Flux RSS

Archives de Catégorie: Europe

Esclaves chrétiennes pour le plaisir des hommes musulmans

 

Sahra Wagenknecht, à la gauche de la gauche allemande, une politique à observer

Sahra Wagenknecht est une économiste allemande du mouvement de gauche Die Linke (proche de La France insoumise) qui vient de créer le mouvement Aufstehen (Debout) lequel regroupe des partisans de Die Linke, des Verts, du centre et de la droite (CDU, CSU, AFD…). Belle et charismatique, cette femme politique a rallié 100 000 adhérents en l’espace d’un mois sans doute parce qu’elle allie l’idéologie traditionnelle de la gauche au nationalisme défensif contre l’insécurité sociale provoquée par une immigration pléthorique. Elle défend clairement le droit d’asile mais s’oppose à l’immigration économique qui porte atteinte aux droits des travailleurs allemands. Elle défend le principe de la préférence nationale pour l’emploi, le rôle de Poutine et les acquis du socialisme.

Sahra Wagenknecht illustre une tendance européenne à l’union des différentes tendances politiques pour faire face à la déstabilisation sociale, culturelle et économique induite par la mondialisation, l’immigration de masse non contrôlée et la colère populaire qui en résulte.

L’article ci-dessous publié par le journal La Croix résume à peu près tout ce que l’on sait actuellement de cette actrice politique telle que nous la présentent quelques médias français.

L.C.

Sahra Wagenknecht veut rassembler la gauche allemande

La leader du mouvement « Aufstehen » (Debout) entend aussi attirer des électeurs du parti populiste de droite.

Sahra Wagenknecht.


Sahra Wagenknecht. / Tobias Schwarz/AFP

Sahra Wagenknecht n’est pas connue pour son côté fédérateur. Celle que l’on surnomme souvent en France la « Mélenchon allemande », car elle représente la gauche de la gauche, divise régulièrement l’opinion publique et sa propre formation, le parti de gauche radicale Die Linke.

Pourtant, c’est bien le rassemblement que prône cette économiste de 49 ans, en lançant officiellement, le 4 septembre, un nouveau mouvement, baptisé Debout, (« Aufstehen » en allemand) dans le but de « créer une majorité parlementaire » en « faisant pression » sur les partis écologiste et social-démocrate, avec un agenda résolument social. Sahra Wagenknecht dit s’inspirer de La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon et de Podemos en Espagne.

Parler aux « gens en colère »

Pour y parvenir, elle souhaite renouer le contact avec les électeurs de gauche devenus abstentionnistes et avec ceux attirés par le parti populiste de droite Alternative pour l’Allemagne (AfD). « L’Allemagne change, dans une direction qui déplaît à beaucoup » avec « la montée des inégalités sociales, de la haine et du racisme », constate-t-elle. Coprésidente du groupe parlementaire de Die Linke, elle estime que « la majorité des électeurs de l’AfD sont des gens en colère, qui se sentent laissés pour compte et non écoutés par les partis traditionnels… Ce ne sont pas tous des néo-nazis ! » affirme-t-elle.

Reconquérir les électeurs de l’AfD, le pari tombe à pic alors que l’Allemagne observe avec stupeur, depuis une semaine, la mobilisation de l’extrême droite dans la ville de Chemnitz et, depuis 2015, le succès croissant de l’AfD. Ce parti a fait son entrée en trombe au Bundestag en 2017 et monte encore dans les intentions de vote. Sahra Wagenknecht parviendra-t-elle à limiter cette ascension ?

La classe politique sceptique

Si le but est louable, le scepticisme est grand au sein de la classe politique. « Le problème est Sarah Wagenknecht elle-même, estime le politologue Klaus Schroeder. Elle divise plus qu’elle ne rassemble. »

Cette charismatique députée, née d’un père iranien qu’elle n’a pas connu et d’une mère allemande, et élevée par ses grands-parents à Jena (ex-RDA), connue pour ses discours enflammés, choque avec ses prises de position sur les migrants. Flirte-t-elle avec les idées de l’extrême droite ? C’est ce que lui reprochent certains de ses camarades.

Si elle soutient l’accueil des réfugiés de guerre et la nécessité de les aider à s’intégrer, elle refuse un accueil illimité des migrants économiques qui, selon elle, « font pression sur les petits salaires », sur les logements sociaux, les écoles et les crèches. Elle juge que l’arrivée de centaines de milliers de migrants, depuis 2015, a renforcé une crise sociale déjà en cours.

Dans le sillage d’Oskar Lafontaine

En minorité dans son propre parti, Sahra Wagenknecht prône une limitation de l’immigration économique et s’est fait huer en juin en déclarant que « des frontières ouvertes n’aident en rien les gens qui meurent de faim en Afrique ».

Pour Klaus Schoeder de l’Université libre de Berlin, l’influence de son mari, Oskar Lafontaine, ancien ministre social-démocrate devenu cofondateur du parti Die Linke, est de taille. « Lafontaine plaide depuis des années pour que les chômeurs allemands aient la priorité sur les emplois, avant les étrangers, et il estime que le changement social ne peut se faire que dans un cadre national », explique ce chercheur.

Charismatique mais polémique, Sahra Wagenknecht a en tout cas déjà réussi une chose : susciter en un mois l’intérêt de 100 000 personnes, inscrites en tant que membres de ce nouveau mouvement.

Delphine Nerbollier (à Berlin)

Violée et menacée de mort par une bande de musulmans, Willie Dille se suicide

Publié le

Willie Dille, 53 ans, conseillère municipale de La Haye, membre du Parti pour la liberté http://ninetymilesfromtyranny.blogspot.com/2018/08/dutch-politician-commits-suicide-after.html

Membre du Parti pour la liberté, anti-immigration, Willie Dille s’est suicidée le 8 août. Dans une vidéo publiée quelques heures auparavant, elle expliquait avoir été violée par un groupe de musulmans dans le cadre d’une campagne d’intimidation.

Willie Dille, une élue municipale de La Haye de 53 ans s’est suicidée le 8 août, quelques heures à peine après avoir publié sur Facebook une vidéo dans laquelle elle affirmait avoir été victime d’un viol collectif par des musulmans. https://francais.rt.com/international/53299-pays-bas-victime-presumee-viol-collectif-musulmans-elue-pvv-suicide

Qui pleure sur le corps et l’âme de Willie Dille, mère de 4 enfants adoptés et patriote militante, élue aux Pays-Bas ? Ciblée par des musulmans, elle avait été kidnappée et violée par une bande le 15 mars 2017 qui exigeait qu’elle quitte le conseil municipal de La Haye. Déjà avant ce drame et après elle avait reçu des menaces de mort. Elle n’en pouvait plus et l’explique dans une vidéo.

 

Elle décrit les multiples harcèlements dont elle a été victime, comment elle craint pour la sécurité de sa famille et de ses proches et comment elle a été abandonnée par la police et par Paulien Krikke,  maire de La Haye. Elle dit qu’elle ne peut plus lutter contre l’islam dans ces conditions et qu’il vaut mieux qu’elle parte pour la sécurité des siens. Elle termine par des excuses à sa famille, la voix étranglée par des sanglots « it does not work anymore » ça ne marche plus. Elle s’avoue vaincue en tant que personne et femme, ce genre qu’exècrent les musulmans.

Son époux et sa meilleure amie déclarent ne pas mettre en doute son viol dont la réalité est contestée par la police du fait qu’elle ait refusé de porter plainte. Pour l’instant ils disent ne pas pouvoir révéler ses motifs. Il y a un motif dont je ne doute pas qui est la raison pour laquelle la majorité des femmes violées ne porte pas plainte : elles sont traitées par la police comme des coupables provocatrices qui l’ont bien cherché, soupçonnées d’affabuler et d’hystérie.

Karen Gerbrands, la responsable locale du PVV a expliqué que le geste de Willie Dille avait été motivé par le fait qu’elle «ne pouvait plus supporter ce qui lui était arrivé et les réactions que cela avait provoqué». Dans un communiqué, le chef du PVV Geert Wilder s’est quant à lui dit «choqué» par la mort de l’élue, ajoutant qu’elle allait «énormément» manquer.

La Connectrice

https://francais.rt.com/international/47472-pays-bas-ne-sont-pas-mususlmans-geert-wilders-mene-marche-rotterdam-video

Ne manquez pas Berlin 56 ce soir sur ARTE.

Publié le

Dans un Berlin-Ouest hanté par les fantômes du nazisme et électrisé par les premiers tubes rock, le portrait saisissant d’une époque à travers la rébellion d’une jeune fille. Une série allemande en six épisodes signée Annette Hess, les jeudis 2 et 9 août à 20h55. Live, replay. VOD et DVD.

Dans un Berlin-Ouest hanté par les fantômes du nazisme et électrisé par les premiers tubes rock, le portrait saisissant d’une époque à travers la rébellion d’une jeune fille. Une série allemande en six épisodes signée Annette Hess, les jeudis 2 et 9 août à 20h55. Live, replay. VOD et DVD. https://www.arte.tv/fr/videos/RC-013622/berlin-56/prochainement/

J’ai regardé les trois premiers épisodes avec plaisir et intérêt. Non seulement c’est édifiant mais c’est aussi bien interprété et réalisé par une femme, Annette Hess.

Berlin 56 est une série de 6 épisodes qui décrit la société berlinoise après la guerre. L’héroïne est une jeune fille, Monica, qui vient de se faire renvoyer de l’Institut des arts ménagers. Elle a d’autres ambitions que devenir l’épouse soumise d’un procureur comme sa sœur Helga ou d’un professeur de médecine pygmalion beaucoup plus âgé comme  sa soeur Eva. Monica évolue autour de l’école de danse de sa mère autoritaire et injuste dont elle apprendra qu’elle appartenait à un juif spolié par les nazis. Des nazis, il y en a partout ainsi que des veuves de nazis. Le père a fui à l’Est pour rejoindre les communistes, pour la mère il est mort. Encore un mensonge que la jeune fille découvre et dont elle s’indigne. Les Américains ont apporté le rock et le jazz. La jeunesse berlinoise s’engoue pour ces musiques « de sauvages » qui permettra à Monica de se libérer du vieux monde cruel et de trouver sa voie, soutenue par un jeune musicien.

On peut encore voir les trois premiers épisodes en replay  https://www.arte.tv/fr/videos/RC-013622/berlin-56/

Pour en savoir plus

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ku%27damm_56

http://seriestv.blog.lemonde.fr/2017/04/05/berlin-56-lecon-de-modernite/

La Suède sous la menace d’une attaque russe ?

Publié le

 

Courte vidéo de Russia Today se moquant de la paranoïa suédoise

Lundi 22 mai 2018, le gouvernement suédois organisait une conférence de presse pour présenter ses mesures de protection civile et militaire face à la menace russe. Tous les médias francophones et anglophones que j’ai consultés reprennent les informations données officiellement sans plus d’analyse.

Nous avons ainsi appris que la Suède distribuerait à ses citoyens à partir du 28 mai  près de 5 millions de livrets de préparation à la guerre : comment se protéger, combien de nourriture et d’eau provisionner, quelles dispositions prendre en général en cas d’attaque nucléaire, cyber attaque ou autre. Les ministres suédois précisent que ces mesures sont à prendre non seulement en cas de menace directe contre le pays mais aussi en cas d’attaques contre d’autres pays proches comme la Finlande. Les suédois en supporteraient les conséquences. Comment est-ce possible étant donné que Suède et Russie n’ont pas de frontière terrestre commune ?

Sur la carte ci-dessous, on voit que la Russie possède une entrée directe sur la mer baltique par le golfe de Finlande et que la Suède est dotée d’une longue côte sur la mer Baltique.

Résultat de recherche d'images pour "carte suède"

Source carte http://valpardfilms.free.fr/Photos/VALPARD_PHOTOS_STOCKHOLM.html

L’histoire de la Suède plaide pour la crédibilité d’une guerre avec la Russie qu’elle a affrontée de nombreuses fois entre le XIIème et le XIXème siècles https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_wars_between_Russia_and_Sweden

Le journal 20 minutes, comme tous les autres médias, rappelle l’origine de l’alerte Les inquiétudes de la Suède ont été ravivées par l’incursion en 2014 d’un sous-marin non identifié dans l’archipel de Stockholm, et par diverses incursions d’appareils russes dans le ciel suédois. Selon Ouest-France, le gouvernement suédois avait déjà imprimé une brochure de ce type en 1961, en pleine Guerre Froide.

La Suède qui ne fait pas partie actuellement de l’Otan envisagerait de rejoindre l’organisation ce qui serait un retour à la guerre froide avec pour principaux acteurs l’aigle russe et l’aigle américain, comme autrefois. Plusieurs médias n’hésitent pas à parler de troisième guerre mondiale.

Le roi lui-même prend la menace russe très au sérieux Lundi, le roi Carl XVI Gustaf et le Premier ministre Stefan Löfven ont présidé, à Gotland, à la première création d’un nouveau régiment depuis la Seconde Guerre mondiale. «Nous montrons ainsi nos muscles», s’est félicité le Premier ministre. «Nous avons vu ce qu’il s’est passé en Ukraine, avec l’annexion de la Crimée, et un conflit en cours dans les régions orientales du pays. Nous enregistrons une activité croissante en mer Baltique, surtout côté russe. Nous devons le prendre en compte, la Suède doit se sentir en sécurité», a-t-il ajouté. 

La brochure "En cas de crise ou de guerre" qui sera envoyée aux Suédois dans les prochains jours.

La brochure « En cas de crise ou de guerre » qui sera envoyée aux Suédois dans les prochains jours.PONTUS LUNDAHL / TT NEWS AGENCY / AFP  http://www.parismatch.com/Actu/International/Suede-un-livret-edite-a-4-8-millions-de-copies-prepare-la-population-a-la-guerre-1523207

Cette info n’ayant pas encore été commentée par nos commentateurs professionnels, les internautes livrent leurs élucubrations qui ne manquent pas de sens. En voici quelques-unes assaisonnées à ma façon :

  • Qui a intérêt à ce que la Suède s’inquiète d’une attaque russe dans la région ? -Les Usa qui souhaiteraient qu’elle rejoigne l’OTAN.
  • La Suède connait actuellement de sérieux problèmes avec ses migrants musulmans. -Cette alerte nationale est-elle un moyen de détourner les citoyens des véritables problèmes qu’ils affrontent quotidiennement ?
  • La diabolisation de la Russie est-elle une revanche de l’Europe politique sur le soutien de Poutine au syrien Bachar Al Hassad ?
  • Existerait-il un mouvement suédois souverainiste fort pour appeler la Russie et la Chine à contribuer à chasser les musulmans du pays comme le font Poutine contre les Tchétchènes et  Xi Jinping contre les Ouïgours ? La 3ème guerre mondiale qui menace serait elle cette union improbable du monde non musulman contre l’invasion musulmane ?

A suivre …

 

La Connectrice

 

 

Revue de presse aléatoire et subjective

Publié le

 

  • On a retrouvé l’identité de la scientifique inconnue photographiée lors d’une Conférence internationale sur la biologie des baleines en Virginie, en 1971, au milieu de 32 hommes qui eux avaient été parfaitement identifiés. Elle s’appelle Sheila Minor Huff et, après une brillante carrière, elle a pris sa retraite et s’occupe de ses petits-enfants. Elle a maintenant 71 ans. Sheila a été identifiée grâce à l’appel sur twitter de l’illustratrice américaine Candace Jean Andersen. Voilà une bonne idée d’investigation pour les féministes qui auraient envie de retrouver leurs glorieuses prédécesseuses.

https://www.20minutes.fr/insolite/2241571-20180321-etats-unis-internautes-mobilisent-retrouver-identite-scientifique-prise-photo-annees-70

  • En Allemagne, le nombre de viols a quadruplé depuis 2014, date à partir de laquelle un million de migrants ont été autorisés. Le chef de l’association de la police criminelle affirme que 90% des viols n’apparaissent pas dans les statistiques officielles. Les autorités ont donné l’ordre aux policier de ne pas mentionner les crimes commis par les réfugiés. La Justice allemande est particulièrement indulgente avec les migrants coupables de crimes sexuels ce qui les autorise à récidiver.

L’article (en anglais) donne une liste impressionnante des cas de viols commis par des migrants de fin 2017 à fin février 2018. La plupart des femmes sont attaquées dans les transports en commun. La majorité des agresseurs sont musulmans.

https://www.gatestoneinstitute.org/12066/germany-rape-crisis

Le caractère vivant et sensible des animaux reconnu depuis février 2015

« Le Code de l’animal découle directement du Code civil que nous avons réussi à changer et qui reconnaît le caractère vivant et sensible des animaux depuis février 2015 », a expliqué à l’AFP Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 millions d’amis.

« Il fallait que l’on aille plus loin pour que les magistrats, les avocats, puissent avoir un véritable outil. Et c’est la première fois en Europe et même dans le monde que l’on a un recueil de tout ce qui concerne les animaux dans les différents Codes. On trouve tout en matière de directives européennes et de jurisprudence », a-t-elle ajouté.

Des milliers de dispositions françaises et européennes recensées

Selon elle, ce Code de l’animal « recense de nombreux textes, hier encore dispersés, qui régissent notre rapport aux animaux ». Il regroupe les milliers de dispositions françaises et européennes ainsi que les grandes décisions jurisprudentielles​ qui concernent les animaux de compagnie, de ferme, sauvages ou apprivoisés.

>> A lire aussi : Les défenseurs des animaux lancent leur parti politique

Préfacé par la philosophe Florence Burgat, cet ouvrage de 1.058 pages, vendu au prix de 49 euros, a nécessité plus d’un an de travail. Avec le Code de l’animal, « il est plus facile et pertinent de préparer la prochaine étape : la reconnaissance de la personnalité juridique des animaux selon des modalités auxquelles la Fondation 30 millions d’amis et les auteurs travaillent déjà », a conclu Reha Hutin.

TRIBUNE EXCLUSIVE – Dans Le Figaro, ils dénoncent «un nouveau totalitarisme» qui «menace la liberté en général».

Nous sommes des citoyens d’opinions différentes et très souvent opposées qui se sont trouvés d’accord pour exprimer, en dehors de toute actualité, leur inquiétude face à la montée de l’islamisme. Ce ne sont pas nos affinités qui nous réunissent, mais le sentiment qu’un danger menace la liberté en général et pas seulement la liberté de penser. Ce qui nous réunit aujourd’hui est plus fondamental que ce qui ne manquera pas de nous séparer demain.

Le nouveau totalitarisme islamiste cherche à gagner du terrain par tous les moyens et à passer pour une victime de l’intolérance. On a pu observer cette stratégie lorsque le syndicat d’enseignants SUD Éducation 93 proposait il y a quelques semaines un stage de formation comportant des ateliers de réflexion sur le «racisme d’État» interdits aux «Blanc.he.s». Certains animateurs étaient membres ou sympathisants du Collectif contre l’islamophobie en France et du Parti des indigènes de la République. Les exemples de ce genre se sont multipliés dernièrement. Nous avons ainsi appris que la meilleure façon de combattre le racisme serait de séparer les «races». Si cette idée nous heurte, c’est que nous sommes républicains…

Les signataires

Waleed al-Husseini, écrivain
Arnaud d’Aunay, peintre
Pierre Avril, universitaire
Vida Azimi, juriste
Isabelle Barbéris, universitaire
Kenza Belliard, formatrice
Georges Bensoussan, historien
Corinne Berron, auteur
Alain Besançon, historien
Fatiha Boudjahlat, essayiste
Michel Bouleau, juriste
Rémi Brague, philosophe
Philippe Braunstein, historien
Stéphane Breton, cinéaste, ethnologue
Claire Brière-Blanchet, reporter, essayiste
Marie-Laure Brossier, élue municipale
Pascal Bruckner, écrivain
Eylem Can, scénariste
Sylvie Catellin, sémiologue
Gérard Chaliand, écrivain
Patrice Champion, ancien conseiller ministériel
Brice Couturier, journaliste
Éric Delbecque, essayiste
Chantal Delsol, philosophe
Vincent Descombes, philosophe
David Duquesne, infirmier libéral
Luc Ferry, philosophe, ancien ministre
Alain Finkielkraut, philosophe, écrivain
Patrice Franceschi, écrivain
Renée Fregosi, philosophe
Christian Frère, professeur
Claudine Gamba-Gontard, professeur
Jacques Gilbert, historien des idées
Gilles-William Goldnadel, avocat
Monique Gosselin-Noat, universitaire
Gabriel Gras, biologiste
Gaël Gratet, professeur
Patrice Gueniffey, historien
Alain Guéry, historien
Éric Guichard, philosophe
Claude Habib, écrivain, professeur
Nathalie Heinich, sociologue
Clarisse Herrenschmidt, linguiste
Philippe d’Iribarne, sociologue
Roland Jaccard, essayiste
Jacques Jedwab, psychanalyste
Catherine Kintzler, philosophe
Bernard Kouchner, médecin, humanitaire, ancien ministre
Bernard de La Villardière, journaliste
Françoise Laborde, journaliste
Alexandra Laignel-Lavastine, essayiste
Dominique Lanza, psychologue clinicienne
Philippe de Lara, philosophe
Josepha Laroche, universitaire
Alain Laurent, essayiste, éditeur
Michel Le Bris, écrivain
Jean-Pierre Le Goff, philosophe
Damien Le Guay, philosophe
Anne-Marie Le Pourhiet, juriste
Barbara Lefebvre, enseignante
Patrick Leroux-Hugon, physicien
Élisabeth Lévy, journaliste
Laurent Loty, historien des idées
Mohamed Louizi, ingénieur, essayiste
Jérôme Maucourant, économiste
Jean-Michel Meurice, peintre, réalisateur
Juliette Minces, sociologue
Marc Nacht, psychanalyste, écrivain
Morgan Navarro, dessinateur
Pierre Nora, historien, éditeur
Robert Pépin, traducteur
Céline Pina, essayiste
Yann Queffélec, écrivain
Jean Queyrat, réalisateur
Philippe Raynaud, professeur de sciences politiques
Robert Redeker, écrivain
Pierre Rigoulot, historien
Ivan Rioufol, journaliste
Philippe San Marco, auteur, essayiste
Boualem Sansal, écrivain
Jean-Marie Schaeffer, philosophe
Martine Segalen, ethnologue
André Senik, enseignant
Patrick Sommier, homme de théâtre
Antoine Spire, vice-président de la Licra
Wiktor Stoczkowski, anthropologue
Véronique Tacquin, professeure, écrivain
Pierre-André Taguieff, politologue
Maxime Tandonnet, auteur
Sylvain Tesson, écrivain
Paul Thibaud, essayiste
Bruno Tinel, économiste
Michèle Tribalat, démographe
Caroline Valentin, essayiste
David Vallat, auteur
Éric Vanzieleghem, documentaliste
Jeannine Verdès-Leroux, historienne
Emmanuel de Waresquiel, historien
Ibn Warraq, écrivain
Yves-Charles Zarka, philosophe
Fawzia Zouari, écrivaine

Et critique de cette tribune par Pierre Cassen de Riposte laïque

https://ripostelaique.com/le-separatisme-islamiste-cest-lislam-votre-petition-a-10-ans-de-retard-camarades.html

Condition des femmes en Europe. Bilan

Publié le

https://www.touteleurope.eu/actualite/droits-des-femmes-quel-bilan-en-europe.html

https://www.touteleurope.eu/revue-de-presse/journee-des-droits-des-femmes-les-inegalites-perdurent-en-europe-donald-tusk-ferme-sur-le-brexit.html

https://www.touteleurope.eu/actualite/les-dix-europeennes-a-suivre-en-2018.html

https://www.touteleurope.eu/actualite/le-droit-a-l-avortement-dans-l-ue.html

https://www.touteleurope.eu/actualite/les-inegalites-salariales-entre-les-femmes-et-les-hommes-en-europe.html

En 2016, la rémunération des femmes était en moyenne 16,2% inférieure à celle des hommes au sein de l’Union européenne. Après un pic à 17,2% en 2012, l’écart a ainsi retrouvé un niveau inférieur à celui de 2010 (16,4%). Les disparités entre les États membres restent cependant importantes : l’écart varie de 5,3% à 25,3%.

Pour mesurer l’écart de rémunération, on compare la différence moyenne entre le revenu horaire brut moyen des femmes avec celui des hommes. Les Etats membres au sein desquels cet écart est le plus faible sont l’Italie (5,3%), le Luxembourg (5,5%), la Roumanie (5,8%), la Belgique (6,1%) la Pologne (7,2%) et la Slovénie (7,8%). A l’inverse les pays dans lesquels l’écart est le plus important sont l’Estonie (25,3%), la République tchèque (21,8%), l’Allemagne (21,5%), l’Autriche(20,1%) et le Royaume-Uni (21%). La France se situe en deçà de la moyenne européenne, avec un écart de rémunération entre les femmes et les hommes de 15,2%.

Ce chiffre est néanmoins difficile à interpréter, puisqu’il inclut tous les secteurs économiques. Or, les racines du problème sont multiples : différences en matière d’éducation, de choix de secteur, ségrégation sur le marché de l’emploi, partage inégal des responsabilités domestiques et de la garde des enfants, etc. Pour le moment, faute de consensus, aucune statistique n’existe à l’échelle européenne sur l’écart de rémunération ajusté, c’est-à-dire l’écart entre les femmes et les hommes ayant des caractéristiques strictement identiques (âge, niveau de diplôme, type de contrat, etc). En France par exemple, cet écart est de 10,5% selon le ministère du Travail (chiffres 2012).

%d blogueurs aiment cette page :