret sur la vie des femmes et dans la durée. En effet, le rapport « Où est l’argent pour les droits des femmes ? » publié en septembre 2016, en partenariat avec des associations et des organisations publiques, dénonçait l’insuffisance du budget attribué à la ministre chargée des Droits des femmes.

Le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes

  • Nouveau gouvernement : une parité de façade

Emmanuel Macron l’avait promis : son gouvernement serait paritaire. Sa composition vient d’être annoncée, et effectivement, il y a 9 hommes et 9 femmes ministres, ainsi que 2 hommes et 2 femmes secrétaire d’Etat. Oui, mais…

  • Nous comptons 9 hommes avec un ministère de pleine délégation contre 7 femmes avec la même prérogative, 2 femmes étant ministres sous tutelle (Elisabeth Borne ministre sous tutelle de Nicolas Hulot et Marielle de Sarnez ministre sous tutelle de Jean-Yves Le Drian).
  • Parmi les 3 personnes ayant le titre de “ministre d’Etat”, donc arrivant en tête dans l’ordre protocolaire du gouvernement, nous ne comptons aucune femme.

La volonté du Président de la République de faire de l’égalité femmes-hommes une “grande cause nationale” commence donc plutôt mal.

Concernant l’égalité femmes-hommes, là encore, la déception est au rendez-vous. Emmanuel Macron s’était engagé dans l’entre-deux tours de la présidentielle à mettre en place un ministère des droits des femmes de plein exercice. En lieu et place, est instauré un secrétariat d’Etat chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes. Certes, ce secrétariat d’Etat est placé sous l’autorité du Premier ministre, ce qui garantit en théorie des moyens importants. Mais Edouard Philippe accordant peu de considération à cette question, nous sommes très dubitatives.

Osez le féminisme ! souhaite à Marlène Schiappa de pouvoir porter haut et fort au sein de ce nouveau gouvernement des mesures concrètes pour les droits des femmes et l’égalité femmes-hommes, en espérant que son secrétariat d’Etat soit doté d’un budget à la hauteur des enjeux. Nos attentes sont grandes, et nous avons hâte de prendre connaissance de la feuille de route de la nouvelle Secrétaire d’Etat.

Osez le Féminisme !

  • Nomination du nouveau gouvernement : l’égalité en marche arrière…

Sans grande surprise, malgré les beaux discours du candidat Macron, il n’y aura pas de femme première ministre !

Sans grande surprise non plus, l’égalité entre les femmes et les hommes n’héritera pas d’un grand ministère de plein droit, de plein exercice, avec des moyens adéquats. Un secrétariat d’Etat suffira bien ! Pour la grande cause nationale, promesse de campagne, c’est raté !

Certes, l’intitulé n’est cette fois-ci plus accolé à la petite enfance. Certes, le nouveau gouvernement est d’un point de vue arithmétique, paritaire, mais un secrétariat d’état en lieu et place d’un Ministère, envoie un signe très négatif aux féministes et aux progressistes. Sans parler des premières nominations, de la garde rapprochée du Président, qui sont exclusivement masculines.

Faire du nouveau ne se décrète pas, il faut des actes !

Les communistes continueront à mener le combat pour qu’enfin les droits des femmes soient considérés comme prioritaires, pour que le droit à l’IVG et à la contraception soit garanti et renforcé, pour débarrasser la société des violences faites aux femmes. »

Laurence Cohen, Responsable nationale du PCF pour les Droits des femmes et le Féminisme.

  • Nouveau gouvernement: les droits des femmes ne valent pas Ministère

C’est avec déception que la CLEF a pris connaissance de la composition du nouveau gouvernement: pas de ministère de plein exercice pour les droits des femmes malgré les bonnes intentions affichées lors de la campagne présidentielle par le nouveau président, Emmanuel Macron! Qui plus est, l’intitulé du Secrétariat d’état, non des droits des femmes mais de « l’égalité entre les femmes et les hommes » nous interroge. Nous serons vigilantes à ce que ce changement sémantique n’augure pas d’un périmètre d’intervention réduit.

Si, dans la composition du nouveau gouvernement, la parité est formellement respectée, force est de constater que l’attribution des Ministères perpétue les stéréotypes de genre qui, depuis trop longtemps, prévalent. A l’exception notable de la nomination de la Ministre des Armées, dont nous nous félicitons, les femmes ne se voient attribuer aucun ministère régalien. Où est la modernité ? où est le renouveau promis?

Notre déception est à la mesure des espoirs que nous avons portés pour le succès de cette équipe gouvernementale .

La Clef tient cependant à féliciter Madame Marlène Schiappa pour sa nomination de secrétaire d’Etat et l’assure de sa détermination à soutenir son action.

Coordination Française du Lobby Européen des Femmes

  • Et ainsi disparut le ministère des Droits des femmes

Cela va être dur pour la « grande cause nationale ». Je souhaite bon courage à Marlène Schiappa, elle en aura besoin pour mener à bien sa mission dans un tel gouvernement.

Emmanuel Macron est donc bien un homme de droite avec un programme de droite et un premier ministre de droite.

Laura Slimani, porte-parole de B Hamon sur les questions d’égalité femmes/hommes

Pour en savoir plus

Lettre ouverte pour la pérennisation d’un Ministère des Droits des femmes

Associations, collectifs, fédérations, institutions et universitaires engagés pour l’égalité femmes-hommes interpellent Emmanuel Macron pour que les moyens accordés à ce combat soit à la hauteur. «L’existence de politiques concrètes et transversales visant à l’égalité FH dans tous les secteurs de la société et donc tous les ministères, est essentielle. Mais cette transversalité ne peut être animée sans un Ministère spécifique avec une administration et des délégué.e.s sur l’ensemble du territoire.» 

Monsieur le Président,

Vous aviez pris l’engagement que l’égalité femmes-hommes (FH) serait la grande cause nationale de votre quinquennat et nous nous en réjouissons.

L’égalité FH, nous la connaissons, elle est notre horizon. Associations, collectifs, fédérations ou fondations, institutions, universitaires, nous œuvrons dans les écoles, dans les entreprises, dans la rue, partout, chaque jour en France et dans le monde pour qu’elle devienne une réalité. Mieux que quiconque nous le savons, les chiffres des inégalités et des violences faites aux femmes nous le confirment : l’égalité FH ne sera réelle qu’avec une forte volonté politique et les moyens nécessaires à sa mise en oeuvre.

Alors qu’une femme meurt tous les 2,5 jours sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon et que les femmes gagnent toujours 26% de moins que les hommes, il est temps d’atteindre l’égalité réelle, que la vie des femmes s’améliore enfin.

Le rapport « Où est l’argent pour les droits des femmes? Une sonnette d’alarme » publié par nos organisations, en septembre 2016, a mis l’accent sur l’importance d’accorder des moyens à notre cause et la faiblesse de ceux-ci jusqu’à présent. Sous le précédent quinquennat, le Ministère des Droits des femmes fonctionnait avec le plus petit budget de l’Etat : 0,006% du budget total. Pour mener à bien nos missions et faire progresser significativement la société vers une égalité réelle, il est nécessaire qu’un ministère consacré à cette mission soit doté de moyens suffisants.

L’existence de politiques concrètes et transversales visant à l’égalité FH dans tous les secteurs de la société et donc tous les ministères, est essentielle. Mais cette transversalité ne peut être animée sans un Ministère spécifique avec une administration et des délégué.e.s sur l’ensemble du territoire. Les mandatures précédentes nous l’ont prouvé, lorsque l’un ou l’autre a failli, l’égalité a stagné, voire reculé. Ces deux dynamiques, transversales et spécifiques, sont l’armature étatique sans laquelle notre légitime ambition ne peut se réaliser.

Le budget accordé à nos actions est directement corrélé à l’importance qu’on y porte : le Président Trump mène une bataille au niveau mondial pour faire reculer nos combats en asphyxiant financièrement les organisations qui les portent, notamment en matière de droits sexuels et reproductifs. Dans un contexte européen et international, où la montée des nationalismes et des conservatismes menace sérieusement les organisations de défense des droits des femmes vous affirmeriez, Monsieur le Président, la voix singulière de la France.

Signataires :

  • Le Fonds pour les Femmes en Méditerranée
  • La Fondation des Femmes
  • Force Femmes
  • Women’s Worldwide Web
  • ONU Femmes France
  • Le Collectif Féministe Contre le Viol
  • Excision, parlons-en!
  • Regards de femmes
  • Les EfFRONTé-e-s
  • Le Conseil National des Femmes Françaises
  • Collectif Féministe Femmes Racisées et Antispécistes
  • Education Féministe
  • Mémoire Traumatique et Victimologie
  • En avant toute(s)
  • Élu.e.s Contre les Violences faites aux Femmes
  • Du côté des femmes de Haute-Garonne
  • Le Fit-Une femme un toit
  • Afrika93
  • Le Mouvement du Nid
  • Osez le Féminisme!
  • La Maison des femmes de Paris
  • Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir
  • Femmes solidaires
  • Pour qu’elle Revienne
  • La Compagnie du Hasard
  • Le lien théâtre
  • l’Amicale du Nid
  • Mouvement HF – Egalité femmes-hommes dans les arts et la culture
  • Réussir l’égalité Femmes-Hommes
  • Le Planning Familial
  • Social Builder
  • Du côté des Femmes
  • Femmes Ingénieurs
  • Catherine Ladousse, co fondatrice et Présidente de l’association du Cercle InterElles
  • Le Rajfire
  • L’Assemblée des Femmes
  • Led By HER
  • le Cri 93
  • Femmes contre les Intégrismes
  • Femmes au-delà des mers
  • Marche Mondiale des Femmes
  • Les Glorieuses
  • l’Égalité c’est pas sorcier!
  • Fondation Scelles
  • la CLEF
  • Bagdam Espace lesbien
  • IEC / Institut Émilie du Châtelet
  • Collectif féministe contre le cyberharcèlement
  • Association Nationale des Etudes Féministes

Soutiens :

  • Pascale Vion présidente de la Délégation aux Droits des Femmes et à l’Égalité du CESE
  • Diane Roman, Professeure de droit, Université François-Rabelais, Tours
  • Marie Gloris Bardiaux-Vaïente, membre du Collectif des Créatrices de Bande dessinée contre le Sexisme.
  • Brigitte Martel-Baussant, membre du Laboratoire de l’Egalité et de la CNCDH
  • Marie Moinard, Éditrice et scénariste du collectif En chemin elle rencontre…
  • Silvina Stirnemann, photographe, membre de H.I.J.O.S.-PARIS.
  • Sophie Adriansen, écrivaine
  • Laura Flessel, épéiste
  • Laura-Maï Gaveriaux, reporter de guerre indépendante

 

8 mars.International Women’s Day, ce n’est pas la journée de LA femme mais celle DES femmes

Publié le

J’ai déjà écrit plusieurs articles sur cette trahison sémantique qui consiste à transformer le pluriel Women’s Day (woman au pluriel women) en singulier La journée de LA femme, une faute que la grande majorité des médias répercute de même quelques associations qui se disent féministes.Cette année, ce sont Les Nouvelles News qui s’y collent.

LC

Source http://www.lesnouvellesnews.fr/8-mars-nest-plus-la-journee-de-la-femme/

Pour la première fois depuis 40 ans, l’ONU présente le 8 mars comme la “Journée internationale des femmes”. Jusque là, en français, c’était officiellement la journée de “la femme”… Explications.


C’est un petit changement sémantique, pourtant lourd de sens. La journée du 8 mars 2017 sera, selon les Nations Unies, la « Journée internationale des femmes ». Pourquoi un changement ? Parce que c’est la première fois depuis 40 ans que le pluriel apparaît dans la communication francophone de l’ONU, sur la page dédiée à cette journée.

En 2016 encore, sur cette même page, le 8 mars était officiellement la journée internationale de « la femme », alors que le pluriel est de mise depuis l’origine dans la version anglaise, International Women’s Day (qui est d’ailleurs une contraction de International Women’s Rights Day », journée internationale des droits des femmes).

Jusque là, donc, en français, les Nations Unies évoquaient « la femme » au singulier, un choix réducteur transformant les femmes en entité abstraite, qui exaspérait les organisations féministes. « Il s’agit d’une mauvaise traduction à l’origine de cette journée qui a été inscrite dans les différentes résolutions depuis 1977 et n’a jamais été corrigée », expliquait en 2016 Fanny Benedetti, directrice exécutive du comité français d’ONU Femmes, aux Nouvelles NEWS.

Lire : 8 mars : l’ONU Femmes France reconnaît une mauvaise traduction

« Le Comité ONU Femmes France s’engage à mener une campagne active pour que ces mauvaises traductions soient corrigées », assurait alors Fanny Benedetti. Campagne efficace, donc. Fanny Benedetti salue aujourd’hui la mobilisation des sociétés civiles francophones « qui ont pu faire entendre leurs voix ». Pour autant, « ce n’est pas fini », note la directrice exécutive d’ONU Femmes France. « Nous avons encore le problème de la ‘Commission de la condition de la femme’, terminologie qui n’a pas encore pu évoluer car ce titre est institutionnalisé… C’est un problème qui n’est donc pas encore entièrement résolu ».

Grève et arts

La Journée internationale des femmes, rappelle l’ONU, « est l’occasion de dresser le bilan des progrès réalisés, d’appeler à des changements et de célébrer les actes de courage et de détermination accomplis par les femmes ordinaires qui ont joué un rôle extraordinaire dans l’histoire de leur pays et de leur communauté. »

Elle sera aussi, de la part de la société civile, une journée de revendications dans plusieurs pays. En France, un collectif de syndicats, associations féministes, ONG et organisations de jeunesse ont lancé un appel à la grève ce 8 mars à 15h40, heure symbolisant l’écart de salaire entre les femmes et les hommes, avec un rassemblement à Paris Place de la République. Leur message  : « Nous refusons de continuer à travailler gratuitement, d’être enfermées dans les temps partiels, de ne pas avoir de perspective de carrière ou d’être confrontées à des violences sexistes et sexuelles. »

Voir : #8mars15h40, une mobilisation inédite en France

Du côté d’ONU Femmes France, c’est un programme artistique qui rythmera le 8 mars et les jours suivants. Paris accueille pour la première fois la « HeForShe Arts Week », 14 événements du 8 au 15 mars pour faire passer ce message : « l’art façonne notre vision culturelle du monde et a le pouvoir de redéfinir les normes de genre et de dénoncer les inégalités entre les femmes et les hommes qui persistent ».

Voir le programme de la HeForShe Arts Week

Pour en savoir plus

*https://laconnectrice.wordpress.com/2013/02/04/journee-internationale-des-femmes-et-non-de-la-femme-le-8-mars-2013/

images (5)

Chaque année, à l’approche de la Journée internationale des femmes, le 8 mars, un peu de rappel sémantique s’impose tant cette célébration est dénaturée et récupérée dans le but de nuire aux femmes. A propos de la Journée internationale des femmes, j’ai lu et entendu surtout parler de la “Journée de LA femme ».

Chaque année, j’explique pourquoi la journée DES femmes n’a rien à voir avec la journée DE LA femme et c’est dénaturer cette célébration que déformer son intitulé officiel.

  • La Journée Internationale DES femmes a été officialisée par l’ONU le 8 mars 1977 et a été adoptée par la France en 1982

Malgré 31 ans d’existence en France, les médias et les officiels continuent à parler de la “Journée DE LA Femme”, un glissement sémantique qui n’est pas innocent.

  • LA femme est un fantasme. LES femmes sont une réalité.

 Preuve en est la sémantique d’expressions qui désignent des choses différentes selon que le complément est singulier ou pluriel.

La chambre DES députés et non la chambre DU député
La fête DES pères et non pas la fête DU père
La fête DES mères et non la fête DE LA mère
LES droits de l’homme et non LE droit de l’homme
Le Ministère des affaires étrangères et non DE L’affaire étrangère
L’Académie des belles lettres et non l’académie de la belle lettre

  • LES femmes réelles ont disparu au profit de LA femme idéale

Pour distinguer les vrais féministes et les vrais journalistes des fausses, il suffit d’observer leur vocabulaire.

Ce glissement sémantique du pluriel au singulier n’est pas innocent. Dans la langue française, lorsqu’il s’agit de désigner une réalité, on utilise le pluriel pour souligner la diversité. Quand il s’agit de désigner un concept, on utilise le singulier.
Toutes celles et ceux qui ramènent “LES femmes” dans toute leur diversité et leur complexité à “LA femme” cherchent inconsciemment à s’abriter derrière la sécurité du modèle, de l’image, de l’abstraction, de la représentation, tout ceci pour se voiler la face.
Conceptualiser conduit aussi à adopter plus facilement des stratégies de contrôle et de domination.
Dans notre société, réduire LES femmes à LA femme est une réduction business. Il est plus facile d’entraîner dans la consommation LA femme que LES femmes. Mais c’est aussi et surtout une position politique.
LA femme, elle est douce, blonde, grande, mince et jeune. Elle consomme des fringues, des cosmétiques, des produits light et les voyages sur mesure. LA femme est libérée et n’a pas besoin de lutter pour se faire une place au soleil. LA femme n’est pas féministe. LA femme n’est pas victime de discriminations d’un autre âge. LA femme ne fait pas partie de celles qui se font violer toutes les 15 mn ou qui succombent sous les coups de leur chéri tous les deux jours, en France. LA femme n’est pas payée 20 % de moins qu’un homme pour le même travail. LA femme n’est pas majoritaire dans le travail à temps partiel ni dans le chômage. LA femme n’avorte jamais. LA femme, tenez, on l’adore.
LA femme ne pète pas mais elle pue sous les bras, ça on le sait depuis longtemps, mais elle pue aussi du minou, c’est plus récent. On a conçu pour elle des désodorisants spéciaux dans les tons roses. LA femme peut tout se faire refaire mais dans son dos on la traite de siliconée tandis qu’en face on lui fait des courbettes pour la persuader de remplir les poches des chirurgiens (pour la plupart des mâles-qui-adorent-LA-femme) esthétiques.
LA femme, elle est prête à tout pour se faire plaisir en vidant son porte-monnaie au profit des vendeurs de soupe. Prête à se tartiner la gueule de caviar, à ingurgiter toutes sortes de gélules aux vertus miraculeuses, à se bétonner l’estomac de coupe-faims, à avaler des liquides chocolatés infâmes mais hyperprotéinés, à se briser les chevilles en portant des chaussures instables mais tellement élégantes et sexy, à mourir de faim pour ressembler aux images de leurs magazines favoris. C’est fou ce que LA femme s’éclate dans les botox parties et les cliniques chics.
LA femme, on la voit partout sur les écrans en train de se caresser les seins et les cuisses au dessus d’un numéro surtaxé. LES femmes que je connais doivent être anormales qui préfèrent se faire caresser ou caresser l’autre.
Dans l’histoire proche, nous avons vu ce que donnait la réduction de la multitude à l’unique et à quelles fins le singulier a été utilisé. Quand on commence à parler DU juif, DU noir, DE L’arabe, DU paysan, DE L’ouvrier, le terrain devient glissant.
LES femmes, elles, ce sont des emmerdeuses, des castratrices, des incompétentes, des ignorantes, des naïves. Elles sont grosses et moches. Et quand elles sont des ménagères de plus de 50 ans, elles n’intéressent personne, même pas le city épicier du coin car elles font des régimes forcés à cause de la minceur de leur pension de retraite (carrière ou travail à temps partiel = pension partielle). De plus, elles sont ménopausées et ça, c’est franchement répugnant. Imaginez leurs vagins secs et ratatinés pour y fourrer une bite ramollie qui a déjà du mal à réagir au viagra !
Et puis LES femmes, quelles chieuses avec leurs réalités et leurs exemples concrets. Des empêcheuses de bâtir des plans sur la comète, de peaufiner des théories révolutionnaires une ligne de coke sous le nez, de regarder des matchs de foot une canette de bière à la main en tapant des pieds à chaque but. Des purges contre les désirs de parcourir le vaste monde et de rêver à un monde sinon meilleur, du moins plus facile.
LES femmes, ce sont ces harpies qui voudraient que les hommes participent aux tâches ménagères au lieu de les aider comme ils l’ont toujours fait.
LES femmes réussissent bien dans leurs études, sont plus diplômées que les hommes tandis que LA femme a l’intelligence silencieuse. Elle ne moufte pas mais elle est si dévouée !
LA femme, on en parle dans tous les débats télévisés. LES femmes, on les voit rarement sur les écrans quand il s’agit d’aborder des questions sérieuses.
Et puis LA femme, on n’en a qu’une sur les bras, celle qui bat toutes LES femmes à plate couture. C’est bon ça, Coco, pour le repos du guerrier qui sommeille en chaque mâle, le business et la politique !

Les choses changent en pire, femmes ne baissez pas les bras

*https://laconnectrice.wordpress.com/2011/03/07/8-mars-lilith-et-les-pecheresses/

Publié le

Il est de bon ton de maudire le féminisme et les féministes en les caricaturant et les ridiculisant pour s’en démarquer ou nier la parole des femmes qui s’estiment discriminées et mal traitées du fait de leur genre. Pourtant, la discrimination sexiste est la plus ancienne et la plus universelle qui soit et beaucoup d’hommes et de femmes la trouvent légitime en se fondant sur des arguments essentialistes qui réduisent la femme à sa fonction reproductrice et l’homme à sa force physique, comme si les progrès des sciences, de la civilisation, de la médecine, de la philosophie, de l’économie et des techniques n’avaient pas conduits les individus à un potentiel d’égalité indépendamment de leur sexe, de leur race et de leur constitution physique.

8 mars 5/5. manifestations, actions en France

Publié le

Femmes sans voile d’Aubervilliers

Voici notre tract pour le 8 mars que nous allons distribuer à Aubervilliers  Rdv à10h45 au café du centre( place de la mairie) et au niveau de la manifestation de Paris.

Le 8 mars est aussi pour nous, femmes françaises d’origine musulmane, une journée pour l’égalité des sexes contre le patriarcat et le machisme encouragés par les communautaristes, les multiculturalistes… et confortés par l’islamisme politique. Si on vous dit que les femmes de culture musulmane subissent des pressions pour que leur corps soit invisible dans l’espace public, cela vous étonne ? Si on vous dit que dans certains lieux de l’espace public les femmes de culture musulmane ne sont pas les bienvenues, cela vous étonne ? Si on vous dit que les rappels à l’ordre moral et religieux pendant le ramadan, dans l’espace public, deviennent une réalité et ce, quel que soit notre rapport à la religion (croyants ou non, pratiquants ou non), cela vous étonne ? Et si on vous dit que toutes ces pressions s’exercent dès la petite enfance, cela vous étonne ?

Quand les femmes d’origine musulmane dénoncent ces faits, font-elles de l’auto-racisme ? NON, elles revendiquent simplement leurs droits de citoyennes dans notre France laïque et républicaine ! A toutes celles et tous ceux qui se permettent de donner des leçons aux femmes « d’origine » qui combattent le patriarcat et le machisme dans l’espace public et dans la famille, A toutes celles et tous ceux qui, faisant référence aux usages de leurs aïeules françaises, nous refusent le bénéfice des conquêtes féministes du 20ème siècle, A toutes celles et tous ceux qui utilisent la richesse de la diversité pour prôner le multiculturalisme et mieux nous communautariser, A toutes celles et tous ceux qui s’accommodent des règles de l’islamisme politique qui s’appliquent à notre « communauté ». Nous leur disons qu’ils ne réussiront pas à nous faire taire !  Nous dénonçons l’idéologie islamiste qui instaure la régression et bloque toute évolution des mentalités. Sa stratégie commence par contrôler la présence des femmes dans l’espace public pour mieux les soumettre à leur code moral.  Nous dénonçons celles et ceux qui, de manière consciente ou insidieuse, ne nous considèrent pas comme des citoyennes à part entière et se donnent le droit de contrecarrer nos actions d’alerte dans nos quartiers et d’appel au secours et cela au nom du respect de la « communauté ».  Nous refusons d’être enfermées dans un statut d’infériorité sous prétexte du « respect de la diversité culturelle et des traditions » restaurant ainsi le droit coutumier et religieux. Cela ne vous rappelle-t-il pas le code de l’Indigénat en vigueur autrefois dans les colonies françaises ?  Nous refusons que l’ « antiracisme » réduise à néant le combat des femmes qui s’affirment Françaises.  Nous refusons le détournement du mot « amalgame » qui brouille et qui paralyse toutes les actions anti-islamistes, actions dont les femmes sont les premières victimes, ici et de par le monde. Le collectif « Femmes sans voile d’Aubervilliers » – 2017

femmesansvoile@gmail.com

facebook : Femmes sans voile d’Aubervilliers

 

Journée de la femme du barreau de Paris La Maison Du Barreau 8 mars 2017 09:0018:30

« Là où tant d’hommes ont échoué, une femme peut réussir » (Talleyrand) – Femmes, moteurs de changement mer. 8 mars 2017, de 09h00 à 18h30 Tables rondes et ateliers validés au titre de la formation continue. Suivez toute l’actualité de la journée sur twitter #8marsaubarreau

Initiatives de femmes de gauche et de leurs organisations

https://paris.demosphere.eu/rv/52774

Action et grève pour les droits des femmes le 8 mars

Programme :

  • 14h00 : Début de l’occupation de la place de la République
  • 15h00 : Ateliers sur les revendications contenues dans l’Appel
    Un atelier de self-défense non mixte
  • 15h30 : Faites du bruit !!! On se défoule pour les droits des femmes (amenez vos casseroles ou autres, tant que c’est bruyant ;))
  • 15h40 : On est en grève ! : pourquoi la grève à 15h40, explications ; lectures des textes, national et international
    Jusqu’à 17h30 : Interventions de femmes en lutte dans les entreprises ; chansons, théâtre…
  • 17h30 : Manifestation de République à Opéra pour aller vers les salarié-es des grands magasins qui sont majoritairement des femmes touchées par la précarité et le travail du dimanche.
  • 19h00 : place de l’Opéra : Interventions des associations et organisations.

Rendez-vous particuliers :

Autres rendez-vous du 8 mars :

Malakoff, 8h30: Saint-Denis, 11h: La Défense, 12h30: Saint-Denis, 13h: Beaubourg, 15h40: Massy, 19h30: Belleville

  • Actions du gouvernement depuis le 8 septembre 2016-8 mars 2017

http://www.familles-enfance-droitsdesfemmes.gouv.fr/dossiers/sexisme-pas-notre-genre/actualites/

Sexisme pas notre genre

 

  • Tous les évènements parisiens

*http://quefaire.paris.fr/3631/journee-internationale-des-droits-des-femmes

Des dizaines d’expositions, de spectacles, de débats et de visites de musées rendant hommage aux femmes.Une course à pied, du foot et de la moto sont aussi au programme.

Par exemple AWARE  proposait des visites sur le thème « Où sont-elles ? » mais elles ne sont plus disponibles du fait de leur succés…

*La Journée de la Femme , c’est l’occasion pour de nombreuses mairies d’arrondissements ou centres culturels parisiens, d’organiser des débats, rencontres, conférences ou projections à propos des femmes en politique, au travail, de femme en lutte contre certains gouvernements ou certaines sociétés pour faire advenir le droit de citoyens.

Thème 2017 : « Les femmes dans un monde du travail en évolution : une planète 50 – 50 d’ici à 2030 ».
Evous.fr a sélectionné les évènements parisiens en lien avec cette question ! A noter : ils n’ont pas forcément lieu le 8 mars, mais pendant tout le mois.

image: http://www.evous.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1460524977

- Journée de la Femme Digitale aux Docks :

image: http://www.evous.fr/local/cache-vignettes/L180xH180/femme_digitale-d05d5.jpg?1425041422

Cette année, la Journée de la Femme Digitale vous promet toujours plus de surprises. Première surprise, 3 espaces différents pour 3 expériences inédites. Dans l’espace « (Get) Inspire(d) », offrez-vous un moment d’inspiration grâce à des intervenants/es internationaux/ales qui vous livreront leur vision d’un monde meilleur. Dans l’espace « Network », élargissez le champ des possibles grâce à l’espace dédié au networking et ouvert au grand public. Enfin, dans l’espace « Experiment », découvrez les innovations des partenaires engagés #ForABetterWorld.
Deuxième surprise, la Journée de la Femme Digitale joue les prolongations et vous propose une « After » de 18h à 21h avec une programmation soirée. Évadez-vous grâce à la programmation !
Jeudi 9 mars 2017, de 8h à 21h
Les Docks – Cité de la Mode et du Design
34 Quai d’Austerlitz, 75013 Paris

image: http://www.evous.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1460524977

- Conférence-débat « Femmes, Europe et Pauvreté » à la Maison de l’Europe de Paris  : Dans le cadre de son cycle de formation, la Coordination française pour le Lobby européen des femmes (CLEF) propose d’analyser la situation des femmes pauvres en Europe et en France. Participeront au débat les représentants des institutions européennes, du Lobby européen des femmes, de la Plateforme européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion, de Médecins du Monde, du Secours catholique, et des associations membres de la Clef.
Vendredi 3 mars 2017, de 14h à 17h
35-37 rue des Francs-Bourgeois, 75004 Paris
Inscription obligatoire ici

image: http://www.evous.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1460524977

-  Flashmob sur Internet « Mettez du rouge »  :

image: http://www.evous.fr/local/cache-vignettes/L180xH180/rouge-7-12f22.jpg?1425057853

En France, 250 femmes sont violées chaque jour. L’opération « Mettez du rouge » a l’ambition de faire connaitre ce chiffre effarant et ainsi de le faire baisser. Elle s’adresse aux hommes. A l’occasion de la Journée internationale des droits des Femmes, du 8 février au 8 mars 2017, ces messieurs sont invités à s’engager contre ces violences et à prendre la défense des victimes et à porter du rouge à lèvres sur les réseaux sociaux en signe de soutien (plus d’infos ici).

image: http://www.evous.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1460524977

-  Table ronde « Nous Sommes Exceptionnelles parce que »  : Au programme : 14h-15h : table ronde avec les différents intervenantes (14h-15h), déambulation dans différents stands (15h-17h), buffet, échanges informel, exposition photo sur les femmes aux parcours exceptionnels : Balade itinérante, jeu interactif sur la défense du droit des femmes, projection d’un documentaire sur le parcours de femmes…
Rendez-vous le mercredi 8 mars de 14h à 17h à L’Espace Paris Jeunes de la Goutte d’Or (8 esplanade Nathalie Sarraute).

En savoir plus sur http://www.evous.fr/Journee-de-la-Femme-engagee-Conferences-debats-Paris-1181781.html#F5vXFDPX62gYYDpu.99

*Activités sportives

LE SPORT DONNE DES ELLES  : Les 4, 5, 11 et 12 mars 2017
A l’occasion de la Journée internationale de la Femme, la Fédération Sportive des ASPTT fait bouger les femmes partout en France . L’ASPTT Paris invite les femmes de toute la région à découvrir gratuitement de nombreuses activités sportives animées par des animateurs diplômés. Au programme : boxe fitness , zumba , yoga…
Lieux des activités : Espace forme Bercy Bastille (242 rue de Bercy), Espace forme Jules Ladoumègue (39 route des Petits Ponts ), Espace forme Brune (101 Boulevard Brune), Espace forme Charléty (17 avenue Pierre de Coubertin).
Pour en savoir plus, contactez le 06 10 01 79 87.

TOUTES EN MOTO  : Dimanche 12 mars 2017

image: http://www.evous.fr/local/cache-vignettes/L220xH311/toutes_en_moto-740bd.jpg?1486149940


Cette manifestation invite toutes les femmes motardes à défiler en moto, pour transmettre l’image de femmes qui conduisent leur vie, libres, indépendantes, modernes. L’ objectif de ce rassemblement est de donner une image forte de la femme à l’ heure ou tant dechoses pourraient nous ramener en arrière. En 2013, la manifestation avait réuni plus de 7000 conductrices et conducteurs de deux-roues motorisés.
Rendez-vous dimanche à 13h place de Varsovie , en bas du Trocadéro (sous réserve de l’acceptation de la Préfecture de Paris).

COURONS POUR L’ÉGALITÉ  : Samedi 4 mars 2017
Libres Terres des Femmes vous invite à la course pour l’égalité et contre les violences faites aux femmes dans le cadre de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes du 8 mars 2017. Rendez-vous devant la Fontaine aux Lions au Parc de laVillette, pour une course gratuite de 4 kilomètres.
Ouverture des inscriptions sur place et retrait des dossards à 9h, départ de la course à 10h. Plus d’ infos ici.

En savoir plus sur http://www.evous.fr/Journee-de-la-Femme-activites-sportives-a-Paris-1123031.html#dZ3pjK9vahoowe4q.99

Fondation des femmes

Fondation des Femmes

*Speed dating, vidéo humour

*Appel aux dons

Lapin Taquin. Féminisme musulman

 

 

Ajoutée le 9 déc. 2016

Partage si toi non plus t’es pas convaincu par le projet de convivialité islamo-féministe

Twitter : https://twitter.com/LeLapinTaquin
Facebook : https://www.facebook.com/lelapintaquin/

Sources :
Reportage de France 2 à Sevran
https://twitter.com/Marion_M_Le_Pen/s…
Documentaire de Sophie Peeters sur le harcèlement de rue à Bruxelles
https://www.youtube.com/watch?v=wmZU0…
http://www.sudinfo.be/468479/article/…
Rokhaya Diallo pour la normalisation du voile islamique
https://twitter.com/LNE/status/806470…
Dossier Tabouche par Widad K et Sihame Assbague contre Bernard de La Villardière
https://twitter.com/paul_denton/statu…
Agression de Bernard de La Villardière
https://twitter.com/tprincedelamour/s…
Femme journaliste insultée aux Pays-Bas
https://www.youtube.com/watch?v=_xdrU…
Thierry Ardisson aime bien les kebabs mais loin de chez lui
https://www.youtube.com/watch?v=Hhcpw…
Camp d’été interdit aux Blancs
http://www.lefigaro.fr/actualite-fran…
Najat Vallaud-Belkacem se tait face à un islamiste décomplexé
https://www.youtube.com/watch?v=BHTJN…
Deux Français d’origine maghrébine dénoncent la montée de l’islamisme dans les Grandes Gueules sur RMC
http://www.fdesouche.com/797785-93-se…
Scène d’Independance Day
https://www.youtube.com/watch?v=vjFG-…

Musique :
Thème des Chocobos – Final Fantasy II
https://www.youtube.com/watch?v=vm2mj…
Thème des Chocobos – Final Fantasy III
https://www.youtube.com/watch?v=v8BK-…
Thème des Chocobos – Final Fantasy IV
https://www.youtube.com/watch?v=BxBtv…
Thème des Chocobos – Final Fantasy V
https://www.youtube.com/watch?v=agfnB…
Thème des Chocobos – Final Fantasy VI
https://www.youtube.com/watch?v=uIHEc…
Thème des Chocobos – Final Fantasy VII
https://www.youtube.com/watch?v=RHpn-…
Thème des Chocobos – Final Fantasy VIII
https://www.youtube.com/watch?v=lPC5G…
Thème des Chocobos – Final Fantasy IX
https://www.youtube.com/watch?v=ZCTd-…

Exclusion des femmes en banlieue parislam. Pourquoi la loi n’est-elle pas appliquée ?

https://laconnectrice.wordpress.com

L’article 225-2 du Code pénal précise dans quelles situations la discrimination effectuée est répréhensible :« La discrimination définie à l’article 225-1, commise à l’égard d’une personne physique ou morale, est punie de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 Euros d’amende lorsqu’elle consiste :

1° à refuser la fourniture d’un bien ou d’un service ;

4° à subordonner la fourniture d’un bien ou d’un service à une condition fondée sur l’un des éléments visés à l’article 225-1 ;

Dans le reportage suivant, les cafés qui refusent les femmes sont passibles de trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. Pourquoi la loi n’est-elle pas appliquée ? Ce serait pourtant le meilleur moyen de mettre fin à une situation scandaleuse qui n’est qu’un épiphénomène du remplacement de nos lois républicaines par la charia. Qu’en pensent nos ministres ?

France 2 diffusait un reportage sur ces territoires de la République où les femmes sont exclues sans que ces associations promptes à faire des testing pour démontrer la discrimination du pauvre djeun refusé d’entrée dans une boite de nuit ou exclu de candidature sur CV, ne s’indignent d’une situation qui ne fait qu’empirer depuis que l’islam règne en maître dans de nombeux quartiers à travers la France.

On aurait souhaité que les autorités de notre pays agissent fermement, conformément à la loi qui proscrit toute discrimination, d’autant plus qu’en ce qui concerne l’exclusion des femmes, les preuves sont patentes.

Curieusement, dans ce reportage, aucune des militantes ne cite la loi qui interdit toute discrimination, mais c’est peut-être un choix de la rédaction de France2. Pourtant, c’est simple, les lois de la République prohibent la discrimination et ces hommes qui excluent les femmes sur l’unique base de leur genre sont dans la plus fragrante illégalité.Que font les garants de nos lois ? Nous ne le savons que trop : les femmes sont les premières et principales victimes de l’islamisation de la France et si elles se terraient à la maison, cela libérerait des emplois et ferait baisser le nombre de chô meurs … à condition qu’ils aient les qualifications nécessaires pour les remplacer, ce qui est loin d’être certain mais ce mythe des femmes voleuses d’emploi perdure depuis des siècles dans notre monde misogyne et machiste qui rêve de soumettre les femmes à ses désirs et intérêts.

http://www.francetvinfo.fr/societe/societe-quand-les-femmes-sont-indesirables-dans-les-lieux-publics_1958225.html

Lire aussi

l’excellent article de Caroline Alamachère

http://ripostelaique.com/pujadas-decouvre-quen-france-cest-la-loi-du-bled-qui-sapplique.html/

Mes articles sur le même sujet

https://laconnectrice.wordpress.com/2014/09/09/islamisation-une-jeune-femme-poignardee-a-mort-a-la-poudrerie-de-sevran-seine-saint-denis/
https://laconnectrice.wordpress.com/2013/06/26/logement-social-pour-les-bandits-cite-des-beaudottes-a-sevran/
https://laconnectrice.wordpress.com/2011/08/30/seine-saint-mohamed-remplace-seine-saint-denis/
Ne pas oublier Argenteuil : https://laconnectrice.wordpress.com/2013/06/23/notre-douce-france-est-morte-a-argenteuil-ville-male-et-musulmane/

Loi contre les discriminations

https://fr.wikipedia.org/wiki/Discrimination

Définition juridique actuelle[modifier | modifier le code]

La discrimination est un traitement défavorable injustifié d’une personne en lien avec une ou plusieurs de ses caractéristiques : son sexe, ses origines (sociales et/ou nationales, ethniques), son orientation sexuelle, son identité sexuelle, un handicap, son état de santé, son apparence physique, sa religion ou ses convictions, ses opinions politiques, ses activités syndicales ou sa participation à une grève (Michel Miné, Droit des discriminations dans l’emploi et le travail, Éditions Larcier, 2016). Le mot discrimination vient du latin discriminis, qui signifie « séparation ».

Définition légale en France

En France, l’article 225-1 du Code pénal définit une liste de critères qui entrent dans la constitution d’une discrimination :

Modifié par LOI no 2014-173 du 21 février 2014 – art. 15

« Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur lieu de résidence, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation ou identité sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée. »
« Constitue également une discrimination toute distinction opérée entre les personnes morales à raison de l’origine, du sexe, de la situation de famille, de l’apparence physique, du patronyme, du lieu de résidence, de l’état de santé, du handicap, des caractéristiques génétiques, des mœurs, de l’orientation ou identité sexuelle, de l’âge, des opinions politiques, des activités syndicales, de l’appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée des membres ou de certains membres de ces personnes morales. »

L’article 225-1-1 du Code pénal y ajoute les actes discriminatoires faisant suite à un harcèlement sexuel :

« Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes parce qu’elles ont subi ou refusé de subir des faits de harcèlement sexuel tels que définis à l’article 222-33 ou témoigné de tels faits, y compris, dans le cas mentionné au I du même article, si les propos ou comportements n’ont pas été répétés. »

L’article 225-2 du Code pénal précise dans quelles situations la discrimination effectuée est répréhensible :

« La discrimination définie à l’article 225-1, commise à l’égard d’une personne physique ou morale, est punie de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 Euros d’amende lorsqu’elle consiste :
1° à refuser la fourniture d’un bien ou d’un service ;
2° à entraver l’exercice normal d’une activité économique quelconque ;
3° à refuser d’embaucher, à sanctionner ou à licencier une personne ;
4° à subordonner la fourniture d’un bien ou d’un service à une condition fondée sur l’un des éléments visés à l’article 225-1 ;
5° à subordonner une offre d’emploi, une demande de stage ou une période de formation en entreprise à une condition fondée sur l’un des éléments visés à l’article 225-1 ;
6° à refuser d’accepter une personne à l’un des stages visés par le 2° de l’article L. 412-8 du code de la sécurité sociale.
Lorsque le refus discriminatoire prévu au 1° est commis dans un lieu accueillant du public ou aux fins d’en interdire l’accès, les peines sont portées à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 Euros d’amende. »

Cela semble interdire l’utilisation, pour distinguer entre les personnes, des critères cités à l’article 225-1 et ce dans pratiquement toute situation. Les articles suivants nuancent quelque peu cette perception. L’article 225-3 fournit une liste de situations dans lesquelles l’usage d’un critère de la liste de l’article 225-1 est acceptable. Parmi ces situations, on trouve notamment :

« […] [les] discriminations fondées, en matière d’embauche, sur le sexe, l’âge ou l’apparence physique, lorsqu’un tel motif constitue une exigence professionnelle essentielle et déterminante et pour autant que l’objectif soit légitime et l’exigence proportionnée. »8

Le fait de choisir un acteur de cinéma en fonction de son physique n’est pas discriminatoire (l’Othello de Shakespeare est un Maure, et Hamlet un prince Danois : une couleur de peau est associée à ces personnages, même si les metteurs en scène peuvent les tirer vers l’universel et choisir un acteur d’une couleur de peau différente). De même, qu’un club de football se fonde sur l’état de santé d’un joueur pour renouveler ou non son contrat n’est pas discriminatoire, parce que le fait d’être en bonne santé est nécessaire pour jouer au football.

Procès du violeur en série Kamel Abbas à Lyon

Condamnation indulgente
Le violeur en série écope de 18 ans de prison alors que le procureur en avait requis 20.
Comment peut-on trouver des circonstances atténuantes à un chasseur de femme qui use d’un couteau pour les soumettre et les détruire ? Une violence préméditée dans l’impunité puisque le criminel avait soin d’utiliser un préservatif !
Kamel Abbas, le « violeur du 8e » a été condamné vendredi à 18 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises du Rhône à Lyon pour une série de viols dans le 8e arrondissement de la ville en 2012 et 2013. Après cinq jours de procès, la cour a assorti sa peine d’une période de sûreté des deux tiers et d’une injonction de soins pendant 7 ans.
Le jury s’est-il laissé attendrir par les remords du criminel ? Pourtant nous savons bien que tous les musulmans partagent une culture de takkiya, mensonge stratégique. Qui peut honnêtement croire qu’un homme qui a commis 6 viols sous la menace d’un couteau, et qui s’est fait prendre au cours du 6ème, éprouve des remords sincères ? S’il ne s’était pas fait prendre, il aurait continué. Et s’il regrettait d’avoir violé, il se serait amendé après son premier viol.
Ce jugement inique confirme que la culture du viol obère la morale des Français qui sont fondamentalement indulgents pour les violeurs.
Le jury n’a pas tenu compte du fait que la culture du viol dominait la famille Abbas puisque le frère du criminel a déjà été condamné deux fois pour viol.
Le peu de ^publicité donnée à cette affaire démontre à quel point le fait qu’une femme soit violée en France toutes les 7 mn et que pas une seule femme ne soit épargnée par la menace du viol, c’est une peccadille;
En France, les femmes ne valent pas grand chose;-(
Petite question à la bande de bobos qui militent contre la pénalisation du client de prostituées: au vu du nombre astronomique de viols commis en France, pouvez-vous encore affirmer que la prostitution empêche le viol ?
Troisième jour du procès 21/09/2016

…Pleins phares allumés, ils découvrent alors la scène. Kamel Abbas est en train de violer une jeune fille. Comme à son habitude, il tient une dague dans l’une de ses mains et de l’autre, il maintient la jeune au sol.

Très vite, les policiers fondent sur le violeur qui a encore le pantalon baissé…un préservatif au bout du sexe. Ils sortent leurs armes et lui ordonnent de jeter son couteau. Il s’exécute tandis que la jeune fille, très choquée, essaye de s’enfuir.

Il lui faudra quelques minutes pour comprendre que ce sont bien de vrais policiers qui sont venus la sauver…ou du moins mettre un terme à son calvaire. « L’expression de son visage en disait long », a déclaré l’un des policiers à la cour d’assises.

Une fois interpellé, Kamel Abbas a gardé le silence. « Prostré », il est resté à fixer ses pieds… un peu comme la façon dont il se tient depuis le début de son procès qui se terminera ce vendredi.

Deuxième jour du procès 20/09/2016
D’après France-soir, on apprend que Kamel Abbas invoque la responsabilité du cannabis et, au moment des faits, de l’alcool, ce que les victimes disent ne pas avoir senti.
Kamel Abbas est un musulman d’origine algérienne dont le père est décédé et dont un frère vient de sortir de prison, incarcéré pour…viol, ayant été condamné à deux reprises.
Abbas est père d’un enfant avec lequel il n’a pas de relations et vivait chez sa mère au moment des faits.
Né en 1977, il a arrêté sa scolarité en 1995 à la mort de son père.
Il dit de ses victimes « c’était comme si elles n’avaient pas de visage, comme s’il n’y avait personne en face de moi« , ce qui en dit long sur l’humanité du personnage et rappelle cruellement que, pour les prédateurs sexuels, les victimes -a fortiori si elles sont non musulmanes comme dans ce cas-ne sont que des choses dont ils s’accaparent le corps et l’esprit parce qu’ils estiment qu’elles leur appartiennent du seul fait d’être femmes et kouffars.
Visiblement, dans la famille Abbas, le respect des femmes ne fait pas partie de la morale, une attitude habituelle chez les musulmans dont on a pu remarquer la pratique dans les viols collectifs de Cologne et d’Europe du Nord.
Tant que notre société rigolera du viol, tant que la Justice sera clémente pour les violeurs, tant que nous accepterons la stigmatisation du corps des femmes par le voile et autres chiffons musulmans, aucune femme ne sera en sécurité sur le sol de France.
LC
—————————————————————–
Premier jour du procès 19/09/2016
Le procès en assise de Kamel Abbas, violeur d’au moins 6 femmes, a débuté ce lundi à la cour d’assises du Rhône.
Les médias décrivent l’homme comme une personne sans histoire et le patron de ce chauffeur de bus ne tarit pas d’éloges sur son employé, lequel dit regretter ses actes et laisse entendre qu’il n’était pas conscient de ses crimes, une chanson habituelle chez les criminels afin d’être jugés irresponsables et être déchargés de leur responsabilité.
Espérons que ce procès qui doit durer toute la semaine rendra justice aux victimes et ne fera pas pleurer dans les chaumières sur le pauvre violeur misérable sexuellement, victime de la société et irresponsable de ses actes.

Cagoulé et habillé de noir, le violeur s’attaquait de nuit à ses victimes, avec violence et armé d’un couteau, sévissant dans le même secteur de la capitale des Gaules. Surnommé le Violeur du VIIIe, cet homme a bien laissé son ADN derrière lui, mais son absence de casier judiciaire a rendu vaines les comparaisons avec tous les fichiers.

Le juge d’instruction chargé de cette affaire a innové en ordonnant l’élaboration d’un portrait-robot génétique, méthode alors taboue en France. Elle consiste à extraire à partir d’un ADN des caractères morphologiques du suspect (couleur de la peau, des yeux, des cheveux…).

 http://www.leparisien.fr/faits-divers/lyon-le-violeur-du-viiie-devant-ses-juges-19-09-2016-6131603.php
Les criminels qui ne se sont pas encore fait prendre sont toujours, selon les médias, des personnes -sans- histoire -inconnues -des -services -de police.
Ne faudrait-il pas plutôt les décrire comme des habiles prédateurs passés au travers des mailles du filet de la Justice parce que leur entourage tenait à leur donner le bon dieu sans confession ?
J’ai du mal à croire que personne, absolument personne, n’avait remarqué l’obsession de l’homme pour le sexe, ses regards malsains, son mépris des femmes, sa consommation éventuelle de pornographie, son sexisme, son manque de respect pour autrui, sa morale à géométrie variable, son comportement asocial, ses fréquentations et son hypocrisie.
Je serais curieuse d’entendre comment ses contacts féminins le percevaient. Qu’en pensaient la boulangère, la postière, l’infirmière, la secrétaire de mairie, l’épicière, la serveuse du bistro PMU, les voisines ?
Les hommes qui ont trop souvent une vision dégradante et méprisante des femmes sont incapables de repérer les mêmes défauts chez leurs semblables tant qu’ils n’ont pas été pris sur le fait, comme ce Kamel.
Je suis curieuse de savoir quelle perception du criminel les victimes et les témoins femmes vont livrer au cours du procès.
A suivre.
La Connectrice

Employé modèle le jour, agresseur sexuel la nuit : Kamel Abbas, 39 ans, qui comparaît pour viols depuis lundi devant les assises du Rhône, a reconnu au premier jour du procès tous les faits qui lui sont reprochés, en dévoilant une personnalité double.

Cette série d’agressions sexuelles, tentatives de viols et viols, parfois accompagnés de coups très violents, avait provoqué une psychose dans le 8e arrondissement de Lyon entre 2012 et 2013.

L’accusé, chauffeur de bus, avait été interpellé en flagrant délit de viol de sa sixième victime présumée début janvier 2014, dans un parking de Lyon, à l’endroit même où, un an plus tôt, il aurait déjà violé, sous la menace d’un couteau, une autre femme.

Ce salarié des transports en commun lyonnais depuis décembre 2012, sans casier judiciaire et habitant toujours chez sa mère, avait été mis en examen pour sa dernière agression.

Des analyses génétiques avaient ensuite établi que son profil était identique à celui d’un violeur en série, surnommé «le violeur du 8e», qui avait agressé cinq jeunes femmes de 22 à 26 ans, dont trois étudiantes, entre le 18 octobre 2012 et le 31 janvier 2013.

« Je n’ai pas d’explication »

L’accusé, né en août 1977 de parents d’origine algérienne et aîné d’une fratrie de 5 enfants, avait admis la plupart des agressions pendant l’instruction, à l’exception de celle de la deuxième victime, en novembre 2012.

«Je reconnais tous les faits», a-t-il affirmé d’emblée lundi quand la présidente de la cour lui a donné la parole, suscitant les larmes de la jeune victime, assise au premier rang avec quatre autres jeunes femmes, toutes dignes, mais très tendues.
«Je voudrais m’excuser. Je regrette sincèrement. Je n’ai pas d’explication», a ajouté Kamel Abbas.

Un employé modèle selon un de ses chefs

Cité comme témoin, son ancien supérieur hiérarchique a dressé de lui un portait très élogieux. «Il donnait entière satisfaction, sérieux, très disponible, tout le monde l’appréciait, on lui avait confié des responsabilités», a-t-il raconté, avouant avoir été abasourdi quand Kamel Abbas a été arrêté.

«C’était incroyable de se dire qu’il pouvait arriver au boulot à 4 heures du matin, frais et dispos, alors qu’il avait peut-être fait… tout ça quelques heures plus tôt», a-t-il ajouté, ému.

Le procès doit durer jusqu’à vendredi. L’accusé encourt 20 ans de réclusion criminelle
 

Où est l’argent pour les femmes ?

Je vous invite à lire ce bel édito du magazine Les Nouvelles News qui révèle que l’argent des subventions publiques, ce nerf de la guerre, est presque exclusivement alloué aux activités et entreprises masculines.

Une réalité de plus qui démontre que les femmes sont des citoyens de seconde zone, des sous hommes !

Allons nous continuer à subir cette injustice parmi tant d’autres, et nous résigner ?

LC

droits des femmes

Et si on arrêtait de financer le sexisme ?

« Où est l’argent pour les droits des femmes ? » C’est le titre d’un rapport qui doit être présenté ce jeudi. Il souligne la piètre contribution de l’Etat français à la cause, tant au niveau national qu’international. Et recommande d’augmenter sérieusement ces budgets.

Mais pour défendre les droits des femmes, il faudrait aussi cesser de financer des activités qui alimentent le sexisme.

Comment sont financés les films recalés au test de Bechdel qui entretiennent la culture de la domination masculine ? ( Voir : Cinéma : mieux vaut être un homme pour faire financer son film). Même question pour les séries, les jeux vidéos, le théâtre, les exposde peintres hommes et tout ce que les artistes peuvent produire. Combien d’argent public pour ces œuvres disant en creux qu’un grand auteur est forcément un homme et diffusant des clichés sexistes ?

Combien d’argent public est affecté par les municipalités à des clubs sportifs ne comptant quasiment que des licenciés hommes ? Combien de garçons, combien de filles dans lesskateparks financés par les villes ? L’espace public est beaucoup plus occupé par les hommes que par les femmes, les femmes s’y sentent moins en sécurité… il serait temps de regarder si la distribution des deniers publics n’y serait pas pour quelque chose. (Voir aussi notre colloque « le sexe de la ville »)

Comment sont financés les livres scolaires qui diffusent leur dose de clichés sexistes ?  

Quid des syndicats qui se soucient comme d’une guigne d’égalité professionnelle et discutent avec vigueur les règles sur la pénibilité du travail seulement quand ce travail est masculin ? Quid des aides diverses aux entreprises, qui atterrissent très peu dans des poches d’entrepreneures ? (Voir aussi notre colloque « le sexe de l’économie »)

Et les médias d’information… Depuis plus de 20 ans, les études du GMMP montrent avec une constance déconcertante qu’ils entretiennent et renforcent les stéréotypes de sexe. Ces médias sont partiellement financés par des deniers publics sans que des critères d’égalité des sexes ne viennent conditionner ces aides. Même le quotidien sportifL’Equipe dont la surface éditoriale parle d’hommes à plus de 90 % reçoit ces aides sans difficulté.

Et surtout, ces médias distribuent le pouvoir de la parole, celui qui permet de hiérarchiser les priorités politiques. Pourquoi lutter contre les violences faites aux femmes si ces violences sont le plus souvent présentées comme du dépit amoureux ou un acte sexuel que la victime a bien cherché ? Pourquoi vouloir davantage de femmes au pouvoir si ceux qui prennent la parole laissent penser qu’il n’y a aucun problème de ce côté-là ? La liberté d’expression a un coût et celles et ceux qui donnent à voir les inégalités entre hommes et femmes n’ont pas les moyens de cette liberté.

Voilà deux ans, un rapport du Haut conseil à l’égalité préconisait l’éga-conditionnalité dans l’attribution des fonds publics. Pas de bras, pas de chocolat ; pas de parité, pas de fonds publics. Il aurait fallu développer et amplifier une première mesure inscrite dans la loi du 4 août 2014 : les communes de plus de 20 000 habitants doivent réaliser des rapports annuels d’égalité femmes-hommes préalables à des mesures de rééquilibrage. A ce jour 70% des communes concernées n’auraient pas ébauché le début du commencement de ces rapports….

%d blogueurs aiment cette page :