Flux RSS

Archives de Catégorie: Histoire et culture juives

Charlottesville. La haine antisémite était au rendez-vous

Publié le

 

Manifestation à Charlottesville

Source photo http://www.marieclaire.fr/emeutes-raciales-a-charlottesville-les-stars-se-mobilisent,1227408.asp

La manifestation Unite the right organisée à Charlottesville (Virginie, sud des USA) pour protester contre le déboulonnage de la statue du général sudiste Robert Lee fut le prétexte à exprimer la haine de l’autre en général et celle du juif en particulier. Des manifestants arboraient des drapeaux et symboles nazis , des portraits de Hitler, chantant des hymnes nazis en saluant Heil Hitler ou Sieg Heil. Le conducteur assassin James Alex Fields qui a tué une femme et fait 19 blessés appartient à un groupe antisémite, Vanguard America, qui rend les juifs responsables du communisme, de l’industrie de la pornographie et de la corruption des médias. Un autre groupe participant, National Socialist Movement rend les juifs responsables à la fois du communisme et du capitalisme. La League of the South qualifie les juifs de plus grands meurtriers de masse de l’histoire et met en doute la réalité de la Shoah qui n’aurait d’autre but que culpabiliser les chrétiens. Le leader du Traditionalist Worker Party, Matt Heimbach estime que Hitler était quelqu’un de bien, une bonne personne et accuse les juifs du massacre des européens. David Duke: A one-man engine of hate and racism, former Klansman David Duke croit en un plan secret des juifs pour dominer le monde et clame qu’il n’y aura pas de futur pour les enfants blancs sans éradication des juifs et de leur Etat sioniste.

LC

vidéo http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2017/08/16/charlottesville-le-documentaire-glacant-de-vice-news-dans-les-rangs-des-supremacistes-americains_5173089_4832693.html

Anti-Semitism on Full Display in Charlottesville https://www.adl.org/blog/anti-semitism-on-full-display-in-charlottesville

  • August 15, 2017
Sieg Heils in Charlottesville

Alongside the racism, nativism and xenophobia on display at Unite the Right, the event was also an expression of the animating power of anti-Semitism. 

Marchers threw Nazi salutes as they waved swastika flags, proudly wore swastika pins and shirts, and shouted “sieg heil!”  A sign carried by rally-goers warned that the “Jewish media is going down;” another declared that “Jews are Satan’s children.”  A white supremacist told a reporter that “the fucking Jew-lovers are gassing us,” and another one called a Jewish counter-protestor a kike. “Blood and soil,” which the white supremacists chanted several times, is the translation of the Nazi slogan, “Blut und Boden.” And at least once, white supremacists changed their refrain, “You will not replace us” to “Jews will not replace us.”

Jewish media

Reuters

Sign threatening « Jewish media, » Charlottesville

But these were only the external trappings of anti-Semitism. The entire Unite the Right rally was built on racial and conspiratorial anti-Semitism.

Here are some examples of anti-Semitism that infected the Charlottesville event:

Vanguard America: A large number of rally-goers (including James Alex Fields, who has been charged in the crash that killed one person and injured 19) are adherents of Vanguard America, a group that blames Jews for, among other things, Communism, “the modern pornography industry and the corruption of the mass media” and the deaths of millions of Ukrainians during the 1930s. Vanguard America’s manifesto calls for eliminating the purported dominance of “a rootless group of international Jews” over the US economy.  In July 2017, VA tweeted, “Those behind the subversive elements eroding our culture often have something in common. Jewish influence is prevalent, invasive, dangerous.” The group also disseminates graphic anti-Jewish fliers,   which have appeared in recent months at synagogues and on campuses in Texas, Louisiana, and New Jersey.

The Goyim know signs

« The goyim know » signs, Unite the Right

Traditionalist Worker PartyMembers of this neo-Nazi group attended the rally with their leader, Matthew Heimbach. In an interview, Heimbach claimed that opposition to the rally “proves” that “the radical left, the corporations, and the State” are on the “Jewish side” in the conflict between Jews and white supremacists. TWP members propagate the classic “double loyalty” claim – that the true loyalty of many American Jews is to Israel, not America. Its platform states that “the organized Jewish community’s record of deceit, duplicity, and double-standards in lobbying against American interests within the American political system is unmatched.” On TWP’s Twitter feed, they claim that Jews control Hollywood and committed genocide against white Europeans; they applaud the xenophobic and anti-Semitic Greek political party “Golden Dawn,” and defame Jewish holy books. Its leader, Matt Heimbach, has said on the record that he thinks Hitler was “a good person.”

Hitler t-shirt

Man wearing Hitler t-shirt, Unite the Right

 

League of the South: Describes “the Jew” as “an ancient and implacable enemy of our people and civilization.” Claims that Jews, in the guise of early 20th century Bolsheviks, were “the world’s greatest mass murderers,” and that the Jews’ pernicious influence persists today in the form of the leadership of “numerous leftist organizations active in the streets of America.”  The LoS warns that the US faces a “civil war” between “the forces of Western Civilization…and the forces of Judeo-Marxism.” Describes the Holocaust as “a dubious story” recounted “to induce Christian guilt.”

David DukeA one-man engine of hate and racism, former Klansman David Dukeattended the Charlottesville rally, where he led other white supremacists in chants of “The goyim know” – a reference to the belief, common among anti-Semites, that Jews have a plan for domination and control that they are keeping secret from non-Jews. On his first post-rally radio show, Duke also blamed the “Zio-establishment for Charlottesville” for the “antifa terrorist attacks.” He continued: “There is no future for white children, that there is no future for America, that there is no future for the west unless we overthrow this Zio-garchy that is ruling over us. In the media they dominate the international globalist media, they dominate the Zio-fed Federal Reserve and the banking institutions, they dominate politics….If we don’t overthrow this Zio-garchy over us then we have no future.” He continued: “It’s ultimately Jewish racism, it’s tribalism and supremacy. They’re the supremacists. They want to not only have their Zionist ethno-state of Israel, but they want to have supremacy over our media, over what we discuss, over our banking system, and over our political system. They’re the most powerful force in campaign financing and campaign organization in America, in the world.”

Swastika flag at Unite the Right

Swastika Flag, Charlottesville

National Socialist Movement:Members of the National Socialist Movement were also on the ground in Charlottesville. The neo-Nazi group, led by “commander” Jeff Schoep, venerates Adolf Hitler. Schoep’s messages to his followers about Jews are fairly straightforward; in the Summer/Fall 2017 issue of NSM magazine, he wrote: “My advice is never ever remove the bright shining light off of the Jew, for it is the Jew that is the true enemy of all humanity on this planet! All the other races and racial problems we have go back to the Jew, and the focus should never be removed from them.” Schoep used similarly over-the-top language in the Winter/Spring 2016 issue: “All of mankind should be fighting for National Socialism against our common foes which are the International Zionists, communists, and their allies. They say communism is dead, but International Jewry has played both sides, capitalism and communism, and they are in the thick of the evil that plagues us to this day.”

 

Réfugiés du monde HCR 9700 salariés, réfugiés palestiniens UNRWA 30 000 employés !

Un article publié par le magasine Causeur ose dire ce que personne ne veut savoir sur la réalité des réfugiés palestiniens. Selon l’auteur,les véritables réfugiés palestiniens selon la définition de l’ONU, étaient au nombre de 600 000 en 1948. Aujourd’hui, l’ONU en comptabilise 5 millions, c’est à dire les descendants. A la lueur de cette réalité, la première chose qui me vient à l’esprit est que les dirigeants palestiniens et leurs alliés ont tout intérêt à maintenir un état de guerre avec Israël et refusé la coexistence de deux états. S’il n’y a plus de guerre, alors il n’y a plus de réfugiés …S’il n’y a plus de réfugiés, alors finie la manne financière de l’ONU et de l’Europe, finis ces 30 000 emplois à l’UNRWA qui sont occupés en majorité par des gazaouites et des cisjordaniens.

A ce compte là, Manuel Valls et Anne Hidalgo sont des réfugiés espagnols dont les parents et grand-parents ont du fuir le régime franquiste. Leurs enfants et éventuels petits-enfants sont des réfugiés comme le seront leurs arrières-petits-enfants. Tous les descendants -sans limite de génération- de ceux qui ont fuit les dictatures et les guerres sont des réfugiés : Espagnols,  Portugais,  Italiens,  Polonais,  Pieds-noirs,  Russes,  Roumains,  Iraniens,  Algériens, Arméniens,  Grecs, juifs ashkénazes et séfarades, Soudanais et toutes celles et ceux qui ont du fuir des régimes totalitaires et des guerres sont des réfugiés.

Je suis une réfugiée moi-même (mon père juif a du fuir la Pologne pour sauver sa vie) et je devrais camper à la frontière de la Pologne pour réclamer la restitution des biens de ma famille exterminée par les nazis avec la complicité des polonais. Je ferais la grève de la faim, j’alerterais les médias, je terroriserais la population polonaise et les complices de ses dirigeants à travers le monde, je ferais exploser les skieurs de Zakopane et les fonctionnaires de Varsovie, j’égorgerais au hasard tout en sabotant les efforts de paix pour maintenir mon statut de réfugiée et tous les avantages qui vont avec. D’ailleurs mon campement se serait rapidement amélioré puisque grâce à ces subsides je possèderais un joli chalet en bois équipé d’un home cinéma, de WIFI et de tout le confort que donne la société occidentale à celles et ceux qui travaillent dur pour se le payer. Quand les négociations en faveur de la restitution des biens de mes ancêtres progresseraient, je lancerais une bombinette fourrée de clous et de méchantes bactéries dans un aéroport et je serais tranquille pour quelques temps, tranquille pour savourer les avantages de mon statut de réfugiée.

Suivons l’exemple des réfugiés palestiniens. J’invite tous les descendants des exilés du totalitarisme et de la guerre, sans souci de génération, à aller camper aux frontières des pays de leurs origines pour réclamer réparation le temps que la manne de l’ONU pour les réfugiés continuera de couler, 70 ans s’il le faut, comme les Palestiniens.

La Connectrice qui ne supporte ni le mensonge, ni le déni, ni l’hypocrisie, ni le cynisme, ni l’injustice.

Peut-on parler de « réfugiés » palestiniens?

L’ONU doit traiter de la même façon tous les réfugiés dans le monde, y compris les « réfugiés palestiniens » et revoir le rôle de l’UNRWA

Sur ce cliché (ci-dessous) qui date des années 1940, la petite fille qui se tient à côté de son frère devant leur grande maison est ma mère.

israel-palestine-onu

A ce moment-là, ils doivent abandonner cette bâtisse du quartier d’Al-Alwiyah à Bagdad. Eux, comme 120 000 juifs, ont fui l’Irak pour Israël en laissant derrière une vie entière. Leur citoyenneté irakienne leur a été retirée. Ils sont arrivés dans des camps de transit en Israël où ils ont connu le destin de réfugiés.

‪J’ai remis la semaine dernière cette photographie à M. Jason Greenblatt, l’émissaire du président Trump pour le Moyen-Orient, dans le cadre d’une session de travail de la Commission des Affaires étrangères et de la Sécurité de la Knesset qui se tenait aux Etats-Unis. Je voulais lui parler de cette partie de l’histoire qui semble avoir été oubliée, celle où plus de 800 000 juifs ont dû fuir les pays musulmans dans lesquels ils vivaient quand Israël fut créé. Mais aucun d’entre eux n’a bénéficié d’un quelconque statut de réfugié ou ne l’a exigé. Ni les générations suivantes, comme moi, mon frère, ou mes quatre soeurs. Je lui ai donc dit qu’il était temps que l’ONU définisse de manière égale le statut de tous les réfugiés du monde entier et cesse d’accorder aux Palestiniens un traitement spécial en leur garantissant un statut de réfugié qui se transmet de génération en génération. Celui-ci leur est conféré par l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) (sous l’influence du Hamas, une organisation terroriste qui contrôle Gaza), qui reçoit des financements phénoménaux par rapport aux organismes d’aide aux réfugiés.

Réfugiés de génération en génération

‪En réalité, seulement 1% de Palestiniens sont de « vrais » réfugiés, conformément à la définition de l’Office de secours: « les personnes dont le lieu de résidence habituel était la Palestine entre juin 1946 et mai 1948, qui ont perdu à la fois leur maison et leur gagne-pain (à la suite du conflit israélo-arabe de 1948) ». Les autres 99 % sont leurs descendants. N’est ce pas absurde ? Sur les 600 000 réfugiés palestiniens comptabilisés par l’UNRWA il y a 70 ans, le nombre est passé à plus de 5 millions, et chaque jour, à chaque naissance, il ne fait qu’augmenter. Sans contrôle, cette population de pseudo-réfugiés ne s’arrêtera jamais de croitre. Et l’UNRWA est entièrement responsable de cette situation.

L’UNRWA a des intérêts financiers et politiques à maintenir cette fiction de « réfugiés palestiniens »: tant qu’ils seront considérés comme tel, les fonds afflueront. Alors que le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), qui se concentre sur la réhabilitation des réfugiés et leur adaptation au pays d’accueil dans le monde entier compte environ 9700 salariés à l’échelle mondiale, l’UNRWA, exclusivement dédié aux Palestiniens, emploie 30 000 personnes qui, en grande majorité, sont des Palestiniens qui travaillent à Gaza et en Cisjordanie.

L’Onu doit prendre ses responsabilités

Au mois d’avril, un rapport signé par le groupe de surveillance UN Watch accusait les écoles de l’UNWRA d’incitation au terrorisme. Le document détaille des dizaines d’exemples d’instigation, et révèle des photos où l’on voit des agents des Nations unies glorifier l’enlèvement d’enfants juifs ou les tirs de roquettes sur les civils israéliens, faire l’éloge du Hamas et du nazisme au cri de « Allah bénit Hitler ». Le rapport souligne que l’UNRWA viole son devoir de neutralité et de rejet de toute forme de racisme, en soutenant ouvertement le Hamas. Plus scandaleux encore, l’UNRWA serait complice de crimes de guerre en laissant le Hamas utiliser ses infrastructures à Gaza pour lancer des missiles contre Israël ou creuser des tunnels dans le cadre d’opérations terroristes menées contre des civils israéliens.

Alors que la guerre en Syrie, en Irak et dans le tout Moyen-Orient a fait plusieurs millions de réfugiés, il est urgent de traiter tous les réfugiés de manière égale. Faisons en sorte que l’ONU cesse de laisser les Palestiniens se complaire dans un rôle d’assistés et reconsidère la vocation de l’UNRWA, dont le champ d’action oscille entre le contestable et le criminel.

Antisémitisme. Brèves de comptoir franchouillardes

Brèves de comptoir, ce matin. Deux pépères franchouillards devant leur ballon de rouge.

X-Macron est 100% juif.

Z-Pourquoi dis-tu cela ?

X-Parce qu’il a commémoré la rafle du Vel d’Hiv

Y-Oui, il a même dit que les Français étaient responsables

X-Et en plus il a invité Netanyahou l’israélien, preuve que ce sont les juifs qui commandent

Les braves français qui traînent leur retraite au comptoir avec un petit rosé ou un ballon de rouge expriment sans façons leur haine du juif, cet intrus qui est partout, qui dirige le monde, qui complote avec les francs-maçons, les illuminati et les bielderberg pour renverser le pouvoir des chrétiens et des musulmans. C’est une tradition franchouillarde qui remonte à la crucifixion du « petit Jésus » (ce que j’ai entendu à l’école primaire) et qui est partagée par la plupart des pays chrétiens désormais en sourdine mais toujours ancrée profondément dans les mentalités. C’est un antisémitisme culturel qui perdure malgré la mise au point du Pape Benoît XVI abolissant l’accusation du « peuple déïcide« .

Le pape Benoît XVI publie, mercredi 9 mars [2011], le deuxième tome de son livre Jésus de Nazareth dans lequel il traite en particulier de la Passion et de la mort de Jésus-Christ. Non seulement il reprend le récit évangélique de cet événement central de la foi chrétienne, mais il en propose une relecture qui exonère explicitement les juifs de toute responsabilité dans la mort de Jésus. L’expression «les juifs», associée dans les Évangiles et les écrits des Pères de l’Eglise à la Passion du Christ, «n’indique en aucune manière le peuple d’Israël comme tel et elle a encore moins un caractère raciste», écrit le pape. Elle désigne certains «aristocrates du peuple», mais certainement pas l’ensemble des juifs

http://www.slate.fr/story/35095/antijuda%C3%AFsme-chretien-eglise-benoit-xvi

 

Après deux millénaires de bourrage de crâne sur le peuple déïcide, on comprendra qu’il faudra bien des siècles avant que cette idéologie ne disparaisse des esprits. Il n’est donc pas étonnant qu’aujourd’hui, après seulement 6 ans de réforme, des chrétiens conservent leurs préjugés antisémites encouragés par l’antisémitisme musulman qui, sous couvert d’antisionisme, diffuse son venin quotidiennement par la parole ou le terrorisme.

Un discours pour l'Occident, un pour Israël, un pour les pays musulmans : les musulmans se contredisent-ils?

http://www.des-outils-pour-cerner-l-islam.com/2015/10/un-discours-pour-l-occident-un-pour-israel-un-pour-les-pays-musulmans-les-musulmans-se-contredisent-ils.html

Rappelons que les Français juifs ne sont plus que 800 000 en France, que chaque année des milliers d’entre eux quitte notre pays pour des horizons plus cléments, Israël en particulier alors que nous comptons sur le territoire environ 10 millions de musulmans légaux et illégaux, que des milliers d’entre eux, les migrants, arrivent chaque année chez nous avec une idéologie antisémite vivace entretenue par les prêches des mosquées, les prières et les écrits contenus dans le Coran.

Il est indubitable que les erreurs et les aberrations que les juifs ont commises tout au long de leur parcours historique et qu’ils continuent à commettre aujourd’hui sont aussi graves les unes que les autres. Dans ce présent article, qui est le premier d’une série consacrée à l’histoire sombre des juifs et destinée à prouver qu’ils baignent dans l’erreur et la mécréance et qu’ils sont loin, très loin du chemin, de la vertu et de la justice, nous allons évoquer parmi leurs aberrations celles qui concrétisent leur mécréance. http://www.islamweb.net/frh/index.php?page=articles&id=148518

Il y a deux jours j’ai entendu un invité de Sudradio, français bien sous tous rapports, dire que si on parlait autant de l’assassinat de Sarah Halimi, c’est parce que les juifs avaient les moyens de faire pression sur les médias. Et d’ajouter qu’on n’avait pas de raison d’en parler plus que d’autres crimes touchant d’autres caractéristiques : gays, handicapés, musulmans, africains, etc.  Le bougre oubliait ou faisait semblant d’ignorer par aveuglement idéologique qu’au moment des faits, le 4/5 avril dernier, les médias s’étaient unanimement tus sur ce crime atroce et qu’il avait fallu attendre trois mois pour qu’enfin, et grâce à la constitution d’un comité juif, les médias daignent en parler. Bien sûr, cela aurait été mieux si un comité français de toutes obédiences et croyances s’était constitué mais faut pas rêver…

La Connectrice

La Tunisie djihadisée veut interdire le comique judéo-tunisien Boujenah

Des Tunisiens fanatiques veulent interdire le spectacle Ma vie rêvée de Michel Boujenah le 19 juillet prochain, au festival de Carthage. Le directeur du festival Mokhtar Rassaa  tient bon refusant d’annuler le spectacle. Boujenah est peiné et consterné, lui qui a toujours défendu la Tunisie et les Tunisiens et a manifesté son amour et son soutien dans les moments difficiles comme la chute de Ben Ali et l’attentat du musée du Bardo.

Michel Boujenah est né le 3 novembre 1952 à Tunis qu’il a du quitter en 1963, contraint et forcé, avec toute sa famille et sa communauté, après l’indépendance. Il a toujours conservé la nostalgie de son pays natal.

La Connectrice

  • Le rappel des faits

 

  • Michel Boujenah parle de son spectacle créé en 2014 et qui tourne toujours. Sur ONPC le 17/06/2017. Il se demande ce que les juifs ont fait au monde pour susciter autant d’antisémitisme. Ce disant, il prend soin de ne pas parler de l’antisémitisme musulman…mais rappelle les horreurs de l’inquisition catholique…

  • Un article complet sur Michel Boujenah , son histoire, ses engagements ,sa philosophie et la haine des opposants antisémites qui prétendent aimer les juifs mais pas le sionisme, cette chanson habituelle hypocrite. L’affaire est d’autant plus lamentable que l’humoriste a défendu le Printemps arabe tandis que des centaines de tunisiens profitaient de la démocratie pour s’enrôler dans les troupes de l’Etat islamique dont ils constituent la masse des étrangers qui l’ont rallié.

L’humoriste Michel Boujenah au centre d’une vive polémique en Tunisie  

 par  Publié le 07 juillet 2017 à 21h07

L'humoriste Michel Boujenah au centre d'une vive polémique en Tunisie
Michel Boujenah. (ERIC FEFERBERG / AFP)

La programmation du spectacle du comédien au festival de Carthage a déclenché une controverse qui oppose les plus hautes sphères de la société civile. Explications.

 

Tempête dans un verre d’eau ou affaire d’Etat ? Tunis est secoué depuis plusieurs jours par une polémique aux proportions rocambolesques. Alors que le pays est en proie à une crise socio-économique sans précédent, que le gouvernement de Youssef Chahed mène selon ses communicants un véritable djihad anti-corruption, que l’armée ratisse les régions montagneuses à la recherche de cellules terroristes, c’est bien la tenue du spectacle de l’humoriste français Michel Boujenah qui agite le landerneau tunisois.

Programmé dans le cadre de la 53e édition du festival de Carthage, le spectacle de l’enfant du pays fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux et dans les pages des journaux tunisiens. De ceux qui appellent à boycotter l’humoriste juif tunisien à ceux qui le défendent, en passant par ceux qui réclament, jusqu’au-boutistes, son annulation, le débat a pris un tour passionnel. Au point que l’UGTT, la puissante centrale syndicale, récipiendaire du Prix Nobel de la paix en 2015 pour avoir permis, avec d’autres organisations, de maintenir la paix sociale et la transition politique après la révolution de 2011 a, elle-aussi, appelé à annuler le spectacle du 19 juillet.

Michel Boujenah ne s’attendait certainement pas à une telle polémique, lui qui s’était félicité de participer au Festival de Carthage le 17 juin dernier dans l’émission « On n’est pas couché » sur France 2 : « Je suis super content parce que, depuis la révolution, je n’y ai pas joué. J’y suis allé très souvent, mais pas pour jouer. »

Pourquoi cet appel au boycott ?

L’appel à boycotter le spectacle du comédien est venu de la campagne du mouvement BDS qui milite dans le monde contre l’Etat d’Israël par la dénonciation de toute manifestation culturelle, sportive, scientifique qui met en avant des Israéliens, voire des personnalités juives accusées de soutenir l’Etat d’Israël. Parce qu’il aurait eu des propos positifs à l’égard de l’Etat hébreu, Michel Boujenah ne devrait donc pas pouvoir se produire en Tunisie, estiment les militants tunisiens du mouvement et leurs relais.

C’est également l’argumentation retenue par l’UGTT pour appeler à l’annulation de ce spectacle, et celle du parti al-Joumhouri, aujourd’hui presque absent de la scène politique mais qui s’est fendu d’un communiqué pour souligner que « les origines judéo-tunisiennes de Michel Boujenah ne suffisent pas à faire oublier ses opinions pro-sionistes de soutien à l’armée d’occupation et aux crimes commis en Palestine occupée ».

Vague de soutien

Autant d’arguments qui ont soulevé l’indignation de beaucoup de Tunisiens. Sur les réseaux sociaux encore une fois :

Mais également dans la presse où les prises de parole en faveur du maintien du spectacle se succèdent depuis plusieurs jours. Interrogé par la radio Mosaïque FM le 24 juin le directeur du festival de Carthage, Mokhtar Rassaa, a insisté sur le fait que Michel Boujenah est en premier lieu un artiste tunisien qui a toujours soutenu la Tunisie dans les médias internationaux. Il a ainsi déclaré :

« Ce n’est ni un grand sioniste, ni un leader du sionisme ! »

Une trentaine d’intellectuels et d’artistes ont également signé une lettre ouverte pour soutenir le maintien de ce spectacle, s’indignant de la position de la centrale syndicale et appelant à « éviter toute instrumentalisation de la création artistique ».

« Il est nécessaire de traiter ce problème imprévu en portant haut l’étendard de la liberté de pensée et de la diversité, considérée comme l’un des acquis fondamentaux de notre révolution. »

Les signataires soulignent l’attachement toujours revendiqué de Michel Boujenah à la Tunisie et aux Tunisiens. Quelques jours après le départ de Ben Ali en 2011, sur le plateau du Grand Journal de Canal+, le comédien était en larmes pour appeler « les gouvernements européens à faire très attention au peuple tunisien », « à protéger ce moment historique ». En 2015, un mois après l’attentat contre le musée du Bardo, il faisait partie de la délégation qui accompagnait la ministre de la Culture Fleur Pellerin à Tunis pour soutenir le pays endeuillé.

Pourquoi une telle polémique ?

Comment se fait-il que ce simple spectacle prenne une proportion aussi polémique ? Certains y verront peut-être de la psychanalyse de comptoir, mais l’histoire des 70 dernières années permet d’éclairer cette controverse. En effet, durant plus d’un millénaire, musulmans et juifs ont cohabité dans un environnement relativement pacifique en Tunisie, les juifs vivant sous le statut de dhimmis jusqu’au début du XIXè siècle. Ce n’est qu’avec la création de l’Etat d’Israël en 1948 et l’arrivée de Habib Bourguiba à la tête d’une Tunisie indépendante que les relations se sont assombries.

Avant même l’indépendance, celui qui était alors chef du parti Néo-Destour avait soutenu les populations arabes de Palestine dès 1946. Avec l’indépendance de la Tunisie et la crise de Suez en 1956, Bourguiba et les nationalistes tunisiens prennent fait et cause pour les Palestiniens : la population juive de Tunisie commence son exode. C’est la guerre des Six-Jours en 1967 et les émeutes de Tunis contre la population juive qui finiront de chasser les juifs du pays, ne laissant que quelques familles, notamment dans l’île de Djerba. L’OLP installera d’ailleurs son siège à Tunis durant douze ans après 1982.

C’est cette rupture soudaine au regard de l’histoire millénaire commune qui n’est en réalité toujours pas digérée. L’attachement des juifs tunisiens pour leur ancienne patrie est impossible à accepter pour une partie des Tunisiens de confession musulmane. Au grand dam des irréductibles amoureux de ce pays dont fait partie Michel Boujenah. Mais que le comédien se rassure, par-delà la polémique, jusqu’à ce jour, la programmation de son spectacle est maintenue. Et il fait salle comble.

Céline Lussato

Céline Lussato

Céline Lussato

Journaliste

Simone Veil s’est éteinte. Une grande lumière française disparaît.

Publié le

 

Simone Veil a définitivement clôt ses yeux ce matin à l’aube. De nombreuses célébrités françaises, politiques et autres, lui rendent hommage. Simone Veil fut longtemps la personnalité politique préférée des Français. Elle s’était retirée de la vie publique depuis près de deux ans parce qu’elle était gravement malade, un état aggravé par la disparition de sa sœur et de son époux. Elle avait 89 ans.

Je suis rarement affectée par la disparition d’une personnalité mais celle-ci me rend très triste, très très émue et triste.

Simone Veil fut une femme parfaitement digne dans sa vie personnelle et professionnelle -elle était magistrate- comme dans sa vie politique.

Déportée à 16 ans de Nice sa ville natale, survivante de la Shoah ayant perdu une partie de sa famille, elle n’était pas rancunière mais au contraire favorable à la construction de l’Europe, selon elle un facteur de paix. Elle fut la première femme présidente du Parlement européen, résultat tangible de son profond engagement.

Simone Veil parle de sa déportation http://www.ina.fr/video/I04341522

Ministre de la Santé de Giscard d’Estaing, elle défendit avec grand courage la légalisation de l’avortement, dite désormais loi Veil ou loi IVG. Elle du subir des injures, des insultes, des agressions au Parlement mais aussi chez elle et dans sa vie privée. Elle teint bon et, grâce à elle, le nombre d’avortements en France est passé de plus d’un million estimé à 200 000 avortements légaux officiels, effectués dans des conditions médicales et remboursés par la sécurité sociale. On veut souvent oublier que les avortements illégaux dans des conditions sordides débouchaient sur des septicémies, des salpingites qui entraînaient la stérilité, des traumatismes psychologiques graves et parfois la mort par hémorragie ou infection.

Simone Veil a défendu la loi sur l’IVG par humanisme , réalisme et solidarité féminine.

Simone Veil n’a pas renié ses origines juives ni sa détention à Auschwitz-Birkenau et a participé à toutes les initiatives en relation avec la mémoire de la Shoah. Elle avait toutefois appris que beaucoup de gens de tous horizons ne voulaient pas savoir et elle entretenait son besoin de parole avec celles et ceux qui avaient vécu la même expérience et étaient capables de la comprendre sans arrière pensée.

Simone Weil

Simone Veil, environ à l’âge de 16 ans quand elle fut déportée de Nice vers Auschwitz, une beauté qui lui sauva la vie et celle de sa mère. Source photo

Simone Veil était une femme bienveillante ce qui est rare dans le monde politique. Simone Veil restera un modèle de femme française pour les petites filles de France et d’ailleurs.


Témoignage : Simone Veil, déportée à Birkenau, Bobrek et Bergen-Belsen

ajoutée le 15 sept. 2016

Témoignage recueilli en mars 1997 pour la Survivors of the Shoah Visual History Foundation, Los Angeles.
Biographie : Simone Veil, née Jacob, garde le souvenir d’une enfance « exceptionnellement heureuse » à Nice, où son père, architecte, s’était installé peu avant sa naissance, en 1927. L’entrée en guerre puis l’occupation italienne affecte relativement peu cette quiétude. Mais la vie de la famille Jacob bascule en 1943, avec l’arrivée des Allemands à Nice. Simone doit quitter le lycée. Elle vit cachée (chez un professeur), comme le reste de sa famille. En mars 1944, un contrôle d’identité inopiné mène à son arrestation, puis à celles de sa mère, sa sœur et son frère. Transportée avec eux à Drancy, elle est déportée à Birkenau, puis à Bobrek, camp satellite d’Auschwitz, où elle travaille à l’usine Siemens. Les civils polonais alentour « ne pouvaient pas ne pas savoir », dit-elle. L’avancée des Soviétiques pousse les SS à faire évacuer le camp. Simone survit avec sa mère et sa sœur à la marche de la mort, qui les mène jusqu’à Monowitz, dans d’horribles conditions. Elles sont ensuite transférées à Bergen-Belsen, où sa mère meurt du typhus, en mars 1945. Son frère et son père ont également péri dans les camps. Sa sœur aînée, entrée en résistance et déportée à Ravensbrück, a survécu.  Après son retour à Paris, Simone Jacob épouse Antoine Veil, futur inspecteur des finances. Elle entreprend des études de droit et de sciences politiques, puis commence, dans la magistrature, une brillante carrière. Nommée ministre de la santé par Valéry Giscard d’Estaing en 1974, elle fait adopter l’année suivante une loi sur l’avortement. Elle devient, en 1979, la première présidente du Parlement européen. Depuis 1998, elle est membre du Conseil constitutionnel, dont elle s’est mise provisoirement en congé pour faire campagne en faveur de la Constitution européenne.  Elle est aussi présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, fidèle à son engagement « contre toutes les intolérances ».

  • Catégorie

  • Licence

    • Licence YouTube standard

Simone Veil, par ses enfants – C à vous – 17/10/2016

 

 

Antisémitisme. Vérité et justice pour Sarah Halimi

Publié le

JPEG - 7.7 ko

https://paris-luttes.info/contre-l-antisemitisme-autodefense-1482

En 2009, Egypte, vente de « Mein Kampf » traduit en arabe, énième édition, grand succés de librairie

http://www.france24.com/fr/20151230-mein-kampf-domaine-public-adolf-hitler-edition-parution-antisemitisme

VOUS N’AUREZ PAS NOTRE SILENCE !


« “Chaque douleur est une mémoire.” »

Eric Fottorino

 

Nous, écrivains, philosophes, penseurs, historiens, scientifiques, artistes, comédiens, sportifs, acteurs économiques et responsables associatifs,  hommes et femmes politiques de tous bords, citoyennes et citoyens, considérons que la mort sous la torture de Sarah Halimi ne porte pas seulement gravement atteinte à sa famille et à ses proches ou à la communauté juive de France mais à l’ensemble de la communauté nationale, voire à notre paradigme de vie.

Le 4 avril dernier, Sarah Halimi, Française de confession juive, âgée de 65 ans, mère de trois enfants et retraitée, a été torturée de manière horrible à son domicile pendant près d’une heure aux cris d’« Allah Akbar» par Kobili Traoré qui, après avoir achevé ses actes de barbarie,  a traîné la victime par les poignets jusqu’à la fenêtre du troisième étage, sous les projecteurs de la police, avant de la défenestrer.

Ce n’est qu’à ce moment-là que les policiers installés au pied du balcon et sur le palier se décident d’intervenir pour interpeller l’assassin.

AINSI, LE 4 AVRIL DERNIER, AU CŒUR DE PARIS, MADAME SARAH HALIMI A PU MOURIR AU SU ET AU VU DES FORCES DE L’ORDRE SANS QUE CELLES-CI N’INTERVIENNENT POUR FAIRE CESSER LE MASSACRE ET NE TENTENT DE SAUVER LA VICTIME !

La suite de l’enquête, nous les connaissons, et elle ne cesse de nous interpeller: silence absolu, volontaire ou requis, des médias, tentative des autorités publiques d’occulter les circonstances réelles de la mort de Madame Sarah Halimi et la nature antisémite du crime, manque de clarté du procureur qui repousse, jour après jour, la qualification antisémite de cet assassinat…

Autant d’ambiguïtés, volontaires ou involontaires, qui seront toutes démenties par les témoignages et l’analyse objective des circonstances du crime.

De ce fait, à tort ou à raison, tout cela ne peut apparaître à l’opinion publique que comme une volonté assumée d’occulter les circonstances réelles de la mort de Madame Sarah Halimi, volonté qui semble s’exprimer tant par les médias que par les autorités publiques. Et surtout, tout cela laisse croire à une volonté délibérée de nier la nature antisémite du drame.

Et ainsi, à nouveau, le déni du réel semble encore avoir frappé !

C’EST POUR CELA QU’IL EST IMPÉRATIF D’AVOIR DES RÉPONSES CLAIRES ET SANS AMBIGÜITÉS AUX QUESTIONS POSÉES :

  • pourquoi, au vu des circonstances et du passé de l’agresseur, la nature antisémite du crime n’a pas encore été reconnue ?
  • pourquoi les policiers appelés sur place par des voisins ne sont-ils pas intervenus dans l’appartement ?
  • Pourquoi les médias se sont tus ?
  • Pourquoi veut-on nous faire taire ?

Non, nous ne nous tairons pas !

NON, VOUS N’AUREZ PAS NOTRE SILENCE !

Oui, nous exigeons la Vérité, toute la Vérité !

Oui, nous exigeons, qu’à l’occasion de cet assassinat barbare, soit levée toute ambiguïté qui pourrait émaner de l’Etat dans sa lutte contre l’antisémitisme et :

  • Que toute la vérité soit établie sur le meurtre barbare de Sarah Halimi.
  • Que toute la vérité soit faite et révélée sur la profondeur des fractures françaises qui se révèlent tant au travers de ce crime abject que par le silence scandaleux qui l’entoure
  • Que nos dirigeants prennent enfin conscience de ce qui se passe réellement dans ce pays et qu’ils agissent en conséquence.

POUR LA MÉMOIRE DE SARAH ET POUR SA FAMILLE, POUR LA COMMUNAUTÉ JUIVE DE FRANCE MEURTRIE DEPUIS DES DÉCENNIES MAIS AUSSI ET SURTOUT POUR L’HONNEUR DE LA FRANCE.

 RICHARD C. ABITBOL

Président

Tel  : +33.(0)1.53.45.54.89

Fax : +33.(0)1.53.45.54.55

e-mail : president@cjfai.com

Le meurtre de Sarah Halimi, preuve que les juifs ne sont pas tout-puissants

Publié le

 

Désolée pour la mise en page, je me retrouve avec des colonnes que je n’ai pas demandées et je ne parviens pas à les supprimer ;-(((

Dans la nuit du mardi 4 au mercredi 5 avril 2017, Sarah Lucy Halimi était retrouvée inerte au pied de son immeuble dans le 11ème arrondissement.

Elle avait été poussée du 3ème étage par son voisin afro musulman qui la harcelait régulièrement. Informée, la Police n’y avait pas mis fin. Il s’est introduit dans son appartement, l’a entraînée sur le balcon et l’a poussée aux cris de Allah Akbar.

Si les juifs étaient aussi puissants que de nombreuses personnes le prétendent obsessionnellement, sarah Halimi, une doctoresse de 66 ans, juive orthodoxe, n’aurait pas été torturée et assassinée par son voisin musulman qui la harcelait depuis des années.

Si les juifs étaient aussi influents que certains l’affirment, leur bras soit-disant si long, aurait ramené la Police et la Justice aux réalités antisémites que subissait Sarah Halimi et sa famille depuis des années dans leur propre immeuble et serait intervenues pour y mettre un terme.

Si les « milices juives » étaient aussi féroces qu’il se prétend, elles auraient terrorisé par la violence qu’on leur attribue les voisins afro musulmans antisémites de Sarah Halimi.

Si les juifs étaient « partout », ils auraient été aussi présents dans la police pour protéger leurs coreligionnaires d’agressions antisémites. Les policiers du quartier avaient été sollicités plusieurs fois mais n’ont rien fait et le jour même de la défenestration de Sarah Halimi ils restaient au pied de l’immeuble et ne sont pas intervenus sur les lieux du crime.

Si le lobby juif existait et exerçait sa toute puissance sur les dirigeants et les médias, Sarah Halimi n’aurait pas été martyrisée et défenestrée et les médias auraient unanimement relaté cet effroyable drame au lieu de rester mutiques.

Si la communauté juive était aussi massive, unie et influente qu’on le dit, les participants à la marche blanche en hommage à Sarah Halimi n’auraient pas été caillassés et insultés par des antisémites haineux certains de leur impunité.

 

On reparle du meurtre antisémite musulman de Sarah Halimi

Grâce à l’action de certains intellectuels juifs ou non, on reparle abondamment de l’assassinat, parce que juive, de Sarah Halimi le 4 avril dernier. La famille, les proches et des citoyens demandent que justice soit faite pour cette doctoresse dévouée qui n’avait d’autre défaut que celui d’être juive.

J’avais été informée de ce drame dès le lendemain en écoutant Radio J où s’exprimaient des rabbins. J’avais tout de suite écrit un article stupéfaite par cette barbarie antisémite. Au vu de quelques détails significatifs -un afro musulman et sa famille qui harcelaient Sarah Halimi, une juive orthodoxe, des plaintes déposées sans suite- mais je peux comprendre que des responsables de la Police et de la Justice ne se prononcent pas tout de suite pour se donner le temps de trouver des preuves irréfutables du caractère antisémite de l’agression. Le problème est que depuis le mois d’avril ces preuves irréfutables-dont des enregistrements- n’ont pas été prises en considération et que le caractère antisémite de l’assassinat n’a pas été retenu.

Vous pourrez lire ci-dessous des articles qui détaillent l’affaire avec toutes les informations qui ont été collectées depuis près de trois mois.

Pour en savoir plus

Entre les deux tours de l’élection présidentielle, Emmanuel Macrons’est rendu à Oradour-sur-Glane pour honorer, non sans arrière-pensées, la mémoire du massacre abominable commis, il y a 73 ans, par une colonne infernale de SS. Le martyre du village de Haute-Vienne, gravé dans nos mémoires, reste l’une des images les plus fortes de la barbarie crue, dure, aveugle. Quelques jours plus tôt, le 4 avril, une femme juive de 65 ans était torturée et assassinée, en plein Paris. Ce « fait divers », dont la presse n’a guère parlé, suscite la réaction de plusieurs intellectuels français dont le communiqué, digne et ferme, dénonce l’inaction de la police et le profil du tueur : un musulman….

COMITE DE SOUTIEN

VÉRITÉ  ET  JUSTICE  POUR  SARAH  HALIMI

CONTACT : Richard C. ABITBOL

TEL : +33. (0)1.53.45.54.89

FAX : +33. (0)1.53.45.54.55

E-MAIL : MAILTO:PRESSE@CJFAI.COM

POUR PARUTION IMMÉDIATE

9:00 H, 29 MAI 2017

Dans la nuit du 4 avril 2017, Madame Sarah Halimi Attal (z ‘’l), une femme juive orthodoxe de 65 ans, médecin et directrice de crèche, a été surprise dans son sommeil chez elle au  26 rue Vaucouleurs, dans un modeste immeuble du XIème arrondissement de Paris ! Elle a été atrocement torturée pendant plus d’une heure et assassinée dans des conditions particulièrement abominables. Son agresseur, Kobili T., un « islamiste radical », a assassiné Sarah Halimi parce qu’elle était juive. Durant plusieurs semaines, il l’avait importunée et harcelée avec des injures antisémites avant de l’agresser et de la tuer. Introduit chez la victime par le balcon, il s’est acharné avec une violence inouïe sur sa victime, provoquant une vingtaine de fractures au corps et au visage, avant de la défenestrer, agonisante, du troisième étage. Le récit des violences et des actes de barbarie qu’a subi la victime sont tout simplement le reflet d’une haine indescriptible et donc insupportables à décrire !

Après son acte abominable, Kobili T. a été neutralisé et interné en psychiatrie sans même avoir été entendu ! L’abominable criminel antisémite était immédiatement devenu un simple dément !

Pendant le long calvaire de Madame Sarah Halimi Attal (z ‘’l), la police, qui avait été immédiatement prévenue par les voisins, était arrivée sur place et s’était installée tant sur le palier qu’au bas de l’immeuble. Ce sont ainsi 18 policiers qui, arrivés sur place, se sont installés en spectateurs et n’ont pas cru bon d’intervenir tout au long du terrible calvaire de la sexagénaire, et ce, pour des raisons obscures et incompréhensibles,  !

De surcroît, malgré le fait qu’une trentaine de mains courantes ont été déposées au commissariat pour signaler les agissements du suspect, malgré le fait qu’il a été constaté que le suspect s’était radicalisé, malgré le fait que Sarah Halimi était reconnue dans l’immeuble comme une personne de confession juive, et que de nombreux accrochages avaient eu lieu dans les mois précédant l’attaque avec la famille du suspect, malgré le fait que pendant sa séance de torture, le suspect traitera sa victime de « Sheitan » [Satan, en arabe], criant une dizaine de fois « Allah Akbar », malgré le fait que le meurtrier alternait « incantations du Coran » et salves de coups lorsque sa victime reprenait connaissance, malgré tous ces éléments le procureur de la République ouvre, le 14 avril (10 jours après les faits !) une information judiciaire pour « homicide volontaire » et ne daigne pas, comme cela paraissait évident, inculper Kobili T. pour  « assassinat avec les circonstances aggravantes que constituent les actes de barbarie et le motif antisémite ».

Mais, dans cette affaire, le fait le plus grave, reste que la police, alertée par les voisins qui entendaient « les pleurs, les cris et les hurlements de douleur de madame Halimi »,  a pu rester les bras croisées pendant plus d’une heure avant d’intervenir, après le drame !

Interpellés par de tels agissements de nos forces de l’ordre, qui nous avaient habitué à plus de témérité, nous nous attendions à des réponses claires aux questions que nous nous posions ! Mais que nenni !Nous avons reçu des réponses les plus  floues et qui semblaient traduire un véritable malaise.

Et cependant, malgré ce qui apparaît comme un grave dysfonctionnement de la chaîne de commandement, ni le ministère de l’intérieur, ni le ministère public n’ont saisi l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Enfin, ce terrible drame a pu se dérouler en plein Paris sans que personne, aucun media (seul en entrefilet dans Le Parisien a évoqué le drame avec des propos flous et sans aucune référence à la motivation antisémite), aucun responsable politique (à l’exception notable de Marine Le Pen qui l’évoque lors d’une interview au Figaro avec Yves Thréard !), ni aucun responsable (le mot prend ici tout son sens !) de la communauté juive dite organisée ne relate, ne se soient émus outre mesure de l’affaire, ni même ne l’évoque. L’Omerta est totale ! Il a fallu près de deux mois avant que la presse ne commence à y faire allusion !

Quant à la communauté juive dite organisée, il a fallu attendre le le 7 avril, soit trois jours après les faits, avant qu’elle se targue d’un communiqué à l’eau tiède où elle écrit « rien ne permet de retenir le caractère antisémite et rien ne permet de l’exclure. L’enquête se poursuit et toutes les pistes sont ouvertes … Toutefois nous faisons pleine confiance aux hommes et femmes qui œuvrent à cette enquête…L’enquête ne peut se faire sur les réseaux sociaux, le mélange d’informations provenant de témoins directs avec des récits « revisités » par des commentateurs, le mélange d’informations vérifiées et avérées avec des informations supposées, imaginaires, voulues ou encore déniées créent une confusion qui dessert la recherche de la vérité. »

En un mot, circulez, il n’y a rien à voir ! Et ce, en profonde opposition avec l’énorme émotion qui avait envahi les consciences et le cœur du peuple juif de France !

Cependant, l’émotion fut telle que la communauté juive dite organisée s’est vu obligée d’organiser une marche blanche, tout en rappelant qu’il ne fallait pas céder au complotisme (peut-être l’aspect antisémite de l’affaire) qui se répandait sur les réseaux sociaux, et alors même que cette marche s’est  terminée sous les quolibets antisémites du voisinage de madame Halimi! Preuve, s’il en fallait, de la nature antisémite de l’affaire  !

Ainsi, après avoir passé sous silence les divers actes antisémites qui se sont produits depuis février, après la chape de plomb, il serait donc interdit d’évoquer la piste antisémite dans l’enquête en cours, et ce, pour le fallacieux prétexte de ne pas favoriser « une certaine candidate » pendant la campagne présidentielle qui battait son plein !

Ce qui nous mène à cette terrible constatation :  afin d’éviter un antisémitisme putatif et virtuel on devrait camoufler un antisémitisme qui, lui, était bel et bien réel !

C’est ainsi que de ce crime antisémite, il ne fut pas question pendant toute la campagne présidentielle.

Mais où étaient donc ces journalistes, si friands d’investigations, ceux qu’on a vu si zélés dans l’« affaire Théo » ? Ont-ils été encouragés par l’attitude timorée et prudente des responsables de la communauté juive dite organisée, qui les aurait induites à se taire et à se conformer aux appels à la prudence de Monsieur le procureur ? Ils ne nous avaient pas habitué à une telle discipline !

De même, où étaient donc les artistes et les étudiants (FIDEL, UNEF, UEJF…) qui s’étaient si promptement mobilisés dans l’« affaire Théo » ou contre la candidate du Front National ? Où étaient-ils pendant ce lynchage antisémite au cœur de Paris ? Où était Madame Hidalgo et ses éclairages nocturnes auxquels elle nous avait habitués ? Ce crime de sang, d’une violence inouï, à Paris, ne méritait-il pas un éclairage rouge sang de la Tour Eiffel ou de la Mairie de Paris ? Où étaient-elles  toutes ces bonnes conscience de circonstance ? Elles  étaient, tout simplement,  aux abonnés absents !

Pour toutes ces raisons et au vu des éléments en notre disposition, il nous est apparu nécessaire d’obtenir les éclaircissements face à tous ces dysfonctionnements.

C’est dans ce but que nous avons créé, au sein de la Confédération des Juifs de France et des Amis d’Israël, un comité de soutien ad hoc afin d’obtenir les réponses adéquates.

Notre action et notre engagement nous le devons :

♦ A la mémoire et à la famille de la victime

♦ A la communauté juive de France, dans la tourmente depuis plus de 15 ans

♦ A la République et à la Démocratie Française qui méritent mieux que ces dysfonctionnements

Dans ces conditions, nous, signataires de ce présent appel, nous appelons les autorités policières, judiciaires et politiques à agir dès aujourd’hui pour que:

  1. Soit reconnue immédiatement la circonstance aggravante d’antisémitisme
    2. Soit reconnue la circonstance aggravante de séquestration, d’actes de torture et de barbarie
    3. Soit procédé à la requalification de ce crime (qualifié aujourd’hui d’« homicide volontaire ») en assassinat avec les circonstances aggravantes ci-dessus citées.
    4. Soit saisie immédiatement l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour que soient connus les raisons du grave dysfonctionnement de la chaîne de commandement (éventuellement, en incluant les responsabilités politiques) qui ont amené la police à ne pas intervenir durant le calvaire de Madame Sarah Halim (z’’l) et ne pas avoir porté secours à une personne en danger, et ce, malgré leur présence massive sur place.
    5. L’on éclaircisse les raisons de l’Omerta des médias face à cette terrible tragédie
COMITE DE SOUTIEN« VÉRITÉ ET JUSTICE POUR SARAH HALIMI »
Fonction Nom Courriel
Président Guy Attal guyattal@yahoo.fr
Vice-Présidents Sammy Ghozlan
Evelyne Gougenheim
Attachée de Presse Sabrina Scetbon sabrina.scetbon@cjfai.com
Responsables Régionaux déjà affectés
Bouches du Rhône :           Gilles Dahan
Hauts de France :               Claude Kleczewski
Lorraine :                           Claude Boccara
Normandie :                       Laurence Nguyen
Occitanie :                         Albert Ankri
Périgord :                           André Added
Provence Côte d’Azur :        Gérald Lévy
%d blogueurs aiment cette page :