Flux RSS

Archives de Catégorie: Histoire et culture juives

Antisionisme, retour à l’antisémitisme des années 30

Avec une telle imagerie au nom de la Palestine, qui peut encore nier que des militants antisionistes diffusent une violente propagande antisémite reprenant les schémas picturaux et les motifs des caricaturistes de l’entre-deux-guerres et des communications nazies ?

Pouvoir capitaliste, espionnage sur internet, main-mise sur l’industrie cinématographique et les médias traditionnels, sur la justice, la cancérologie (rendre malade pour faire payer les soins ou tuer « les goys » et les musulmans), l’industrie pornographique, les guerres dans le monde, le trafic d’êtres humains à but sexuel, le mensonge démocratique (« fake opposition ») : tout ceci est imputé à une caricature de Juif singulier, essentialisé, mais dont le visage caractéristique est décliné en plusieurs couleurs pour appuyer l’argument des emprises.

En même temps que se diffusent les théories conspirationnistes qu’elle illustre, ici en France, l’épicerie casher de Créteil a été incendiée la semaine dernière après avoir été taguée de croix gammées. Une adolescente juive a été agressée au couteau il y a quatre jours. Et l’on apprend aujourd’hui que le centre communautaire de Saint-Maur a reçu une lettre anonyme contenant propos antisémites et croix gammées, le menaçant d’incendie.

Le combat contre cet antisémitisme devenu quotidien est notre combat à tous.

Pour signaler à la plateforme Pharos :
https://www.interieur.gouv.fr/…/Signaler-un-contenu-suspect…

[NB : L’antisionisme radical n’est pas spécifique à l’extrême gauche, d’ailleurs peu encline à utiliser la Swatiska, puisqu’une partie de l’extrême droite aussi a toujours vu en l’État d’Israël le visage « du Juif dominateur » et le produit d’une conspiration : la Shoah… En témoignent de nos jours Soral et Dieudonné.]

[NB2 : Critiquer raisonnablement, c’est-à-dire à coups d’arguments politiques raisonnés, la politique du gouvernement israélien, n’est pas de l’antisionisme.]

Image may contain: one or more people and text
 

Sabina Spielrein violée par Carl Jung, assassinée par les nazis

La campagne #balancetonporc a le mérite de donner la parole aux femmes d’aujourd’hui mais aussi de faire parler les disparues. Tout le monde a en mémoire la tragédie de Camille Claudel qui fut séduite, abandonnée et exploitée par l’auguste Auguste Rodin. Phyllis Chesler résume la biographie de Sabina Spielrein, docteur Sabina Spielrein, pionnière psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Vienne, première psychanalyste infantile au monde (oui, avant même Anna Freud) et fondatrice de la Clinique psychanalytique de Moscou.élève et collaboratrice du maître Carl Yung qui l’exploita sexuellement et intellectuel comme nombre de grands maîtres. Il œuvra si bien à la destruction et l’effacement de Sabina que personne ne connaît son oeuvre.

http://www.tabletmag.com/jewish-arts-and-culture/books/248785/sabina-spielrein-carl-jung

Violée par Carl Jung, puis assassinée par les nazis

Mais le vol et l’effacement de l’héritage intellectuel de Sabina Spielrein par l’establishment psychanalytique peuvent être un crime encore plus troublant

Les responsables russes avaient enlevé la plaque originale, qui avait honoré les victimes principalement juives, et l’avait remplacée par une plaque révisionniste n’honorant que les «citoyens». Les précieuses âmes juives, médecins, avocats, poètes, scientifiques, bibliothécaires; tous les parents, les enfants et les grands-parents, assassinés spécifiquement en raison de leurs ancêtres, étaient partis littéralement du jour au lendemain. Parmi eux, le docteur Sabina Spielrein, pionnière psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Vienne, première psychanalyste infantile au monde (oui, avant même Anna Freud) et fondatrice de la Clinique psychanalytique de Moscou.

Le meurtre de Spielrein et l’anonymat forcé de son destin ont été portés à mon attention par Angela Sells, dans son nouveau et impressionnant livre: Sabina Spielrein: La Femme et le Mythe . Vend des citations Rabbi Shimon Samuels, qui « a appelé cette suppression de l’héritage juif (à Rostov-sur-Don) un mémoricide . Enlever la plaque, et par extension, ses occupants, de racines juives, semble être une tentative délibérée de supprimer l’horreur historique sur le site afin d’éviter l’inconfort des autres. « Ce que le gouvernement russe a fait en enlevant la plaque, sans doute Pour éviter les «tensions ethniques», Sells argumente, d’une certaine manière, également à l’ œuvre de Spielrein , d’abord par ses collègues psychanalystes, puis par leurs partisans jusqu’à nos jours.

Comme Spielrein, son sujet et sa mère-mère, la bourse de Sells est étonnamment diversifiée. Elle puise dans la poésie, la littérature, la mythologie, la théorie psychanalytique, l’opéra, la politique, l’histoire, ainsi que dans les journaux, les lettres et les articles de Spielrein, souvent non traduits ou encore enterrés dans des collections privées. L’analyse de Sells porte sur la nature de l’antisémitisme – la manière particulière dont les Juifs, hommes et femmes, étaient perçus par les chrétiens, aussi bien théologiquement que psychanalytiquement, dans l’Europe du XXe siècle. Sells s’appuie également sur la littérature féministe postmoderne qui n’a que récemment exploré les thèmes sur lesquels Spielrein était prescient.

L’histoire de Spielrein est une histoire de cas de patriarcat pathologique, d’antisémitisme, de stalinisme, de nazisme et de génocide. C’est aussi l’histoire d’un incroyable penseur pionnier dont les idées ont été librement «empruntées» par les Grands Hommes de Psychanalyse dont les adeptes ont conspiré en diffamant et en diabolisant le personnage de Spielrein et toutes les traces de son travail intellectuel et clinique. Dans la mesure où l’œuvre de Spielrein était aussi féministe et centrée sur les femmes (ou incarnée par les femmes), elle constituait la disparition forcée de la connaissance féministe qui, comme l’  a si bien montré le chercheur australien  Dale Spender , s’est produite génération après génération. siècle. En conséquence, chaque vague féministe doit continuer à réinventer la roue de la connaissance; peu ont de larges épaules sur lesquelles se tenir debout.

Pour citer un exemple personnel: En 1970, j’ai demandé «1 million de dollars de réparations au nom des femmes qui avaient été mal diagnostiquées et maltraitées» lors de la réunion annuelle de l’American Psychological Association. Un rire nerveux s’ensuivit, après quoi le grondement s’éleva à un léger grondement, j’entendis: « Cette femme » – ce serait moi – « souffre d’un cas d’envie de pénis. » Pourtant Spielrein, un pionnier psychanalytique dont le nom, le travail, et L’histoire Je ne savais rien – aucun de mes nombreux professeurs érudits ou superviseurs psychanalytiques n’avait jamais mentionné son nom – avait attaqué ce concept plus d’un demi-siècle avant mon discours.

À l’époque, en 1970, j’ai ri de l’incrédulité à l’accusation / diagnostic de l’auditoire – et a commencé à écrire Women and Madness dans l’avion de Miami. Cela deviendrait un best-seller. Il a même eu un chapitre qui a été salué par d’autres féministes comme un exposé «pionnier» du sexe entre le patient et le thérapeute. Pourtant, je n’avais aucune idée que l’analyste de Spielrein, Carl Gustav Jung, l’avait dépucelée alors qu’elle était l’une de ses patientes hospitalisées et que la plupart avaient besoin de son aide.

Cette « affaire » – ce crime – a été injustement immortalisée à l’écran dans le film A Dangerous Method 2011 de David Cronenberg . Keira Knightley joue Spielrein, Michael Fassbender joue Jung, et Viggo Mortensen joue Freud. Le film ne traduit pas le fait que Spielrein est beaucoup plus qu’un patient «fou», pas plus qu’il ne fait un certain nombre de pièces de théâtre à son sujet, pas plus que de nombreux traités savants qui réduisent le jeune homme de 19 ans à un permanent 19 ans – ou, comme le dit la phrase, à un patient «toujours patient», un patient «uber», diagnostiqué, démonisé et diminué de façon «continue» et «rétrospective» en tant que «schizophrène».

Selon Sells-et je suis d’accord avec son analyse-en plus de la mort de sa soeur, Spielrein était très probablement une victime d’abus sexuel d’enfance aux mains de son père. Dans la vue de Sells, Sabina a été hospitalisée à cause de cet abus. Selon Sells (et Spielrein), sa rupture était une « réaction à l’abus de son père qui a commencé à l’âge de 4 ans ».

« Dans une lettre de 1909 à sa mère [Spelrein écrit]: » Je suis tombé amoureux d’un psychopathe [Jung], et est-ce nécessaire d’expliquer pourquoi? Je n’ai jamais vu mon père comme normal. Spielrein dit encore à sa mère qu’elle et Jung «agissaient» parfois comme gardiennes l’une pour l’autre et que le comportement de Jung de prostration rageuse, pleurante et jubilatoire imitait sa propre expérience de ses parents: «Rappelez-vous comment mon cher papa s’excusait exactement de la même manière!’ Son équation de Jung avec son père cache peut-être une subtile allusion à son expérience de l’affaire comme une forme d’abus continu. « 

Selon Sells, dans une interview privée, Spielrein a décrit ce que Jung, son médecin traitant, lui a fait comme « viol ». En 1910, Spielrein écrit: « Bon Dieu, si seulement il [Jung] avait une idée de combien j’ai souffert sur son compte et souffre encore! J’ai honte d’avoir perdu tant de temps. Courage. Ah, oui, courage.

***

En 1972, j’ai publié Women and Madness . Il y avait un chapitre sur le sexe entre le patient et le thérapeute. Les cliniciens et les évaluateurs ont contesté l’information que j’ai présentée: «Ces femmes inventent. Ils sont malades mentaux. Comment pouvez-vous les croire? « Et: » Si quelque chose leur arrivait, ils voulaient que cela se produise, ils séduisaient leurs thérapeutes et maintenant, quand les choses ne se sont pas déroulées, ils crient « Faute ». « 

C’est exactement ce que les cliniciens avaient l’habitude de dire lorsque les patientes allèguent l’inceste; exactement ce que tout le monde disait quand les femmes alléguaient du viol ou du harcèlement sexuel. Bien que j’aie fait des interviews et essayé de faire des recherches sur ce sujet, je suis frappé par le peu que je connaissais vraiment de l’histoire de ce sujet sordide chez les psychanalystes et leurs patients.

Je ne savais pas à quel point Spielrein luttait contre des concepts tels que l’envie du pénis en 1912 et qu’elle – pas Jung, pas Freud – était celle qui avait le premier proposé l’existence d’archétypes mythiques dans l’inconscient humain et l’existence d’un désir de mort. , comme elle l’a compris, était sur la mort et la renaissance. Spielrein a également commencé à décrire la relation psychologique entre les mères et les filles, la nature de la sexualité féminine et l’origine du langage humain.

Imaginez si un tel travail n’avait jamais disparu. Imaginez si le bref passage de Spielrein en tant que patient n’avait pas été utilisé pour toujours pour la dénigrer comme une femme « folle » qui est tombée amoureuse de son psychanalyste et l’a « forcée » à la guérir par une méthode dangereuse.

Ça a l’air sombre, n’est-ce pas? Elle était là, une victime d’inceste probable de 19 ans (qui était donc souvent diagnostiquée rétroactivement comme une «personnalité borderline» ou comme une «schizophrène»), qui avait connu une «panne» en réponse à des années d’enfance. Il était là, à la célèbre clinique Burgholzli, le dieu aryen en formation, qui abusait de son pouvoir sur Sabina alors qu’elle était la plus vulnérable. (D’accord, Jung lui-même n’avait que 27 ans à l’époque, mais la différence de pouvoir entre eux était réelle et significative.)

Jung était un acte criminel et extrêmement contraire à l’éthique; peut-être était-ce l’acte d’un sociopathe égoïste qui profitait de ce que les psychanalystes ont appelé le «transfert». Qui, sauf un sociopathe, proposerait une union ouvertement polygame et un arrangement vivant qui inclurait sa femme? Sabina, sagement, le rabaissa. Cependant, le (mauvais) traitement de ce patient a pris fin dans huit mois.

Sells souligne que Spielrein a été déclaré « guéri » par nul autre qu’Eugen Bleuler . Bien que sa relation avec Jung se soit poursuivie pendant un certain temps, à la fois en ambulatoire et en tant que doctorante, Spielrein a complètement mis fin à ce « remède amoureux » / affaire / victimisation et a obtenu un doctorat. en psychiatrie. Son conseiller de dissertation était Jung, bien sûr.

Apparemment, Jung avait une « chose » pour les filles juives. En 1910, Spielrein écrit dans son journal qu ‘ »il [Jung] aimerait une fille juive à la peau noire », et que même s’il souhaitait rester « proche de sa religion et de sa culture », il désirait « être libéré de ses responsabilités paternelles ». dans une juive incrédule. « 

Comme Spielrein le soupçonnait et comme Jung l’avait admis à Freud, «la Juive est apparue sous une autre forme, sous la forme de mon patient [Spielrein].» Selon Sells, Jung avait eu une relation antérieure avec une autre femme juive. Spielrein avait l’intuition qu’elle pourrait être le «remplacement psycho-sexuel» de Jung.

Prenant son antisémitisme érotisé à un tout autre niveau, Jung confronte Spielrein à propos de la marginalisation des Juifs: « … (le Juif) est le meurtrier de ses propres prophètes, même de son Messie ».

Voici comment Spielrein répond: « … Vous nous accusez juifs, avec Freud, de considérer notre vie spirituelle la plus profonde comme l’accomplissement d’un souhait infantile. A cela, je dois répondre qu’il n’y a guère de nation si encline à voir le mysticisme et la promesse du destin (la foi?) Dans le monde comme le peuple juif. « 

Freud a relayé à Spielrein: « Nous sommes et restons Juifs. Les autres ne feront que nous exploiter et ne nous comprendront ou ne nous comprendront jamais. « 

***

Les contemporains de Jung ont refusé de le blâmer, bien que Freud l’ait fait. Aussi récemment qu’en 2010, John Haule a excusé la transgression de Jung en invoquant John Kerr pour la normaliser: «Jung était à peine la seule personne à s’impliquer avec un patient. Les exploits de Gross étaient légendaires, Stekel jouissait depuis longtemps d’une réputation de «séducteur». Jones payait l’argent du chantage à un ancien patient, alors que son célèbre collègue Otto Rank entamait une liaison avec sa patiente, Anaïs Nin. « Sells cite mon propre travail sur cette question pour étayer son argument et je lui en suis reconnaissant.

Pourtant, l’importance de Spielrein n’est guère celle d’une patiente, ou d’une «patiente éternelle». Elle est une pionnière psychanalytique, dont les idées originales ont été «empruntées» par Jung et Freud, avec et sans crédit; et dont les idées originales sur la sexualité féminine, la mort-et-renaissance, la psychologie de l’enfant et l’importance de la relation mère-fille ont été complètement oubliées. Comme le démontre bien Sells, Spielrein s’est rapidement éloignée de Jung en tant que «intérêt amoureux» alors qu’elle commençait à s’inquiéter de la possibilité qu’il «vole des idées de la recherche qu’il lisait». Ses craintes étaient fondées.

Spielrein écrit:

Je dois avouer que je crains fort que mon ami [Jung], qui avait prévu de mentionner mon idée (des archétypes dans notre inconscient collectif, sur la renaissance de la mort) dans son article de juillet, dise que j’ai des droits prioritaires, peut simplement emprunter tout le développement de l’idée, car il veut maintenant s’y référer dès janvier. … Comment pourrais-je estimer une personne qui a volé mes idées, qui n’était pas mon ami mais un petit rival machiavélique? … Je l’aime et je le hais.

Freud a pris soin de créditer Spielrein pour son idée de l’instinct de mort. Étonnamment, les rédacteurs suivants des travaux de Freud ont ensuite systématiquement abandonné le crédit de Spielrein de Freud. Et, en 1912, lorsque les membres de la Société psychanalytique de Vienne (VPS) discutèrent de cette idée, Spielrein, qui était présent et membre, lui rappela que «c’était une idée de la sienne», affirmait-il. la propriété sur le concept qu’elle a précédemment apporté au VPS en 1911. « 

Spielrein a osé être en désaccord avec Freud et, très tôt, a introduit le concept de «psychologie féminine existant en dehors d’une envie sans rapport avec le pénis». Il a dit: «Non.» Et la discussion a apparemment évolué.

Au cours de sa vie, Spielrein fut forcée de supporter des groupes d’hommes hostiles et puissants à Vienne et à Moscou, offensés, mortifiés par ses idées sur l’érotisme féminin polymorphe, la sexualité infantile et l’envie du pénis. Comme écrit Sells: « En tant que seule femme dans la pièce, Spielrein a mis en avant des images et des idées d’un érotisme incarné à une époque où la sexualité des femmes était étiquetée [par Freud] le » continent sombre « de la psychologie et les orgasmes féminins. groupes: clitoridien, ou «infantile» et vaginal ou «mature». Le clitoris lui-même était assimilé à un «pénis amputé», sa stimulation étant considérée comme une forme d’envie du pénis, et de peur qu’une femme ne soit satisfaite par «pénétration», on lui diagnostiquait souvent un cas de frigidité ou d’hystérie. Au contraire, juste ou faux,

Spielrein ne pouvait pas gagner sa vie à Vienne, Zurich ou Genève parce qu’elle était une femme . En 1923, elle fut contrainte de retourner à Moscou où Staline lui permit de fonder la première clinique psychanalytique; elle y a prospéré jusqu’à la fin des années 1920, quand Staline l’a fermée parce que les idées psychanalytiques étaient «trop juives ».

Spielrein a quitté Moscou et est retournée dans sa ville natale où elle a continué à voir les patients tranquillement. (C’était dangereux de le faire et la Société psychanalytique de Moscou avait déjà été dissoute). Inévitablement, elle s’est appauvrie. Dans l’ordre du feu rapide, elle a perdu ses trois frères que Staline avait exécutés dans le goulag, puis son mari, et enfin ses parents.

Sans avoir accès au genre de collègues, d’admirateurs ou d’étudiants qui avaient sauvé Freud au dernier moment (il avait refusé de quitter Vienne) ou qui avaient sauvé de grands érudits orthodoxes de la Torah – Spielrein était piégé, sans famille ni puissant amis à l’étranger. En 1942, les nazis l’ont assassinée, elle et ses deux filles, ainsi que 27 000 autres Juifs lors d’un massacre de deux jours à Rostov-sur-le-Don.

Incroyablement, selon Sells, (et elle le documente), parce que Spielrein a écrit sur l’Instinct de mort (qu’elle considérait comme un thème de mort et de renaissance), certains érudits psychanalytiques ont même essayé de la blâmer pour son meurtre aux mains nazies! Elle l’a voulu, elle l’a invitée, elle a refusé de s’enfuir … oui, 6 millions de Juifs voulaient tous être assassinés – et Spielrein est aussi la Séductrice juive qui a tenté et séduit Jung.

Il est insupportable que le travail de Spielrein ait été pris et utilisé sans la créditer; que son personnage a été diffamé par les grands hommes qui ont utilisé ses idées sans la créditer; et qu’elle était incapable de gagner sa vie en Autriche et en Suisse parce qu’elle était une femme; incapable de continuer son travail novateur à Moscou parce qu’elle était juive; et a été, finalement, en 1942, assassiné par les nazis.

Dans un acte héroïque de résistance contre le «memoricide», Sells a commencé la résurrection de Spielrein, qui était attendue depuis longtemps. Le livre d’Angela Sells est une contribution majeure, peut-être définitive, féministe à la littérature. Quelqu’un devrait faire un film sur la vraie Sabina Spielrein.

***

Comme cet article? Inscrivez-vous à notre  Daily Digest  pour recevoir le nouveau contenu de Tablet Magazine dans votre boîte de réception chaque matin.

Un négationniste belge condamné à visiter les camps de la mort

Le médecin SS de la mort Fritz Klein au milieu de la fosse commune de Bergen-Belsen.

Le médecin SS de la mort Fritz Klein au milieu de la fosse commune de Bergen-Belsen. http://www.wikiwand.com/fr/Shoah

Les négationnistes sont ces personnes qui nient la réalité des exterminations nazies. Parmi eux se trouvent Robert Faurisson, Jean-Marie Le Pen, de nombreux musulmans, des antisémites anonymes et Jean-François Jalkh  vice-président du FN. On retrouve d’ailleurs sur le Net des propos négationnistes mêlés à des obsessions paranoïaques complotistes sur le supposé pouvoir occulte de la « juiverie » et de ce qui serait un juteux « shoah business ».

Résultat de recherche d'images pour "négationnisme"

Le négationnisme dans le monde: 54% au courant de l’holocauste, un tiers pense que tout ça est exagéré

http://www.europe-israel.org/2014/05/le-negationnisme-dans-le-monde-54-au-courant-de-lholocauste-un-tiers-pense-que-tout-ca-est-exagere/

Les négationnistes en chef voulant prouver qu’ils sont plus intelligents que les réalités qui les dérangent usent de pseudo raisonnements scientifiques comme, par exemple discuter du pouvoir du gaz létal zyklon-B pour tuer en masse.

il affirme, entre autres, « qu’on doit pouvoir discuter » du « problème des chambres à gaz » et qui se conclut par une déclaration sans nuance, dont il est difficile de savoir si elle reflète l’opinion de Jalkh ou celle d’un des fameux auteurs dont il salue « le sérieux et la rigueur ». « Je m’intéresse à un spécialiste de la chimie et je lui demande sur l’utilisation d’un gaz, par exemple, qu’on appelle le Zyklon B., peut-on lire. Moi, je considère que d’un point de vue technique il est impossible, je dis bien impossible de l’utiliser dans des […] exterminations de masse. Pourquoi ? Parce qu’il faut plusieurs jours avant de décontaminer un local qui a été… où l’on a utilisé du Zyklon B. » https://www.marianne.net/politique/qui-est-jean-francois-jalkh-nouveau-president-par-interim-du-fn

Je fais partie de ces nombreux « survivors » descendants directs de victimes de la Shoah qui sont en mesure de témoigner preuves à l’appui de la disparition de nombreux membres de leur famille et que ce pinaillage obscène sur les moyens de leur assassinat bouleverse car, comme il est coutume de le dire, c’est une double voire triple ou quadruple peine : perdre des proches, ne pas avoir pu faire leur deuil faute d’avoir vu les corps, mettre en doute les causes de leur mort, et vivifier l’antisémitisme qui, actuellement connaît un regain.

Le négationniste belge Laurent Louis vient d’être condamné -après de longues négociations tout de même- à une peine exemplaire : visiter les camps de la mort deux fois/an pendant 5 ans et en rendre compte sur son blog.

http://www.huffingtonpost.fr/2017/09/20/laurent-louis-negationniste-et-ancien-depute-belge-condamne-a-visiter-un-camp-de-la-mort-pendant-5-ans_a_23216423/

Pour en savoir plus

  • Je voudrais présenter un point de vue juif, un point de vue de morale juive, sur le problème de la mémoire de la Guerre.

«  Souviens toi d’Amalek ! » dit la Bible. Amalek voulut jusqu’au bout la destruction des juifs, rien ne put l’en dissuader, Amalek était un monstre.  Pourquoi nous est il recommandé de nous en souvenir ? Parce qu’il est difficile de croire aux monstres, de les voir même lorsqu’ils sont en face de nous, et par conséquent de s’en protéger.

Malheureusement, se souvenir ne suffit pas, et même, le culte du souvenir des monstres d’hier sert maintenant aux traitres à maquiller leur collaboration avec les monstres d’aujourd’hui …

Quelle était la source du mal ? La vision maladive d’Hitler qui estimait que par la seule volonté de vivre, les humains des races inférieures menaçaient la survie de la race supérieure, et voyait dans les juifs une race pire qu’inférieure : malfaisante par essence. Cette vision justifiait à ses yeux leur anéantissement. Vision qu’il a su faire partager par son livre «  Mon combat » hier comme aujourd’hui…

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/2015/04/point-de-vue-juif-arretons-de-galvauder-le-mot-negationnisme.html

  • …À Auschwitz-Birkenau, l’emploi de zyklon B (qui tue 36 fois plus rapidement que le monoxyde de carbone) est testé sur des prisonniers soviétiques dès le Début 1942, le commandant du camp, Rudolf Höß, reçoit verbalement l’ordre de Himmler de faire du camp, idéalement situé à un nœud ferroviaire, le principal centre de l’extermination des Juifs déportés de toute l’Europe. Plusieurs Krematorium y sont construits, associant les chambres à gaz à des fours crématoires de grande capacité destinés à faire disparaître les corps…

http://www.wikiwand.com/fr/Shoah

 

 

Le politiquement correct de la préfecture stigmatise les juifs pour ne pas déplaire aux musulmans

Publié le

JPEG - 7.7 ko

https://paris-luttes.info/contre-l-antisemitisme-autodefense-1482

La préfecture des Hauts-de-Seine a envoyé une lettre enjoignant les fermes pédagogiques de surveiller leurs moutons et leurs poules blanches en cette période de Yom Kippour et de l’Aïd.

On sait en effet que les musulmans égorgent des milliers de moutons dans des conditions qui horrifient les Français tandis que les juifs orthodoxes, une minorité, sacrifie une poule blanche la veille du Grand Pardon, Yom Kippour.

L'Aïd el-Kebir, la fête du sacrifice

L’Aïd el-Kebir, la fête du sacrifice  

Sur le point de sacrifier son fils sur l’ordre d’Allah, Abraham vu son obéissance remerciée. Dieu remplaça au dernier moment l’enfant par un mouton à égorger en offrande sacrificielle

Résultat de recherche d'images pour "sacrifice poulet blanc yom kippour"

http://benzaken-descendance.centerblog.net/rub-cuisine-de-nos-familles–5.html

La Kapparot. La loi juive interdit la cruauté. Il est de la plus grande importance de traiter la poule ou le coq avec la plus grande humanité car on ne doit pas faire souffrir une créature de D. Le sang de la volaille doit être recouvert de terre.

Les représentants de la communauté juive se sont indignés à juste titre, Joël Mergui ,le président du Consistoire central accuse très justement la DDPP (  Direction départementale de la protection des populations (DDPP) des Hauts-de-Seine ) d’avoir associé les vols de poulets et la fête de Kippour dans ses avertissements, pour ne pas être accusée de ne cibler que l’Aïd al Ahda et les vols de moutons. « Pourquoi les juifs doivent-ils systématiquement être invoqués, comparés, associés, amalgamés à toute déclaration négative non assumée en direction des musulmans ? »

Francis Kalifat, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a aussi réagi vivement auprès de la DDPP. « L’amalgame entre juifs et musulmans fait systématiquement par le monde politique et médiatique et cette fois par l’autorité administrative est devenu intolérable et insupportable »

L’insinuation de la DDPP rappelle celle de l’Allemagne, la Russie et l’Europe de l’Est qui conduisaient à de sanglants pogroms. A l’approche des fêtes de Pâques, des Chrétiens accusaient les juifs d’enlever des enfants chrétiens dans le but de les saigner pour confectionner le pain azyme avec leur sang.

Ma tante m’a raconté que, rescapée d’Auschwitz en 1945, elle était retournée en Pologne pour tenter de retrouver son fils et son mari, en vain. Alors qu’elle faisait la queue devant une boulangerie elle entendit des Polonais dire : Attention, les juifs reviennent, il faut protéger nos enfants, ils vont les saigner. Sans demander son reste, elle s’enfuit sans prendre du pain.

Pour ce qui est du vol des poules, combien de juifs dans nos prisons pour ce délit ? Par contre, nous savons grâce à Jack Lang (il avait écrit au Premier Ministre pour demander des imams dans les prisons vu le nombre de détenus musulmans-que nos prisons renferment 60% de criminels et délinquants musulmans, parmi lesquels des voleurs de moutons, d’agneaux et de chèvres, éventuellement de poules aussi.

On a compris, le politiquement correct exige que l’on ne stigmatise pas les musulmans, alors pour faire bonne mesure, on stigmatise les juifs qu’on ne craint guère puisque ils ne sont plus que 500 à 800 000 en France du fait de l’antisémitisme qui les poussent à émigrer, ils ne posent pas de bombe, ils n’égorgent pas, ils ne violent pas en groupe, ils ne tuent pas à la voiture bélier, ils n’incitent pas à la haine du non juif, ils ne remettent pas la laïcité en question, ils n’embrasent pas les femmes qui leur résistent à l’essence pas plus qu’ils ne les lapident et ils n’imposent ni leurs traditions religieuses ni leurs règles de vie comme la cacherout (règles alimentaires). Mais comme le dit ce proverbe du XIIIème siècle, qui veut noyer son chien l’accuse de la rage. L’antisémitisme historique est toujours vivace en France car cultivé pendant deux millénaires par les catholiques accusant le peuple déïcide d’avoir tué le petit Jésus comme je l’ai entendu à l’école primaire.

Le politiquement correct est une bassesse intellectuelle qui pratique la pensée binaire dans le but de noyer le poisson en comparant une observation  à une autre. Par exemple, quand on critique les musulmans on vous renvoie systématiquement aux juifs; quand on déplore l’affichage de l’islam par le voile, on vous parle du string ou de la minijupe; si on mentionne la finance islamique, on vous renvoie au capitalisme et à l’amour prétendu des juifs pour l’argent et l’usure; on parle des attentats musulmans, on vous répond génocide palestinien par les israéliens ; etc.

La préfecture des Hauts de Seine suit elle l’exemple de Maurice Papon qui ordonné la déportation de centaines de juifs quand il était secrétaire général de la préfecture de Gironde, entre 1942 et 1944, sous l’Occupation allemande. ?

La Connectrice

Pour en savoir plus

  • Les faits

http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/hauts-de-seine-moutons-et-poules-confines-avant-les-fetes-religieuses-21-08-2017-7205169.php

  • Indignation de la communauté juive

http://www.la-croix.com/Religion/Judaisme/Vols-danimaux-Kippour-circulaire-provoque-colere-communaute-juive-2017-08-25-1200871981

  • Lettre de Jack Lang à Monsieur le Premier Ministre

 

De la douceur dans ce monde de brutes. Mariages ashkenazes avec danses hassidiques traditionnelles

Publié le

Les juifs d’Europe de l’Est et de Russie qui ont fui les pogromes et les nazis pour s’installer en Amérique du Nord ont enrichi les musiques, en particulier le Jazz

Les musiciens juifs ne craignaient pas de fréquenter les musiciens noirs au temps de l’apartheid et furent les premiers à organiser des concerts mixtes multiraciaux. Jazz, musique classique, musiques juives, musiques tziganes se sont mutuellement fertilisées. Il n’est pas vain de dire que la musique adoucit les mœurs et rassemble les peuples.

Les juifs américains ont maintenu leurs traditions musicales tout en les mettant au goût du jour et la musique joue toujours un rôle très important dans les mariages et cérémonies juifs. Des orchestres sont embauchés pour les animer et jouent des airs traditionnels comme des mélodies imprégnées de style israélien.

Le violon joue une rôle important dans les musiques juives comme dans les musiques tziganes car c’est un instrument que le juif errant et le bohémien ambulant peuvent emporter avec eux lorsqu’ils fuient la haine des populations qu’ils rencontrent. Le violon peut se jouer n’importe où et aussi permettre de gagner un peu d’argent pour survivre. Le violon s’adapte aussi à tous les autres instruments et autres musiques.

Quant à la musique classique ou folklorique, elle touche l’âme et apaise comme cela a été prouvé par les recherches de Joêl Sternheimer.

http://esev.e-monsite.com/pages/les-effets-de-la-musique-sur-les-plantes.html#E1xp7ZKSIfcXd4QT.99

Aujourd’hui, comme on le voit dans les vidéos ci-dessus, les danses hassidiques des hommes en noir font partie des traditions ashkénazes car elles sont particulièrement joyeuses selon la théorie de leur fondateur, le Baal Chem Tov , de son vrai nom Israël Ben Eliezer qui disait que D. devait être loué dans la joie, le vin aidant. C’est pour cela que les Hassidims dansent avec une bouteille ou un verre sur la tête et que leur spectacle est prisé dans les fêtes.

Le fait que le hassid ait puisé son inspiration et ses connaissances dans l’observation de la nature et l’utilisation des plantes explique partiellement sa philosophie à une époque où les rabbins passaient leur temps à l’intérieur  des synagogues, des yeshivahs et des bibliothèques pour étudier le talmud et la torah.

 

Charlottesville. La haine antisémite était au rendez-vous

Publié le

 

Manifestation à Charlottesville

Source photo http://www.marieclaire.fr/emeutes-raciales-a-charlottesville-les-stars-se-mobilisent,1227408.asp

La manifestation Unite the right organisée à Charlottesville (Virginie, sud des USA) pour protester contre le déboulonnage de la statue du général sudiste Robert Lee fut le prétexte à exprimer la haine de l’autre en général et celle du juif en particulier. Des manifestants arboraient des drapeaux et symboles nazis , des portraits de Hitler, chantant des hymnes nazis en saluant Heil Hitler ou Sieg Heil. Le conducteur assassin James Alex Fields qui a tué une femme et fait 19 blessés appartient à un groupe antisémite, Vanguard America, qui rend les juifs responsables du communisme, de l’industrie de la pornographie et de la corruption des médias. Un autre groupe participant, National Socialist Movement rend les juifs responsables à la fois du communisme et du capitalisme. La League of the South qualifie les juifs de plus grands meurtriers de masse de l’histoire et met en doute la réalité de la Shoah qui n’aurait d’autre but que culpabiliser les chrétiens. Le leader du Traditionalist Worker Party, Matt Heimbach estime que Hitler était quelqu’un de bien, une bonne personne et accuse les juifs du massacre des européens. David Duke: A one-man engine of hate and racism, former Klansman David Duke croit en un plan secret des juifs pour dominer le monde et clame qu’il n’y aura pas de futur pour les enfants blancs sans éradication des juifs et de leur Etat sioniste.

LC

vidéo http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2017/08/16/charlottesville-le-documentaire-glacant-de-vice-news-dans-les-rangs-des-supremacistes-americains_5173089_4832693.html

Anti-Semitism on Full Display in Charlottesville https://www.adl.org/blog/anti-semitism-on-full-display-in-charlottesville

  • August 15, 2017
Sieg Heils in Charlottesville

Alongside the racism, nativism and xenophobia on display at Unite the Right, the event was also an expression of the animating power of anti-Semitism. 

Marchers threw Nazi salutes as they waved swastika flags, proudly wore swastika pins and shirts, and shouted “sieg heil!”  A sign carried by rally-goers warned that the “Jewish media is going down;” another declared that “Jews are Satan’s children.”  A white supremacist told a reporter that “the fucking Jew-lovers are gassing us,” and another one called a Jewish counter-protestor a kike. “Blood and soil,” which the white supremacists chanted several times, is the translation of the Nazi slogan, “Blut und Boden.” And at least once, white supremacists changed their refrain, “You will not replace us” to “Jews will not replace us.”

Jewish media

Reuters

Sign threatening « Jewish media, » Charlottesville

But these were only the external trappings of anti-Semitism. The entire Unite the Right rally was built on racial and conspiratorial anti-Semitism.

Here are some examples of anti-Semitism that infected the Charlottesville event:

Vanguard America: A large number of rally-goers (including James Alex Fields, who has been charged in the crash that killed one person and injured 19) are adherents of Vanguard America, a group that blames Jews for, among other things, Communism, “the modern pornography industry and the corruption of the mass media” and the deaths of millions of Ukrainians during the 1930s. Vanguard America’s manifesto calls for eliminating the purported dominance of “a rootless group of international Jews” over the US economy.  In July 2017, VA tweeted, “Those behind the subversive elements eroding our culture often have something in common. Jewish influence is prevalent, invasive, dangerous.” The group also disseminates graphic anti-Jewish fliers,   which have appeared in recent months at synagogues and on campuses in Texas, Louisiana, and New Jersey.

The Goyim know signs

« The goyim know » signs, Unite the Right

Traditionalist Worker PartyMembers of this neo-Nazi group attended the rally with their leader, Matthew Heimbach. In an interview, Heimbach claimed that opposition to the rally “proves” that “the radical left, the corporations, and the State” are on the “Jewish side” in the conflict between Jews and white supremacists. TWP members propagate the classic “double loyalty” claim – that the true loyalty of many American Jews is to Israel, not America. Its platform states that “the organized Jewish community’s record of deceit, duplicity, and double-standards in lobbying against American interests within the American political system is unmatched.” On TWP’s Twitter feed, they claim that Jews control Hollywood and committed genocide against white Europeans; they applaud the xenophobic and anti-Semitic Greek political party “Golden Dawn,” and defame Jewish holy books. Its leader, Matt Heimbach, has said on the record that he thinks Hitler was “a good person.”

Hitler t-shirt

Man wearing Hitler t-shirt, Unite the Right

 

League of the South: Describes “the Jew” as “an ancient and implacable enemy of our people and civilization.” Claims that Jews, in the guise of early 20th century Bolsheviks, were “the world’s greatest mass murderers,” and that the Jews’ pernicious influence persists today in the form of the leadership of “numerous leftist organizations active in the streets of America.”  The LoS warns that the US faces a “civil war” between “the forces of Western Civilization…and the forces of Judeo-Marxism.” Describes the Holocaust as “a dubious story” recounted “to induce Christian guilt.”

David DukeA one-man engine of hate and racism, former Klansman David Dukeattended the Charlottesville rally, where he led other white supremacists in chants of “The goyim know” – a reference to the belief, common among anti-Semites, that Jews have a plan for domination and control that they are keeping secret from non-Jews. On his first post-rally radio show, Duke also blamed the “Zio-establishment for Charlottesville” for the “antifa terrorist attacks.” He continued: “There is no future for white children, that there is no future for America, that there is no future for the west unless we overthrow this Zio-garchy that is ruling over us. In the media they dominate the international globalist media, they dominate the Zio-fed Federal Reserve and the banking institutions, they dominate politics….If we don’t overthrow this Zio-garchy over us then we have no future.” He continued: “It’s ultimately Jewish racism, it’s tribalism and supremacy. They’re the supremacists. They want to not only have their Zionist ethno-state of Israel, but they want to have supremacy over our media, over what we discuss, over our banking system, and over our political system. They’re the most powerful force in campaign financing and campaign organization in America, in the world.”

Swastika flag at Unite the Right

Swastika Flag, Charlottesville

National Socialist Movement:Members of the National Socialist Movement were also on the ground in Charlottesville. The neo-Nazi group, led by “commander” Jeff Schoep, venerates Adolf Hitler. Schoep’s messages to his followers about Jews are fairly straightforward; in the Summer/Fall 2017 issue of NSM magazine, he wrote: “My advice is never ever remove the bright shining light off of the Jew, for it is the Jew that is the true enemy of all humanity on this planet! All the other races and racial problems we have go back to the Jew, and the focus should never be removed from them.” Schoep used similarly over-the-top language in the Winter/Spring 2016 issue: “All of mankind should be fighting for National Socialism against our common foes which are the International Zionists, communists, and their allies. They say communism is dead, but International Jewry has played both sides, capitalism and communism, and they are in the thick of the evil that plagues us to this day.”

 

Réfugiés du monde HCR 9700 salariés, réfugiés palestiniens UNRWA 30 000 employés !

Un article publié par le magasine Causeur ose dire ce que personne ne veut savoir sur la réalité des réfugiés palestiniens. Selon l’auteur,les véritables réfugiés palestiniens selon la définition de l’ONU, étaient au nombre de 600 000 en 1948. Aujourd’hui, l’ONU en comptabilise 5 millions, c’est à dire les descendants. A la lueur de cette réalité, la première chose qui me vient à l’esprit est que les dirigeants palestiniens et leurs alliés ont tout intérêt à maintenir un état de guerre avec Israël et refusé la coexistence de deux états. S’il n’y a plus de guerre, alors il n’y a plus de réfugiés …S’il n’y a plus de réfugiés, alors finie la manne financière de l’ONU et de l’Europe, finis ces 30 000 emplois à l’UNRWA qui sont occupés en majorité par des gazaouites et des cisjordaniens.

A ce compte là, Manuel Valls et Anne Hidalgo sont des réfugiés espagnols dont les parents et grand-parents ont du fuir le régime franquiste. Leurs enfants et éventuels petits-enfants sont des réfugiés comme le seront leurs arrières-petits-enfants. Tous les descendants -sans limite de génération- de ceux qui ont fuit les dictatures et les guerres sont des réfugiés : Espagnols,  Portugais,  Italiens,  Polonais,  Pieds-noirs,  Russes,  Roumains,  Iraniens,  Algériens, Arméniens,  Grecs, juifs ashkénazes et séfarades, Soudanais et toutes celles et ceux qui ont du fuir des régimes totalitaires et des guerres sont des réfugiés.

Je suis une réfugiée moi-même (mon père juif a du fuir la Pologne pour sauver sa vie) et je devrais camper à la frontière de la Pologne pour réclamer la restitution des biens de ma famille exterminée par les nazis avec la complicité des polonais. Je ferais la grève de la faim, j’alerterais les médias, je terroriserais la population polonaise et les complices de ses dirigeants à travers le monde, je ferais exploser les skieurs de Zakopane et les fonctionnaires de Varsovie, j’égorgerais au hasard tout en sabotant les efforts de paix pour maintenir mon statut de réfugiée et tous les avantages qui vont avec. D’ailleurs mon campement se serait rapidement amélioré puisque grâce à ces subsides je possèderais un joli chalet en bois équipé d’un home cinéma, de WIFI et de tout le confort que donne la société occidentale à celles et ceux qui travaillent dur pour se le payer. Quand les négociations en faveur de la restitution des biens de mes ancêtres progresseraient, je lancerais une bombinette fourrée de clous et de méchantes bactéries dans un aéroport et je serais tranquille pour quelques temps, tranquille pour savourer les avantages de mon statut de réfugiée.

Suivons l’exemple des réfugiés palestiniens. J’invite tous les descendants des exilés du totalitarisme et de la guerre, sans souci de génération, à aller camper aux frontières des pays de leurs origines pour réclamer réparation le temps que la manne de l’ONU pour les réfugiés continuera de couler, 70 ans s’il le faut, comme les Palestiniens.

La Connectrice qui ne supporte ni le mensonge, ni le déni, ni l’hypocrisie, ni le cynisme, ni l’injustice.

Peut-on parler de « réfugiés » palestiniens?

L’ONU doit traiter de la même façon tous les réfugiés dans le monde, y compris les « réfugiés palestiniens » et revoir le rôle de l’UNRWA

Sur ce cliché (ci-dessous) qui date des années 1940, la petite fille qui se tient à côté de son frère devant leur grande maison est ma mère.

israel-palestine-onu

A ce moment-là, ils doivent abandonner cette bâtisse du quartier d’Al-Alwiyah à Bagdad. Eux, comme 120 000 juifs, ont fui l’Irak pour Israël en laissant derrière une vie entière. Leur citoyenneté irakienne leur a été retirée. Ils sont arrivés dans des camps de transit en Israël où ils ont connu le destin de réfugiés.

‪J’ai remis la semaine dernière cette photographie à M. Jason Greenblatt, l’émissaire du président Trump pour le Moyen-Orient, dans le cadre d’une session de travail de la Commission des Affaires étrangères et de la Sécurité de la Knesset qui se tenait aux Etats-Unis. Je voulais lui parler de cette partie de l’histoire qui semble avoir été oubliée, celle où plus de 800 000 juifs ont dû fuir les pays musulmans dans lesquels ils vivaient quand Israël fut créé. Mais aucun d’entre eux n’a bénéficié d’un quelconque statut de réfugié ou ne l’a exigé. Ni les générations suivantes, comme moi, mon frère, ou mes quatre soeurs. Je lui ai donc dit qu’il était temps que l’ONU définisse de manière égale le statut de tous les réfugiés du monde entier et cesse d’accorder aux Palestiniens un traitement spécial en leur garantissant un statut de réfugié qui se transmet de génération en génération. Celui-ci leur est conféré par l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) (sous l’influence du Hamas, une organisation terroriste qui contrôle Gaza), qui reçoit des financements phénoménaux par rapport aux organismes d’aide aux réfugiés.

Réfugiés de génération en génération

‪En réalité, seulement 1% de Palestiniens sont de « vrais » réfugiés, conformément à la définition de l’Office de secours: « les personnes dont le lieu de résidence habituel était la Palestine entre juin 1946 et mai 1948, qui ont perdu à la fois leur maison et leur gagne-pain (à la suite du conflit israélo-arabe de 1948) ». Les autres 99 % sont leurs descendants. N’est ce pas absurde ? Sur les 600 000 réfugiés palestiniens comptabilisés par l’UNRWA il y a 70 ans, le nombre est passé à plus de 5 millions, et chaque jour, à chaque naissance, il ne fait qu’augmenter. Sans contrôle, cette population de pseudo-réfugiés ne s’arrêtera jamais de croitre. Et l’UNRWA est entièrement responsable de cette situation.

L’UNRWA a des intérêts financiers et politiques à maintenir cette fiction de « réfugiés palestiniens »: tant qu’ils seront considérés comme tel, les fonds afflueront. Alors que le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), qui se concentre sur la réhabilitation des réfugiés et leur adaptation au pays d’accueil dans le monde entier compte environ 9700 salariés à l’échelle mondiale, l’UNRWA, exclusivement dédié aux Palestiniens, emploie 30 000 personnes qui, en grande majorité, sont des Palestiniens qui travaillent à Gaza et en Cisjordanie.

L’Onu doit prendre ses responsabilités

Au mois d’avril, un rapport signé par le groupe de surveillance UN Watch accusait les écoles de l’UNWRA d’incitation au terrorisme. Le document détaille des dizaines d’exemples d’instigation, et révèle des photos où l’on voit des agents des Nations unies glorifier l’enlèvement d’enfants juifs ou les tirs de roquettes sur les civils israéliens, faire l’éloge du Hamas et du nazisme au cri de « Allah bénit Hitler ». Le rapport souligne que l’UNRWA viole son devoir de neutralité et de rejet de toute forme de racisme, en soutenant ouvertement le Hamas. Plus scandaleux encore, l’UNRWA serait complice de crimes de guerre en laissant le Hamas utiliser ses infrastructures à Gaza pour lancer des missiles contre Israël ou creuser des tunnels dans le cadre d’opérations terroristes menées contre des civils israéliens.

Alors que la guerre en Syrie, en Irak et dans le tout Moyen-Orient a fait plusieurs millions de réfugiés, il est urgent de traiter tous les réfugiés de manière égale. Faisons en sorte que l’ONU cesse de laisser les Palestiniens se complaire dans un rôle d’assistés et reconsidère la vocation de l’UNRWA, dont le champ d’action oscille entre le contestable et le criminel.

%d blogueurs aiment cette page :