Flux RSS

Archives de Catégorie: antisémitisme

Le dîner du CRIF vu par d’autres juifs

François Hollande, lors du dîner du Crif, à l'hôtel Pullman Montparnasse, à Paris, le 22 février. / © IP3 PRESS/MAXPPP

François Hollande, lors du dîner du Crif, à l’hôtel Pullman Montparnasse, à Paris, le 22 février. / © IP3 PRESS/MAXPPP. Source http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/paris/individu-fiche-s-interpelle-mercredi-soir-cadre-du-diner-du-crif-1201927.html

Et on reparle du dîner du CRIF, qui a eu lieu cette année le 22 février.  Richard Abitbol, président de la CIFAJ-Confédération des juifs de France et amis d’Israël– s’est livré à une analyse intéressante de différentes opinions sur cette institution laïque qui s’oppose ou complète le Consistoire, lequel se préoccupe des questions strictement inhérentes à la pratique de la religion juive.

L’article ci-dessous a pour objectif de présenter à la communauté juive des points de vue contradictoires afin de lui permettre de se faire une idée par elle-même. Une ambition utile pour faire le tri parmi toutes les bêtises qu’on peut lire sur le CRIF.

J’ai retenu des questions qui me paraissent particulièrement sensées :

Ce dîner c’est quoi au juste ?

L’expression d’un lobby ? Mais alors, quel serait l’objet de ce lobby ? Celui de défendre la situation des Juifs en France et les protéger de l’antisémitisme ? Mais n’est-ce pas là le rôle des autorités de la République voire de tous les citoyens de ce pays ?   Ou l’objet de ce lobby serait-il celui de défendre la politique israélienne au même titre que le fait l’A.I.P.A.C aux États-Unis ? Mais n’est-ce pas  là le rôle de l’Ambassade d’Israël ou d’associations dont c’est justement  l’objet social ?

En effet, les Juifs en France sont avant tout des Français qui devraient être respectés et protégés au même titre que n’importe quel citoyen français et vouloir leur donner un traitement spécifique, c’est les jeter en pâture aux antisémites et antisionistes et favoriser le communautarisme qui divise le pays qui est déjà naturellement varié avec ses régions historiques, ses traditions, son folklore, ses patois, accents et idiotismes, etc

La connectrice

CHAQUE ANNÉE, À LA MÊME ÉPOQUE, LA QUESTION REVIENT DE MANIÈRE RÉCURRENTE : LE DÎNER DU C.R.I.F EST-IL UTILE, INUTILE OU NUISIBLE ? CHAQUE ANNÉE, LES MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ SE DÉCHIRENT SUR LE SUJET COMME NAGUÈRE LES BYZANTINS SE QUERELLAIENT SUR LE SEXE DES ANGES. 

Souvenons-nous ! A Byzance, la querelle sur le sexe des anges faisait rage et le clergé de Byzance en débattait encore farouchement en mai 1453, alors que la menace grondait et  alors même que les armées du sultan ottoman Mehmet II escaladaient les remparts de la ville et allaient s’emparer de l’Empire Romain d’Orient pour le détruire.

Il y a, là,  une grande similitude avec la présente situation des Juifs de France. Alors que leur situation est devenue particulièrement alarmante et délicate, alors que la  menace  gronde au cœur de la République et que, régulièrement, des juifs tombent sous les balles de fanatiques antisémites, les Juifs se querellent sur l’utilité d’un dîner !

Même si, en entrant dans ce débat, on contribue à cette querelle inutile sur «le sexe des anges», nous allons tenter de présenter les points de vue des uns et des autres et  tenter d’avancer dans ce débat récurrent. A la veille du 32ème diner du C.R.I.F,  nous avons décidé de vous soumettre  les points de vue des uns et des autres afin que vous puissiez vous faire une idée par vous-même, ce que nous  faisons  dans  notre quotidienne du 21 février.

Mais,  nous ne pouvions pas vous présenter ces prises de position, sans vous soumettre la nôtre et vous exposer notre analyse sur ce sujet épineux.

C’est donc ce que nous faisons ce jour !  Et,comme à l’accoutumée, nous tenterons de vous présenter une position aussi objective que possible, à supposer même que l’objectivité soit possible en la matière.

Ainsi, notre position est soumise à votre sagacité au même titre que celles des autres intervenants. Notre seul but est, et reste, de vous présenter des points de vue contradictoires afin de vous permettre de vous faire une idée par vous-mêmes !

Certains, dans leur analyse, ont tendance à  vouloir mélanger deux éléments, pourtant bien distincts: la représentativité du C.R.I.F, d’une part,  et le sens et la portée de ce dîner, et surtout de son utilité, d’autre part.

Nous ne nous étendrons pas sur la première de ces questions, nous en avons déjà largement débattu dans ces colonnes; par contre, dans le contexte actuel, il est impératif de réfléchir sur l’éventuel impact de ce dîner tant sur la communauté juive de France que sur la population non-juive de notre pays.

Comme nous l’avons dit plus haut, de nombreux opposants à ce dîner sont, de fait , des opposants à la nature même du C.R.I.F. Leur opinion est donc biaisée. C’est ainsi que nous avons eu droit à des articles au vitriol soi-disant contre ce dîner alors qu’en fait,   c’était bien le C.R.I.F qui était visé. Tel était le sens des articles d’Esther Benbassa dans Libération, de Jean Daniel dans l’Obs, de Edwy Plenel dans Mediapart, et de bien d’autres…encore plus virulents ! Si virulents, pourrait-on dire qu’ils en sont insignifiants !

D’autres, responsables communautaires, comme Philippe Karsenty, s’interrogent, eux,  sur la représentativité même du C.R.I.F et donc sur le sens démesuré de ce dîner. En effet, Philippe Karsenty, adjoint au maire de Neuilly et figure connue au sein de la communauté juive, affirme quant à lui qu’il ne se rend plus au dîner au Crif depuis plusieurs années. «Le Crif ne réprésente plus personne, et son fonctionnement n’est pas démocratique», déclare-t-il au Figaro. «Le Crif a cessé d’être le représentant des juifs auprès des politiques, pour devenir le représentant des politiques auprès des juifs. Je trouve pathétique ce défilé d’élus, qui ne veulent pas qu’on leur reproche de ne pas y être allés. Je préfère saluer le courage de François Bayrou», explique-t-il.

Pour d’autres encore, comme Alain Finkielkraut, que nul ne peut soupçonner d’hostilité envers le C.R.I.F,  ils s’interrogent sur l’impact de ce dîner et de ses conséquences sur la Communauté juive de France, et pire encore, de l’impact de ce dîner sur l’image et la perception des Juifs en France. Cette interrogation d’Alain Finkielkraut est pertinente, judicieuse et mérite toute notre attention.

Voilà ce que disait, en 2005, Alain Finkielkraut sur le dîner annuel du CRIF : « Le pavillon d’Ermenonville (depuis la réception a lieu à l’hôtel Pullman Montparnasse) est une merveilleuse salle de Bar Mitsva. Voir cet endroit transformé annuellement en une espèce de tribunal dînatoire où les membres du gouvernement français comparaissent devant un procureur communautaire, cela me met très mal à l’aise. Les Juifs ont donné trop longtemps un magnifique exemple de participation à la vie nationale politique et culturelle, et je n’aime pas qu’ils deviennent le fer de lance de la transformation de la République en mosaïques de communautés râleuses.Tous les points soulevés par le président du CRIF sont importants. L’antisémitisme doit être combattu. Il y a aussi des zones grises dans la politique étrangère française. Nous en avons suffisamment parlé ici même. Mais tout cela doit être traité autrement qu’en extériorité et sous la forme de procès. Pourquoi pas demain, le dîner de la communauté musulmane, le dîner gay et lesbien, le dîner des lycéens, le dîner des motards, le dîner des teuffeurs, chacun avec ses griefs et ses impatiences ? » Alain Finkielkraut, L’Arche (le mensuel du judaïsme français) n°563-564, mars-avril 2005, p. 19-21. Régulièrement invité au dîner annuel du CRIF, Alain Finkielkraut répugne toujours à s’y rendre qualifiant cette cérémonie de « grotesque ».

A l’opposé, d’autres,  comme Jean Corcos, défendent avec fougue ce rituel lié au dîner, qui a été mis en place depuis 1985,  pour affirmer que « Au départ confidentiel, (le dîner) a su prendre de l’importance avec le temps jusqu’à s’imposer comme un évènement quasi incontournable des politiques. L’ambition est clairement affichée : il s’agit, comme depuis la création du Crif, en 1943, de porter la voix politique des Juifs de France et d’instaurer un dialogue avec les pouvoirs publics. »

Mais les Juifs de France ont-ils vocation à porter une «voix politique» autre que celle des citoyens de la République française ?

Certes, les juifs sont confrontés à des problèmes spécifiques qui induisent des réponses particulières et sensibles: abattage rituel, mariages, divorces, circoncisions, enterrements, synagogues, cacherout,… mais également antisémitisme ou son corollaire l’antisionisme. Mais ces problématiques là ne sont-elles pas du ressort du  Consistoire ?

Mais, nous dira-t-on, à juste titre,  il existe en France de très nombreux Juifs laïques alors que le Consistoire est cultuel et représente donc les religieux et ne peut engager qu’eux ! Exact ! Mais  pour ces laïques là les problématiques politiques ne sont-elles pas alors, exactement  les mêmes que celles qui interpellent  tous les autres citoyens de la République ?

C’est là toute l’ambiguïté de la situation et c’est cette ambiguïté qu’il faut tenter de lever !

Alors, au vu de ces éléments, on peut se poser la question suivante:  ce dîner c’est quoi au juste ?

L’expression d’un lobby ? Mais alors, quel serait l’objet de ce lobby ? Celui de défendre la situation des Juifs en France et les protéger de l’antisémitisme ? Mais n’est-ce pas là le rôle des autorités de la République voire de tous les citoyens de ce pays ?   Ou l’objet de ce lobby serait-il celui de défendre la politique israélienne au même titre que le fait l’A.I.P.A.C aux États-Unis ? Mais n’est-ce pas  là le rôle de l’Ambassade d’Israël ou d’associations dont c’est justement  l’objet social ?

De surcroît, il ne faut pas oublier pas que la France n’a pas les mêmes fondements que les États-Unis, et que les lobbys, institutionnalisés aux États-Unis, ne sont pas les bienvenus dans notre pays ! De surcroît, nous poursuivons régulièrement devant les tribunaux , et à juste titre, tous ceux qui prétendent qu’il existe un lobby juif en France qui est puissant et influent , alors est-il judicieux d’agir en donnant corps aux propos fallacieux de ceux que nous poursuivons ?

Enfin, face au  contexte économique et social extrêmement difficile que traversent les français, face à la montée fulgurante de l’antisémitisme en France et à la progression des clichés antisémites dans notre pays, est-il de bon aloi de donner prise à ces clichés ?

En effet, le prix très élevé de la participation à ce dîner donne prise à la confusion des esprits sur le rapport des Juifs avec l’argent et la venue massive des membres du gouvernement donne prise à la confusion des esprits sur le pouvoir d’influence des juifs sur nos gouvernants. Est-ce cela notre objectif et cet amalgame n’est-il pas là le premier du danger qui nous guette ?

Voilà les questions induites par ce dîner, et auxquelles nous avons obligation de réfléchir même s’il est difficile d’y répondre !

Alors, oui, Alain Finkielkraut a raison: il ne faut surtout pas donner à cette rencontre républicaine, l’image d’un «tribunal dînatoire», il faut absolument éviter de prêter le flanc à la plus violente des critiques antisémites qui consisterait à laisser supposer que les Juifs contrôlent le pouvoir et il faut tordre le cou à l’idée que «les Juifs ont de l’argent», préjugé qui a été un des moteurs terribles du  meurtre barbare d’Ilan Halimi.  Alors que toutes ces assertions sont fausses, il serait désastreux que le dîner du C.R.I.F puisse les faire apparaître comme vraies !

Les Juifs qui font la queue au Restos du Cœur ou dans les épiceries sociales, ceux qui souffrent dans les cités, ceux qui ont du mal à boucler leur fin de mois et font appel aux aides sociales juives ou non-juives, tous ceux-là sont à l’opposé de ces clichés et  ce sont eux qui sont en première ligne face à l’antisémitisme. Et, pourtant, ils ne seront jamais invités à ce fameux dîner qui est, par son prix, hors de leur portée !

De même, il est dangereux de laisser croire, dans l’imaginaire populaire, amplifié par des médias hostiles, que nos gouvernants viennent à Canossa lors de ce dîner, et qu’ainsi les juifs de France feraient la démonstration de leur emprise sur le pouvoir qui se traînerait à leurs pieds; certes, cela est faux ! Totalement faux ! Mais, cela n’empêchera pas les antisémites de tous bords de se saisir de l’évènement pour étayer leur thèse et de s’en donner à cœur joie, comme on le voit dès aujourd’hui dans leurs blogs ! Et cela, alors que la réalité est toute autre et que  depuis 1985 les représentants de la République nous ont largement démontré le contraire à quelques exceptions près !

Alors, face à tous ces inconvénients majeurs qu’avons-nous en contrepartie ? Quelles retombées positives pourrait-on mettre dans la balance pour justifier ce dîner ? C’est là toute la question ? L’enjeu en vaut-il la chandelle ? C’est à vous de répondre !

Dans ces conditions, quels sont les atouts de ce dîner ? Que peut-on mettre à l’actif de ce dîner ? Une Collecte de fonds au profit d’œuvres humanitaires, ce qui était l’objet originel de ce dîner ? Il y a belle lurette que ce dîner ne rapporte plus rien et est même déficitaire du fait que tous les invités ne paient pas leurs repas!

Une rencontre républicaine entre la communauté juive de France et les représentants des corps constitués de l’État ? Donner l’impression que les juifs de France sont écoutés et les rassurer ? Peut-être ! Mais est-ce que les Juifs de France doivent faire valoir un privilège et déclencher des jalousies mortifères ? Est-ce que ces avantages fantasmés peuvent compenser tous les inconvénients ? Cela est loin d’être sûr ! Et c’est même peu probable !

D’autant plus, que le Consistoire organise, à l’occasion du Nouvel An juif, une rencontre similaire, en présence des autorités,  dans un lieu populaire ouvert à tous, sans participation financière, au sein d’une Grande Synagogue, symbole du judaïsme de France. Ces rencontres, en présence de la seule institution républicaine représentative des juifs de France depuis deux siècles, sont tout aussi fortes sans donner le flanc aux critiques précédentes !

Alors, bien sûr, il y a tous ceux qui se sentent flattés d’y être, ceux qui donneraient cher ( et paient cher) pour être assis aux côtés d’une personnalité ou de pouvoir serrer la main d’un ministre ou d’un député, comme naguère tout bourgeois était fier d’être invité à la Cour ! Ils sont si imprégnés de ce désir qu’ils n’arrivent même plus à imaginer que d’autres soient insensibles à ces courtisaneries ! Or, ce sont eux qui permettent de financer globalement ce dîner ( même s’il est souvent déficitaire).

Quant à ceux qui viennent pour échanger réellement et concrètement, ils n’ont pas besoin de ce dîner car ils ont tous les moyens de rencontrer discrètement et efficacement les autorités.

Alors, oui, il faudrait réfléchir sereinement à l’utilité de ce «dîner», sans animosités et sans arrières-pensées, dans le seul intérêt des Juifs de France et de l’unité républicaine. Il ne faudrait pas que les frilosités des uns et des autres empêchent de réfléchir à la question: frilosités des responsables politiques dont aucun n’osera prendre l’initiative de cesser d’assister à ce dîner, et frilosités des responsables du C.R.I.F dont aucun n’osera prendre la responsabilité de suspendre ce dîner ! Mais peut-être que le nouveau Président du C.R.I.F  aura le courage de se poser la question avant que ce soit des tiers qui répondent à sa place !

Alors, ce dîner du C.R.I.F, doit-il  être ou ne pas être, telle est la question à laquelle nous vous suggérons de réfléchir, en toute sérénité !

Mais, vous l’aurez compris, pour nous la réponse est claire !

Richard C. ABITBOL
Président

70 nations contre Israël à Paris demain. Manifestez votre soutien à Israël, les juifs et leurs amis ce dimanche 15 janvier

Qui vend son âme aux musulmans pour leurs pétrodollars, leur pétrole, leur gaz et leurs terroristes ?

Honte au gouvernement français qui s’allie sans vergogne à des nations antisémites, antichrétiennes, anti progrès scientifique et civilisationnel, misogynes et gynécidaires, belliqueuses envers toutes celles et ceux qui ne partagent pas les lois de leur religion qui ne connait que la théocratie, la dictature et la vénération de la mort.

Depuis environ 1500 ans, naissance de l’Islam, les pays arabes et tous les pays musulmans du monde se liguent contre les juifs dont ils ne peuvent pas accepter l’antériorité monothéiste sous peine de renier les principes théologiques de l’Islam, dernière religion révélée donc inégalable. Bien que les chrétiens aient pris leur part dans l’antisémitisme pour des motifs également théologiques, ils ont su, dans leur grande majorité, évoluer avec la civilisation et mettre en pratique la parole de Jésus Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

On lira ci-dessous l’appel aux parlementaires de la communauté juive mondiale qui s’insurge contre la tenue d’une conférence sans la présence des principaux concernés, israéliens et palestiniens. Ce collectif d’urgence insiste sur le risque de déclenchement d’un conflit armé dans la foulée de la conférence organisée demain par Hollande et Obama désireux de finir leur mandat dans le sang et la douleur comme pour marquer les futures victimes au fer rouge afin de n’être jamais oubliés.

La Connectrice

Demain, 15 janvier 2017, 70 nations se rassemblent à Paris pour imposer à Israël la création d’un état palestinien dans les frontières de 1967.

Benyamin Netanyahou a refusé de participer à cette conférence et a fait savoir que les décisions prises à Paris ne pourraient être imposées à Israël. En effet, cette séparation en deux états priverait Israël de tous les territoires conquis en 1967, de la vieille ville de Jérusalem, du Mont du Temple et du Mur Occidental. Une récente résolution de l’UNESCO avait fait scandale en affirmant que le Mont du Temple n’était pas juif… Un prélude à cette décision ?

Tout cela semble précipité, avant que Donald Trump n’accède à la présidence des Etats-Unis le 20 janvier. L’Irak, la Libye, la Syrie,… Barack Obama et François Hollande veulent-ils terminer leur mandat en achevant de semer le chaos au Moyen-Orient ?

La France, dont la situation n’est déjà pas enviable, ne va-t-elle pas attirer sur elle-même une malédiction supplémentaire ? Cette conférence est-elle l’accomplissement des prophéties bibliques sur l’alliance impie de toutes les nations contre Israël ?

A l’initiative du CRIF, un rassemblement aura lieu demain à 11h devant l’ambassade d’Israël à Paris. Les chrétiens sont invités à se joindre à ce rassemblement pour manifester leur soutien à Israël.

Je vous invite à bénir Israël, et à prier pour que ces dirigeants, réunis demain à Paris, aient la sagesse de ne pas prendre de décision unilatérale. Comment oseraient-ils priver Israël, seule démocratie au Moyen-Orient, du droit de décider de sa destinée ?

Demain, les intercesseurs de Un Jour Une Prière, prieront pour Israël. Pour les rejoindre, inscrivez-vous ici ou envoyez « Je m’inscris » ainsi que votre prénom à guillaume@unjourunepriere.com.

Guillaume Anjou
Fondateur et directeur d’Info Chrétienne
Auteur de la newsletter quotidienne Un Jour Une Prière

Rendez-vous le Dimanche 15 Janvier, à 11h00, devant l’ambassade d’Israël.

Soyons très nombreux à venir témoigner notre soutien et  notre solidarité à Israël et à sa capitale Jérusalem !
Juifs et Non-Juifs, tous ensembles et  fidèles à l’esprit de Justice et à Jérusalem, faisons entendre votre voix  !
Avec le soutien de l’Absi Keren Or, de l’AJC, du B’nai B’rith, du Collectif Haverim, du Collectif d’urgence, de la Confédération des Juifs de France et des Amis d’Israël, de l’UEJF et l’ensemble des associations éprises de Paix et de l’Amour d’Israël !

 LETTRE ADRESSÉE PAR LE COLLECTIF D’URGENCE AUX PARLEMENTAIRES telechargement

 

telechargement-1

Les réfugiés oubliés. Quand les musulmans exterminaient les juifs orientaux

https://wordpress.com/post/laconnectrice.wordpress.com/28887

En 1944, les populations juives présentes depuis des millénaires dans les pays arabes et bien avant leur islamisation, comptaient environ un million d’âmes. Victimes de discriminations depuis la conquête musulmane ils se virent imposer le statut de dhimmi, obligés de payer un impôt, au même titre que les chrétiens, au prétexte d’être placés sous la protection des pouvoirs musulmans. Ils étaient également contraints de porter un signe distinctif, jaune souvent et reprenant la forme de la rouelle symbole des deniers de Judas. Dans tous les cas, ils devaient se distinguer des musulmans-par définition supérieurs aux juifs et aux chrétiens- par des éléments du costume, des couleurs réservées mais aussi en ne montant pas à cheval pour ne pas être plus haut que le colonisateur, en édifiant des lieux de prière plus bas que les mosquées, etc.

Avec la création du parti Baas et le renouveau du nationalisme arabe, les musulmans désignèrent le juif comme responsable de tous leurs maux et organisèrent des pogroms, mettant les quartiers juifs à feu et à sang, les spoliant et les terrorisant ce qui les contraignit à s’enfuir en masse. Et pourtant, dans les 101 résolutions de l’ONU sur les réfugiés, pas une mention sur les juifs. l’ONU ne connait que les réfugiés palestiniens.

Aujourd’hui, la plupart des juifs d’Orient, les survivants et leur descendance constituent environ 40% de la population israélienne et espèrent qu’un jour l’Humanité leur rendra justice.

A 47.40, voir le tableau de la démographie juive en 1944 et aujourd’hui pour le Maroc, l’Iran, la Libye, l’Egypte, le Yemen, l’Irak, la Syrie, le Liban et l’Algérie.

 

Ajoutée le 22 nov. 2015

« Les réfugiés oubliés » Documentaire – 49 min.
Un film sur le million de réfugiés juifs des pays arabes.
Un film de Michael Grynszpan

Producteur exécutif Ralph Avi Goldwasser

Dissimulée derrière les gros titres du conflit au Moyen-Orient, se trouve l’histoire oubliée des communautés juives de la région. En 1945, un million de juifs vivaient au Moyen-Orient en dehors des frontières de la Palestine mandataire et en Afrique du nord. Quelques années plus tard, ils n’étaient plus que quelques milliers.

Voici l’histoire de ces milliers d’individus qui ont fui leur maison, qui ont connu les camps de réfugiés et qui gardent aujourd’hui, en silence, la mémoire d’une civilisation détruite.

« Les réfugiés oubliés » raconte l’histoire et la destruction de ces communautés juives orientales, certaines d’entre elles ayant existé pendant plus de 2500 ans.

A travers les témoignages de ces Juifs qui ont fui l’Egypte, la Libye, l’Iraq et le Yémen, les histoires personnelles de réfugiés sont entrecoupées par des images d’archives exclusives, montrant notamment les missions de secours des Juifs yéménites et iraquiens.

« Les réfugiés oubliés » a été diffusé sur PBS en Californie, PBS in Virginia, WHRO-TV, RTVi, Arutz1,…

Le film a également été projeté au Congres américain et deux fois à l’ONU.

« Les réfugiés oubliés » a remporté le prix du meilleur film documentaire au Festival du film de Marbella en 2007.

 

Paris XIXème. Des jeunes célèbrent Pourim

Publié le

IMG_1687-001

Aujourd’hui, la jeunesse juive du XIXème célèbre Pourim, la fête d’Esther sur la place de la mairie et dans le parc des Buttes-Chaumont.

Ils sont âgés de 14 à 17 ans, ils sont joyeux, malicieux et font exploser des pétards. Ils crient, ils se taquinent et s’aident mutuellement à enfiler des combinaisons de panda, lion, tigre, coq, diablotins, princesse Esther, squelette, banane, ange ou autres. J’ai vu une schtroumpfette, des sorcières et des monstres aux yeux de loup.

Ils ont gentiment accepté que je les photographie en me demandant toutefois ce que je comptais faire de leurs images.

https://player.ina.fr/player/embed/I00018564/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/560/315/1

https://youtu.be/_stS2OuIM0M

A la demande de riverains ou de représentants de la mairie, trois motards ont été dépêchés sur les lieux. Normal, les pétards sont interdits sur le voie publique et, d’ailleurs, les jeunes obtempéreront sans problème.

Ce qui me gène, c’est que nous subissons, nous riverains du parc, toutes sortes de bruits dérangeants en permanence et que je n’ai jamais vu de motards dépêchés dans le parc ou à la mairie en d’autres circonstances : pétards dans le parc dont certains ont mis le feu au site des « Pirates du XIXème, mariages ethniques avec pétards, pétarades de motos, vrombissement des moteurs de grosses cylindrées louées pour l’occasion, klaxons, tambours et trompettes. Des manifestations bruyantes qui peuvent durer toute la journée, chaque cortège prenant son temps et succession de fournées de mariages ethniques qui permettent aux édiles de se vanter d’avoir le plus grand nombre de mariages dans Paris. Au contraire, lorsque je me plains de ces nuisances sonores, les policiers me répondent « c’est une tolérance ».

IMG_1676-001Je trouve donc la présence de ces motards particulièrement injuste et inappropriée et je me demande si la sécurité de ces jeunes est assurée. En effet, j’ai eu l’occasion de voir une horde de musulmans fondre sur des familles qui pique-niquaient à l’occasion de Chavouot, une autre fête juive célébrée au début de l’été.

Il me semblerait juste qu’au lieu d’être interrompus dans leurs réjouissances ces jeunes du XIXème bénéficient d’une protection policière lors de leurs rassemblements.

Mais je ne vous cache pas que, dans le XIXème, le sentiment antisémite est très fort, au moins aussi fort que l’asiatiphobie. Par contre, l’islamophilie fait l’unanimité malgré les déboires de toutes sortes impliquant des musulmans. Contradiction patente avec le fait que tous les lieux juifs du quartier son gardés par des parachutistes, famas prêt à tirer.

La Connectrice

IMG_1663

IMG_1664

IMG_1666

IMG_1667

J’ai surtout bavardé avec Shirel qui faisait son charleston. Une jeune fille très attachante.

IMG_1669

IMG_1670

IMG_1671

IMG_1672

Très réussies, les collégiennes, costume et attitude compris

IMG_1673

IMG_1674

IMG_1675

IMG_1676

Ces garçons sont ceux qui ont fait le plus d’efforts pour se grimer et se déguiser. Dommage, je ne les ai pas photographiés en pied. Ils avaient des pantalons argentés. Ils sont quand même plus mignons que les frères Bogdanov …

IMG_1679

IMG_1680

IMG_1681

IMG_1682

IMG_1683

Elle voulait que je photographie ses croutes immondes et me dégoûter …

IMG_1684

Le maquillage le plus réussi pour la mariée de Franckenstein

IMG_1685

IMG_1686

IMG_1687

IMG_1688

IMG_1691

Dans l’ensemble, comme pour cette schtroumpfette, les filles avaient montré plus de créativité que les garçons. Celle ci était accompagnée par deux sorcières qui ne souhaitaient pas que je publie leur photo pour ne pas désobéir à leurs parents. Si elles changent d’avis, qu’elles m’écrivent en privé.

35 siècles d’antisémitisme exogène et endogène

Publié le

Le juif créé-t-il l’antisémite chez les autres mais aussi dans sa propre communauté ?

Albert Soued, écrivain et animateur de plusieurs lettres d’information sur le judaïsme, les juifs et le Moyen-Orient, nous livre dans l’article ci-dessous des réflexions qui prêtent à réflexion.

La Connectrice

mar 7 à 11h50 AM

  1. (ieu) ! Où es-tu ?

Par Albert Soued, écrivain, http://symbole.chez.com pour www.nuitdorient.com

7 mars 2016

Tout a commencé, il y a environ 35 siècles, par une innovation dans la spiritualité, la croyance en un dieu unique créateur. Et cela dure depuis ce temps-là. L’homme est fait différent aussi bien dans sa physionomie que dans son cerveau et sa façon de concevoir le monde. Mais si un individu peut accepter la différence, un ensemble d’individus l’accepte plus difficilement ? Depuis 35 siècles les groupes les plus importants ou les plus puissants se battent pour imposer leur façon de concevoir le monde et/ou le divin, aux groupes les moins importants.

On peut croire à 0, 1, 2, 3, n dieux de différente nature, mais c’est la croyance en un seul dieu omniscient et abstrait qui a engendré une incompréhension et une hostilité constante. Jusqu’au retour de la barbarie.

Le parcours va de l’exil et de l’éloignement d’Abraham de la localité « Our » en Mésopotamie polythéiste et païenne, jusqu’à la renaissance actuelle de l’Etat d’Israël, créant l’antisionisme, c’est-à-dire l’opposition à ce retour et à cette renaissance. En passant par la Perse (Iran d’aujourd’hui). Dans le livre biblique d’Esther, Haman, le vice-roi de Perse, tient ce raisonnement pour convaincre son roi d’ordonner l’annihilation des Juifs :« Il existe un peuple réparti et dispersé parmi le peuple de toutes les provinces de votre royaume, et leurs lois sont différentes de celles de tous les autres peuples, et ces gens ne respectent pas les lois du roi, de sorte qu’il n’est d’aucun bénéfice pour le roi de les tolérer. S’il plaît au roi, permettez de prescrire par écrit leur destruction ».

35 siècles d’anathème

Epoque Thèmes Mode d’Expression de la Haine, de la Jalousie, et

de la Fascination/Obsession perverse

Antiquité égyptienne et perse Groupe, Peuple à part Esclavage, complot, guerre

Guerre, déportation

Interdictions religieuse, géographique & professionnelle, autodafés, Inquisition

Taxations, port de signes distinctifs, calomnies, accaparements, usurpation(1)

Pogroms

 

Génocide, shoah

 

Guerres et « intifadas »

Boycott et condamnation internationale Dérision permanente dans chants, vidéos, caricatures, réseaux sociaux, scènes de théâtre, manifs …

Négation de la shoah

Mensonge et désinformation

La victime, c’est l’autre

Antiquité gréco-romaine Exclusivisme, isolationnisme
Chrétienté Peuple déicide
Moyen Age & Luther Suppôt du démon
Siècle des Lumières & Voltaire, Hegel… Peuple inventeur de D. & monothéisme
Siècle des Sciences et de l’Industrie & Proudhon, Drumont, Marx, Heidegger… Peuple inventeur du capital et de l’argent

Usure et sacrifice rituel

Siècle des « ismes » & Sorel, Gentile, Jungler, Spengler Race de vermine à éliminer
Siècle de la renaissance d’Israël, de l’islamisme et de l’agonie de l’Islam Nation d’apartheid, état « nazi » (2)

Invention du « Palestinisme »

 

D’après un spécialiste, Robert Wistrich, « l’antisémitisme se propage en revêtant sans cesse des formes différentes, il s’adapte à l’esprit du temps – comme un virus malin qui puise des forces nouvelles à chaque fois que l’épidémie est déclarée ».

Selon certains, l’antisémitisme s’empare des groupes « vaincus », sur le plan social, politique ou militaire, groupes qui trouvent là un moyen aisé d’étancher leur vengeance ou leur frustration. Ainsi selon Shmouel Trigano « l’antisionisme est le cheval de Troie de l’islam politique et l’opium d’une société en crise ».

Selon d’autres, le Juif créerait l’antisémite (3), ou inversement, comme la thèse crée l’antithèse, ou la matière crée l’antimatière, sans laquelle l’univers n’existerait pas. Comme des dirigeants français l’ont dit, « sans les Juifs la France ne serait plus la France », on peut aussi bien dire que l’Univers, sans les Juifs, ne serait plus l’univers ou n’existerait plus.

Mais comment expliquer le Juif antisémite (4) ?

Kenneth Levin, psychiatre à Harvard, pense que l’une des raisons de cet antisémitisme, c’est le désir de certains Juifs d’être reconnus sur le plan social, dans un environnement hostile aux Juifs. Ou une tentative infantile de neutraliser une situation menaçante par un auto-blâme, attitude qu’on rencontre chez les jeunes enfants qui ont été violés. Ou la manifestation du fameux « syndrome de Stockholm« , où la victime adopte le point de vue et les arguments de l’agresseur.

Un exemple typique est celui d’un certain Shlomo Sand qui a écrit 3 livres successifs pour détruire cette antinomie qui le gênait ou qu’il n’a pas comprise :

Comment le peuple juif fut inventé

Comment la terre d’Israël fut inventée

Comment j’ai cessé d’être juif,

Devant la renaissance d’Israël et la persistance du judaïsme, il ne restait plus à Shlomo Sand que de se suicider, en 3 étapes, à sa manière d’ « intello ».

On peut citer 3 autres moyens constatés pour résoudre cette antinomie gênante pour beaucoup de Juifs et assimilés:

– noyer le Mal vécu depuis des millénaires par les Juifs dans le Mal général sur terre

– chercher le Mal dans l’Ecriture ou les us et coutumes juives pour les dénigrer

– tourner la tête devant les faits, en se disant « non concerné »

Et pour faire court, récemment on me pose cette question « Berto ! Dis-moi ! Pourquoi on nous cherche querelle ? »

Instinctivement, je lui réponds : « Parce que nous possédons un bijou très précieux »

Notes

(1) Signes distinctifs : rouelle, étoile jaune, numéro …

Calomnies : accusation d’intempérance sexuelle, mise en parallèle avec la circoncision, sacrifices rituels d’enfants pour faire la matsa (ou pain azyme), rumeurs d’enlèvements à Orléans…, « Protocoles des sages de Sion » faux document programme de domination du monde, le Juif descend du singe ou inversement, « mitage » de la Cisjordanie…

Accaparement de la Torah et des personnages bibliques, aussi bien par les Evangiles que par le Coran et détournement de leur identité…

Usurpation systématique de tous les symboles, expressions et terminologie de l’histoire juive…

(2) Ce mot est utilisé uniquement contre Israël par les islamo-nazis et leurs admirateurs, et non contre des pays ou des groupes réellement coupables de génocides et de meurtres de masse. Pour substituer Israël aux vrais nazis et réhabiliter ces derniers.

Cela rejoint les votes massifs anti-israéliens d’organismes internationaux, contrôlés par ces mêmes groupes, où on applique systématiquement le « 2 poids 2 mesures »

(3) Pour certains juifs religieux l’antisémitisme est une punition divine lorsque le peuple s’éloigne de D.

(4) Liste non exhaustive de gens qui s’expriment à voix haute: Shlomo Sand, Norman Finkelstein, Gilad Atzmon, Avraham Burg, Gideon Levy, Israel Shahak, Paul Eisen, Noam Chomsky, Adam Ermash (Ex Israel Shamir)…

 

Ilan Halimi. Aujourd’hui dimanche 14 février, hommage boulevard Voltaire

https://www.facebook.com/events/1517980711801557/

  • 229 boulevard Voltaire Paris 11 Metro rue des boulets Ligne 9

Rassemblement unitaire pour Ilan Halimi.

Le 14 février à 16h au 229 bd Voltaire Paris 11e

Avec la participation de :
MAIRE DU XIè
CRIF
GRAND RABBINAT DE FRANCE
CONSISTOIRE
FSJU
UPJF
BNVCA

BBF
RadioJ
AJMF
RADIO SHALOM
Et plusieurs personnalités politiques et religieuses.

———————————————————————

Les commémorations se succèdent et se répondent, au point que la seule identité publique des Juifs de France semble correspondre à une histoire datant de 60 ans !

Les communautés juives et noires ont particulièrement été outrées devant l’horreur réalisée par un sombre gang proclamant fièrement son identité : « gang des barbares ».
Dans les débris du corps de ce juif français, n’est-ce pas notre propre identité citoyenne que nous devons rechercher ? Si cette mort injustifiable a été fomentée par un amalgame d’images télévisuelles et de préjugés des juifs eux-memes comme des noirs, alors nous devons donner une actualité sans précédent au mouvement fondamental de séparation entre la barbarie et la civilisation.

Pour résoudre ces conflits d’identités, certains sont tentés d’emprunter un ailleurs et d’oublier l’unique mélange que l’on est chez soi: soi-même.

Certains partent en Israël pour vivre pleinement leur judaïsme, d’autres vont en Palestine à la recherche de l’arabité, une ethnicité ; qui correspond à un concept de l’identité. Ces exemples ne sont pas équivalents, mais du point de vue de ce qu’ils disent de l’intégration française, ils le sont.

Le 25 octobre 2010, s’était ouvert le procès en appel de 17 des 25 condamnés dans l’affaire du gang des Barbares devant la Cour d’assises des mineurs de Créteil (banlieue au Sud-Est de Paris). Malade, une condamnée n’a pas comparu. Malgré les requêtes de publicité des débats émises par les parties civiles, la Cour a accueilli les demandes d’accusés, mineurs à l’époque des faits, et qui ont refusé la publicité totale des audiences relatives au rapt, à la séquestration accompagnée d’actes de torture et à l’assassinat antisémite du jeune Français Juif Ilan Halimi, victime en 2006 du gang des Barbares dirigé par Youssouf Fofana. Article actualisé. Le 20 décembre 2014, Yahia Touré Kaba, qui purgeait depuis l’été 2014 la fin de sa peine au centre de détention de Villenauxe-la-Grande, a quitté la maison d’arrêt de Troyes (Aube) où il se trouvait. Il a été expulsé par avion de France pour rejoindre la Guinée où il est né voici 27 ans.

Lire Aussi

Il y a dix ans, Ilan Halimi …

L’enlèvement, la séquestration, les tortures et l’assassinat d’Ilan Halimi est un drame qui m’a d’autant plus touchée qu’une trentaine de personnes était au courant et aucune d’elle n’est intervenue pour mettre un terme à cette abomination. Si une seule d’entre elles avait prévenu la police ou les parents, Ilan aurait été sauvé. Qu’on ne me dise pas que toutes ces personnes étaient terrorisées par Youssouf Fofana parce que ce sauvage et ses acolytes n’étaient pas toujours sur leur dos à les surveiller. Je pense plutôt que ces in-humains se réjouissaient de la capture d’un juif et de sa destruction morale et physique. L’augmentation des agressions antisémites me conforte dans mon opinion. L’antisémitisme ronge la France depuis des années et va croissant parce que les Français sont tellement passifs et faibles qu’il leur faut trouver un bouc émissaire pour

expliquer la misère qu’ils 1241034877-sc-715cultivent eux-mêmes. Une société qui est capable d’engendrer des monstres comme la bande à Fofana est en pleine perdition, elle oeuvre à sa propre perte. L’histoire de l’Allemagne en est l’exemple le plus proche.

En ce jour, toutes mes pensées vont à Ilan, sa famille, ses amis et les victimes de l’antisémitisme d’hier et d’aujourd’hui.

15-IMG_1032

La Connectrice

 

Paris : vibrant hommage à Ilan Halimi

Julien Duffé | 11 Févr. 2016, 21h44 | MAJ : 11 Févr. 2016, 21h44http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75012/paris-vibrant-hommage-a-ilan-halimi-11-02-2016-5536957.php

 
Jardin Ilan-Halimi (XIIe), ce jeudi soir. P lusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans le square qui porte le nom d’Ilan-Halimi, enlevé et torturé par le gang des barbares il y a tout juste dix ans..
Jardin Ilan-Halimi (XIIe), ce jeudi soir. P lusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans le square qui porte le nom d’Ilan-Halimi, enlevé et torturé par le gang des barbares il y a tout juste dix ans.. (LP/Olivier Arandel.)

Aucun discours mais des mots, des extraits de films, des chants qu’Ilan Halimi affectionnait particulièrement. Dix ans après la mort du jeune homme, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées ce jeudi soir dans le petit jardin Ilan-Halimi (XIIe), dans le sud-est de Paris, à l’invitation du collectif Haverim, pour honorer sa mémoire.

« C’est parce que nous souhaitions célébrer la vie alors qu’eux célèbrent la mort que nous avons décidé de rendre cet hommage positif », explique Laurent Pariente, président de l’association, avant de laisser la place à Stéphane Guillon sur la scène ornée des drapeaux français et israéliens. « Hier encore j’avais 20 ans… », déclame l’humoriste en lisant la chanson de Charles Aznavour, l’une des préférées d’Ilan.

« Il a été assassiné simplement parce qu’il était juif »

Auteure du livre « 24 jours » qui a inspiré le film d’Alexandre Arcady, Emilie Frèche, lui succède avec un texte poignant évoquant la photo souriante de ce jeune homme bronzé tant de fois imprimée dans les journaux. Après un savoureux dialogue de Patrick Braoudé et Ariel Wizman tiré d’une pièce de Jean-Claude Grumberg, Laura Mayne, l’un des deux visages du groupe Native, reprend son tube « Si la vie demande ça » que le jeune Ilan écoutait en 1993.

Un extrait du film « la Vie est belle » résonne aussi dans le petit square où un olivier est planté symboliquement par quatre enfants. Dans la foule, on aperçoit le grand rabbin Haïm Korsia, la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo, de nombreux élus, mais aussi Yaël et Anne-Laure, les deux sœurs d’Ilan. Elles ont choisi de garder le silence mais ce sont elles qui ont guidé les organisateurs. Parisienne anonyme, Rety a du mal à retenir ses larmes. « Je me devais d’être là en mémoire de ce jeune homme qui a vécu un enfer et a été assassiné simplement parce qu’il était juif, confie-t-elle. C’est magnifique de le célébrer de cette façon. Parce que la religion juive, c’est la vie et seulement ça. »

%d blogueurs aiment cette page :