Flux RSS

Archives de Catégorie: féminisme

actions visant à promouvoir l’égalité de droits entre femmes et hommes dans tous les domaines et toutes les sociétés
Actions visant à supprimer les discriminations que les femmes subissent du seul fait de leur genre.

La question du voile est le leurre du djihad. Ne nous laissons pas décérébrer par le djihad.

Assez de se laisser mener par le coin du voile !

S’interroger sur le voile est un piège dans lequel toute la population est tombée. Depuis la provocation de la belphégor du Conseil général de Bourgogne, on ne parle plus que de cette paille dans la poudre de l’islamisation qui a déjà mis une bonne partie de la population musulmane en état d’insurrection.

 

La courbe de la croissance des voilées est proportionnelle à la croissance de la population musulmane en France. Dans mon quartier du 19ème arrondissement de Paris, une femme sur 5 est voilée : simple foulard sur tête maquillée avec jeans moulants, tissus enveloppant les épaules et tombant jusqu’aux genoux sur robe longue grise, noire, beige. Dans ce même quartier, il y a 20 ans, les femmes n’étaient pas déguisées comme aujourd’hui La population musulmane était moindre, les attentats, les agressions, les décapitations, les revendications et le nombre de mosquées étaient moins nombreuses. On ne remettait pas en question la laïcité ni les lois de la République. On n’entendait pas proclamer que les lois d’Allah étaient supérieures à celles de la République.

iran-women-white-hijab-reuters_650x400_41498628473

wnODm68-xqVK1lrcMF0s_mystealthyfreedom6

Alors qu’en France des musulmanes  sunnites imposent leur étendard islamique, en Iran des  musulmanes chiites sont séquestrées, battues, violées,  torturées , supprimées parce qu’elles refusent de vêtir le tchador. Des hommes de plus en plus nombreux sont solidaires de leur combat. Photo extraite de https://fr.wikipedia.org/wiki/My_Stealthy_Freedom

La population française n’était pas segmentée comme aujourd’hui en musulmans versus français sachant que de nos jours un français de religion musulmane dénomme ‘français » le non musulman, le kouffar, le colonisateur, le blanc, la pute blanche, l’Hitler.

Souvenez-vous de Mohamed Laidouni, ce jeune marocain battu à mort sur l’A13 en 2010 pour avoir voulu faire un constat d’accident « comme les français ».

Pour la plupart des femmes et hommes français, le voile est symbole de soumission, de discrimination sexiste et d’obsession sexuelle pathologique. Les femmes n’ont pas à cacher leur corps parce que des hommes sont incapables de maîtriser leur pulsion de domination et que leur éducation les encourage à s’approprier toutes les femmes.

Je ne ferai plus attention au voile lorsque j’aurais été égorgée dans un pays où femmes et hommes porteront voiles et autres accoutrements musulmans, le califat en France.

La Connectrice

 

Pour en savoir plus

https://laconnectrice.wordpress.com/2011/04/17/flora-tristan-na-jamais-prone-le-voile-integral/

En 2010, des dizaines d’articles ont fleuri sur le net, reprenant en général les mêmes sources et les mêmes arguments pour démontrer que, comme autrefois les « tapadas » à Lima (femmes cachées), le voile était un accessoire de la liberté des femmes. L’argument a notamment fait fureur sur les sites islamistes comme celui-ci :

http://muslimahmediawatch.org/2010/12/learning-from-las-tapadas-of-yesterday/

……..Quelles que soient les origines du voile et l’obligation pour les femmes de dissimuler leurs cheveux et leur visage, ces coutumes avaient été abandonnées dans certains pays musulmans et elles sont réapparues en France dans le contexte de l’impérialisme musulman, de l’intégrisme musulman et de l’importation du conflit isarélo-palestinien. Le port du voile est aujourd’hui une mode qui repose sur un substrat politique qui utilise les femmes pour mener le djihad. Le voile est avant tout l’étendard d’une armée de conquête…

En réalité, les partisans du voile musulman oublient que ce fut d’abord un accessoire juif, puis, dans l’ordre chronologique d’apparition des religions, un élément du vêtement chrétien, puis musulman. Il est possible d’ailleurs que le voile ait même été antérieur à la civilisation hébraïque, un tissu commun à tous les peuples de la région du Moyen-Orient quand, du fait des conditions climatiques, hommes et femmes se couvraient la tête, à l’image, par exemple, des touaregs qui s’enveloppent complètement pour se protéger du soleil, du froid la nuit, du vent, du sable et, éventuellement des mouches…

Dans toutes les civilisations à travers les âges, il était courant, parfois obligatoire de se couvrir la tête. Pour les hommes, la coiffe, le couvre-chef était le signe de son appartenance sociale et surtout de son rang. On se souvient de François 1er appelant ses troupes à se « rallier à son panache blanc ». Pour les femmes, la coiffe est, depuis des millénaires, une obligation :

La tradition a longtemps voulu que les femmes dissimulent leur chevelure. Déjà vers 1115 avant J.C., le roi d’Assyrie, Téglath-Phalasar Ier ordonne que  » les femmes mariées qui sortent dans la rue n’auront pas la tête découverte « . Par la suite les religions ont imposé aux femmes de couvrir leurs cheveux. Ainsi saint Paul, dans la 1ère Lettre aux Corinthiens au chapitre 11 affirme que  » la femme … doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend « , la coiffure étant signe de soumission. Dans De virginibus velandis en 213, Tertullien, un des Pères de l’Eglise, va plus loin, puisqu’il impose une coiffure également aux jeunes filles :  » il faut voiler nos vierges dès qu’elles sortent de l’enfance « …

La voilette française a peu avoir avec la voilette algérienne qui a encore ses nostalgiques

http://www.dziriya.net/forums/sujet-culturdz.php?p=35734&l=1&topic=les-voilettes-algeriennes

Après la révolution algérienne, les femmes laissaient tomber le voile et la voilette en signe d’émancipation. Elles avaient été nombreuses à participer à la libération de l’Algérie et comptaient bien trouver leur place dans la nouvelle gouvernance. Malheureusement, il n’en faut rien et elles furent progressivement renvoyés à leurs fourneaux.

Femmes algériennes avant la révolution

La lutte contre le voile avait commencé sous l’administration coloniale française et pour comprendre l’épidémie de voiles comme réappropriation de son identité d’origine en sus de la pression religieuse intégriste, il est intéressant de relire Franz Fanon qui est toujours une référence pour les idéologues anti-capitaliste, anti occident.

Campagne de l’administration coloniale en Algérie contre le voile

Dans « L’An V de la révolution algérienne » de Franz Fanon ou sous un autre titre « Sociologie d’une révolution » l’auteur évoque l’enjeu du voile chez le colonisateur français dans « L’Algérie se dévoile ». Extrait :
« Avec le voile, les choses se précipitent et s’ordonnent. La femme algérienne est bien aux yeux de l’observateur : « Celle qui se dissimule derrière le voile ».
Nous allons voir que ce voile, élément parmi d’autres de l’ensemble vestimentaire traditionnel algérien, va devenir l’enjeu d’une bataille grandiose, à l’occasion de laquelle les forces d’occupation mobiliseront leurs ressources les plus puissantes et les plus diverses, et où le colonisé déploiera une force étonnante d’inertie. La société coloniale, prise dans son ensemble, avec ses valeurs, ses lignes de force et sa philosophie, réagit de façon assez homogène en face du voile. Avant 1954, plus précisément, depuis les années 1930-1935, le combat décisif est engagé. Les responsables de l’administration française en Algérie, préposés à la destruction de l’originalité d’un peuple, chargés par les pouvoirs de procéder coûte que coûte à la désagrégation des formes d’existence susceptibles d’évoquer de près ou de loin une réalité nationale, vont porter le maximum de leurs efforts sur le port du voile, conçu en l’occurrence, comme symbole du statut de la femme algérienne. Une telle position n’est pas la conséquence d’une intuition fortuite. C’est à partir des analyses des sociologues et ethnologues que les spécialistes des affaires dites indigènes et les responsables des Bureaux arabes coordonnent leur travail. A un premier niveau, il y a une reprise pure et simple de la fameuse formule : « Ayons les femmes, le reste suivra ». Cette explicitation se contente simplement de revêtir une allure scientifique avec les « découvertes » des sociologues ».

On comprend mieux alors comment la revendication du port du voile et tout ce qui la sous-tend peut inciter une manifestante à se voiler avec le drapeau français, étendard de la République laïque.

Message du voile musulman pour les Françaises

Pour les Françaises, depuis des siècles, le voile a été associé à la soumission des femmes, leur oppression, leur analphabétisme, un grand nombre d’enfants, leur exclusion de la politique et de l’économie noble, leur infériorisation, la polygamie, le harem, l’excision, la lapidation, l’absence de droits, leur minorisation, leur discrimination et les violences conjugales et crimes d’honneur.

Pour les féministes, le voile (quelle que soit sa longueur, sa forme, sa couleur-haïk, burqa, niqab, hidjab, tchador, etc.- a toujours été le symbole de l’oppression des femmes. Les féministes historiques se souviennent de la révolution algérienne quand, au début, la victoire des femmes s’est manifestée par l’abandon du voile. Elles éprouvaient de la sympathie pour Ataturk qui avait instauré la laïcité en Turquie et proscrit le voile.

Les Françaises se souviennent de l’époque, pas si lointaine, où les femmes devaient porter un chapeau, un foulard ou un fichu pour être respectées et l’obligation de se couvrir la tête d’une mantille pour entrer dans une église.

Les Françaises ont été consternées d’assister à une épidémie du voile depuis une quinzaine d’années car, auparavant, les musulmanes pratiquantes ne le portaient plus en France. Les seules femmes voilées étaient les vieilles algériennes qui venaient rendre visite à leur famille ou les riches femmes du Golfe qui venaient faire du shopping sur les champs Elysées.

Les Françaises, qu’elles soient féministes actives ou citoyennes ordinaires, ont bénéficié de la lutte pour l’émancipation et l’égalité des droits depuis la Révolution de 1789 qui a servi de modèle d’émancipation pour le monde entier, à l’exception des femmes. La plupart des pays qui se réfèrent à notre révolution et à la Déclaration des droits de l’homme en ont réservé les principes à la seule gens masculine. Seuls les pays occidentaux, chrétiens dans leur immense majorité, ont concédé des droits aux femmes. Même si la partie n’est pas gagnée, les femmes occidentales de culture judéo chrétiennes sont les plus émancipées du globe.

En portant le voile, les immigrées musulmanes ainsi que les françaises converties, envoient un message négatif aux Françaises, un message de déni de leur émancipation, de leur histoire, de leurs luttes et de leurs revendications pour parfaire l’égalité et la parité qui laissent encore à désirer. Elles tirent la condition des femmes par le bas. A Paris, les femmes voilées sont nombreuses dans les logements sociaux, les centres d’aide sociale de la Ville de Paris (CASVP), les salles d’attente des services d’urgence dans les hôpitaux, celles de la sécurité sociale, de la CAF, des mairies et de tous les lieux publics et associatifs qui distribuent de l’assistance. Elles sont nombreuses aussi dans les manifestations de mal logés et de sans papiers.

En se signalant par le voile, les femmes musulmanes renvoient aux Françaises une images de femmes soumises, pauvres, assistées, incapables de planifier les naissances, économiquement dépendantes, parasites, incultes et illettrées.

Contrairement aux discours dominants, les musulmanes ne sont pas stigmatisées, elles se stigmatisent elles-mêmes par leur code vestimentaire. Elles sont entièrement responsables de leur image et de l’hostilité qu’elles génèrent dans la population françaises. Et ce n’est pas la minorité éduquée qui revendique le port du voile et l’application de la charia en France qui les sortira du dégoût et de la pitié qu’elles inspirent aux Françaises qui, dans leur immense majorité sont éduquées et indépendantes économiquement.

Féminisme et humour. Marie-Paule Belle et Françoise Mallet-Joris. Chansons.

Quand les nouvelles féministes post 68 chantaient avec humour, dérision, ironie et fous-rires.

Nous n’étions pas toutes lesbiennes mais celles-ci étaient particulièrement créatives et nous leur devons la plupart des chansons des années 68-80. (Christiane Rochefort, Christine Delfy, Monique Wittig, Emmanuelle de Lesseps (égorgée et violée par un musulman aux Buttes-Chaumont en novembre ), …

A cette époque le Mouvement était uni et nous ne faisions pas de distinctions entre homos, hétéros, célibataires, en couple, trotskistes, maoïstes, marxistes, apolitiques. Ce qui nous réunissait devrait encore constituer la base du féminisme : la discrimination sexiste, la stigmatisation des femmes, leur infériorisation sociale et économique, le machisme et les lois patriarcales. De nos jours trop d’hommes et de femmes prétendent que « les femmes sont libérées » jusqu’à ne pas craindre l’oxymore de « la féministe voilée’. Ironie du sort, je me souviens qu’au début du Mouvement, en 1969, le voile était le principal symbole de l’oppression des femmes ! Et nous ne mégotions pas sur la longueur de l’étoffe, haïk grillagé, tchador en Iran, Niqab, burqa, saoudiennes masquées dépensant leur pognon dans les boutiques de luxe de l’avenue Montaigne.

Malheureusement, le superbe Mouvement des femmes fit l’objet de tant de convoitises  politiciennes qu’à peine deux ans après sa naissance, il fut la proie de prédatrices et de prédateurs qui semèrent une division mortelle identique aujourd’hui à celle qui afflige le Mouvement de gilets jaunes …quoique les GJ fasse preuve d’une résistance populaire qui trouve des échos dans le monde entier : Hong Kong, Liban, Argentine, Catalogne…

https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Paule_Belle

 

 

 

 

 

 

Marie-Paule Belle « La Parisienne » (live officiel) 1976| Archive INA

 

A écouter aussi ces quelques tubes féministes

https://www.franceculture.fr/histoire/chanter-contre-le-pouvoir-du-phallus-ces-tubes-feministes-quon-redecouvre

 

Cancer du sein. Stop au dépistage inutile et nuisible

J’ai été diagnostiquée d’un cancer du sein en 1998.

J’ai subi une tumérectomie qui a confirmé le diagnostic puis une mastectomie. J’ai compris que c’était un tout petit cancer de rien du tout puisqu’il n’y a pas eu de radiothérapie ni de chimiothérapie, que tous mes ganglions n’ont pas été enlevés, que  par la suite je n’ai pas fait d’infection à la suite de petites blessures, ni de gros bras puisque mes ganglions faisaient barrage. J’ai ensuite passé un temps trop long dans une maison de repos tenue pas des religieuses à Chaville où j’ai rencontré des femmes dont certaines avaient subi une double mastectomie et des récidives. Compagnie idéale pour se remonter le moral.

J’en ai quand même bavé car la mastectomie n’est pas une partie de plaisir, que perdre un sein affecte mon image corporelle et mes relations intimes. J’ai porté une prothèse extérieure en silicone qui n’adhérait pas complètement à mon corps interdisant les décolletés et provoquant une transpiration excessive l’été.

J’ai donc cédé aux sirènes de mon beau chirurgien qui m’a persuadée de l’intérêt d’une reconstruction autologue, à l’époque le nec plus ultra de la chirurgie esthétique en sennologie. J’ai fait l’éffort d’arrêter de fumer et de perdre qulques kilos pour éviter l’amboli pulmonaire sur la table d’opération.

En 2000, je suis donc repassée sur le billard. J’ao été ouverte d’une hanche à l’autre pour prélever un beau morceau de chair, un lambeau, qu’on à fait translater sous la peau de ma poitrine pour ressortir à l’endroit de la cicatrice de la mestectomie, réouverte pour l’occasion. Pendant que le chirurgien oncologue esthéticien dirigeait l’opération de reconstruction, un microchirurgien cautérisait au laser les vaisseaux sanguins rompus par le passage du lambeau. (flap). A l’occasion, il ajoutait quelques agrafes en platine que j’eu l’occasion de repérer sur une radio ultérieure de mon torse. Non, ça ne sonne pas au passage des portiques de contrôles des aéroports et autres lieux protégés.

Alors que je devais sortir de Curie une semaine après mon admission, je m’évanouissais à la descente de mon lit, un événement dont je perçus vaguement l’importance une foule de blouses blanches et bleus entourant mon lit, un déplacement vers le bloc opératoire sur un brancard poussé par mon chirurgien arraché à ses consultations, et finalement un diagnostic d’hémorragie interne qui nécessitait une réopération totale avec aboutissement dans une chambre de soins intensifs. Je suis restée hospitalisée à Curie 20 jours au lieu de 8…Mon chirurgien désolé m’expliqua qu’en 10 ans de chirurgie sennologique il n’avait jamais rencontré ce cas pourtant envisageable en chirurgie abdominale…Une cautérisation aurait sauté. Pas de chance !

Je n’eu qu’un regret, qu’on se soit cru obligé de me réanimer car perdre doucement conscience, devenir délicieusement légère et débarassée de toute douleur physique et mentale fut très agréable, plus qu’agréable et je ne compris la situation que lorsque commençant à reprendre conscience sur mon lit de réanimation j’entendis l’aide soignante antillaise s’exclamer : « Alors vous alors, on peut dire que ce n’était pas vôtre heure ! »

Au final, je suis très satisfaite de mon vrai faux sein car il grossit ou maigrit avec moi, il est ma chair, il a la même température que le reste de mon corps et je n’ai pas à m’en soucier bien que le mamelon soit absent parce que râté et que je n’ai pas eu envie de retourner à Curie pour peaufiner le tatouage de l’aréole.

Depuis cette aventure, j’ai lu  des documents et observé mon corps. J’ai compris que ce cancer avait sans doute inutilement été traité et que j’avais probablement souffert pour rien. Je laisse la radiologue sennologue Cécile Bour exposer mieux que moi la problématique des interventions probablement inutiles mais rentables pour le lobby médical.

Depuis que je suis informée de la malhonnêteté des invitations au dépistage et à une pseudo prévention, je jette à la poubelle sans les lire tous les courrier de l’assurance maladie m’invitant à des examens ou vaccinations gratuits. Je gère selon mon bon vouloir et mes informations recueillies librement par itération en toute sérendipité.

Dépistages et interventions inutiles selon la radiologue Cécile Bour

Dans une interview passionnante quoique  un peu longue, Cécile Bour, radiologue spécialisée en sénologie explique clairement pourquoi l’incitation au dépistage systématique du cancer du sein est non seulement inutile mais nuisible à la santé des femmes.

A écouter absolument pour avoir les informations nécessaires à la prise de décision qui ne concerne que soi-même.

Une fois de plus, on constate que le lobby médical qui inclut corporations spécialisées et laboratoires pharmaceutiques, est largement représenté dans les instances de décision à commencer par la ministre elle-même. Le spectre de la menace du cancer est largement entretenu par ce lobby au prétexte de la prévention alors que rien n’est fait pour la prévention puisque l’interdiction des perturbateurs endocriniens, nanoparticules cancérogènes, n’est pas de mise car elle représente des milliards d’euros et la campagn pour le dépistage rapporte aussi des milliards au lobby médical. Au bout de la chaîne, les femmes sont victimes et méprisées dans leur droit à  maîtriser leur corps.

 

Le dépistage du cancer du sein est non seulement inutile, mais en plus dangereux. Il profite à l’industrie du cancer, pas aux femmes. Par ignorance et naïveté (j’espère que ce n’est que ça), Cristina Cordula, marraine d’octobre rose, promeut le malheur et la mort des femmes qui l’écoutent ! Télécharge mon ebook gratuit « 5 habitudes simples à mettre en place pour péter le feu » : https://bit.ly/2IYXupy Cécile Bour, médecin radiologue, est la fondatrice de l’association Cancer Rose, qui diffuse de nombreuses informations scientifiques sur les dangers du dépistage organisé du cancer du sein : https://www.cancer-rose.fr Les études scientifiques traduites et décryptées par Cancer Rose : https://www.cancer-rose.fr/publicatio… La concertation de 2016, qui a proposé dans 1 des 2 scénarios d’arrêter le dépistage : http://www.concertation-depistage.fr/ L’étude canadienne qui montre le danger du dépistage systématique du cancer du sein : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/arti… Le dépistage systématique du cancer du sein encouragé par Octobre Rose et les autorités françaises, tue les femmes et cause de nombreuses souffrances inutiles, qui rapportent gros à l’industrie du cancer du sein. Si tu « crois » malgré tous les arguments scientifiques que nous avons donnés que promouvoir le dépistage organisé du cancer du sein permet de lutter efficacement contre le cancer du sein, lis cette récente étude qui enfonce le clou : https://www.sciencedirect.com/science… Aussi traduite ici : https://www.cancer-rose.fr/le-depista…

Dénonciation d’Octobre rose par le cancérologue Gérard Délépine

 

Arrête de courir bêtement pour Octobre Rose et reprends ta santé en main en commençant par télécharger mon ebook gratuit « 5 habitudes simples à mettre en place pour péter le feu » : ► http://bit.ly/ebookJeremieM Les livres de Nicole et Gérard Delépine sur le cancer : https://goo.gl/ubGMPy Et notamment « Cancer – les bonnes questions à poser à votre médecin » : ► https://amzn.to/2EsmNSw L’article de blog sur lequel tu peux retrouver cette interview et sa retranscription : ► https://www.jeremie-mercier.com/octob… L’autre vidéo dans laquelle avec Cécile Bour, médecin radiologue, nous dénonçons le dépistage organisé du cancer du sein est sur ce lien : ► https://youtu.be/Tar_075PeV4 L’étude canadienne qui montre le danger du dépistage systématique du cancer du sein : ► https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/arti… Le dépistage systématique du cancer du sein encouragé par Octobre Rose et les autorités françaises, tue les femmes et cause de nombreuses souffrances inutiles, qui rapportent gros à l’industrie du cancer du sein. Le film de Léa Pool : L’industrie du Ruban rose : ► https://www.onf.ca/film/industrie_du_…

Simone de Beauvoir. Nous lui devons tant

L’ouvrage historique de Simone de Beauvoir , Le deuxième sexe a inspiré des millions de femmes à travers le monde les incitant à prendre leur destin en main en luttant pour leurs droits et leurs libertés.

Malheureusement, aujourd’hui en France, les femmes subissent un recul notoire de leurs condition et considération et le féminisme est absorbé par les LCBTQXY qui ont oublié les fondements de la philosophie féministe au profit des droits homosexuels qui aboutissent à la PMA et la GPA, au mépris du droit des enfants, des mères porteuses et donneuses d’ovocytes. Le droit A l’enfant néglige la question essentielle du D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? tel que l’a illustré Gauguin dans une grande fresque testament.

Image associée

Aujourd’hui, les machistes femmes et hommes s’acharnent à détruire le travail de Simone de Beauvoir en focalisant sur le fait qu’elle aurait eu des relations avec l’une de ses élèves …J’ignore si cette rumeur est exacte mais le comportement d’une personne ne devrait pas autoriser à juger ses productions littéraires et artistiques. Si c’était le cas, alors nous devrions bannir des musées et des bibliothèques Gauguin, Picasso, Dali, Apollinaire, Anatole France, Flaubert et Maupassant, Rodin, Marguerite Duras et des centaines d’autres.

Récemment, je lisais la biographie de Marie Brizard qui, au XVIIIème siècle inventa la potion miraculeuse qui porte son nom. Cette femme courageuse dû s’associer à un homme pour gérer son argent, droit interdit aux femmes à l’époque. Elle choisit de ne pas se marier et de ne pas avoir d’enfants pour être totalement disponible pour son entreprise. Je pensais alors au constat de Simone de Beauvoir : une femme doit choisir entre sa tête et son utérus. Elle exprimait justement la réalité de la société patriarcale qui ne permet pas aux femmes d’être à la fois mère et entrepreneuse, à concilier vie professionnelle et vie familiale. Une situation qui suscite encore de nos jours des débats dont voici un exemple.

Xerfi Canal a reçu Mark Smith, professeur en Ressources Humaines à Grenoble Ecole de Management, pour parler de l’équilibre entre vie de famille et vie professionnelle. Une interview menée par Mounia Van de Casteele.

Nous lui devons tant

Emmanuelle Escal livre ici un témoignage de l’influence de Simone de Beauvoir et du Deuxième Sexe dans sa construction personnelle. C’est en chanson qu’il y a quelques années, elle a souhaité rendre un puissant femmage à celle qui a beaucoup compté pour elle. Écoutons-là…

 

J’ai écrit cette chanson quelques années après la mort de Simone, qui nous a quittés en avril 1986. C’était au départ un poème, resté inachevé. Trop douloureux de coucher sur du papier que c’était fini, que nous ne la reverrions plus. Puis la chanson est venue, comme viennent pratiquement toutes mes chansons, le texte et la musique en même temps.

En 1999, il y a eu les célébrations du cinquantenaire du Deuxième Sexe. Anne Zelensky, ma compagne, avait co-fondé avec Simone et d’autres amies féministes, en 1974, la Ligue du Droit des Femmes. Elle en était devenue présidente après la mort de Simone qui présidait notre association. La Ligue avait organisé un concours en direction des jeunes, sur la fameuse phrase : « On ne naît pas femme, on le devient ». Tout support était le bienvenu : peinture, poésie, vidéo, BD, etc… Les prix avaient été remis à la Coupole, lors d’un dîner festif qui a eu beaucoup de succès, en avril 1999. Des comédiennes, Danièle Lebrun, et notre amie hélas disparue, Marie-France Pisier, étaient venues lire des extraits des livres de Simone. Il y eut d’autres prestations et témoignages. J’ai chanté pour la première fois en public, ma chanson, enregistrée en janvier dans des conditions artisanales, avec un autre titre.

Simone de Beauvoir a été importante pour moi quand j’ai découvert Le Deuxième Sexe, à dix-sept ans. J’ai dévoré ses livres et me suis beaucoup intéressée à la vie de cette femme hors du commun. Depuis un moment, je pensais que les hommes avaient un gros problème avec les femmes, pour les maintenir toujours en état d’infériorité. On pouvait lire à l’époque, dans le dictionnaire, au mot « femme » : « compagne de l’homme ». Je ne pouvais me définir ainsi, et me demandais si j’en étais bien une, de femme. J’étais amoureuse de filles, et cela n’allait pas de soi dans la société, c’est le moins que l’on puisse dire. Plus tard, j’ai rencontré Monique Wittig qui écrivait qu’une lesbienne n’était pas une femme. Réponse au dictionnaire.

En lisant Simone de Beauvoir, je me suis sentie moins seule. Elle répondait à pas mal de mes questionnements. Vingt ans après la parution du Deuxième Sexe, le miracle a eu lieu, inédit dans l’histoire : la réflexion élaborée par la philosophe dans cet essai, s’incarnait dans la lutte féministe. Des jeunes femmes mettaient en pratique avec le MLF, la pensée si riche de Simone de Beauvoir. Nous nous sommes rejointes, les jeunes féministes de la fin des années soixante, et elle qui nous avait ouvert la voie…

Simone était gaie, drôle, curieuse de tout, surtout des autres, toujours dans une écoute passionnée. Elle aimait plus écouter que parler. Dans l’amitié, elle abandonnait son côté un peu raide qui lui servait de protection face aux attaques qu’elle avait subies ; Ses yeux bleus et son sourire tendre me faisaient craquer. Un jour, Anne lui a dit qu’elle était belle. Elle était totalement déconcertée. Il semblait qu’on avait oublié de le lui dire !

Simone de Beauvoir ne connaît pas d’éclipse. Elle marquera durablement l’histoire de l’humanité. « Ce qui libère la femme libère l’homme » a-t-elle écrit. Le féminisme ne concerne pas seulement les femmes. Il est l’affaire de tous les êtres humains.

 Oui Simone, nous vous devons tant.

Paroles

SIMONE DE BEAUVOIR

La rue Schœlcher, le cimetière

Et la tristesse qui m’étreint

Vous imaginer sous la terre

Où vivent dessus tant de pantins

 

Les mots d’amour des étrangères

Sur votre tombe, éparpillés

Comme des offrandes légères

Sont toujours écrits en français

 

REFRAIN

Simone de Beauvoir

Vous faites partie de mon histoire

Et si je vis mieux à présent

C’est que je vous dois tant

Simone de Beauvoir

Vous êtes au fond de ma mémoire

Et si je vis mieux à présent

C’est que je vous dois tant

 

J’ai dans le coeur ce jour de printemps

Ile de Ré, Anne et Sylvie

Le vent défait votre turban

Sur l’une des photographies

 

Vous souriez, un peu fragile

Et nous marchons sur le chemin

Ignorant qu’au prochain avril

Vous allez nous quitter soudain

 

Refrain

 

Il n’y avait pas tant d’images

De femmes à qui s’identifier

Si nous voulions tourner la page

Et vivre nos vie en entier

 

La vôtre me fut un modèle

Que ma jeunesse a admiré

Vous étiez superbe et rebelle

Libre de tous les préjugés

 

Refrain

 

Simone de Beauvoir

Vous faites partie de mon histoire

Et si je vis mieux à présent

C’est que je vous dois tant.

L’autrice : Engagée dans le Mouvement des femmes depuis les années 70, Emmanuelle Escal est auteure, compositrice et interprète. Son album « Projet d’Amour » est dédié à sa compagne de toujours, Anne Zelensky, figure historique du mouvement féministe. Après avoir chanté dans des cabarets et des café-théâtre dans les années 1970, Emmanuelle Escal reprend la scène en 1999. Elle produit un premier CD de deux titres, qui comporte un hommage à Simone de Beauvoir, avec qui elle a partagé de nombreux combats.

Pour citer cet article : Emmanuelle Escal, “Nous lui devons tant”, Chère Simone de Beauvoir, août 2019. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/1753

Opposition mondiale à la GPA dont l’horreur ressort d’une étude 2019

Trois organisations anglo-saxonnes rejoignent La Coalition internationale pour l’abolition de la maternité de substitution,  (CIAMS) lancée le samedi 22 septembre 2018 à Paris. Le CIAMS a été signé par de nombreuses associations féministes issues du monde entier. (voir plus bas)

http://abolition-ms.org/actualites/lancement-de-la-coalition-internationale-pour-labolition-de-la-maternite-de-substitution-ciams/

L’horreur de la réalité de la maternité de substitution d’après une étude réalisée en 2019 par Sheela Saravanan http://abolition-ms.org/actualites/de-graves-violations-des-droits-humains-se-commettent-au-nom-de-la-liberte-reproductive/

Il me semble tout à fait incroyable que les opposantes à la GPA (et de rares opposants, demandez-vous pourquoi ) doivent avancer une multitude d’arguments éthiques et médicaux alors que les partisans de cette abomination se contentent d’arroser de sirop compassionnel cette consommation honteuse de femmes et d’enfants.

La Connectrice

Le travail de la scientifique Sheela Saravanan

…Le fait de séquestrer des femmes dans un bâtiment est une violation des droits humains. Les enfants transformés en marchandise sont étiquetés en fonction de leur poids à la naissance, de leur sexe, de leur apparence et, par voie de conséquence, il est clair que les foetus sont avortés de façons sélective (on parle de réduction embryonnaire). Selon la nouvelle étude mise à jour de Sheela Saravanan, pour devenir mères porteuses, les femmes sont sélectionnées selon de leur classe, leur âge, la couleur de leur peau, leur religion, leur caste et leur rémunération, et varient en fonction de ces paramètres.

Nous avons déjà rendu compte d’un entretien avec Sheela Saravanan réalisé lors de la conférence internationale «Broken Bonds and big money sur la GPA à l’Université RMIT de Melbourne, en Australie, dans un article intitulé  «Une vision féministe du marché mondialisé de la maternité de substitution» «. ». Saravanan est professeure au département d’anthropologie de l’université de Heidelberg, en Allemagne, titulaire de deux masters en géographie et développement, Docteur en santé publique.  Elle s’est spécialisée dans les pratiques de santé reproductive et d’accouchement en Inde. Ses travaux postdoctoraux dans des universités allemandes étaient axés sur la santé maternelle et infantile, les avortements sélectifs, les techniques de procréation et la maternité de substitution.

Son approche a toujours été basée sur la justice reproductive et le féminisme transnational. C’est une excellente oratrice, qui a exposé à de nombreuses reprises son travail aux Nations Unies et à d’autres conférences importantes en tant que chercheuse indépendante sur la violence exercée à l’égard des femmes en Asie et en Europe, ainsi que sur la santé de la reproduction. Son livre, « Une vision féministe transnationale du bio-marché de la maternité de substitution en Inde », est le fruit de recherches approfondies sur le terrain, une documentation rassemblant de nombreuses interviews de femmes qui révèlent les terribles conditions dans lesquelles les mères « de substitution » sont surveillée tout au long de leur grossesse et sur le commerce des ovocytes et embryons.

En 2019,  Sheela Saravann a actualisé ses recherches précédentes (Présentationtexte intégral) gràce au financement et l’intérêt de « l’Observatoire Européen de la Non-Discrimination et des Droits Fondamentaux » La spécificité de cet observatoire réside dans sa structure flexible, qui non seulement théorise, mais mène également ses propres actions sur le terrain et développe ses propres priorités liées aux sans-abri, aux personnes handicapées, aux migrants, aux femmes et aux enfants dans le contexte de la protection de l’enfance. Leur rôle : Engager un dialogue constant avec les institutions européennes, ainsi qu’avec les autorités politiques nationales et régionales, afin d’échanger des informations et contribuer à la mise en œuvre de mesures politiques efficaces…

Stop surrogacy now

Unification de l’opposition mondiale

StopSurrogacyNow continue d’unifier et de promouvoir l’opposition mondiale à la maternité de substitution, trois organisations rejoignant la campagne mondiale SSN: OBJECT (Royaume-Uni), Breaking Free (États-Unis) et Nordic Model Now! (ROYAUME-UNI).

OBJEcT (UK)

« OBJECT combat les systèmes sociaux qui objectivent les femmes: les métiers du sexe, la maternité de substitution et le transgenre. OBJECT veut abolir la maternité de substitution, car celle-ci exploite les femmes et ignore les droits des enfants. La femme agricultrice ne peut jamais avoir raison.

– Janice Will, présidente de OBJECT – Women Not Sex Objects

Breaking Free (Etats-Unis)

« Breaking Free est une organisation à but non lucratif basée à Saint-Paul qui dessert les femmes et les filles impliquées dans des systèmes de maltraitance, d’exploitation et de prostitution / trafic sexuel. Nous travaillons pour aider les femmes à échapper à ces systèmes et situations dangereux et oppressifs par le biais de la sensibilisation, des services directs, du logement et de l’éducation. Chez Breaking Free, nous sommes investis dans la lutte contre tous les aspects de la violence à l’égard des femmes dans le Minnesota et dans tout le comté et nous pensons que la maternité de substitution fait partie de cette catégorie ».

–Teresa Forliti, directrice exécutive (États-Unis)

Modèle nordique maintenant! (ROYAUME-UNI) 

“ Modèle nordique maintenant! est fier de soutenir la campagne Stop Surrogacy Now. Nous sommes un petit groupe de femmes de base au Royaume-Uni. Notre principal objectif est de faire campagne en faveur de l’approche du modèle nordique en matière de prostitution, qui vise à parvenir à l’abolition de la prostitution tout en aidant les personnes qui en sont prises à se reconstruire à l’extérieur.

Nous avons toujours considéré que la maternité de substitution était étroitement liée à la prostitution – à la fois, le corps même de la femme et son instrumentation au profit de quelqu’un d’autre, tandis que toute une chaîne alimentaire de tiers bénéficie économiquement de cet arrangement.

Dans la prostitution, elle devient un jouet sexuel pour une succession d’hommes sans nom et est obligée de flatter chacun d’eux et de prétendre qu’elle les aime. Dans la maternité de substitution, elle devient une ligne de production dont le produit est un bébé réel, et encore une fois, elle subit de nombreuses pressions pour prétendre que c’est autre chose que ce qu’elle est réellement – qu’elle a été réduite à une fonction au profit de quelqu’un d’autre, et le bébé a été réduit à une marchandise à vendre.

Les droits de l’homme sont fondés sur la dignité inhérente à chaque être humain. Instrumentaliser et commercialiser un être humain est une violation fondamentale et flagrante de cette réalité et a un impact sur chacun de nous et sur le type de société dans laquelle nous vivons – car si vous pouvez violer les droits humains d’une personne, il est plus facile de violer les droits de quelqu’un .

Le fait qu’il soit si difficile pour beaucoup de voir les violations des droits de l’homme inhérentes à la prostitution et à la maternité de substitution est une indication claire que les femmes n’ont pas encore bénéficié de tous les droits de l’homme, dans la pratique et dans la culture. Nous sommes toujours considérés en deuxième classe.

Au Royaume-Uni, la Law Commission organise une consultation sur les propositions d’ouverture de la maternité de substitution, notamment pour permettre aux mères biologiques de recevoir une indemnité et pour lever toutes les restrictions sur la publicité pour des services permettant la maternité de substitution.

Si vous ne voulez pas que des bébés soient vendus au Royaume-Uni et que les femmes pauvres et défavorisées soient réduites au rang d’éleveurs pour les riches, nous vous invitons à soumettre une réponse. Cela ne prend que 10 minutes!

– Anna Fisher, présidente du modèle nordique maintenant!

Partager Partager
Tweet Tweet

Signataires français du CIAMS :

Assemblée des Femmes
Association Bagdam Espace lesbien, Toulouse.
CADAC Coordination des Associations pour le Droit à l’Avortement et à la Contraception
CEL, Centre Evolutif Lilith, Lesbiennes Féministes de Marseille
CMPDF, Collectif Midi-Pyrénées pour les Droits des Femme
Collectif « Tout.e.s contre les violences obstétricales et gynécologiques »
CoRP Collectif pour le Respect de la Personne.
CQFD Lesbiennes Féministes
Forum Femmes Méditerranée
Initiative  Féministe Euromed IFE-EFI
Les Chiennes de Garde
LIbres MarianneS
Ligue des Femmes Iraniennes pour la Démocratie- LFID
Maison des Femmes de Paris
MFPF 93 Mouvement Français pour le Planning Familial section seine saint denis – 93
REFH Réussir l’égalité Femmes-hommes
Regard de femmes
Réseau Féministe « Ruptures »
Zéromacho, réseau international d’hommes contre le système prostitueur
Collectif 13 Droits des femmes
Marche Mondiale des Femmes ( France)
ELCEM – Elus Locaux Contre l’Enfance Maltraitée
Encore Féministes
Amicale du nid
Femmes Libres
CNN Conseil National des Femmes Françaises
Femmes et hommes d’avenir – Clermont Ferrand
V.iDeaux TELEDEBOUT
VI GILANTES
Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir
LDIF – Ligue du Droit International des Femmes
NCL – Nouvelle Collective lesbienne
CNDF Collectif National pour les Droits des Femmes
Fondation Scelles
Stoppt Leihmutterschaft
Arcilesbica

Violences conjugales. Le premier ministre répond à une pétition. Promesses, promesses…

 

Résultat de recherche d'images pour "dessin violences conjugales "

https://www.cartooningforpeace.org/

Réponse de Edouard Philippe Premier ministre à la pétion qui ce jour a reçu 775 000 signatures     https://www.change.org/p/sauvons-celles-qui-sont-encore-vivantes     

Il aura tout de même plus de 100 femmes assassinées par leur conjoint depuis janvier 2019 pour que le gouvernement saisisse le drame, organise un « Grenelle » et propose des mesures. Certes c’est un début et j’espère que ce début aura une continuation permanente car nous sommes loin d’être sorties du féminicide d’autant plus que des masses de migrants formés à des cultures qui méprisent les femmes et les exploitent exercent une forte influence sur notre société en déclin, levant le tabou chez des milliers d’autochtones qui rêvent de cogner leur compagne mais se retiennent par peur du gendarme.

On attend avec impatience la publication des lois annoncées au Journal Officiel ainsi que leurs décrets d’application et la diffusion de ceux-ci au sein de tous les organismes publics. On attend aussi la publication des moyens humains et financiers alloués à ces mesures. On attend également la mise en place en moyens humains et financiers du suivi de ces mesures et de leur bilan tous les 6 mois.

La Connectrice

9 SEPT. 2019 — Chères signataires, chers signataires,

Vous avez raison, dans notre pays, les violences conjugales sont un phénomène massif, et souvent impuni. Nos mentalités et nos pratiques restent entachées de machisme, de stéréotypes et de lâcheté quand il s’agit de les dénoncer et d’accompagner celles qui les subissent. Quant aux dysfonctionnements institutionnels, ils sont une honte pour notre République.

Vous êtes mobilisés, depuis longtemps déjà, pour dénoncer et combattre ce fléau. C’est pourquoi je tiens à vous présenter les premières mesures du Grenelle de lutte contre les violences conjugales.

1. Il faut d’abord assurer une mise à l’abri rapide des femmes qui fuient leur domicile conjugal.

Une plateforme de géolocalisation est en cours de création pour que les victimes soient orientées, en temps réel, vers les places disponibles, près de chez elles. 1000 places d’hébergement dédiées aux femmes victimes de violences seront ouvertes à partir de janvier 2020. Elles viendront s’ajouter aux 5 240 places déjà existantes. Elles se répartiront en 250 places dans l’hébergement d’urgence et 750 places dans le logement social, solution qui peut être plus adaptée aux femmes qui partent avec leurs enfants. Les femmes victimes de violences auront par ailleurs accès à la garantie Visale, une caution gratuite de la part d’Action Logement.

2. La deuxième urgence consiste à assurer la protection des victimes à toutes les étapes de leurs démarches, pour les encourager à porter plainte.

Car la plupart des féminicides ont lieu quand les femmes quittent leur conjoint ou portent plainte. Et quand elles trouvent le courage de le faire, elles se heurtent trop souvent à des réactions maladroites, déplacées ou indignes, au sein de nos commissariats et de nos gendarmeries.

Nous lançons donc un audit de 400 commissariats et gendarmeries, ciblé sur l’accueil des victimes de violences conjugales, pour inciter au dépôt de plainte. Nous fournirons aussi un protocole unique d’évaluation du danger aux commissariats et aux gendarmeries, pour éviter toute disparité d’un territoire à l’autre.

La possibilité de porter plainte à l’hôpital va être généralisée à partir du 25 novembre.

Enfin, nous voulons identifier des procureurs référents spécialisés et expérimenter des chambres d’urgence pour que les dossiers soient traités en quinze jours, avec une meilleure articulation des différents acteurs judiciaires.

3. La troisième urgence consiste à assurer un éloignement effectif des conjoints et ex-conjoints violents.

Nous voulons déployer, dans l’année, le bracelet électronique. Un projet de loi a été déposé pour que le juge puisse ordonner la mise en place de ce dispositif en cas de condamnation pour violences conjugales, mais aussi avant toute condamnation, dans le cadre d’un contrôle judiciaire ou d’une ordonnance de protection. Le bracelet devra être posé dans les 48h après le prononcé par le juge.

4. Enfin, nous voulons réformer notre législation en matière d’autorité parentale.

Il faut en finir avec l’illusion qu’un conjoint violent pourrait être un bon père. Les enfants sont toujours des victimes d’un environnement familial dégradé. Beaucoup de pères violents utilisent leurs enfants comme un instrument de pression sur leur conjointe ou leur ex-conjointe. C’est pourquoi nous proposons deux mesures :

– Quand le juge pénal examine une plainte, il pourra suspendre ou aménager l’exercice de l’autorité parentale : suppression du droit de visite et d’hébergement, possibilité pour la mère de prendre les décisions seule tout en continuant à percevoir une pension alimentaire. Cette mesure sera plus souple, plus opérationnelle et plus juste que le retrait de l’autorité parentale.

– L’exercice de l’autorité parentale sera suspendu de plein droit en cas d’homicide volontaire par le conjoint, sans qu’il soit besoin d’une décision du juge. Et ce dès la phase d’enquête ou d’instruction.

Le Grenelle, porté par la Secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a commencé le 3/09/2019, en référence au numéro d’urgence 3919. Il durera jusqu’au 25 novembre. Il va préciser et enrichir ces premières annonces. Ce qui est en jeu, c’est de transformer très profondément nos mentalités, nos pratiques et nos institutions. Pour que la tolérance zéro devienne la règle, en matière de violences conjugales. Pour que toutes nos concitoyennes aient le droit de vivre libres et en sécurité, avec ou sans leur conjoint.

LE PREMIER MINISTRE VOUS RÉPOND : CONTRE LES VIOLENCES CONJUGALES, LE GOUVERNEMENT S'ENGAGE
Contre les violences conjugales, le Gouvernement agit ! Rendez-vous ce soir à 18h30 avec Marlène Schiappa pour en savoir plus sur les…

Non à la GPA ! Stop surrogacy now ! questionnaire

Résultat de recherche d'images pour "dessin caricature GPA"

 

 

 

 

 

 

Passer à l’action! Répondez à la consultation sur la maternité de substitution au Royaume-Uni en 10 minutes faciles.

Pensez-vous que les bébés devraient être en vente comme produits au Royaume-Uni? Une femme défavorisée devrait-elle être rémunérée pour être un «éleveur» pour des personnes beaucoup plus riches qu’elle ne l’est? Ces personnes plus riches devraient-elles devenir les parents légaux de cet enfant dès sa naissance? Comprenez-vous l’impact de cette situation sur les droits de toutes les femmes – qu’elle mettra fin à l’ancienne hypothèse légale selon laquelle la mère naturelle est toujours le parent légal de l’enfant? Pensez-vous que Facebook et Google devraient être autorisés à présenter des publicités à des étudiantes endurcies suggérant que le fait de devenir une «mère porteuse» apporterait une solution à leurs problèmes financiers?

Non?

Alors rejoignez Nordic Model Now !, petit groupe de femmes au Royaume-Uni et signataire de StopSurrogacyNow, en dénonçant l’ouverture de la maternité de substitution en ne  prenant que 10 minutes pour répondre à la consultation de la Commission du droit .Sinon, toutes ces choses et bien d’autres vont probablement arriver au Royaume-Uni très bientôt. Modèle nordique maintenant! a défini tout ce que vous devez savoir  ici , y compris des conseils pour naviguer dans le document, des modèles de réponses si vous souhaitez les utiliser et des points clés à prendre en compte si vous souhaitez soumettre une réponse personnalisée.

La date limite pour répondre à la consultation est  le 11 octobre 2019 . Envoyez votre réponse aujourd’hui et aidez-nous #StopSurrogacyNow à travers le monde!

Partager Partager
Tweet Tweet
Vers l'avant Vers l’avant

Image associée

https://ggpphilo.wordpress.com/les-meres-porteuses/

Comment répondre à la consultation sur la maternité de substitution au Royaume-Uni en 10 minutes faciles

Pensez-vous que les bébés devraient être en vente comme produits au Royaume-Uni? Une femme défavorisée devrait-elle être rémunérée pour être un «éleveur» pour des personnes beaucoup plus riches qu’elle ne l’est? Ces personnes plus riches devraient-elles devenir les parents légaux de cet enfant dès sa naissance? Comprenez-vous l’impact de cette situation sur les droits de toutes les femmes – qu’elle mettra fin à l’ancienne hypothèse légale selon laquelle la mère naturelle est toujours le parent légal de l’enfant? Pensez-vous que Facebook et Google devraient être autorisés à présenter des publicités à des étudiantes endurcies suggérant que le fait de devenir une «mère porteuse» apporterait une solution à leurs problèmes financiers?

Non?

Puis répondez à la consultation de la Law Commission – sinon toutes ces choses et bien d’autres vont probablement arriver au Royaume-Uni très bientôt. Nous  avons mis tout ce que vous devez savoir ci – dessous. Vous pouvez le faire en moins de 10 minutes.

Pas certain?

Ensuite, veuillez lire notre aperçu qui explique ce qui ne va pas avec la consultation et ses propositions.


Répondre à la consultation

Il est préférable de faire votre propre réponse personnalisée à la consultation . Cependant, il est complexe et difficile à naviguer – le document d’accompagnement compte 502 pages et comprend 118 questions, la plupart comprenant plusieurs parties et la plupart concernant des détails complexes, plutôt que les questions clés. Nous ne facturons  t pense que beaucoup de gens ont le temps et l’ énergie pour faire toutes les lectures nécessaires pour créer des réponses originales qui remettent en question efficacement les propositions.

Voilà pourquoi nous  avons fait le travail pour vous. Si vous êtes d’accord avec notre analyse , vous pouvez simplement télécharger le document, compléter vos informations personnelles et l’envoyer. Vous pouvez, bien sûr, éditer tout ou partie des réponses si vous préférez. Si la Commission du droit reçoit des milliers de réponses comme celle-ci, cela démontrera en grande partie qu’il y a une opposition significative à leurs propositions.

Si vous avez plus de temps, pensez à entrer vos propres réponses dans le formulaire en ligne de la consultation – en utilisant notre modèle de réponses comme modèle si vous le souhaitez. Nous fournissons des notes sur les points à considérer ci-dessous. Si vous ne l’avez pas encore lu, vous pouvez également consulter notre aperçu .

Voir la version PDF de notre réponse de modèle .

La date limite pour répondre à la consultation est le 11 octobre 2019 .

Comment répondre en 10 minutes:

  1. Téléchargez le document Word avec nos réponses types. (D’autres formats sont disponibles au bas de cette page.)
  2. Enregistrez le document Word sur votre appareil.
  3. Remplissez vos informations personnelles au début du document.
  4. Éditez éventuellement les réponses (voir les notes ci-dessous pour les points à surveiller).
  5. Envoyez le document complété à l’ adresse suivante : surrogacy@lawcommission.gov.uk .

Comment faire une réponse personnalisée:

  1. Ouvrez le formulaire de consultation en ligne .
  2. Remplissez vos réponses dans les espaces prévus. Vous pouvez copier et coller de notre document si vous le souhaitez.
  3. Enregistrez éventuellement vos réponses et continuez plus tard.
  4. Lorsque vous avez terminé, assurez-vous de soumettre le formulaire.

Points à considérer

  • Vous n’êtes pas obligé de répondre à toutes les questions.
  • Nous n’avons pas fourni de modèle de réponses à chaque question – nous nous sommes concentrés sur celles qui, à notre avis, sont essentielles.
  • Certaines questions s’adressent à ceux qui ont des expériences spécifiques – par exemple, ceux qui ont eu une expérience personnelle de la maternité de substitution ou qui ont une connaissance spécialisée des droits de l’enfant, etc. Si cela vous concerne, envisagez de répondre à ces questions. (Il y a une liste des numéros de question ci-dessous.)
  • Les réponses à chaque question sont susceptibles d’être analysées séparément et séparément de vos réponses à toutes les autres questions. Lorsque quelque chose s’applique à plus d’une question, nous vous recommandons donc de le copier-coller dans la réponse à chaque question à laquelle il s’applique.
  • Sachez qu’accepter certaines des propositions détaillées pourrait être considéré comme un accord avec le principe sous-jacent. Par exemple, si vous acceptez de procéder à des contrôles médicaux avant la conception, cela peut être considéré comme un accord avec la «nouvelle voie» proposée.
  • Actuellement, la loi autorise la «maternité de substitution altruiste» au Royaume-Uni. Les mères biologiques peuvent recevoir certaines dépenses essentielles, comptabilisées dans les reçus. La législation proposée changerait ceci en un modèle plus similaire à celui utilisé dans certains États américains, où les mères biologiques peuvent recevoir une redevance (qui peut être substantielle) et où des agences à vocation commerciale sont payées pour faciliter les arrangements. Ces propositions violent les droits fondamentaux des femmes et des enfants.
  • Nous nous opposons à une grande partie de la terminologie utilisée dans la consultation, en particulier aux questions 60 à 62. Nous ne croyons pas que la maternité de substitution soit une «nécessité médicale». Vous pouvez également contester les termes «mère porteuse», «parents visés», etc.
  • La consultation a de nombreuses questions sur les dépenses ou les frais qui devraient être autorisés à être payés aux mères biologiques. Nous nous opposons à toute maternité de substitution et estimons qu’elle devrait être interdite. Cependant, si cela devait être autorisé, nous estimons que la loi britannique devrait à tout le moins être conforme aux recommandations du rapporteur spécial des Nations unies sur la vente et l’exploitation sexuelle des enfants, qui visent à empêcher la vente et la traite d’enfants l’exploitation des mères biologiques. Nous ne pensons pas que les propositions sont conformes à ces recommandations.
  • Si elles étaient appliquées, les propositions imposeraient une pression supplémentaire sur le NHS, en raison des risques supplémentaires inhérents à la FIV, aux grossesses par maternité de substitution et à l’accouchement, ainsi qu’à une détresse psychologique à long terme chez les mères biologiques et les enfants. Les commissaires au droit ne semblent pas avoir pris en compte cette question ni entrepris d’évaluation d’impact.
  • Les commissaires aux lois ont recommandé de supprimer toutes les restrictions relatives à la publicité pour les mères porteuses et à leurs services. Considérez l’impact sur les femmes endettées ou qui ont du mal à joindre les deux bouts, étant bombardées par des publicités offrant des sommes importantes pour être une «mère porteuse». Cela peut-il être éthique? Considérez que nous n’autorisons pas une telle publicité pour les dons de reins payés.
  • Les commissaires au droit n’ont même pas évoqué la probabilité que les époux, conjoints et autres membres de la famille obligent les femmes à recourir à la maternité de substitution pour obtenir un gain financier. Il y a beaucoup d’hommes qui pourraient considérer la maternité de substitution comme une excellente occasion de se libérer de leurs femmes, tout comme avec la prostitution.
  • De nombreuses personnes ont des objections éthiques à légaliser la maternité de substitution de type commercial au Royaume-Uni, mais la consultation ne prévoit que très peu de dispositions à leur sujet. Veuillez utiliser la dernière question (118) pour ajouter toutes les préoccupations éthiques et autres que vous n’avez pas abordées ailleurs.
  • Les commissaires aux lois sont obligés de se conformer aux devoirs d’ égalité dans le secteur public ( PSED ) lorsqu’ils exercent des fonctions publiques, telles que cette consultation. Cela n’a presque certainement pas été le cas – sinon, ils auraient publié leurs considérations en matière d’égalité et leurs analyses d’impact. La maternité de substitution ayant des conséquences très différentes sur les femmes et les enfants par rapport aux hommes adultes, nous pensons que les commissaires au droit enfreignent la législation en matière d’égalité.
  • Le gouvernement publie des lignes directrices pour la tenue de consultations. Il nous semble que cette consultation enfreint plusieurs de ces lignes directrices.

Résumé des questions

Nous pensons que ce sont les questions les plus importantes:

  • Question 7
  • Questions 11-16
  • Questions 21-29
  • Questions 33 à 42
  • Questions 72 à 87
  • Questions 107-108
  • Question 118

Ce sont les questions pour ceux qui ont des connaissances spécialisées et / ou une expérience personnelle. Ces questions figurent dans le document Word. Vous pouvez donc y ajouter des réponses si nécessaire. Les commissaires du droit vous ont demandé de ne pas inclure de renseignements personnels qui pourraient vous identifier ou identifier les autres personnes impliquées.

  • Question 6 – À propos de la législation en Écosse.
  • Question 31 – Pour ceux qui ont une expérience personnelle de la «maternité de substitution indépendante».
  • Question 78 – L’impact de la réception des paiements par les « mères porteuses » a eu sur les prestations d’aide sociale sous condition de ressources.
  • Question 89 – Pour ceux qui ont une expérience personnelle (ou la connaissance) des accords internationaux de maternité de substitution.
  • Question 90 – Pour les organisations axées sur les droits et le bien-être des enfants.
  • Question 91 – Pour ceux qui ont une expérience personnelle de la maternité de substitution internationale.
  • Question 96 – Pour ceux qui ont une expérience personnelle de la maternité de substitution internationale.
  • Question 100 – Pour ceux qui ont une expérience personnelle de la maternité de substitution au Royaume-Uni avec des «parents intentionnels» étrangers.
  • Question 109 – Pour les «parents intentionnels» basés au Royaume-Uni qui ont un enfant par substitution.
  • Question 110 – Pour ceux qui ont une expérience personnelle de la demande d’une ordonnance parentale au Royaume-Uni.
  • Question 112 – Pour ceux qui connaissent les coûts du dépistage médical, du conseil en matière d’implication, ainsi que les coûts juridiques de la procédure de maternité de substitution et des ordonnances parentales.
  • Question 114 – Pour ceux qui estiment pouvoir jouer le rôle de professionnel indépendant proposé.
  • Question 115 – Pour ceux qui sont des « parents intentionnels » ou des « mères porteuses ».
  • Question 116 – Pour ceux qui sont «parents intentionnels».
  • Question 117 – À propos de l’impact des propositions en Irlande du Nord.

Nous n’avons pas fourni de réponses aux questions suivantes, mais vous pouvez en ajouter si vous le souhaitez.

  • question 3
  • Question 111
  • Question 113

Options de téléchargement alternatives

Nous fournissons trois formats différents de réponses de modèle:

Lectures complémentaires

Laisser une réponse

Gravatar

laconnectrice: Vous commentez en utilisant votre compte WordPress.com. (  Déconnexion  /  changement  )


Nordic Model Now est une association de femmes en lutte contre la prostitution qui s’est associée à l’action Stop surrogacy now !

“The myth of women charging thousands of dollars as “escorts” or “courtesans” is a lie. Those who repeat the mantra “sex work is work” do not represent the majority of us who end up in the flesh trade. Now is the time for the silenced majority to be heard.” – Survivor #EndProstitution

https://nordicmodelnow.org/…/survivors-speak-out-about-wha…/

«Le mythe des femmes qui facturent des milliers de dollars à titre d’escortes ou de courtisanes est un mensonge. Ceux qui répètent le mantra «le travail sexuel, c’est du travail» ne représentent pas la majorité d’entre nous qui finissons dans le commerce de la chair. Il est maintenant temps que la majorité réduite au silence soit entendue. »- Survivor EndProstitution

https://nordicmodelnow.org/…/survivors-speak-out-about-wha…/

 


Résultat de recherche d'images pour "dessin caricature GPA"

Take action! Respond to the UK Surrogacy Consultation in 10 easy minutes.

Do you think that babies should be on sale as commodities in the UK? Should a disadvantaged woman be paid to be a ‘breeder’ for people much richer than she is? Should those richer people become the legal parents of that child the moment it’s born? Do you understand the impact of this on the rights of all women – that it will end the ancient legal assumption that the birth mother is always the legal parent of the child? Do you think Facebook and Google should be allowed to present adverts to hard-up female students suggesting that becoming a ‘surrogate’ would provide the solution to their financial worries?

No?

Then please join Nordic Model Now!, a small, grassroots women’s group in the UK and StopSurrogacyNow signatory, by speaking out against opening up surrogacy by taking just 10 minutes to respond to the Law Commission’s consultation.Otherwise all these things and more are likely to come to the UK very soon. Nordic Model Now! has set out everything you need to know here, including tips on navigating the document, template responses if you wish to use them, and key points to consider if you want to submit a personalized response.

The deadline for responding to the consultation is October 11, 2019. Submit your response today and help us #StopSurrogacyNow worldwide!

%d blogueurs aiment cette page :